Le week-end en roue libre

Il y a des individus qu’il faut surveiller comme le lait entier pas encore pasteurisé sur le feu. Les enfants en bas âge, les belles-mères, les voisins qui taillent mollement une haie mais tendent l’oreille, et … le gouvernement français. C’en est ahurissant : un week-end peinard, le dernier complet d’octobre, et on se dit qu’on va pouvoir se faire un petit musée tranquille, entre une visite de parc aux frondaisons mordorées et une petite averse de fin de journée, par exemple. Eh bien non !

On a à peine le dos tourné que paf, c’est le bazar.

Cette fin de semaine aura vu en effet s’accumuler dans l’actualité politique un nombre anormalement élevé de billevesées redoutables qui vont, j’en suis sûr, occuper notre douce France pendant les prochains jours.

Sans même se pencher sur le cas précis du week-end, moment propice aux relâchements de l’esprit et aux bourdes catastrophiques, on aura ainsi noté les incroyables bêtises de … Nadine Morano qui parle d’Internet comme un aveugle de ses réalisations en Technicolor, avec la même assurance, la même gouaille et … la même crédibilité.

Et la voilà qui pérore donc sur les dangers de l’interweb : si l’état et elle n’interviennent pas rapidement, des hordes de pédophiles sanguinaires vont se jeter sur tout ce que la France compte de têtes blondes bêtement connectées sans surveillance parentale.

Enfin, dans sa bouche, ça donne plutôt :

« Internet est trop souvent diabolisé alors qu’il est l’un des meilleurs outils d’ouverture au monde. A nous de rendre ce terrain plus sûr, d’instaurer des garde fous, d’élaborer un code d’Internet, comme on a mis en place un code de la route »

En décodé, cela veut donc dire que non, non, elle ne veut pas dire qu’Internet est le mal incarné, mais que si le gouvernemaman – donc elle – ne fait rien, il va y avoir des morts sur les autoroutes de l’information.

C’est très con. Vous me passerez l’adjectif trivial, mais comme ce qu’elle dit est trivialement bête, je maintiens.

Dans une cuisine, on trouve des couteaux qui blessent. Vite : légiférons pour empêcher cela. Tous les ans, 20.000 personnes meurent dans un accident domestique en France (oui oui, 20.000) dont plusieurs centaines d’enfants. Là, on parle de vrais morts et tout et tout. Mais, on s’en doute, ces enfants morts sont, cependant, sous la responsabilité de leurs parents.

Et pour internet, ma chère Nadine, c’est pareil. Les parents ont un rôle, et vous n’avez pas et le gouvernemaman n’a pas à le leur expliquer. C’est leur boulot de parents, merde.

A ce rythme, dans 5 ans, l’éducation de base sera retirée des parents dès la naissance, dans 10, on nous expliquera à la télé comment pisser droit, et dans 20 ans, une nouvelle génération d’assistés lobotomisés trouvera parfaitement idoines les messages gouvernementaux sur « comment faire passer la nourriture de l’auge à la bouche sans danger » ou « comment se moucher sans projeter des germes partout« .

Ah, pardon, pour le mouchage, c’est déjà fait.

Bref.

Et pendant que la Nadine se lâche version Big Mother, Jean-François Copé, le fin stratège de dans trois ans, émet quelques petits cris stridents sur les quotas de femme au CAC40.

Coïncidence, cette merveilleuse idée était en son temps aussi soutenue par … Nadine ; décidément, elle est comme les explosifs les plus dangereux : à retardement, mèche longue et idées courtes.

L’idée de base est donc aussi conne (passez moi … trivial … patati patata) que la précédente : on va, par une nouvelle loi dont la République ne pouvait se passer, imposer un quota de femmes au sein des entreprises du CAC40. Il est piquant de constater que dans ces entreprises, beaucoup ont l’Etat comme actionnaire, et que ce dernier a l’air de très mollement appliquer pro-activement quelque quota que ce soit.

Inutile aussi de noter que notre gouvernement n’atteint pas non plus ce quota de 40% de femmes.

Autrement dit, l’état veut imposer aux autres, par la loi, ce qu’il ne semble en rien prêt à faire de son côté, naturellement.

Classique.

Éric Besson, de son côté, ne voulait sans doute pas laisser ses petits copains baver des énormités dans les médias et se faire oublier. Pendant que les expulsions fantaisistes – mais expresses ! – continuent, le voilà qui retente un petit round de Burqua et d’Identité Nationale, histoire de faire parler de lui : selon lui, la seule question concernant cette abôôôômination est celle des modalités techniques de son interdiction.

Voilà, c’est dit.

J’attends avec impatience qu’il nous explique ensuite pourquoi il ne faudra surtout pas interdire le port du string apparent, ou qu’il ne faut pas dévoiler les nonnes, ou qu’enfiler un pantalon en cuir moulant n’est pas une offense au code vestimentaire article 23 alinéa B.

Encore une fois, on se demande si l’essentiel du gouvernement, en France, réside bien dans la législation sur des bouts de tissu.

Question qui restera en suspend pendant que Novelli, tout autant en roue libre que nos autres lascars, se lance dans une vraie étude de fond sur le Consumérisme à la Française dont on se demande exactement pourquoi il faut absolument qu’il perdure tant le Modèle Français a surtout prouvé que le monde ne nous l’envie pas des masses au point de vouloir s’en éloigner.

Et puis bon, mon brave Hervé, je ne voudrais pas te bousculer, mais actuellement, le consumérisme, c’est bien joli, mais quand on n’a de ronds en fin de mois que pour acheter des patates, c’est un peu du foutage de gueule version Amiral Graaf Spee après sabordage, non ?

Tout ceci est bel et bien bon, mais … Pendant ce temps, qui parle de la dette ? Qui parle des déficits de tous les services de l’état ? Qui s’occupe de faire en sorte que le chômage soit géré de façon correcte ?

Oui, M. Devedjian, ministre de la Relance, vous avez un mot à nous dire ? Oui ? Non ?

Rien ?

Vraiment ?

C’est dommage.

Et vous, M. Sarkozy ? Non ?

Vous reprenez du champagne ? Ah oui, sans doute pour fêter la prise de participation de l’Etat dans Dailymotion, je suppose…

Il est vrai qu’ainsi, on n’aura pas besoin de loi stupides à la Morano-le-noeud pour contrôler un peu les médias internet. Oui, je sais, tout ceci est évidemment hors de question : Dailymotion sera indépendant et restera bien à l’écart, et puis, ce n’est pas comme si son patron venait d’un organisme étatique, ou qu’il participait activement à une commission théodule de plus, hein.

Allez. Français, ayez confiance, quoi.

On s’occupe de vous.

Ou on vous occupe.

Au choix.

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires5

  1. bobfuck

    Hé oui.

    La décadence de la civilisation socialiste occidentale se finira dans un « pfuitttt », et non pas dans un gros boum. Au moins, ce sera festif, et grâce au principe de précaution, il n’y aura pas de danger !

    Je vais m’acheter un poncho pour préparer l’avenir…
    quoique, je ferais peut-être mieux de m’acheter un fusil d’assaut finalement…

  2. Evan

    Parce qu’il vous arrive encore de vous connecter à Dailymotion, vous? Allons bon.

    Pas à dire, le lundi, retrouver la semaine et ses turpitudes est vraiment lénifiant.

  3. AncillaDomini

    Il y avait déjà de la censure sur Youtube (certaines vidéos papistes ont trépassé dans d’atroces souffrances en avril dernier 😀 ).
    Est-ce le tour de Dailymotion ? Participation de l’Etat + bonnes résolutions de Nadine Morano = quelque chose qui ne me dit rien qui vaille…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.