Un Made In France de qualité discutable…

Oooooh comme c’est dommage ! On apprend, à la suite d’une enquête auprès de 208.000 lecteurs dans seize pays du monde, que les automobiles françaises sont mal classées et que l’image des marques hexagonales oscille entre le médiocre et le mauvais. Voilà qui devrait susciter quelques commentaires dans l’actualité, surtout lorsqu’on se rappelle que le Made In France fait régulièrement parler de lui …

Le constat, en tout cas, n’est vraiment pas brillant : la fiabilité perçue sur les modèles français, tant par les Français eux-mêmes que par les conducteurs du reste du monde, est franchement basse. Citroën se classe ainsi au seizième rang, Renault deux place en dessous et Peugeot, deux places encore en dessous. La finition, elle aussi, est considérée comme médiocre ou mauvaise pour ces trois marques.

Normalement, un petit article de la sorte ne mérite pas qu’on s’y attarde vraiment. En outre, le fait de le commenter, surtout dans ces colonnes, me vaudra certainement les remarques acides habituelles sur le thème « Vous n’arrêtez pas de cogner sur la pôvre France qui n’en peut plus ».

Pourtant, il y a bien quelques raisons de commenter ce résultat.

D’une part, force est de constater que la presse française dans son ensemble, toute acquise au commentaire précis, pointu et d’une finesse exquise de la campagne présidentielle en cours, n’a apparemment pas de temps à consacrer à ces futilités. Et puis, elle aussi ne doit surtout pas participer au dénigrement français, comprenez-vous : lorsque Dassault finit par vendre son Rafale, chaque organe de presse peut se permettre de titrer la bonne nouvelle en gros, en gras, en cinq colonnes à la une. Mais lorsqu’on découvre, au détour d’une enquête, que les voitures françaises subissent une fort mauvaise réputation, on n’en entendra pas parler. Et puis cette enquête a été réalisée par des Teutons, qui sont des fourbes (au moins autant que les Chinois et certainement plus que les Anglais qui sont aussi perfides), chacun le sait. Bref : ne discutez pas, la presse, qui nous rappelle gentiment et à chaque occasion sa neutralité et de son devoir d’informer son public, n’est certainement pas cocardière. C’est juste que bon, là, tout de suite, vous comprenez mon brav’môssieur, y’a pas le temps.

La GS break. Tout un poème.

Bilan : on se retrouve à découvrir l’information au détour d’une brève sur internet, coincée entre les déboires de George Clooney et les rebondissements dans l’Affaire des Neutrinos Qui Vont Trop Vite (entre autres palpitances médiatiques indispensables à notre culture).

Seulement voilà : cette information, aussi désagréable soit-elle pour le patriote qui vibre joyeusement dans chaque petit Français, elle existe, et l’occulter ne sert à rien, et surtout pas à s’améliorer.

Car c’est ici le cœur du problème et le stigmate assez caractéristique d’un esprit français devant les problèmes de fond.

En effet, nous sommes en présence d’une enquête réalisée par un groupe de presse sur un nombre très représentatif de lecteurs (ici, on parle de plusieurs centaines de milliers). Les résultats obtenus sont, statistiquement parlant, significatifs non pas de la qualité réelle ou de la fiabilité réelle des voitures françaises mais bien de l’impression générale, du ressenti des consommateurs de ces marques.

En clair, les constructeurs français ont, au travers de ce genre d’enquête et sans débourser un rond, une idée assez précise de ce qu’ils devraient améliorer.

Aux États-Unis, au Japon, en Allemagne, ce genre d’enquête est pris très au sérieux, analysé, décortiqué, et commenté par une presse qui ne fait pas de cadeaux. La réaction des constructeurs est elle aussi analysée, et on attend même des prises de positions des firmes qui se doivent, au moins, d’expliquer ce qu’elles comptent faire pour remédier à la situation.

En France, l’inféodation de la presse avec le pouvoir et, partant, avec les grands groupes du CAC40 (qui leur achètent des encarts de pubs, par exemple) est telle que pas un bruit ne se fait entendre. Tout le monde doit penser la même chose, quitte d’ailleurs à ne surtout rien penser. J’en veux pour preuve la précédente enquête du même groupe, en 2010, parue elle aussi dans le silence feutrée d’une presse française qui fait des prouts discrets dans son bain de subventions : elle n’avait déclenché aucune réaction, et très manifestement, les constructeurs n’en ont soit pas entendu parler (peu probable), soit pas tenu compte du tout.

Ce qui n’est pas étonnant : le marché français a été très habilement rendu captif aux constructeurs du cru dont les entrées dans les parloirs gouvernementaux sont multiples, renouvelées et largement utilisées. Les différentes primes, depuis 2010 justement, permettant de maintenir leurs ventes à flot (et, a contrario, leur disparition les fait s’effondrer). C’est la même chose au niveau des pièces détachées, partie la plus lucrative de la vente automobile en elle-même : depuis combien de temps le monopole des fabricants dure-t-il ?

En clair : les constructeurs sont plus que certainement au courant de la situation et savent parfaitement que leurs voitures sont perçues comme des chignoles douteuses qu’ils ont du mal à vendre sans aide d’état en France et n’arrivent pas à écouler ailleurs dans le monde. Or, plutôt qu’utiliser les enquêtes d’opinion (qui pointent pourtant des problèmes récurrents de finition, de services après-vente catastrophique, par exemple), on a cette confuse impression d’une volonté de toucher le moins possible au status quo.

Tuner une GS, c'est possible !

Cependant, ce n’est pas si étonnant. En effet, si l’on se rappelle que la moindre modification de la façon de travailler dans une usine automobile française peut déclencher un mouvement syndical d’ampleur et une crise ministérielle, on comprendra bien que la tâche d’une remise en question est une bataille quasiment perdue d’avance, ou alors, qu’elle doit se mener sur des décennies, avec toute la souplesse que cela implique.

En outre, remettre en cause sa méthode de travail, c’est admettre, en creux, que ce qu’on faisait n’était pas bon. Et là, c’est l’horreur absolue de devoir accepter qu’on ait pu commettre des erreurs, qu’on ait subi un échec. Et ça, en France, c’est une abomination.

Moyennant quoi, les seules enquêtes d’opinions qui soient bruyamment relayées sont celles qui portent sur des politiciens, surtout lorsqu’il s’agit de les débiner. Et bien sûr, comme pour les enquêtes automobiles, absolument aucun effet, aucune prise de conscience, aucune remise en question n’est perceptible après ces enquêtes.

Et tout continue donc exactement comme avant.

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires69

  1. Pere Collateur

    En matière d’autos, j’ai jusqu’à maintenant jamais acheté deux fois la même marque.
    J’ai eu une Renault, une Ford, une Subaru, une Mitsubishi, et une Citroen sur 20 ans.

    Comme panel pour se faire une idée, c’est effectivement faible, mais parmi ces 5 marques, Citroen et les Japonaises m’ont donné satisfaction. En gros, ça n’est pas tombé en panne et ça m’a amené là ou j’avais besoins d’aller dans un confort relatif.

    Grosse déception sur la Ford: Pannes à répétition et coûts d’entretiens élevés.
    La Renault a été fiable niveau moteur. Mais la carrosserie à rouillé très rapidement.

    Enfin bref, tout ça pour dire que la prochaine, je pense que je vais aller voir nos amis Coréens ou Nippons, même si je regarderais avec attention ce que Citroen proposera en matière d’hybride diesel.

  2. gnarf

    On a eu le bonus/malus taille sur mesure pour les constructeurs Francais (les seuils d’emission ont ete visiblement choisis avec les constructeurs…pour que les voitures etrangeres soient en malus).
    Puis la prime a la casse.
    Et ensuite l’investissement massif de l’Etat Francais dans les voitures electriques des memes constructeurs.
    Et surtout les administrations et les grands groupes Francais achetent leurs voitures dans leurs filiales etrangeres…lobbyisme et politique.

    En resume quelle que soit la qualite de leurs vehicules l’Etat fausse la concurrence en leur faveur. Faire des efforts pour plaire au client est la moindre de leurs preoccupations. Leur business est de moins en moins economique, et de plus en plus politique.

  3. T-Buster

    Je viens de visiter le Salon de l’Automobile de Genève.
    Et bien c’est vrai les voitures font cheap. De mauvaise qualité surtout qu’il est facile de comparer avec d’autre marque à quelques mètres. Les plastiques, les finitions ect ne sont pas à la hauteur de la concurrence.
    Pire Renault qui fanfaronne avec sa Twizy. Et bien tous les modèles exposer étaient ébréché. Cela pas sérieux du tout…..

    Commentaire d’un visiteur suisse devant moi.
    « Les français font vraiment des voitures de pauvres. Normal pour un pays pauvre! « 

    1. eheime

      Les Suisses ont bien essayé de fabriquer une voiture à grande echelle. Quand Mercedes qui collaborait au projet a vu qu’ils voulaient mettre les moteurs dans les roues (avec les chocs que cela induisait) , ils ont repris le projet à eux tout seul …

      Pourtant la Suisse est riche 🙂

      La France vend encore pas mal de voitures par rapport au Royaume Uni qui en construisait pourtant de fameuses et pas seulement pour les pauvres (Aston, Rolls, Rover, Jaguar, …). Tout a été racheté par les étrangers pour cause de faillites imminentes.

  4. xXx

    Comparer des voitures à des avions de combat, c’est totalement débile, ca témoigne du manque de connaissance dans le domaine un avion de combat de type rafale, d’abord vendre des armes, c’est d’abord une question politique et d’influence, c’est 90% politique, 10% technique. la suisse a acheté le moins cher et le moins capable des 3 avions, parce que la France et l’Allemagne n’ont pas voulus s’assoir sur les 80 Milliards d’évasion fiscale pour 3 Milliard d’avion de combat, la décision suisse est politique pour sanctionner les allemands et les francais sur cette question. Le rafale est la préférence de l’armée suisse et le plus performant des 3 trois devant l’Eurofighter et le gripen.
    L’inde, d’abord les USA ont été éliminé a cause du soutien militaire et financier au Pakistan (ennemi juré de l’inde) qui est allié aux chinois, La chine menace les frontière de l’inde notamment au Tibet. Face à la menace les Indiens doivent se réarmer à n’importe quel prix. L’inde doit diversifier ses sources d’approvisionnement militaire;
    Le gripen est redondant en capacité avec le Tejas indien.
    Il a été éliminé, les russes ont déçus particulièrement les indiens lors du tansfert de technologie du T50, il ont été sanctionnés. ensuite l’eurofighter a de grandes faiblesse face au rafale, l’eurofighter est un intercepteur de haute altitud avec de faibles capacité multirole, le rafale peut faire toutes les mission (omnirole), supériorité, bombardier, reconnaissance, anti navire, frappe nucleaire, sead, cas. il a démontré ses capacités en libye, le meilleur show rooom qu’on puisse imaginé, face à ca l’ef2000 n’a pas fait le poids, l’eurofighter est 25% plus cher et aurait couté au contribuable francais 30% de plus que le rafale.
    Un avion de combat c’est le 2eme vecteur de souverainete d’un pays, si on achete des avions à un autre, on devient dépendant, exemple les usa livre un nombre limité de missile, de piece, imposée une maintenance américaine, et une permission de leur part lors des conflit.
    Donc si il n’y a pas convergence politique. Le bresil jouent sur plusieurs tableau, l’echec récent de la vente de leur tucano aux usa permet de fermer le porte politique aux usa. Mais le refus de la France de soutenir la position du Bresil sur l’iran, a été un coup dur.
    Derrière le rafale c’est 170000 emplois de l’armement, un avion de combat nécessite la maitrise de 17 des 22 technologies sensibles permettant de garder au pays sa souverainete en matière de technologie et des emplois francais que cela nécessite. je préfère 1000 fois payer des francais avec mes impots que d’engraisser les USA ou autre pays. les EAU exigent un maximum de concession, pour faire pression, ils n’ont pas hésité à rejeter rafale en scandale publique, mais la sélection du rafale en inde et la vitesse d’exécution, change complétement la donne, ils sont revenus sur la pointe des pieds à saint cloud pour terminer les négociations du rafale, ils perdraient trop face à l’inde.
    Et si ils dépendent directement des américains, ils perdraient trop dans les négociations. La France avait travaillé longtemps avec le Pakistan, mais l’attentat de Karashi et le double jeu du gouvernement pakistanais a changé la donne, les indiens en profitent pour couper un soutien du pakistan. De plus il y a volet sur la Force Stratégique auquel la France participera.
    Réaliser un avion de type réaliser nécessite 20 ans,
    prototype successif Rafale A,D (B,C,M) F1,f2, c’est quand le rafale F3 est arrivé qu’on a commencé à voir ses possibilités, l’autorisation a l’export date de fin 2006,
    en 2009 ses première confrontations en exercice, il a écrasé l’eurofighter 8 à 1, bvr/dog. il a rivalisé avec le f22 raptor qui n’a pas beaucoup montré ses capacités.
    Le rafale est maintenu devenu une excellente plateforme de combat pour les prochains conflit, il a un énorme potentiel d’evolution, malgré les pression américaine, ca fini par payer. son premier engagement au combat en 2007. un avion de combat c’est 40/60 ans de service, si il est maintenu à jour. Pour en terminer le JSF F35 américain sera le rafale ++ des USA et son concurrent direct, il sera deux fois plus cher, il a été commencé il y a 11 ans, il sera mature dans 10 ans. Si le rafale continu son évolution, il seront à égalité dans leur fonctionnalités, vendre un avion de combat ne rapporte rien, mais cela permet de faire des partenariats pour réaliser des projets en commun qu’on aurait pas pu faire, ca ouvre l’évolution. c’est cela qui va nous faire gagner beaucoup beaucoup d’argent. licence, intégration d’armement étranger.
    C’est pour cela que les usa et les anglais ont tellement la haine envers nous.
    ce n’est qu’un tout petit aperçu de ce monde si mal connu.
    Mais les armes touches à la souveraineté et a la nationalité, au meme titre que le spatial, elle touche à la vitrine du savoir faire d’un pays, à ses emplois.
    Si on fait comme l’espagne ou la grèce, on ne faisant que du tourisme et des services, on mettra le pays en faillite.
    Un pays c’est un tout, industrie, R&D, services, agriculture,diplomatie,defense,commerce. Plus on délaissera les activités, plus on le paira.

      1. Pere Collateur

        Je trouve pourtant ce commentaire intéressant. Le fait que les ventes d’avions de combats (et de manière générale tous les armements lourds) suivent surtout des impératifs politiques et géostratégiques et que ça prend le pas sur la technique, c’est pas un scoop. Loi de là.

        Après, sur la comparaison des capacité de combat du Rafale face à ses concurrents, je ne sais pas. Je ne connais pas du tout le sujet. On en aura le cœur net prochainement lors de la WWIII ^^

        1. Mais c’est complètement hors sujet et très Attention Whore : on parle du Rafale (vaguement), ping, je mets un commentaire looooooooooong sur ce que j’en sais, paf je suis content…

      2. Mathieu

        Le Rafale était loin d’être le sujet de ce post, mais bon, quand on fait une petite pique de haterz dessus, il faut bien s’attendre à une réplique de fanboy. L’Epic fail est à partager avec l’auteur pour avoir citer le Rafale…

        En passant, Renault est bien classé en SAV quand on lit l’enquête.

        1. Nord

          Admettons. Ceci étant, ce qui devrait sauver l’automobile française c’est cette daube: http://www.lesoir.be/lifestyle/auto/2012-03-16/la-208-doit-sauver-peugeot-903187.php et aux USA on propose ceci: http://www.teslamotors.com/

          Certes ce n’est pas le même budget, mais il ne s’agit pas de ça! Par ailleurs, le SAV de Renault on peut l’évaluer quand on en a besoin, c’est-à-dire quand ces boîtes à roulettes foirent, ce qui est assez fréquent. Bizarrement, je n’ai eu recours au SAV de BM qu’une seule fois en 15 ans. Partant, je suis assez heureux de ne pas être en mesure de ne pas évaluer le SAV de béhème … par contre quand je roulais en Renault, j’aurais pu rédiger le 3è testament par rapport au SAV – effectivement bon, encore heureux!

        2. « une petite pique de haterz dessus » : je ne suis même pas un haterz. Mon opinion, puisque vous brûlez de la connaître (mais si mais si), est que c’est un excellent avion (probablement l’un des meilleurs possibles avec les technos employées) mais qu’il est bien trop cher (notamment parce que produit en France). Voilà.

      1. Nord

        Le problème, voyez-vous, c’est que les avions de combat c’est méchamment dépassé! J’en parle, c’est un peu ma spécialité l’aviation … mais lisez Martin van Creveld (par exemple)

  5. Théo31

    On voit ainsi le résultat des activités économiques subventionnées par l’argent gratuit des autres. Ca donne une agriculture de merde, une presse de merde, des bagnoles de merde. On comprend donc pourquoi Björn achète allemand pour aller chasser la gazelle. 😀

    1. something

      Il n’y a pas de conducteur dans la GS donc c’est la dame qui conduit et elle s’est arrêtée pour faire pipi (ou pour vomir, qu’est-ce que j’ai pu être malade dans cette caisse étant gosse)

      1. Paf

        tiens moi aussi, ca doit etre la suspention revolutionnaire, ou alors nos parents ont le meme style de conduite ( molle, avec a-coups…)

    2. gnarf

      Deux vieilles femmes discutent:

      – tu te rappelles la jolie nana de la pub GS?
      – ah oui, comme je voulais lui ressembler a cette epoque-la!
      – et bien ca y est, maintenant on se ressemble toutes.

    3. Le Gnome

      Bah, j’en ai eu une au début des années 80, et elle m’a trimballé sans panne et sans problème, tout ce que je demande à une bagnole qui est pour moi un objet totalement utilitaire. J’ai même eu une BX, mais ça c’est mal fini, elle a cramé sans l’aide d’un d’jeun et j’ai juste eu le temps de me tirer.

  6. dudul

    Les constructeurs auto Français sont malgré tout ce que vous pouvez dire, TRES méritants.
    Car faire avec le socialisme qui s’insinue chaque jour davantage au niveau des études et de la fabrication, ce n’est pas évident. Ca devient de plus en plus INGERABLE !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    Le problème numéro 1 ce n’est plus nécessairement les coûts de production mais les tracasseries (restons polis) administratives. Nous sommes en train de perdre notre savoir faire industriel à tous les niveaux.
    L’arrêt de la Peugeot 908 en endurance fait aussi parti du problème. Car du Made in France cette voiture n’en avait que le non étant donné que nous sommes à la ramasse sur le plan de l’ingénierie. Et faire de la compétition auto à un haut niveau en gérant le personnel à l’aide du bouquin du droit du travail et ses milliers de pages, ça ne marche pas…
    Lutte Ouvrière distribue ses tracts dans les ateliers et même les techniciens à 2500 euros par mois boivent ça comme du petit lait, c’est dire si ce pays est foutu…

    1. Général Bol

      Dudul : c’est tout à fait ça et je pense que cette momification des structures industrielles touche déjà, peu ou prou, les autres constructeurs. A force de se laisser les doigts dans le cul, ça finit par cimenter. Ne pas oublier aussi la responsabilité dans cette affaire des patrons (de connivence et du sérail) qui chaque lundi matin (de 10h à 16h) donnent gratis des cours de golf (pas GTI hein !) à leurs « chers et cher » délégués syndicaux de chez tout FO ou autre « c’est jeté ». CPEF.

      1. dudul

        allons plus loin 🙂 imaginons l’arrivée d’un syndicat libéral sur le marché ??? hahahaha et bien même les boss du cac 40 seraient contre vent debout !!! non non ça va po si mal que ça, ça se passe bien même avec la cgt, ne venez pas foutre la merde chez nous, on ne veut pas de problème etc, voilà comment ça se passerait lol

  7. kelevra

    apres avoir eu peugeot et renault. j ai arrete peugeot quand ma 205 GTI de l epoque tombe systematiquement en panne, quand je dis panne c est panne inconnue qui alors que vous roulez tranquillement sur la route, le moteur s arrete et tout le reste aussi, 3 fois de suite en 2 mois. renault j ai arrete apres que mon moteur est explose, les soupapes sont passees a travers le haut de moteur. je vous parle meme pas du SAV et de l entretien, du foutage de gueule en regle.
    actuellement j ai un 4×4 nissan !!!!, pour un japonais c est epique, un 1er rappel general de tous les vehicules pour changer l essieu arriere, puis un autre rappel general pour changer les jantes qui se fissurent, genant quand a 130 une de vos roues se cassent. en plus , j ai eu droit a une peinture complete, et j ai encore besoin qu elle soit refaite…, le chassis est completement rouille, un copain mecano m a dit c est normal c est le defaut des nissan (sans rire).

    1. infraniouzes

      On appelle ça la scoumoune: rien à voir avec la technique auto. Les autos c’est comme les femmes: il faut les désirer, les courtiser et les aimer.
      Faites comme un voisin mien, dans ma rue. Sa BMW 530, d’un certain âge, couche dans son garage (le seul à faire ça dans le quartier), sous une bâche. Et elle a droit (sa voiture pas sa femme) à un toilettage complet de A à Z toutes les semaines. Total: sa voiture est plus rutilante qu’un bagnole sur le stand Renault au Mondial de l’auto.
      La mécanique c’est fiable mais c’est . . . faillible. Un minium de soin et d’entretien n’a jamais fait de mal.
      Les autos c’est comme les appareils électroménagers, c’est programmé pour vivre peu longtemps.
      Sinon, achetez une Porsche 911, vous serez mort avant elle.

        1. Paf

          euh non, pour la fiabilite; c’est une vieille caisse moche et increvable.Mais je l’ai eue pour pas cher d’un ami, les japonaises sont probablement meilleures.

  8. ANT1

    La mauvaise réputation des constructeurs français n’est pas nouvelle…
    Outre les produits, la stratégie qui consiste a rester absent des segments a forte valeur ajoute et d’un marché riche comme les USA, rends difficile la bataille contre nos voisins allemands ou les japonais.
    Qu’ils ne changent rien, leur avenir est radieux.

    1. apli

      Avec PIP, le médiator et les prothèses Dupuy, le médical made in France devient plutôt un repoussoir. Désormais une autre entreprise en France fabriquant des implants, Eurosilicone, perd son marché :
      http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/grande-consommation/actu/0201847052356-eurosilicone-rival-de-pip-craint-un-ralentissement-du-marche-277057.php

      RD en berne de l’industrie française, management hystérique, autoritaire et incompétent, méfiance généralisée, voilà les clés de la réussite économique :
      http://www.cepremap.ens.fr/depot/opus/OPUS09.pdf

  9. Pandora

    Il faut aussi parler des aides d’État concernant le travail intérimaire, spécialement favorables dans le secteur automobile
    Les autres secteurs n’y ont pas droit, y z’avaient qu’à mieux s’organiser auprès des politiques pour avoir les mêmes subventions déguisées, non mais !

    1. dudul

      ce n’est pas des aides c’est un véritable fléau… à peine formé un intérim doit s’en aller car il faut respecter la législation… donc former le nouveau, chose qui demandera du temps et pendant ce temps, suivant à qui vous avez à faire c’est la M….. bref vous faites sans cesse avec de la main d’oeuvre pas au top. car quoi qu’on en dise il faut du temps pour qu’un opérateur lambda assure un minimum.

    2. deres

      Le gouvernement a massivement subventionné le chômage partiel dans l’automobile depuis 2008 en connivence avec les industriel pour éviter à ceux-ci d’adapter leur usines à la réalité du marché européen. Quatre ans plus tard on réalise que la baisse du marché n’était pas qu’un trou d’air … et il faut licencier et fermer les usines quand même, en plus de la dette additionnelle de l’Etat (donc de nous) ayant servi à payer des gens à attendre et des usines à ne pas fonctionner. Pendant ce temps là, les concurrents ont réagi … Les américains reviennent en force car ils ont eux réadapter leur outil de production …

      1. Général Bol

        Vivement mardi ! Référence aussi à Marx (si,si, en 2012 hein !) — clin d’oeil à son pote Mérieu (l’Ane d’Arc de l’EdNat) et grosse branlette bobo-branché avec le »développement synaptogénétique » (sic) du petit Kevin Ben Al Dupont qui fait un caca grave parce qu’il n’est plus au centre de rien.
        Du lourd, du très lourd à encadrer d’urgence !
        Le Frankistan profond quoi…
        Vivement mardi…

    1. Kuing Yamang

      ‘tain, quelle grosse merdasse cet article de Bernard Stiegler, philosophe de mes couilles.
      Je n’ai pas eu la motivation ou le courage d’aller (concentré) jusqu’à la fin, j’ai fini en diagonale.
      Bon, je me suis quand même fendu d’un commentaire, un peu comme le mec qui pisse sur la fourmilière avant de quitter la forêt et de rentrer chez lui.

  10. eheime

    L’image de qualité n’est pas forcément la réalité. Il y a beaucoup d’idées surfaites.

    Autrefois, il y avait de vraies differences. Et une marque comme Peugeot, dans les faits, était très solide. Et ça ne trompait pas utilisateurs exigeants des pays pauvres. De meme Toyota, Mercedes, Volvo fabriquait des chars d’assaults indestructibles (qui circulent encore parfois). D’autres comme Citroen dans les années 70, British Leyland (Jaguar, Austin, Rover …), Fiat, .. ne savaient tout simplement pas faire des voitures fiables.

    Mais aujourd’hui tous les constructeurs partagent les memes elements. Ils ont les memes fournisseurs, ils partagent les chassis, les moteurs, et meme la conception, voire meme construisent pour les autres ! Et ce dernier cas est maintenant tres fréquent. Mais le client final n’est sait rien.

    Et de ce fait l’image de qualité perçue n’est pas du tout la meme d’un vehicule à l’autre .. alors que ce sont quasiment les memes !!

    Le plus drole c’est que meme quand c’est la meme voiture (je veux dire fabriquée dans la meme usine) mais avec des badges différents, le taux de satisfaction qualité est tres différent ! Et vous aurez des clients pour vous soutenir que la qualité est tres différente !

    Il y a plusieurs raisons à cela :
    – le marketing (cacher voire valoriser les defauts, valoriser les qualités)
    – l’attitude des concessionnaires (un bon reseau peut pallier des defauts de conception sans heurts)
    – les clients

    Sur ce dernier point, un client de voiture luxieuse ira souvent souvent chez son concessionnaire comme ce dernier lui a demandé, et payera toutes les factures d’entretien sans broncher. Il dira ensuite : « je n’ai jamais de problème avec ma voiture, mais c’est de la bonne marque ».

    Le client désargenté se dirigera vers un modele moins luxieux et en demandera beaucoup à sa guimbarde. Il espacera les controles de routines et rechignera à toutes depenses. Resultat le concessionnaire aura du mal à remplacer les pieces qui sont connues pour avoir des problemes. Alors que sur la marque de luxe le concessionnaire a pu remplacer la pièce qui pose probleme sans meme que ca fasse debat ..

    Par ailleurs, d’évidence, les constructeurs se fichent de plus en plus du marché français. Regardez les chiffres. Ils visent les pays emergeants. C’est pour cela qu’ils délocalisent et se fichent bien des « injonctions » du gouvernement qui est completement à côté de la plaque et ne semble pas comprendre les enjeux : le marché est en Chine, au Nord de l’Afrique, et un peu en Amérique du Sud. Pas en France.

    1. Général Bol

      @ eheime : très bonnes remarques, à mon sens. Et surtout : LE CLIENT ! Ben oui, une adage des familles (de souche ou pas) ne ment jamais : le client est toujours roi (avant comme après 1789 hein !) en France comme ailleurs.
      Le problème en France d’aujourd’hui des droaaats de l’OM et de la championne MUNDIALE de la DEMOCRASSIE (avec deux S, comme dans National Socialisme), c’est que l’électeur n’est plus qu’une sous-merde à sonder éventuellement pour savoir qui est le roi des cons. (Et personne — surtout pas ses députains ponctionnaires, ne lui avouera que c’est lui, en fait…)
      Allez voter après (ou pas) sachant tout ça…

  11. eheime

    Bon mis a part ça, Monsieur H16, ne riez pas de la GS. Car son géniteur est Citroen. Et on ne peut pas rire du passé de Citroen (voire du passé tout récent) quand on aime les voitures.

        1. alpharuper

          Non, à Rennes la Janais, dans une usine créée en en 1961 pour l’AMI6 ou le dirigisme Gaullien a su s’allier avec le paternalisme de chez Michelin (propriétaire de Citroën a l’époque) on transposait les paysans bretons de la charue à la chaine…

  12. alpharuper

    C’est vrai, c’est pas bien de se moquer de la GS. Il s’en est vendu près de 1.5 millions qd même entre 1970 et 1982, mais elles ont été décimé par les primes a la casse, et autres balladurette et juppette… De nos jours, dans les rallyes réservés aux voitures anciennes (ou la tenue de route prime sur la puissance pure), elles en démontrent aux Porsches et autres BMW… par contre, a l’époque, coté fiabilité, c’était la cata, la rouille qui arrivait en sortie de chaine (merci les aciers italiens pas chers), un cauchemar pour la moindre opération mécanique, un premier modèle sorti sans hayon parce que le patron de Citroën trouvait que cela faisait « peuple » !
    de tte façon, moi je roule en 2CV, voiture d’essence libérale (lancée en 48 par un vrai patron visionnaire contre les instructions de l’Etat- plans Pons- qui donne de la liberté pour pas cher!)

    1. eheime

      Le pays France ne demande qu’à repartir … mais il faudra d’abord en passer par la crise Grecque française, histoire d’éliminer la gangrène.

  13. eheime

    Histoire que de finir sur une touche positive,

    L’excellence française (mais pas totalement puisque déjà l’automobile des années 60 ‘partageait’ certaines pièces) a bel et bien existé, ici :

    http://club.facel-vega.com/gallery/

    Ou encore là, ici totalement :

    http://en.wikipedia.org/wiki/Citro%C3%ABn_DS

    Ou là :

    http://www.bugattipage.com/bsale.htm

    On dit même que la marque est renée de ses cendres .. grâce à des allemands, certes, mais que c’est bien en France que le prodige a lieu :)))

    On dit aussi que Citroën veut aussi jouer les phénix :

    http://en.wikipedia.org/wiki/Citro%C3%ABn_DS3
    http://en.wikipedia.org/wiki/Citroen_C6

    1. Talleyrand

      Bugatti, Hispano Suiza, Delage etc…
      L’auto était un produit de luxe, torpillé par un ministre socialiste
      qui imposa une taxe de 12% à l’exportation.
      Une aubaine pour les Italiens et les Allemands qui n’arrivaient pas à
      concurrencer nos mécaniciens et nos modistes.
      Les artisans constructeurs en général à l’ouest parisien (Courbevoie, Levallois)
      ont fait faillite et chômage des ouvriers.
      Les riches étrangers qui ne voyaient que par les voitures françaises se sont
      détournés de notre marché. Alors les Italiens et les Allemands ont dit merci qui ?

  14. seb

    L´image du « made in France » est bonne pour les parfums, les cosmétiques et quelques marques de luxe.

    J´en veux pour preuve que les publicités pour les parfums sont souvents en Français (je vis en Espagne).

    Je n´ai jamais vu une publicité Renault ou Citroen ou Peugeot en Français…

    Par contre, les allemands jouent à fond la carte du made in Germany pour leur voiture.

    1. Général Bol

      Comme quoi. L’Europe n’aura jamais eu qu’une ligne Renault pour égérie (Désolé…)
      Tiens à propos de Renault : une entreprise nationalisée (lire : confisquée avec des motifs fascistes anti-fascistes) par le PCF en 1945 et pour répondre à un com du billet d’avant : le musée (privé) Pinault (ça rime avec Renault) n’était pas projeté dans le bois de Boulogne, mais sur l’île Seguin à Billancourt (à la place des usines Renault de Sartre et de la Conne Bandite — modèle 68 arbre à came en ligne de coke)
      Le Frankistan est éternel !
      Et c’est ainsi qu’Hallal est grand.

    2. Général Bol

      Remarquons aussi que les pubs — en France — pour les parfums français (et autres cafés) sont d’une effroyable bêtises. C’est du gnagnan à la gomme de bobo pour des Lolitas de banlieues sensibles. C’est à chier et c’est une insulte permanente au pays de Rabelais, de Baudelaire, de Manet, de Fauré, de Bastiat, de Muray ou de Vian.
      Ils vont même à y mettre des références mémorielles à la mord-moi le neuneu (si, si, regardez bien ; ils sont fous, je vous le dis)
      Notre Frankistan ne s’en sortira que quand nous aurons enfin fusillé (guillotiné — ça coûte moins cher) tous ces publicitaires, ces journalistes, ces sociologues, ces politologues, ces cinéastes à prise de tête à queue de nos deux à la con.
      Rajoutons tous nos braves parlementaires : ça ne mangera plus notre pain.
      Je vous aurai prévenus !
      Rompez.

  15. bbph

    Y’a du savoir faire chez les franchouilles, quand on voit ce qu’il peuvent faire en compétition automobile. Que ce soit pour la motorisation en F1, ou le Rallye, ils maitrisent quand même pas mal. C’est bien la preuve que ça couille ailleurs que dans le champ purement technique, car si ils pouvaient, les constructeurs feraient beaucoup mieux. C’est sans doute la connerie franco-franchouille qui annihile tout espoir de réussite.

    1. Stéphane

      A mon humble avis, c’est surtout que 50% du prix de la bagnole a été consommé en taxes diverses au cours de son élaboration. Et forcément, ça finit par se voir.

    2. bibi33

      Oui il y a du savoir faire dans les motorisations chez les constructeurs français

      Les diesels de petite cylindrée de chez PSA sont très bon, et se classent juste après ceux de VW.
      Et le groupe PSA est le premier groupe à produire une voiture hybride diesel en partenariat avec les méchants teutons de Bosch.
      Mais le moteur ce n’est plus ça qui fait la voiture.

      1. Guillaume

        L’hybride de PSA est un bricolage (moteur d’essuis glace dans l’essieu arrière d’un SUV classique). Le tout avec une boite manuelle : la est l’innovation, personne n’avait osé le faire.

        1. Paf

          les francais sont accros a leurs boites manuelles, ils se prennent pour des pilotes, alors que la boite auto simplifie tellement l’utilisation de la voiture…

        2. dudul

          Les Français ne sont pas accros à la boîte de vitesse manuelle. Etant plutôt du genre pauvres ils sont accros aux bas prix. les bva étant souvent une option. le français vous dit donc qu’une bv mécanique c’est sport et qu’une bva c’est pour les handicapés. la clim ça donne le rhume. la direction assistée usait les pneus du temps ou c’était en option etc…

        3. Paf

          ouiii c’est vrai lol! bien vu.
          bon evidemment pour moi qui suis de l’autre cote de l’atlantique, presque toute les voitures sont automatiques, avec la clim, et c’est pas cher…

  16. Nicolas B.

    Juste un petit commentaire : Ok les enquêtes montrent que ça ne va pas dans le service après-vente et la fiabilité des voitures françaises… Mais quand même, il y a beaucoup de gens à acheter ces voitures : tout n’est donc pas perdu…

  17. bananier

    c’est dommage que les marques françaises n’aient pas le prestige des Allemandes par exemple car la finition, la fiabilité, les performances on les retrouve aussi chez des voitures français mais une mercedes ou une BMW sera toujours préférée.

Laisser un commentaire