Hebbadj, polygame de 15 ans, se noie en échappant à un contrôle de l’IGS

Pour les rédactions de presse, le problème du mois d’août est multiple : moins de journalistes, moins de pigistes, moins de correcteurs, moins de politiciens et donc moins d' »actualité ». Rapidement, le farniente s’installe et bientôt, plus aucun sujet ne sera traité à fond avant Septembre. En France, on a poussé la logique à son comble : c’est farniente onze mois sur douze. Et en août, c’est arrêt total.

Pour nous en convaincre, il suffit simplement de jeter un oeil sur les gros titres du jour, par exemple en prenant les premières entrées fournies par Google.news.

Au passage, on écartera bien vite la terrible nouvelle d’un mort sur le championnat international de sauna, sans laquelle nos amis journalistes auraient eu bien du mal à remplir leur section « Insolite » et dont l’absurdité ne doit cependant pas faire oublier que le plus absurde reste à venir.

Si donc on oublie les saunas tueurs, on se retrouve pour la France avec des gros titres qui en brossent un portrait à gros aplats baveux et bien sombres : « Un adolescent se noie en fuyant la police, l’IGS saisie« , selon Libé qui repompe l’Agence Fausse Presse, « Hebbadj mis en examen pour viols et laissé libre » selon Ouest-France, et « Sécurité et déchéance de nationalité : le débat se durcit » pour Les Échos.

En gros, on ne se trompe pas beaucoup en résumant tout ces faits au thème commun « Police & Sécurité », ce qui, d’habitude, tient plus des faits divers que de l’actualité nationale de premier plan. Mais, comme je le soulignais, nous sommes en août, et il faut bien trouver matière à remplir quelques pages de ces journaux qui ne se vendent plus.

Polygames : tous barbus venus d'ailleurs ?

Et c’est là que la créativité journalistique française rentre en jeu.

Ainsi, pour le cas du fuyard noyé, rien que les titres donnent matière à réflexion : pour les brillants folliculaires de Libé relayant la Pravda Informative, comme noté ci-dessus, le titre permet d’apprendre qu’un gamin s’est fait courser par la police, en est mort, et que l’IGS a été saisie, montrant clairement qu’il y a eu un problème (pensez-donc, l’IGS intervient !). Pour le Parisien, le cas de l’IGS n’est pas mentionné dans le titre, mais on précise tout de même, avec « Un adolescent se noie après une course poursuite avec la police« , que la noyade a eu lieu après une course-poursuite ; l’éclairage change sensiblement.

La lecture des articles sous l’un et l’autre titre permettent de préciser ce qui n’était qu’une impression.

L’article Pravda-Info / Libération commence ainsi :

Un adolescent de 15 ans s’est noyé dans la nuit de samedi à dimanche à Mantes-la-Jolie (Yvelines) en sautant dans la Seine pour échapper à la police après une course-poursuite en voiture, un drame pour lequel la justice a saisi la police des polices.

Il est intéressant de constater l’importance, aux yeux du journaliste, de l’implication de l’IGS dans l’histoire. En réalité, à chaque fois que la police est impliquée de près ou de loin dans un homicide, ce service est saisi. Il n’y a donc absolument rien d’exceptionnel, mais cette mise en avant, dès l’introduction, permet d’amener le lecteur à se poser la question : la vilaine police n’aurait-elle pas encore dérapé (avec lourde insistance sur le encore) ?

Il suffit d’ailleurs de constater la différence de ton lorsqu’on lit l’article du Parisien : le premier paragraphe donne une autre ambiance :

Un jeune adolescent de 15 ans issu d’une cité sensible des Mureaux (Yvelines) s’est noyé dans la Seine dans la nuit de samedi à dimanche. Les faits, survenus peu après minuit à Mantes-la-Jolie, ont eu lieu lors d’une course poursuite avec les policiers

Au bout d’une cinquantaine de mots, l’IGS n’a toujours pas été saisie, mais on apprend que le noyé provenait d’une cité « sensible », adjectif dont l’absence de guillemet dans l’article permet de comprendre que nous sommes en territoire novlanguesque. Remplacez par « décorative », « printanière », voire « festive », et bizarrement, le sens n’est pas changé.

Bref : les rédactions s’ennuient. Elles pompent mollement du fil A·F·P, et remontent en première page des faits qui alimenteront le débat qu’elles ont absolument tout fait pour envenimer en collant d’appétissants micros joufflus devant les babines baveuses de politiciens aux irrésistibles réflexes pavloviens de logorrhée déclarative ridicule.

Et avec ce genre de procédés, il y a fort à parier que le sujet ne sera pas clos ce mois-ci (ou le suivant) : tout semble fait, encore une fois, pour que la réflexion passe au second plan, et que l’émotion pilote l’ensemble des articles qui seront pondus et des décisions qui seront prises.

Pour le cas Hebbadj, c’est exactement la même chose : on se noie dans les déclarations effervescentes de bêtise d’un Hortefeux dont la langue est manifestement un organe qu’il ne contrôle pas, et la cornucopia de titres plus ou moins farfelus concernant l’épicier (oui oui, c’est d’Hebbadj qu’il s’agit) : il a été arrêté pour viol et violences, pardon pour viol aggravé, pardon mis en examen, pardon laissé libre, pardon en garde à vue prolongée. A s’en tenir aux titres, il a vraiment un gros mauvais karma des familles.

This image makes no sense.

Ici aussi, tant le mois d’août que la structure même politicien/journaliste font qu’on est en pleine combustion spontanée auto-entretenue : d’un côté, cette andouille prognathe à la langue trop pendue (une performance) adore dégoiser des bêtises sur le sujet dès qu’un micro passe à portée, déclarant même « comme un cas de société plus qu’un fait divers » le dossier de Lies Hebbadj, ce qui donne une vraie idée de l’envergure du ministre. Et de l’autre, la troupe des joyeux journalistes franchouilles s’empresse de relater cette palpitante opinion alors que la moindre des politesses en société consiste à ne pas claironner que son voisin de table est pris de flatulences.

Ainsi, notre mois d’août pourra ainsi se remplir sans problème : à force d’insister sur le fait que des « violences policières » déclenchèrent, il y a peu, des émeutes en banlieue, on devrait bien pouvoir arriver à embraser un chouilla les Mureaux, non ? Au besoin, on insistera sur les forces de polices déployées dans la cité pour prévenir les incidents. Et puis, en incitant Brice, avec moult interviews et force « points-presse »  fréquents, à exciter tout le monde avec les premières idioties qui lui passent par ce qui lui tient lieu de cerveau, on devrait là encore arriver à produire autant de papier qu’en Juillet ou en Juin, non ?

On se gausse, mais ces héroïques efforts parviennent parfaitement à repousser l’attention du lecteur : les problèmes de la criiiise, les marchés qui montent et qui descendent nerveusement à mesure que les volumes s’effondrent, et, plus récemment, les chiffres apocalyptiques en termes d’emploi, on n’en parle pas. Du tout.

Or, le cas de cet ado qui décroche un joli Darwin Award n’intéresse en réalité qu’une toute petite partie des Français : ce n’est qu’un n-ième avatar de cette faillite globale de l’éducation et de la socialisation des jeunes générations actuelles.

Or, le cas Lies Hebbadj concerne essentiellement une poignée de personnes, et pourrait être résolu de façon extrêmement rapide (comme, d’ailleurs, les problèmes d’immigration en général) : supprimer toute forme d’allocation élimine mécaniquement le besoin de produire du moutard pour l’apport financier qu’il représente, tout comme interrompt tout aussi mécaniquement l’envie d’aller glander dans un pays lointain. Accessoirement, ce genre de mesure rendrait immédiatement les milliards ponctionnés à l’économie marchande, tout en assainissant quelque peu les désastreux comptes sociaux, ce qui amoindrirait les effets de cette criiiiise dont on ne parle toujours pas.

Mais comme je le disais plus haut, ce constat ne pourra être fait : l’émotion, pilote sous amphétamine d’une course folle vers un finish resplendissant de paillettes et de ridicule, n’autorise en rien le moindre recul ou la mise en perspective de ces faits divers. En revanche, elle se trouve fort bien dotée pour masquer l’indigence absolue des mesures prises pour résoudre les problèmes qui touchent les 65 millions de Français.

Et nous ne sommes que le 9 août…

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires16

  1. bruno

    et tout ceci vous l avez uniquement lu dans ces torches Q, mais vous avez manque il me semble hier soir le JT de 20h sur TF ONE, « the biggest tv in europe », ou nous avons eu droit en mondovision a l interview de 2 des femmes de l epicier pornographe, enfin « l officiel » the number one, et une autre dont on a pas su le numero avec nom et prenom francais comme quoi c est bien une connasse. et donc ces deux fantomes en noires (elles avaient revetu leur tenues de communiantes proselytes) indiquaient que l epicier etait un bon pere de 14 enfants!!!! qu il faisait bien sa priere a petit allah, et que non apres la priere il ne leur savatait pas la gueule, ce qui est franchement bien dommage.

  2. GM

    Ah, pardon, pardon. Vous oubliez cette victoire de la solidarité citoyenne sur le capitalisme sauvage, ces 800 millions récupérés héroïquement par l’URSSAF en redressements fiscaux auprès d’entreprises fraudeuses, record d’efficacité qui vient nous rappeler fort à propos que si tout le monde y croyait, il marcherait très bien, le modèle à la française que le monde nous envie.

    Vous voyez bien qu’on s’en occupe de la crise. Alors à ce tarif, on peut bien se détendre un peu avec les tribulations des mutants de Secret Story.

    1. Théo31

      Pas contre, à condition que ce ne soient pas les contribuables qui paient les allocs de ces dames et de leurs rejetons.

      Rappelons au passage que Mitterrand était polygame et que ça ne choquait visiblement pas grand monde.

  3. jane

    Il est dommage que vous ne fassiez pas état du titre de cette semaine de Marianne, canard qui reste lui égal tout au long de l’année, et c’est avec un certain saisissement, même chez les moins indulgents, que nous pouvons voir sous un portrait géant de Sarko, la légende toute aussi visible : LE VOYOU DE L’ELYSEE…
    Voilà des p’tits gars qui n’auront de cesse que tenter de foutre le pays à feu et à sang.
    Il n’est pas dit que ce racolage hystérique et hebdomadaire ne lasse pas bien des lecteurs

  4. adnstep

    En ce qui concerne le « jeune », j’ai lu qq part qu’il ne savait pas nager. Un bon gros Darwin Award pour lui.

    Quand à la suppression des allocs pour les familles nombreuses, j’irais plus loin :
    – on est trop nombreux sur Terre.
    – les moutards, ça coute cher à la collectivité (creches, écoles, Wii, toussa).

    Donc la moindre des solidarité-e-s serait de taxer les familles qui souhaitent avoir plus de 2 enfants, avec une progressivité exponentielle.

    1. Flak

      on a enfin trouve le point faible du racaillon de banlieue: poussez-le a l’eau, il coule a pic.
      « zyva nike ta rablublbublblb »

      eh, oui, il fallait choisir l’option piscine au lieu de fumer des joints.

  5. adnstep

    PS : vous avez oublié un autre fait d’hiver, dont on va entendre parler bientôt. Pour le moment, ça reste cantonné au Midi Libre.

    Un sexagénaire qui faisait la sieste a été réveillé par deux intruses. Il a tiré une balle dans le tas. Les deux filles sont à l’hôpital.

  6. Démocrate

    Hortefeux veut retirer la nationalité française ( de quel droit ?)à cet Hebbadj, alors qu’il n’a pas encore été juger mais seulement mise en examen si j’ai tout bien compris. De mieux en mieux ce pays. A quand les camps de rééducation et le goulag comme sous les autres régime socialiste bien connue ?

  7. Higgins

    La plus belle pignouferie de la Praisssse reste quand même la façon dont a été rapportée l’assassinat de 8 humanitaires et de leurs 2 accompagnateurs Afghans par les talibans en Afghanistan: http://news.google.fr/news/story?pz=1&cf=all&ned=fr&cf=all&ncl=dsnF4Ydm8Sg5ZIMTRf4BrBWO98-GM. Didier Goux s’étonne, sur son blog, du silence assourdissant des associations régentant le code de la pensée dans notre pays sur ce sujet alors qu’on les connaît plus prompt en matière de noyade imbécile par exemple: http://didiergouxbis.blogspot.com/2010/08/en-verite-je-vous-le-dis-vos-miroirs.html
    Paradoxalement, seule l’Humanité parle, avec une justesse qu’on ne lui connaît guère, de massacre. Les autres pignoufeurs mentionnent plutôt des « occidentaux tués » en insistant bien sur leur prosélytisme chrétien supposé. Une autre nouvelle concernant ce malheureux pays, passée largement sous silence en France, et ce nouveau massacre qui, à mon sens, justifie amplement toutes les bombes balancées sur leurs auteurs: http://www.leparisien.fr/international/une-afghane-enceinte-est-executee-en-public-de-trois-balles-dans-la-tete-09-08-2010-1026681.php

    D’autres pignouferie ont cours dans les médias (il faut absolument faire peur). Ainsi, les incendies en Russie sont dus au réchauffement climatique, l’accroissement du grand gibier en France également (http://www.lemonde.fr/societe/article/2010/08/06/franchise-heurter-un-sanglier-coutera-a-nouveau-500-euros_1396557_3224.html. Cf le dernier paragraphe). Dernier avatar en date sur ce sujet, le morceau de glacier qui s’est détaché au Groenland: http://www.20minutes.fr/article/587739/planete-un-morceau-de-groenland-a-la-derive. Comme le précise l’article du pignoufeur, cela ne s’était pas produit depuis 1962. J’en déduis donc que la situation était déjà critique il y a 50 ans!!! Il va sans dire que ce réchauffement n’est du qu’à l’activité économique et aux infâmes libéraux qui la dirigent dans l’ombre pour la plus grande perte de l’Humanité (pas le journal)!!!

Laisser un commentaire