Faillite : ça n’arrive pas qu’aux autres…

Il y a quelques jours, on apprenait la déconfiture assez pénible de Dubaï. Les émirs, jouant de grosses sommes dans l’immobilier et la finance, ont subi la crise de plein fouet et se retrouvent avec une ardoise babylonesque de dizaines de milliards d’euros à régler. Les bourses ont serré les fesses, et le grain est passé, en apparence. En apparence, parce que, pendant ce temps, de bien sombres nuages s’accumulent au dessus de … la Grèce.

Et la Grèce, c’est un peu une autre dimension que Dubaï.

Non pas que les problèmes des scheiks soient quantité négligeable : ils sont, en partie au moins, responsables d’une catastrophe en puissance. Si Dubaï tombait complètement, la panique reviendrait s’installer sur les places boursières mondiales.

Si la Grèce représente une menace plus importante que celle de Dubaï, c’est surtout par sa proximité géographique et financière : il s’agit d’un pays de l’Union Européenne, et, de surcroît, qui partage avec la France la même monnaie. Une cessation de paiement de celui-ci provoquerait une onde de choc redoutable : la relative confiance dans l’euro s’effondrerait très vite, et avec elle, celle des états qui le soutiennent. Et à ce petit jeu, la France, la Belgique et l’Italie sont plutôt mal placés.

Or, ce scénario est bien plus crédible qu’il n’y paraît, et toujours pour les mêmes raisons : les finances des créditeurs ne sont pas extensibles à l’infini, les taux d’intérêt n’ont aucune chance de rester bas indéfiniment, et, surtout, la dette de la Grèce et des autres gros endettés de la zone Euro, France en tête, n’est pas absorbable par l’inflation.

En effet, comme le souligne fort justement Loïc Abadie sur son blog, ces états, tout comme les Etats-Unis, n’empruntent plus à long et très long terme. Depuis le début de la crise, les montants récupérés sur les marchés sont à peu près les mêmes, plans de relances mis à part, mais les maturités, elles, tendent à se raccourcir dangereusement.

Et pour qu’une inflation « rabote » les remboursements, il faut que celle-ci soit notable (et en tout cas supérieure au petit 1% actuel) et dure suffisamment longtemps. 10 ans d’inflation à 10%, et la dette en monnaie constante voit son poids diminuer dans un facteur 2,5 …

Avec des maturités à un, deux et cinq ans, et une inflation au plancher, les emprunts coûtent cher. On comprend dès lors qu’une déflation donne de sérieuses difficultés intestinales à nos gouvernants.

En clair, on a fait de la cavalerie, et on a misé sur un cheval, l’inflation, qui trotte dans le mauvais sens…

Heureusement, il nous reste la Propagande. Dans un article d’anthologie, le Bigaro nous explique pourquoi tout ça n’est pas bien grave. Pour lui, et pour reprendre le cas spécifique de la Grèce, tout va bien et même mieux que bien puisque les sauveurs de ce pays trop endetté se bousculent au portillon:

  • il y a d’abord les copains européens : pensez donc, ils ont plein de thunes, ils vont pouvoir aider. Non ?
  • ensuite, il y a le FMI. Ok, on ne peut pas officiellement s’en servir parce que bon, question confiance, ça la foutrait mal, mais bon, y’a tout de même le FMI. Et comme il a, lui aussi, tout plein de fonds, ça ne devrait pas poser de problèmes. Non aussi ?
  • ah oui, on peut aussi dire que la Chine va venir mettre des ronds dans la Grèce. Et en plus, la Chine n’est pas en difficultés, hein. Si ? Ah. Zut.
  • et puis bon, la Grèce est dans la zone Euro et comme sa faillite serait un risque systémique il n’en sera pas ainsi et puis c’est tout. Je l’ai déjà dit ? Ah bon ?

Bref. Un grand moment de journalisme auquel, malheureusement, les quotidiens nationaux nous habituent actuellement.

En somme, la Grèce ne fera pas faillite parce que voyez-vous, ce serait krès krès moche alors non, circulez, et serrez les fesses aussi un peu.

A la limite, la faiblesse des arguments en carton fait plus peur qu’autre chose et si le pire n’est pas certain, la façon générale dont est traitée l’affaire, que ce soit par les journalistes ou par leurs alter-egos de showbiz, les politiciens, montre que ce « pire »-là n’est pas du tout improbable.

Pour se rassurer, on pourra toujours consulter l’amusant petit portfolio proposé par Le Monde qui a mené une enquête palpitante pour constater comment l’Agence France Trésor préparait les douleurs aux parties basses à venir avec le verre pilé d’aujourd’hui.

Ce pays est foutu.

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires8

  1. Mr T.

    Pas mal le blog de Loïc Abadie, je connaissais déjà, je vois qu’on partage certaines références : )

    « Les partisans de ce type de politiques de relance par le déficit sont donc pour moi de dangereux irresponsables. »

    Je crois que c’est bien résumé. Je suis bien content de m’être assuré avec un peu d’or, mais maintenant j’aimerais bien qu’il se prenne une claque (qui constituerait un retour de bâton logique après la frénésie des dernières semaines)… dans ce cas je crois que j’en profiterais pour en acheter un peu plus.

    Marrant, il y a quelque temps il (Loïc Abadie) ne semblait pas croire du tout à la justesse du pari sur l’or. Sur ce point j’étais d’ailleurs franchement en désaccord et depuis il semble avoir changé ses convictions. Eh oui, l’or est un mauvais pari dans un monde déflationniste , sauf quand la crédibilité des monnaies papier entre en ligne de compte et que les Etats s’emploient à lui porter rapidement le coup fatal.

    1. @Mr T. : pour l’or, disons qu’il y a deux options. Sur le court terme et actuellement, il est intéressant d’en posséder puisque cela devrait continuer à monter. Il s’agit ici de spéculation, mais attention, tout porte à croire que nous soyons dans une bulle. Dans ce cadre de court terme, on peut en prendre plusieurs dizaine de % de son patrimoine, pour une opération ponctuelle. Pour le long terme en revanche, si on est bien en déflation (ça semble se confirmer), l’or n’est pas un refuge, mais juste une assurance ; dans ce cas, 10% du patrimoine en pièces semble raisonnable et suffisant.

      La question qui domine est : combien de temps les monnaies papier vont tenir ?

  2. Flo

    Mais H16 vous retardez, notre Premier Ministre l’a déjà dit il y a longtemps que la France était en faillite!
    Maurice (pardon Flo)

  3. maurice b.

    L’UMP entend mieux protéger les ménages endettés grace à la proposition de loi de François Loos qui interdira de souscrire un crédit pour en rembourser un autre.

    François Loos (UMP), rapporteur de la loi sur la réforme du crédit à la consommation actuellement en discussion à l’Assemblée nationale défend un système d’alerte plus précoce des établissements de crédits sur la situation réelle des ménages
    En résumé il précise : « Un crédit ne doit pas servir à en rembourser un autre »

    http://www.lefigaro.fr/conso/2009/12/07/05007-20091207ARTFIG00563-un-credit-ne-doit-pas-servir-a-en-rembourser-un-autre-.php

    TTTTTTTTTTTTTTTRES BONNE IDEEEEEEEEEE ! Il faut que cette loi s’applique aussi à l’état. Banqueroute assurée en 2 semaines.

  4. bibi33

    >L’UMP entend mieux protéger les ménages endettés grace à la proposition de loi de François Loos qui interdira de souscrire un crédit pour en rembourser un autre.

    Et pour l’état c’est pour quand?

Les commentaires sont fermés.