Nouvelles d’un monde qui pleurniche dans le social

Si vous avez suivi les deux précédents articles, c’est le troisième morceau.

Et ici, nous parlons un peu de la Société.

Oooh, ça pleurniche aussi ! Zut de zut.

Ouiiiiin derechef

Vraiment, cette France ne sait plus se tenir !

Regardez vous-même : quelques petits caillassages de pompier, et les voilà en train de ronchonner !

Et c’est pareil à Belleville, voilà que ce sont les Chinois, d’habitude si calmes, qui rouspètent !

Pourtant, comme le disent si bien les petites crevettes hydrocéphales et manifestement collectivistes qui ont pondu un étron tout chaud sur Libé (récipient tout à fait adapté à ce genre de prose), il s’agit seulement de renverser l’ordre des choses, voyons !

De l’autre côté des bisous gentils, on trouve les gens qui n’en ont pas reçu assez, et qui en veulent toujours un peu plus : et ce jeudi sera l’occasion pour eux de réclamer encore, très fort, un monde moins rugueux et plus en adéquation avec ce qu’ils imaginent être un du.

Ainsi, comme il est absolument certain que la retraite est un droit inaliénable obtenu de haute lutte, et qu’elle est directement et imprescriptiblement prise à 60 ans, rien de tel qu’un appel à la grève générale : le pays, on le sait, réclame sa grève de fin de mois, et comme tous les 3ème jeudis du mois depuis quelques années, on va débrayer dans toutes ces entreprises pleines de salariés maltraités comme la SNCF, la RATP, GDF, ou EDF, l’Education Nationale, les contrôleurs aériens, la Poste, les fiers soldats de Paul Employ, bref, tous ces gens qui :

  • craignent pour leur emploi tous les jours qui passent
  • ont une retraite misérable et lointaine
  • travaillent d’arrache-pied 365 jours par an.

Les autres, les salariés du privés qui ont des retraites riches de privilégiés, à 50 ou 55 ans, et qui ont des rythmes de travail que  « mou » décrit de façon encore trop violente, supporteront donc les petits désagréments encourus. C’est bien leur tour, merde à la fin !

Si je peux me permettre, « tout le monde » (tout un certain monde) a réclamé en applaudissant des deux mains un monde plus gentil, plus bisounours, plus tolérant, plus ouvert à toutes les expériences constructivistes socialo-éducatives.

Mais voilà, ça ne marche pas. Du tout. Et il faut comprendre qu’un retour à l’ordre normal va faire très mal.

Qui prendra ce risque ? Personne ?

Alors, bien fait.

Société qui pleurniche, économie qui déclenche des larmes, politique lacrymogène : l’été promet d’être reposant, calme et constructif.

Demaerd Bisounoursland Security

J'accepte les Bitcoins !

1FTTJn6z6DjbNojXVCmX5M5AHjeA12EUg7

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires19

  1. edgar

    ordre normal ? ça veut dire quoi ? sans retratite publique ? en quoi des retraites par capitalisation sont plus « normales » que des retraites par répartition ?

    La loi du marché c’est un droit naturel ?

    1. L’ordre normal, c’est le coupable paie, on protège les honnêtes gens. L’ordre normal, c’est « si on ne sait pas combien on va récolter en cotisations, on ne peut pas garantir le niveau des pensions ». L’ordre normal, c’est « le service public = service payé par le public pour le public, pas je me sers sur le public », etc…

      1. Théo31

        « pas je me sers sur le public »

        C’est complètement dépassé ce que vous dites hash : le fonctionnaire de base a fait sien depuis longtemps le langage employé par les éminences grises de l’EDF. ca donne donc « le public, je l’enc*** à donf ».

    2. SaladCheck

      Edgar de quoi vous parlez ?

      L’ordre anormal qui est décrit là est loin de concerner les seules retraites, c’est d’accorder des privilèges aberrants qui se moquent de l’actualité sous prétexte qu’ils furent bâtis sur une morale toute gentille et généreuse qui aujourd’hui déborde d’agressivité et d’égoïsme en pompant allègrement dans les autres « cotisants » (via l’impôt) qui n’ont pas ces privilèges. Capice ? Cela concerne la justice, les retraites, les prestations sociales, la sécurité et l’emploi.

      Il y a des fois où j’ignore totalement pourquoi vous commentez, Edgar. Vous devriez cultiver la réserve.
      Tenez, prenez le temps de lire ça http://fr.wikipedia.org/wiki/Rapport_P%C3%A9bereau_sur_la_dette_publique puis filez voir ça pour comprendre comment que ça marche http://www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/ECOFRA06d.PDF

      Je suis souvent en désaccord avec ce que poste H16 mais je me vois mal, à chaque nouveau billet commenter : « pas d’accord »… C’est quoi l’intérêt si ça s’en arrête là ???

      1. Mr T

        Notons aussi que la jeune génération est bien entendue priée par les syndicats de fermer sa gueule dans ce débat sur les retraites, ils paieront pour leurs aînés sans broncher pour que ces derniers continuent à jouir de leurs privilèges et de leur retraite à 60 ans et iront se faire foutre lorsqu’eux seront vieux à leur tour, et circulez y a rien à voir.

        Edgar, la retraite par répartition est une joyeuse farandole de non-droit et de promesses sans lendemain imposée par la contrainte. En réalité c’est une guerre inter-générationnelle ouverte qui provoque rancoeur et bientôt misère à grande échelle et qui se cache sous le prétexte fumeux de solidarité.

        Pour le « choix de la répartition » dans un système libre, ça me fait marrer. Quelle personne saine d’esprit s’engagerait de plein gré dans un contrat hasardeux sur plusieurs générations avec aucune garantie de résultat au final ?

        1. Mateo

          « Quelle personne saine d’esprit s’engagerait de plein gré dans un contrat hasardeux sur plusieurs générations avec aucune garantie de résultat au final ? »

          Bernard Madoff :D

  2. Mateo

    « La loi du marché c’est un droit naturel ? »

    Question n’ayant aucun sens: le « marché » n’écrit pas de lois. Le marché, ce n’est pas une réunion de « patrons » avides de profits dans un bureau au sommet d’un gratte-ciel, le marché c’est vous, c’est moi, qui échangeons, qui choisissons, qui émettons des préférences.

    Concernant les retraites, la capitalisation n’est pas plus ou moins « normale » que la répartition. Ce qui n’est pas normal, c’est de ne pas être libre de choisir. Si vous préférez la répartition, libre à vous de choisir ce mode de financement (bien que je doute qu’il soit viable), mais arrêtez de vouloir imposer vos préférences aux autres!

  3. Libertas

    « Remarquez que ce que je leur conteste, ce n’est pas le droit d’inventer des combinaisons sociales, de les propager, de les conseiller, de les expérimenter sur eux-mêmes, à leurs frais et risques; mais bien le droit de nous les imposer par l’intermédiaire de la Loi, c’est-à-dire des forces et des contributions publiques.

    « Je demande que les Cabétistes, les Fouriéristes, les Proudhoniens, les Universitaires, les Protectionnistes renoncent non à leurs idées spéciales, mais à cette idée qui leur est commune, de nous assujettir de force à leurs groupes et séries, à leurs ateliers sociaux, à leur banque gratuite, à leur moralité gréco-romaine, à leurs entraves commerciales. Ce que je leur demande, c’est de nous laisser la faculté de juger leurs plans et de ne pas nous y associer, directement ou indirectement, si nous trouvons qu’ils froissent nos intérêts, ou s’ils répugnent à notre conscience. »

    Frédéric Bastiat, 1850

  4. bruno

    je dois etre un peu bete , mais pourquoi la SNCF, les profs et instits, la RATP, EDF, tout service publique et collectivites confondues font ils greve ce jeudi 24/6??? ils ne sont pas concernes par la reforme des retraites. dans tous les pays europeens, il a bien fallut reformer ce systeme par repartition qui n est qu une pyramide de ponzi, et meme en italie la reforme s est faite!!!

    1. Flak

      parce qu’ils sont ignares en economie, et qu’ils s’en foutent.
      parce qu’ils ont le cerveau lave par le duo politocards-journalistes-de-merde qui sevit sur la fRance.
      Aucune, je dis bien AUCUNE, consideration economique n’est traitee en fRance de maniere satisfaisante par le media generaliste.Depuis longtemps il distille une mecomprehension de l’economie francaise, qui est bien responsable en partie de l’immaturite et de l’irresponsabilite de francais, systematiquement trompés.

  5. Yul

    Je vais être un peu graveleux, mais à chaque fois que j’entends un syndicaliste parler de justice sociale ou faire sa pleureuse sur la pénibilité (comme s’il savait ce qu’est…) je sais que dans mon dos, il y a un fonctionnaire, un cheminot, un électricien et un postier qui travaillent de concert à m’élargir citoyennement le rectum.

  6. Bof

    Personnellement, la manifestation d’hier m’a plutôt fait pensé à une pièce de théâtre (à peine) savamment mise en scène par le duo syndicats + gouvernements.

    Face à une « Grosse » réforme (échelle française), une « grosse » grève était obligatoire. On est en France bordel, personne n’aurait compris que ça ne se fasse pas.

    Les syndicats l’ont donc faite, mais comme il n’y avait pas beaucoup de monde (800.000 sur toute la France, moins qu’en 2003), même le gouvernement s’est senti obligé de dire (contre sa police) que si, il y avait du monde.
    + joli florilège de déclarations outrées sur « l’injustice », sur « 60 ans c’est vieux » (au début du XXe siècle sans doute, quand l’espérance de vie ne dépassait pas 55 ans).

    Fin du 2e acte. Rideau, on part tous en vacances.

    Et vue la situation budgétaire à la rentrée, franchement les retraites, ça sera le soucis de personne !

  7. philippepsy

    H16, je m’amusais en te lisant et ces derniers temps tu me déprimes. Peut-être que si je jouais du piano en voyant le Titanic couler, le naufrage me semblerait plus sympa ?

    Je viens de discuter avec un jeune de 20 ans inscrit en prépa qui m’a vanté les analyses savantes du Monde avant de me dire que TF1 c’était nul.

    C’est aberrant de voir combien les jeunes sont manipulés et totalement pris dans des schémas mentaux rigides. J’ai eu l’impression de discuter avec un individu ayant adhéré à une secte.

    Ce pays est foutu effectivement.

Laisser une réponse

(obligatoire)
(facultatif)