Initiative intéressante

J’ai déjà eu l’occasion de mentionner, dans des précédents billets, l’importance que prennent les nouveaux canaux médiatiques que sont les blogs et la presse dématérialisée sur internet, notamment ici et . C’est dans ce cadre que je comprends tout à fait et m’associe à l’initiative de Thierry Crouzet

Comme il l’explique dans son billet, l’idée consiste à créer un réseau maillé, permettant peut-être à terme de changer le mode d’expression politique des citoyens de base.

Le réseau libre serait un méta-parti en quelque sorte, une structure horizontale plutôt que verticale. Il inaugurerait une nouvelle façon de faire de la politique, une façon tournée vers l’action et non vers la recherche du pouvoir.
Le pouvoir, c’est agir. Dans la vie, on peut créer son entreprise ou chercher à progresser dans une entreprise existante. Nous disposons ainsi de deux modes d’action. Nos politiciens choisissent exclusivement le second mode, en briguant des postes préexistants (ils se partagent le gâteau).
Il est temps de penser la politique avec une logique d’entrepreneur (agrandir la taille du gâteau). Ne plus chercher à conquérir des postes mais en créer de nouveaux. Cette façon de faire de la politique n’exige pas la fin des partis et de la politique ordinaire. Elle peut se développer en parallèle pour demain, peut-être, devenir dominante. Ce pourrait être une façon douce de passer du mode de gouvernance actuel vers un nouvel ordre social.

Il va de soi qu’on ne peut déterminer l’impact d’une telle entreprise, mais le succès d’Internet est entièrement basé sur la réalisation d’un ensemble vaste et complexe de réseaux inter-connectés, permettant à différentes personnes qui ne se rencontreraient pas dans la vie réelle de partager des informations, une culture et des idées.

N’ayant pu que constater la médiocrité de la démocratie actuelle en ce qu’elle mène presqu’obligatoirement à une sociale-démocratie molle et consensuelle, ne satisfaisant finalement que quelques nantis en haut de la pyramide du pouvoir, j’estime qu’Internet constitue maintenant une échappatoire viable pour l’expression des spécificités individuelles que les autres modes de représentation politique ne permettent pas.

Je tente donc l’expérience.

J'accepte les Bitcoins !

1Fdr6kF9gg7pvZRAazz3w5rZx8K5k6PFZG

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires6

  1. Emma

    h16, un réseau quel qu’il soit a-t-il jamais fait une politique ?
    Comme Flak, je n’entrevois pas le but de la manoeuvre.

  2. En l’occurrence, il ne s’agit pas ici de « faire faire de la politique à un réseau », mais tout simplement d’obliger les hommes et femmes politiques à inscrire à leurs agendas les actualités importantes des réseaux créés. Typiquement, nous sommes entrés actuellement dans l’ochlocratie où la rue décide à la place du peuple ; ceux qui crient les plus forts, ceux qui ont la plus grande représentativité médiatique obtiennent le plus de l’Etat ; on le voit notamment avec les braillards des syndicats qui, avec à peine 100.000 personnes en France pour une manifestation arrivent à faire croire qu’ils sont 1.000.000, média aidant. Obtenir des politiques qu’ils soient finalement obligés de tenir compte d’un nouveau type de média représentant une population importante (en pouvoir d’information, en pouvoir d’achat, en pouvoir économique, en pouvoir décisionnel, …), c’est un but très intéressant en soi, non ?

    Internet offre à chacun la possibilité de colporter et d’étendre l’emprise d’idées qui ne sont pas mainstream dans la presse actuelle. De plus en plus, on voit l’émergence de comportements, de réactions, de communautés qui n’ont plus aucun rapport avec les catégories de personnes dont les média traditionnels s’occupent. Un exemple nous concernant, lecteurs libéraux : la communauté libérale est absolument sous-représentée dans les média français, voire inexistante. Pourtant, comme en témoigne le Net, c’est une communauté vivante, forte de milliers de membres, tant passifs qu’actifs distributeurs de la pensée libérale.

    Tout outil qui permettra d’aider à renforcer la position des idées libérales est donc, à mon sens, absolument indispensable. Ici, il s’agit d’un outil générique permettant de fédérer des blogs pour présenter des pensées, des idées et des informations en décalage par rapport aux média traditionnels. Je ne sais pas si la démarche aboutira, mais mérite au moins un essai.

  3. miniTAX

    " Ne plus chercher à conquérir des postes mais en créer de nouveaux."

    Sarko, il doit avoir tout faux, avec son "gouvernerment restreint" de 15 ministres, lol.

    Au passage, je suis partant, mais pour quoi déjà ?

  4. geo

    L’initiative de Thierry Crouzet, bien qu’étant louable, , vouloir par le biais d’un réseau libre changer le mode de fonctionnement de la société, me semble personnellement une idée utopiste.
    Pour ma part le réseau libre doit d’abord permettre de modifier le mode de pensée des individus et ne pas être uniquement ’’le cercle des philosophes disparus’’ sinon il ne sera qu’un réseau de plus, d’intellectuels qui rêvent de refaire le monde en restant dans l’abstrait.
    Vouloir transformer la société pyramidale en société horizontale, demande un changement profond du comportement et de la pensée individuelle, et comme dit l’autre ’’c’est pas gagné’’.
    L’avantage du net et de ses différents réseaux de blogs, est que chacun peut exprimer ce qu’il pense, sans contraintes (en restant dans une décence verbale….quoique ?).
    Mais dire que l’on va changer quelque chose…Les ’’braillards’’ de rues ont encore de l’avenir, les hommes politiques, ainsi que les médiats savent l’importance de l’Internet, mais dans quel sens ? de l’internaute vers le média ou le média vers l’internaute ?
    Mais vous avez raison l’expérience vaut la peine d’être tentée si elle est bien perçue par tout le monde et non pas restrictive. Et cela je n’en suis pas sûr !

Laisser une réponse

(obligatoire)
(facultatif)