Petite concrétisation

Voilà une bonne chose de faite : la saison électorale vient de s’achever sur une récolte mi-fugue mi-raison. Mi-fugue tant le déplacement de l’UMP vers la droite avant les présidentielles se sera bien vite achevé par un retour au bercail du socialisme (de droite) bon teint à la fin du premier tour des législatives. Mi-raison, parce qu’il faut se rendre à l’évidence : ce pays n’est pas mûr pour les « révélations », la fin de la xyloglotie, et la présence d’au moins une paire de roubignoles à la tête de l’exécutif…

Eh oui. C’est ainsi : les glissements patauds de la majorité présidentielle d’une droite décomplexée qui va en voyage à Malte vers une droite qui a des gouttes au front dès qu’on parle de TVA Sociale auront causé bien des torts au pays.

Jugez plutôt : nous jouant le Retour de la Momie, Marie-Georges, à peine dépoussiérée de sa mise en bière présidentielle dans les cryptes froides des moins de 2%, aura réussi l’exploit de rester député et nous offrir ainsi le paradoxe d’un pays où plus de 10% des électeurs ne sont absolument pas représentés dans une assemblée dite nationale, et où moins de 2 disposent presque d’un groupe. Elle nous fournit aussi, au travers de ses bandelettes en putréfaction et entre deux de ses râles gutturaux, l’occasion d’observer de près le dernier parti ouvertement communiste encore en activité dans une démocratie au XXIème siècle. La magie noire et les forces occultes qui ramènent ainsi régulièrement l’armée rouge des ténèbres dans les rangs de l’Assemblée sont décidément puissants…

La TVA sociale aboutira très probablement en 2008 ou en 2009 à une usine à gaz immonde à tubulures en zinc et petits boutons poussoirs qui font couic à chaque détour de Cerfa administratif. Mais en attendant, elle aura servi, propulsée à plusieurs mètres par seconde par les talents oratoires du matou matois et sournois fabiusien, à mettre en sérieuse difficulté l’UMP et ses alliés. On peut ainsi supposer sans trop se mouiller qu’elle aura nettement aidé à sauver des situations tendues…

Car c’est avec une certaine amertume qu’on découvre que des branquignoles comme Yves Cochet ou Julien Dray ont réussi à se faire réélire.

Le premier est l’un des rares ver(t)s qui seront présents dans l’hémicycle, aux côtés de leurs amis communistes dont l’éloignement idéologique est si faible qu’un regroupement tactique et politique est d’ores et déjà à l’étude. Le nouveau groupe nous promet donc une application collectiviste des principes écologiques… Ca, c’est du changement !

Pour Dray, on se demande exactement comment des gens normalement constitués peuvent encore voter pour un type dont l’hypocrisie est affichée à son poignet, comme une montre à 20.000 euros jetée à la face des familles modestes de sa circonscription. Pas de doute, chez les socialistes, ils placent la barre « riche » beaucoup plus haut que la moyenne des Français. C’est rassurant, puisque, rappelez-vous, ils ne les aiment pas.

Autres moments de tristesse lorsqu’on apprend que Lassalle et Montebourg sont réélus. Pour ce dernier, il va de soi qu’aucune quantité de purin ne saurait remplir ce monstrueux rectum et qu’il est donc vain d’en parler plus avant. Pour le premier, constatons simplement que les électeurs du Benêt des Pyrénées, réalistes, ont probablement choisi de réélire leur Simplet pour qu’il retourne bien vite à Paris où il ne les enquiquinera plus. C’est, finalement, un choix logique bien qu’un peu dur pour les Parisiens.

Quelques bonnes nouvelles ont cependant égayé la soirée : outre la volée de bois vert que l’arrogant Peillon se sera mangée, on notera que le Gringo de Vabre n’aura pas trouvé grâce auprès de ses électeurs. Eh non, un électeur ne s’entourloupe pas aussi facilement qu’un autre député. Et puis, à force de faire dans le petit-four lobbyisé par les Majors, on finit par se couper de la base, ces petits « pirates » qui votent, ces frêles « contrefacteurs » qui élisent. Avec un peu de chance, Donnedieu va réussir le pari de se faire rattraper par la justice pour corruption plus ou moins active et passer quelques jours en prison. Intéressant retour de bâton. Il y croisera peut-être quelques autres ex-élus, comme Carignon (lui aussi démis) et … notre ex-président bananier dont les casseroles, marmites et faitouts s’accumulent à un rythme difficilement soutenable.

Mais rien, rien n’aura remplacé, en terme de petits bonheurs simples que la vie peut offrir une fois de temps en temps, ces deux belles nouvelles bien rafraîchissantes : l’éviction de Chevènement (yes!) et, surtout, celle de Juppé. En voilà un qui va pouvoir repartir, toudloudim, toudloudam, avec son petit vélo écolo enfoncé profond dans son arrière-train, vers les blanches contrées du Canada qu’il n’aurait jamais dû quitter. Pour une fois que la vaseline sera pour lui et non pour nous, c’est toujours ça de pris.

Finalement, on peut noter qu’en fait de rupture, là encore, ce n’est pas vraiment le cas : pas de changement majeur dans l’assemblée, dont la composition est assez peu différente en qualité de la sortante, à quelques sièges près. On remarquera d’ailleurs, et c’est une première en trente ans me semble-t-il, que la majorité a été reconduite. La France est donc clairement à droite. Pour ce que ça veut dire…

Autre point : Sarkozy fut élu clairement sur un programme de « droite décomplexée », c’est-à-dire prônant, dirons-nous, des valeurs assez conservatrices du travail, de la baisse d’impôts et de la baisse de la pression administrative. Sa victoire aura été nettement amoindrie suite, justement, à une tentative mal formulée et assez mal amenée de bidouillage de taxe. Le message est clair : les Français ne veulent pas d’un nouvel impôt. Ce message sera-t-il entendu ?

J’en doute.

Plus le temps passe, et plus l’impression se fait nette : Sarkozy ressemble de plus en plus à du « Chirac Coca-Cola » : même immobilisme, mais avec du sucre et des bulles pour masquer l’amertume.

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires6

  1. sam

    Miracle!

    Grand Merci a vous, hash, pour cette merveilleuse analyse!

    Je me sent mieux maintenant que je decouvre que je ne suis pas le seul qui etait a l’agonie lorsque j’entendais les analyses des "politologues" et autres cadors au soir du second tour.

    Ces personnes imaginent-elles que les Francais sont tellement idiot qu’une analyse de niveau CM2 (et encore) suffise a comprendre leur vote?
    Si sanction au second tour il y a, je n’ai vraiment pas l’impression que ce soit une sanction pour "pas assez de social" mais plutot pour deviance vis a vis du programme presidentiel de baisse de la pression de l’etat.
    Mais comment nos chers parasites etatiques pourraient-ils faire une telle analyse, alors qu’elle les contraindraient au trepas?

    En tout cas, merci a vous pour ces quelques instants de serenite. Dommage que nous n’ayons pas sous la main un rite obscur pour faire ressussiter Bastiat, car cela mettrait surement un peu d’ambiance, de logique, de raison, et des bons mots au coeur de notre assemblee moribonde.

    sam

  2. chris

    Ah cher H16… l’amertume arrive vite. Plus vite que prévu, en fait.

    J’aime beaucoup votre chute : "Sarkozy ressemble de plus en plus à du "Chirac Coca-Cola" : même immobilisme, mais avec du sucre et des bulles pour masquer l’amertume."
    😉

    Sarko va causer dans le poste demain soir, à propos du "calendrier des réformes". On va voir…

  3. jmdesp

    Dites si on parle des montres, autant citer celles de Sarkozy. Si on fait la somme de la valeurs de celles qu’il a exhibé, on doit arriver dans les 100 000 Euro, or pas trace dans son patrimoine, dont pourtant cette somme ne ferait pas une partie totalement négligeable.

  4. @jmdesp : il est plus que probable que le petit Nicolas dissimule des richesses et que ses montres sont aussi chères que celle de Dray. Une différence cependant : les relations de Sarko avec l’argent sont clairement capitalistes, au contraire du Dray qui veut à tout prix faire oublier son côté Total Bobo… L’hypocrisie se situe bien dans l’espèce de honte du député et l’impossibilité qu’il y a à assumer d’un côté des richesses ostentatoires et de l’autre prétendre représenter des classes laborieuses.

  5. chris

    C’est le ponpon. Fadela Amara, présidente de l’association Ni Putes Ni Soumises, au gouvernement !

    En tout cas, elle a une certaine lucidité : S’agissant de sa relation avec Mme Boutin, elle a salué "notre couple paradoxal mais extraordinaire pour travailler ensemble et pour changer les choses en banlieue".

    Paradoxal oui en effet… On va vraiment se marrer.

Les commentaires sont fermés.