[Redite] Cet entêtant parfum de milices

Billet initialement paru le 07.09.2016

Il y a deux ans, je me demandais combien de temps on pourrait assurer le retour du calme, de l’ordre et du respect de la loi dans certaines parties de la République du Bisounoursland. En effet, à voir l’accumulation de faits divers de plus en plus violents, on était en droit de s’interroger sur l’avenir à ce sujet. Deux ans plus tard, au vu des fusillades régulières et cadencées sur tout le territoire, au vu de la petite et de la grande délinquance qui ne faiblit pas, la question reste posée et la réponse semble se faire tous les jours plus précise : l’État a démissionné, la sécurité n’est plus à sa portée. Le temps des milices approche-t-il ?

Dans un précédent billet, j’évoquais le cas intéressant de la communauté asiatique d’Aubervilliers, confrontée à une augmentation dramatique des agressions envers ses membres. J’en venais à me demander quand, exactement, cette communauté en serait réduite à faire sa police elle-même. Cela n’a pas traîné.

Il faut dire que les récents événements n’ont pas permis aux tensions de se calmer : victime le 7 août dernier d’une agression par trois hommes, Chaolin Zhang, un couturier de 49 ans d’Aubervilliers se fait rouer de coups et finit par décéder de ses blessures cinq jours plus tard. Les agresseurs finissent par être retrouvés fin août, mais, au grand dam de la communauté asiatique locale, la circonstance aggravante de racisme ne sera pas retenue contre eux. Il semble en effet que si les petites gouapes ont agressé ce couturier, c’était essentiellement à cause d’un préjugé (« On entend souvent dire que les Chinois ont beaucoup d’argent » selon les déclarations d’une des raclures) et non par racisme.

On sera donc peut-être soulagé d’apprendre que la communauté asiatique d’Aubervilliers n’est pas victime de racisme mais d’un simple malentendu basé sur un préjugé. Soulagé ou pas, il n’en reste pas moins que le nombre de violences dont elle fait l’objet n’a pas diminué et que ses membres commencent à trouver le temps un peu long entre leurs plaintes, multiples et de plus en plus fréquentes (105 plaintes depuis le début de l’année, soit le triple de l’année dernière), et l’action ferme et nécessaire de la police. Apparemment, l’inaction étant plus facilement du côté de l’État que du côté de ceux qui le payent chèrement, il semblait inévitable qu’à un moment ou un autre, les Asiatiques d’Aubervilliers s’organisent pour mettre fin au problème.

self defense pro tip

Parce qu’après tout, la violence ne peut dit-on entraîner que la violence, la communauté a donc décidé d’organiser une manifestation pacifique, calme et sans cramer de voitures ou péter les vitres d’un hôpital, dans les rues de Paris, pour rappeler les autorités à leurs devoirs (notamment celui d’assurer la sécurité de ceux qui payent leurs salaires).

C’est donc sans mal qu’ils se sont retrouvés à plus de 15.000 place de la République (ce qui fait toujours nettement plus que le nombre de pelés et autres blobs invertébrés de Nuit De Boue sévissant régulièrement sur la même place), pour dénoncer le « racisme anti-asiatique ». «Sécurité pour tous», le collectif qui a organisé cette manifestation, en a profité pour dénoncer le climat de peur et d’insécurité qui règne à Aubervilliers (en effet, le couturier n’est pas mort d’un sentiment d’insécurité), et a mis en cause les autorités qui ont «préféré fermer les yeux sur cette délinquance grandissante» parce que les «Asiatiques constituent la cible principales de ces agresseurs». Le collectif réclame notamment des effectifs policiers supplémentaires, des caméras de surveillance et la reconnaissance du racisme anti-asiatique, espérant sans doute ameuter l’une ou l’autre association lucrative sans but habituellement friandes de ce genre de démonstrations anti-racisme.

Manque de pot, aucune de ces associations n’aura fait le déplacement. Oh, quelques figures éparses de certaines de ces associations étaient là, mais même les journalistes conscientisés du Monde sont obligés de reconnaître que le service des gardiennes de l’antiracisme de combat fut minimal. Peut-être avaient-elle un agenda chargé à poursuivre en justice les maires pour leurs arrêtés anti-burkini ? Peut-être étaient-elles trop occupées à poursuivre certains politiciens qui ont eu le toupet de tenir des propos en tout point comparables à ceux d’un Charles De Gaulle poussiéreux ? En tout cas, elles n’avaient pas jugé nécessaire de venir assister à la manifestation des Asiatiques d’Aubervilliers, d’autant que cette communauté a le mauvais goût de se faire sans arrêt agresser par une population vraiment pas assez blanche pour rentrer dans les critères de déclenchement d’une action médiatique de leur part.

méchante méchante légitime défense

Parallèlement, et parce que la violence, parfois, ça défoule, certains membres de cette communauté maltraitée se sont organisés pour tenter de mettre fin au problème par leurs propres moyens. Nous sommes en France, et malheureusement, toute tentative de mise en concurrence de l’État par des services civiques, citoyens ou seulement privés se soldera par un ferme rappel de la loi bien évidemment assorti de prison : le 29 avril dernier, vers 2 heures du matin, à La Courneuve, sept membres de la communauté chinoise de la Courneuve ont passé à tabac et donné trois coups de couteau un homme qui s’apprêtait à dépouiller l’un des leurs. Tout en tenant en respect leur victime, ils vont appeler la police et, comme de bien entendu, passeront quarante-huit heures en garde à vue. Le fait que l’agresseur agressé ait un casier déjà fourni n’y change rien, pas plus le fait que les agressés agresseurs soient des commerçants de La Courneuve, pères de famille, tous inconnus de la justice.

Force doit rester à la loi, surtout quand les coupables sont faciles à choper, tranquilles et solvables.

Il n’en reste pas moins qu’on sent comme une petite envie d’en découdre monter doucement de la part de ces personnes qui ne font, finalement, que constater la faillite complète de l’État à remplir ses missions.

Faillite lamentable qu’on retrouve de surcroît un peu plus au Nord, du côté de Calais, et que de récents événements viennent illustrer de façon de plus en plus vigoureuse : l’extension progressive du camp accroît les tensions entre les habitants et les migrants et, de plus en plus souvent, avec les automobilistes et autres chauffeurs qui passent à proximité. La « jungle » locale est devenue une zone où les lois républicaines, des plus normales aux plus idiotes, sont allègrement oubliées au détriment de ceux qui vivent en périphérie et à qui, de facto, la facture est finalement adressée. Pas étonnant, dès lors, que des actions soient menées par les routiers et les commerçants excédés de se retrouver à payer pour un État qui, encore une fois, ne fait pas son travail.

Comme souvent, la presse refusera, jusqu’au dernier moment, de poser un diagnostic lucide sur la faillite pourtant évidente des pouvoir publics. Pourtant, le schéma est décidément toujours le même : l’État, impécunieux et jean-foutre, laisse s’enkyster des situations de plus en plus problématiques en profitant habilement du fait que les populations victimes de son incurie sont particulièrement paisibles, discrètes, solvables et obéissantes. Petit-à-petit, les tensions montent malgré tout jusqu’au moment où des rixes éclatent, des règlements de compte interviennent, des actions de force se mettent en place.

Pour le moment, tant à Calais qu’à Aubervilliers, il est encore possible d’espérer un retour de la loi et de l’ordre. Pour le moment.

J'accepte les BCH !

qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires28

  1. Le Gnôme

    « Pour le moment, tant à Calais qu’à Aubervilliers, il est encore possible d’espérer un retour de la loi et de l’ordre. »

    Il faut bien avouer que la situation ne s’est pas améliorée depuis deux ans, nonobstant le changement de président, de ministre de l’intérieur et de la justice.

    Les Chinois se font même attaquer en débarquant de l’avion, ça fait quelque chose à raconter en rentrant au pays, c’est plus vivant que la visite de Versailles ou du Musée Beaubourg.

    Il serait souhaitable que la mairie de Paris organise des visites dans le XVIIIe ou porte de la Chapelle, les touristes pourront constater que la cour des miracles narrée par Totor dans Notre-Dame de Paris n’est pas disparue, et qu’ils peuvent en profiter…après avoir signé une décharge, bien entendu.

  2. René-Pierre Samary

    Espérons, espérons… Mais la faillite de l’État à remplir sa mission sécuritaire est aussi inéluctable que sa faillite économique, pour des raisons similaires.
    Du côté économique, un nombre de non-producteurs tel que les producteurs baissent les bras. Du côté de la délinquance, un nombre de malfaiteurs tel que les forces de l’ordre ne savent plus ou donner de la tête, et deviennent inefficaces.
    Je simplifie grossièrement, bien sûr.
    Cela dit, si mes fidèles lecteurs et lecteuses veulent connaître le rapport entre Jérôme Bosch, un os en plastique et le cinéma porno, ils peuvent toujours l’apprendre chez moi, où se trouvent des questions et des réponses… et des citations.

    1. theo31

      Les forces de l’ordre préfèrent racketter la population au bord des routes qu’assurer un minium sa protection comme l’atteste le nombre d’affaires non résolues multiplié par au moins 30 en un siècle.

      Si l’institution connaît les mêmes problèmes de recrutement que l’Ednat socialiste, ça promet d’être rock’n’roll.

    2. Gosseyn

      Appeler faillite un choix politique socialisant est peut être discutable. La semaine passée un père et deux de ses amis a retrouvé les agresseurs de son fils et les a ramenés au poste de police.
      Les agresseurs ont été aussitôt relâchés et c’est le père qui a fait ses 48 h de GAV !
      Or, c’est la loi qui autorise cette démarche. Mais c’est celui qui l’a appliquée qui s’est retrouvé en cellule, alors qu’il n’allait pas disparaître dans la nature.
      Et, s’il s’agit d’une  »mesure de protection », c’est à la pègre qu’elle s’est alors appliquée.
      Le message est donc clair : Vous voulez vous défendre ? Attendez-vous à de la rétorsion de la part des forces de l’ordre socialisant, puis des juges du mur des cons qui vous feront la leçon :  »pas touche au gibier de potence qui fait notre gagne-pain » (et bénéficie de notre politique) !
      Le tout à vos frais, bien entendu…
      Je franchis le pas de cette évidente provocation : si le climat politique dégénère -entre autres de ce fait- et que des gens veulent se défendre, dans les endroits sensible, par exemple, tout est médiatiquement prêt pour hurler au retour du fascisme et des milices, forcément d’extrême-droite !
      Si possible avant les élections …
      Non compris le fait que la caste bourgeoise au pouvoir lancera alors dans la mêlée ses milices  »antifas », elles intouchables (comme la police et les juges à sa botte), afin de corser le menu.
      Avec à ce menu LHLPSDNH relayées en boucle pour dissuader quiconque de persister à défendre sa liberté, voire sa peau dans certains quartiers …
      Bref, une démocratie sauce trotskiste dans un pays corrompu jusqu’à l’os !

  3. Calvin

    Le seul à avoir compris, c’est Macron.
    Il a embauché son service d’ordre spécial, bien armé, avec des prérogatives étenduees, en la personne d’Alexandre B.
    Il s’est fait rappelé à l’ordre par la meute médiatique.

  4. Citoyen

    Eh oui H16, quand l’état n’assure plus les missions pour lesquelles les contribuables le paient grassement, il arrive qu’ici ou là, excédée, et par nécessite, la population ait l’envie de se substituer à cet état défaillant pour assurer elle-même ces missions, qu’elle paie bien cher pour un service déplorable … Il est vrai que le racket sur la route est beaucoup plus facile à organiser, moins risqué, et surtout plus rentable …. ceci pouvant expliquer cela (les manquements ailleurs), puisqu’il faut mobiliser des ressources pour ce faire …
    Mais comme de surcroit, ce même état en décomposition avancée, est devenu l’ennemi de la population, en criminalisant ceux qui veulent assurer eux-mêmes ses missions d’elle paie et qu’il est incapable d’assurer, il y a lieu de le faire avec grande discrétion … cela, au moins pour le temps nécessaire, à ce que cette population ne finisse par reverser cet état, qui non seulement ne lui sert à rien, mais est devenu son ennemi, lui coutant très cher de surcroit ….

    1. Citoyen

      Oups, des boulettes se sont glissées dans le texte …
      Ce n’est pas « d’elle » qu’il faut lire, mais missions « qu’elle » paie.
      Et « renverser », c’est mieux que « reverser ».

  5. Pythagore

    C’est que la communauté chinoise, forte de quelques expériences au pays ne doit pas bcp supporter la gauche et les assoces. Des mauvais immigrés. Du coup pas de support des assoces.

  6. Stéphane B

    Pas partout ! J’ai quitté la région toulousaine il y a un mois pour la Bretagne, dans le 22. J’ai une étrange sensation de paix, de calme, de zénitude. Là ou je suis, inutile d’attacher le vélo pour aller à la boulangerie alors qu’avant au bout de deux minutes, il se serait en-volé. Lorsque je me déplace à vélo sur la route, et que celle-ci est étroite, je suis zen. Les gens respectent les cyclistes et attendent pour doubler. Je n’ai plus cette haine, cette peur de l’autre de me faire agresser pour un oui ou un non. Je me demande même parfois si je suis toujours en fRance, mais cela les impôts me le rappellent.

      1. Stéphane B

        Suis béarnais à la base, mais j’ai suivi madame. Et oui, je sais malheureusement que Paris va nous envoyer de nouveaux compagnons. Au moins, ils comprendront ce que c’est (je parle des locaux d’ici) et arrêteront, je l’espère, leur béni oui oui, leurs bisounourseries

        1. Higgins

          Pourtant, que la Bretagne est belle
          Comment peut-on s’imaginer
          En voyant un vol de mouettes
          Qu’un pétrolier s’est échoué

          Jean Ferrec

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.