Hétéronymat, mutuelles de Guadeloupe et cri primal

Je suis en bonne santé. Sans être un adepte fervent du mangibougisme idiot que nous impose l’état au détour d’une propagande niaise, j’ai su conserver une bonne forme globale et un cœur tonique. Constat réjouissant s’il n’était pas mis en danger par la lecture régulière des informations françaises. Lorsqu’en effet certaines révélations font jour, on ne peut s’empêcher de choper une extrasystole ou deux. Alternativement, on peut être pris d’une envie irréfrénable de pousser un hurlement long et puissant, cri primal de l’homme viril en butte aux crétineries toujours plus larges des pignoufs emperlousés de la République.

Pour la partie perlouses, on peut par exemple aller regarder du côté de NKM, la Géo Trouvetout du gouvernement passée récemment des éoliennes à pédale à l’Internet 0.2 sur Minitel. La Secrétaire d’État à la Régulation d’Internet a récemment organisé avec nos sous un petit pince-fesse républicain où différents intervenants ont pu s’exprimer sur les questions qui taraudent l’élite : comment s’assurer que les nouvelles technologies soient mises au service des politiques et non que ces derniers en deviennent les esclaves ?

On avait pu mesurer, avec l’affaire HADOPI, toute la puissance fumigène de l’impétrante en matière diplomatique ; ne voulant probablement pas griller ses vaisseaux auprès d’internautes particulièrement remontés devant l’ineptie de la loi Création & Internet, elle avait adopté une position pastelle très École des Fans où, tout le monde gagne à la fin, tant le gouvernement, les majors que les internautes, avec beaucoup de « je crois », « il semblerait » et plein de « heu… oui, enfin, hem ». Et on se fait une bise et tout va bien.

Et depuis, ça mijote dur. Tellement dur que notre sénat s’est fendu d’un rapport. C’est le gentil Detraigne (Vous connaissiez ? Moi, non. La République fourmille de ces illustres inconnus, finalement !) qui nous inflige donc un magnifique rapport dans lequel, vibrant d’élan patriotico-républicain, on nous rappelle les enjeux poignants de la vie privée et les assauts des méchants du secteur privé à celle-ci, et la nécessité brûlante d’intervenir, miam miam, en pondant quelques lois adhoc.

Et là, c’est le drame : le petit farceur nous propose l’hétéronymat. Si vous avez un peu peur, vous avez raison. C’est aussi moche que ça en a l’air.

Il s’agit de pouvoir séparer son identité réelle de son identité numérique. Principalement dans le but de « préserver » l’identité publique d’un internaute d’informations qui pourraient, un jour, se retourner contre lui. Un droit à « être acteur d’Internet au travers d’un pseudo », a expliqué, hier, le sénateur. « Mais un pseudo qu’on s’attribuerait bien sûr pas librement comme ça, sans la moindre règle », a t-il précisé. Une autorité publique serait ainsi « l’interface, le gardien » de cette identité secrète.



C’est précisément ici qu’on se rend compte qu’on est gouverné par d’incommensurables imbéciles.

Parce qu’il faut en tenir une couche solide et épaisse pour sortir un truc pareil sans chercher à faire de l’humour. Tentons de maîtriser les spasmes de fou rire et de rage mélangés qui nous parcourent à la lecture d’une si consternante connerie cosmique et posons nous pour réfléchir deux secondes.

Ainsi donc, notre vaillant sénateur s’imagine que les internautes feraient confiance à l’état (qui perd régulièrement des informations sur ses administrés, ses contribuables, ses justiciables) pour conserver leur identité réelle en l’échange d’avatars référencés ? Il semble penser, avec une telle proposition, que jacky75 ou lordvoldemort35 vont faire les démarches nécessaire pour référencer leur magnifique blase internet auprès de l’autorité compétente ? Autorité qui sera certainement une Haute Commission machin-truc, phynancée en pure perte par nos impôts, et créée à l’occasion pour conserver dans ses petits registres la correspondance entre kevin93enforce de skyblog.fr et Kevin Martin, de Pantin.

C’est du plus haut comique ; ça, c’est pour la partie « spasmes de fou rire ».



Detraigne : un gagneur numérique

Pour la partie « convulsion de rage », il suffit de lire le rapport, qui dit notamment :

alors que dans le monde réel, l’anonymat est la règle et le traçage l’exception, sur Internet, tous les actes de la navigation sont, par nature, enregistrés et mémorisés. L’enjeu, pour les Etats, consiste donc à réguler l’usage d’Internet afin d’y garantir, dans des conditions similaires à celles prévalant dans le « monde réel », le respect du droit à la vie privée, en vertu du principe de neutralité technologique.

Il s’agit ni plus ni moins que d’un non-sequitur. En effet, le fait que les actes de navigation soient par nature enregistrés (ce qui est faux, d’ailleurs) ne constitue pas une raison, une cause ou une motivation pour les états de réguler l’usage d’internet. Force est de constater que l’Internet se débrouille fort bien sans. Et j’irai même plus loin : la phrase est parfaitement consternante de mauvaise foi. Puisque, par nature des actes de navigation, l’anonymat réel ne semble pas possible sur Internet, dixit Detraigne, je ne vois pas pourquoi l’Etat a besoin de proposer l’hétéronymat puisqu’à le lire, justement, l’anonymat n’existerait pas !

Bordel, mais c’est complètement incohérent, ça !

Non, à l’évidence, ce qui déclenche des prurits anaux à nos parlementaires est que, précisément, Internet permet à n’importe qui d’exprimer son avis et de rendre cet avis bien plus anonyme que ce que permet le monde réel, déjà entrelardé de petites lois chafouines destinées justement à pouvoir tomber à bras raccourcis sur qui exercera vraiment sa liberté d’expression. Pour rire, tentez de faire un journal ouvertement antisémite en France. Tentez de faire la publicité ouverte pour des systèmes d’assurance maladie totalement privés. Essayez, pour voir, de faire un livre ou deux sur les passés sulfureux de nos élites énarquiennes. Mieux : reprenez les textes de Desproges ou Le Luron d’il y a 20 ou 30 ans et collez-les dans la bouche d’un comique actuel. Il n’y a aucune chance que l’humoriste ne soit pas immédiatement cloué au pilori par la HALDE, par exemple.

Pour le sénateur Detraigne, «La liberté d’expression est une valeur importante, mais ça n’est pas pour autant qu’il faut pouvoir propager n’importe quoi. ». Notez la proximité des mots « sénateur » et « n’importe quoi ». Ce n’est pas un hasard. En France, la liberté d’expression n’est plus que le plus petit dénominateur commun des thuriféraires du politiquement correct.

Et pourquoi diable veut-on si absolument savoir qui écrit quoi sur qui ? Pourquoi tant de petits mouvements en coulisse, depuis DADVSI en passant par HADOPI ou les idées de label-qualité pour les blogs qui fricoteraient avec le journalisme (oh !), et en terminant sur ces misérables coups de poker technophobes, pour museler l’internaute ?

Probablement parce qu’Internet permet aussi à certaines affaires de prendre de l’ampleur.

Ici même, j’ai déjà évoqué les problèmes des sous-marins pakistanais ; la création d’un site spécifique consacré au Karachigate et le buzz qui entoure ces malversations doit profondément enquiquiner l’Elysée.

Et alors que cette affaire est en passe de prendre un certain volume, le palais présidentiel aura fort à faire pour étouffer la gabegie guadeloupéenne qu’on apprend, là encore, au détour d’un site Internet.

Si en plus on se rend compte que ces foutus blogueurs transmettent méchamment des informations contre-productives pour le gouvernement, comme par exemple le fait que les Français sont majoritairement hostiles au vol pur et simple à l’emprunt nationaâaâal , on comprend la pulsion impérieuse qui s’empare des dirigeants pour museler tout cela.

On ne peut bien sûr que leur souhaiter le plus cuisant échec.

J'accepte les Bitcoins !

1NiqABDWHPuExeU2T59VqX8s22UgTcGxfZ

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires25

  1. maurice b.

    > La liberté d’expression est une valeur importante, mais ça n’est pas pour >autant qu’il faut pouvoir propager n’importe quoi

    J’approuve le rapport Detraigne

  2. Sekonda

    " L’enjeu, pour les Etats, consiste donc à réguler l’usage d’Internet afin d’y garantir, dans des conditions similaires à celles prévalant dans le « monde réel », le respect du droit à la vie privée, "
    C’est gentil de penser à nous mais ce qu’il ne dit pas (volontairement ou non) est que ceux qui ont eu des problèmes de ce genre sont ceux qui divulguaient des informations sous leur identité réelle et pas avec un pseudo.
    Tu as raison de rappeler les Etats perdent très régulièrement des données privées et qu’il n’y a pas de raisons que ce fichier ne soit pas perdu/volé/utilisé contre un opposant politique.
    En résumé, l’argument est débile, il ferait mieux de garder les bons vieux qui marchent : "c’est pour vous protéger des pédophiles nazis terroristes à burqua"

  3. bibi33

    >J’approuve le rapport Detraigne

    Maurice l’affaire Hou la menteuse ça démontre bien qu’il n’y a pas d’anonymat sur le web et que donc on est responsable devant la lois de ce qu’on y publie.

    Donc pourquoi avons-nous besoin d’une autorité étatique pour gérer les pseudonymes sur le web?

  4. maurice b.

    Les commentaires publiés sur ce blog concernant le rapport Detraigne, ignorent totalement (volontairement ?) les principales motivations de ce rapport sénatorial, pour n’en donner qu’un résumé tronqué et caricatural destiné à nuire à l’Etat et aux institutions républicaines

    la principale motivation qui figure dans le rapport est celle-ci :

    "Les capacités de représentation et d’agrégation des moteurs de recherche peuvent nuire considérablement aux individus, tant dans leur vie personnelle qu’au sein de la société, en particulier si les données à caractère personnel qui figurent dans les résultats de recherche sont inexactes, incomplètes ou excessives".

  5. Bob

    Maurice, tu oublies que les informations personnelles publiées sur internet le sont justement par les individus concernés : qu’il prenne leur responsabilité, qu’il ne signe pas de contrats abandonnant tout droit sur ces informations à une entreprise étrangère. Bref du bon sens.

    D’autre part cela déplace le problème sur l’état, au lieu que ce soit des sociétés privées qui aient accès à des informations très privées, ce sera l’état qui aura l’équivalence pseudo-vrai nom. Ce n’est pas forcément mieux.

    Enfin, cette loi n’effacera pas les millions d’info personnelles qui sont déjà publiées à l’heure actuelle : si c’est une fois sur Internet, ça y restera.

  6. maurice b.

    > Maurice, tu oublies que les informations personnelles publiées sur internet >le sont justement par les individus concernés : qu’il prenne leur >responsabilité.

    La traditionnelle "réponse-bateau" des libéraux au moindre problème :

    Personne n’a jamais oubligé quiconque à -> (compléter la case)* :

    *
    – surfer sur internet
    – rentrer dans un commerce où il y a de la de video-surveillance
    – boire ou manger tel produit qui est nocif pour la santé
    – habiter un immeuble sur lequel il y a des antennes-relais
    – se faire refiler une carte de crédit sans s’en rendre compte
    – travailler pour une entreprise qui méconnait le code du travail
    – consulter chez un médecin incompétent
    – acheter une maison dans une zone inondable
    – réserver ses vacances dans un hotel qui n’existe plus

    etc..etc…

    Leur programme politique par les réponses claires qu’ils apportent au pays est facile à rédiger, en fait !

  7. Bob

    Exactement, Maurice. Pour les sites comme Facebook, tu as des conditions d’utilisation que tu peux refuser. Ensuite, que quelqu’un s’exprime dans un journal ou un blog, cela revient au même, il devra assumer ses paroles vis-à-vis de ses proches, futurs employeurs etc.
    S’il craint des "représailles" l’anonymat est déjà possible. Mais quelle nécessité de le réglementer, si ce n’est pour contrôler cette liberté d’expression ?

  8. Arkh

    "Les capacités de représentation et d’agrégation des moteurs de recherche peuvent nuire considérablement aux individus, tant dans leur vie personnelle qu’au sein de la société, en particulier si les données à caractère personnel qui figurent dans les résultats de recherche sont inexactes, incomplètes ou excessives".

    Avant de tenter de s’attaquer à internet, il faudrait s’occuper de ce genre de choses dans les base de données de l’état (flics, sécu etc.).

  9. Marie

    « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous ayez le droit de le dire. » Voltaire
    Cela vous dit-il quelque chose, Maurice ?
    Et oui, des adultes sont censés réfléchir avant d’agir et assumer leurs bourdes éventuelles, sans se poser en victimes. Quant aux enfants, c’est à leurs parents, à leurs profs, de leur enseigner ce qu’on appelle le sens critique et la responsabilité…

  10. sam_00

    La proposition de ce sénateur présente beaucoup d’autres aspects intéressants pour l’état!
    Un seul pseudo par internaute, imaginez le truc!

    Exemple: ebay.
    On peut créer autant de comptes que l’on désire … l’état voulait obliger les citoyens à déclarer leurs ventes sur ebay au delà de 1 vente par mois si je me souvient bien. Facile à contourner lorsque l’on a plusieurs pseudo … moins simple avec un pseudo attribué par l’état.

    Je passe sur les commentaires qui ne sont pas tendre avec le gouvernement fantoche de ce pays, les blogs où l’on ne sais pas vraiment qui est derrière, etc etc …

    Au final, ce que je trouve très drôle (et que notre amis maurice ne semble pas avoir vu); c’est qu’il suffira, comme pour le cas hadopi, d’ouvrir un tunnel VPN vers un autre pays européen, pour que toute cette mascarade réglementaire devienne caduque.

    Après la lutte contre les paradis fiscaux (dont on en trouve un certain nombre tout autour de la Fraônce), voici bientôt venir la lutte contre les paradis internet …

    CPEF

  11. maurice b.

    > les blogs où l’on ne sais pas vraiment qui est derrière, etc etc …

    les renseignements généraux savent très bien que la plupart des blogueurs anonymes et anti-gouvernementaux se trouvent parmi les fonctionnaires de l’Etat.
    1- parce que ces gens n’ont rien d’autre à foutre.
    2- utilisent le matériel et les logiciels de leur administration

    Une telle loi permettra au moins de faire le ménage en repérant et en virant tous ces parasites.

  12. alexandre

    «La liberté d’expression est une valeur importante, mais ça n’est pas pour autant qu’il faut pouvoir propager n’importe quoi. »

    Et ça devrait tout particulièrement s’appliquer aux politiciens. Le nombre de mensonges qu’ils peuvent proférer à la tv ou dans les autres médias d’ailleurs est honteux.

  13. Phantom

    Je trouve que maurice b. a quand même son utilité dans la blogosphère libérale, chacun de ses commentaires renforce les libéraux dans leurs convictions :D

    Je trouve dingue qu’il y ait presque tous les jours des sujets de discussion avec l’Etat français, hashtable a encore de longues années d’existence :(

  14. maurice b.

    > Maurice, vos propos sont sidérants

    Se mettre en arrêt maladie, une journée par ci par là, permet de s’occuper de son blog et de taper dur sur Sarko et l’UMP

    —————————-
    Les enseignants une nouvelle fois montrés du doigt. Selon (snip)

    maurice, vous êtes hors sujet.

  15. Nick de Cusa

    D’expérience, les journaux antisémites qui ont existé ont regorgé d’appels à la violence et ont participé à pousser au triste crime qu’on sait. Donc bon, on s’en passera sans trop de mal, quand même.

    Je suis évidemment d’accord, mais n’empêche : la liberté d’expression n’est pas et n’a jamais été totale en France. Prétendre qu’elle l’aurait été sur internet est une blague et ne justifie en tout cas pas qu’on intervienne :)

  16. Nick de Cusa

    Momo écrit mieux. Ca serait un comité de vigilance des jeunes pop’ qui allument des contre feux face aux critiques pertinentes que ça ne m’étonnerais pas. Au cas où j’ai raison : eh les gars sans déc’. Jeune Pop’. Changez de nom. C’est grotesque.

  17. Sekonda

    Maurice, quel est ton nom ? L’Etat, c’est un peu nous aussi, tu peux nous le dire. C’est mal d’être anonyme.
    Le lundi à 15h, tu poste de chez toi ou de ton administration ?

  18. Phantom

    @Nick de Cusa

    Je me suis posé cette question aussi! J’ai aussi le drôle de sentiment que plusieurs personnes sont derrière le pseudo de maurice b. et que ces personnes sont des cybermilitants de l’UMP (qui s’y prennent mal lol).

  19. Bob

    Tiens : esoteris.me/voyants,100

    " Maurice B. Tarologue d’expérience, résultats exceptionnels

    Originaire de Hanovre en allemagne, je me suis installé en France à 16 ans. Mon expérience en tarologie, je la dois à une amie française de mes parents qui m’a initié l’année de ma majorité. Par passion, j’ai affiné mes interprétations des lames de tarot sans cesse jusqu’à aujourdhui. Je vous propose maintenant mon aide pour vous permettre de mieux comprendre votre vie sentimentale et mettre de l’ordre dans vos idées. Faites moi confiance, vous ne serez pas déçu. A tout de suite !"

    Il doit bosser à Bercy.

  20. Franck D

    La politique est un sujet trop complexe et large pour pouvoir déclarer sérieusement que les politiques sont des incapables, même si j’ai tendance à penser que le fait qu’il s’agisse de professionnels n’y est pas pour rien…

Laisser une réponse

(obligatoire)
(facultatif)