Lettre ouverte à Sarkozy

Parfois, l’actualité commande de rappeler les gens à leurs sens. Je sais n’avoir aucun espoir d’être lu réellement par le destinataire, mais ça ne m’empêchera pas de lui écrire une petite missive…

Monsieur le Président,

Cela fait maintenant presque deux ans que vous êtes au pouvoir. C’est, je pense, un bon moment pour faire un petit bilan, ne trouvez-vous pas ? Après tout, c’est aussi à l’aune du chemin parcouru qu’on peut juger du chemin qu’il reste à faire.

Avant tout, une constatation s’impose : depuis votre arrivée au pouvoir, il ne s’est guère écoulé de semaines sans que vous fassiez parler de vous, en bien comme en mal.

Au contraire de vos prédécesseurs, vous aurez très largement usé de votre consternante surprenante capacité à encombrer occuper la scène nationale et internationale pour porter la voix de la France, qu’elle fût recherchée et écoutée, ou pas. En cela, vous avez su capter l’attention des journalistes qui, paradoxalement, vous reprochent de trop exister et n’en sont pourtant que plus heureux de vous offrir tribunes et attention, montrant ainsi l’étonnante relation symbiotique entre le pouvoir de la presse et celui de l’exécutif.

D’ailleurs, si je peux me permettre, monsieur le Président, à force de fournir à ces journalistes de quoi remplir leurs articles, et à force de rechercher chez eux votre prochain sujet d’intervention, le microcosme construit sur vos interactions respectives ressemble de plus en plus à une boucle auto-alimentée, qui, vu de l’étranger, fait surtout penser à du Larsen.

Mais, soyons sport, grâce à cette présence médiatique ininterrompue, vous avez réussi le pari d’être présent en tous temps et en tous lieux, un peu comme les fantômes ou les microbes : c’est mieux que les deux précédents occupants de votre poste qui évoquaient plutôt des momies ou des papys.

Au-delà de cet aspect purement cosmétique, attardons-nous sur le versant politique de vos actions.

En 2007, vous aviez trouvé une France en déficit budgétaire, dont on disait qu’elle subissait une montée de l’insécurité, et pour laquelle d’imposantes réformes étaient nécessaires. Il fallait trouver de l’argent pour combler un trou fort profond à la Sécurité Sociale. La croissance était en berne, la confiance des Français dans leur pays aussi. D’un autre côté, vous aviez les coudées franches : une assise populaire, une opposition en pleine implosion, des parlementaires acquis à votre cause, une dynamique d’ensemble prometteuse ; enfin, disons que c’est ce que laissait comprendre la presse qui, pourtant, ne vous adulait pas spécialement.

Et deux ans plus tard, que constatons nous ?

  • Les dettes se sont creusées comme jamais, le budget explosant les 100 milliards de déficit.
  • La croissance n’est plus en berne : elle est morte, la tête en bas, et sèche calmement accrochée à une poutre de l’édifice républicain dont on sent maintenant qu’il est vermoulu jusqu’au plus profond de sa structure.
  • La sécurité sociale est devenue une vaste blague dont le Monde Nous Envie … l’aspect comique (2€ de remboursement sur une paire de lunettes, par exemple).
  • Le dialogue social entre les patrons et les employés est, maintenant, essentiellement rythmé par les prises d’otages et les coups de force.

Certes : une grosse crise est passée par là, et la France, qui était en 2007 un petit bourbier puant sur le plan politique, est devenu un gros marigot putride. Il est clair que la conjoncture mondiale ne vous aura pas aidé.

Mais vos différentes interventions, bruxelloises et londoniennes notamment, auront permis de prendre une mesure bien précise de vos talents d’interventionniste : au final, à tout problème correspond selon vous une réponse dans laquelle l’Etat doit donner son mot, et ce mot est très souvent … Taxe.

Ainsi, en politique intérieure, que ce fut avant ou après le déclenchement officiel de la crise, vous aurez offert aux Français une belle panoplie de taxes et de ponctions. Heureusement, vous avez toujours déclaré n’être pas là pour augmenter les impôts. Personne n’avait compris que vous augmenteriez tout le reste, … à l’exception du pouvoir d’achat. En deux ans, on trouve ainsi :
– une nouvelle taxe de 2,5% sur les plus-values d’acquisition des stocks options
– l’écopastille ou bonus-malus en fonction des émissions des véhicules
– des taxes ou versements « volontaires » des compagnies pétrolières, régulièrement payées par … Total, la vache à lait du gouvernement
– la franchise Sécurité Sociale, de 50 centimes par boîte et de 2 euros par transport
– une taxe, de 3% sur les recettes publicitaires, sur les chaînes privées, suite à la suppression de la pub
– cette dernière taxe elle-même renforcée par la taxe sur les opérateurs télécoms : 0,9% sur le chiffre d’affaires
– une augmentation des cotisations retraite
– une taxe de 1,1% sur les revenus du capital pour financer le RSA
– une taxe sur l’épargne salariale
– une taxe de 3% sur le chiffres d’affaires des assurances santé complémentaires
– une taxe sur le poisson : 2% sur les produits de la mer
– une taxe pique-nique. Oui. Pique-nique et poisson. C’est ahurissant, n’est-ce-pas ?

Et là, franchement, monsieur le Président, je me dois de vous le dire en toute franchise : relancer l’activité par temps de crise en multipliant les taxes, ça me laisse perplexe. Ne vous fourreriez-vous pas le doigt dans l’oeil jusqu’à l’omoplate avec une telle tactique ?

Toujours sur le plan intérieur, on peine à distinguer en quoi la loi Internet et Création rentre, même de loin, dans une stratégie quelconque pour relancer l’activité en France ou donner un peu de latitude aux entreprises pour embaucher. Ca relance surtout l’activité des députés dont les textes sont régulièrement déboutés par le parlement européen, puis national, dans la plus parfaite illustration de la nullité générale qui s’est emparée de l’ensemble de l’appareil d’état.

Excusez-moi de vous le dire franchement, Monsieur le Président, mais les Français passent – encore ? – pour des guignols avec ce projet de loi. D’autant que l’arsenal juridique existe déjà, et que tout ceci ressemble de plus en plus à de l’agitation purement médiatique, chose dont on sait que vous êtes friands mais qui, je me dois de vous le dire, n’impressionne que les nouveaux-nés.

Et puis, outre l’avalanche de commissions Théodule que vous aviez pourtant promis de ne pas multiplier et qui poussent comme des champignons chez les Schtroumpfs, le Français de base abonné au journal de France 2, le lecteur du Figaro, le thuriféraire de l’état gavé au Libération ou déchiffrant Le Monde avec avidité, jusqu’au petit révolutionnaire de salon qui s’imagine refaire le monde avec sa carte NPA imprimée sur papier équitable, bref, tout le spectre politique mou ou dur de la France ne comprend plus rien de votre politique générale : Fillon, qui, je me permets de vous le rappeler, est toujours votre Premier Ministre, est devenu un composé chimique intéressant à étudier puisque parfaitement transparent, totalement incolore, inodore et sans saveur. Plus personne ne sait exactement à quoi il sert, ni ce qu’il fait.

Quant à vos projets, réels ou supposés, en cours ou avortés, de remaniements ministériels, il n’intéressent guère que – encore une fois – les folliculaires dont l’existence pourrait ressembler à celle de Fillon si vous ne leur fournissiez pas de temps en temps quelques croustilles politiques à grignoter.

Eh oui, monsieur le Président, je dois vous le dire : en politique intérieure, quand vous n’êtes pas contre-productif, vous êtes illisible.

Et si l’on examine à présent le volet de la politique extérieure, un sentiment d’épouvante surnage de plus en plus.

Je n’évoquerai que rapidement, par pudeur, vos interventions pour « sécuriser la route de l’uranium » du Niger, qui consistent, on s’en doutera, à continuer la subtile politique franco-africaine qui sera devenue, ces dernières décennies, l’emblème d’un colonialisme nouveau mâtiné de paternalisme décontracté dans lequel OSS117 ne serait pas du tout dépaysé.

Je ne parlerai guère de vos agitations internationales concernant la crise. On aura surtout retenu que vous y avez fait pression de façon assez peu subtile pour pousser votre agenda anti-paradis fiscaux, dont la plupart des Français, passez-moi l’expression, n’avait rien à carrer, alors que, dans le même temps, la pression fiscale en France augmente dans des proportions qu’on pourrait qualifier de bibliques si l’adjectif n’était pas déjà utilisable pour les proportions du trou financier que vous êtes en train de creuser…

Non, sur tout ça, je ne m’étalerai pas, monsieur le Président.

En revanche, je suis effaré de la polémique qui enfle à présent sur les petites phrases que vous avez prononcées au sujet de diverses personnalités politiques.

Déjà, le niveau général de réflexion oscille – excusez ma franchise – entre celui de Mme Chombier, poissonnière à Ménilmontant, et celui de Jules Dubidon, philosophe au bar le Balto, à Compiègne. Que vous les ayez sorti alors que les journalistes sont systématiquement derrière vos moindres faits et gestes dénote d’un manque certain de lucidité. Et que vous chargiez Frédéric Lefebvre, cet insupportable bivalve qui s’était déjà brillamment illustré dans l‘affaire Hadopi, d’aller attaquer Libération, pathétique tentative de journalistes socialistes pour faire croire en la neutralité de la presse, c’est colossalement nul en terme de Damage Control.

En fait, monsieur le Président, je vous le dis tout net : tout ceci est minable. En matière de politique internationale, vous foutez la honte à 65 millions de personnes ; soit vous avez réellement sorti ces confondantes idioties, et votre entregent diplomatique n’a plus rien à envier à celui de Gengis Khan. Soit vous n’avez rien dit de tout cela, et votre façon de contrôler ce dérapage donnerait des sueurs froides à Nicki Lauda.

Certes, dans ce merdoiement général, vous êtes grandement aidé par votre Némésis électorale, Ségolène Royal, dont chaque intervention est puissamment dosée en fatuité et qui se permet, du haut de ses deux dernières branlées électorales, de ramener ses petites aigreurs de perdante à chaque fois que vous ripez. Mais à vous deux, la France dispose maintenant d’un couple à la Laurel & Hardy, et l’électeur n’en peut plus de compter vos points et contre-points alors que les ors de la République se détachent par blocs entiers.

Monsieur le Président de la République, un citoyen français ne peut être qu’empli de honte au spectacle que vous et la presse offrez alors que la situation est de plus en plus grave. Entre les agaçantes pénibleries ministérielles et les pitreries du G20, les clowneries de vos parlementaires et la tenue générale de votre gouvernement, vous vous placez vigoureusement dans la position d’un éjectable à la prochaine révolution ou à la prochaine élection, selon la première éventualité.

Monsieur le président, je vous souhaite bon courage pour les prochains mois (je ne suis pas sûr qu’on puisse encore compter en années).

Vous en aurez besoin.

J'accepte les Bitcoins !

1KN9dyWBMBFU5ZDSm5euq7GFpdLV7f5kGr

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires27

  1. Higgins

    Constat sans appel mais malheureusement vrai. On avait le choix entre la peste et le choléra!!! J’ai bien peur qu’on hérite des deux.

    Je serai cependant moins sévère pour le PM. A travers des petites paroles, rarement reprises il est vrai par la meilleure presse du monde (celle que tous les autres pays nous envient), il me donne l’impression d’avoir une vision assez claire de la catastrophe à venir. En bon homme politique qu’il est, il se tient plus à l’affut et tente, comme il le peut, de corriger le cap du bateau ivre qu’est devenu la France. La question est: pendant combien de temps continuera-t-il à faire le grand écart?

  2. En fait, à mesure que le PM Fillon n’a plus vraiment le rôle de premier ministre, et qu’il est éclipsé par Sarkozy au point que la presse ne fait plus attention à lui, l’homme se lâche un peu et effectivement, on voit pointer quelqu’un qui sent que tout ceci part en sucette. Mais comme il n’a aucun levier et sert, essentiellement, de danseuse, sa lucidité (réelle ou supposée) ne nous sera pas d’un grand secours, j’en ai bien peur.

  3. Nicolas007bis

    Remarquable, tout y est …ou presque.
    J’imagine que c’est pas pure charité chrétienne que n’ont pas été évoqués les glorieux épisodes de: "Sarkozy promet n’importe quoi à Gandrange", de "Sarkozy dynamite l’audiovisuel public", de "Sarkozy accueille en grandes pompes son copain kadhafi" ou encore "Sarkozy se déculotte devant 1 milliards de chinois" !
    En tout cas, bravo, encore une fois un billet superbe !

  4. TN

    Ttttttttttt ….
    • « La sécurité sociale est devenue une vaste blague dont le Monde Nous Envie … l’aspect comique (2€ de remboursement sur une paire de lunettes, par exemple). »

    J’aurais plutôt dit « …blague QUE le monde… »
    Quel laissez aller, mon cher !!! On a raison de dire que cette syntaxe est foutue .

    Plaisanterie a part, cette lettre devrait devenir une pétition, tant elle est juste et osée. Je signe tout de suite. On appelle ça le talent. Bravo.

  5. TN

    Rectification !!

    Mea culpa. Votre phrase est totalement exacte, c’est ma lecture qui ne l’etait pas.
    Comme quoi, on a raison de dire que cette lecture est foutue.

    TN (Tres nigaud ou Terriblement naze, comme vous voulez)

  6. maurice b.

    >Ségolène Royal, dont chaque intervention est puissamment dosée en fatuité >et qui se permet, du haut de ses deux dernières branlées électorales, de >ramener ses petites aigreurs de perdante

    Excellent.

    >vous vous placez vigoureusement dans la position d’un éjectable à la >prochaine révolution ou à la prochaine élection.

    Il n’a jamais dit qu’il se représenterait.
    Sachez que l’UMP a suffisamment d’hommes et de femmes de valeur, en son sein, pour prendre la relève.
    Nous ne vouons aucun culte à quiconque à ce niveau.

    Ouf. De loin, on aurait cru.

    La seule chose indispensable pour la France c’est de continuer à gouverner selon les preceptes que John Stuart Mill a exposé dans son ouvrage politique majeur de 1863 …sinon le pays pourrait imploser.

    Déjà, pour commencer, il faudrait gouverner. Pour le moment, c’est plutôt l’impro totale.

    >Fillon, qui, je me permets de vous le rappeler, est toujours votre Premier >Ministre

    il n’a aucun problème.C’est vous qui cherchez à en inventer.
    Il a le soutien complet et indefectible de tout l’UMP.

    Avec un soutien pareil, je comprends qu’il se tienne à carreau.

  7. fake de maurice b.

    Puis de toute façon, content ou non, Nicolas Sarkozy est président et vous n’avez qu’à obéir aux nouvelles lois, a ce que je sache l’UMP a gagner les dernières élections, pas les libéraux aigris comme vous, qui ne pensez qu’à détruire ce qui fait le succès de notre nation et vous opposez systématiquement au Président et à sa politique tels de vulgaire gauchiste.

    Et heureusement que Nicolas Sarkozy est là pour refonder un système trop libéralo-capitaliste qui s’effondre, et n’aurait manquer de s’écrouler sans son action. Mais sa vous refuserez de l’admettre.

  8. fake de maurice b.

    Pure jalousie de la part de personne n’ayant aucun courage d’entreprendre en politique. En attendant Sarkozy est là, et pas des insignifiants libéraux ou libertariens.

  9. maurice b.

    Je ne revendique que le message # 11 du 200409 à 1652, par maurice b.

    Agiter le chiffon rouge ce n’est pas notre truc à l’UMP.

    C’est noté. Pour plus de clarté, j’ai renommé les autres ‘fake de maurice b’. « Maurice b : il n’en existe qu’un seul de vrai. »

  10. maurice b.

    La réalité des chiffres des sondages (CSA – elections européennes 2009) met à mal toutes sortes de fantasmes et d’elucubrations :

    fantasme #1: usure et incompétence du pouvoir actuel.
    fantasme #2 : "deconfiture" du parti au pouvoir.
    fantasme # 3 : lassitude des Français qui voudront un vote-sanction
    etc….

    fr.news.yahoo.com/4/20090…

  11. Pour une élection qui va faire un carton en terme d’abstention, ça donne une bonne idée de ce que veut dire « Rien à foutre ». Le fantasme #3, de « lassitude des Français qui voudront un vote-sanction » risque de tourner au « lassitude des Français » tout court.

  12. Ed

    J’aimerais exploser de rire, c’est tellement juste.

    Mais en fait, soit on a assez de blé de côté pour regarder le pays sombrer en sirrotant des margaritas, soit on sort les fourches et les torches.

  13. Harald

    Fourches, torches, pioches, faucilles, marteaux ?

    Il y a bien longtemps, la crise aidant, qu’on ne trouve plus ça chez nous. Au mieux il faudra faire avec sa b..e et son couteau (pour les prudents qui auront pensé à le remiser).

  14. bibi33

    Maurice attendait le résultat des élections pour fanfaronner.

    En fait non il vaut mieux fanfaronner sur un sondage parce quand l’UMP aura fait moins 15% (et peut être même moins que le beaujolais 12%) des inscrits il sera trop tard!

    Les élections européennes les français s’en branlent.

    Abstention :
    1979 : 39.29%
    1984 : 43,27%
    1989 : 51,30%
    1994 : 47,30%
    1999 : 53,20%
    2004 : 57.24%

    Donc franchement vous ne devriez pas vous enthousiasmer parce que l’UMP obtiendra environ le quart de, moins que la moitié.

Laisser une réponse

(obligatoire)
(facultatif)