Rétropédalage et raisins secs

Avec les petits frémissements, puis les bulles, et enfin les gros bouillons qui montent de la rue, le projet de loi sur l’égalité des chances et le projet de Contrat Première Embauche semblent bien malmener le gouvernement. Mais cette fois-ci, il ne cèdera pas. Il ne faut pas céder. Il ne peut pas céder. Il fera tout pour trouver une issue de secours honorable, mais il ne modifiera pas son projet…

Enfin, mettons qu’on peut tout de même tenter une petite consultation ou deux. Ca ne mange pas de pain.

Et on peut aussi tenter d’ « améliorer » le dispositif, en aménageant ceci ou cela, en rabotant un peu les rugosités latérales par exemple. En tritouillant ici, en bidouillant là, en modifiant ceci, en chipotant là, ça finira bien par passer ?

Non ?

Allons, allons, môssieu Villepin, vous voyez bien que ce bidule, là, il est tout carré, et que la pièce dans laquelle vous voulez le faire rentrer, ici, a une empreinte ronde ! Non ?

Et en cognant, un peu comme ça, paf paf paf ?


Finalement, je me retrouve dans une position paradoxale : je suis en effet assez content de constater que le projet sur l’égalité des chances, ramassis de conneries stupéfiantes et d’idées bancales, va se voir bien malmené par les excités de la rue. De l’autre, je me retrouve fort marri qu’une fois de plus, c’est bien une petite poignée d’agités manipulés par quelques extrêmes communistes qui vont faire la politique de ce pays, continuant ainsi l’accélération vers le mur qu’il ne tardera pas de trouver sur sa route. Les étudiants, en sabrant le projet de loi sur l’égalité des chances seront donc les idiots utiles des communistes et des libéraux…

Il y aura cependant une différence entre les premiers et les seconds ; les libéraux, en effet, réclament clairement un retour à la contractualisation directe entre les entreprises et les salariés, un retour à la responsabilité directe des uns et des autres. Les communistes, eux, réclament par leur démarche brouillonne et délétère (quand ils réclament quelque chose au milieu de leurs vagissements souvent incompréhensibles) un accroissement de l’intervention de l’état dans la vie de tous les jours.

Ce qui est caractéristique, c’est la nature compacte et monolithique du refus : on refuse en bloc le CPE, on grévicultive en bloc, on interdit les facultés en bloc. Et ce qui est typique, là encore, est la position du gouvernement : on refuse de négocier, on ne cèdera pas, on fera … bloc.

Dans un film américain d’aventure ou d’action, on sait que l’homme au visage en lame de couteaux est le méchant au bout de 3 minutes de film, que le héros, c’est le grand musclé au regard ténébreux, que l’héroïne, c’est la pulpeuse bimbo apparue en 7eme minute, préparant des pancakes à son fils (issu d’un précédent mariage raté, cela va de soi), etc…

Dans un film politique français, on sait que le premier ministre présente une loihalakon visant à réformer l’état en retirant de l’état ici qu’on compensera par une introduction de plus d’état par là, que les syndicats bloquent toutes les avenues de la capitale pendant un jour ou deux, ou les transports pendant deux ou trois semaines, ou les facs pendant un ou deux mois, qu’au bout de ce délai invariable, le gouvernement tremblote, négocie, plie et se rompt.

Ah, flûte, j’ai défloré l’intrigue ! Domillepin va servir de fusible, il sautera dans un ou deux mois, après un échec cuisant. Sarko, pendant ce temps, se sera tenu coi. Il sait : il sait que le scénario est écrit, que notre Premier va se faire mettre en orbite lunaire dans les prochaines semaines, et que s’il l’ouvre, il risque de voir s’éloigner le fauteuil présidentiel à petite foulée vigoureuses.

Et pourquoi donc ? Eh bien, c’est un problème de raisins secs.

Pour les raisins secs, au départ, on prend de beaux raisins gorgés de sucre, et bien dorés. Ensuite, on leur fait subir un traitement plus ou moins long de dessication aux UV du soleil, éventuellement suivi ou précédé d’une macération dans un bain de sucre. Après un tel traitement, le beau raisin dodu au départ est finalement tout petit, tout sec et tout maigre.

L’homme politique Français, au départ, est tout jeune, tout fou, tout au milieu des dorures de la République. Il est sémillant, le joyeux énarque aux tempes grisonnantes de la sagesse des postes douillets des ministères pépères. Pour l’aguerrir un peu, on l’expose aux rayons UV (ultra-violents) du syndicalisme, de l’immobilisme et d’un conformisme en béton armé. Eventuellement, on le fait un peu macérer dans une ou deux grèves, impliquant comme il se doit au moins la SNCF et les profs. Moyennant quoi, le pauvre homme politique ressort de son traitement toussekétoumègr. Comme le raisin sec.

L’homme politique Français partage un autre point commun avec le raisin sec : c’est aussi la taille de … son courage : celui d’expliquer aux Français que non, l’argent ne coule pas à flot, que non, les phynances de l’état ne sont pas inépuisables, et que non, l’état n’a décidemment rien à faire dans le domaine marchand. Et qu’il doit en sortir, vite, pour laisser ceux qui savent faire ce qu’il font de mieux, du commerce.

Des petits raisins secs.

Moyennant quoi, c’est status-quo pour tout le monde.

Et pendant ce temps, le reste de la planète affute ses technologies, ses modèles sociaux. La dette française gonfle. L’immobilier s’effondre sans faire de bruit. Les entreprises s’en vont. Les richesses partent. Les cerveaux fuient.

Bientôt, dans les rues, la démocratie sera vraiment représentée par les guignols enchéguévaraisés : il ne restera plus qu’eux, leurs habitudes inutiles et leurs cris répétitifs, et plus personne pour payer leur modèle, que le monde leur envie tant…

Et puis, au fait, on en est à combien, de canards claqués ?

J'accepte les Bitcoins !

1CtpJ7UhAqJ6DJrPTT4kQhWLVhtML37ePV

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires7

  1. arnaud

    Ca me rapelle la fameuse réplique the vinnie jones dans snatch:

    Bullet Tooth Tony: So, you are obviously the big dick. The men on the side of ya are your balls. There are two types of balls. There are big brave balls, and there are little mincey faggot balls.
    Vinny: These are your last words, so make them a prayer.
    Bullet Tooth Tony: Now, dicks have drive and clarity of vision, but they are not clever. They smell pussy and they want a piece of the action. And you thought you smelled some good old pussy, and have brought your two small mincey faggot balls along for a good old time. But you’ve got your parties mangled up. There’s no pussy here, just a dose that’ll make you wish you were born a woman. Like a prick, you are having second thoughts. You are shrinking, and your two little balls are shrinking with ya. The fact that you’ve got "Replica" written down the side of your gun. (withdraws his gun) And the fact that I’ve got "Desert Eagle point five O" written on the side of mine, should precipitate your balls into shrinking, along with your presence. Now… Fuck off.

  2. chris

    Moi je suis ravi : CPE, Sorbone, voitures brûlées et bientôt grève générale ou "unitaire" (c’est plus poli)…. Je suis ravi.
    Quand comprendrez-vous que nous devons boire la coupe jusqu’à la lie ?
    C’est la seule solution.

    En clair, il nous faut un bon chaos. Un truc bien sale, et pourquoi pas saignant. C’est la condition du "changement". Tout le reste… well ça fait 30 ans que ca dure… et pour rien au final.

    Alors oui, j’avoue, je suis un chaud partisan de la stratégie du pire.

  3. Franck

    Et dans la série "tiens, ça me fait penser…":

    h16: «L’homme politique Français partage un autre point commun avec le raisin sec : c’est aussi la taille de … son courage : celui d’expliquer aux Français que non, l’argent ne coule pas à flot, que non, les phynances de l’état ne sont pas inépuisables, et que non, l’état n’a décidemment rien à faire dans le domaine marchand. Et qu’il doit en sortir, vite, pour laisser ceux qui savent faire ce qu’il font de mieux, du commerce.»

    F. Bastiat: «J’aimerais autant attendre d’une pierre qui tombe la puissance qui doit l’arrêter dans sa chute, que de confier à la force sa propre limite.» (Harmonies économiques)

    Qui peut encore croire que l’Etat peut (et a la volonté) de se réformer seul, de l’intérieur?

  4. @arnaud : excellente référence. Un must dans toute collection de DVD. « Lock, Stock And Two Smoking Barrels » est un excellent complément.

    @chris : effectivement, la stratégie du pire me semble la seule réaliste, sinon souhaitable compte tenu de l’état de blocage général du pays. C’est un peu comme une séance chez le dentiste : on n’aime pas en passer par là, mais il faudra bien pourtant : pas le choix.

    @franck : vous rejoignez chris (et moi-même) : je ne vois pas l’état se réformer, pof, tout seul. On peut espérer le miracle, mais le réalisme nous pousse à nous préparer au pire…

  5. Laurent

    D’accord avec Chris sur le "pire", mais pas besoin de "strategie" : il surviendra tout seul, just sit back and enjoy, si l’on peut dire.

    Cela dit, le pire n’est jamais sur, un sursaut est toujours possible pres de l’abime, il y a des exemples dans d’autres pays…mais en France je ne le sens pas, le cancer semble trop avance.

    En attendant, j’ai decide d’observer le desastre de l’autre cote de la frontiere…avec mes jumelles, a quelques hectometres de la douane (ou la grippe aviaire semble s’etre brusquement arretee).

  6. Filibert

    Mais qui donc écrit le scénario du film français, et qui applique le traitement ?

    " Après un tel traitement, le beau raisin dodu au départ est finalement tout petit, tout sec et tout maigre."

    Vous ne pensez pas que le choix des séquences des reportages tv, des photos valorisantes ou non dans les journaux, des commentaires insidieux, soit dicté par Monsieur Média, qui sait que pour faire du chiffre il faudra du sensationnel ; Héron cendré a franchi plusieurs cols du St-Bernard, c’est l’heure de la Berezina.

  7. Le traitement, ce sont bien les média qui le font, effectivement. Ils doivent à la fois faire du sensationnel, et ne pas choquer leurs convictions profondes. Les media, massivement subventionnés par l’état, et composés de personnels pour partie fonctionnaires subventionnés, pour partie intermittents du spectacles subventionnés, ne peuvent pas décemment cracher dans la soupe. Ceci explique cela : à choisir entre le gouvernement – qui passe – et les collègues, les amis, les sources de revenus – qui restent – , le résultat est évident …

Laisser une réponse

(obligatoire)
(facultatif)