L’État continue grand train et vous pète au nez

Cher Français qui me lis, tu es probablement contribuable ou, à tout le moins, tu participes à ce magnifique Vivre-Ensemble de la nation puisque tu payes des taxes. Eh bien sache que l’État ne te remercie pas de ton don forcé, puisqu’il est normal et en plus, tout à fait insuffisant. Et sache que ce don a été dépensé dans la plus parfaite opacité en frivolités débiles, en opérations financières calamiteuses, en services publics lamentables et en gabegies parfaitement détendues du mobile. Et sache que l’État attend que tu le remercies.

On souhaiterait que, pour une fois, la communication officielle de Bercy soit aussi claire que le précédent paragraphe lorsqu’elle commence à nous entretenir du budget. Certes, le Français moyen se prendrait ainsi une belle paire de claque, mais elle serait peut-être salutaire. Comme cette éventualité ne sera jamais de mise, il faudra probablement attendre une accumulation considérable de frustrations, de mensonges et de misère pour réveiller un peuple groggy sous les pluies de coups fiscaux.

En attendant, nous avons donc droit à l’habituelle tisane journalistique censée faire passer le suppositoire à ailettes des bilans annuels et autres propositions de budget 2013 : youpi, on respire, « Le déficit budgétaire de la France respecte les 4,5% en 2012″ comme on peut le lire sans vergogne. Et en tout petit juste en dessous, on apprend tout de même que, ah oui, au fait, « Le déficit public a néanmoins dérapé de près d’un milliard d’euros l’année dernière. » Une paille.

Lorsqu’on analyse, même rapidement, les raisons de ce léger dérapage (un milliard d’euros, tout de même), on comprend exactement l’ampleur du mépris dans lequel la classe politique tient le peuple français : en fait, le déficit était prévu à 86.2 milliards d’euros, et finalement, ce sera 87.2 milliards, mais rassurez-vous, ce dérapage ne provient pas des dépenses de l’État, qui ont été « strictement maîtrisées » selon le communiqué de la bande d’escrocs qui sévissent à Bercy (que fait la police ?).

Eh oui : 86.2 milliards de déficits prévu pour 87.2 milliards de déficits enregistrés pour de vrai, en dur, dans les compte, c’est ça, des dépenses « strictement maîtrisées ». Lorsqu’on gagne 300 milliards comme l’État français, cela veut dire que dépenser un tiers de plus fait donc partie de cette maîtrise du pilotage budgétaire que tant de pays nous envient. Je suppose que les dépenses mal maîtrisées, appelées pudiquement dérapage dans le jargon, placent probablement le déficit aux alentours de 150 milliards, et pour la malencontreuse sortie de route, je suppose que c’est un bon gros 300 milliards (c’est-à-dire, peu ou prou, lorsque l’État dépense strictement deux fois ce qu’il gagne).

Il serait exagéré de parler de consternation ici, puisque ce genre de petits calculs, bien que soigneusement évité par les journalistes et les politiciens, est fait de façon habituelle par les quelques libéraux lucides qui analysent, années après années, le champ de foire coloré qu’est devenue la gestion budgétaire à la française. Mais on ne peut s’empêcher de bondir lorsqu’on lit, toujours dans le même genre d’articles, que, je cite, les dépenses de l’État connaîtront tout de même une baisse « historique » de 0,3 milliard d’euros en 2012 par rapport à 2011.

Ce qui veut dire que les « efforts » et « l’austérité » dont la classe politicienne nous bassine les oreilles à grands renforts de pleurnichements se résument à 300 millions d’euros pendant que l’État pisse 87 milliards de trop, laisse ses agents se tromper d’un bon milliard dans le calcul, et, pompon sordide, se réjouit des moindres frais financiers de la dette liés aux taux bas en vigueur actuellement, pour un total de 2.5 milliards d’euros.

Je reformule en langage clair : si les taux n’avaient pas été exceptionnellement (et donc de façon difficilement prévisible en 2011) aussi bas, le déficit budgétaire n’aurait pas dérapé d’un gentil milliard, mais de 3.5 ce qui donne une assez juste évaluation de la bande de branquignolles emperlousés et parasitiques qui gèrent les phynances de ce triste pays. Et c’est donc atterré qu’on lit certains se réjouir de la belle « performance » de Bercy dont tout, pourtant, indique qu’il s’agit d’un ratage même pas intégralement contrebalancé par une conjoncture financière scandaleusement (et dangereusement) favorable.

Au passage, je rappelle qu'une diminution modeste des émoluments de la brochette de psychopompes et autres saprophytes gouvernementaux permettrait de faire 65 millions d'heureux et d'économiser plus du double de la somme dont se targuent actuellement les nuls de Bercy.

ayrault : j'ai merduL’explication officielle du dérapage est d’ailleurs particulièrement amusante en ce qu’elle ne provoque strictement aucune prise de conscience qu’un phénomène gênant se joue en coulisse. Pour Bercy, si le déficit est plus fort que prévu, c’est que les recettes fiscales ont été moins élevées que voulu. La tempête de taxes, le cyclone tropical d’impôts en tous genres, finalement, n’a pas réussi à endiguer l’appétit gargantuesque de dépenses de l’État ! Mais pour comprendre que ces baisses de rentrées, malgré leur hausse, s’apparente fort à un effet Laffer, il n’y a plus personne, on n’en parlera pas, c’est un petit mauvais moment à passer, ça ira mieux l’année prochaine. Et comme ce manque à gagner provient de la TVA, il semble qu’après cette pluie diluvienne de ponctions iniques, bizarrement, les Français ont moins consommé que ce qu’auraient souhaité les crânes d’œuf des Finances. On bondit d’étonnements en surprises !

Heureusement, le gouvernement ne s’en laisse pas compter : tout ça, c’est la fotaSarkozy, et surtout, Cahuzac l’a dit et répété, cela ne se reproduira pas ! Il n’y aura pas de dérapage en 2013, promis, juré, craché, croix de boix, croix de fer, et tout le tralala :

« Cela démontre notre volonté de tenir à nouveau scrupuleusement nos objectifs de dépenses cette année. Il n’y aura pas de dérapage en 2013. »

On insistera ici sur le « à nouveau », qui laisse ainsi supposer que l’année écoulée a été une magnifique réussite en matière de tenue scrupuleuse, ce qui range immédiatement notre ministre dans le camp des incompétents s’il n’est pas au courant du dérapage pourtant admis par ses services, ou dans le camp des mythomanes compulsifs le cas contraire. Et dans la foulée, le Cahuzac continue de fanfaronner (dans la presse et sur des plateaux télés où il peut faire le guignol avec l’autre pathétique populiste de la gauche en déshérence) que la « réduction des dépenses » (ici : rires) a été faite.

On ne peut que pouffer. L’année 2013 verra en effet la conjonction de plusieurs phénomènes qui empêcheront mécaniquement le rattrapage miraculeux de 2012 de se produire à nouveau. D’une part, les taux sont déjà fort bas, ils ne descendront pas plus, ce qui veut dire qu’une économie « exceptionnelle » sur le service de la dette n’est pas d’actualité. Pire, il y a bien plus de chance que ces taux augmentent ; l’effet sera donc inverse avec un renchérissement des opérations financières pour Bercy. Attendez-vous à de grosses mauvaises surprises à ce niveau. D’autre part, l’optimisme de façade du gouvernement les oblige, toute honte bue, à prévoir une croissance faible (autour de 0.8%) à laquelle même eux ne croient pas. Si la France fait 0%, c’est déjà le bout du monde. Le déficit va donc se creuser, et l’objectif des 3% en fin d’année sera inévitablement raté. Enfin, si l’on doit en plus factoriser les amusantes opérations de marketing présidentiel à coup de bombes tactiques au Mali dont la facture viendra évidemment s’ajouter au reste, on voit mal comment l’année 2013 ne sera pas un grand cru du dérapage, voire du drift sauvage avec cette délicieuse odeur de caoutchouc brûlé que les conducteurs médiocres (hat tip François) et les amants frénétiques (hat tip Nicolas) connaissent trop bien.

Mais le plus intéressant, c’est que la vraie austérité, celle qui aurait dû toucher non pas les contribuables mais les services de l’État, à commencer par les élus, n’est toujours pas mise en place. Elle n’est même pas dans les cartons. Elle n’a même pas été commandé avant les fêtes. Elle n’est pas non plus dans les esprits et sa production dans les ateliers du Père Noël n’a même pas encore débuté.

François Normal premier vous emmerde

On apprend ainsi que Hollande a généreusement augmenté le salaire de Serge Blisko, l’un de ces présidents de Commissions Théodule et autres Missions Patafoin. On apprend que les primes distribuées en fin d’années par le gouvernement Ayrault aux cabinétards et collaborateurs sont tout sauf rikiki. On découvre que Hollande, qui n’aime pas les riches et méprise l’optimisation fiscale, n’a pas hésité à travestir sans honte la réalité pour éviter l’ISF. On se rappelle que pendant que les émoluments obèses des députés continuent d’être versés rubis sur l’ongle, les taxes continuent d’être alourdies, et les revenus des Français rabotés. En revanche, pour un organisme de formation professionnelle dont tout le monde sait qu’il s’agit d’un puits sans fonds et d’un paravent à somme de magouilles et de détournements de fonds publics, là, l’État sait trouver 110 millions d’euros.

Évidemment, ces derniers éléments n’en représentent qu’une poignée glanés sur les quelques jours récents ; mais on n’aura aucun mal à imaginer que, chaque semaine, les petits suceurs de subventions, les parasites divers de la politique, des Commissions et autres Missions, les aides d’urgences ou exceptionnelles, tous viennent s’ajouter aux demandes déjà énormes de ponctions diverses et de redistribution généreuse sans aucun contrôle. Chaque semaine, ce sont des centaines de millions d’euros qui s’ajoutent ainsi aux milliards de dépenses déjà prévues dont une proportion toujours plus faible semble trouver une justification précise.

Pourtant, baisser la dépense publique est possible, envisageable et même tenté dans certains endroits de la planète. Mieux : ça marche vraiment. Mais à lire les déclarations cahuzesques, la bonhommie et l’emphase de Hollande ou son gouvernement de clowns, on sait que tout ceci n’est pas à l’ordre du jour.

Décidément, ce pays est foutu.

J'accepte les Bitcoins !

17h3WVNPWWgfqZG4uwSGEepFY7WTH95JuS

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires103

  1. Sébastien R.

    excellent comme d’hab’ !

    sinon blagounette : le parti libéral démocrate (PLD) rejoint l’UDI ! Lowl !

    sur la page d’accueil de l’UDI : Borloo se félicite de l’accord sur l’emploi …

    pauvre fRance !

    1. Ron Paul

      Parti libéral Démocrate pour l’ usine à gaz inutile et ruineuse de l’union européenne ! Donc après adhérons au parti communiste démocratique, au parti socialiste anti étatiste, au parti écologiste d’extrême droite, au Front de gauche pro finance internationale, au parti des riches SDF …. Et pour prouver notre degré zéro de l’analyse politique effectivement rejoignons Borloo, Bayrou, Morin, et consorts aux charismes biens trempés comme tout le monde le sait, pour instaurer aux forceps le libéralisme dans cette dans cette France à mentalité d’éternels assistés !

      Décidément nous avons une chance folle, en plus ne n’avoir aucun homme politique prônant vraiment nos idées, ceux qui s’y réfèrent sont des gros farceurs.

      1. Napoli

        je vous trouve limite vulgaire dans vos propos « parti communiste », « parti socialiste », « parti écologiste ! », pour finir avec des grossièretés du genre : « Borloo, « Bayrou », « Morin ».

        Cher ami, veuillez corriger votre langage !

      2. Morsay

        « Décidément nous avons une chance folle, en plus ne n’avoir aucun homme politique prônant vraiment nos idées, ceux qui s’y réfèrent sont des gros farceurs »

        pardon ? who is morsay.

  2. Stéphane

    Je ne suis pas surpris, mais étonné. Qu’ils mentent, qu’ils travestissent les chiffres, qu’ils fassent preuve d’un optimisme absurde, rien de nouveau…

    Mais tout de même. N’y en a-t-il pas un dans le tas pour avoir un petit doute, et comprendre que la France ne tiendra pas jusqu’à 2017 à ce rythme?

    On dirait des ivrognes demandant bouteille sur bouteille pour éviter de penser à l’inévitable.

    1. Charentais libéral

      @Stéphane,
      Cà ressemble à la blague du client dans le bar, qui demande au patron, un verre avant que ça recommence,…etc….et quand le patron lui demande de régler l’addition…le client répond voila ça recommence….

    2. Pandora

      En France, on aime l’alcool !
      L’Etat le sait bien puisqu’il vient d’instaurer une nouvelle taxe sur les bières.

      Plus sérieusement : avec autant de fonctionnaires et de salariés vivant des redistributions de richesse par l’Etat, comment veux-tu qu’un courageux émerge ? Il faudrait qu’il soit suicidaire de déranger autant de « situations acquises ».

      1. Deres

        Entre les fonctionnaires inutiles, les retraités, les assistés, les chômeurs et les jeunes, j’ai parfois l’impression que la population active n’est pas majoritaire dans ce pays. En cherchant des chiffres, je ne trouve qu’un taux d’activité de 51% en 2011 et encore, cela incorpore les fonctionnaire inutiles (une partie d’entre eux rend effectivement un service utile même si c’est probablement avec une faible productivité …).

        En analysant d’autres chiffres INSEE de 2010, je vois que nos voisins allemands avec une population de 25% supérieur arrive à avoir une population active de 45% supérieure !!! Il est donc logique qu’ils soient plus riches !

        1. Yrreiht

          Exactement, la population active productrice est minoritaire, et de loin.

          Allez donc prendre une demi-journée de congé, et promenez-vous dans n’importe quelle ville aux « heures de bureau » ; Vous verrez que la circulation est à peu près la même.

        2. Peste et coryza

          Le calcul est simple à faire :

          65 millions de personnes
          -> 30 millions d’actifs

          9 millions de chômeurs et de sous employés à des postes loin d’être productifs le plus souvent
          -> 21 millions d’actifs

          5 millions de fonctionnaires, dont un bon 3 millions de branlotins
          -> 18 millions d’actifs

          une part non négligeable de branlotins du privé (allez, 50% ?)
          -> 9 millions ?

    3. vengeusemasquée

      Mais oui Pandora. Si jamais une tête dépasse au sein-même de l’administration pour attirer l’attention sur l’impossibilité de poursuivre tout cela, elle est méthodiquement ratiboisée et enfermée dans un placard.

        1. vengeusemasquée

          Exactement et elle n’est pas la seule. Il y a plein d’anonymes qui se battent au quotidien et qui se prennent des grandes tartes dans la gueule. C’est ça le pire.

  3. Fwh

    Encore un HS, j’en suis désolé, mais je tombe sur cette news : http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/01/15/le-cce-d-air-france-au-bord-du-depot-de-bilan_1817023_3234.html

    Pour résumer, le CCE d’Air France, géré principalement par la CGT, va faire faillite. On retrouve des ingrédients qu’on connaît bien : plan de départ volontaire, nouveau prêt bancaire, etc…

    Ce qui est particulièrement drôle, c’est que ceux qui s’occupent du CE (la CGT donc) ont été les premiers à critiquer la « mauvaise gestion de la direction » d’Air France lorsque la suppression de 5000 postes a été annoncée il y a peu, tels des yakafokon qui eux, s’ils étaient à la tête de l’entreprise, en obtiendraient une croissance permanente et ininterrompue.

    Eh bien en fait, non. Ils ne sont même pas capables de gérer un CE où, faut-il le rappeler, l’argent arrive tout seul, sans rien faire (même pas besoin de travailler pour ça).

    1. Je l’ai déjà écrit : la CGT, comme les autres syndicats, sont de pures mafias et en plus, c’est géré par des guignols. Ils n’en voudraient pas en Sicile.

    2. Deres

      L’argent arrive tout seul, sans rien faire ET avec des montants prévisibles car basés sur la masse salariale !
      Ces faillites n’ont donc comme origine qu’une incapacité à maîtriser les dépenses, la partie facile du business …

    3. Robert Marchenoir

      Comment un comité d’entreprise peut-il faire faillite ? Ca demande un talent exceptionnel.

      Mener un comité d’entreprise à la faillite, c’est, je sais pas, moi, aussi improbable que d’arriver à foutre le feu à une bouteille d’eau d’Evian.

      Eh bien, nos syndicalistes made in Frônce y arrivent. Eux.

      1. skunker

        Pendant deux secondes je me suis dit que l’acronyme « CE » n’était pas utilisé pour « comité d’entreprise ». Bah si en fait …

    4. Aristarque

      Il y a cinq ans, mon entreprise a été démarchée pour une inscription publicitaire dans le bulletin qu’éditait le CE d’Air France à destination des salariés.
      Curieusement, le démarcheur membre du CE, nanti d’une carte professionnelle crédible, n’avait pas d’exemplaire antérieur dudit bulletin à me montrer.
      En revanche, son Audi A6 (six) qui le véhiculait était furieusement neuve…
      Une communication du parc automobile de ce CE serait sûrement instructive quant à l’utilisation des fonds…

    5. François Gerber

      Ce qui me rend malade avec cette histoire de CE d’Air France, c’est qu’on retrouve les mêmes dans les instances paritaires diverses et variées.

      Quand on a accès à des poches plus profondes, on peut faire des conneries plus grosses…

    1. christophe

      bof… c’est pas avec ça que le père noël va faire un AVC. On parle de 700 millions par an.

      Ca relève du pet de nonne.

      Mais vous verrez, comme Sarko avant, qu’ils se vanteront d’avoir « fait » la réforme des retraites.

      Jusqu’à la lie… jusqu’à la lie… Nous assistons à une course de lenteur.

      1. Fergunil

        Attend l’hyperinflation qui va arriver :)
        Pour moi, ne plus indexer les retraites sur l’inflation, c’est pratiquement régler le problème des retraites d’un point de vue de l’état : les retraités les plus vieux n’auront que peanuts (kiff ta retraite minable après 40 ans de retraites sans réévaluation) mais les cotisations seront toujours les mêmes.
        C’est le rêve humide de tout étatiste : pleins de taxes et pas de redistribution :)

  4. Bruno

    D’accord. Tellement d’accord que je n’ai plus envie d’y penser.. Juste un signe de plus de la décomposition du pays: à force de lire nos pignoufs de la Presse, on finit contaminé: l’habituelle tisane journalistique sensée. . . Non, elle est insensée, en général. Par contre nul n’est censé ignorer la loi, celle de finances en particulier.
    Bon, à une prochaine

  5. Higgins

    Petites nouvelles d’en bas: ma boulangère m’a annoncé doctement que son officine ne passerait pas l’année au train où les choses vont. Il faut dire qu’avec trois employées qui, dès le CDI en poche, se sont mis en arrêt maladie longue durée et près de 2300 euros de RSI chaque mois, il faut en vendre du pain (fort bon) à 1 euro pièce.
    Sinon, nouvelle et brillante prestation de Prestalis ce matin. Fou que j’étais, je souhaitais acquérir un exemplaire du volatile du mercredi mais Prestalis m’a heureusement empêché de commettre cet impair puisque grâce à sa vigilance, l’étal était vide!!!
    Autrement, tu as oublié de préciser que la classe politique continue de donner l’exemple: « Gaston Flosse condamné à cinq ans de prison pour corruption…a fait savoir que les jugements rendus dans ces deux affaires ne l’empêcheront pas de se présenter aux élections territoriales prévues en avril. » (http://fr.reuters.com/article/topNews/idFRPAE90F00620130116)

    CPEVraimentF

    1. Fwh

      Il faut également ajouter qu’il a été condamné à 5 ans de prison ferme, mais qu’il n’a pas été incarcéré.

      On marche sur la tête.

      1. Higgins

        C’est la loi. Bien ou mal mais c’est la loi. Ce qui me dérange plus, c’est qu’il ose annoncer qu’il va à nouveau se présenter et que je pense qu’il n’est que la partie visible de l’iceberg. Lui s’est fait prendre mais les autres… Un élu condamné, dans le cadre de ses fonctions entre autre, devrait se voir interdire l’accès aux fonctions électives.
        Ce pays a un véritable problème avec sa représentativité. Si ce n’était que le seul, nos soucis seraient petits.

    2. monoi

      Je pense qu’il connait beaucoup d’histoires sur beaucoup de gens bien places, vu que Tahiti c’est bien pour faire la fete…

      Ceci dit, quelque part, je suis admiratif (meme si je pense qu’il devrait etre jete aux requins, des vrais, qui ne manquent pas la bas): pouvoir durer aussi longtemps, c’est quand meme fort. Le pire, c’est qu’il va probablement etre reelu.

      Tout ceci a vos frais evidemment.

  6. infraniouzes

    Pourquoi s’en faire ? J’ai lu quelque part – mais où , – que dans le calcul du PIB on intégrait l’activité des fonctionnaires… Génial non ? Donc, si Renault dégraisse 7 500 emplois, il suffira d’embaucher 7 500 fonctionnaires pour préserver le PIB. Et hop, passez muscade… Et puis, tant qu’on y est, doublons la mise. Comme ça on augmentera forcément le PIB.
    Aujourd’hui, même au sommet de l’Etat, tout n’est que communication et jeu d’écritures. Les problèmes, les soucis, les difficultés, laissons ça aux petits, aux obscurs, aux sans grade…

    1. vengeusemasquée

      Bah oui les dépenses publiques sont incluses dans le calcul du PIB. Je sais que c’est fou mais c’est ainsi. Donc plus l’Etat et les collectivités jettent l’argent par les fenêtre et moins la chute du PIB est vertigineuse. C’est foutrement terrifiant.

    2. Pandora

      C’est un indicateur discutable (comme tous les indicateurs économiques) mais comme les pays de l’OCDE se sont accordés sur sa mise en place, il permet des comparaisons internationales.

      L’activité des fonctionnaires y est incluse car cet indicateur a une approche en termes de revenus. On considère que les revenus des fonctionnaires permettent de faire tourner l’économie car leurs dépenses sont un revenu pour d’autres (même s’il y a spoliation ou creusement du déficit public).

      1. gem

        non, l’activité des fonctionnaires est incluse car faute de valeur marchande, on utilise le cout de production comme valeur. C’est une application directe de la théorie de la valeur-travail (Ricardo, Marx…), dont nous savons bien qu’elle ne vaut pas un clou, mais peut importe …

        Le plus rigolo c’est que ça implique que selon cette convention la valeur ajoutée du fonctionnaire est strictement nulle (ce qui est certainement méchant pour pas mal d’entre-eux, mais trop généreux pour un nuisible rédacteur de loi/decret/etc. que ne font qu’emmerder le monde). Si leur valeur ajoutée est nulle, on pourrait parfaitement tous les supprimer sans que ça change rien du tout à l’économie globale.

        1. Théo31

          De fait, la part des dépenses publiques dans le PIB augmente automatiquement. Elle n’est plus de 56% mais des deux tiers, ce qui correspond bien à ce qui est prélevé sur les fiches de paie + la TVA.

      2. infraniouzes

        D’accord mais dans la mesure où le rapport nombre de fonctionnaires/nombre d’actifs est le même dans tous les pays qui ont adopté cette norme; mais je crois que la France s’illustre par un nombre élevé de fonctionnaires. Donc, si ce qu’on dit est vrai, quintuplons leur nombre et ce pays est sauvé et non foutu comme de mauvaises langues ne cessent de le dire…

  7. vengeusemasquée

    Mais le plus intéressant, c’est que la vraie austérité, celle qui aurait dû toucher non pas les contribuables mais les services de l’État, à commencer par les élus, n’est toujours pas mise en place. Elle n’est même pas dans les cartons. Elle n’a même pas été commandé avant les fêtes. Elle n’est pas non plus dans les esprits et sa production dans les ateliers du Père Noël n’a même pas encore débuté.

    Je pense que tous les fonctionnaires que tu connais te diront la même chose. Tout se passe comme si tout allait bien. Aucune collectivité ne parvient à envisager un budget 2013 mais aucun projet d’économie structurelle n’est dans les cartons. On économise quelques formations par-ci, quelques ramettes de papier par-là et ça ne va pas plus loin que ça.
    Les citoyens sont tenus dans la plus complète ignorance de la situation financière de la collectivité dont ils abondent gaiement les finances par leurs impôts et taxes généreusement déboursés. Ils n’ont aucune idée de ce qu’on fait avec leur argent et, le pire, c’est que pour la plupart, ils s’en foutent, tant que la danse continue.

    C’est terrifiant.

    1. Deres

      Le pire c’est que toutes les économies envisagés par ces clowns sont dans la partie investissement ou reversement de leur budget. La partie fonctionnement est toujours préservée. Dans leur esprit, faire des économies, c’est ne même plus produire les services souvent inutiles pour lesquelles ils ont été crées …

      Par exemple, quand on demande à un musée publique de faire des économies, il ne pense jamais à maîtriser sa masse salariale, optimiser les gardes des gardiens, concentrer les horaires des guides sur les périodes utiles, renégocier certains avantages, rechercher les coûts les plus importants pour les diminuer en priorité … Non, il va tout simplement décider de diminuer ses horaires d’ouvertures, de fermer une partie de ses salles, de ne plus restaurer d’oeuvre et de repousser l’entretien des bâtiments. La logique ultime d’économie pour eux serait de ne plus ouvrir du tout, de laisser le musée tomber en ruine, mais en conservant bien entendu l’ensemble du personnel …

      1. Guillaume

        J’ai rencontré une fonctionnaire des charbonnages de france, qui a été fière de m’annoncer qu’elle avait son salaire payé pendans jusqu’à la retraite en restant chez elles (les charbonnages étant fermé).

        De même, je suis persuadé que le cadeau de la retraite à 60 ans a été calibré pour dégager du fonctionnaire et les payer avec les caisses de retraites, ce qui diminue artificiellement les couts de fonctionnement des ministères.

        1. Une solution pour favoriser la diminution de la masse salariale : payer le départ de fonctionnaires une forte somme (plusieurs centaines de milliers d’euros). Cela reviendra moins cher que la (longue) retraite et le reste de carrière jusqu’à celle-ci, et ne les motivera pas trop à aller faire la grève vu le golden parachute. Ce serait douloureux pour l’état pendant les 4 ou 5 ans que dureraient les opérations de délestage, mais particulièrement rentable ensuite.

      2. vengeusemasquée

        Bien sûr que ce sont les investissements qui sont freinés. Il est impossible de faire bouger la masse salariale et chaque déplacement d’agent public d’un poste à l’autre s’accompagne d’une levée de bouclier des organisations syndicales. Du coup, personne ne bouge et le patrimoine se dégrade parce que les élus sont tous des lavettes.

  8. Yrreiht

    Je suis fonctionnaire (Non, aïe, ne me tapez pas, je pense à m’expatrier moi aussi, je ne supporte pas l’esprit qui règne autours de moi je suis l’un de ceux qui sont récupérables je vous dis !) et je témoigne de ce que mes collègues vivent dans un monde d’opulence et d’argent gratuit.

    Rien, de chez rien, ne les troublera, et l’on pense à augmenter l’équipement et les dépenses du département.

    La dernière en date en réponse à ma remarque qu’il fallait s’attendre à une réduction du budget un jour ou l’autre : « On a les moyens que l’on se donne, quand on aura bien compris ça ,nous aurons progressé ».

    Tout va bien je vous dis. CPEF

    1. gem

      « On a les moyens que l’on se donne, quand on aura bien compris ça ,nous aurons progressé ». C’est plutôt juste, comme maxime, quand on sait que ça fait normalement référence aux efforts faits, au travail fourni. Mais là, j’ai comme l’impression que le sens commun de cette expression a été compris comme coups de coude et pied écrasés pour accéder au buffet « gratuit » après pillage organisé… Les cons.

    2. Toni

      Ils auraient tort de se priver, ça fait 30 ans qu’ils profitent de cette opulence et de cet argent gratuit …

      Il serait peut être souhaitable d’expliquer à ces gens que la France ne représente que 1% du monde …

      Maintenant vous devriez leur expliquer que la société civile est à peu prêt ruinée … Que ceux qui en ont les moyens et sont courageux partent chaque jour … Et qu’ils seraient bon qu’ils aillent plumer les autres ailleurs.

      Dans le cas contraire, ils doivent que plus ils persitent dans cette attitude plus ils risquent leur peau.
      L’immigration ? ça ne changera rien au problème … Là par contre ils vont embêter des gens qu’il ne faut surtout pas embêter (je pense aux zep et aux roms).

      1. gem

        « Maintenant vous devriez leur expliquer que la société civile est à peu prêt ruinée … ». impossible. L’INSEE calcule que la patrimoine des français se monte à 10 ou 15 milliers de milliard d’euros, on peut quand bien leur en prendre 2 ou 3 (petits) milliers de milliards sans qu’il se mettent à hurler, ces salauds de bourgeois, quand même. Ça leur en laisse encore bien trop, alors si ça leur plait pas il n’aont qu’à se barrer (en laissant tout derrière eux, bien sur, selon la formule socialiste « la valise ou le cercueil »).

    3. vengeusemasquée

      Moi aussi je suis fonctionnaire et moi aussi je connais ça au quotidien et c’est un enfer. Je suis haïe parce que j’ai un regard réaliste sur la situation.

      1. PAF

        mais rassurez vous, bientot vous serez haïe juste parce que.En fait je me demande qui va faire la revolution en premier, les fonctionnaires pas payes en tapant sur tous les autres, ou les autres qui n’ont plus de travail? quel suspense

        1. vengeusemasquée

          Les bons fonctionnaires non payés vont se casser tout simplement parce qu’on peut toujours se recaser quand on est compétents (c’est ce que je cherche à faire). Les autres s’entre-tueront et ce sera parfait.

    4. Toni

      Ceux qui n’ont pas les moyens de se barrer peuvent ralentir leurs investissements ou cesser d’aller faire des heures sups.
      Ils peuvent aussi boycotter les gens d’extrême gauche de leur entourage (mon cas).

      Pour le patrimoine, je reconnais que je suis heureux qu’il ne m’appartienne pas. J’éssaie de ne pas trop en avoir histoire de ne pas trop rapporter à l’état français.

    1. Aristarque

      Notre hôte a commis un billet sur ce sujet de la taxe Google, il y a quelques semaines.
      Le plus vraisemblable sera que Google arrêtera d’indexer les journaux revendicateurs, ce qui n’affectera en rien son business plan.

  9. Charentais libéral

    J’ai aussi autour de moi pas mal de gens (actifs ou retraités, ouvriers d’état) de la sphère publique et croyez moi, leur cerveau, pour la majorité, a du mal à sortir des sentiers battus. J’ai toujours quelques questions en réserve pour casser l’ambiance, ce qui les rend nerveux ! Car Machiavel disait : « la vérité ne se trouve pas sur les grandes routes ou tout le monde passe » Je répond vous avez le droit d’avoir votre opinion, mais pas celui de contredire les faits. Habitudes des marxistes bien nommés !
    L’article de JL Caccomo ci après est révélateur et le livre qu’il cite de JF Revel « la grande parade », que j’ai lu à plusieurs fois, est une lecture saine pour contredire les gauchistes. http://caccomo.blogspot.fr/#!/2012/12/cest-la-lutte-finale.html

  10. mominette

    Vilains grognons ! Evidemment que payer à des gens leur plein salaire en attendant leur retrraite est une formidable économie, qui désengorge la mobilité, limite la pollution, restitue des surfaces disponibles de bureaux : vraiment génial.

    Et que l’Etat se serre dramatiquement la ceinture, à faire pleurer. Ainsi, dans le réseau maternel, il ne va engager « que » 3.000 enseignants supplémentaires …

    Cela frise l’avarice :-)

    1. Deres

      Mais dans le même temps, il se dit que développer la scolarisation des enfants de moins de 3 ans cela serait génial …

      http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/01/15/la-scolarisation-des-enfants-de-moins-de-3-ans-relancee_1817175_3224.html?xtmc=scolarisation&xtcr=1

      En effet, cela serait trop cool :
      – plein de nouveau fonctionnaires à embaucher
      – de nouveau contrats de BTP de tous les côtés pour construire les locaux
      – des places de directeurs et d’administratifs classe A en quantité
      – une nouvelle administration centrale avec des bureaux luxueux dans la capitale et des antennes dans toutes les régions

      Il faut remarquer que sur le coup pleins de nounous se retrouveraient au chômage. A charge pour nos élites de décider lesquelles sont finalement capable de garder des gamins dans les structures publiques. Quand on sait que l’âge d’embauche maximal d’un fonctionnaire est de 35 ans, cela va faire mal pour beaucoup de ces femmes qui font ce métier après avoir élevés leurs propres enfants …

      1. gem

        « des places de directeur », non. Tu te trahis, infâme ultra-mercanti, néolibéral, suppôt de la hiérarchie et des inégalités. Bouh. Dans la grande coopérative ouvrière, les tâche de « direction » n’existe plus ; il reste bien quelque tâche de coordination interne, et liaison avec les autorités, mais elle sont assurées par un « volontaire », royalement indemnisé par l’octroi d’une indemnité représentant environ une demi-heure supplémentaire

  11. Le Gnôme

    Il y a comme un parfum d’Ancien Régime, avec des privilégiés qui refusent de se serrer la ceinture, un Tiers Etat qui n’en peut plus d’impôts et de vexations de la part de ceux-ci et d’Etat en faillite.

    Quel sera le détonateur, la hausse inévitable des taux d’intérêt ? la loi de trop qui fera exploser le système ? le chômage en hausse exponentielle ?

    Quand il n’y a aucune alternative crédible, aucun propos permettant d’espérer des lendemains meilleurs, alors il faut cra&indre la colère des manants.

    Mais même ça, je n’y crois plus. La seule solution est de les laisser jouer entre eux, et aller voir ailleurs.

    1. eheime

      La comparaison avec l’Ancien Regime est tout à fait pertinente. J’avais fait le meme rapprochement. Si vous ajoutez que François Hollande (et ceux qui l’ont précédés) sont un peu reformistes et tentent de ménager la chevre et le chou, ça vous donne un Louis 16, qui n’avait rien d’un tortionnaire mais au contraire d’un dirigeant un peu indécis, la comparaison est frappante. La difference c’est qu’on ne fera pas naitre une revolution à mon avis. On va passer directement par la case Terreur, si ça n’a pas déjà commencé : les insultes personnelles, profanées nommément, par le 1er ministre et ses clowns, à l’encontre de citoyens totalement en règle avec la loi, ont quelque chose de tout à fait arbitraire et totalitaire .

  12. mlallier

    A propos de dépenses publiques, sait-on si les salaires des ministres et apparentés ont réellement été baissés de 30%, promesse de campagne de leur président ?

    1. gem

      et bien , heu, ils ont essayés, mais suite à une maladresse de procédure, le texte a été retoqué. C’est bête, hein, mais cépadlerfote . En attendant la correction de la bêtise ils se forcent à respecter la loi, car ils sont très républicains, et touchent donc comme avant.

      1. bibi33

        La banque centrale du Japon qui permet au gouvernement de l’empire du soleil « couchant » d’acheter des bons du MES.

        La FED aussi dont les milliards émis se déversent aussi sur les obligations des pays membres de la zone euro.

  13. Théo31

    Tu parles de dépenses maîtrisées. l’Etat emprunte 800 millions par jour ouvré. Suffit de regarder le site de la dette de l’Etat national socialiste franchouille : demain, adjudication de 8 milliards. A la fin de l’année, la dette visible de l’Etat sera supérieure à 100 % du PIB. Une paille pour la bande d’enculés du gouvernement. Comme l’a rappelé une fois Tony Blair, il n’y a pas une gestion de droite et une de gauche, mais une bonne et une mauvaise.

  14. Aristarque

    « Mieux : ça marche vraiment. »
    H16, qu’as-tu fumé pour proposer tout de go de soumettre à l’oeil de Normal 1er et de ses affidés, un texte écrit par un sbire de l’Adam Smith Institut ?
    Un amerloque think tank !
    Et de relancer avec du Laffer plein de courbes alors que Lawrence du Mali croit qu’il s’agit d’une boite qui commercialise des placements d’assurance-vie !?….

    1. Ron Paul

      La statue de la Liberté qui explose en ‘’ tête de gondole’’ c’est à gerber, et en fait symptomatique de leur moi profond !

      Il y aurait beaucoup à dire, mais résumer entre autre Ron Paul, uniquement et seulement car il est ‘’contre l’avortement’’, ce n’est presque pas orienté ! Je ne partage pas cette idée, mais par contre j’ai la prétention d’avoir toujours suivit ce grand personnage, c’est ignominieux, et vraiment trop réducteur, mais c’est le but en fait : le libéralisme c’est le mal personnifié !

      1. Ter

        En fait ils se basent sur l’enseignement de l’Eglise avant le Concile Vatican II qui dénonçait le libéralisme (surtout religieux, mais tout le reste suit) comme un péché.

        Un livre de Don Sarda Y Salvani est d’ailleurs intitulé « Le libéralisme est un péché ».

  15. Grenouille 04

    Il y a 30 ans que j’ai compris que les francais avaient besoin de se sentir asservis a un susteme pour etre bien dans leur peau. La solution? Je suis parti vivre ailleurs et je ne paye pas de taxes…
    Apres tout il est parfaitement respectable que certains aient besoin d’un roi pour se sentir en securite et un roi ca s’entretient. Ma securite a moi elle est au dessus des rois…
    Bravo cependant pour vos analyses qui ont le merite d’essayer de reveiller les consciences.

  16. fonctionnaire106

    Sachez les gars , à tous ceux qui pensent niquer le fisc ou les services de l’Etat avec les nouvelles technologies à leur disposition
    Sachez le bien:
    « l’Etat c’est plus fort que toi ! « 

    1. Porfirio

      Ca tombe bien, la dernière boîte a avoir sorti ça a fini en quasi faillite :P. Accessoirement, elle s’est recentrée sur les bornes d’arcade. De là à imaginer que l’Etat finisse dans le bandit manchot pour survivre …

    2. La bonne blague. Tu crois encore à cette fadaise ? L’Etat ne tient que parce que les gens croient qu’il est fort.

      Dans quelques mois, quelques années tout au plus, ce sera plutôt : « L’Etat, c’est plus mort que toi. »

  17. joel mougniot

    je lis avec de plus en plus de délectation vos articles
    quelle belle description de la décrépitude de ce pays
    combien de temps encore avant la faillite complète???
    j’espère pouvoir vous lire encore longtemps
    amicalement

Laisser une réponse

(obligatoire)
(facultatif)