Charlottesville et l’agonie d’Internet

Peut-être l’Histoire retiendra la date du 12 août comme le début d’une nouvelle ère aux Etats-Unis, celle où (moyennant douze barils de lyrisme enduit à gros pinceau) les forces progressistes repoussèrent la Bête Immonde (au ventre toujours fécond, doit-on préciser) et son racisme nauséabond. Peut-être l’Histoire n’en fera rien, le reste de l’actualité noyant les événements de Charlottesville dans son brouhaha habituel, faisant oublier à tous la petite ville du Sud américain. Peut-être, de développements politiques en actions/réactions de plus en plus épidermiques, ce 12 août sera-t-il conservé comme le début d’une nouvelle guerre civile américaine (au moins dans l’œil humide de certains médias qui aimeraient bien que ce fut le cas). Une chose semble cependant probable : l’Histoire oubliera l’avoinée qu’Internet vient de se prendre.

Oh, attention. Je ne dis pas qu’Internet, la technologie qui permet à toutes nos machines de parler entre elles, serait mort à la suite de Charlottesville ; ce serait aussi faux qu’idiot. En revanche, je parle bien de cet Internet qui permet aux humains de dialoguer entre eux : si celui-ci n’est pas encore mort, il a clairement pris une bonne dérouillée depuis Charlottesville.

Ce n’est pas arrivé d’un coup : il a fallu des années, une ou deux décennies, pour en arriver là, mais nous y sommes.

Ainsi, cela fait des décennies que les médias « grand public » ont choisi de distribuer une information dont le biais n’a cessé de grandir au fur et à mesure que les lectorats s’éparpillaient. En soi, les événements de Charlottesville n’ont guère marqué de différence en terme de traitement : il était attendu, de toute façon, qu’un rassemblement visant à protester contre la destruction d’une statue confédérée ne pouvait être dépeint sans tomber dans la caricature ou, a minima, sans consciencieusement oublier des éléments de contexte essentiels.

Par exemple, que le rassemblement avait été planifié depuis des semaines. Qu’il avait reçu l’aval des autorités fédérales. Que les autorités locales avaient mis en place un plan tenant précisément compte des risques de débordements possibles. Que ce plan, qui permettait notamment d’éviter tout affrontement ouvert, n’a pas été respecté par ces mêmes autorités qui improvisèrent au dernier moment, en choisissant les options qui avaient pourtant été rejetées comme les pires lors des réunions préalables.

Mais comme je le disais, tout ceci était attendu. On savait, pour un tel événement qui n’aurait jamais dû déborder des feuilles « Fait Divers » des gazettes locales, que la présentation qui en serait faite ne pourrait pas, quoi qu’il arrive, représenter fidèlement ce contexte, pourtant extrêmement important. Après tout, ceux qui s’opposent à la destruction de la statue ne sont que des extrémistes de droite (nazis, néo ou non, et autres suprémacistes forcément blancs).

Il était tout aussi attendu que des sites web (presse, blogs, j’en passe) tenteraient de rappeler ce contexte commodément oublié. Il était évident que la plupart de ces sites seraient, eux aussi, directement classés dans la même catégorie que les groupes nauséabonds de manifestants précédents et en conséquence, que toute tentative d’amoindrir l’évidente culpabilité des protecteurs de statues coloniales serait proprement passée au bleu, et ce d’autant plus que cet amoindrissement se fait au coût très gênant d’un accroissement de la culpabilité de l’autre groupe de manifestants directement impliqué dans les événements.

Autrement dit : pour la presse, admettre ces éléments de contexte, c’est crédibiliser ces sites, c’est diminuer la responsabilité des groupuscules de droite en augmentant celle des autorités locales et, pire que tout, en augmentant celle, dès lors encore plus évidente, des contre-manifestants de cette gauche onctueuse qui n’a rien à envier à l’extrême-droite d’en face.

Partant, la presse s’est dès lors contentée de la pignouferie habituelle dans laquelle elle baigne avec ce brio qu’on lui connaît bien.

Les choses ont pris une tournure franchement aigre lorsque les échauffourées entre les trois camps (la police, les militants d’extrême-droite et ceux d’extrême-gauche) ont finalement abouti au pire : le militant d’extrême-droite James Alex Fields (le nom n’a pas été changé) fonce au volant de sa voiture dans un groupe de contre-manifestants, faisant un mort et de nombreux blessés.

C’est à ce moment que ce qu’on connaissait d’Internet a finalement basculé : de façon étonnante, jugeant qu’on pouvait tout à fait amalgamer le militant, son acte et tous ceux qui, de près ou de loin, se réclament du même bord, plusieurs sociétés de gestion de l’infrastructure d’Internet ont décidé d’agir.

Très concrètement et par exemple, cela revient pour GoDaddy à dénoncer le contrat qui les lie avec le Daily Stormer (un de ces sites web ouvertement acquis aux causes de l’extrême-droite), pourtant en ligne et en contrat depuis des années : la fourniture de leur nom de domaine s’arrêtant brutalement, le site disparaît de la toile. Ne se laissant pas faire, les propriétaires du site décident de passer sur Google DNS. Google, ne voulant surtout pas rester neutre dans l’histoire, retire rapidement le site de ses serveurs.

La suite est du même acabit : alors que le site tente de passer son nom en « .wang » et donc de bénéficier d’un nom de domaine sous pavillon chinois, la Chine le retire à son tour. Quelques heures plus tard, l’enregistrement du site en .ru suivra le même sort, les Russes refusant aussi.

Le point d’orgue sera atteint lorsque CloudFlare, hébergeant physiquement le site, décidera à son tour de bannir le Daily Stormer, en invoquant essentiellement le fait (difficilement contestable, on en conviendra aisément) que les propriétaires de ce site sont des trous du culs. On appréciera au passage l’explication navrée (et navrante à bien des égards) du patron de Cloudflare lorsqu’il déclare :

My rationale for making this decision was simple: the people behind the Daily Stormer are assholes and I’d had enough.(…) It was a decision I could make because I’m the CEO of a major Internet infrastructure company.(…) Literally, I woke up in a bad mood and decided someone shouldn’t be allowed on the Internet. No one should have that power.
L’idée derrière ma décision était simple : les gens derrière Le Daily Stormer sont des trous du cul et j’en ai eu assez. (…) C’était une décision que je pouvais prendre parce que je suis le PDG d’une société majeure d’infrastructure sur Internet. (…) Littéralement, je me suis levé de mauvaise humeur et j’ai décidé que quelqu’un ne devait pas être autorisé sur Internet. Personne ne devrait avoir un tel pouvoir.

Bref : pour une raison encore difficile à comprendre, il semble que la clause, pourtant simple à comprendre, qui voulait que l’infrastructure même d’Internet fut aussi neutre que possible, ait été définitivement jetée aux oubliettes.

Et si je dis « difficile à comprendre », c’est parce que ces décisions en cascade posent plusieurs problèmes.

Il est bien évidemment parfaitement clair qu’Internet, en tant que collection de moyens privés mis à la disposition d’entités privées et publiques, n’a pas d’états d’âme ou de conscience. Les entreprises qui fournissent des services sont très majoritairement (pour ne pas dire toutes et autant que je sache), capitalistes et essentiellement motivées par le gain et, par voie de conséquence, la satisfaction de leurs clients.

censorship : the worst part of it is (censored)En outre, si leurs conditions d’utilisations le leur permettent, comme c’est apparemment le cas tant avec GoDaddy qu’avec Google ou CloudFlare, rien n’interdit d’imaginer certaines clauses (notamment politiques) qui aboutirait au refus de service.

Malheureusement, ce genre de raisonnement, parfaitement compatible avec le principe de propriété et le libéralisme en général, entraîne de facto un problème légal : dès lors que les opérateurs d’infrastructure choisissent ouvertement de bannir l’un ou l’autre site et donc, d’exercer une forme de censure, cela entraîne leur responsabilité pénale soit pour avoir pratiqué cette censure ou, inversement, pour ne pas l’avoir appliquée (selon le cas).

Plus clairement, s’ils choisissent de bannir A pour une opinion politique contraire à la leur, il leur sera reproché d’avoir oublié de bannir B le cas échéant, ceci pouvant se traduire par des peines potentiellement très lourdes, en fonction des juridictions concernées. Je ne suis pas sûr que toutes ces sociétés veuillent effectivement aller sur ce terrain – et ce d’autant plus si les responsables de ces sociétés se sont publiquement engagés à ne pas faire ça.

En outre, on ne pourra que s’étonner de la rapidité de réaction contre un site pourtant présent depuis des années, et l’absence de toute réaction pour nombre de sites aussi extrêmes mais simplement teintés d’une autre idéologie (typiquement, certains sites salafistes, néo-communistes et clairement violents ou appelants à la violence, diffusant Despacito ou que sais-je encore).

De plus, une telle démarche est le premier pas sur une pente extrêmement raide et particulièrement glissante, celle qui oublie que la liberté d’expression n’a pas été introduite pour parler de la pluie et du beau temps, mais justement des sujets qui fâchent : en grignotant ainsi cette liberté d’expression au motif qu’après tout, ce sont des nazis, on prend le risque évident de la voir rapidement grignotée pour des motifs de moins en moins évidents. Au début, ce sont les nazis qu’on empêche de parler, ensuite, ce sont ceux qui osent prôner un certain conservatisme, puis, pourquoi pas, ceux qui n’ont pas la bonne religion (le choix étant laissé, je le rappelle, aux bons soins du fournisseur d’infrastructure) ou la bonne orientation politique.

Ainsi, c’est cette neutralité qui permet à Julian Assange de se faire entendre. C’est aussi cette neutralité qui permet à l’opposition vénézuélienne d’émettre sur Internet ses opinions sur la façon dont Maduro dirige le pays à la catastrophe. On ne peut bien évidemment pas empêcher un Mélenchon ou un Filoche de se lancer dans la fourniture de services Internet et de filtrer ensuite méthodiquement ceux qui utiliseraient leurs services, mais si le cas se présentait, il serait logique de trouver ce traitement anormal et dangereux, et de le dénoncer comme tel aussi bruyamment que possible.

Car à l’heure actuelle, les groupes les plus vocaux, ceux qui réclament le plus bruyamment que soient ainsi listés, pourchassés et bannis ceux qui ne répondent pas à des critères de plus en plus extensifs ne sont pas des groupes réputés ni pour leur représentativité au sein des populations, ni pour leur capacité à produire de la paix sociale.

Autrement dit, il y a un vrai problème de modération, voire de passivité de tous ceux qui sont attachés à la liberté d’expression, devant la mise en place de censures de plus en plus ouvertes de la part de sociétés qui ont choisi de faire passer les intérêts de leurs connivences étatiques et leurs propres agendas politiques avant les intérêts de leurs clients.

Facebook, Twitter, Google et quelques autres ont clairement choisi de filtrer, orienter et teinter les informations qu’ils fournissent. Ce qu’a fait Cloudflare (et même l’équipe de développement de Tor, dans une certaine mesure) marque une nouvelle étape dans le filtrage actif d’Internet.

Si ces sociétés commerciales ont parfaitement ce droit, il reste d’une importance vitale de prendre conscience de ces agissements. Il appartient à tous de bien comprendre les enjeux de ces comportements, de la société qu’ils engendrent et des dérives évidentes qui les accompagneront.

Et il est dès lors encore plus important de se préparer et de mettre en place, dès à présent, les alternatives qui pourront garantir cette liberté d’expression. Malheureusement, la direction a été choisie, la route est prise, et on sait déjà où elle mène.

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires243

  1. Aristarkke

    Vu de l’Europe, les événements de Charlottesville ont été gommés par deux malheureux lots de déséquilibrés que LMENEP…

  2. Le Gnôme

    Et moi qui croyait que la liberté d’expression était garantie pas la constitution US. Ce fut peut être le cas, mais force est de constater que ce pays est devenu socialiste comme les autres.

  3. Aristarkke

    le militant d’extrême-droite James Alex Fields fonce au volant de sa voiture dans un groupe de contre-manifestants,
    Fake new!
    Lire le déséquilibré en lieu et place de militant d’extrême droite !
    Logique puisque s’intéresser à l’extrême droite ne peut émaner que d’un esprit manifestement dérangé, selon la doxa senestre…
    Remarquons que là, ont été mentionnés en un rien de temps, son identité et autres détails qu’à d’autres occasions, seules de pudiques initiales remplacent…

        1. René-Pierre Samary

          Ah… N’empêche. Au crime de racisme s’ajouterait le crime de misogynie. Pour peu qu’elle soit d’origine (censuré)…
          Pour peu qu’elle ait la bonne origine, ce serait la totale. La proscription, on le voit grâce à notre hôte, est déjà d’actualité. Pour la peine capitale, il faut encore attendre un peu.
          Car on a beau dire, si tous les mort(e)s sont égaux, il y en a qui sont un peu moins égaux que d’autres.

        2. Aristarkke

          « Vraisemblablement, elle était seule. Donc il n’y avait pas une volonté de faire un carnage, en tout cas pas sur cet arrêt de bus-là », a déclaré Julien Ravier, maire des XIe et XIIe arrondissements de Marseille, sur CNEWS.

          Ouf, nous sommes rassurés d’apprendre que dans le deuxième arrêt de bus, il n’y avait qu’une femme seule et que donc, le déséquilibré n’avait pas l’intention de faire un carnage…

          Bref, s’il avait eu cette intention, il aurait choisi un abribus plus peuplé et donc elle aurait survécu…

            1. Lark on the Wing

              Ma femme de ménage, qui est devenue une amie (attention, j’ai aussi une conscience sociale) me disait hier, en parlant de nos terroristes – relevant d’une certaine religion de paix et d’amour bien connue – et généralement qualifiés de « déséquilibrés » par tout le monde bien-pensant : « de toutes façons, ils sont tous fralés »…

              Je lui laisse naturellement l’entière responsabilité d’une sentence aussi lapidaire. Je ne connaissais, au reste, nullement le terme de « fralé », et je m’interroge sur le sens exact, mais flatteur, forcément flatteur…

              Pour en venir à la chronique du jour :

              Le billet ci-dessus de M. de Seize marque une époque, et je ne peux que m’incliner devant une telle clairvoyance, aussi bien mesurée et argumentée. Il décourage le commentaire, tout étant dit, et tellement mieux…

              Dans un registre semblable, je viens toutefois de découvrir, parmi les commentateurs du Figaro, une personne du sexe, d’une pertinence et d’une cruauté époustouflantes, usant par surcroît d’un style qui me ravit. Voir lien ci-après pour lire ses posts :.

              plus.lefigaro.fr/page/butalorsyouarefrench-0

              1. Bonsaï

                Bien sûr, la prétendue Union Européenne, le piège tendu par les Forces et bientôt refermé sur les adhérents naïfs…
                Où la science-fiction n’est plus de la fiction.

              2. Aristarkke

                Par moment, il y a quand même des commentaires « douteux » dont on ne peut être sûr qu’ils soient tous au deuxième degré…
                Mais je n’en ai lu qu’une cinquantaine (dans leur contexte) sur un bon millier.
                Je verrai après une chrestomathie spicilège plus étoffé. 😉

              3. Pheldge

                « Ma femme de ménage, qui est devenue une amie … » quand je pense aux procès d’intention qu’on fit à Morano, pour « j’ai des amis noirs … » 😉

                    1. Black Mamba Warrior

                      HÀ là là … Il y a des baffes qui n’ont pas été donné à temps.
                      Pfff… Très tôt dans une relation, je fais comprendre à ses messieurs qui commande à la maison, et ma réplique est : « Tu manges ou tu grèves. »

                    1. Pheldge

                      Bon, puisque tu ouvres la porte, voici pour illustrer ton propos une production Dorcel « Claire Castel, femme de chambre », ou peut-être préfèreras-tu, en vieil aristo, « les soubrettes » du même auteur … 😀

                    2. Lark on the Wing

                      Un peu trop… comment dire… « graphique », ton Dorcel… j’apprécie un brin de romantisme, de mystère, et il me semble, dans cet ordre, que le dessin est plus propre à un érotisme moins vulgaire…

                      Dans un registre légèrement autre – l’érotisme y étant fortement teinté d’une violence très pessimiste – la fresque de l’Histoire de l’Humanité de Manara, est une merveille…

                      culturainquieta.com/es/erotic/item/3458-historia-de-la-humanidad.html

                      Maintenant, pour ce qui est de la femme de chambre, et de la violence, on voit ci-après que ne font pas bon ménage la plomberie, la gastronomie et le stress de l’ingénieur en burn out :

                      valeursactuelles.com/faits-divers/la-cuisson-des-oeufs-ne-lui-convient-pas-il-tue-sa-femme-coups-de-robinet-87734

                    3. Lark on the Wing

                      Je précise, attention, que j’ai le plus grand respect pour les plombiers, les poules, les disciples de Curnonski, et les ingénieurs même débutants… naturellement…
                      J’ai suffisamment de soucis pour plusieurs vies, sans que des fâcheux vexés appartenant aux catégories supra ne viennent tenter de mettre un terme à celle que je finis d’user… namého !

                    4. Aristarkke

                      Lui aussi n’avait pas l’intention de commettre un carnage puisqu’il n’a fait qu’une victime…

                      Bizarre, cette absence de prénom et d’initiale du nom…
                      Björn écorche-t-il tant les yeux des lecteurs…

                    5. albundy17

                      Un robinet neuf, quel gachis.

                      Et pas un mot sur les traces de Fipronil dans les oeufs, la megere voulait empoisonner son ingénieur, là est l’origine du conflit. La presse est donc coupable, une fois encore

                    6. sam player

                      Faut pas déconner avec la cuisson des œufs, qu’ils soient pochés, au plat, brouillés, en omelette… 4 raisons d’avoir une subite abolition du discernement…

                    7. albundy17

                      L’oeuf, le plat du célibat ^^

                      Il y a quelques jours, un homme à été acusé de fraper sa femme avec son broc de biere.

                      Si ça se trouve, elle n’avait juste pas la tête assez plate !

          1. Citoyen

            En fait, il a eu de la retenue … en choisissant cet abribus là …
            Comme quoi, il n’est pas si mauvais que ça !… (pour le camp du bien)

    1. Gerldam

      Objection, votre honneur: « fake newS » s’écrit toutjours avec un « s », même s’il n’y en a qu’une (de nouvelle)

  4. Aristarkke

    La réaction de ces fournisseurs d’accès, hébergeurs, etc… montre qu’il y a encore des créneaux pour investir dans le net.
    Cela va être rigolo quand lesdits grands démocrates vont commencer à s’ostraciser les uns les autres pour des motifs hautement avouables mais aussi d’autres nettement moins…

  5. Aristarkke

    En attendant, les hommes politiques qui ne rêvent que de faire plier l’internet à leurs lubies et/ou à s’en servir pour leur seul usage, ne peuvent qu’être satisfaits et encouragés à poursuivre, en voyant des acteurs se contraindre/édulcorer/censurer eux-mêmes comme des grands sans véritable formalité coercitive…

  6. René-Pierre Samary

    C’est la marque d’un esprit libre que de dénicher, sous l’épaisse écume de l’actualité ressassée sur le même ton, des significations profondes.
    Bravo patron ! Vos chroniques sont peut-être la matière qu’utiliseront des historiens d’un lointain futur – s’il en reste.

  7. Pat

    « les propriétaires de ce site sont des trous du cul ». Sur un critère pareil, on pourrait interdire la totalité des sites d’information ou d’opinion, sachant que ceux qui sont des héros pour les uns sont des trous du cul pour les autres. Bon, pour l’instant, c’est le candubien qui décide, donc tout va bien !
    Seulement, Je crains que Hashtable ne réponde pas aux « bons » critères…

  8. Bonsaï

    C’est très précisément le programme de la Matrix qui se dessine là…
    Remember Neo, qui a compris l’enjeu et qui traverse le miroir…
    « Toujours vérifier, contre l’empirisme, et avec le platonisme que le visible, figure apparente de ce qui est certain (il faut voir pour croire, comme saint Thomas), n’est en réalité qu’un indice particulièrement aléatoire du réel. »
    in Matrix, machine philospphique, Aubin, 2004

      1. albundy17

        Tu devrais voir le film René-Pierre, c’est de la culture, une référence et une idée très originale, sans doute le dernier bon film que j’ai vu

              1. Pheldge

                fais attention quand même, que si une indigène bien poilue comme tu les aime, te propose « viens chez moi regarder ma trique … » c’est louche ! 😀

                  1. Pheldge

                    la Pythie etc… est de René Goscinny dans un des Astérix, le Devin, peut-être … il n’y a pas de honte à honorer ses Maîtres 😉

                    1. Royaumont

                      le calembour de la Pythie vient plutôt je crois d’Iznogoud, c’est son fidèle Dilat Larat qui s’y colle.

      2. Bonsaï

        Matrix, c’est le programme d’encerclement, la matrice où on veut nous enfermer.
        Et si tu es un rien parano comme tout loup de mer qui se respecte, ceci doit te parler. A l’origine, c’était un film ou plutôt une trilogie avec Keanu Reeves comme héros (Neo). De la science-fiction philosophique, mais tellement actuelle….
        Merci pour le p, mais alea jacta est !

  9. AlainCo

    juste pour info le monde de Goeoge Orwell a commencé depuis longtemps, et Wikipedia est utilisé comme Bible de la Vraie Vérité Vraie

    https://wattsupwiththat.com/2017/07/22/caught-red-handed-google-search-suppresses-climate-realism/

    « “For news articles and information pages, high quality MC [MC – Main Content] must be factually accurate for the topic and must be supported by expert consensus where such consensus exists.” (Section 4.2)

    “… high quality news articles and information pages on scientific topics should represent established scientific consensus where such consensus exists.” (Section 4.5)

    “… for news articles and information pages on YMYL topics, there is a high standard for accuracy and well established medical/scientific/historical consensus where such consensus exists.” (Section 5.1)

    “Some topics demand expertise for the content to be considered trustworthy. YMYL topics such as medical advice, legal advice, financial advice, etc. should come from authoritative sources in those fields, must be factually accurate, and must represent scientific/medical consensus within those fields where such consensus exists.” (Section 6.5)

    “Before using the Fully Meets [user’s needs] rating for queries seeking a very specific fact or piece of information, you must check for accuracy and confirm that the information is supported by expert consensus where such consensus exists.” (Section 13.2)

    “All of the following should be considered either lowest quality MC or no MC [MC – Main Content]:

    No helpful MC at all or so little MC that the page effectively has no MC.
    MC which consists almost entirely of “keyword stuffing.”
    Gibberish or meaningless MC.
    “Autogenerated” MC, or MC which was otherwise created with little to no time, effort, expertise, manual curation, or added value for users.
    Misleading or inaccurate informational content about YMYL topics.
    Pages or websites which appear to be deliberate attempts to misinform or deceive users by presenting factually inaccurate content.
    Pages or websites with factually inaccurate content which may harm or deceive users, regardless of their purpose or intent.
    MC which consists almost entirely of content copied from another source with little time, effort, expertise, manual curation, or added value for users.
    Pages with lowest quality MC should be rated Lowest.” (Section 7.4) »

    je suis plus trop dans le climat
    mais les sites LENR semblent souffrir de cette « rectification de la vérité vraie »

    or contrairement aux mythe Wikipedia/NyT, nous on a des preuves (c’est aussi dur à défendre que la rotondité de la terre devant une foule de paysans médiévaux), mais qu’importe, le consensus a plus de poids que les preuves.

    Je suis né pour voir des mec marcher sur la lune, la lutte pour les droit civiques et des seins nus sur la plage, la peur de l’hivers nucléaire, et je viellis pour voir le burkini, le camp anti-colonial, la peu du réchauffement climatique, et l’interdiction des OGM.
    MdM.

    1. Pat

      Quand on voit les consensus du passé, notamment scientifiques, il semblerait raisonnable de mettre en doute les consensus d’aujourd’hui; c’est même le devoir de tout « vrai » scientifique. Mais mai 68 a été plus fort que juillet 69… L’idéologie de la médiocrité a gagné.

    2. Lark on the Wing

      « Je suis né pour voir des mecs marcher sur la lune, la lutte pour les droit civiques et des seins nus sur la plage, la peur de l’hiver nucléaire, et je vieillis pour voir le burkini, le camp anti-colonial, la peur du réchauffement climatique, et l’interdiction des OGM. »

      Voui, Alain, t’es pas tout seul… et le pire est à venir…

      Je reprendrai donc sans hésiter ta conclusion :

      « MdM. »

        1. Lark on the Wing

          Ainsi donc, nous voilà avec deux amateurs de calembours, acharnés du tafanar ? déjà, hein, l’ADP ça faisait beaucoup, mais avec la nouvelle concurrence, le standigne de ce Blogue va avoir du mal à se maintenir…

            1. MichelC

              Qu’ils viennent s’envaser, ils tomberont dans une mare de calembours. Tout un savoir dont il faudrait qu’ils le sussent 😉

  10. albundy17

    ça fait tout de même un bon momen que la censure « politiquement correcte » est à l’oeuvre, les discours des politiques, les shows des humoristes, les jt ou la radio, totalement totalitaire.

    Quand à l’internet, c’est le parcours du combatant pour emetre un avis, quel que soit le journal en ligne, je suis blacklisté partout, pourtant en étant toujours très mesuré et poli

      1. Lark on the Wing

        notre propre Duc d’Albany à nous, sur ce blogue? bon, il faut admettre qu’il n’est pas Picte, s’il est presque Vénète, au moins ratione loci…. mais pour un Stuart, je ferais une exception….

        1. Bonsaï

          Al black listé, on aura tout vu….
          Quoi donc ? Se prendre pour un rebelle quand on n’ose s’attaquer qu’à une vénérable plante japonaise, certes taillée selon des normes sophistiquées et déjà séculaires, mais généralement bien inoffensive…

        2. Calvin

          @Hussard, Ari, BM, et bien d’autres…
          J’ai eu des bonnes nouvelles de notre Tortue Joviale, toujours aux antipodes.
          Elle va très bien, semble-t-il, et pas prête de revenir en en Francophonie.
          Elle ne nous lit plus trop pour cause de projets foisonnants !!

            1. Lark on the Wing

              Très bien ! transmets-lui, si tu ne l’as déjà fait, mes (nos) amitiés ! L’aimais beaucoup – cette petite – sans l’avoir jamais vue, mais sa tournure d’esprit était … rafraîchissante…

            1. Lark on the Wing

              Monseigneur !!!… même dans une détresse non pareille, l’explétif « Zut » fait province ! je ne saurais trop vous conseiller le « Rats » que les nobles lecteurs de « Peanuts » n’ont jamais oublié, et qui donne comme un tour classique, et classieux à la fois, à l’expression d’un désappointement aigu.

              Sur le fond, vous êtes trop pessimiste : au dernier recensement – je parle sous le contrôle de notre archiviste BM – nous étions 20, je crois. Ce qui est déjà beaucoup pour la Fâcheuxsphère….

              1. Lark on the Wing

                Evoluerais-tu, ô BM, vers le moelleux avachi d’un altruisme d’âge mûr ? le repos (terminal) de la guerrière ? reprends-toi, quoi !

                    1. Aristarkke

                      Pas besoin de lui coller un S. Il n’y en a qu’ un seul et c’est bien suffisant…
                      Quant à sa baisse de qualité qui suscite l’ émulation et la concurrence: l’ émollient effet du soleil des tropiques, des p’tites protégées, les vapeurs de panaché, celles de la Fourniaise, la vieillitude en marche, toussa

                    1. Pythagore

                      Val a probablement décidé de se mettre au i-yoga, et donc elle ne peut pas écrire right now. C’est le Val i-ooooommmmmm.

                  1. Val

                    @Calvin Val coulait des jours paisibles dans le sud Ouest avec tous les plaisirs de celle douce région, cela ne m’empêchait pas de lire vos calembours 😉

          1. Nyamba

            Aloha !
            Calvin a passé le message…
            Je suis touchée de tant de sollicitude !
            Mr. Hash, point de panique – vous êtes dans mon fil d’actualité FB, et je fais toujours partie de vos lecteurs… bien qu’avec moins d’assiduité (j’ai de la politique kiwi à suivre, sans compter celle, envahissante, des yanks… et enfin, en principe, une thèse à finir !)
            Chers amis hashtablonautes, si vous le souhaitez; vous pouvez obtenir mes coordonnées et c’est avec plaisir que je vous donnerai de plus amples nouvelles. Il est vrai que nos discussions, cher M. HB, me manquent !
            Je ne m’attarde pas plus, j’ai un long email à écrire à un certain garnement.
            Bises

            1. Aristarkke

              La traversée du canal de Suez après le virage de la Corne de l’ Afrique et ses pirates barbaresques n’ a pas été trop dure ???

    1. Azalee

      Idem pour moi: je suis blacklisté continuellement. Et, à vrai dire, même IRL. La solution: se taire. Et même en se taisant, ça ne suffit pas. Dernièrement encore: «Mais c’est quoi ton problème? Tu as un problème d’attitude.»… Mais, p*t**n, laissez-moi tranquille et laissez-moi gagner mon pain quotidien à la sueur de mon front tranquillement.

  11. MichelC

    No one should have that power.

    Que voulez-vous : cet abruti ne comprend pas ce qu’il dit. Sa maxime est à appliquer à lui-même.

    Cela va finir en Darknet.

  12. Gerldam

    Article important, à marquer d’une pierre blanche dans une série déjà légendaire, sinon proverbiale.
    Merci, Monsieur H de nous alerter sur le dessous de news que, bien évidemment, la presse aux ordres aura passé sous silence.

  13. Darth Ph11

    « Au début, ce sont les nazis qu’on empêche de parler, ensuite, ce sont ceux qui osent prôner un certain conservatisme, puis, pourquoi pas, ceux qui n’ont pas la bonne religion (le choix étant laissé, je le rappelle, aux bons soins du fournisseur d’infrastructure) ou la bonne orientation politique. »

    Et puis, certaines théories, certaines sciences subversives… (économie, climat, evopsy…)

    1. René-Pierre Samary

      … génétique des populations…
      Une fois l’encerclement terminé, il restera le colportage de nouvelles, de village en village, imprimé sur papier ordinaire, comme au bon vieux temps.
      Il y a aussi l’affichage public, genre dazibao.

    2. Pythagore

      « ce sont les nazis qu’on empêche de parler »

      Le plus amusant ou désolant est que les médias n’arrêtent pas d’en parler pour les empêcher de parler.
      Un peu comme le FN: c’est la bête immonde, on n’en veut pas, mais chaque homme politique se voit demander son positionnement par rapport au FN, et donc on en parle et on en parle encore.
      Au fond le système à besoin des bêtes immooonnnnndes pour avoir qq chose à dire et surtout qq chose de simple: le bien contre le mal, tout le monde comprend.

      L’habitude la plus efficace serait probablement de laisser vivre et ignorer totalement, ce qui probablement réduirait les extrêmes à peau de chagrin.

  14. Villon89

    Malheureusement, cela existe depuis longtemps : un commentaire n’allant pas dans le sens du vent sur n’importe quel média internet et vous voilà blacklisté à jamais. Essayez donc de mettre un avis discordant sur un site publicitaire vantant les mérites d’une marque…Les gentils community managers veillent !

  15. Mildred

    Et finalement, il s’appelle comment, au juste, le « déséquilibré » qui a foncé dans la pizzeria à Sept-Sorts, et n’a tué qu’une adolescente et blessé douze personnes ?

  16. albundy17

    Heureusement pour nous, Harlem Désir à été nommé « représentant pour la liberté des médias » à l’OSCE, donc on ne risque rien

    1. hoh hup

      je comprend pourquoi Laurence Haim c’et fait recaler pour le poste d’ambassadeur a l’onu.
      il y avait du monde au balcon pour les postes ambassadeur onusiens

  17. Higgins

    Pas trop le temps de commenter mais ce billet confiné à l’excellence. Bravo.
    Sinon, plus que Matrix, ce que nous vivons me fait plutôt penser au film Brazil.

      1. Aristarkke

        Il montre que l’internet est finalement un espace où la liberté revendiquée en permanence n’est en fait qu’en sursis et qu’elle ne tient qu’à peu de choses finalement assez rapidement restrictibles…

  18. cherea

    Lorsqu’un historien du net analysera le pourquoi de la chute de la maison Google ( oui je vais très vite en besogne) août 2017 pourrait être un bon point de départ, avec des signaux faibles: on peut donc mettre la censure suite à Charlottesville mais aussi le renvoi de cet ingénieur qui a diffusé un mémo où il exprimait librement ses opinions sur les femmes et la tech…

    1. Aristarkke

      « le renvoi de cet ingénieur qui a diffusé un mémo où il exprimait librement ses opinions sur les femmes et la tech… »
      Le PDG voulait des renseignements mais corrigés par sa grille de lecture.
      Bref, Henry Ford 2.0…

        1. Aristarkke

          Henry Ford avait coutume de dire que ses clients pouvaient choisir la couleur qu’ils voulaient pour leurs voitures en commande (nous sommes à l’époque de la Ford T – pas la T-bird).
          A condition que ce soit le noir…

              1. Pheldge

                « Pour ta pénitence, tu le liras trois fois ! » tu rigoles ? pour pareil blasphème, une crucifixion, exposée en plein soleil portugais* !

                * on le reconnait aux poils sous les aisselles …

              2. René-Pierre Samary

                Pour ma défense, je porte à la connaissance du jury mon journal de bord, je veux dire mon agenda, qui indique clairement que le vendredi 11 du mois d’août, j’étais à la barre de mon camion, entre Pierrelatte et Périgueux via Millau, et privé pour cette raison d’accès à l’internet. Le lendemain, je croisais entre Périgueux et Paris. Ce n’est qu’alors que j’ai pu lire les billets parus entretemps, trop rapidement pour accéder aux liens (au grand dommage de l’enrichissement de mes connaissances, sur un sujet pour moi importantissime).
                Si cette preuve ne suffit pas, je présenterai un témoin capital, l’avis de contravention pour excès de vitesse (très momentané) que je fis entre Millau et Périgueux.
                Je comprends l’indignation générale qui fait suite à mes manquements, et fais le voeu de renoncer à mes goûts douteux pour une période que Pheldge m’indiquera, dans sa grande bénévolence.

                1. albundy17

                  mdr, entre exces de vitesse et feux rouge (orange) RPS va bouffer des nouilles le mois prochain.

                  Sinon, il existe mainenant l’internet sur le téléphone, il se dépechent de fibrer partout avant que ce ne soit désuet

                  1. Aristarkke

                    Surtout que le recouvrement du PV sera impitoyable à son égard d’ expat!
                    Déjà qu’il y en a un pour une Audi qui ne pourra pas être encaissé à cause des Espagnols au sang chaud et trop pressés de conclure leur traque…

      1. AlainCo

        c’est gravissime et d’ailleurs ca va alimenter l’ultradroite planétaire comme preuve de leurs pires théories.

        c’est aussi un message aux employés qu’il y a des tabous chez Google, et ca va tueur leur créativité. La fin… lente mais certaine.

  19. Darth Ph11

    Des milliers de gens sont tués chaque année par les islamistes => peu de mobilisation des médias, des majors de l’internet, il faut lutter contre l’islamophobieuuuh

    1 ultragauchiste est tué par un néonazi => c’est le retour du III Reich 2.0, viiiiite, des lois liberticide, viiiiite de la censure, la beêêêêeteuuuuh imooooondeuuuh est de retouuuuur

  20. sam player

    « ….(et même l’équipe de développement de Tor, dans une certaine mesure)… »

    Ouais, affligeant, il faut absolument se positionner.

    Un commentaire récent du blog Tor :

    « What about the child pornographers, drug dealers and human trafficking? Seems these take a sideline for virtue signaling against the evil nazis. »

    Certains commentaires sont étonnant de la part d’utilisateurs d’un tel réseau, si vraiment ça en est.

  21. Calvin

    Article brillant, peu bisou (voire peu Charlie) et bien factuel.
    Quand les médias MainStream ont décidé, suite au Brexitrump, de pourchasser les fake news, j’avais déjà compris, du haut de mes 8 1ans,qu’ils allaient en fabriquer à la tonne.

  22. Calvin

    Je profite de ce billet pour remercier les syndicats et les agents de la RTM de m’avoir donné l’envie de ne plus prendre les transports en commun de Marseille.
    Ça m’a évité de me prendre la voiture d’un suprémaciste blanc réac en attendant dans un abribus de mon arrondissement.

    1. Le Gnôme

      Pourquoi utiliser un abribus quand il fait soleil, c’est pour s’abriter de la pluie, non ? Comme il ne pleut guère à Marseille, je propose la suppression des abribus.

      1. Calvin

        Pour se protéger de l’ombre.

        D’ailleurs, à Marseille, on ne roule ni à droite, ni à gauche, on roule à l’ombre.

        Ce qui augmente évidemment le nombre d’accidents de voiture (nombre qui n’est donc pas dû au pastis)…

        1. Bonsaï

          « Je profite de ce billet pour remercier les syndicats  »
          Vous aurez tous compris qu’ici Don Calvin envoie un petit message au boss de la maffia locale pour se faire bien voir…

        2. albundy17

          « on ne roule ni à droite, ni à gauche, on roule à l’ombre. »

          à propos, je viens de lire que tu as pépére flamby dans tes murs, il va grossir dans les restos avec son amoureuse et de bon copains qui sucent aussi de la subvention.

          Comment peut on aller bouffer au resto avec ce porc (à part jugnot et sa tête de beauf)

  23. Taisson

    Une fois de plus, la candeur de ceux qui sont pourtant pas trop bêtes me surprend…
    Comment peut on s’étonner que la galaxie web finisse par s’avouer « bien pensante » !
    Tous ceux qui « font » vivre, techniquement et par leur addiction, ce vecteur, sont tous d’une génération qui à baigné dans la propagande socio-bisounours du monde occidental…
    Ils voient des nazis partout, adorent tout ce qui n’est pas « de chez eux », et trouvent normal d’être haïs pour ce que leur grand père est supposé avoir commis comme crime…
    Ils sont tous dans un coma idéologique dépassé, et , en gros tout le monde est gentil, et pour ceux qui font les méchants, c’est à cause de la société..
    Sauf que, ce symptôme tragique ne semble pas encore exister dans les sociétés à fortes traditions, ou croyances…
    L’auto censure que ça provoque est bien pire que la vraie, puisque personne ne sait exactement ce qui à été censuré ou pas….
    Le plus étrange, c’est que cette censure, qui n’est en réalité qu’ un parti pris, ne se soit pas déclarée franchement plus tôt…
    Mais il suffisait de lire les « actualités » proposées par Google pour se rendre compte de la tendance…On se croirait sur France info !
    Méchant blancs, méchant Trump, méchants capitalistes multinational, méchant mâles oppresseurs, tous nazis, pollueurs et à éliminer…Car, bien sur ceux la sont méchants par définition et là, la société n’y est pour rien, pas d’excuses!
    Pas de salopard collabo de service pour dire qu’il s’agit d’ un cas psychiatrique !!
    Hé oui, internet n’est pas géré par des extraterrestres…Quelle découverte!

  24. Le Navigateur

    Le problème avec la censure c’est qu’au delà d’une certaine masse critique de morts sociaux ou de parias muselés sous les baillons de l’oppression, les mots ne servant plus à rien, on voit sortir de la paille les fusils, la mitraille, les grenades… comme dans la chanson.

    1. patatrac

      « au-delà d’une certaine masse critique ».

      Hélas, une société humaine ne se comporte pas comme un atome lourd, la masse critique de celle-ci est variable. La censure à l’échelle d’une population a bel et bien fonctionné (voyez l’Europe sur l’autre rive du Danube avant 1989), sans que fusils ou mitraille ne sortent de dessous de quel que fagot que ce soit. Et si jamais ils sortaient, quelques T55 émergeaient pour y mettre « bon ordre ». La réalité n’est pas une chanson, encore une fois hélas. Il me semble que l’idée d’un internet neutre et libre est aussi réaliste que « l’homme naturellement bon » de Rousseau.

      1. Pat

        En France, maintenant, la grande mode est de parler de « territoires », ce qui est très mauvais signe. Pour passer aux « réserves », il ne reste qu’un pas sémantique… Nos trotskistes ont bien travaillé !

        L’évolution du langage n’est souvent ni accidentelle, ni innocente. Les pauvres sont devenus des « exclus » parce que certains ont décidé que la société (à savoir les riches, les patrons, les bourgeois, etc.) était coupable de cet état de fait, et qu’en même temps, les pauvres n’étaient en aucune façon responsables de leur situation.

        1. Higgins

          « La perversion de la cité commence par la fraude des mots » dit Platon ou encore « Mal nommé les choses, c’est ajouter du malheur au monde » pour Camus.
          Un vieux billet (2013) de Contrepoints sur ce sujet: https://www.contrepoints.org/2013/08/31/136987-langage-perversion-mots d’où je tire ces sages paroles de Confucius d’une actualité confondante (et puis, quelle parole de Confucius n’est-elle pas empreinte de sagesse?): « Si les dénominations ne sont pas justes, si elles ne correspondent pas à la réalité, le langage est vide. Quand le langage est vide, l’action devient impossible, toutes les entreprises humaines se désintègrent, et il devient impossible et vain de les gérer ».

        2. Vassinhac

          C’est juste. Pour les « pauvres », je me demande si ce n’est pas aussi du fait que la propagande socialiste a besoin qu’une partie significative soit « pauvre » contre les « riches » (les pauvres sont des gens qui ont un appartement avec tout le confort moderne, mais pas forcément dans un quartier agréable, ou alors dans une petite ville / campagne) ; il faut alors un autre mot pour les « très-pauvres ». « Miséreux » étant passé de mode, on cherche autre chose.

          1. Aristarkke

            Hère pourrait convenir.
            Hélas, phonétiquement, c’est un désastre tant il peut être confondu avec d’autres mots (dans la demi-douzaine, amha rapide)

  25. Citoyen

    Bravo H16, en plein dans le mille !
    « Et si je dis « difficile à comprendre », c’est parce que ces décisions en cascade posent plusieurs problèmes. » …
    Le plus inquiétant, étant la rapidité de la cascade … qui laisse supposer, que s’il n’y a pas de connivence de fait, c’est qu’elle est le résultat d’une communauté de pensé … qui est peut être encore pire … La communauté du bien, n’a même plus besoin de signes de reconnaissance …
    Ils sont déjà nombreux à avoir emprunté le chemin d’Orwell, sans même en avoir conscience.

  26. Aurora

    Cette censure est idiote et contre-productive. On n’empêchera jamais les gens de penser et de communiquer entre eux différemment. Cette censure va non seulement les conforter dans leurs idées, mais en plus, on ne pourra plus les identifier, les localiser etc . Bravo.

  27. albundy17

    mdr, B est tellement terrorisé qu’elle nous les envoie par wagon

    rts.ch/play/tv/mise-au-point/video/train-fantome-chaque-nuit-des-trains-remplis-de-clandestins-traversent-la-suisse?id=2662982

    1. Mildred

      Cette histoire de « trains fantômes » qui traversent la Suisse de nuit, ça me rappelle quelque chose. J’ai rêvé, ou bien ?

  28. René-Pierre Samary

    Censure politiquement correcte, pignouferies ?
    C’est bien entendu. Trump est un imbécile, un naïf, un dangereux facho.
    J’attends avec impatience quelques compte-rendus objectifs (ça existe ?) sur le dénouement probable de la crise avec la Corée du Nord. Il semblerait qu’en tapant du poing sur la table, le crétin des Appalaches ait fait plier le dictateur asiatique, qui met les pouces.
    J’ai la vague impression que, in illo tempores, un Trump européen, face à un certain Monsieur H., aurait évité quelques mécomptes aux populations mondiales.
    Je ne doute pas que le NYT va consacrer un édito à ce sujet.

  29. Joe

    Bonjour,

    « L’exemple le plus illustre de ces cas de conscience nous est donné par l’homme même dont le génie militaire et la grandeur d’âme furent et sont restés la plus sûre gloire du sud, le grand homme de guerre sans doute des Etats-Unis, Robert E. Lee. Ce gentilhomme de Virginie courtois et cultivé, austère et chevaleresque, cet aristocrate puritain, soucieux de ses responsabilités plutôt que de ses privilèges, était convaincu que l’esclavage était un mal. Cet officier général, habitué dès l’enfance à servir sa patrie, n’admettait pas le droit des Etats à la briser (sa patrie). Ce n’est qu’après de longues hésitations qu’il renonça en conscience à désavouer sa famille, sa classe sociale, son pays natal, et qu’il se dévoua, corps et âme, à une cause en laquelle il ne croyait plus (l’esclavage). »
    Jean Canu, Histoire de la nation américaine, p.221.

    Ainsi, à rebours de ce que l’on nous répète, la guerre civile n’était pas juste une question d’esclave mais de pouvoir entre le sud et le nord. L’esclavage fût un instrument de discorde. Résumer la guerre de sécession à la question de l’esclavage c’est faire du révisionnisme.
    Montrer Lee comme le symbole des défenseurs de l’esclavagisme, c’est réviser l’histoire, c’est mentir … tant sur la personne que sur le contexte, l’Histoire, de la guerre de sécession.

    Cordialement,
    Joe.

    1. Aristarkke

      La cessation de l’esclavage est un motif noble et très présentable pour attester de la grandeur d’âme.
      Sûrement davantage que de vulgaires motifs financiers et de suprématie industrielle.
      Mais il est aussi estimé sérieuse comme raison que le Nord, protectionniste (fréquemment occupé à promouvoir des droits de douane pour tout et le reste), était dérangé par le Sud, bien plus libre-échangiste et ouvert sur le monde de l’époque.
      [Le coton du Sud passait pour faire partie de la meilleure qualité possible avec celui de l’Egypte et il alimentait les fileurs et tisserands anglais].

          1. Lark on the Wing

            Il y a quelques années, je parlais avec un vieil ami américain, natif de l’Alabama, et comme je mentionnais the « Civil War », il me repris aussitôt en me disant : no, the proper thing to say is « The War of Northern Aggression »…

            Et il ne plaisantait pas… mais de nos jours, je pense que l’on va mettre à l’index tous les films qui présentent le Sud sous un jour favorable, en commençant par le classique « Birth of a Nation » de Griffith, mais aussi « Gone with the wind », « the Undefeated » et autres…*

            Et comme littérature, tout Faulkner, n’est-ce pas, malgré son Prix Nobel… lui qui interrogé sur le « problème noir dans le sud de l’Amérique » répondit « Dans trois cents ans, ils seront à notre niveau, et la guerre des races sera terminée, pas avant » (Le Monde, Dossiers et documents, no 407,‎ avril 2011, p. 15)…

            * à propos de Griffith, il est ironique que son autre grand film porte le titre « Intolerance »….

            1. patatrac

              Réduire Faulkner à cette maxime est très curieux voire même inquiétant, plutôt étonnant de votre part. Il n’y a rien dans son oeuvre, gigantesque par sa qualité et par quantité aussi, qui ferait de lui un paria. Si un tel gars, buveur s’il en est, refuse un dîner à la maison blanche, alors pour une journaliste du Monde, bien évidement il sera à jeûn, cravate nouée et pèsera ses mots.

              1. Lark on the Wing

                @Patatrac : il est patent que le Vieux Sud est maintenant honni par les bien-pensants. Faulkner, quels que soient ses mérites littéraires en était une représentation emblématique, et cette citation, indépendamment de tout ce qui transparaît dans ses romans, ne peut que contribuer à un ostracisme militant envers lui…

                Et puis, hein, franchement, qu’un de ses héros puisse se prénommer Bayard….
                D’autant qu’avec un Bardèche et son « Sparte et les Sudistes » (allez donc lire l’extrait de 15 pages dans fboizard.blogspot.fr/2011/11/sparte-et-les-sudistes-m-
                bardeche.html

                ou presque pis, Venner, avec « Le blanc soleil des vaincus », affreux… hein, le Sud n’a que ce qu’il mérite….
                via-romana.fr/histoire/220-le-blanc-soleil-des-vaincus-9782372710220.html

    2. Royaumont

      L’esclavage n’a pas joué un rôle majeur dans le déclenchement de la guerre de sécession. Cela a beaucoup servi, et avec succès, dans la propagande du nord, mais ce n’est pas une raison du conflit. Le nord était le premier bénéficiaire du système de l’esclavage, puisque c’est lui qui fournissait les négociants et les industries de transformation des matière première agricoles du sud. De fait, si l’esclavage n’avait pas cours dans le nord, porter assistance à un esclave en fuite était sévèrement réprimé, par la confiscation de tous les biens, entre autre. (cf la dernière fugitive de Tracy Chevalier).
      Les raisons du conflits sont multiples. Le nord se comportait vis-à-vis du sud pratiquement comme une puissance coloniale, ce qui était mal supporté. De plus, le sud voyait les états-unis comme une confédération, dont chaque état était libre de partir à son gré. Cette conception de l’état n’était pas part&gé par le nord, qui voulait une union plus contraignante.
      Enfin, le sud était beaucoup plus tourné vers l’export et avait une conception beaucoup plus libérale (malgré l’esclavage…) que le nord protectionniste et isolationniste.
      Les banquiers new-yorkais entendaient imposer leur suprématie par la force tout en donnant des leçons de morale. Plus ça change…

  30. Jibay

    Je ne suis malheureusement pas totalement convaincu par l’article pour deux raisons.

    1. La « neutralité » du Web n’est ni un principe ni un objectif sain, ce qui d’ailleurs a été rappelé dans ces colonnes il me semble. Le droit de propriété prime et le propriétaire peut tout à fait expulser ou ne pas tolérer ce qui se passe dans son jardin. Libre à des prestataires concurrents d’être plus ouverts s’ils le souhaitent, le consommateur tranche.

    2. Il n’y a ni censure ni atteinte à la liberté d’expression ici. Ces deux plaies sont obligatoirement étatiques puisqu’elles supposent une interdiction et une sanction en amont. En réalité, nous pouvons dénoncer des entreprises couardes et à courte vue et nous pouvons les boycotter ou les concurrencer mais la rupture de contrat dont il est question n’est jamais qu’une question de justice contractuelle : avaient-ils raison de résilier ? Les conditions de la résiliation sont-elles abusives ?
    En définitive, à défaut d’internet, les néos trucs et autres peuvent toujours beugler dans leur mégaphone.

    Sous cette remarque, oui, il est exact que la société dans son ensemble devient plus fermée et que les acteurs économiques, par intérêt, s’alignent sur des pratiques plus que douteuses. A eux de leur opposer une concurrence qui assume le fait d’accueillir leurs propres opinions.
    Si un tiers veut créer un service en ce sens et accepte de leur rendre ce service, tant mieux pour lui !

    1. Vous confondez « neutralité du web » et « neutralité des gestionnaires d’infrastructure ».

      La première n’est pas défendable puisqu’elle revient à forcer les fournisseurs à distribuer un contenu indépendamment de la charge technique et financière qu’elle leur fait subir. La seconde correspond à un impératif légal (comme rappelé dans le billet) pour éviter les poursuites (effectivement : avaient-ils raison le droit de résilier ?) et ne porte pas du tout sur l’imposition (par la loi) d’un niveau de service à un fournisseur.

      Enfin, je comprends très bien que l’usage du mot « censure » est certainement un abus dans le cas qui nous occupe (celui de filtrage actif pourrait convenir), mais relisez bien le billet : il s’agit bien d’avertir la pratique, de la dénoncer et d’encourager à trouver des alternatives (créer/utiliser des plateformes « mieux disantes », former des groupes de pression de consommateurs pour obtenir la neutralité des infras, etc…), rien d’autre.

        1. albundy17

          « poser un bordel simple d’utilisation et technologiquement alternatif. »

          pas compris, c’est bien le texte pour les injures de tout bords ?

          Quel rapport avec la technologie alternative ??

          1. Joe

            Albundy, veuillez accepter mes excuses, je n’ai pas été clair:

            je voulais dire qu’il va être compliqué de concevoir et de mettre en production une application, un service, web et/ou mobile, qui utiliserai une quelconque technologie pour justement ne pas héberger le contenu chez un hébergeur, qui peut être préssuré par la politique, tout en étant facile d’accès pour l’internaute lambda.

            Car cette nouvelle loi dit que même si vous hébergez un contenu, héberger au sens de permettre l’accès, même si c’est de manière privé, c’est vous – issu de votre bouche, la bouche étant le premier hébergeur de l’expression de la pensée – alors vous êtes condamnable.

            Cela va devenir très difficile de ne pas subir des pressions politiques et d’offrir un services permettant une grande – total étant un terme par défaut exclu – liberté d’expression et ce, au plus grand nombre de citoyens/utilisateurs.

            1. albundy17

              « veuillez accepter mes excuses »

              acceptées. :mrgreen:

              Merci, je n’en avais pas vu la portée, c’est vraiment bien ficelé, ou inconscient

            2. Pythagore

              « une quelconque technologie pour justement ne pas héberger le contenu chez un hébergeur »

              Ceci se fait déjà avec l’échange de contenu par peer-to-peer. Le contenu est distribué sur des ordi privés.
              Si les hébergeurs commencent à refuser certains contenus légaux mais jugés dérangeant, il est fort à parier qu’il se développera des systemes de serveurs distribués permettant de diffuser du contenu sans passer par les hébergeurs. Les serveurs « farms » existent déjà, ce seront des PC privés mis en réseau pour héberger un site plutôt que les serveurs d’une entreprise.

              1. Joe

                Cette loi fait que depuis peu votre ordinateur est traité comme un espace publique, dans le sens ou une pensée libre de tout droit car simple expression de votre personne mais via p2p peut être pénalisé: votre ordi n’est pas une extension du domaine privé mais l’inverse, l’extension du domaine publique.
                Bref.

                    1. Joe

                      bah franchement à ce point de sucrerie, ce n’est plus une gâteries lambda, c’est un kinker boueno juridique anti internet ..

                      mais enfin, nous sommes au pays de la liberté, très modérée, d’expression.

                      Pays des droits de l’homme, oui, mais pas trop.
                      Pays de la censure, oui, mais pas assez.

                      Pays, donc, qui tend à être ni de la liberté ni de la censure,
                      mais des deux, donc de la censure avant tout.

                    2. albundy17

                      « Pays de la censure, oui, mais pas assez. »

                      Je crois bien avoir lu que la france est numéro 1 mondial des requetes d’effacement sur twetos et fessebook, c’est un bon début

                1. Pheldge

                  merci de lire, en suivant avec le doigt si nécessaire, les exemples donnés dans le lien ci-dessous 🙂
                  francaisfacile.com/forum/lire.php?num=7&msg=25181&titre=publique+ou+public%3F

        2. robert

          La question de cette loi est de savoir si non_public =? privé

          C’est le cas si et seulement si privé est entièrement inclus dans non_public et non_public est entièrement inclus dans privé.

          Par contre si cela est laissé à l’appréciation des juges, alors vous avez raison sans qu’aucune démonstration ne soit nécéssaire!

  31. albundy17

    lol,

    20minutes.fr/nantes/2119791-20170822-nantes-couple-retraites-mis-porte-squatteurs

    Il y a je ne sais plus qui, ancien banquier (US) de haut vol *, qui a récemment émis une opinion sur la suite des evenements, il pense qu’il verra la fin de la propriété privée avant la fin de sa vie.

    On dit que les states on toujours dix ans d’avance sur la france, je m’inscris en faux, pas dans tout les domaines, merde, quoi !

    *: comme tu veux

    1. Aristarkke

      Il doit se trouver de belles équipes d’ activistes de gauche extrême dans ce secteur de Bretagne parce qu’il me semble qu’il y a déjà ce type d’affaires dans cette bonne (ça dépend pour qui) ville de Nantes. Même que Monseigneur lui aurait consacré une homélie (ou un morceau d’icelle).

  32. Dr Slump

    Bref, c’est tout de même très intéressant que les médias en général, et Internet en particulier, supposé à l’origine être un espace de liberté, deviennent finalement des instruments de tyrannie.

    Partout où il y a de l’homme, il y a de l’hommerie. Mettez des hommes dans un paradis de liberté, de responsabilité et de respect mutuel, il y en aura toujours pour y construire un goulag, et en plus au nom de cette liberté!

    J’ai la funeste impression que les espaces de liberté se réduisent de plus en plus partout sur terre. Ou peut-être que je lis trop h16.

    1. albundy17

      Tu es négatif slump, des espaces de libertés totale existent partout, par contre il faut savoir pecher, chasser, faire des bougies, enfin tout ça quoi. 😀

  33. bloguser666

    Bah, c’est pas très grave, au contraire, ça va faire bouger les lignes.
    Çà permet déjà de bien identifier les lèche-c#ls.
    Le prochain chantier, et il est en cours, c’est la décentralisation du web, il y a déjà des tentatives. Hashouillet avait fait un papier sur openbazaar, c’est l’idéel mais pas suffisant, il manquait des trucs.
    Le protocole TCP/IP est par conception décentralisée, mais l’architecture, les investissements et le fait que l’individu lambda est incapable de se repérer avec des chiffres ont généré un web centralisé.
    C’est le saint Graal en cours, virer les DNS, les hébergeurs et les fournisseurs d’accès, et …. techniquement c’est possible, cela a déjà été réalisé avec le peer-2-peer et les cryptomonnaies, alors si on a réussi à décentralisé le pognon, le reste sera un jeux d’enfant !
    La suite … bientôt dans votre pc !

  34. Val

    Le Web est censuré . C est une rupture en effet, cela veut dire que le Web est devenu un média comme les autres. Rip Web libre c était cool. Bon j attends désormais le média suivant .

    1. Joe

      Val, je crois que le vrai média ( la forme ) n’est pas le support mais celui qui l’utilise ( le fond ),
      ainsi, le media suivant c’est nous. Qu’importe la technologie, le media authentique c’est l’être humain qui s’exprime, et c’est cela qui est attaqué lorsque personne ne tend à garantir la neutralité du web.

      Pas de neutralité = pénaliser les utilisateurs, quelqu’ils soient, quelqu’ils fussent et quelqu’ils seront.

      1. Joe

        L’enjeux n’est pas la haine d’autrui,
        l’enjeux est la libre expression de soi.

        La neutralité du web se résume à ça: avoir le droit, de manière égoiste, d’avoir le droit, donc de pouvoir, exprimer une vue d’esprit qui nous est propre.

        Cette vue d’esprit n’est que l’expression de notre identité propre. C’est égoiste mais c’est légitime psychologiquement parlant; ce n’est que l’expression de ce que nous sommes.
        La neutralité du web est si, tant, importante qu’elle n’est point l’expression de tous mais de chacun. C’est la liberté de tous et, à la fois, l’expression de chacun.
        Cette neutralité est en faite notre capacité, demain, à juste pouvoir être. Celui qui ne le comprend pas alors ne doit jamais se permettre de blogger ou de commenter car s’il ne la défend pas, il la combat.

        Il y deux types de personnes: ceux qui vivent et qui sont morts. Il y a la liberté de vivre, donc d’être, donc de s’exprimer et il a ceux qui sont déjà mort. Ces derniers veulent que l’on les suivent. Je trouve ça injuste, je trouve ça génocidaire.
        Voilà le vrai combat de la neutralité du web et de la liberté d’expression.

      2. Val

        D’accord avec vous Joe. Je crois que vous vous méprenez sur mon propos. Mon point était de dire que dès qu’un média atteint une certaine côte popularité, il est regardé par les dirigeants, il passe au dessus des radars et il est contrôlé, manipulé, censuré, lissé. Internet est utilisé par tout un chacun à présent, la censure est la classique rançon de son succès, le vide des contenus suivra. Il va falloir changer de crémerie pour trouver du contenu, de l’originalité, du fun.

Laisser un commentaire