L’équilibre et la RATP

Tiens, la Cour des Comptes a pondu un nouveau rapport … Et sur la RATP, en plus ! Voilà qui est fort amusant, puisqu’en substance, le rapport soulignerait l’incapacité du transporteur à gérer ses affaires correctement. Je dis « soulignerai » parce que pour le moment, le fameux rapport n’est pas encore libre d’accès. En tout cas, ce qu’en disent les journaux (pas toujours bien informés, mais bon) me surprend totalement…

Bon. Non, en fait, je ne suis pas surpris. Si ce rapport avait déclaré que la RATP était florissante, que son matériel était en bon état, ses clients usagés usagers satisfaits et ses tarifs raisonnables, j’en aurai déduit que le rapport avait été écrit par un Huet ou Foucart de l’économie.

Mais là, non, le constat est sans appel : la RATP n’est pas bien gérée.

Il est important de souligner que ce n’est pas dit comme ça. Le rapport, en réalité, dénonce le fait que la régie publique n’est pas rentable. Certains, qui aiment Partager leurs Approximations, sautent sur l’adjectif pour brocarder la Cour de Comptes en criant à la mort du petit cheval et à la casse d’un Service Public dont la partie « Public » a pu mesurer ce que la partie « Service » veut dire grâce aux grèves, débrayages, fonctionnement erratique et entretien pour le moins lacunaire dont il est l’objet de façon accrue ces derniers temps.

Il n’en reste pas moins que, pragmatiquement, le Super Service Public De Transports En Bétaillères Commun de la Région Delanoësque Parisienne se devrait, au moins, de ne pas faire perdre d’argent au contribuable (en langage clair, ça ne veut pas dire « rentabilité », ça veut dire « équilibre »). Et ce pour deux raisons :

– Tout d’abord parce que le contribuable n’a pas les poches élastiques, des fonds infinis et qu’en ces temps de criiiiise, un peu de ménage et de bonne gestion ne font pas de mal. Je sais, on peut rêver, mais quoiqu’il en soit, ce n’est pas en ajoutant des déficits aux déficits et des pertes aux dettes qu’on améliorera la situation concrète et courante des Franciliens et des Français en général.

– Ensuite et surtout parce que tous les braves contribuables ne sont pas systématiquement des usagers de ce service. Autrement dit, le petit papy coincé dans son pavillon de banlieue (desservie, parfois, par une RATP ayant déposé un préavis de travail) qui ne sort de chez lui que pour aller acheter son journal et son pain ne devrait pas avoir à supporter la gabegie et la gestion alternative et innovante de la RATP dont, soyons bien clair, il se bat – mollement, ses petits muscles ne sont plus tout jeunes – les roubignolles.

Or, si l’on arrête de se focaliser inutilement sur une recherche de rentabilité, de toute façon absolument hors de portée de la bande de branleurs qui dirigent l’établissement public, le reste du rapport est assez pertinent en ce qu’il fait remarquer quelques éléments qui donnent justement tout son sel à la critique générale de mauvaise gestion.

On y apprend que les transports parisiens sont beaucoup plus chers que dans les autres grandes villes. Pour, en plus, aboutir à un déficit, ça fait un peu mal. Si l’on y ajoute la vétusté et l’absence totale de ponctualité du système, et qu’on compare aux transports dans les capitales européennes, on note que, sans être toujours des modèles de propreté, de prix ou de ponctualité, ces autres capitales s’en sortent très avantageusement face à Paris.

Le prix consternant des billets et abonnements parisiens s’explique d’ailleurs peut-être par l’augmentation du salaire brut moyen au sein de l’entreprise, augmentation qui a eu le bonheur de ne pas suivre celle de l’inflation mais de quasiment la doubler (3.1% par an contre 1.77% pour l’inflation). Au moins, on sera rassuré d’apprendre qu’en plus de tarifs avantageux pour leur propre transport et de nombreux jours de « congé », les employés de la RATP n’auront pas eu à souffrir d’un écrasement de leur salaire ou une baisse de leur pouvoir d’achat.

Autre élément intéressant, toujours dans le chapitre de la Gestion Créative, la Cour note que la délibération de fin d’année du conseil d’administration « autorise systématiquement le président à contracter ‘les emprunts nécessaires pour financer les dépenses d’investissements (…), ainsi que les remboursements d’emprunts’ sans définir ni le montant des emprunts nécessaires ni le niveau d’endettement« .

Sans définir ni le montant, ni le niveau d’endettement.

J’avoue que celle-ci, toute recherche de simple « rentabilité » – ah ah ah – mise à part, m’a un peu scié la nouille en quatre, si vous me passez l’expression triviale.

Parce que si les remarques précédente peuvent passer pour un objectif lointain à atteindre éventuellement pour une saine gestion, établissement public ou pas, demander le montant d’un emprunt et définir le niveau d’endettement, c’est un prérequis non pas pour une gestion saine, mais tout simplement pour prétendre faire de la comptabilité.

Ici, on est, clairement, dans le foutage de gueule complet : on ne sait pas combien on va emprunter, ni ce que ça va coûter, ni ce que ça représente sur les finances de l’entreprise, mais bingo, les gars, allez-y. D’t’façon, on s’en fiche, c’est le pognon des autres, là, à commencer par cet idiot de papy qui n’utilise pas les transports pour aller chercher son pain et son journal.

Mais voilà : on est en France, patrie des droits de l’homme, liberté, égalité, fraternité, Marseillaise dans le fond et lancez la fanfare ! Un Service Public n’a pas à être rentable, ni à être à l’équilibre, et encore moins à se soucier de ce qu’il dépense. On peut cramer du fric comme on veut quand on veut pour tout et n’importe quoi : c’est pour la bonne cause.

Le fait que, très factuellement, le système appauvrisse encore les plus pauvres, qu’il fait subir les avanies d’une grève à ceux qui ont le plus de transports (i.e. les pauvres), qu’il fait subir son insécurité, la vétusté des bétaillères, les odeurs puantes et couleurs blafardes de gares souterraines très mal entretenues aux populations qui ne peuvent absolument pas faire autrement que l’utiliser (c’est-à-dire : les classes moyennes, ceux qui doivent se lever pour travailler, et, majoritairement, les pauvres), tout ça, on s’en fiche puisque, dès lors qu’il s’agit d’un Service Public, c’est forcément Le Bien.

Moyennant quoi, les bobos riches comme Delanöe peuvent continuer à vanter les mérites des Vélib en prenant encore plus à sa charge leurs dégradations, pour les faire payer par ces abrutis de pauvres qui se font gentiment enfler : eux, de toutes façons, ne peuvent pas prendre les vélos (ils préfèrent alourdir leur facture carbone ou s’assaisonner avec un abonnement RATP).

Alors oui, effectivement, lorsque la Cour des Comptes cherche la « rentabilité » de la RATP, elle se met un peu le doigt dans l’œil jusqu’au coccyx.

Elle devrait, plus modestement, lui demander simplement d’arrêter de prendre les pauvres pour des cons, et évoquer que la RATP tente, au moins une fois, de faire un peu de gestion, histoire de voir comment ça fait.

J'accepte les Bitcoins !

1PASudyb5b4hJq6Zwmk6qSg7nM3TNwjrFa

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires28

  1. Criticus

    À propos de Vélib, j’ai fait dimanche-lundi une découverte sensationnelle : ayant rangé dimanche après-midi mon vélo sur une borne dont le voyant était rouge, celle-ci a verrouillé le vélo. Je me suis dit : « Bon, c’est rouge, mais ça marche ! ».

    Lundi soir, je tente de prendre un vélibobo : la borne me dit que j’en ai un en cours de location. J’étais donc parti pour payer des centaines d’euros. Heureusement, en prenant ma voix de crooner au téléphone, j’ai pu fléchir l’hôtesse.

    Bref,cette histoire est nulle, mais illustre bien le Vélib. ;)

  2. Flo

    Temps moyen de conduite quotidien par agent « roulant » : 2h50

    Age de départ en retraite « moyen » par agent « roulant » : 53,7 ans.

    Entendu ce matin à la radio…

  3. Tortue joviale

    « qu’il fait subir les avanies d’une grève à ceux qui ont le plus de transports (i.e. les pauvres), »

    Je crois que tu as omis le mot ‘besoin’

    Non non. A la limite, « temps de » – ceux qui ont le plus de temps de transport. Mais la phrase est moche, tu as raison.

  4. Evan

    Un très bon billet (relativement à la moyenne locale, s’entend) qui remet les choses à leur place.

    Les chiffres de Flo viennent savoureusement assaisonner l’ensemble. Allez, on pourrait y rajouter, si on était mesquin, que le ticket à l’unité a pris 30 centimes en un peu plus de deux ans, et que même la Poste n’aurait pas osé. Mais on n’est pas mesquin.

    Ma nature éhontée de libéral de droite me pousse à suggérer parmi les palliatifs possibles à ce gouffre financier l’idée de la honte par excellence : la répression. Mais si. Envoyez donc une batterie de contrôleurs dans un train de banlieue gare du Nord vers 18h-18h30, ou dans une station de métro fréquentée aux heures d’affluence : le carton est garanti – ou le serait si la procédure de recouvrement des amendes n’était pas elle-même (à mon avis totalement subjectif) un gouffre à pognon.

    Je sais c’est moche, et ce n’est pas la solution. Mais perverti comme je suis, j’ai quand même du mal à admettre que le gouffre financier serait aussi profond pour l’entreprise publique comme pour ces idiots d’usagers-pigeons qui paient bêtement leur trajet, si ladite entreprise publique commençait par prendre les moyens de s’assurer que les personnes qui empruntent ce service sont bien celles qui se sont acquittées du droit de l’utiliser.

    C’est aussi ça la vie au pays de l’assistanat : si Maman-Etat n’est pas là pour surveiller, les enfants grugent derrière son dos. ;-)

  5. maurice b.

    > Tiens, la Cour des Comptes a pondu un nouveau rapport … >Et sur la RATP, en plus ! Voilà qui est fort amusant, >puisqu’en substance, le rapport soulignerait l’incapacité >du transporteur à gérer ses affaires correctement.

    Ce rapport n’est pas pondu, par hasard, à cette période précise.
    En effet, avec la construction du futur métro automatique du projet Grand Paris,un appel d’offres pour son exploitation sera lancé…. et la RATP risque d’en être exclue.

  6. maurice b.

    D’ailleurs la réaction ne s’est pas fait attendre.
    ———
    S’étonnant de la divulgation des documents sur ses exercices financiers 2001-2007, la RATP note que celle-ci « intervient à un moment où le gouvernement veut clarifier les responsabilités des acteurs du transport public urbain en Ile-de-France, », avec la loi sur la régulation ferroviaire, adoptée début novembre au Parlement, et celle sur le Grand Paris en cours de discussion.
    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2009/11/25/01011-20091125FILWWW00317-cour-des-comptes-la-ratp-se-defend.php
    ———————–
    Qu’on ne s’y trompe pas Sarkozy « veut la peau » de la RATP et il a le soutien de nombreux élus de l’UMP.

    1. @maurice : oh, vous savez, je crois qu’il a le soutien d’à peu près la totalité des Français et notamment des Franciliens qui en ont assez de se faire sodomiser par les transporteurs de bétail.

  7. Geoffrey

    Bonjour H16,

    Pardonnez-moi, mais je n’ai pas trouvé le formulaire de contact s’il y en a un.
    (snip)
    Geoffrey

    Mon email est le suivant : h16 at free dot fr ; pour le reste, j’ai modifié partout l’auteur en Geoffrey tout court :)

  8. Flo

    Vous en voulez encore? Il n’y a qu’à demander!

    http://www.lemonde.fr/economie/article/2009/11/26/la-decentralisation-des-ter-un-succes-qui-coute-cher_1272250_3234.html#xtor=AL-32280184

    J’avais lu il y a quelques temps le livre de C. Gérondeau « Ecologie, la grande arnaque ». Outre qu’il m’avait rendu l’inestimable service de me faire « rencontrer » Frédéric Bastiat, il ne disait pas autre chose sur ce sujet que ce nouveau rapport de la cour des comptes…

  9. maurice b.

    > J’avais lu il y a quelques temps le livre de C. >Gérondeau « Ecologie, la grande arnaque ».

    Christian Gérondeau…… Mouarffff…. mort de rire !!!
    Ce type est président de l’Automobile-Club, un « club » qui regroupe des addicts de la vitesse et du tout bagnole.
    Un regroupement composé essentiellement de beaufs risibles et caricaturaux qui sont perdus sans un volant entre les mains et qui utilisent leurs bagnoles pour aller acheter un paquet de cigarettes à 100 mètres de leur domicile.
    Comment faire confiance à quelqu’un qui représente ces gens là, qui passe son temps à réclamer l’amnistie des infractions routières et à faire du negationnisme contre les thèses scientifiques écologiques , pour justifier le maintien , voire l’extension du « tout bagnole ».

    « beaufs risibles » : voilà bien toute la considération de l’UMP pour les citoyens et les contribuables. Parfaite illustration que notre abruti attitré nous livre ici. C’est aussi pour ça que je ne le bannis pas : il montre, tous les jours, la veulerie, le cynisme, le mépris et la médiocrité qui fondent ce parti. Vibrant hommage à la politique dans ce qu’elle a de plus minable, maurice prouve encore une fois qu’on peut être à la fois con, de droite, et totalement corrompu.

  10. adnstep

    Maurice, tu devrais lire ce qu’Hervé Mariton, qui, me semble-t-il, est encore à l’UMP, pense de la manière dont les collectivités dépensent ce que rapporte l’impôt radar.

    Quand à ton post, il est totalement hors sujet. Dis-nous plutôt ce que tu penses de la décentralisation des TER.

  11. Flo

    A l’époque où note beau pays était dirigé par un président, le dernier à être décédé pendant son mandat, qui conduisait une voiture de sport de marque allemande (c’était le mentor en politique du fondateur du RPR, puis de l’UMP) et où la France déplorait plus de 20000 morts par an sur les routes, C. Gérondeau s’est battu avec F. De Closet pour instaurer une limitation de vitesse sur nos routes.

    Ironie du sort, l’opposition du président d’alors était telle qu’ils avaient été fort opportunément « soutenus » dans leur démarche par le 1er choc pétrolier. Eh oui, alors qu’ils voulaient imposer des limitations de vitesse pour des raisons de sécurité c’est la nécessité de faire des économie d’énergie qui leur a permis de « gagner » la partie.

    Maurice, j’ai horreur de l’invective personnelle, mais j’ai encore plus horreur des donneurs de leçons moralisateurs (dégoulinants de moraline aurait écrit notre hôte). Surtout lorsqu’ils sont d’une ignorance et / ou d’une mauvaise foi crasse.

    Il semble que vous n’ayez pas plus confiance en C. Gérondeau qu’en la Cour de Comptes qui arrivent pourtant à la même conclusion par des chemins différents et c’est votre droit.

    Pourtant les faits sont là et ils sont têtus : les TER sont remplis à 26 % (ou plutôt vides à 74 %) et empruntés chaque jours par 1 % de la population française. Les régions dépensent plus pour ça que pour les lycées.
    Quand à vos ridicules assertions concernant de prétendues « thèses scientifiques écologiques » (quel charabia) elles ne valent pas mieux que le reste de vos commentaires.

    Vous voulez parler des thèses créées et défendues par les fraudeurs Jones, Mann, Briffa et consorts (qui en plus, béni soit-il, comptent un traître dans leurs rangs) ?

  12. maurice b.

    > Maurice, tu devrais lire ce qu’Hervé Mariton

    je trouve beaucoup plus interessant (que le taux de remplissage des TER) de lire ce que Michel Rocard dit de N.Sarkozy et aussi des Socialistes dans une interveiw à un grand hebdomadaire.

    « le drame des Socialistes, c’est de ne pas avoir assez travaillé pour comprendre la crise économique et financière »…
    « Nicolas Sarkozy lui n’avait JAMAIS fait d’économie, mais comme il est très intelligent quand la crise a éclaté,il lui a fallu QUINZE jours pour comprendre que le « logiciel » libéral était foutu. »
    Michel Rocard.

    ah ah ah ah ah ah aha mégalol. Oui. Venant de Rocard, tout ceci est absolument sans prix ! Après « Winnie Rocard explique l’ozone du CO2″, « Winnie Rocard professe l’économie » au Cirque d’Hiver.

    C’est aussi pour ça qu’on vous aime bien, momo : pour ces petits moments d’hallucinations.

  13. Flo

    Un UMPISTE qui trouve un socialiste compétent pour parler économie. Mieux encore il le trouve qualifié pour juger notre Guide Suprême sur ce plan (bon OK il limite son jugement porte quelqu’un qui n’a « jamais fait d’économie », mais qui a tout compris en 15 jours comme le prouvent les brillantissimes résulats socio-éconmiques de la France ces jours-ci. Dommage s’était 15 jours APRES le début de la crise. On aurait pu attendre d’un homme si brillant qu’il comprenne avant la crise).
    Les bras m’en tombent…

  14. Harald

    Vous êtes impayable Momo. Rocard, l’ancien du PSU, officine trotskiste où sévissait également Jospin, serait donc intéressant pour un umpiste. Merci de nous prouver encore une fois que ce qui fait défaut aux rigolos de votre parti c’est non seulement un cortex mais également une colonne vertébrale. Le prochain à être pertinent c’est qui ? Besancenot ?

  15. maurice b.

    > Merci de nous prouver encore une fois que ce qui fait >défaut aux rigolos de votre parti

    Le gouvernement de François Fillon travaille à faire des économies ….mais on n’en parle pas (ou très peu).
    ——————

    grève au cente Pompidou
    A compter du 1er janvier 2010, application au Centre Pompidou de la règle du non-remplacement d’un départ à la retraite sur deux, qui est de mise dans la fonction publique. Cela signifierait la suppression de 26 emplois en 2010 et de 23 emplois en 2011.

    Les organisations syndicales (CFDT, CFTC, CGT, FO, FSU, SUD, UNSA)du ministère de la Culture ont déposé un préavis de grève pour protester contre la deuxième phase de la Révision Générale des Politiques Publiques (RGPP).
    Après l’administration centrale du ministère, c’est à présent aux établissements publics culturels (musées, monuments, établissements d’enseignement supérieur, archéologie) d’être touchés par cette politique d’économies.

    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2009/11/28/01011-20091128FILWWW00618-6e-jour-de-greve-au-centre-pompidou.php
    Ah oui. Quelle économie ! 26 emplois fonctionnaires supprimés. C’est à la fois couillu et d’envergure. Encore une intervention ridicule et risible de momo. Surtout si l’on ajoute l’aspect ubuesque de la grève (encore une) pour un machin dont tout le monde se fiche…

  16. Harald

    Le gouvernement de François Fillon travaille à faire des économies ….mais on n’en parle pas (ou très peu)…
    … Parce que l’argent économisé est aussitôt claqué au lieu de servir à éponger la dette. Si vos gauleiter avaient des couilles ils s’attaqueraient au principe de représentation des syndicats. Tout le monde sait que c’est l’indispensable préalable à toute réforme sérieuse, je ne parle pas des réformettes bidons de vos potes.

  17. maurice b.

    > Si vos gauleiter avaient des couilles ils s’attaqueraient > au principe de représentation des syndicats

    Vous avez des problèmes avec ces gens dans votre boite ?
    Ils sont prioritaires sur vous pour les promotions ?
    D’abord, petit avorton, quand on te pose une question, tu réponds à la question avant de pouvoir en poser une à ton tour. Ensuite, on reste bien dans le sujet. Enfin, reprenons : quand ton maître Sarko va-t-il s’attaquer vraiment à une vraie réforme qui veut dire quelque chose en remettant à plat le principe actuel de représentativité des syndicats ? Hein ? Quand ? … Jamais ? C’est pour ça que tu ne veux pas répondre, momo ?

  18. Flak

    j’ai compris!
    la seule personne que je connaisse qui reagisse exactement comme Maurice B., insensible aux insultes et toujours prete a sortir un argument si foireux que ca fait deseperer plus a chaque fois, est victime de retardation mentale legere matinee d’autisme. pour de vrai, jvous jure! un cas clinique.
    comme momo.

    1. Ouais. Et pour les courses du samedi pour une famille de 4 personnes, il suffira de faire 15 allers-retours ! Que. Des. Economies. Vous dis-je !

Laisser une réponse

(obligatoire)
(facultatif)