Le principe du barrage

Plus on retient d’eau dans un barrage, plus le barrage doit être solide. Et plus l’énergie relâchée est grande lorsqu’un barrage, mal conçu, casse. Ce qui est valable pour l’eau est, étrangement, valable pour l’information. Si vous retenez une grande quantité d’information, il vous faudra un barrage solide. Et comme l’information est beaucoup plus fluide et glissante que l’eau, elle finit par filtrer, même au travers des barrages les plus solides. A ce moment, un petit filet fait jour, puis une fuite franche, puis c’est la rupture.

J’ai encore du mal par manque de recul à qualifier la fuite (ruisselet ? rupture franche ? petite goutte ?) qui vient de se produire dans les média pourtant si traditionnellement bien compacts pour faire barrage à ce genre d’informations.

Ce matin, en machouillant mes tartines au Nutella, je fus interrompu dans mes mastications sucrées par le monsieur dedans le poste qui disait en substance : « Bercy a tenté une opération comptable de calcul du bilan financier de la France en mettant d’un côté son passif (sa dette) et de l’autre ses actifs (patrimoine, entreprises, brevets, etc…). Au regard de ce qui n’est qu’un exercice de style, il semble que la France soit virtuellement en faillite puisque la dette s’élève à 1100 milliards d’euros, et que l’actif atteint péniblement 550 milliards d’euros. »

Enchaînant dans la bonne humeur sur l’impact du chikungunya, le journaliste ne s’est pas attardé sur la nouvelle, la jugeant sans doute trop abstraite pour les auditeurs du matin, qui, rappelons-le, sont un peu mou entre 7H et 22H en France et ne méritent donc pas une analyse poussée de la situation. Pour ma part, je venais de choper une crampe de la mâchoire.

Chose rare, même ma femme a réagit. Elle reste pourtant d’un calme olympien devant la tuerie liberticide constante de la diarrhée législative de nos députés sur les 30 dernières années, ou sur le dégueuli moite que nous propose le « journalisme » radiophonique du matin. Mais cette fois, elle a interrompu la cueillette de gamins en pyjamas préparatoire à l’habillage pour, un sourcil plus haut que l’autre, déclarer : « Et ils ne commentent pas ça plus que ça ?! ».

Eh non. Force est de constater que … tout le monde se fiche éperdument des exercices de Bercy. C’est vrai, en général, quand les crânes d’oeufs du ministère des Phynances s’agitent, ce n’est pas bon pour nous. Mais pour une fois qu’ils découvrent, eux aussi, que ça ne sent franchement pas bon, il était temps de commenter, d’analyser et de débattre.

Mais non. On aura bien vite reparlé des recettes de Tante Marie pour réussir ses confitures (C’est la saisons, profitez-en ! Mon conseil, celle de tomates vertes, c’est délicieux avec quelques zestes de citron ou d’orange, mais je m’égare), de la coiffure de la mère Royal, des longueurs de canines de Sarko, et des chiens vicieux qui bouffent leur maîtresse. C’est plus pipaule, c’est plus gore, c’est plus choc.

La faillite virtuelle de la France, c’est pas gore, c’est pas pipaule, c’est pas choc. C’est mou, c’est triste, c’est blafard et ça s’enchaîne fort mal avec le Taser à Caméra que certains policiers vont, youpi youpi, expérimenter bientôt.

Dans le même temps, on me souffle à l’oreillette que la CNIL est en cessation de paiement (et on en trouvera un autre article édifiant ici). Non. Sans blague. Une institution de l’état, toute pleine de Moraline, remplie de son rôle prépondérant de lutte contre les miasmes de la société de l’information laissée aux seules mains du Kapitalisme (ou, alternativement, contre les petits doigts potelés de l’Etat qui s’insinuent partout), se retrouverait donc sans le sou ?

A la limite, ce serait risible si nous étions le 30 décembre. Mais un 22 novembre, cela fait encore une quarantaine de jours à tenir en taillant des cure-dents. Cela laisse songeur.

Ce qui est consternant, de surcroît, c’est la quasi-oblitération de ces informations dans les grands média. Ainsi, Google Actualité permet d’avoir une assez bonne idée de la popularité d’une nouvelle. Si, en trouvant celle-ci, le service gratuit du moteur de recherche vous annonce 65 articles connexes, vous tenez un sujet très relayé dans les média, comme Ségo et son pack de kro socialos, ou, pour 83 articles, les manoeuvres de Sarko pour contrer l’aile chiraquienne en plus de l’aile royaline du méga-parti UMPS. Croustillantes pépites de nullités, ces articles parlent de gens qui se foutent de vous, dont les objectifs vous sont finalement totalement étrangers (à moins bien sûr qu’un candidat à l’élection présidentielle lise mon blog), et dont la vie intestinale vous est complètement sans intérêt. Près de 150 articles tout de même pour ces agressives niaiseries.

De l’autre côté, les deux nanars du moment:
– un film pourtant à très très très gros budget, Faillite De La France : 6 articles.
– un petit court-métrage confidentiel, probablement en version slovaque sous-titré croate, La CNIL en Déroute : 8 articles.

Le barrage ne tient que parce que les étais du barrage ont été posés, il y a bien longtemps, par toute une caste baignée de l’importance de ses propres suppositions, de sa croyance d’airain dans la moralité, la justesse et l’équité de sa démarche (et que périssent les opposants), ou le simple j’menfoutisme irresponsable à tous les niveaux des institutions de la république, baigné d’une décontraction de playboy insouciant sur une plage méditéranéenne, dont on peut maintenant constater l’étendue presque en direct sur internet.

Mais cette caste vieillit, les étais faiblissent, et les informations, les faits, se font toujours plus nombreux, plus lourds et plus difficiles à cacher. Et de même que l’énergie relâchée est immense lorsqu’un barrage casse, il y a fort à parier que l’énergie relâchée quand ce barrage sera tombé sera elle aussi titanesque, avec tous les risques que cela suppose.

J'accepte les Bitcoins !

1LczdkoBv3VH8KsCnNB6wvoF5yZf2neA9m

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires11

  1. Dilbert

    "bilan financier de la France" : c’est faux, c’est du bilan de l’Etat français qu’ils s’agit.

    "l’entreprise France" : drôle de nom pour qualifier un Etat prédateur.

    Toutes ces approximations de langage n’ont pour but que de décharger les politiciens de leurs responsabilités.

  2. chris

    La pluie de novembre vous aura egaré cher H16.

    Et moi ce matin, ce n’est pas du Nutella que je tartinais, mais un miel de fleur d’oranger, percutant et pourtant très doux.

    Tout ça pour dire que cette nouvelle me réjouit. Si, si.

    L’Etat français est en faillite. Mais attendez, le meilleur viendra de la Cour des comptes qui doit certifier les comptes… Son patron a déjà prévenu que cela ne se ferait pas sans "réserves". Je suis un grand fan de P.Seguin.

    Et ce crétin de Copé a tellement les chocottes qu’il dit que cette approbation des comptes est « Un saut dans l’inconnu ». Pathétique tentative de déminage.

    Ah ah ah c’est hénaurme.

    La chance pour la bande des quatres et la bonne tenue de notre "grand débat présidentiel", c’est que cela interviendra FIN MAI 2007. Ouf !

    Sarko et Ségo n’auront donc pas à commenter durant la campagne.

    http://www.lesechos.fr/info/fran...

    Je n’ai de cesse de le répéter : après les élections, on assistera à la classique scène :
    -"Oh, les caisses sont vides. Oh, on est faillite. Va falloir payer les gars, désolé".

    Préparez les mouchoirs.

  3. Jesrad

    Et pendant ce temps, au vinteure de Fraoôonce 2, on parle des blogs de customization de tricot, de remonte-pentes chauffants et de Philippe Noiret. Bonne nuit les petits !

  4. pp

    On est déjà bien dans le rouge, mais c’est rien du tout à côté de ce que ça sera lorsque le barrage qui retient le système financier cassera.

  5. Qui Ne Dit Mot Consent

    Quand la France va -très- mal

    Ce serait un peu vache de dire que j’attendais impatiemment ce genre d’événement, mais disons plutôt qu’il est loin de me surprendre. On arrive au point où les changements radicaux ne deviennent plus envisageables, mais carrément…

  6. Pingouin

    bonjour les amis.
    @pp

    "On est déjà bien dans le rouge, mais c’est rien du tout à côté de ce que ça sera lorsque le barrage qui retient le système financier cassera."

    mais, euh, concretement, qu’est-ce qui va se passer ?

    il ny pas de mur a abattre ici, on est deja a l’ouest :)

    est-ce que des gens tres serieux et tres bien informes ont peur, et de quoi ont-ils peur?

    merci

    Pingouin

  7. sweet dreams (of greatness)

    Bonjour a tous…

    Peur… Mais de ce que les comptent atterissent sur ce qu’ils sont reellement!

    Ce sont bien des societes dont les comptes seront remis a leur valeur reelle, amputes de 1/3 en gros!

    N’oubliez jamais que bien du monde s’est habitué aux "profits" (sur le papier) sans liquidite, bref tout a ete perverti et les decalages "fait generateur" avec reglement reel sont enormes… Sans parler des "deplacements" ad hoc entre structures (exemple lire les comptes de la SNCF sans lire ceux de RFF revient a s’enfumer inutilement…)

    Peur… Mais de ce que le statut de la fonction publique saute et que les statuts divers et tres varies sautent!

    Peur… Mais de ce que l’economie artificielle de l’immobilier soutenue par des POS reduits (penurie entretenue strictement administrativement) saute! Et que la decote se fasse (ou plutot l’illusion de richesse disparaisse)…

    Peur que tous les mensonges economiques soient d’un seul coup reveles!

    Peur egalement que les mensonges relatifs a l’etat reel non comptable (valeur reelle des technologies, des brevets, des immateriels) ne soient reveles!

    En fait c’est enorme. Une vraie petaudiere, un vrai barnum truque! Garants du mensonge la caste administrative et politique celle qui dit "la france c’est moi"!

    Un scenario tres plausible! Meme si la piece se jouera en plusieurs scenes.

    Pourquoi? Avec double dynamique. D’abord en interne ca ne tient plus. Ensuite relativement a l’externe (eco monde), en premier cercle l’Europe, la croissance est nulle, ensuite le monde lui tourne a 4-5%. C’est une sorte d’effet ciseau, le ciseau s’ouvre (les deux courbes sont generation de richesse (avec capacite future de sa generation) et engagement pris (avec leurs consequences, ces deux courbes divergent) et le ciseau va se fermer (car cela ne peut durer eternellement).

    Reglement plus ou moins en douceur.

    @ h16 Excellent votre blog. Pour l’economie et ses explications le blog de l’institut Turgot est excellent, excellent l’economiste Chevallier; il decrit fort bien tout ceci… Vous y verrez certainement le scenario a l’oeuvre (et explique). Dernier message de ma part, suis trop occupe. Mais je vois que le vent tourne, que l’eveil se fait, et cela me va. Photon, albert, sweet dreams (of greatness). Bye

  8. NL

    "L’Etat français est en faillite. Mais attendez, le meilleur viendra de la Cour des comptes qui doit certifier les comptes… Son patron a déjà prévenu que cela ne se ferait pas sans "réserves". Je suis un grand fan de P.Seguin."

    Imaginez un peu. Vous avez des actions d’une société du CAC40. Au moment de l’AG annuelle on vous annonce que les comptes son certifiés avec réserves. Mais alors là c’est la catastrophe, vous vous dites que ya quelquechose qui cloche et vous revendez tout vite fait bien fait (et out le monde fait de même, bien évidement). Résultat, l’action se crash..
    Ici la certification avec réserve n’a pas l’air d’affoler…
    NL

  9. Laurent

    Precision : les 1100 milliards d’euros de dette ne comprennent pas les retraites des fonctionnaires, que toute entreprise privee est aujourd’hui tenue de provisionner. En tenant compte des engagements de retraite, la dette passerait a 2.000 milliars environ, soit pres de 4 fois l’actif…la gangrene ne s’arretera pas a coups de reformettes : il faudra couper ou perir.

Laisser une réponse

(obligatoire)
(facultatif)