Les gnômes discrets

Plus de doute : les quelques mois qui s’annoncent promettent d’être rock’n’roll. Alors que pour n’importe qui un tantinet lucide la situation gouvernementale est catastrophique, quelques uns de nos ministres, peu concernés par les flots clairs, les oiseaux délateurs et les espions retors, continuent d’assouvir leurs compulsions légiférantes en lançant décrets et projets de lois tous aussi stupides et rétrogrades les uns que les autres. On ne les arrête plus …

Au vu de leurs récentes exactions, l’image qui vient à l’esprit immédiatement est celle-ci : des gnômes diaboliques aux dents crochues et à l’esprit totalement dépravé, le regard vide de toute expression intelligible, s’agitent dans tous les sens sur une énorme machine qui tousse, crache, fume, et pollue à ne plus savoir qu’en faire, pendant qu’en arrière plan, deux d’entre eux se filent des coups et se déchirent les vêtements, le tout sous l’oeil goguenard et aviné d’un anti-Père-Noël bedonnant, baveux, et totalement désabusé par son éviction certaine du domaine dans un an maintenant.

Le premier gnôme, Franloos, a décidé que ceux qui payent pour leur énergie n’étaient pas assez malins pour déterminer comment faire des économies ; en parfait expert des principes de base de l’économie, il leur impose donc d’être rationnels. Bien que doté d’un tout petit chips mou au fromage à la place du cerveau[1], il a décidé que chaque vendeur aurait obligation (par une tuyauterie complexe que seuls les gnômes comprennent) de fournir les clefs aux consommateurs pour consommer le moins possible.

Dans le même temps, on notera que les schtroumpfs-noirs[2] s’empressent de dire que l’absence d’économies d’énergies sur ce marché libéralisé provient en fait de la volonté des producteurs à faire consommer, les salauds de capitalistes !, oubliant volontairement que si un décret peut être pondu par Mr. Chips-Mou, c’est bien parce que ce marché est tout … sauf libéralisé (pour rappel : le pétrole est taxé à plus de 200%, l’électricité est à 70% nucléaire et massivement sous le giron de l’état, idem pour le gaz – l’éolien dépend d’une règlementation et de subventions étaticogluantes, etc…).

On admirera au passage l’incroyable position dans laquelle se met ici l’état : d’un côté, il a besoin des rentrées que constituent les taxes massives sur l’énergie, et de l’autre, il taxe aussi si l’on vend trop d’énergie (et si l’on ramène donc moins de taxes). A côté de ces plomberies cerfatiques, le Dual-Core d’Intel tient du Légo-Duplo pour enfants en bas-âge.

Le second gnôme, Tiébreton, plus fourbe encore, tente le lavage de cerveau en imposant la « sensibilisation aux économies d’énergie » au sein même du permis de conduire. Là encore, on part du principe maintenant habituel, ancré dans les habitudes des servants putrides et intellectuellement limités de notre état républicain forain, que le consommateur, ce gros bestiau mou et docile, ne s’est pas rendu compte que le prix de l’essence s’approchait dangereusement de celui du Chanel N°5, les délicieuses fragrances en moins. Là encore, on part du principe que ce consommateur, habitué à brouter gentiment ce qu’on lui donne à brouter, ne saura pas faire d’économie si on ne lui en parle pas pendant une phase de racket préalable. On appelera ce racket « Permis de conduire », voilà tout, et si on ajoute « Ecologique, Citoyen et Festif » à la suite, on a un produit marketing qui cogne et saura trouver dans les esprits vierges et malléables des jeunes bacheliers un écho favorable.

Mais le plus inventif, le plus retors, le plus méchants, et, de loin (mais alors là, de très très loin) le plus bête, c’est bien le troisième gnôme, Renodevabre. C’est peut-être parce qu’il est plus petit que les autres, qu’il a un air plus niais et plus servile, qu’il se fait aussi plus bête. Cette fois-ci, après avoir mangé du foin avec une loi au nom à rallonge et s’être ridiculisé comme, probablement, aucun gnôme n’avait réussi à le faire avant, Edith Cresson comprise, il remet les couverts sur internet. Le pauvre, il n’y comprend rien : normal, il n’est pas équipé pour[3].

En gros, le premier mollusque-mammifère connu vient de proposer de lancer une lutte contre les blogs aux contenus non-vérifiés. Bon, ok, on peut reconnaître la performance : ce n’est pas tous les jours qu’un bigorneau armoricain s’exprime sur les contenus des blogs, mais au delà de cette performance, force est de constater que la saillie du fruit de mer est totalement stupide. L’idée revient à mettre en place un « label de qualité » pour certains sites, histoire d’imposer une bonne reconnaissance des journalistes (les vrais, les purs, les durs, ceux qui piquent quand on s’y frotte) des autres merdouilleux comme moi qui osent écrire quelques bricoles. Il va sans dire qu’un tel label sera perçu par les gens sains d’esprits comme une disgrâce (jamais sur mon site, par pitié !), et la marque indélibile de collusion avec l’état, et les lobbies de la presse physique dont le marché ne cesse de s’effondrer.

On remarquera d’ailleurs au passage la parfaite cohérence dans les actions du bigorgnôme :
– les lobbies des Majors de la musique et du cinéma, après lui avoir probablement copieusement graissé la patte – cadavre n°12.554, sortie courant de l’année – , ont réclamé une loi adhoc pour protéger leurs intérêts alors qu’ils sont incapables de s’adapter à leur environnement.
– les lobbies de la Presse papier, après lui avoir probablement copieusement graissé la patte – cadavre n°12.555, sortie courant de l’année aussi, avec le n°12.554 – ont réclamé une loi adhoc pour protéger leurs intérêts alors qu’ils sont incapables de s’adapter à leur environnement.

Les gnômes s’agitent. Les média se fixent tantôt sur les deux pugilistes, qui, à coup de grelots fixés sur leurs boots, font beaucoup de bruit pour rien, tantôt sur le Père-Vitreux, mais passent bien peu de temps à reporter les turpitudes et fébrilités des autres gnômes.

Il faut tenir un an, pensez donc ! La machine, ensuite, peut bien partir en sucette, ou exploser complètement. De toute façon, plus personne ne sait exactement ce qu’elle produit. Et alors, l’équipe des gnômes sera partie…

Notes

[1] Un chips mou, de surcroît au fromage, est un exemple type de truc qui ne servira jamais.

[2] subalternes des gnômes, foncièrement méchants, feront tout pour vous mordre la queue

[3] pas équipé pour comprendre s’entend – pour internet, il est bien équipé, mais l’information de son installation n’est jamais parvenue à sa cacahuète neurale

J'accepte les Bitcoins !

1A5FLqn2vEDmTYdbjRvbRqhfi8b79ChVmz

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires3

  1. pp

    Moi je propose de créer une asso, une site, chargé de répertorier tous les mensonges et fausses infos volontaires ou pas des médias dis "professionnels" (comprendre financé par des lobbies parce que sinon ils ne seraient pas foutus de vivre de leur boulot). Histoire de clouer le bec à ces plumitifs et grattes papier corrompus, et montrer que leur label est un label "propagande".
    Non mais !

  2. chris

    J’aime bien votre galerie de schtroumpfs.

    Mais ce que vous oubliez de dire c’est que dans un an, on aura bien sûr une nouvelle équipe, mais qui sera également composée de schtroumpfs.

    Au lieu d’avoir un bonnet d’ane bleu sur la tête, ils l’auront de couleur rose.

    C’est juste pour varier le spectacle, voyez ? Mais ils seront aussi bêtes, méchants que les précédents.

Laisser une réponse

(obligatoire)
(facultatif)