Le gros vicieux

Tout le monde a une idée de ce que peut être un gros vicieux, un pervers ou un être retors. Mais finalement, on en rencontre assez peu dans une vie normale, tant et si bien qu’on en vient à croire que l’être vil à la morale totalement dépravée n’existe finalement pas. On se trompe. Cet être gluant de fantasmes libidineux, de jalousie, d’avarice, puant le mal par tous ses pores existe bel et bien.

Mais il est habile et se camoufle bien.

Il sera de toutes les prébendes, de toutes les coteries, et dans le même temps, s’affichera, prétendûment le coeur sur la main, dans toutes les occasions festives et citoyennes, faisant mine d’aider les organisations charitables en les faisant chanter, mettant ses importants moyens pour aider la veuve et l’orphelin dont la situation désespérée aura été en premier lieu (et à l’insu de tous) de son fait…

Cet individu existe, et il est mouillé à des échelles incroyables dans tous les traffics les plus scandaleux :
– il vend des armes dans des proportions et des quantités telles qu’à côté, les parrains colombiens de la drogue font figure d’aimables boutiquiers amateurs; les terroristes de toute la planète, tous rassemblés, feraient figure d’amicale des pétanquistes de Palavas quand on les compareraient à l’arsenal moyen de ce géant de la boucherie mécanique.
– il a produit, produit et produira des armes de destructions massives, bactériologiques, chimiques, dont les effets et les résultats réels rendent soporifiques la lecture des comptes-rendus des pires massacres terroristes.
– c’est le plus gros bonnet de l’industrie du sexe, de la prostitution, du porno. Le CA qu’il récolte tous les mois de ses travailleuses (qui se comptent par milliers) donne à la notion d’activité de services une autre dimension, un parfum intéressant, méconnu des sociétés traditionnelles qu’il s’empresse aussi de racketer régulièrement pour faire bonne mesure.
– en matière de drogue, il a réussi à imposer, par la violence et au mépris de millions de vies (je dis bien millions), un monopole de fait dans deux des drogues les plus consommées au monde.
– il mange à tous les râteliers, y compris ceux des jeux, tant sur internet que dans les casinos. Et là encore, il utilise la violence pour verrouiller son marché.

Le plus incroyable, dans tout ça, c’est que ce caïd d’envergure internationale a su s’entourer de VRP clinquants. En France, on les voit même parader à la télé, dans leurs jolis petits costumes taillés sur mesure, dans des chaussures de style au prix défiant toute planification budgétaire. Ces lieutenants dociles, il les a entraînés dans des écoles sur mesure, en leur payant la totalité de la scolarité grâce à ses activités mafieuses, de racket, d’extorsion de fonds et de chantage.

Sa dernière exaction en date aura été, par exemple sur le territoire français, de s’octroyer (toujours par la violence) la possibilité de ramasser gros avec les jeux d’argent en ligne (sur internet), tout en empêchant toute concurrence, de l’étranger notamment.

Que fait la police ? Que fait la justice ?

Elle travaillent pour lui. La corruption est sans borne, comme un Sin City sur tout un territoire.

Ce qu’il y a d’incroyable, finalement, avec ce constat, c’est que personne ne s’en trouve vraiment choqué. Ces vices, ces exactions et ces crimes qu’on reprocherait lourdement à l’inconnu du coin de la rue sont acceptés dès lors qu’ils portent la main de l’Etat.

Mais parfois, l’actualité donne un ton bien singulier au système en place, et met en exergue le Deux Poids : Deux Mesures qui est devenu monnaie courante.

Dans la quasi-parfaite indifférence générale, l’Etat s’enrichit des taxes qu’il impose sur les cigarettes alors qu’il prétend vouloir lutter contre les morts et les maladies liés à cette drogue. Il fait exactement la même chose avec l’alcool.

Il prétend lutter contre l’effet de serre, et engrange des sommes colossales avec les taxes sur l’essence, devant ainsi le premier bénéficiaire de la consommation qu’il prétend vouloir contrôler.

Il touche des marges indécentes sur les ventes d’armes, et prétend vouloir arrêter les conflits, première source d’utilisation des armes qu’il vend. Il veut lutter contre la prolifération nucléaire, mais s’amuse devant tout le monde avec ses nouveaux jouets atomiques.

Il prétend lutter contre le proxénétisme tout en étant dans le même temps le plus gros maquereau de la planète.

Dans une position semblable, qui ferait réellement des efforts concrets pour tarir ses sources de revenus, sérieusement ? Quel caïd a décidé d’enlever ses filles du trottoir et d’aller pêcher, quel traficant d’armes s’est reconverti au jardinage, quel mafioso s’est rangé pour se consacrer à la restauration ?

Ne riez pas : la plupart, sinon tous, à un moment ou l’autre, avons gobé ces fadaises !

Cette fois-ci, l’Etat prétend s’intéresser à la lutte contre l’addiction aux jeux d’argents. Et, sur le territoire, c’est le premier sinon unique bénéficiaire de cette addiction. Il y a fort à parier qu’il y aura bientôt de nouvelles taxes juteuses, de nouvelles commissions, de nouvelles études et de nouvelles campagnes de sensibilisation à grands renforts de slogans stupides pour, comme la cigarette, nous faire arrêter.

Sans compter que, dans le même temps, il nous mitonne de nouvelles lois, de nouvelles régulations qui nous serons vendues par un quelconque VRP de la République.

Bien sûr.

J'accepte les Bitcoins !

1Jr3BiGZyjBbn5LppwV46JvcEa9SsGUSAV

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires17

  1. SamFischer

    cher H16, j’ai beaucoup reflechi fort a ce probleme et je crois que j’ai trouve la solution:
    tenons nous la main, travaillons ensemble pour faire un monde meilleur.

    non je deconne :)
    wouate aboute zis:

    historiquement, ce sont la domination et le controle qui ont preside a la definition et l’installation des etats.

    or les etats dans la definition d’aujourd’hui (dans l’esprit des gens) sont pris pour des structures de gestion et d’accompagnement, ce qui est un pipo !
    seulement quand les jeunes deviennent vieux, ils oublient que l’etat n’a jamais rien ete d’autre que domination et regulation, et la population entiere finit par croire au pipo, ou ne plus rien comprendre.

    ainsi commence la dynamique de couinement vers le bas.
    etats et media sont actuellement en phase de ‘floraison exponentielle de cultures du couinement vers le bas’ dont la densite et l’impact vont augmenter drastikkment.

    je pense que c’est cette culture du couinement revendicatif multidirectionnel, incapable de sentir ses propres composantes autoritaires, qui sera a la base d’une crise massive au niveau de la comprehension qu’ont les population de ce qui determine leur sort….

    Sam

  2. Mal barre

    Etat des lieux certes… Le probleme n’est pas tant l’Etat que l’absence, dans l’Etat modele jacobin de contre-pouvoirs. Il n’y a pas dans le systeme cinquieme republique de democratie mais un systeme extreme de concentration de pouvoirs… Plutot que de parler dans un absolu de l’ "Etat", je suggere que nous parlions de la sur-administration francaise, de l’absence de contre-pouvoir, des mandats electifs qui instaurent des "baronnies"… Commencons la!

    Observation faites que l’ "Etat" ce sont des hommes… Perso je ne suis pas anti-etat, en theorisation d’un monde ideal. Plus pratique, je pose le probleme "job, power, limit"!

    C’est prescisement parce que le job est non defini, le pouvoir non defini et les limites non fixees que le systeme francais est arrive la ou il est. Fixer les regles du jeu en une constitution "sobre et concise" s’en remettre sur le principe du droit a la regulation des pratiques et non pas comme en france a la theorisation abstraite par des comites theodules d’hommes liges de ce que doit etre le reel. ET ne pas a rebours tomber dans ce meme piege! (ce qu’helas certains liberaux font ou feraient…)

    Certes quand cet etat, tel que decrit au dessus, finit a la longue par recycler 55% du PIB, ou plus d’une famille sur deux depend plus ou moins de ce recyclage (un conjoint employe sous statut, un conjoint dependant de transferts… ) le mal est absolu. Il y a tant de monde qui en depend que reformer devient menace a une majorite. Ce systeme francais, est l’ "etat extreme", comme vous trouvez la dedans la "france extreme" celle qui unit dans un interet commun les extremes des deux bords, suivant la formule bien connue "bonapartisme rougi et marxisme blanchi".

    Les defenseurs du systeme, tous issus de l’administration longuement formatee au jacobinisme, au sur-controle, a la sur-reglementation, dans une defiance de ceux qui sont "en dessous" (par construction) maintiennent le systeme qui a resiste a tout, une revoluton, un empire, deux guerres mondiales… Mal barre!

  3. Emma

    Vous avez raison H16 de décrire l’Etat comme un être vicieux qui cache bien son jeu : c’est le diable. Schopenhauer dit que le diable ne se promène pas avec des clochettes et sous des couleurs vives. Sous des apparences trompeuses (par exemple sous celle d’Etat redistributeur), l’Etat est ce monstre jamais gavé qui se nourrit de nous tous.
    Ce qui m’étonne c’est que si peu de monde en soit conscient.

  4. Jesrad

    Intéressant ! Cet article fait un bon complément avec mon dernier cours d’économie politique sur le capitalisme d’état: namu.free.fr/wordpress/in…

    <i>en matière de drogue, il a réussi à imposer, par la violence et au mépris de millions de vies (je dis bien millions), un monopole de fait dans deux des drogues les plus consommées au monde.</i>

    Le café et la saccharose ? :D

  5. Jesrad

    "décrire l’Etat comme un être vicieux qui cache bien son jeu : c’est le diable"

    Ca aussi, c’est une grande vérité trop peu connue. Jésus était un anarchiste ( namu.free.fr/wordpress/in… ), la tentation de Lucifer contre laquelle il s’est battu longtemps c’était ni plus ni moins que le contrôle et le soutien des gouvernement du monde. La Règle d’Or qu’il a énoncé est un résumé de l’éthique libertarienne et de la justice naturelle: c’est ça, l’épée du Christ (on devrait plutôt l’appeler "rasoir du Christ" qui permet de trancher entre bien et mal, comme le "rasoir d’Ockham" permet de trancher entre deux explications valables). Le "royaume de Dieu" qui est promis, c’est celui dans lequel chacun est le roi de soi-même, et le libre serviteur de tous les autres: une anarchie de droit naturel.

    Y en a même qui pensent que l’Apocalypse viendra quand "l’Antéchrist" unifiera tous les peuples sous la domination d’un seul gouvernement mondial au nom, bien sûr, de la paix, de la sécurité et de la prospérité, ce qui précipitera bien sûr tout le monde dans l’esclavage le plus absolu qui ait jamais été.

    Toute ressemblance avec des personnages connus, des institutions existantes et des faits réels est bien sûr purement le fruit de mon imagination délirante de missionaire discordien sous DMT.

  6. Mal barre

    @ Emma

    So what?

    Comment en sortir est la vraie question?

    Encore faut-il bien poser le probleme: sortir de l’etat est une utopie tout aussi etrange que celle des soviets d’une dictature du proletariat…

    Commencons par denoncer l’Etat a 55% du PIB et de faire un plan vers 44% (UK) puis 33% (l’Irlande ou les usa)…

    Bien sur intellectuellement on peu dire bien des choses, mais je fais remarquer que c’est precisement intellectuellement que l’on en est arrive a cet etat jacobin francais… Evitons de proposer par les memes biais intellectuels mais a l’envers une chose tout aussi ‘incapable’…

    Autrement dit je reformulerait ainsi votre derniere phrase: Ce qui m’étonne c’est que si peu de monde soit conscient que l’Etat jacobin ET "gras" soit le mal absolu (et j’ajoute la voie de la servitude)

    La on ne se positionne pas simplement observateur-critique mais acteur-responsable car on propose une voie de sortie.

    Sur la methode: il faut pour defaire un systeme proposer avec une mesure difficile une contrepartie positive – supprimer telle redistribution avec en contrepartie "un plus" (non symbolique mais tangible) Exemple: les retraites dites des regimes speciaux, est-il normal que ce soient les salaries de droit commun qui reprennent les gouffres herites de l’economie mixte? Economie mixte qui par ailleurs dispose de ressources enormes, mettre les salaries d’edf dans le regime commun et vendre les actifs du commite d’entreprise d’edf en compensation sinon c’est du point de vue des salaries de droit commun heriter d’un strict debit! Mille exemples…. La banque de france (retraite: idem edf)… Les subventions et avances accordees a des structures ou l’etat est actionnaire… Les retraites par capitalisation… Les subventions a l’agriculture… Les comportements des alter et anti qui de fait sont au dessus des lois appliquees au pequin moyen… Les subventions au associations tenues par des fonctionnaires ou memebres de leur famille… etc etc

    L’equation 55% >>> 44% en dix ans puis 44% >>> 33% en dix ans.

    Qui va dans ce sens?

  7. Jesrad

    J’ai une autre suggestion, celle qui est utilisée dans "Alongside Night": l’action politique façon agoriste. Cela revient à développer la contre-économie (marché noir et marché gris) en parallèle du "marché blanc" contrôlé, régulé et taxé par l’état.

    Le but étant d’affamer le gouvernement jusqu’à la banqueroute, et à ce moment-là de lui reprendre ses prérogatives en proposant les mêms services, mais sur le marché libre.

    Donc, allez-y, déposer vos sous dans les paradis fiscaux, achetez et vendez des drogues et des armes, travaillez au noir, fraudez le Fisc, arnaquez les institutions publiques (volez les voleurs), vendez des services de sécurité de la personne, et il ne faudra pas longtemps pour le dépôt de bilan. Il y a déjà en France des zones dites de "non-droit" où un marché de police privé serait possible.

  8. Mal barre

    Wow! Pas besoin d’aller si loin… L’etat francais est deja ruine… La croissance europeenne est vers les zero… La masse monétaire M3 de la zone euro vient d’augmenter de 100 milliards d’euros en septembre par rapport au mois d’août et de 8,4 % d’une année sur l’autre, ce qui est beaucoup trop ! Comme la croissance du PIB réel est inversement proportionnelle à la création monétaire, la croissance de la plupart des pays de la zone euro est donc en train de ralentir et de tendre vers zéro…

    En dessous de 2% de croissance il n’y a PAS de creation d’emplois. ET l’indicateur pertinent n’est pas le chomage mais le taux d’activite des francais, le plus bas des pays developpes. Lire ceci >>>

    The Decline And Fall Of Europe

    http://www.washingtonpost.com/wp...

    Summary OECD >>>

    http://www.oecd.org/dataoecd/55/...

    Conclusion: mal barree l’europe!

  9. Mal barre

    J’ajoute ceci: d’abord je precise ma culture double, de francais "rectifie" :-)

    J’observe en france cette propension a intellectualiser, a vouloir des ideaux et in fine rester assis, observateur des desastres qui se repetent… talk and no action… ce pays et LE pays politique in essence, ceci Marx l’avait bien colmpris, mais ce pays politique est immobile par construction et par intellectualisme, le second faisant le premier… Deuxio, ayant tente en divers cenacles de faire bouger cette propension au statique, je peux temoigner qu’il s’agit d’un fait culturel, ma conclusion etant que l’on ne change pas la culture d’un lieu; cela demande des lustres. Cette culture est tout sauf celle "des lois naturelles", c’est une culture de domination vice versa domine acceptant (c’est une interpretation des lois naturelles qui elles montrent la diversite et la dynamique – on pourrait parler d’ecosysteme etrique et isole avec des especes endemiques- ). Tout ceci pour dire que fondamentalement, je veux dire le sens de la maree, ce pays est pris dans une regression longue. Aucune solution ne viendra en interne! C’est la partie "pessimisme de la raison" de mon propos.

    Ceci dit, il y a l’exterieur. C’est bien de l’exterieur que viendront les conditions d’une "reformation" (dans le sens que donne ce mot anglais) avec ce cote "renversement copernicien". Ce qui est impossible de dire c’est la conjonction qui va faire basculer le systeme… Une conjonction d’impasses internes, pas de croissance, inactivite de bien des gens, pression fiscale, systemes de retraite en deficit ET impact externe: europe orientee plutot par la logique des nouveaux entrants plutot que par le couple dit fondateur, echec des politiques de relance europeenne (echec previsible car fonde sur des projets idealises par des technocrates coupes du reel) necessite d’une autre logique… C’est la partie "optimisme du coeur" de mon propos.

    Il ne peut y avopir avenir que si l’on tourne le dos a la "vieille europe", je veux dire a ces raisonnement intello, deconnectes, pas pratiques, attentistes et nationo-fermes… Cela va prendre des annees, avec des crises jugulees par des demi-mesures et des fuites en avant (et on y est deja); a un moment il faudra une autre logique!

  10. laurett

    Ca me fait penser à un truc que j’ai entendu ce matin à la radio et qui n’a pas grand rapport :

    Une voisine de la dernière infanticide en date tombait des nues devant le micro, "mais c’est une femme charmante, je ne me doutais pas…"

    Vous avez remarqué comme les gens ne voient pas le mal là où il se trouve, incapables qu’ils sont de gratter sous le vernis pour apercevoir ce qu’il y a en dessous ? Faut dire que l’école de la république et les média ne sont pas là pour nous aider à développer notre sens critique…

    J’attends avec une pointe d’impatience d’entendre les mêmes phrases au sujet de l’état, preuve que les gens auront gratté…

  11. Mal barre

    Gratter: l’etat c’est qui? pas quoi, qui? Comment "on" exprime "job", "power", "limit", tout le reste decoule de ceci! Tournez le dos a la vieille europe, mettez la a sa place c’est a dire dans le passe, et laissez ce passe a sa place… Pas d’idealisation ni pro-etat ni anti-etat, pas de remede miracle… Du realisme dans le constat et dans l’estimation des marges de manoeuvre et des actions vers un but! Sinon? Dans vingt ans vous y serez encore!

    On ne peut pas demander à tous le monde de comprendre mais s’ils pouvaient juste écouter.

  12. Jesrad

    Je crois au contraire que se faire entendre et convaincre assez de gens pour changer les choses est un idéal bien trop infaisable. Le système démocratique ne peut pas changer aussi radicalement, tout simplement parce qu’il n’est pas conçu pour même permettre ce genre de changement.

    Non, pour se faire aider de ses ennemis potentiels sans se batre contre eux, il n’y a qu’une méthode qui marche: Katalassein, la catallaxie, fais de ton ennemi un soutien par le marché.

    Cela veut dire encourager les autres (je veux dire les non-libertariens au sens large, statolâtres et autres égarés) à suivre leur intérêt personnel. Au lieu de leur montrer la fin de la route, montrez-leur en le début. Et j’en reviens à mon idée fixe, l’action agoriste: beacoup de ceux uqi participent à cette action ne savent pas qu’ils agissent contre leur propre esclavage, mais ils sont très conscients qu’ils agissent dans leur propre intérêt ;)

  13. Mal barre

    Les egares… Mais les francais sont egares dans leurs reves et leurs bla blas!

    Ne perdez pas votre temps a croire que ce que vous dites va amener ce que vous dites. Helas vous allez dechanter!

    Si vous voulez meilleur ecosysteme alors cherchez des lieux differents. C’est ma solution. Vous agissez ainsi "utile" et dans votre propre interet :-)

    Amicalement

  14. Liberer

    @ Jesrad Je comprends bien votre propos. En fait vis a vis des extremes, tous, extremes des deux bords de l’hemicycle, extreme centre de Bayrou, extreme vert de Bove, vous vous portez vers un extreme libre, mais ce n’est pas la liberte car vous devenez prisonnier de mots, comme d’autres citent la dictature du proletariat, d’autres l’interet national, d’autres ‘a bas les patrons’… vous restez homogene a ces derives. Ce n’est pas la liberte!

    La liberte ne demande pas de ‘ismes’.

    Ceci dit la poursuite de son propre interet, je partage et pratique.

    Mais la difference est considerable, pas de mot fourre tout, un principe d’action concrete. Quant a s’abstraire d’un contexte inhibant, le mieux est de changer de contexte. Attendre que par votre action et d’autres a votre image le systeme bascule, il se peut, se pourrait mais il est sur que peut etre vos petits enfants connaitront.

    En attendant ce grand soir, faites donc des plans concrets ET je suis d’accord dans la poursuite de votre interet.

    Liberez vous des mots qui soit disant portent reccette.

  15. Jesrad

    Je ne suis pas extrême ni extrêmiste, je suis juste cohérent :P La différence entre vous et moi, c’est que vous partez du principe que ça ne changera jamais, que ce que je veux n’existera jamais… alors que ça a déjà existé plusieurs fois dans le passé !

    Je vous donne des exemples d’actions parfaitement concrètes, et vous me parlez de rêves, de blablas, de contexte abstrait…

    Je me demande lesquels ici ont les yeux ouverts :D

  16. JamesBond

    ah ces francais! toujours a se chamailler :)

    je parie qu’au fond vous etes d’accord, sauf que y en a un qui est a l’etranger et rendu tout fou par la bouffee de liberte inattendue, tandis que l’autre est bloque en france ou tout le monde est tout gris et tout frippe et rale tout le temps :) hihi

    les liberaux ont raison mais pas parce qu’ils aiment la liberte – plutot parce qu’ils aiment avoir raison !
    apres tout la plupart sont des ferus de cravates bigarrees, ce qui en dit long (au moins long comme une cravate)

    :)

    J Bond

  17. Mal Barre

    @ Jesrad J’espere ne pas vous avoir vexe, ce n’est pas mon intention. Comme le dit James, y a un qui s’eclate… Ceci dit pas vraiment quand il voit les francais toujours repartir vers les references du passe. Bon sang laissez le la oui il est! Faites maintenant projet pour demain. Tout n’a pas ete dit et pense dans le passe et a mon sens jouer dans le jeu actuel (il n’est pas certain que les recettes du passe ecrites en contexte -passe- s’appliquent)…

Laisser une réponse

(obligatoire)
(facultatif)