L’Educnat Tous Azimuts

Un bon citoyen festif et joyeux est un citoyen éduqué. Pour en arriver là, on peut employer deux moyens : la force et la persuasion. La force est la marque de la dictature, la persuasion celle de la sociale-démocratie. Et le truchement le plus sûr de cette persuasion passe d’abord et avant tout par le système d’enseignement. On pourra bien sûr utiliser les média pour asseoir cette persuasion et en faire une bouillie suffisamment simple à digérer, mais initialement, la préparation matricielle du cerveau citoyen sera laissée aux bons soins de l’Education Nationale qui s’acquittera méticuleusement de sa tâche.

Pour que ce système d’éducation fonctionne réellement à plein régime et que son endoctrinement puisse s’étendre à toutes les couches de la population, il faut que ce système soit rendu obligatoire et qu’il soit payé par la communauté :
– L’obligation de passage permet de culpabiliser ceux qui ne s’y soumettent pas, et de les indiquer à la vindicte populaire. Ainsi, de nos jours et pour les parents, décider d’instruire par eux-mêmes un enfant les rend sujets à de nombreux contrôles tatillons, à la limite du vexatoire.
– Le fait que ce système soit gratuit payé par tous rend le passage par un système privé doublement onéreux : on paye le système privé en plus du système public, ce qui, finalement, permet de scotcher le système privé à une classe de population (la plus aisée) tel le caramel au fond d’une casserole, et, ainsi, en parfaite logique collectiviste, de le dénoncer précisément pour ce défaut.

Une fois le système en place, un axe indispensable à cette préparation sociale-démocrate des futurs cerveaux citoyens est celui qui consiste à faire comprendre l’Impérieuse Nécessité de l’Etat : ce dernier est en effet le bras armé nourrissant le système d’instruction via l’impôt, et son principal commanditaire. A force, le système d’instruction fournit la masse gluante de fluffys bondissants, correctement « éduqués », qui feront tout pour pérenniser l’Etat dans sa démarche.

Caricatural ? Je vais trop loin ? C’est vrai qu’à froid, depuis le confort douillet d’un bon fauteuil moelleux, il apparaît clair que la société décrite ici, notamment française, semble trop atrocement orwellienne pour être proche de la vérité.

Et pourtant, l’actualité donne ici une bonne idée de l’avancement putride de la collectivisation rampante qui a gagné tous les pores de l’Educaâation Nationale. Oh, bien sûr, il existe – heureusement – quelques vaillants professeurs, éducateurs, personnels administratifs dans cette organisation qui ont compris l’ampleur des dégâts et tentent d’en amoindrir l’importance par leurs efforts de tous les jours. Cependant, le combat quotidien avec les phalanges les plus actives des joyeux dictateurs collectivistes est vraiment harassant, et en fatigue plus d’un. Il n’est qu’à voir le niveau toujours plus bas d’exigence aux diplômes tant en matières scientifiques qu’en matières littéraires pour comprendre que l’Edulcoration Nationale produit de plus en plus d’illettrés, joyeux et fiers de l’être, frétillants acharnés du texto ciselé dans de la merde brute.

Petit à petit, on en vient, comme les personnages consternants de 1984, à remodeler les faits pour qu’ils collent à l’idéologie, à passer sous silence ce qui gêne ou mettre en avant des artifices qui arrangent. Il en va ainsi de la fameuse lettre de Môquet[1].

Pas de doute, la prochaine rentrée promet d’être drôle. Pour rappel, en plus du remplacement de la méthode de lecture semi-globale (qui est plus qu’une semi-catastrophe) par la méthode traditionnelle, chaque enseignant se voit aussi confier la tâche de lire à ses élèves la petite bafouille du Guy ; la plupart des élèves n’ayant qu’une connaissance de plus en plus vague des événements de la Seconde Guerre Mondiale à laquelle, je vous le rappelle, Rambo n’a pas participé, eh non !, ils auront déjà un petit problème pour bien saisir le contexte.

Si l’on ajoute à cela la tromperie sur la marchandise, et la confusion des genres, le message risque de s’en trouver déformé. Tromperie, parce que le petit Guy était en tout et pour tout militant communiste, mais en terme de résistance, n’avait guère eu le temps d’en fournir. Et confusion, parce qu’on devrait lire sa lettre pour l’aspect abject de cette guerre qui fit fusiller des enfants innocents, mais non parce qu’elle entraîna la mort de communistes ou de résistants. Quand on se rappelle les va-et-vient des communistes entre le support franc et massif au régime nazi et le combat actif, on ne peut qu’admettre la clairvoyance d’Orwell dans les régimes collectivistes.

Mais cela va plus loin. L’infiltration bienpensante et collectiviste est à ce point présente dans les moeurs scolaires qu’il semble aller de l’honneur à géométrie variable de certains d’effectuer un rejet vif et épidermique à toute intrusion supposée de la droite (étatiste, interventionniste et affairiste, certes, mais pas encore officiellement socialiste) dans leur monde.

Ainsi, si une ou deux chansons évoquent un rapport même ténu avec Sarkozy, fussent-elles d’un consensuel servant presque d’étalon de mesure, elles devront être impitoyablement censurées pour éviter toute assimilation possible du choix de ces chansons avec le leader ouvertement fasciste, berlucosniste, libéralo-atlantiste et surtout très très méchant qui nous dirige tous, bouh! le vilain.

De la même façon, toute évocation d’une réforme dans le système sera immédiatement repérée par les cyborgs surentraînés des syndicats d’enseignants comme tentative de subversion d’un système dont l’architecture fragile et délicate repose entièrement sur le principe que Tout Changement Est Dangereux. Si, en plus, la réforme est tentée pendant une période de calendrier particulièrement peu propice aux mouvements de grèves, de défilés dans les rues et de barbecues sur voitures, là, c’est une déclaration de guerre !

On pourrait s’arrêter là, le tableau serait déjà assez sombre. Mais l’Educnat attaque tous azimuts : toutes les couches de population seront touchées, toutes les expériences éducatives seront tentées, toutes les compromissions avec le savoir ou les faits pourront être sérieusement envisagées, et surtout, au final, tout doit disparaîtr. Pendant que nos petits robots pavloviens salivent au son de la clochette réformiste, le Système Universel d’Instruction, d’Education et de Formatage Citoyen s’occupe de vos enfants, de leur bien-être et de leurs parents. Il s’assurera ainsi qu’ils ne manquent de rien (pâte-à-modeler, musique, macramé, poterie, nourriture, solidarisme vitaminé, égalitarisme en béton armé) et surtout que les citoyens festifs qui les ont procréés ne sont pas atteints de tares anti-sociales comme un penchant pour l’alcool, la cigarette, les gros mots, ou les nourritures trop grasses, trop sucrées, trop salées…

Le degré de liberté d’un pays peut, je crois, se mesurer directement au degré de liberté réelle qu’on les parents dans les choix de l’instruction et de l’éducation qu’ils font passer à leurs enfants. Si la France veut un jour prétendre réincarner les valeurs de liberté qui la firent briller au XVIIIème siècle, il est impératif que ce monstre froid et destructeur qu’est l’Education Nationale disparaisse.

Notes

[1] Au passage, vous noterez l’accent circonflexe sur le o, comme dans Fraônce. C’est un signe.

J'accepte les Bitcoins !

14SgJMWrv2kwZ2eKvKfGwgNnxaDjU1M6c3

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires9

  1. Gummy

    Juste comme ça en passant, puisque ma femme est instit dans la privé :
    Les effectifs du privé sont alignés sur les effectifs du public, ce qui empeche
    les gens de choisir où mettre leurs gamins. Et dès qu’on veut faire bouger
    cet état de fait, on a droit à moultes manifs et mergez-party dans la rue…

  2. Franck

    «[…] remodeler les faits pour qu’ils collent à l’idéologie, à passer sous silence ce qui gêne ou mettre en avant des artifices qui arrangent.»

    C’est bien la caractéristique première d’une idéologie: tenter de modifier (par tous les moyens jugés nécessaires) la perception de la réalité (après s’être aperçu, pour les plus rationnels, que la réalité n’est pas maléable) pour coller à la description du monde prônée par les défenseurs de ladite idéologie.

  3. Bobby

    Aux US, je suis senior tekkie dans la haute techno: les gens s’arrachent mon cv, je gagne des sous, je n’ai pas de diplomes mais mon experience m’ouvre bien des portes.

    En France, avec exactement le meme job:

    je suis intermittent du spectacle, je suis mal paye (car le boss ne comprend rien a mon cv) , dans des compagnies sans avenir, coincees dans des ZUP.

    C’est quatre fois plus dur, et les gens me traitent de feignant, car je suis dans la meme categorie socio-pro que les jongleurs de rues et autre Artistes semi-sdf.

    faites comme moi, suivez la regle du JMCDCPDM, Je-Me-Casse-De-Ce-Pays-De-Merde :)

  4. @ylyad : merci pour le lien.

    @bobby : eh oui. Je l’ai constaté moi aussi. Et je vais un jour (au moment propice) appliquer la règle du JMCDCPDM.

  5. Emma

    De plus, je ne sache pas que la carte scolaire soit remise en cause mais seulement aménagée – on se demande comment – contrairement à ce qu’avait laissé penser le candidat devenu président. C’est un réel pas en arrière, en effet très dommageable du point de vue de la liberté de choix des parents pour l’école ou le lycée de leurs enfants. De toute façon, Darcos ne fera pas le poids face à la forteresse syndicale des enseignants, rôdée depuis des lustres au conflit avec leur ministre de tutelle.
    Et entièrement d’accord avec vous, H16, pour l’histoire de la lecture de la lettre de Guy Môquet : est-ce une farce ou une pierre dans le jardin des communistes (qui n’ont d’ailleurs pas manqué de saluer la louable intention dans l’Humanité) pour les amadouer et les empêcher de descendre dans la rue à la prochaine rentrée ?

  6. higgins

    Juste pour mentionner en passant qu’un distingué prof. d’histoire-géo (mérite-t-il encore cette appellation?) a annoncé vendredi matin sur une grande chaîne de radio qu’il ne ferait pas lire la lettre Guy Mocquet à ses élèves parce qu’il soupçonnait de la manipulation et de la récupération de la part de l’initiateur de cette mesure (en plus, de part la famille politiuqe de NS, il lui dénie tout droit de récupérer à son profit un tel emblème de la gauche résistante).
    Je n’ai aucune sympathie pour le monde ou l’idéologie communiste. Le comportement du PC entre 1939 et juillet 1941 est, n’en déplaise à ce monsieur, empreint d’une certaine ambiguïté que je souhaiterai voir mis plus en avant. Cela n’empêche pas que j’éprouve énormément de respect pour tous ceux et celles qui ont donné leur vie à cette période pour lutter contre l’occupant. Avant d’être la lettre d’un militant, cette ultime missive est avant tout le lettre d’un adolescent, à ses parents, qui sait qu’il va mourir. Le comportement de cet "enseignant" est à la limite de l’abject quand on entend son argumentation. Que cela nous plaise ou non, Guy Mocquet, de part son destin, appartient à notre histoire.

Laisser une réponse

(obligatoire)
(facultatif)