L’enfoncement routinier

On s’imagine souvent que la route de la servitude est, pour reprendre une vieille raffarinade, une ligne droite à pente raide. Dans l’inconscient collectif ou l’imagination populaire, le totalitarisme ou la mise en place d’un état omniprésent sont des événements qui se produisent vite, une sorte de basculement rapide entre d’un côté une démocratie douillette et respectueuse des droits de l’homme, des citoyens, des enfants et des animaux (notamment à fourrure), et de l’autre une société de la délation, grise et perverse, où chaque fait et geste peut mener l’outre-libre au goulag.

En réalité, la route qui mène à l’aliénation des peuples est un petit chemin sinueux et champêtre, parsemé de bosquets fleuris et, parfois, de quelques cacas odorants, dont les lacets fonctionnent à merveille pour camoufler la triste destination finale…

Ainsi, si l’on prend le cas de la France, chaque jour peut paraître similaire au précédent, ni pire ni meilleur (si, si, je vous assure : avec une bonne dose d’alcool dans les veines, on peut arriver à cette conclusion : l’état français se rapproche de plus en plus de l’état d’ébriété, et ce n’est pas Jean-Louis B., ministre de l’autour et l’alentour, qui me contredira).

Aujourd’hui, dans une certaine mesure, nous serons affligés des mêmes maux qu’hier, croit-on : l’état cognera à peu près de la même façon, globalement sur les mêmes doigts, approximativement avec la même force et certainement avec le même marteau. Pas de quoi, donc, se faire un petit infarctus le matin au réveil, en grignotant ses tartines. Et on peut même, comme moi, conserver une humeur joviale quand l’actualité annonce une nouvelle déconfiture de ce pays.

Eh bien non. Tous les jours, c’est un peu plus fort, un peu plus loin, un peu plus profond. Ce matin, en seulement quelques titres, la bonne humeur s’est rapidement mutée en franche rigolade.

Là où bien des pays empruntent le petit chemin, qui sent la noisette (?), de la servitude, en marchant du pas mesuré qui sied à la réflexion et qui accompagne l’hésitant surtout lorsqu’il a le sentiment de commettre une bourde, la France à choisi, elle, de le parcourir à toute vitesse, en Solex, en faisant le maximum de bruit et en couvrant l’odeur revigorante des sous-bois fleuris par celle du soufre et du caoutchouc brûlé dont semble s’alimenter le véhicule pétaradant.

Là où tant de sociales-démocraties suivent les méandres sinueuses du terrible chemin, pour apprécier le paysage en avançant doucement vers leurs noirs desseins, le gouvernement français a décidé de couper directement à travers champ, se jugeant sans doute protégé, derrière son casque de mauvaise foi et l’aveuglement démagogue du pilote, des projections puantes des bouses qu’il traverse à grande vitesse en klaxonnant furieusement.

Et alors que le pilote schizophrène braille du « Pouvoir d’Achat » comme jadis un célèbre Hidalgo des « Ne fuyez pas lâches et viles créatures », il part en bataille contre les moulins à vent de l’environnement en … tailladant à coups vifs dans ce pouvoir d’achat qu’il entend protéger : si vous avez une voiture qui pollue (donc, a priori, ancienne), parce que – au hasard – vous n’avez pas les moyens de renouveler votre clou tous les dix ans, vous devrez payer une vignette-bis, triste réminiscence d’une taxe jadis prévue pour aider les retraites et dont nos aïeuls ne virent jamais la couleur.

Si vous n’avez pas de voiture et que vous échappez extraordinairement à cette nouvelle taxe, paf!, vous aurez tout de même le loisir de participer à cette seconde, réservée à l’électroménager avec en trame de fond les mêmes raisonnements quichotesques.

Et comme vous n’avez pas de voiture, vous prenez les bétaillères transports en commun. Votre porte-monnaie, incarnation palpable de votre pouvoir d’achat, pleurera alors à chaudes larmes quand il s’agira de financer ces trains ou ces RER qui tombent en panne au milieu des tunnels. Il hurlera de douleur en repensant aux impôts qui financent les secours arrivés 45 minutes après la panne, et il couinera tristement en imaginant l’absence totale de correction menée suite aux dysfonctionnements observés…

En pendant que votre larfeuille sanglote tristement sur ses pertes massives de poids, le monde continue à tourner et la France continue à s’enfoncer : chaque jour qui passe offre un nouvel exemple de violation et destruction patente de propriété privée sans que les lois en carton de notre amusante République y changent quoi que ce soit. Chaque jour qui passe amène le Solex fou un peu plus loin sur le chemin tortueux : la liberté de penser n’est plus qu’un concept éthéré, un petit bosquet lointain et chétif se fondant sur l’horizon d’une république respectueuse de ses citoyens déjà oubliée depuis fort longtemps.

Et ça, c’est UNE journée banale.

Et l’avenir ? Il est super cool ! L’immobilier va bien !

Ce pays est foutu.

J'accepte les Bitcoins !

13WSa8YFCWW3opXTLmeeaQGxiJhRewUJPT

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires24

  1. Higgins

    Quand on lit les déclarations de NS sur l’Europe, l’OMC et la BCE, on peut être content: même pas besoin des polonais et des irlandais pour scier la branche (morte?) sur laquelle le pays s’est péniblement installé.

  2. Ozenfant

    Tous en vacances ?

    Loin de la vulgate, de la pensée unique, de l’électoralisme et de la caresse dans le sens du poil :
    TVA à 5,5% pour les restaurants… En tant que restaurateur j’ai toujours estimé qu’il valait mieux pour le budget de l’état faire passer la TVA des fast-food à 19,6% et non l‘inverse !

  3. Phantom

    Moi je préfère la suppression pure et simple de la tva sur la bouffe comme aux Etats-Unis. D’ailleurs je pense que c’est une mesure qui pourrait être très populaire même à gauche, non?

  4. Jesrad

    Tous les pays de l’Est, qui sont récemment passés à la flat tax tout en baissant le taux d’imposition moyen, ont observé une énorme augmentation des revenus de l’état. Par exemple, en Russie, ceux-ci ont doublé. L’Estonie terminait chaque exercice budgétaire en surplus tout en baissant le taux d’un pourcent par an, sans prévoir pourtant de compensation dans ses dépenses.

    Béh oui. Baisser les impôts augmentent le total des impôts perçus. Paradoxal, mais vrai.

  5. Ozenfant

    Jesrad,

    Je ne suis pas par principe, contre les flat taxes.
    Bien que la CGS prenne d’une main se que l’assistanat donne de l’autre !
    Bon moyen d’entretenir des fonctionnaires inutiles !
    Au lieu de débiter des affirmation gratuites et de comparer des choses NON comparables (en Russie l’essentiel des richesses sont dorénavant issue des revenus pétrole/gaz).

    Il serait intéressant de nous expliquer "COMMENT" !
    Parce que si c’était si simple : Il n’y aurait plus de problême, il suffirait de diminuer les impôts ou comme au Danemark de totalement supprimer les prélèvements sur les salaires !
    Alors nos prix de revient seraient de nouveaux compétitifs !
    Et youpye ! Tout irait bien !
    Ya plus qu’a expliquer tout çà … à Christine Lagarde !

    TVA à 5,5% pour les restaurants… En tant que restaurateur j’ai toujours estimé qu’il valait mieux pour le budget de l’état faire passer la TVA des fast-food à 19,6% et non l‘inverse !
    Et j’explique pourquoi… MOI !
    blog-ccc.typepad.fr/blog_…

  6. Liberta

    De toute façon, sauf erreur, beaucoup de gens sur ce blog n’ont pas vraiment envie de rendre l’Etat aka "le plus froid des monstres froids" plus efficace, y compris et surtout dans le domaine de la spoliation systématique appelé "fiscalité".

  7. Phantom

    C’est marrant j’ai eu une petite réflexion sur la flat tax récemment. C’est dommage qu’on n’ait pas plus approfondi le sujet sur lib.org à l’époque où c’était à la mode (notamment parce que c’était une mesure défendue par AL). Peut-être parce que c’était une mesure de "minarchistes de compromis" (je lis toujours tes contributions h16 ;-) ).

    On dit que la flat tax est l’impôt le plus juste dans une optique minarchiste parce qu’il s’agit d’un prélèvement de part égal pour tous les contribuables. On se dit que c’est sans doute une mesure d’inspiration libérale parce qu’elle est conforme à une logique d’égalité en droit. Or je crois que pour un minarchiste lorsqu’il s’agit de fiscalité ce n’est pas l’égalité en droit qui est invoqué mais la contribution en fonction des moyens, mais j’ai un petit problème avec cette notion de "moyens" (inscrite dans la DDHC) car c’est une notion subjective. Il est fort probable qu’un individu ayant de faibles revenus trouvent l’impôt toujours trop élevé en fonction de ses moyens par rapport à un individu très riche pour qui cet impôt ne représente pas grand chose, et inversement il se peut aussi très bien qu’un individu ayant de très gros revenus n’ait pas assez de moyens pour contribuer car il investit tout son argent pour son entreprise par exemple tandis qu’un autre ayant des revenus plus modestes peut avoir des moyens parce qu’il ne dépense pas beaucoup et n’investit pas.

    Par conséquent, sans vouloir donner un argument gratuit aux socialistes, la flat tax n’est pas forcément "plus libérale" qu’un impôt progressif qu’on connaît dans la plupart des pays occidentaux parce que tout comme ce dernier c’est un positivisme fiscal qui tranche avec les réalités individuelles. L’idée est à mettre en parallèle avec l’idée d’Hayek sur le Droit/législation que rappelle Lucilio à Apollon dans le topic "libertarisme: de gauche ou de droite?" (NB: Apollon n’a pas du tout changé lol).

    Bien sûr je ne veux pas du tout sous-entendre que je préfère nos modèles à ceux de certains Etats d’Europe de l’Est et de Russie, ce que je veux juste dire c’est qu’il ne faut pas forcément voir ces derniers comme étant "plus libéraux" que nous.

    Une décentralisation fiscale serait plus libérale d’après moi dans une optique minarchiste, bien sûr dans l’absolu l’anarcho-capitalisme résoud tous les problèmes ;)

  8. Liberta

    Une décentralisation est toujours bonne à prendre! Mais une chose est sûre, comme le disait S. Richman (que je ne connais pas en dehors de cette citation):
    “You don’t really have to like the oil companies to reject the windfall-profits tax. All you have to know is that if you tax something, you’ll get less of it.”

    Et à mon sens, ce raisonnement est valable pour tout. Plus vous avez de taxes sur le pétrole, moins y en a pour tout le monde, plus vous avez de taxe sur les biens alimentaires/services de restauration, moins c’est accessible à tout le monde, plus vous avez de taxes sur les salaires moins vous avez de salariés, plus vous avez de taxes sur les indépendants moins vous en avez et/ou plus chers ils sont…

  9. gnarf

    Ca ne vous parait pas un peu plouc comme expression, "pays de l’Est"?
    Ca fait tres c’est-de-l’aut-cote-du-rideau-de-fer-c’est-tout-gris-on-s’en-fout non?

    La Pologne et la rep Tcheque sont plus pres de Strasbourg que Brest.
    Prague est a l’OUEST de Vienne.

    Je crois que cette expression a bien vecu…m’etonnerait pas que la France soit le dernier endroit ou elle survive si bien.

  10. MT

    Bonjour. Nous voulons grandir et nous répandre. Pour cela, nous avons besoin des meilleures plumes libérales et conservatrices. Seriez vous partant cher ami?

    Bien à vous.

    MT

Laisser une réponse

(obligatoire)
(facultatif)