L’hystérie climatique continue

En ce début de mois d’octobre 2018, cela fait maintenant plus de 30 ans que les rapports du GIEC (ce fameux Groupe d’Experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, fondé en 1988) se succèdent et se ressemblent. Si les premières parutions n’ont eu qu’une médiatisation feutrée, la récupération politique que ces rapports autorisaient a ensuite largement permis d’en catastrophiser progressivement le discours pour aboutir à l’actuelle tempête médiatique que chaque nouvelle édition entraîne immanquablement.

Cette année ne déroge pas à la règle : dans un véritable ouragan d’articles, de notules et de petites vidéos acidulées, ce dernier rapport a été amplement repris par une presse toute acquise aux thèses du GIEC, avec cette impartialité, cette pondération et la nécessaire distance qui caractérisent son extraordinaire qualité de travail jusqu’à présent (sur ce sujet et tant d’autres).

Que voulez-vous : l’heure est gravissime, bien plus qu’hier et bien sûr bien moins que demain.

Tout le monde sait que la Terre, dont la température idéale est évidemment celle qu’on lui connaît actuellement ou à peu près, a une fâcheuse tendance à se réchauffer, que ce n’est absolument pas désirable en aucune façon, et tout le monde sait aussi que c’est la faute de l’Homme (de préférence occidental, blanc et mâle). Dès lors, dans une vague de concrétisation pragmatique terriblement palpable, il est impératif et obligatoire de manœuvrer pour redresser la barre, changer de direction, faire des efforts et agir pour le climat grâce à une prise de conscience forte, des taxations musclées, des interdictions nombreuses et de spectre large, des mouvements de bras et des bougies parfumées.

On y adjoindra des éoliennes de faible impact écologique et de rendement dodu, des panneaux photovoltaïques bons pour l’environnement qui produisent une électricité abondante au moment où on en a le plus besoin et des milliers (milliards ?) de vélos aux couleurs chatoyantes qui pousseront naturellement les uns et les autres à pédaler plutôt que cramer bêtement du pétrole pour se déplacer.

Malheureusement, malgré ces évidences, malgré l’incessant rappel de la réalité pure, dure, palpable, malgré tous les notules, les articulets, les pamphlets et autres déclarations enflammées des journalistes, des politiciens, des philosophes-sociologues-artistes et autres célébrités, des oppositions existent : des gens, méchants sceptiques, continuent malgré tout de nier.

Ces individus honteux, ces « connards » comme disait jadis Nathalie Kosciusko-Morizet, n’hésitent pas à nier tout, n’importe quoi, avec méchanceté et obstination et vont jusqu’à récolter des faits pour alimenter leurs dénégations.

Pourtant, tout le monde sait que les ours polaires sont en danger extrême, eux qui sont passés d’une grosse population de 5.000 individus en 1950 à une petite poignée de 20.000 ours en 2012 (et le comptage en cours actuellement pourrait aboutir à une dégringolade catastrophique autour de 27.000 à 32.000 ours polaires).

Pourtant, tout le monde sait que la Terre perd chaque jour des milliards d’hectares de forêts et que non, non, elle ne verdit pas voyons enfin.

Pourtant, tout le monde sait que les catastrophes naturelles font évidemment des victimes de plus en plus nombreuses puisqu’on est passé de seulement 210.000 en 1950 à presque 70.000 en 2010 soit une baisse de 67% en 60 ans (alors que la population mondiale a triplé) ce qui est le signe clair que la situation empire, n’est-ce pas.

Et quand bien même le rapport du GIEC de 2014 indiquait qu’il n’y a pas eu d’augmentation de tempêtes, de tornades, d’inondations ou de sécheresse depuis 30 ans, il est impossible de nier que les catastrophes climatiques sont toujours plus coûteuses puisqu’en rapport avec le PIB mondial et depuis 1990, les pertes économiques liées aux catastrophes naturelles ont diminué de 17% ! C’est scandaleux !

Devant ces évidences pourtant évidentes, ces dangers toujours plus prégnants, la liste des hystéries réchauffistes actions conscientisées s’agrandit heureusement chaque jour.

Et chaque jour de nouvelles propositions déboulent grâce au travail acharné de citoyens qui osent regarder en face la Vérité Vraie, qui n’hésiteront pas à expliquer puis imposer aux autres une façon de vivre enfin compatible avec Gaïa, la Nature et leurs exigences.

Ainsi, il faut en finir avec le nucléaire dans un premier temps, puis les autres formes d’énergies polluantes ensuite, et – comme toute production d’énergie est intrinsèquement polluante – retourner enfin à une production raisonnable et douce d’énergie responsable, écologique et en rapport avec nos vrais besoins. Il est temps : alors même que la France est dans le peloton de tête des pays les moins polluants, elle n’a toujours pas réussi à tenir ses engagements au Traité de Paris, alpha et oméga de ce qu’il convient de faire pour sauver la planète.

Ainsi, il faut arrêter de se déplacer. Il faut mettre un terme à ces dépenses énergétiques de confort comme prendre l’avion pour visiter des pays étrangers. Comme l’explique très bien la vidéo ci-dessous, autoriser la plèbe à se déplacer à Barcelone pour 19€ seulement, ça ne doit plus exister : chacun à sa place et que plus personne ne bouge (ou alors, seulement en bateaux affrétés par des organisations humanitaires).

Mais surtout, il faut en finir avec cette reproduction effrénée ! On l’a dit, on l’a répété : tous les ans, l’Humanité creuse sa dette écologique. La Terre s’endette (auprès de Mars et Jupiter) et à l’évidence, à un moment, nos bailleurs de fonds vont dire stop. Dès lors, produire du lardon comme d’autres des saucisses industrielles, ça ne peut pas fonctionner.

L’Agence Fausse Presse l’a d’ailleurs exprimé dans un tweet sans ambiguïté : changer une ampoule à filament sans métaux lourds par une ampoule basse consommation pleine d’halogènes et de métaux lourds, ça aide, mais ce qui roxxe vraiment en matière de climat, c’est d’avoir « un enfant en moins ». Si vous en avez en trop, consultez donc Véronique Courjault et Darty pour vous occuper des surnuméraires, le tarif pénitentiaire est en promo actuellement.

Logiquement, l’étape suivante consistera à proposer de ne plus procréer du tout, voire d’en empêcher nos ados quelque peu fornicateurs (il faut bien le dire). L’agenda progressiste, qui passait il y a quelques années par « Le Mariage Pour Tous » semble maintenant se diriger vers « La Vasectomie Pour Tous », dans une joie et un bonheur sagement microdosés pour éviter toute pollution.

On le dit, on le répète, on le filme même avec une niaiserie et une componction qui rend toute caricature inutile comme on peut le voir ci-dessous : nous allons tous mourir, c’est inévitable. Euthanasie, suicide, vasectomie, choisissez, mais vite.

Il importera cependant de ne surtout pas se rappeler le chemin étroit qui ne sent pas la noisette, parsemé d’embûches, de vilénies, d’erreurs grossières, d’hystéries ridicules, de prédictions foireuses qui fut parcouru pour en arriver à cet immense tsunami d’approximations climatiques catastrophistes et catastrophiques.

On oubliera bien vite toutes ces îles qui, il y a 20 ans, étaient condamnées à une noyade certaine. D’ailleurs, l’ONU a fait le nécessaire pour effacer toutes ses prévisions bien proprement. On se demande pourquoi.

De même qu’on essaiera de comprendre pourquoi les neiges montagneuses (même de l’Himalaya), destinées à fondre, n’ont pas fondu ou pourquoi la recrudescence des ouragans ne se retrouve toujours pas dans les statistiques, à tel point que le GIEC a été obligé de faire corrections sur corrections, comme il devra en faire pour son dernier opus, truffé d’erreurs consternantes.

On oubliera tout ça : la vérité et les faits scientifiques ne permettent absolument pas de prendre le pouvoir et d’imposer son mode de vie aux autres. Et puis, de toute façon, soyons bien clair : si on devait juger les individus ou les institutions à leurs résultats et non à leurs intentions, le GIEC aurait été démantelé depuis des lustres.

J'accepte les BCH !

qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires502

  1. Sémaphore

    C’est tellement le réchauffement climatique que l’Alberta, rien à voir avec la compagne de notre plombier mais tout avec le Canada, vient de connaître de très importantes chutes de neige précocement et un début d’hiver réfrigérant…

    1. Le Gnôme

      C’est la faute au réchauffement climatique, voyons.

      Autre catastrophisme à la mode, un volcan est sur le point d’exploser à Yellowstone, on va tous mourir, c’est troporible.

  2. Calvin

    Les indignés, les atterrés, les conscientisés sont de retour.
    Le RCA, c’est le marronnier de la politique.
    Va finir en « Pierre et le loup », cette histoire.. .

      1. Nemrod

        Oui, impossible à soigner.
        Le malade erre incohérent en essayant de rassembler ses idées contradictoires
        – pour la PMA
        – pour l’avortement
        – contre la peine de mort
        – pour l’euthanasie
        etc…

          1. Nemrod

            Ca c’est une idée !
            Repeupler le Venezuela avec des décroissants volontaires pour palier la fuite des décroissants involontaires.
            Allez, pourrons emmener un an de pq…soyons humain !

  3. Sémaphore

    Véronique Courgeault avait déjà tout compris au sauvetage de Gaïa bien avant tout le monde. Toutefois, elle pêchait sur le point de laisser rancir ses lardons dans un congelo, fatalement pas net quant au CO2 avec toute cette électricité consommée en lieu et place d’aller entretenir les racines de pissenlit…
    Nobody’s perfect! 😥

      1. Pythagore

        On va tous être momifié, les égyptiens étaient très en avance, c’est la m´thode la plus écolo.
        .
        @H16 merci pour les chiffres rappelant qq vérités.

  4. Pere Collateur

    A la limite, si ils suivent leurs recommandations on devrait en être débarrassé assez rapidement non?

    Ou c’est faites ce que je dis pas ce que je fais…

  5. Sémaphore

    Les éoliennes sont toujours annoncées comme productrices d’ une quantité d’électricité phénoménale, en fait basée sur leurs capacités théoriques de production à plein régime constant.
    Évidemment, une discrétion de violette est de mise quand il faut préciser la charge réelle moyenne des engins, également sur les temps de carence par manque du vent minimal d’ amorçage desdits engins (>vent nécessaire à l’ entretien minimal de la rotation des pales)

    1. Husskarl

      Vous oubliez un dernier problème: la production quand on en a pas besoin…et donc la possible saturation du réseau et les ennuis qui vont avec.

      1. Adolfo Ramírez Jr

        Ça, c’est résolu : on a quadrillé le pays avec de nouvelles lignes électriques haute tension pour évacuer les trop-pleins chez nos voisins, parce qu’on a déjà notre nucléaire.

    2. Stéphane B

      Salut Patron et salut à tous

      Avant d’en venir aux éoliennes, je souhaite vous informer que depuis le 1er août 2018, date de notre arrivée en Bretagne, nous n’avons eu que 2 jours de pluie et 2 jours de bruine entrecoupée par de belles éclaircies. Notre cuve pour les WC de 3m3 est vide. Une hérésie je vous dis ! c’est la faute à ce méchant changement.

      Pour les éoliennes, d’après la maire d’Erquy, un tel projet est un pilier de développement pour le tourisme industriel (https://fr.calameo.com/read/000040640ce50ed3c9c37)
      Pourtant, le projet d’éoliennes en baie de Saint Brieuc est immense et va détruire des zones de pêche, notamment celle de la Saint Jacques.

      Un point de salut peut-être. L’Etat va diminuer le prix d’achat de l’énergie éolienne produite par ces horreurs ce qui pourrait mettre en péril le business model de la société Algues Marine, auteur du projet.
      Je vous invite à lire http://gardezlescaps.org/dernieres-infos/ à ce sujet. J’aime bien une de leurs questions: Y-a-t-il un ministre de l’écologie pour sauver la coquille saint Jacques ?

      un truc amusant serait que les éoliennes empêcheraient le fonctionnement du radar militaire de Cherbourg. Sans doute un coup des écolos pour mieux s’en prendre à l’usine de la Hague.

      1. Citoyen

         » bruine entrecoupée par de belles éclaircies  »
        Normal, les mauvaises langues disent qu’en Bretagne, il peut faire beau 4 fois par jour …. Et souvent, ça se vérifie ….

    3. gaetan ribault (@g_ribault)

      Au fait , la NASA annonce que la baisse de l’activité solaire fait baisser la T° de la ionosphère. Ce soleil , encore un mâle blanc occidental

      1. Nemrod

        Ah mon côté cynique aimerait la survenue brutale du prochain âge glaciaire pour voir .
        Parce que la douceur de la période interglaciaire actuelle…c’est quand même pas trop mal, n’est ce pas !
        Mais à l’échelle du climat ce n’est pas la généralité.

          1. Vodkaman

            T’inquiètes, ça va viendre…

            Vu un docu l’autre soir qui expliquait la formation géologique du Sahara, et les alternances entre désert et environnement lacustre.
            Les dernières études pointent la corrélation entre les variations de l’axe de rotation de la terre et les alternances désert/marécage .
            Pour la variation de l’axe : //www.astronoo.com/fr/articles/obliquite-terre.html

            La dernière inversion (à la hausse) aurait commencé il y a environ 6 000 ans, le cycles est de 41 000 ans…

            On n’a pas le cul sorti des ronces….

  6. Gosseyn

    Allons, H16, un peu de sérieux ! Car si les îles submersibles ne sont pas encore sous les eaux, avec l’augmentation de leur population, elles vont forcément s’enfoncer ! Un peu, enfin, un tout petit peu … Le GIEC, heureusement, leur fournira des tubas ! Et toc !

  7. Guillaume_rc

    Encore entendu ce matin, un « expert » nous expliquant à quel point c »était beau de ne plus polluer grâce aux voitures électriques.
    Pourquoi pas ?
    Mais quelqu’un peut-il lui expliquer que l’électricité, il faut bien la produire quelque part ?

    1. douar

      oui, j’ai lu ça également, que les voitures électriques devenaient presque aussi compétitives que les véhicules à moteur thermique. Mais je suppose que ces calculs ne tiennent pas compte des taxes bien grasses appliquées sur les carburants?
      Je pense que je pourrais battre Usain Bolt aux 100 mètres si celui ci portait un sac de 70 kgs. 😉

    2. Gerldam

      Le VE pollue à peu près autant qu’un diesel, en France -seulement en France grâce à son électricité nucléaire et en Norvège (électricté hydraulique)-. mais en Allemagne, un VE pollue deux fois plus qu’un diesel et cela va aller en s’accentuant, les constructeurs améliorant sans cesse la diminution des polluants des diesel, tandis que, dans le même temps, les moteurs à essence émettent de plus en plus de particules fines à cause de la volonté de diminuer les consommations avec l’injection directe et les petites cylindrées archi-turbo-compressées.

        1. Vassinhac

          Ce n’était pas évident ! Je serais curieux de connaître les émissions de CO2 correspondantes à un VE quand la production électrique marginale est faite à partir de lignite.

      1. Aristarkke

        L’inconvénient des moteurs thermiques, c’est qu’ils polluent là où ils sont utilisés, donc parmi les z-élites parisiennes aussi.
        Alors que la voiture électrique engendre une pollution lointaine dont seuls les croquants, manants et gueux, bref tous ceux qui vivent hors du périph’ et loin de celui-ci, sont les victimes directes.
        Là, cela n’a aucune importance pour elles, ces z-élites…

          1. Calvin

            Heu, Pheldge, tu peux expliquer à Husskarl ma métaphore ? Avec mes mots d’enfant innocent, je ne vais pas y arriver…

            Bon, techniquement, les experts qui en parlent ne sont pas écoutés. Cela contrevient au dogme.

  8. Bonsaï

    N’empêche que pour ceux qui ont plus de cinquante ans, le constat est clair : le climat se réchauffe. Il est rare de nos jours de voir 50 cm à 1m de neige fraîche sur les trottoirs des villages (ne parlons même pas des villes, où les piétons et les voiture font office de chasse-neige).
    Et l’on sait aussi qu’au cours de la longue histoire de la planète, de semblables épisodes de réchauffement ont déjà existé. Prendre un peu de recul afin de garder une certaine objectivité permet de garder son sang-froid sans paniquer au moindre événement météorologique un peu atypique !

    1. P&C

      Le problème n’est pas l’amplitude (les cactus arrivent bien à pousser à 50°C…) mais la vitesse.

      Entre la dernière glaciation (la France d’alors a un climat sibérien, il n’y pousse que de la toundra) et -10000 ans, la terre s’est réchauffée de 5°C en moyenne planétaire…
      5°C en moyenne planétaire en 5000 ans, les plantes ont largement le temps de s’adapter. 5°C en 100 ans, c’est pas garanti que la génétique arrive à suivre…

      Quant au petit âge glaciaire, une théorie dit qu’il serait du à la reprise des forets américaines suite à l’extermination des amérindiens (qui avaient des civilisations agricoles, donc qui ont déboisé) par la variole. Je ne sais pas ce que ça vaut…

      1. albundy17

        Ha, et pour expliquer le minimum de Dalton est du à l’extemination de quelle peuplade ?

        Il est plus cohérent de se référer aux cycles de milankovic

      2. Stéphane B

        Et quant au fait que lors du temps de l’édification des cathédrales, le Rhin était parfois tellement bas qu’il était possible de le traverser à pied ? Que les strasbourgeois pouvaient cultiver les fraises sans souci ?

        Si on regarde bien l’histoire, il y a un gros changement de température tous les 200-300 ans. Il ne faut pas oublier que la Terre est vivante. Ce n’est pas un astre mort.

        1. Calvin

          Vivante pour la Terre n’est pas le bon mot.
          C’est essentiellement minéral, c’est de la thermodynamique, de la physique, de la chimie. Des échanges d’énergies.
          Tu voulais dire dynamique.
          Mais pour le reste, 100% d’accord.

      3. Vassinhac

        Sans aborder votre conclusion (d’autres s’en chargent), votre raisonnement ne tient pas la route. C’est comme s’alarmer d’une hausse (ou d’une baisse) de 1% du CAC 40 dans la journée en disant « mon Dieu, le CAC fait en moyenne du 5%/an depuis 100 ans, cette hausse brutale en une seule journée (631% EN RYTHME ANNUEL sur la base de 200 jours de cotation) est tout à fait inédite et les marchés vont être incapables de suivre ce rythme. C’EST TROPORIBL !!

        1. P&C

          CAC 40 n’est pas génétique et sélection naturelle… certaines choses nécessitent plus de temps pour s’adapter aux changement que d’autres.
          Que le CAC 40 varie de 631% en 200 jours, on s’en fout.
          Faites subir de tels écarts de température et d’hydrométrie à vos plantes, vous allez voir le résultat…

          5°C en plus en moyenne planétaire, c’est +10°C en moyenne planétaire sur les continents. Pas sur que les plantes à photosynthèse C3 tiennent le choc… pas grave, il s’agit juste du blé, de l’orge, et de la majorité des riz…
          Les généticiens vont avoir du boulot pour nous sortir des lignées en C4…

            1. Helkafen

              Le GIEC prévoit +3C pour 2100 (dans un scénario sans efforts supplémentaires). Après, ce sont les tipping points (notamment le méthane arctique et la transformation de l’Amazonie) qui nous amènent avec une forte probabilité vers des températures plus élevées.

              1. Ah oui les tippings trucs.
                Sérieusement, arrêtez.

                Vous êtes jeune, plein d’envies, de croyances, vous avez évidemment besoin de montrer, autour de vous, votre « compliance » au groupe, tant mieux ou tant pis pour vous. Ce n’est plus mon cas. J’ai commencé à m’intéresser à la question climatique quand Times titrait sur un gros refroidissement. Au bout d’un certain temps, on comprend les mécanismes derrière, et on voit assez vite pourquoi c’est 2% de faits touillés avec 98% de propagande. Et les 2% de faits n’amènent à *aucune* conclusion alarmiste, ce qui est invendable. Si les thèses réchauffistes marchent et ont marché aussi longtemps, c’est parce que jamais, dans l’histoire de l’Humanité, nous n’avons été aussi riches et bien portants et n’avons jamais eu autant d’argent et de temps à consacrer à ces lunes idiotes. C’est sur le point de changer.

                Insistez tout ce que vous voulez : dans 10 ou 15 ans, tout ceci aura largement dégonflé. C’est déjà en cours, c’est d’ailleurs la raison de cette hystérie actuelle à mesure que les médias et les ONG vertes voient les financements se tarir, à mesure que les politiciens sentent que la populace en a ras la casquette. La France est en retard, elle suivra malgré tout.

                Et pour en finir : il y a 30 ans, des prévisions ont été faites par le GIEC. Il les a toutes foirées. Le pôle n’est toujours pas libre de glace. Les îles n’ont pas disparu. Il n’y a pas eu des millions de réfugiés climatiques. Nous ne mourrons pas de faim. Le nombre de victimes de catastrophes diminue (même en incluant les séismes, un comble), etc.

                Une « science » avec ce niveau de résultats en terme de prévisions, c’est poubelle.

                cooling ?

                1. Helkafen

                  Pour moi la « compliance » au groupe serait exactement le contraire. J’irais volontiers acheter des vêtements tous les mois, ou faire des voyages en Thaïlande comme mes collègues, acheter le PC dernier cri. Ce serait plus confortable et tout le monde me pousse à le faire. Ma position n’est pas celle du confort, je dois annoncer de très mauvaises nouvelles à mes proches et leur demander de changer leur style de vie. Personne n’aime faire ça. J’ai même renoncé à aller voir ma famille en France pour ne pas polluer en avion.

                  Je vous ai déjà répondu pour les prévisions du GIEC, source à l’appui. Leurs modèles sont bons. Et si l’ours polaire n’a pas disparu (bonne nouvelle!), c’est grâce à sa résilience, pas parce que la couverture de glace s’est maintenue.

                  La couverture du Time prévoyant un refroidissement m’a intéressé. Il semblerait que ce soit l’œuvre de météorologistes qui observaient une variation temporaire, pas le consensus de la communauté scientifique de l’époque. https://skepticalscience.com/ice-age-predictions-in-1970s-intermediate.htm

                  1. « Pour moi la « compliance » au groupe serait exactement le contraire. »
                    Lol. Votre crédibilité vient de s’évaporer totalement. Le temps d’antenne et le nombre d’articles consacrés aux thèses climatosceptiques / optimistes est si ridicule comparé aux thèses réchauffistes que je ne peux croire à votre ingénuité quand vous sortez ça.

                    Et arrêtez avec les liens de skeptical truc, c’est trop pourri, ne serait-ce parce que vous n’avez pas compris pourquoi j’ai posté cet exemple.

                    Vous ne comprenez pas les mécanismes humains (i.e sociaux, politiques) à l’oeuvre et croyez encore mordicus (la naïveté de la jeunesse, je présume) qu’il s’agit d’un débat scientifique. Vous qui vous prétendez libéral, le simple fait que l’écrasante majorité des gouvernements occidentaux se soient jetés corps et âme dans cette lutte homérique contre les prouts néfastes devrait normalement titiller votre esprit critique. Et s’il n’est pas titillé, c’est ou bien que vous n’êtes pas libéral, ou bien – je maintiens, désolé – que vous ne comprenez pas les enjeux et les mécanismes de ce qui se trame.

                    1. Helkafen

                      Donc vous me prenez moins sérieux à cause de mon age? Sachez que j’ai 8 ans de plus que cette photo, même si ça ne devrait pas influencer la qualité de mes arguments. L’âgisme en France est bien vivant.

                      Je suis libéral, et je n’aime pas les effets de nombreuses régulations sur l’économie. C’est pour cela que mon outil préféré pour lutter contre les émissions de CO2 est le dividende carbone, qui est peu contraignant pour les entreprises, n’alourdit pas leur bureaucratie, et surtout est neutre fiscalement (tout l’argent est rendu aux ménages). Les études de ces économistes canadiens ont prouvé (pour autant qu’un économiste puisse prouver quelque chose) que c’est le moyen le moins coûteux pour obtenir la réduction voulue. Les gens de gauche préfèrent en général les subventions, les interdictions et les investissements publics.

                      Oui, j’ai raté votre lien sur le corps noir. J’irai le lire tranquillement ce soir. A priori, les prédictions d’un tel modèle devraient être mesurables par spectrométrie, et je sais que les satellites sont en accord avec la thèse du CO2 (+ vapeur d’eau, méthane etc), donc j’en attends peu mais j’irai le lire quand même.

                      Aussi, c’est très partisan de votre part de refuser en bloc l’une de mes sources (skepticalscience) parce qu’elle est en désaccord avec les thèses que vous défendez. Vous semblez ne pas les lire, parce que ça fait plusieurs fois que je l’utilise pour réfuter certaines de vos informations, et vous n’écrivez aucune réponse.

                    2. Donc vous me prenez moins sérieux à cause de mon age?
                      Votre argumentaire montre que vous tombez dans les panneaux traditionnels dans lesquels les jeunes tombent joyeusement à pieds joints. 8 ans de plus n’y changent rien. Vous avez su rester très frais d’esprit (le coup du « mais qu’auraient-ils à y gagner » m’a fait trémousser, j’avoue).

                      Et si vous étiez libéral pour de vrai, vous verriez tout de suite le souci (ou alors, vous avez un peu évacué quelques notions de base).

                  2. Alex6

                    « Leurs modèles sont bons ». Aaaaaaaaahaaaaaaaaah non mais celle-la il fallait l’oser! les modeles du GIEC c’est bien ces machins qui n’integrent pas le gaz a effet de serre principal (la vapeur d’eau, il y en a un peu dans l’atmosphere…)? C’est bien ces modeles qui n’arrivent meme pas a reproduire le passeé sans etre tripatouilles dans tous les sens pour arriver a correler simulation/realite? C’est bien ces modeles incapables de predire quoique ce soit de correct depuis 30 ans que l’on en parle?
                    Les modeles du GIEC, non mais allo quoi…

                    1. Helkafen

                      @Alex6
                      Je ne sais pas qui vous a fait croire que la vapeur d’eau était ignorée par le GIEC. Vous devriez arrêter de leur faire confiance, parce que soit ils ne savent pas lire, soit ils essaient de vous induire en erreur.
                      Voici: https://www.ipcc.ch/ipccreports/tar/wg1/268.htm
                      « Water vapour feedback continues to be the most consistently important feedback accounting for the large warming predicted by general circulation models in response to a doubling of CO2 »

              2. taisson

                Le débat entre « ceux qui savent » est intéressant… Et les arguments « scientifiques » des uns et des autres se valent peut être ? Qu’en est-il du sexe des anges ? Ceux qui en débattaient étaient aussi savants à leur époque …
                D’ailleurs ce ne serait pas la première fois que le monde «scientifique » se trompe complètement…
                Admettons tout de même que le changement climatique soit aussi important et grave que l’on nous l’explique, le gros problème, c’est que les solutions proposées n’offrent aucune garantie de l’éviter, et que par contre les dégâts qu’elles provoquent sont immédiats !! Les remèdes tuent le malade !
                Qui peut être certain que c’est en faisant disparaître la civilisation occidentale technologique (et surtout capitaliste !), ce qui est bien le but non avoué du conglomérat de pensée sociovéganohomobobo qui se regarde le nombril, que la planète cessera de voir son climat varier ?
                Et au nom de quelle pensée supérieure a-t-on le droit de vouloir le figer ?
                Quand l’homme « blanc », coupable, et technologiquement évolué aura disparu, par dénatalité, et inconfort, d’abord, puis par extermination des derniers, pensez vous vraiment qu’il sera remplacé par des milliards d’individus vivant dans des conditions préhistoriques ?
                Peut on croire que les, Chinois, Indiens et autres asiatiques qui « découvrent », eux, les bienfaits des sociétés techniquement évoluées et l’amélioration spectaculaire qu’elles leur ont apporté presque d’un seul coup, sur quelques années de leur vie, accepterons le retour aux siècles précédent ?
                Pendant que le Français n’aura plus le droit d’entrer dans une ville avec sa voiture, ni pour consulter un hypothétique médecin, ou simplement pour acheter un produit encombrant, que manger de la viande ne se fera plus, qu’il ne faudra plus se chauffer et que leurs toilettes sèches seront engorgée par leurs diarrhées de bouffeurs de légumes, peut on un instant imaginer qu’au niveau de la masse humaine cela changera quelque chose ?
                Est-ce que les milliards d’africains et autre cesseront de se reproduire à une cadence bien au-delà de leurs possibilités alimentaires ?
                Au contraire, puisqu’ils pourront sans le moindre risque venir ronger les restes des pays en cours de disparition !
                Leurs « élites » n’auront d’ailleurs aucun scrupule écologique pour utiliser, aussi longtemps qu’ils arriveront à les faire marcher, les avions, climatisations, berlines blindées, mitrailleuses, et autres trucs « de blancs » !!!
                Les « égalitaires » qui veulent nous ramener au niveau de leurs « amis » sauvages fantasmés peuvent être intégralement stupides, mais pas au point de ne pas s’apercevoir qu’au niveau planétaire ça ne changera rien !! Ils le veulent uniquement pour des raisons idéologiques…
                D’ailleurs toutes ces « solutions » ne les concernent pas, aucun d’entre les « élites « ne renonce à son confort, et leurs suiveurs, citadins béats, seraient bien incapables de survivre, déjà dans la ruralité actuelle, même avec encore de l’eau et électricité !!
                La société occidentale n’à plus de but moral, ni de croyances spirituelles, le communisme n’est plus un rêve pour une bonne part de l’humanité, et elle se cherche une nouvelle foi.
                Quoi de plus « vendeur » que de se valoriser en « préservant la planète » pour les descendants qu’ils n’auront pas ? Les candidats gourous ne manquent pas pour en profiter !
                Pour tout le reste du buzz, demandez donc à vos amis qui ont travaillé sur du marketing ….ils vous expliqueront comment on peut construire des argumentaires produits en utilisant des techniciens, voire des scientifiques !!!

                1. Aristarkke

                  peut on un instant imaginer au niveau de la masse humaine cela changera quelque chose ?

                  Le nombre de migrants à destination de nos pays s’amenuisera vraisemblablement et fortement.

                2. Aristarkke

                  Au contraire, puisqu’ils pourront sans le moindre risque venir ronger les restes des pays en cours de disparition !

                  Il vaudra mieux que leur appétit soit celui d’un oiseau et qu’ils évitent de venir trop nombreux.

                  1. Le pain est ok quand on n’a que ça. De nos jours, on mange déjà trop de sucres (patates, pâtes, céréales, pain, pizza, sucres présents dans tous les produits industriels ou presque, …).

              1. Adolfo Ramírez Jr

                Et tu es docteur !!?
                Rapport rendement en matière sèche/eau consommée très favorable au maïs par rapport au blé.
                Cette légende du maïs gourmand en eau vient du fait qu’il faut l’irriguer l’été.

                    1. Aristarkke

                      Faut quand même préciser que le riz pousse finalement en milieu semi aquatique avec une terre noyée d’eau en permanence alors que les autres plantes n’ont besoin que d’un arrosage, ce qui biaise le comparatif, amha.
                      Le problème du maïs est qu’il faut l’arroser copieusement quelques semaines avant qu’il soit prêt à être récolté, effectivement en plein été au grand dam supposé des nappes phréatiques, ce qui provoque toujours la stupéfaction des ceusses qui ne sont pas agriculteurs…
                      Quant à la rengaine « consommation d’eau », comme si celle qui était utilisée à un instant T était totalement perdue pour l’avenir, irrécupérable, non ré-utilisable, c’est à mourir de rire quand on songe que l’eau est là depuis l’apparition du globe terrestre et que c’est finalement toujours la même qui « tourne » dans le temps.
                      C’est vrai que selon nos escrologistes, la Terre emprunte pour boucler ses fins d’années, à Mars, Vénus et Saturne, peut-être Jupiter, dépensiers comme nous le sommes.

                      Bien la peine que le cycle de l’eau soit appris (c’était le cas de mon temps mais peut-être est-ce-trop has been de l’enseigner encore plutôt que le macramé) aux gamin(e)s pour obtenir ces niaiseries permanentes sur ce sujet…

                    2. albundy17

                      « Le problème du maïs est qu’il faut l’arroser copieusement quelques semaines avant qu’il soit prêt à être récolté, »

                      Tiens donc, et pourquoi faire ? ^^

                    3. P&C

                      Et ?
                      Consommation au kilo n’est pas consommation ramenée à la plante entière (le plant de mais est plus gros que celui du blé). Ramené au champs, les chiffres sont (d’après la FAO) de 5 750 m3 d’eau/hectare pour le mais, le blé étant à 5 500 m3 cubes/hectare.

                    4. Sans même pinailler, on ne peut que noter que cette différence de 4% ne justifie en rien les hurlements écolos sur le maïs.

                    5. albundy17

                      Je saisi pas ton argumentaire PC, il faut 30 % de flotte en plus pour 1 kg de blé vs le mais géant vert, et on bouffe pas les feuilles ou la tige.

                      Y’a bien les toits de chaume, mais c’est pas avec les blés de maintenant, trop court.

                      Donc ??

                  1. bibi

                    C’est bien connu qu’il faut irriguer le maïs au point qu’on se demande comment cette culture a pu se développer dans une France ou l’irrigation était quasiment totalement absente.
                    La seule variété qui doit être irriguée en France est le maïs doux et le maïs qui représente seulement 70`000ha sur les 3`200`000ha dévolus à la culture du maïs, et ce n’est pas pour rien que la culture du maïs doux s’est développée dans la Haute-Landes dans un sol sablonneux et marécageux ou l’on peut irriguer en permanence.

                    Évidemment l’irrigation favorise le rendement mais il y a encore de nombreuses exploitations dans le sud-ouest ou le maïs n’est pas irrigué.

    2. Pythagore

      Pour avoir été longtemps régulièrement à Chamonix, il est clair que les glaciers y fondent. Il suffit de comparer l’état actuel par rapport aux photos de début de siècle, ou de descendre sur la mer de glace.
      Le point 0°C remonte et en dessous les glaciers fondent inexorablement.
      La question est de savoir, est ce que c’est vraiment lié aux émissions de CO² ou simplement un phénomène cyclique macroscopique, peut-être e.g. lié au soleil
      L’activité dans la vallée peut très bien aussi en être la cause, certainement plus intense aujourd’hui qu’il y a 100 ans (voir aussi trafic, tunnel sous le Mont Blanc), phénomène local en qq sorte.

      1. Stéphane B

        Et en Ariège, le glacier d’Arcouzan n’en finit pas de grossir ladepeche.fr/article/2018/09/30/2878852-en-ariege-le-glacier-d-arcouzan-continue-de-grossir.html
        Mais contrairement aux Alpes, ce glacier est perdu dans les Pyrénées et il y a peu de circulation.

        Comme quoi, rien n’est figé.

      2. Adolfo Ramírez Jr

        On voit fondre aujourd’hui les glaces qui se sont accumulées pendant le petit âge glaciaire, à cause de l’inertie.
        300 ans d’accumulation exceptionnelle ne va pas disparaitre en un été. Que montrent les photos du glacier au Moyen-Âge ?

        1. Stéphane B

          Ben le bon Hannibal avec ses éléphants a bien pu traverser les Alpes. Si neige il y avait eu ou glacier, ben il ne serait pas passé. Donc pas de neige à cette époque dans les Alpes.

      1. laurent a LA

        Interessant l’article mais il a des trous. Il parle d’une vitesse d’augmentation du CO2 (rate) et dit que la vitesse est la meme maintenant qu’a l’epoque. Sauf que si jeune Mabuse ils ont deduis ces vitesses de l’etude de roches en Arabie. Les roches ca pousse pas vite, et si ils ont pu mesurer ces vitesses ca veut dire que la vitesse d’augmentation du CO2 a perdure a l’epoque des centaines ou des milliers d’annees. Nous ca a commence, heu.L’article ommet de parler des quantites de CO2 qu’il faut atteindre.
        Il se focalise sur la vitesse.
        C’est louche.
        Ce serait si simple de dire que le CO2 dissous est actuellement de x ppm dans l’ocean; qu’a x+y ppm il y a eu extinction, et qu’a la vitesse actuelle ca prendra N annees.
        Il ne le fait pas.
        Pour moi il cache quelque chose.

        1. Helkafen

          Pourquoi voudraient-il cacher quelque chose? Les donneurs de mauvaises nouvelles ne sont pas les plus appréciés, comme on peut le constater dans cette page…
          Wikipedia donne quelques précisions: https://en.wikipedia.org/wiki/Permian%E2%80%93Triassic_extinction_event
          L’analyse des roches suggère une vitesse de transition de 60 ± 48 ka (milliers d’années), ce qui est rapide à l’échelle géologique mais lent à notre échelle. Ils estiment une température de +8C et 2000ppm de CO2, bien plus chaude qu’aujourd’hui.
          Chez nous, tout se passe beaucoup plus vite que ça (moins d’un siècle), ce qui nous laisse moins de temps pour nous adapter.
          Si vous voulez savoir ce qu’il se passe dans les océans, vous pouvez jeter un coup d’œil au rapport spécial 1.5 du GIEC. Vers +1.5C, la plupart des coraux sont déjà morts. Vers +2.0C ils meurent tous, et entraînent avec eux toutes les espèces marines auxquelles ils servent de pépinière. Nous sommes déjà à +1.0C.
          Pour le reste de l’histoire, vous pouvez regarder le concept de « tipping point », ces points de basculement vers un climat plus chaud. Au delà d’un réchauffement de plus de +2.0C il y a une forte probabilité de les déclencher et d’aller vers +6C au moins. À +3.0C c’est virtuellement garanti. Hors sans effort supplémentaire sur les émissions de carbone nous atteindrons +3.0C avec certitude d’ici la fin du siècle. Une planète au delà de +4C n’est pas habitable par plusieurs milliards d’être humains, ne serait-ce qu’à cause des rendements agricoles (sécheresses, inondations, perturbation de la photosynthèse C3 etc..).

          1. « tout se passe beaucoup plus vite que ça »
            Sauf si toutes les données sont abominablement trafiquées.
            Quand on voit les erreurs commises (°C et °F mélangés, températures relevées sur des bateaux à 100 km à l’intérieur des terres, etc.), on devrait avoir la modestie de considérer tant les modèles que les mesures comme des approximations vagues de la réalité sur les bases desquelles il est impossible de tirer des conclusions.

            Je passe sur le « tipping point » qui est une pure théorie spéculative.

            La modestie n’appartient décidément pas au camp réchauffiste.

            1. Helkafen

              Comme commenté dans une autre réponse, les erreurs trouvées dans le jeu de données HadCRUT4 ne remettent pas en cause la tendance globale au réchauffement, car d’autres mesures indépendantes sont en accord.

              D’autre part, je ne vois pas ce qui vous motive à qualifier ces erreurs de malicieuse. Quel serait l’intérêt pour un scientifique de truquer des données? Le premier venu en dehors du labo aurait vite fait de vous clouer au pilori et de ruiner votre carrière. Exemple célèbre: Hwang Woo-suk.

              Au contraire, je vois très bien pourquoi les entreprises pétrolières ont mené des campagnes de désinformation.
              Exxon qui menti dans les années 70 (https://www.scientificamerican.com/article/exxon-knew-about-climate-change-almost-40-years-ago) a maintenant rejoint les idées du GIEC (https://corporate.exxonmobil.com/en/current-issues/climate-policy/climate-perspectives/our-position). Pourquoi, si le GIEC raconte des âneries?

              Pour ce qui est des approximations, il est évident pour tous les spécialistes que les données sont toujours imparfaites, tout comme les modèles. C’est pour ça qu’ils publient des marges d’erreurs avec leurs résultats, souvent des intervalles à 95% de confiance.

              1. Pourquoi ? Mais parce que c’est bien moins coûteux pour Exxon de chanter avec le reste de la troupe, tiens pardi.
                Et le problème des données ne vient pas des imprécisions, mais des redressements qui leurs sont appliquées. Encore une fois, la courbe de Mann en est un exemple frappant.

                1. Helkafen

                  Moins coûteux? C’est une entreprise pétrolière qui accepte finalement qu’il faut brûler moins de pétrole! Quelle est l’économie pour eux, alors qu’ils engrangent des milliards avec leur business habituel? Je suis content de participer à cette discussion mais là c’est juste un argument ridicule. Réveillez-vous, vous êtes devenu un partisan aveugle.

                  1. Je vois que monsieur ne comprend pas du tout comment fonctionne une grosse entreprise, multinationale de surcroît.

                    Il est beaucoup plus coûteux pour Exxon de contrer de front les âneries pseudo-scientifiques des groupes politiques derrière le GIEC. Il est nettement moins coûteux de faire amende honorable publique et faire le travail nécessaire (le vrai, le scientifique) discrètement, sans médiatisation.

                    Réveillez-vous, vous n’y connaissez rien.

                    1. Helkafen

                      J’ai travaillé autant dans des multinationales que dans le milieu scientifique. Je suis un électeur de droite, un libéral (je précise pour ceux qui associent par erreur l’écologie au socialisme) et j’apprécie vos tirades sur l’incompétence de nos gouvernements. J’ai aussi une formation scientifique.
                      Maintenant, je vis à l’étranger et je vois que l’écologie n’a pas de bord politique. Ce que nous avons en France est une anomalie héritée de l’extrême gauche.
                      Quand à dire que je n’y connais rien.. j’ai l’impression d’avoir fourni des informations pertinentes dans ce fil de commentaire, avec des sources de qualité (les avez-vous lues?). Certaines de ces informations m’ont été enseignées par ma compagne qui travaille pour un think tank libéral (ultra libéral dirait-on en France) qui lutte contre le changement climatique (pas de gôôche). Je suis certainement plus proche d’être un spécialiste de ces questions que tous les tenants d’une théorie du complot qui sévissent ici, théorie qu’ils n’arrivent même pas à justifier. C’est facile, le complot: on n’a pas besoin de preuves.

                    2. Bien.
                      Tentez de répondre à ça :

                      1)Il n’y a aucune preuve que le CO2 quelle que soit son origine, ait une action mesurable sur la TMAG (température moyenne annuelle globale).

                      2) Il n’y a quasiment plus de réchauffement global depuis le début des années 2000, malgré une inflation de nos émissions de CO2.

                      3) Selon le volumineux rapport scientifique AR5, la part des émissions de CO2 anthropique n’est que de 4-5% environ (page 471, figure 6.1)

                      4) La part anthropique du CO2 atmosphérique n’est que d’environ 6% (analyse isotopique)

                      5) Selon les mesures par marégraphes, depuis le début des années 1800, la montée des niveaux marins est de 1 à 1,5 mm/an, sans aucune accélération. Voir le site climate4you, onglet « oceans », sea-level from tide gauges. Cela fait pour 2100 une montée entre 8,2 et 12,3 cm. Pas de quoi paniquer.

                      6) Malgré une inflation de nos émissions de CO2, les projections des modèles numériques, qui intègrent les thèses hypothétiques du GIEC/IPCC, divergent de plus en plus des observations, ce qui veut dire que leur crédibilité est nulle, tout comme les thèses du GIEC qui en sont le socle.

                      7) Non seulement les mesures anciennes de températures ont une faible crédibilité (taux de couverture 30% seulement, imprécision des centrales de mesure – au mieux +/-0,5°C, souvent +/- 1°C), ce qui met en doute les températures d’avant la période industrielle, mais la science du GIEC/IPCC, sur laquelle repose cette scandaleuse manipulation planétaire, est en fait de la pseudo-science. Le GIEC/IPCC n’a rien compris (ou se garde bien de s’y référer) à la théorie cinétique des gaz, ni à la théorie du corps noir, donc il nous raconte n’importe quoi, et les rapports toujours plus alarmistes des groupes 2 et 3, qui s’appuient sur la pseudo-science du groupe 1, ne valent pas un clou. http://revue-arguments.com/articles/index.php?id=89

                  1. douar

                    « un think tank libéral (ultra libéral dirait-on en France) qui lutte contre le changement climatique »
                    pourquoi diable lutter contre le changement climatique? comme si celui ci a toujours été statique. Je travaille dans l’agriculture et s’adapter face aux éléments naturels, on connaît et ça a toujours été la préoccupation première des agriculteurs: quel temps fera t il demain? Alors, on s’adapte.
                    Il y a sans doute de meilleures priorités.
                    Et puis, au Canada, ils devraient être logiquement ravis de voir les températures monter non? Parce que se les cailler la moitié de l’année, ce n’est guère attirant, ce qui explique d’ailleurs la faible densité de population canadienne ou scandinave par rapport à leurs voisins du sud.

                    1. Helkafen

                      Oui, j’apprécie l’été indien qui sévit ici, au contraire des vagues de chaleur de cet été. Nous aurons besoin de votre aide dans le monde agricole pour faire face aux changements.

                    2. Vous peut-être, mais je sais que les agriculteurs canadiens sauront très bien se débrouiller sans vous. Ils étaient là avant vous, seront là après.

                  2. Val

                    @Helkafen 12 oct 0:28
                    Votre intérêt à la cause agricole de votre pays est touchante. C’est sûr qu’une hausse de température au Canada serait une catastrophe agricole 🙂 PTDR . Vous êtes scientifique, rassurez moi, pas dans le domaine agricole j’espère 😉

                    1. albundy17

                      Encore une preuve du réchauffement climatique:

                      jacqueshenry.wordpress.com/2018/10/12/nouvelles-du-japon-evolution-des-temperatures-a-tokyo-depuis-30-ans-rien-a-signaler/

                    2. Helkafen

                      @Val
                      Le Canada va relativement bien se porter merci. Quand je dis « nous aurons besoin de votre aide », je parle de la population mondiale, pas du Canada. Nous sommes dans le même bateau pour ce qui est de la sécurité alimentaire.

                      Au Canada, il y aura de belles opportunités et des problèmes de sécheresse: http://www.agr.gc.ca/eng/science-and-innovation/agricultural-practices/climate-change-and-agriculture/future-outlook/impact-of-climate-change-on-canadian-agriculture/?id=1329321987305

                    3. « Nous sommes dans le même bateau »
                      Non.
                      La situation de Cuba, de la RDC ou de la Corée du Nord n’ont rien à voir avec celle de l’Allemagne, du Canada ou de la France. Il y a des douzaines de bateaux et sur certains des trouzaines de petits matelots qui, armés de leur chignoles, s’emploient à faire des trous.

                      Au fait, je ne trouve toujours pas de réponse à ma question, pourtant simple : « pourquoi, cette fois-ci, ce serait différent ? »

                1. Helkafen

                  @h16

                  À la base, le CO2 est un gaz à effet de serre (facile à observer), plus d’information ici sur les mesures par satellite: https://skepticalscience.com/print.php?r=35.
                  Cette idée (« pas de lien CO2/TMAG ») est peut-être basée sur la non prise en compte de la chaleur accumulée dans les océans. L’essentiel du surplus de chaleur est emmagasiné par l’eau. Plus de détails ici: https://www.skepticalscience.com/co2-temperature-correlation.htm

                  Il y a effectivement un réchauffement global depuis les années 2000 (source: https://climate.nasa.gov/vital-signs/global-temperature/). On voit même une accélération à l’œil.
                  Attention cela dit à prendre en compte les variations naturelles. C’est la tendance à long terme qui compte, et surtout la compréhension des mécanismes sous-jacents. L’évolution sur 5 ans n’est pas forcement significative.

                  Oui, la part anthropique des émissions de CO2 est faible. Ça ne veut pas dire que l’excédent que nous apportons peut être absorbé par les mécanismes existants. C’est ce léger déséquilibre qui perturbe légèrement (en valeur absolue) le climat.

                  Je suis d’accord sur votre point sur la montée des océans. C’est un phénomène lent, qui pour ce siècle ne va pas faire beaucoup de dégâts. On ne devra se préoccuper que si de grandes masses de glace fondent, comme l’Ouest-Antarctique.
                  Il faut aussi prendre en compte l’inertie du climat, qui fait que la montée des eaux va se prolonger longtemps après la stabilisation du CO2: https://www.ipcc.ch/ipccreports/tar/vol4/011.htm.

                  Je vous invite à lire ce comparatif entre les prévisions successives et les observations. Elles sont proches: https://www.carbonbrief.org/analysis-how-well-have-climate-models-projected-global-warming.

                  Pour la fiabilité des mesures de température, il n’y a aucun doute que la tendance est à la hausse dans tous les jeux de données. Il serait extraordinaire que des milliers d’erreurs de mesure pointent dans la même direction.
                  Plus d’information ici: https://skepticalscience.com/surface-temperature-measurements.htm

                  Quant aux théories de la cinétique des gaz et du corps noir, ce sont deux choses assez basiques en science, et je ne vois pas à quelle incompréhension vous faites référence.

                  1. Vous n’avez pas lu le dernier lien attentivement dont les conclusions sont que le climat peut changer comme il l’a toujours fait et continuera à le faire mais le CO2 ne peut contribuer en aucune manière à un réchauffement de la surface terrestre. Dès lors, toute l’hystérie autour est nulle est non avenue.

                    1. P&C

                      Mouais…
                      La principale différence entre la Terre (15°C en moyenne) et Venus (470°C en moyenne) est la composition de l’atmosphère : celle de Venus est hyper riche en CO2 (95%)(avec en plus des nuages d’acide sulfurique…) alors qu’il ne représente qu’un fraction sur Terre.

                      Sur Terre, l’eau s’est condensée pour former mes océans, et la vie a bouffé le CO2 et l’a fixé dans la biomasse.
                      Rien de tel sur Venus, qui est trop proche du soleil.

                    2. Formidable. Vous nous dites donc qu’une atmosphère où il y a 0.03% de CO2 se comporte différemment d’une atmosphère où il y en a 3200 fois plus ? Non mais c’est Tabsolument Tincroyable !

                      Et votre conclusion c’est donc que … ?

              2. Pythagore

                « Quel serait l’intérêt pour un scientifique de truquer des données?  »
                La peur et les menaces sont de très bonnes méthodes pour exercer le pouvoir et contrôler les esprits influençables.
                Combien de tps d’antenne consacré au RCA, combien de tps d’antenne consacré au chômage ?
                A votre avis quel est le plus gros problème ? 3+2 millions de chômeurs en France.
                Faire peur, inventer des menaces insaisissables et difficiles à contester pour le commun des mortels, mais surtout ne rien faire pour supprimer les causes du chômage.
                Je n’ai pas eu connaissance que Hulot ait vendu ses voitures, soit passé à l’électrique ou est réduit ses déplacements. Ca ne vous étonne pas ? Pourtant, c’est le 1er à expliquer que le RCA, il faut faire qq chose, c’est urgent…….
                Je rajouterai que les émissions de CO² en France sont comparativement très faible et ttes les mesures très coûteuses ne seront qu’une goutte d’eau dans l’océan de CO².
                Cherchez des stats.

                  1. adawong1789

                    @ P&C
                    « La principale différence entre la Terre (15°C en moyenne) et Venus (470°C en moyenne) est la composition de l’atmosphère »
                    Il n’y a pas une question de distance par rapport au soleil également ?

                    1. P&C

                      La température de Mercure est plus faible, or elle est proche du soleil (ok, une face de mercure est à 400°C, l’autre à -170°C), mais n’a pas d’atmosphère.
                      La chaleur de Venus est due à son effet de serre.

                1. Helkafen

                  Vous prenez la perspective française. Là où je vis (Canada), où l’économie se porte nettement mieux, on parle beaucoup du changement climatique, y compris dans la droite politique. Il faut voir aussi qu’un canadien moyen dégage trois fois plus de CO2 qu’un français… Merci le nucléaire.
                  Oui, Hulot est un hypocrite. Ça ne rend pas son message faux.

                  1. Nemrod

                    Vous dégagez trois fois plus mais êtes deux fois moins…ça va pas beaucoup aider le CO2 atmosphérique si vous diminuez vos émissions.

                    1. Helkafen

                      @Nemrod
                      En terme de climat nous sommes tous dans le même bateau, il n’y a pas de frontières. Le Canada c’est 1.6% des émissions de CO2, mais chaque effort compte.

              3. Pythagore

                « formation scientifique »
                Avant de faire de la météorologie, avez vous pris des cours de métrologie ?
                Pouvez vous m’expliquer comment vous mesurez une température au dixième de degré dans un gaz en mouvement ?
                Entre une mesure faite au dessus du bitume, et une mesure faite à 10m au-dessus d’un champ, vous constaterez qu’il y a des différences de 2 à 5 degrés ou plus, que le bitume ne rejette pas la chaleur de la même facon, que suivant la récolte et l’humidité, la temperature du champ sera différente, comment tout ceci est pris en compte ds les modèles ?
                Ttes choses égales par ailleurs, supposons qu’une station montre effectivement sur plusieurs années une élevation graduelle de température. Comment savez vous que c’est lié au CO² et non, à une modification du paysage ou des immeubles ou des vents ?
                Avez vous mesuré la quantité d’énergie émise par le soleil ? Celle-ci n’est certainement pas constante, comment pouvez vous affirmer que cela n’a pas d’influence sur les températures ? Pourtant c’est le premier paramètre, combien la terre recoit-elle de rayonnement IR ?

                1. Helkafen

                  > Comment savez vous que c’est lié au CO² et non, à une modification du paysage ou des immeubles ou des vents ?
                  D’une part parce que les variations de température sont un peu partout (ce qui exclut des facteurs locaux), et d’autre part parce qu’on comprend le mécanisme du CO2 vis à vis des infrarouges (en addition de la vapeur d’eau), et qu’on peut mesurer cet effet avec une grande précision par satellite.
                  > Avez vous mesuré la quantité d’énergie émise par le soleil ?
                  Oui, c’est pris en compte dans les modèles. Les variations du soleil sont minimes par rapport aux variations de températures observées sur terre. Par contre, on a bien mesuré par satellite les spectres et intensités des infrarouges reçus et réfléchis par la terre, et c’est cohérent avec l’augmentation du taux de CO2 qui a piégé de la chaleur.
                  > Pouvez vous m’expliquer comment vous mesurez une température au dixième de degré dans un gaz en mouvement ?
                  Ce n’est pas mon domaine 🙂 Par contre, il est clair que les différents jeux de données (donc des mesures obtenues de manière différente) sont très cohérents, et il est aussi clair qu’aucun biais systématique dans les mesures ne pourrait expliquer une variation commune à la hausse.
                  D’autre part, la plupart des mesures ne sont pas faites en ville, car elles ne représentent qu’une petite partie de la surface terrestre. Donc les biais liés aux particularités de la ville (goudron etc) ne peuvent pas induire en erreur les modèles dans leur ensemble.
                  J’espère que ça répond à vos questions 🙂

                  1. « c’est pris en compte dans les modèles. « 
                    Allons.
                    https://defyccc.com/mathematical-errors-in-ipcc-climate-models/

                    « la plupart des mesures ne sont pas faites en ville, »
                    Mais pleeeeeeeeeeeaze, faites un effort !
                    Y’a régulièrement des papiers sur les quantités invraisemblables de stations météos / relevés de t° pris dans des endroits absurdes.
                    https://wattsupwiththat.com/2009/10/13/how-bad-is-the-global-temperature-data/
                    https://wattsupwiththat.com/2012/07/02/impact-on-temperature-measurement-cities-expand-by-area-equal-to-france-germany-and-spain-combined-in-less-than-20-years/
                    https://wattsupwiththat.com/2018/03/02/alarmists-throw-in-the-towel-on-poor-quality-surface-temperature-data-pitch-for-a-new-global-climate-reference-network/
                    https://wattsupwiththat.com/2018/04/06/uah-finds-a-warming-error-in-satellite-data-lowers-global-temperature-trend-constradicts-ipcc-models/

                    Y’a même des rapports entiers consacrés aux errances dans le domaine.

                    Bien évidemment, la disparition totale de la courbe de Mann des derniers rapports du GIEC n’a rien à voir avec le fait que ces putains de données sont abominablement violées pour aboutir aux résultats qu’ils désirent tendrement.

                    https://wattsupwiththat.com/2018/10/11/bombshell-audit-of-global-warming-data-finds-it-riddled-with-errors/

                    Et les prédictions foireuses, on en parle ?

                    Je vous encourage à lire avec un peu d’attention ces quelques liens, et ce dernier : http://www.warwickhughes.com/blog/
                    Ceux qui les tiennent depuis des années et qui sont particulièrement bien documentés ont un track record autrement plus solide que le GIEC.

                    Enfin, je rappelle pour qu’on n’oublie pas le petit lapin qui court devant que le but est bien de prouver que le CO2 a un rôle à jouer dans le climat, i.e. de démonter de façon solide l’affirmation « Le climat peut changer comme il l’a toujours fait et continuera à le faire mais le CO2 ne peut contribuer en aucune manière à un réchauffement de la surface terrestre. » qui est étayée ici http://revue-arguments.com/articles/index.php?id=89

            2. Helkafen

              Oh, j’ai raté votre désaccord sur les tipping points.

              Exemple 1: la forêt amazonienne qui commence déjà à émettre du CO2 au lieu d’en absorber: https://redd-monitor.org/2016/07/19/tipping-point-the-amazon-faces-intense-droughts-and-fires-this-year/. D’autres sources indiquent qu’elle va se transformer en savane vers +3.0C.

              Exemple 2: Le méthane du pergélisol dans le cercle arctique, qui fond à cause de l’augmentation (déjà entamée) des températures: https://www.theguardian.com/environment/climate-consensus-97-per-cent/2015/oct/13/methane-release-from-melting-permafrost-could-trigger-dangerous-global-warming

              Il y a bien un élément spéculatif dans ces scénarios, et en particulier on ne sait pas exactement à quelle température ils deviennent menaçants. Cela dit les observations sont claires.

              1. Aucune de ces sources ne peut prouver ni l’existence d’un tipping point, ni qu’il est atteint, ni avoir la moindre valeur prédictive sur ce qui va se produire. On est dans la foutaise la plus parfaite et les relayer n’est pas à votre honneur.

              2. Husskarl

                « Il y a bien un élément spéculatif dans ces scénarios »

                Oui, l’élément est le scénario lui même, strictement invérifiable, se basant sur des prémisses fausses.
                Avant de songer à un tipping point, il faudrait déjà démontrer la hausse de température en premier lieu et la cause de cette hausse en second lieu. Tant que ces démonstrations sont impropres, le reste n’est que vaine spéculation.

                    1. albundy17

                      Et je me suis mal exprimé, vu les quantité c’est tout à fait marginal.

                      Ds les carotages, sur quelques milliers d’années, la hausse du CO² succède à la hausse de la température, et inversement baisse après la baisse de t°.

                      Endin, quand il y avait 4 à 5.000 ppm, la planete n’était pas à + 40 °

                    2. P&C

                      Oui, le CO2 est un gaz marginal dans l’atmosphère terrestre…
                      Mais cela n’a pas toujours été le cas : nous devons cette situation aux algues photosynthétiques et à l’évolution de la vie, qui ont bouffé du CO2 et l’ont fixé dans la biomasse (oui, nous sommes aussi des puits de carbone).

              3. douar

                « la forêt amazonienne qui commence déjà à émettre du CO2 au lieu d’en absorber »
                non, la forêt amazonienne est un méta-climax (c’est une théorie) , le bilan carbone est nul, elle rejette autant de gaz carbonique qu’elle n’en absorbe. Elle a sans doute un rôle important sur le climat local, mais ce ne sera pas par rapport à une quelconque fonction de puit de carbone.

                  1. Pheldge

                    c’est amusant, dans les années 70 j’avais lu* dans Sciences & Vie, un article en faire part de deuil pour la forêt amazonienne, alors présentée comme « poumon de l’Humanité », et dont le ton était « on va tous mourir ».

                    *à l’attention des médisants et autres gros jalminces (j’ai des noms, plusieurs …), j’étais en 6ème, mes parents étaient abonnés

                1. P&C

                  Le vivant est basé sur le carbone (organique = CHONPS), tout ce qui vit et tout ce qui s’est formé à partir de ce qui a vécu est un puit de carbone (le pétrole est un puit de carbone, votre armoire normande est un puit de carbone… vous êtes un puit de carbone).

                  Une foret peut très bien émettre plus de CO2 qu’elle n’en absorbe : il suffit que la biomasse dont elle est constituée se réduise. Par exemple, du temps où il était verdoyant, le Sahara était un puit de carbone plus efficace qu’il ne l’est actuellement…
                  Le bilan est neutre que si la biomasse est conservée, peu importe si elle est convertie.

            3. Duff

              @h16 11 octobre 2018, 16 h 04 min

              Le coup d’arrêter les moyennes en l’an 2000 c’est un argument pourri aussi, faut arrêter avec.

              Quand on étudie le climat la première question qu’il faut se poser c’est de savoir savoir s’il faut lisser les évolutions sur 1 an, 5 ans ou 20 ans. Prendre la durée qui va bien n’est pas moins sérieux que les mecs qui mélangent peinard mesures satellitaires et termomètre du XIXème siècle.

              Si ça se trouve étudier le climat sur moins de 100 ans n’a pas de sens. Si on se fit à la récurrence des évenements chauds ou froids consignés depuis le moyen-âge, faire des moyennes courtes n’a pas de sens.

          2. P&C

            Ajoutez le fait que l’acide carbonique (CO2 + H20 H2CO3) n’est guère bon pour la santé des mollusques, car un pH plus bas favorise la solubilisation du calcaire… or les mollusques ont un besoin vital de faire du calcaire.

              1. P&C

                J’ai un article qui dit l’inverse :
                http://www.nature.com/articles/nature21707

                Le pH de l’océan est de 9 environ, et il est remarquablement stable. Pomper du CO2 pour en faire de l’acide carbonique, l’océan sait très bien faire.
                Le problème, encore une fois, est que nous menons l’expérience pour la première fois : on ne sait pas ce qui va se passer.
                Sinon, je souscrit à votre argument « save us and get our money » : faut bien que les labos se financent…

                1. albundy17

                  d’ici a passer en dessous de 7 il y a une marge, nan ?

                  Le marrant aussi, c’est cette baisse de Ph mesurée entre 1751 et aujourd’hui, 0.14 sur les eaux de surface.

                  Alors primo, avec quoi ont ils fait les mesures il y a 4 siècles, a quelle fréquence, et ds quels points du globe, secundo, les mesures faites de nos jours sont les résultats de 9 stations toujours en eux de surface, pas idéalement réparties…

                  Enfin, mais là il s’agit d’un questionnement, la mer absorbe, ou dégaze selon sa température ?

                  1. P&C

                    Oui et non.
                    Oui, car plus il fait froid, et plus la captation du CO2 par les océans est favorisée.
                    Mais on peut pas dire que les océans dégazent : pour que l’océan dégaze, il faudrait que la concentration de CO2 dans l’air soit inférieure à celle de l’océan, ce qui n’est pas le cas (car les algues le bouffe pour faire la photosynthèse, donc l’équilibre est déplacé vers le sens capture du CO2 par l’océan).

                    1. albundy17

                      Donc c’est nickel chrome pour le phyto plancton, base de la vie océanique.

                      Je vais m’acheter un v12 :mrgreen:

                      Il est à noter cette recrudescence de manifestations animale près des cotes, sur les deux derniers mois et pour les endroits m’intéressants, baleine et son petit venant s’ébrouer pratiquement sur la plage à la réunion, naissances de tortues sur une plage de l’Hérault, baleine en face de chez moi, deux troupeaux de dauphins, toujours en face de chez moi, qui ont élu domicile ds le coin.

                      Ce n’est qu’anecdotique, m’enfin on sent bien la fin des espèces marines

  9. Gerldam

    Tant que les modèles du fumeux GIEC ne reproduiront pas le passé, le réchauffement -important celui-là- de l’an mille et du petit âge glaciaire du XVIIème siècle, tout ce qu’ils pourront dire sur le futur ne sera que balivernes et sottises de sciento-politiciens qui n’ont qu’un objectif: continuer à recevoir subsides et « grants » pour leurs « recherches » futiles.

      1. MarieA

        Certains scientifiques ont le mérite d’être à moitié honnêtes, le plus efficace ça reste la propagande :

        « Wynes et Nicholas, eux, plaident pour que les brochures d’information sur le changement climatique, principalement à l’usage des enfants,

        Leur cible principale ? Les adolescents. « Ils peuvent choisir leur propre régime alimentaire, influencer les décisions de la famille sur les vacances, et devraient être informés des conséquences environnementales de la taille d’une famille lorsqu’ils commencent à devenir sexuellement actifs. »

        Une naissance évitée, c’est un pollueur en moins.

        Stern et Wolske sont d’accord avec leurs collègues : « Présenter ces choix de vie pour débuter des conversations avec les adolescents pourrait être prometteur. »

        LOL alors qu’en fait, quand tu grandis tu réalises que tu perds ton temps et que tu aurais mieux fait de commencer à avoir un enfant à 17 ans.

        1. Nemrod

          Le principe de l’enrôlement des ados et même des enfants à des fins politiques n’est pas propre à ces nouveaux totalitaires.
          Leurs glorieux aînés leur ont montré l’exemple comme Pol Pot et Hitler…yes point Godwin !

          D’ailleurs Hitler était végétarien et a beaucoup contribué à la baisse démographique mais moins comparativement à sa population que Pol Pot, véritable bienfaiteur dans ce domaine.
          Et que dire de ses méthodes agricoles hyperbio.

          Voilà quelques élément de discussion bien utiles dans les prochaines réunions familiales…ça va être cocasse…

          MarieA a raison, faut y aller à fond…

  10. P&C

    Nous menons l’expérience consistant à envoyer un paquet de CO2 retenu dans le sol sous forme de biomasse ancienne pour la première fois. Donc, personne ne sait ce qui va exactement se passer. Nous pouvons juste faire des prédictions…

    Il n’a pas de substitution d’énergie : il n’y en a jamais eu de massives dans toute l’histoire. Justes des requalification d’usage (nous n’avons jamais utilisé autant de charbon… car celui ci sert à fabriquer de l’électricité).
    https://www.bing.com/images/search?view=detailV2&ccid=NxvCilyj&id=66B9D21810EAAEB1480E23E5F70D8AE4DD51B0D6&thid=OIP.NxvCilyjySM4MeWRme1uLwHaET&mediaurl=https%3a%2f%2fdeuxpiratesentransition.files.wordpress.com%2f2014%2f04%2fimage-manicore.jpg&exph=470&expw=808&q=%c3%a9nergies+consomm%26es+personne&simid=608003235266691560&selectedIndex=6

    Le problème que pose les ENR, c’est qu’elle sont diffuses, et qu’il faut construire des convertisseurs sujets à des problèmes de maintenance (le bois a le bon gout de faire sa propre maintenance). En clair, charbon et pétrole à gogo pour produire panneaux solaires et éoliennes.

    Les seules choses dont nous sommes surs sont :
    – le genre homo pèse sur la biodiversité depuis l’invention de l’outil. Ce qu’il s’est passé est une simple conversion de biomasse : celle des hommes et de leurs animaux domestiques a remplacé une partie de celle des autres vertébrés terrestres… les ours polaires et cie sont juste une exception.
    – notre civilisation repose sur un climat stable, car il permet l’agriculture et des conditions climatiques qui ne nous obligent pas à déménager nos sociétés souvent.
    – PIB et énergie sont intimement liés. Comme notre énergie consiste en du méchant fossile à plus de 80% (car il est tellement mieux que les ENR…), ce n’est pas demain la veille que l’on s’en séparera.
    – la démographie doit être limitée, au moins en Afrique, mais pour des raisons économiques : les efforts de développement de ces pays sont ruinés par le flot des naissances et les couts associés (cf les bouquins de Stephen Smith et Lugan).

    1. MCA

      « les efforts de développement de ces pays sont ruinés par le flot des naissances et les couts associés (cf les bouquins de Stephen Smith et Lugan) ».

      Présentation du livre de Bernard Lugan :

    2. Vodkaman

      OK, moi ça me va….

      Il n’y a qu’a laisser l’espèce humaine s’auto-détruire. Même s’il y a des dégâts collatéraux, un faible pourcentage d’espèces suffira à préserver la vie sur cette planète. (cf les précédentes extinctions).

      La vie recommencera sans les hommes et sans pollution, parce que d’ici à ce qu’une éponge ou une méduse soit en mesure de dominer le monde, c’est pas gagné.

      D’ici là, laissez moi bouffer une bonne entrecôte et prendre ma bagnole pour aller au taf (130 bornes/jours), ce qui permet à de nombreux parasites de vivre à mes dépens.

    1. plutarque

      On pourrait aussi les bouffer… Le poisson est pourri de mercure, la viande bourrée d’antibiotiques, les légumes d’OGM…

      Conclusion : bouffez du végan ou de l’écolo : ils mangent des graines bio, sont élevés en plein champs… Miam.

      1. Nemrod

        Faîtes gaffe malheureux…faut pas rigolez avec ces gens là !

        D’ailleurs suffit de les regarder et pire de les écouter pour sentir le désespoir vous envahir.
        Un pote à moi les surnomme »merdes de laitier »rapport à leur mine

        J’ai été signalé à Pharos pour une vanne du style…sans déconner !

        Bon y a que le laitier qui sonne tôt à ma porte mais on sait jamais.

        Je soupçonne un contributeur d’ici d’ailleurs.

        1. Pheldge

          Ah, non, désolé, je ne dénonce pas pour rien ! on peut être des latteurs, peu importe la pointure d’ailleurs, on a son amour propre ! 😉

  11. Artiste

    Envisager un problème mondial dont la résolution ne peut être que mondial est l’escroquerie trouvée par les élites mondialistes pour promouvoir leur projet final qui est d’imposer une gouvernance mondiale cqfd

  12. Dr Slump

    Si j’en crois les vérités délivrées par les grands prêtres de l’écologisme, les individus humains étant des unités de production d’énergie biochimique, ils sont par nature émetteurs de résidus polluants tels que sueurs malodorantes, excréments, acide urique, céhodeu diabolique, sans oublier bruits, agitations, et parfois même hémoglobine sanguinolente, dont il faut réguler le nombre et l’activité au plus vite, sans quoi la galaxie n’y survivra pas.

    Oh, wait, on me dit que c’est bien le but, pas d’inquiétude, ils ont déjà pensé à tout. Sauvons la galaxie, appelons Skeletor pour éradiquer les 3/4 de l’humanité! Reste à savoir qui sera préservé de cette éradication? parce qu’après tout les écologistres sont aussi humains et pollueurs que les autres, non? On me dit que cépapareil… vite, je cours prendre ma carte du parti écologistre, mon billet d’indulgence!

            1. Husskarl

              J’ai encore quelques restes de culture =) mais Jupiter est surtout le sobriquet de notre actuel président d’après la presse. Ils ne savaient pas encore pour le coté grec…

              1. Dr Slump

                Mon erreur, j’avais pris ça au sens littéral… lol! Et Jupiter ne répugne donc pas à se livrer à quelques prudes bacchanales, en son palais élyséen, y faisant venir faunes des îles

    1. Citoyen

      Ah non, pas d’accord !! … Mais alors, pas du tout !! … En fait, grâce à la BCE, Jupiter vit à crédit sur le dos des con-tribuables …

  13. NicolasPimprenelle

    Si fumer tue, manger sucré et salé tue, boire tue, forniquer tue, se déplacer en bagnole tue, respirer l’air pollué tue, aller à Barcelone pour 19 € tue, péter tue, manger de la viande et non des plantes tue, faire des vols transatlantiques tue et ne pas faire de vélo tue, je me demande dans quelle mesure le fait de vivre ne tue pas tout simplement …
    Me trompe-je ?

    1. goufio

      Oui, mais voter ça donne l’impression d’exister.D’ailleurs Pierre Desproges ne disait-il pas : »les français ne croient pas au Père Noël, …, ils votent »
      C’est drôle comme les gens qui se croient instruits éprouvent le besoin de faire chier le monde.- Boris Vian

        1. MJ

          J’aime les paysans, ils ne sont pas assez…
          mais c’est bien de Montaigne.
          et c’est tellement vrai, combien de têtes d’ampoule procurent un éclairage glauque .

  14. carpe diem

    bon, j’ai les neurones courent dans tous les sens : en fait on demande à l’être humain blanc de se suicider, à défaut, de faire moins de môme…..Pendant ce temps, avec l’autre hémisphère cérébral, on nous demande de faire plus d’enfants parce que la démographie, les retraites et tout ça et pis on nous demande d’accueillir les bronzés qui vont nous sauver de cette catastrophe parce que eux, les moutards à alloc ils connaissent hein… expliquez moi je n’en peux plus.

    1. Husskarl

      Ainsi chacun trouve une « idée » préconçue à son pied et chacun peut vivre dans sa matrice socialiste et pourrir la société par un pan ou par un autre. La pensée unique n’est pas une idée unique.

    2. Jacques Huse de Royaumont

      Si la population est trop élevé, l’effort ne devrait-il pas, en bonne logique, se porter en premier dans les pays où la natalité est la plus forte ?
      Donc dans les pays d’origine des migrants, souvent musulmans.
      Ça tombe mal, ils en ont déjà refuser le principe en 1974, à la conférence de Copenhague. En toute logique, on devrait donc les laisser se démerder tout seul.

      Mais, bon, la logique…

  15. plutarque

    Une autre escroquerie : présenter le discours officiel du GIEC comme étant adoubé par « la quasi totalité des experts climatiques ».

    Lorsque je discute avec mes proches, c’est le premier argument qu’on me sort, celui qui fait « mouche » dans l’esprit du quidam.

    Je ne suis pas un expert, mais il me semble que c’est pour le moins très exagéré, si j’en crois ma lecture rapide du site « penseeunique.fr ».

    1. Husskarl

      Pour ne pas penser, l’idéal c’est de trouver une personne qui le fasse à votre place. La presse le fait très bien. Et comme Le Monde l’a dit, pas besoin de chercher plus loin, c’est la vérité pure.

      Ca commence tôt. Les manuels scolaires font ça très bien également.

      1. plutarque

        C’est désespérant… Autour de moi, les défenseurs les plus fanatiques de la doxa réchauffiste sont les bac+5, ingénieurs… Disposant a priori du bagage et de la culture nécessaires à au moins un peu de recul. Mais non.

        1. Nemrod

          Alors ça n’est pas du tout du tout une garantie.
          Leur temps d’exposition à la propagande a été plus long et ça continue car ils se gavent des média mainstream.

          1. Husskarl

            Et oh, je suis +5 et je ne suis pas dans ce cas. Disons que chez les +5, ça se voir plus car leur ignorance sur le sujet dénote de leur connaissance dans leur domaine. Mais bien souvent, ils sont ignares…et certains d’avoir raison. Si la TV le dit…

              1. Husskarl

                Je ne suis pas spécialement data scientist même si je n’en suis plus très loin au vu de l’évolution de mon boulot.

                Quant à ceux que je fréquente, il y a de tout, du généraliste, de l’élec, de l’automatisme, de l’informatique.

                1. P&C

                  Dis moi, tu t’y connaitrais en formation pour adulte en ce sens ? Que me conseillerais tu ?
                  J’ai quelques compétences dans le domaine (prédiction de chimie à partir de spectres infrarouges par PLS2 + cours open classroom, faut juste que je comprenne comment marche le fichu Python).
                  J’avais l’opportunité de le faire en passant par le module pour docteurs en chômage de l’école centrale de Nantes (« compétences des docteurs pour l’entreprise », le même truc que propose l’école des ponts et chaussées pour son école doctorale), mais je n’ai pas été pris en raison du fait que j’ai déjà un boulot…

                  1. Stéphane B

                    Pour Python, tu as des formations gratuites sur FUN (france Université Numérique) grâce aux MOOCs. Elles partent du débutant pur et montent.

                  2. Husskarl

                    @P&C

                    Hélas je ne connais de formation pour adulte car ce que j’ai appris, je l’ai appris en école ou en autodidacte. Si il te faut juste apprendre le Python, tu as justement ce qu’il faut sur OPC ou developpez:

                    openclassrooms.com/fr/courses/235344-apprenez-a-programmer-en-python

                    python.developpez.com/cours/

                    C’est ainsi que j’ai appris plusieurs langage, l’école n’était que du peaufinement à ce niveau.

                    Tu cherches à maîtriser le langage en t’orientant directement vers ta spécialité (chimie) ? ou généralement ?

                    1. P&C

                      @Pheldge

                      J’aurai du…
                      Mon cousin s’en sort bien mieux que moi… pensez, il a fait le parcours idéal :
                      – BEPC cambriole
                      – CAP Cannabis, suivi d’un Bac pro cocaine.
                      – Licence import export.
                      – MBA blanchiment
                      Il a épousé une algérienne, s’est converti à l’islam, du coup il a aussi le joker « diversité la chance, n’allez pas en prison, touchez les allocs ».

            1. Pythagore

              « bien souvent, ils sont ignares… »
              De mon expérience, c’est plutôt de la fainéantise et du consumérisme. Ils sont occupés à faire carrière, dans les bouchons, à élever les gosses, à aller en vacances, faire la fête,…. et n’ont pas le tps d’aller chercher l’info, ils gobent ce qu’on leur donne à gober sans aller chercher plus loin. La soupe servie est suffisante pour briller et s’émouvoir en société.
              Difficile de discuter d’ailleurs, car le niveau d’ignorance est tel qu’il faudrait prendre bcp de tps pour expliquer chaque sujet, ce que le « small talk » moderne ne permet pas.

              1. Nemrod

                Je pense surtout que la plupart sont terrifiés à l’idée d’être considéré comme marginaux et de fait d’être un paria.

                Même si ils flairent l’arnaque, ils iront dans le sens du vent.
                Cela se remarque aussi dans leurs choix politiques.
                Ils sont bien placé pour savoir que tout déviant de la doxa gaucho-mondialiste est ostracisé puisqu’ils le pratiquent tous les jours

                Ils pensent avoir trop à perdre immédiatement et préfèrent l’estime ou la reconnaissance des autres à l’estime de soi.

              2. Husskarl

                « De mon expérience, c’est plutôt de la fainéantise et du consumérisme. »

                N’est-ce pas la même chose ? Finalement, ils se servent des fausses excuses que vous énoncez (faire carrière, dans les bouchons, à élever les gosses, à aller en vacances, faire la fête) pour se soulager la conscience de ne pas avoir le temps de .

                « Difficile de discuter d’ailleurs, car le niveau d’ignorance est tel qu’il faudrait prendre bcp de tps pour expliquer chaque sujet »

                J’ai arrêté pour ma part, de toute manière, ils ne le veulent pas, ils sont comblés par le foot et leur week-end à la plage. Ils n’ont pas de curiosité, il n’y a donc pas de dialogue mais un cours magistral.

            2. Jacques Huse de Royaumont

              Je ne sais pas si ignare est le bon diagnostic. J’ai plutôt l’impression qu’ils adoptent l’attitude intellectuel qui fait chic, ou qui permet de se fondre dans le groupe de ceux qui pensent (bien). Refuser la doxa réchauffiste, c’est un peu comme manger avec ses doigts ou se moucher dans sa manche, c’est mal élevé.
              C’est d’abord très grégaire, puis l’habitude étant une seconde nature, ça devient « leur » pensée.

              1. Husskarl

                Parlez avec eux d’un pays étranger, d’Histoire, vous vous rendrez compte qu’ils sont effectivement ignares. Mais ce n’est pas incompatible avec votre description, la mode du vide intellectuel est appréciée, elle ne demande pas beaucoup d’efforts…

        2. Husskarl

          « C’est désespérant… Autour de moi, les défenseurs les plus fanatiques de la doxa réchauffiste sont les bac+5, ingénieurs… Disposant a priori du bagage et de la culture nécessaires à au moins un peu de recul. Mais non. »

          J’ai les mêmes autour de moi, ils ont la capacité de raisonner mais ils n’ont en revanche aucune culture, ils raisonnent donc à partir de prémisses erronées et concluent quelque chose d’erroné également…

          1. lafayette

            il faut bien que quelqu’un paye pour continuer de faire fonctionner les climatiseurs avec des éoliennes et des panneaux solaires.

            Le tout est de se mettre d’accord, le sujet importe peu

    2. Helkafen

      Pour être plus précis, le GIEC ne fait qu’agréger la recherche existante et ne comptabilise que les études qui ont un niveau de certitude élevé, ce qui fait qu’ils tendent à sous-estimer certains risques. Le niveau de consensus est indiqué individuellement dans chaque énoncé du rapport.

    3. Nemrod

      Dîtes lui que la quasi totalité des experts disaient que la terre était plate avant que l’on démontre le contraire.
      Ca les calmera.

      1. Guillaume_rc

        Moi je réponds que fin XIX° / début XX°, tous les scientifiques étaient convaincus de la supériorité de l’homme blanc.
        En général, ça jette un froid !

        1. Citoyen

          Ha mais, pour rigoler un peu, il y a même un site sérieux sur le sujet, ici :
          http:/ /leblogdeconscience.com/index.php/2016/09/21/theorie-de-terre-plate-elements-probants-posent-question/

      2. Citoyen

         » … disaient que la terre était plate … » …. Disaient ?? … Pourquoi ? … Le consensus n’est pas encore acquis pour tous à ce jour …
        Il y en a qui sont en quête de vérité … ici :
        http:/ /leblogdeconscience.com/index.php/2016/09/21/theorie-de-terre-plate-elements-probants-posent-question/

    4. Jules

      Perso, j’aime bien demander quel est le principal gaz à effet de serre. Soit ils sont incapables de répondre, soit ils disent une bêtise.
      Ensuite je me délecte à les voir pédaler dans la semoule après leur avoir dit que c’est l’eau…
      Même après avoir réalisé qu’ils n’ont pas la moindre connaissance du sujet abordé, ils n’ont pas le moindre début de scepticisme quant à leurs affirmations.
      Je pense que c’est moins par dogmatisme que par peur de passer pour un fou conspirationniste auprès des autres.
      Le plus aberrant, c’est que les plus convaincus (convaincants) sont les plus gros « producteurs » de co2.
      J’aime bien taquiné ma femme (qui fait parti des « walkers ») sur le fait qu’elle n’a pas de cas de conscience quand on part en vacances à l’autre bout de la planète 😀

      1. adawong1789

        Là où je travaille je suis cerné par les donneurs de leçons, ceux-là même qui ont fait 3 fois le tour du monde en avion. Si seulement ils étaient cohérents… Mais c’est de l’ordre du rêve !

  16. dov kravi דוב קרבי

    Benoît Rittaud (voir son excellent blog Mythes, Mancies et Mathématiques) a le plaisir de vous inviter à une matinée organisée par l’association des climato-réalistes vendredi 19 octobre à l’hôtel de l’Industrie. Nous y entendrons s’exprimer au sujet du climat deux des scientifiques les plus reconnus à l’échelle mondiale, Vincent Courtillot (Académie des sciences) et Richard Lindzen (Académie américaine des sciences). Voici le lien à suivre pour les détails :
    https://www.climato-realistes.fr/conference-lindzen-courtillot-18-octobre-2018/

  17. Mandon

    Il y a un autre problëme qui arrive très vite , c est la déplétion du pétrole. On est déjà en Europe en contraction énergétique. C est une énergie miraculeuse que rien ne pourra remplacer. Le pic de Hubbert est là , aie aie….

      1. Duff

        Amusant aussi comment notre nouveau Nobel parle de traiter les déchets nucléaires avec ses lasers. Si on réduit la radiactivité (demi-vie) des déchets de quelques milliers d’années à quelques années voire moins, les donateurs à Greenpeace vont neiger aussi vite que les glaces arctiques 😀

        1. albundy17

          « parle de traiter les déchets nucléaires »

          Les russes auraient découvert lors de contrôle ds des sites de stockages une bactérie dégradant des particules irradiantes en milieu aqueux, c’est très récent.

          1. Dr Slump

            On aurait tort de sous-estimer les russes, sur le plan scientifique comme sur les autres plans: ils se font discrets, mais ils n’en font pas moins que les autres grandes puissances.

            1. Duff

              Peut être mais on parle d’isotopes radioactifs auxquels il faut extraire ou fournir de l’énergie (et beaucoup!) pour les faire changer d’état vers un autre stable. Je peux me tromper mais le coup des bactéries ça sent le hoax à fond.

              Je vois très bien comment des bacteries peuvent bouffer de la m** pour les dégrader chimiquement dans une station d’épuration mais nettement moins trifouiller dans la composition d’un noyau atomique.

              1. albundy17

                 » le coup des bactéries ça sent le hoax à fond. »

                Aucune idée. Je ne rejette pas tout de suite, y’a bien des crevettes se nourrissant d’acide sulfurique le long de la dorsale océanique.

                Ou un pays dont l’espérance de vie est la plus longue du monde malgré les deux bombes

                1. Iskanderkul

                  Comme Duff. Ce n’est sans doute pas un hoax volontaire, mais c’est bien une exagération des journalistes, reprise telle quelle et propagée avec ajouts d’erreurs. Ces bactéries ne peuvent pas se nourrir de produits ionisants, mais comme elles sont très résistantes aux radiations, il est envisagé de les utiliser dans les endroits contaminés (irradiants) pour traiter les pollutions classiques, que l’on a pas envie d’approcher, mais qu’il faudrait bien réduire : hydrocarbures, déchets industriels… mais c’est encore un projet, il faut leur donner envie de manger les produits que l’on veut traiter 🙂

    1. plutarque

      Ouarque arque arque…

      Les « pics pétroliers », j’en ai connu un tous les 5 ans environ depuis les années 70…

      Petit lien, regarder notamment pages 14 et 15 : h p://evworld.com/library/hsbc_powering2050.pdf

      1. albundy17

        Pis c’est marrant de dire ça le jour de l’annonce de 7 nouveaux gisements découvert au mexique

        challenges.fr/monde/ameriques/petrole-la-production-relancee-dans-le-golfe-du-mexique_618411

    2. Aristarkke

      « c est la déplétion du pétrole. »
      Ah, c’est donc pour cela que les taxes s’abattent comme les obus à Gravelotte sur les carburants pétroliers. Plus la ressource fiscale s’amenuise, plus il faut la taxer pour qu’elle continue de rapporter autant…

  18. Duff

    Lire les mêmes canards, les mêmes journaleux militer pour la PMA/GPA et la réduction du nombre d’enfants, se plaindre du racisme dire que les races n’existent pas etc. Je crois que l’expression « logique socialiste » est particulièrement mal choisie.

    1. Pythagore

      Demandez à un socialiste, ce qu’il pense de la politique de l’enfant unique en chine (« cétroporrible ») puis 2ème question, comment réduire le nombre d’enfants pour préserver la planète ? Sûr que les réponses seront très instructives.

      1. plutarque

        Obsolète, ça. Maintenant, c’est 2 enfants réglementaires. Et ils ont arrêté l’éviscération à la petite cuiller (rouillée) en cas de dépassement.

        Ca se passe de manière bien socialiste, bien civilisée : 1 enfant = aides sociales basiques; 2 enfants = aides sociales plein pot. 3 enfants, plus d’aides sociales.

      2. BDC

        Une amie qui bosse dans le développement en Afrique, dont la limitation des naissances, disait que cépapareil : là en Afrique on le fait de façon démocratique, avec le lavage de cerveau consentement des gens.

    2. BDC

      Les bobos s’offusquent de ce graphe pasque cépapareil, et pourtant c’est la conclusion logique de leur paradigme écolo. Si consommer n’est pas bon pour Gaïa alors fatalement il faut limiter le nombre d’enfants des méchants occidentaux.

  19. goufio

    Un grand économiste américain: John Kenneth Galbraith disait : »Il y deux types de prévisionnistes en finance: ceux qui ne savent pas et ceux qui ne savent pas qu’ils ne savent pas » Je pense qu’il est de bon ton de paraphraser cet auteur en switchant le mot finance par climat

    1. Jacques Huse de Royaumont

      « ARGAN.— Les médecins ne savent donc rien, à votre compte ?
      BÉRALDE.—Si fait, mon frère. Ils savent la plupart de fort belles humanités, savent parler en beau latin, savent nommer en grec toutes les maladies, les définir et les diviser ; mais, pour ce qui est de les guérir, c’est ce qu’ils ne savent point du tout.
      C’est qu’il y en a parmi eux qui sont eux-mêmes dans l’erreur populaire, dont ils profitent, et d’autres qui en profitent sans y être. Votre Monsieur Purgon, par exemple, n’y sait point de finesse : […] c’est de la meilleure foi du monde qu’il vous expédiera, et il ne fera, en vous tuant, que ce qu’il a fait à sa femme et à ses enfants, et ce qu’en un besoin il ferait à lui-même.
      ARGAN.— Vous ne croyez donc point à la médecine ?
      BÉRALDE.—Non, mon frère, et je ne vois pas que, pour son salut, il soit nécessaire d’y croire.
      Tout le sel de cette réponse réside, on le voit, dans ces trois mots : pour son salut, qui accusent finement le malade imaginaire d’être dévot en médecine.
      Il en va de même dans la façon dont Molière amène un sujet grave. Ainsi, quand il s’agit de condamner de façon explicite la pratique médicale, Molière articule indirectement ce thème, évoqué comme par accident, à la faveur d’une amusante digression sur son propre théâtre :
      BÉRALDE.— Moi, mon frère, je ne prends point à tâche de combattre la médecine ; et chacun, à ses périls et fortune, peut croire tout ce qu’il lui plaît. Ce que j’en dis n’est qu’entre nous, et j’aurais souhaité de pouvoir un peu vous tirer de l’erreur où vous êtes, et, pour vous divertir, vous mener voir sur ce chapitre quelqu’une des comédies de Molière.
      ARGAN.— C’est un bon impertinent que votre Molière avec ses comédies, et je le trouve bien plaisant d’aller jouer d’honnêtes gens comme les médecins.
      BÉRALDE.— Ce ne sont point les médecins qu’il joue, mais le ridicule de la médecine. »

      Remplacer médecine par réchauffement et le texte garde toute son actualité.

  20. JiJiBé

    Et à propos d’ours polaires et de banquise me revient à l’esprit l’image de l’inénarrable ex-ministre de l’écologie, de l’anergie et de la couillonnade durable qui avait déjà frappé avec le projet d’interdiction de faire du feu dans les cheminées, les particules fines et l’encrassement du poumon (décembre 2013).

    Hystérique, vous avez dit hystérique, celle-là même qui avait remis çà avec l’isolation obligatoire par l’extérieur des constructions anciennes, ayant trouvé le moyen de se déguiser en omelette norvégienne trimbalée en congélateur personnalisé pour expliquer à l’inuit de base comment appliquer ces mesures à son habitat et son mode de vie afin de sauver la dite banquise.

    Elle nous manque ! (même lorsqu’elle sévissait elle nous manquait déjà).
    Au fait, en attendant de trouver un ministre de l’Intérieur, rappelons aux affaires l’ineffable Ségolène pour piloter un ministère de l’Extérieur réchauffé.

        1. Pheldge

          Pas besoin, il se dit qu’elles vont jouer dans la suite de « bourgeoises maltraitées », grand classique et oeuvre de référence 😉
          colmax.com/films/bdsm/bourgeoises-maltraitees

            1. Pythagore

              hi hi je l’ai lu 🙂 🙂 (SP va encore me traiter de fayot 😉 )
              Lire aussi les commentaires très interessants qui expliquent la problématique des mesures de température et qui mettent en cause l’utilisation de la température comme paramètre physique adéquate pour mesurer un réchauffement qui serait lié au carbone. Ils parlent aussi de la facon très arbitraire dont les mesures sont moyennées, ce qui a lui seul pourrait expliquait le différentiel relevé dans les modèles, les différences d’accumulation de chaleur entre mer et terre,….
              Certains disent que la chaleur serait plus appropriée comme base d’évalation, d’autre l’énergie, paramètre pour lequel je penche aussi. Il s’agirait de développer des modèles sur des bases bilan énergétique.

            2. Helkafen

              C’est malheureux de laisser des erreurs aussi grossières dans un fichier de mesures. L’autre jour j’étais tombé sur un homme de 4 mètres dans un fichier biométrique, entre autres erreurs de saisie. Ce qu’il faut faire, c’est corriger le fichier et publier l’impact sur les prédictions. Ce qu’il ne faut pas faire, c’est rejeter le modèle entier juste à cause de ça.

              Pour référence, voici une autre critique de ce jeu de données qui montre des biais: https://skepticalscience.com/hadcrut4_analysis_and_critique.html.

              Et une comparaison d’autres jeux de données (NASA, Berkeley etc): https://www.metoffice.gov.uk/research/news/2018/global-surface-temperatures-in-2017. Comme vous pouvez le voir, la tendance moyenne au réchauffement n’est pas démentie.

              1. Pfff.

                Des modèles si bons qu’aucun (0) ne parvient à prédire le passé (!) et qu’aucun (0) ne parvient à fournir une courbe qui colle à l’observation du présent.

                Ce qu’il faut faire, c’est corriger le fichier et publier l’impact sur les prédictions.
                Eh bien ce n’est pas ce qui est fait.

                La courbe de Mann, complètement pourrie, ** a disparu ** des rapports du GIEC sans autre forme de procès. Mea culpa ? Que nenni.

                1. adawong1789

                  @ Helkafen
                  Leurs données ils se les taillent en pointe ces menteurs, il y a quelques semaines on pouvait lire un article sur Zerohedge montrant des photos rigolotes : des stations météo collées à un aérodrome, des thermomètres au cul des avions… Sérieux faut arrêter !

                  1. Helkafen

                    Vous les accusez d’incompétence ou de tromperie? Il faudrait savoir.

                    D’autre part, j’aimerais bien voir votre source pour me faire une opinion.

                    1. Allons. Votre opinion est non seulement toute faite, mais puisée à des sources comme SkepticalScience dont la probité scientifique en fait rire plus d’un.

                    2. adawong1789

                      @ Helfaken
                      Tromperie ou incompétence, un peu des deux, ça dépend des jours et des personnes. Peut-être que les gars brillants ont conscience de nous embobiner, après il y a des grosses pointures (rien de moins que notre ex Président, ou nkm) qui vous annoncent, detendus du bon sens, que le CO2 cause des tsunamis… Je ne suis ni climatologue ni même scientifique, mais quand une ex ministre me prend de haut en plaçant le Japon dans l’hémisphère sud, je dois bien avouer que mon radar à bullshit s’excite, et que tout ce qui pourra sortir de leur bouche ne sera que balivernes.

                      Vous pourrez trouver l’article et les photos facilement sur le site Zerohedge, souvent très intéressant. En fouillant sur Contrepoints vous aurez des anecdotes sympas sur le placement des stations météo en France, j’ai le souvenir de croustillantes absurdités, même pour un non scientifique.

                2. Helkafen

                  La critique du jeu de données a été publiée juste avant la publication du rapport du GIEC, ce qui ne laisse clairement pas le temps de faire des corrections.

                  >> lol : c’est plein d’erreurs grossières, mais c’est la fotalacorrection publiée trop tard ? Bordel.

                  D’autre part, votre commentaire porte sur la qualité des *modèles* troposphériques, ce qui est un autre sujet. Le graphe que vous avez publié souffre en outre de nombreux problèmes qui sont expliqués ici: https://www.skepticalscience.com/republicans-favorite-climate-chart-has-serious-problems.html

                  >> entre la source (skepticalscience, lol), le titre « republicans… » qui donne un éclairage précis et pas du tout politique du site, et le noyage de poisson, bien tenté, mais ça s’est vu. Du reste, vous n’avez rien dit sur l’argument lui-même : aucun modèle correct, où est la qualité de prédiction de la « science climatique » des réchauffistes ? Nulle part. Ergo, poubelle.

                  Quant à la courbe de Mann, je ne connais pas le sujet et je n’ai plus le temps de faire une recherche de fond aujourd’hui, mais je constate que vous critiquez la suppression d’un modèle que vous désapprouvez. Ce qui, selon votre opinion de la courbe de Mann, est une correction nécessaire. Vous voulez des corrections ou pas?

                  1. La mauvaise foi élevée au rang de figure rhétorique…
                    La courbe de Mann (crosse de hockey) a été utilisée pour expliquer « le rythme sans précédent » d’augmentation des t°. Non seulement, c’était bidon, mais le GIEC a été obligé de la retirer (sans explication) et de n’en plus faire mention. Le pipeau sur « le rythme sans précédent » est resté (ça marche : vous y croyez encore).

                    Ensuite, il suffira d’aller sélectionner les jeux de données les plus à même de prouver (même vaguement) ce « rythme sans précédent », de « redresser » les données (à coups de manips honteuses) pour leur faire cracher le morceau et voilà.

                    L’éthique, la modestie et la méthode scientifique ont totalement disparu du GIEC, qui n’a jamais été qu’un groupe de politicailleurs.

                    1. Husskarl

                      « Vous voulez des corrections ou pas? »‘

                      Entre se corriger, faire amende honorable et cacher ses erreurs par une suppression discrète il y a le gouffre de l’honnêteté.

                    2. BDC

                      Cette histoire de RCA, c’est comme le cholestérol et les maladies cardiovasculaires : des chercheurs ont trouvé une corrélation cholestérol/maladies cardiaques, et d’autres chercheurs en ont conclu qu’il fallait le faire baisser par des statines pour diminuer le risque… Des années plus tard, les (salauds de capitalistes) labos se sont enrichis grâce aux rentes sur les statines et on s’aperçoit que ces statines sont inefficaces, vu que le cholestérol est un marqueur du risque et non la cause. Dans cette histoire, les chercheurs étaient tous de bonne foi, convaincus par leurs propres idées, les labos idem, trop contents d’avoir des thèses scientifiques pour développer leur marché. Donc amha, les chercheurs du GIEC et autres sont de bonne foi aussi. Et ils auront d’autant plus de mal à se réveiller que leur niveau de dissonance cognitive a atteint des sommets …

                    3. Ah mais on peut très bien être de bonne foi et complètement à côté de la plaque. Maintenant, un certain nombre des élites du GIEC ne peuvent plus se retrancher derrière cette bonne foi tant leur collusion avec le pouvoir et des intérêts financiers est évidente.

            3. Aristarkke

              « Probablement peu. »
              Rédigé en anglais que tout le monde ne lit pas forcément aisément dans le texte, ceci pouvant constituer un frein.
              On se demande (figure de rhétorique) comment il peut bien se faire qu’il faille recourir à de la doc étrangère alors que nous sommes le phare de la Terre (au minimum pour les discours de nos HP les plus mièvres)… 😥

    1. Il faut savoir lire, il faut savoir cliquer sur les liens donnés dans le billet. La réponse : les coûts ont augmenté en valeur absolue, ils ont baissé de 17% en rapport au PIB mondial (qui lui a cru, notamment avec la population). Du reste, c’est un proxy assez médiocre. Le nombre de victimes est au moins aussi intéressant (il a baissé).

        1. Aristarkke

          Nous avons pourtant eu droit récemment à la séquence « préparation des fond-ements » sous la forme d’annonce que les primes d’assurances 2019 seraient majorées, notamment par anticipation des conséquences du RCA…

          1. BDC

            Faut toujours penser à profiter des catastrophes, et puis de quoi les assureurs auraient l’air si les primes n’augmentaient pas, hein ? Comme ça, à défaut de constater une croissance du nombre d’événements, on pourra lire les conséquences du RCA sur les primes ! Elle est pas belle la vie ?

      1. Antoine

        C’est tout a fait ce que j’ai pensé, se baser sur la valeur est idiot. C’est comme si on disait que depuis l’euro on consomme + de pain… Parce qu’on dépense plus .. Du fait que le prix du pain a suivi l’inflation.. Comme le reste

    2. Jacques Huse de Royaumont

      En général, les coûts avancés représentent la facture pour les assurances. Or, ces montants dépendent certes de la sinistralité, mais aussi, et dans ce cas c’est prépondérants, du montant des valeurs assurés.
      Or, le montant des valeurs assurés augmente selon 3 axes :
      – un taux d’équipement en assurance (peu ou prou indexé sur le PIB par habitant)
      – un nombre total de bien disponible (indexé sur la population)
      – une valeur moyenne du bien à assurer (indexé sur le PIB par habitant, pour faire simple).
      Dans un monde où la population et le PIB/habitant ont doublés en 30 ans (et peut-être même plus), les montant de valeurs assurés explosent, donc les coûts des sinistres également.

      Par exemple, un tsunami comme celui de 2004 aura coûté une centaine de milliards aux assurances. 30 ans plus tôt, il n’aurait presque rien coûté : une population bien moins nombreuse n’avait pas les moyen d’assurer des maisons, qui de toute façon ne valaient rien.

      1. MCA

        MDR JHR,

        Sûr qu’un pékin dont la maison ne vaut rien et qui ne l’assure pas ne doit pas coûter grand chose aux assurances!… :o))))

  21. lxy

    Moi quand je vois revenir à la télé Corinne Lepage, avec sa tête d’oiseau de malheur il me prend une furieuse envie de mettre mon chauffage à bloc et de laisser allumées toutes mes lampes 24h/24.

  22. Guillaume_rc

    L’hystérie ne connaît plus de limites.
    Ce matin, France Info nous explique que les catastrophes naturelles liées au réchauffement font de plus en plus de victimes et de dégâts.
    Et le reportage s’ouvre par…. un tremblement de terre à Haïti !
    Si !
    Quelqu’un a prononcé le mot rigueur ?

    1. BDC

      Rrhhooo… c’est passque la fonte des glaciers entraîne des déplacements d’eau considérables qui font glisser les plaques tectoniques … 🙄

      1. albundy17

        ^^

        Et ça fond vite, il y a eu 4 m6 cette nuit !

        Et c’est pas fini, un glacier de l’antarctique s’apprête à lâcher 300 km² ds la mer, le niveau va grimper entre 0.1 mm et 15 m, selon les spécialistes

    1. Aristarkke

      Bien sûr qu’on nous ment (j’ai bien vu la fausse question 😛 ) puisque de nombreuses choses sont corrélées à ce calcul de pouvoir d’achat entraînant des dépenses étatiques que les dirigeants ne veulent pas vraiment combattre mais accommoder selon leurs besoins ou lubies du moment…
      L’article est pas mal mais il n’y est pas abordé (peut-être dans le livre) l’activisme taxatoire de l’Etat qui réduit également ledit PdA.
      Grand tapage médiatique a été fait il y a deux semaines sur le fait que la suppression de la cotisation salariale chômage allait rendre 22 € mensuels à la disposition du salarié moyen standard.
      Mais si parallèlement, une augmentation sensible de taxes sur un produit quasi-incontournable comme le carburant des voitures que presque tout travailleur consomme pour aller produire, l’annihile quasiment, vous n’avez pas de progression de PdA mais un simple maintien à un stade antérieur…

      En résumé, certains dispenses de cotisations ne servent véritablement qu’à payer des taxes en plus et ne sont que des transferts comptables.

  23. BDC

    Affaire à suivre à moyen terme : la Route polaire de la soie. Les Chinois tablent quand même sur le réchauffement pour exploiter l’arctique. Que fait la Reine des neiges ?

    1. Stéphane B

      Ben je ne sais point mais nul doute qu’ils ont déjà commencé de manière discrète.

      Menfin, UN NAVIRE DE LA MARINE NATIONALE TRAVERSE L’OCÉAN ARCTIQUE POUR LA PREMIÈRE FOIS. Pour le moment, seuls deux navires ont pu se glisser entre le pôle nord et la côte russe. Chacun dans un sens
      Pour la première fois, sans l’aide d’un brise-glace, un navire de la Marine Nationale française a emprunté le passage nord-est, frôlant le pôle nord. Le bâtiment de soutien et d’assistance hauturier, « Le Rhône », a, pour la première fois, traversé sans brise-glace l’océan arctique d’ouest en est.
      mer-ocean.com/un-navire-de-la-marine-nationale-traverse-locean-arctique-pour-la-premiere-fois/

    2. MarieA

      Elle est occupée à se faire un 1000ème lifting.

      Comme sa pote Anne Hidalgo, et toutes les femmes de gauche en général, qui prônent l’amour de la nature et de l’écologie sauf pour leur visage.

    3. Aristarkke

      Les Chinois demeurent prudents de ne pas se contenter d’une seule route possible (la terrestre) mais cherchent à doublonner car la polaire sera évidemment encore plus rapide. Il n’y a rien d’impossible à construire des navires marchands spécialement conçus pour naviguer dans les eaux chargées de glaçons

  24. MarieA

    Il ne sert à rien de lutter contre cette mode écologiste avec des arguments rationnels car ce lobby est une nouvelle religion, destiné à combler le vide causé par la laïcité et Mai 68 et à fournir un sens à la vie sans danger et sans saveur de ses ouailles occidentales.

    Attaquer les victimes d’une secte avec la raison et la science n’a jamais fonctionné dans le passé, il n’y a pas de raison que ça fonctionne aujourd’hui.

    Raison pour laquelle nous, les individus attachés à la liberté, devons répondre non pas avec des chiffres et des citations de scientifiques sérieux, car inefficaces, mais en exprimant nos émotions et nos caprices, comme nos adversaires, du type : « Je ne crois pas au tri sélectif. » « La fonte des glaces ne me gêne pas. » « Je pense que si le réchauffement climatique existe, c’est que Dieu l’a voulu. » etc…

    1. MarieA

      Un exemple magnifique de ce que je décris plus-haut, un putain de vrai ayatollah de la protection de l’environnement (qui passe évidemment par la destruction de notre envie de vivre) : Aurélien BARRAU qui coche d’ailleurs toutes les cases de la caricature de l’écolo, une vraie fiotte occidentale, de gauche (ça va sans dire!) et qui ne se lave pas les cheveux.
      C’est tellement impossible de respecter ce type d' »homme » que je préfère encore me laisser violer par nos amis de la religion de la paix et de l’amour que de perdre mon temps avec ce genre de fiottes. Malheureusement, vu la multiplication des énergumènes en France, j’en déduis que la protection de l’environnement est le nom d’un virus particulièrement contagieux.

      Spéciale dédicace à MCA qui regarde la chaîne comme moi, j’espère qu’il l’a vu (moi je me le suis infligé en entier!)

      1. Aristarkke

        A. Barrau se sert de sa caution d’astro-physicien pour en imposer dans le discours. Être brillant dans une discipline ne prédispose pas à l’être dans d’autres…
        § la célèbre appréciation du savant Arago sur les épouvantables dangers des chemins de fer…

            1. albundy17

              Ou juste le ramassis de conneries qu’il annonce en si peu de temps, soit vous ne l’avez pas écouté, soit continuez à l’écouter en boucle pour vous faire paiz

      2. MCA

        Je l’ai vu comme les autres.

        J’admire le scientifique, car les sciences sont mon centre principal d’intérêt.

        Bien entendu je conçois qu’on puisse être d’un avis différent en ce qui concerne l’homme.

        Au fait tant que j’y suis, vous avez reçu un mail… :o)))

    2. Raoul Kermes

      Une secte très bien partie pour battre le record du monde de suicide collectif.

      Le pire c’est qu’il n’y rien a rien à faire contre « le progrès ».

      A part déserter la scène en tentant de préserver ses proches et ses poches.
      Tenter de s’unir à des gens de convictions similaires.
      Et voter avec ses pieds, pour tout.

      En ne prenant pas part à ces faux débats, en achetant pas ces faux journaux, faux journalistes fausse télé fausses news partout.

      En la fermant mais en enlevant soigneusement ses billes du jeu.

      Preserver ses interêts, et les laisser se rendre compte par eux même de la pire façon, d’ici sans doute quelques décennies.

      1. MarieA

        D’accord avec vous, le boycott économique de toutes ces merdes est la première mesure mais, hélas, déjà appliquée par nous tous et pas assez efficace, je propose donc de proclamer et de défendre publiquement l’inverse de tout ce qui nous est présenté en la matière.
        Par exemple, quand on me demande mon opinion sur le sujet, je déclare maintenant que je suis POUR le réchauffement climatique parce que je suis frileuse et que j’ai peur des abeilles. Pas d’argument intelligent. Il faut se faire un devoir de ne JAMAIS justifier son point de vue par quelque donnée scientifique ou raisonnable que ce soit.
        Il faut répondre avec la même dose de mauvaise foi et d’idéologie que ceux d’en face, après tout, on n’éteint pas un incendie force 10 avec un verre d’eau.

        En faisant des recherches sur le nombre d’écologistes tués, j’ai pu une nouvelle fois constater la rigueur scientifique de nos médias et pouvoirs politiques sur le sujet : 197 ou 207 dans le monde entier en 2017. Voilà. A 2/3 vaches prêt quoi. Mettons tout le monde d’accord, je propose le chiffre de 270 000 000 000 pour la seule année 2017. On est jamais trop prudent devant la bête immôôôônde.
        A titre de comparaison, personnes tuées en glissant dans une douche : 450 000 rien qu’en France et chaque année.
        Mais les défenseurs de Gaïa sont persécutés par les fascistes et l’extrême-droite.

        1. Raoul Kermes

          Personnellement je suis pour monter une secte stipulant que vu que la planète est déjà foutue vive la barbake les V12 les flingues et les orgies engendrant des dynasties. Dans chaque port.

          1. douar

            Le premier Franck Margerin, « Franck Margerin présente » a justement ce scénario: Des scientifiques annoncent qu’un astéroïde va s’écraser sur la Terre, donc fin du monde. Donc, c’est la fête, tout est permis, tout le monde se lache. Flûte, il s’avère que finalement, les experts se sont gourés, les calculs étaient faux, la fin du monde est reportée à une date ultérieure.
            Zut, je ne vous dis pas la gueule de bois carabinée à l’échelle de la planète 😉
            C’est dommage, j’ai perdu cette BD sans doute à l’occasion d’un déménagement.

        2. Aristarkke

          Il y aurait seulement entre 45.000 et 50.000 décès en Grance chaque année, dans les accidents domestiques, selon Axa Prévention… C’est déjà pas mal mais ne proviennent pas uniquement de glissades dans les bacs à douche…
          A comparer avec les 4 000 morts sur les routes…

          1. Citoyen

            Bigre ! il y a eu de l’inflation ! ….
            Je connaissait des chiffres d’il y a une grosse décennie, qui annonçaient dans les 20.000 ….Le constat est que les sols glissants dans les douches deviennent de plus en plus dangereux … et que les escabeaux sont de plus en plus instables …
            Ou alors, c’est qu’il y en a qui font ça de plus en plus bourrés !…

            1. Aristarkke

              « les sols glissants dans les douches deviennent de plus en plus dangereux »
              Ce ne sont pas forcément les receveurs de douche en eux-mêmes qui sont dangereux parce qu’ils sont (normalement) étudiés pour être utilisés avec de l’eau les recouvrant.
              En revanche, mon expérience montre que des sols carrelés de pièces d’eau sont souvent normaux à sec mais équivalents à de vraies savonnettes une fois humides, même si l’humidité ne provient que de plantes-de-pieds humides et non de l’eau répandue…

  25. MarieA

    HS mais je pense que ça mérite d’être partagé :

    Une petite fille de 4 ans a été violée par des camarades de classe dans la cour de son école pendant la récréation, 2 semaines après la rentrée scolaire. On apprend que c’était en fait son troisième viol en réunion puisqu’elle a été violée 2 fois l’année dernière. La réaction de la directrice de l’école? Elle conseille aux parents de ne pas porter plainte.

    Voilà, c’est l’école de la République qui protège et éduque vos enfants…

    http://www.leparisien.fr/paris-75/enquete-autour-d-un-viol-entre-eleves-de-maternelle-10-10-2018-7916028.php

    Je conseille à tous de lire cet article, il est édifiant. Vous pourrez constater à quel point le maire socialiste, la vice-présidente du Conseil national de protection de l’enfance et la directrice d’une école publique prennent l’affaire au sérieux et ne diminuent absolument pas la gravité des actes.

    1. Val

      @MarieA malheureusement pas étonnant. Les instits et les personnes censées surveiller les cours de récréation sont aux abonnés absents donnant lieu à toutes sortes d’abus plus ou moins graves. Partis comme on est, je crois qu’il y aura un meurtre au primaire… et bien sûr les ravis de la crèche supposés garantir la surveillance seront les premiers surpris

        1. Aristarkke

          Monseigneur, n’oublions pas que beaucoup d’enseignants de gôche, sont rousseauistes, pronostiquant que l’Homme, et donc ses petits, sont naturellement bons et qu’ils ne sont pervertis que par la Société. Alors quand un spécimen échappe à sa définition, ils ne peuvent qu’être très surpris et sans réaction.

  26. douar

    Un commentaire de bon sens, de Jean de Kervadoué dans le Fig’
    http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2018/10/10/31003-20181010ARTFIG00336-avoir-un-enfant-nuit-a-la-planete-quand-l-ecologie-deraille.php

    A noter que Jean de Kervasdoué était climatico croyant, mais il l’est beaucoup moins aujourd’hui car il a dû se pencher sérieusement sur la question: il ose ainsi affirmer que le principal GES est la vapeur d’eau, ce qu’aucun scientifique ne conteste, mais qui n’est pas trop vendeur.

  27. carpe diem

    Marie A : vous avez raison, l’écologie et sa secte violente – le veganisme – qui émerge, est la nouvelle religion, je dirais même le nouveau totalitarisme. elle a ses gourous, ses athées, son inquisition, son bûcher médiatique, sa coercition. Et l’Etat se l’approprie pour mieux asseoir domination et clientélisme. elle va permettre à l’écolo-croyant de se répandre en imprécations contre le capitalisme avant de manifester bruyamment pour défendre la planète tout en laissant plein de déchets derrière elle. L’écologie dévoyée c’est facile ça ne mange pas de pain, on peut briller autour de la machine à café…

    1. MarieA

      Une lueur d’espoir :

      « Comme eux, presque un quart des Français n’en ont rien à fiche de leur bilan carbone. Et leur nombre grimpe autant que le niveau des océans. +9 points en un an ! »

      https://www.nouvelobs.com/planete/cop21/20151113.OBS9404/trier-recycler-manger-bio-non-l-ecologie-je-m-en-fous.html

      C’est un article de la Pravda donc il ne faut pas perdre une occasion de faire de la pédagogie et de cracher sur l’homme blanc :

      « Le portrait-robot du mauvais élève ? « Un homme entre 35 et 59 ans de milieu assez modeste, blasé, qui en a marre de faire des efforts seul dans son coin », explique Stéphane Petitjean, directeur associé de GreenFlex, société de services en développement durable qui a analysé ce comportement. Sa conclusion :
      « Il est conscient des problèmes écologiques, mais n’est prêt à agir que si cela lui permet d’économiser de l’argent, en réduisant par exemple sa facture d’électricité et d’eau. Ces personnes sont dans une posture d’opposition. » » »

      Encore une fois on nous dit que l’anti-écolo est un homme débile mental dont personne ne veut et qui ne gagne pas d’argent, évidemment ça se vérifie dans l’article :

      y témoignent
      Alice, Parisienne de 36 ans, juriste
      Benjamin, médecin quadra
      Valéria, trentenaire travaillant dans l’édition
      Guillaume, un informaticien de 40 ans
      Coralie, 41 ans,
      Marie
      Sophie, Lilloise de 35 ans
      Omar, 25 ans,

      Même moi à 12 ans, je pouvais écrire des merdes propagandistes plus cohérentes que ça.

      1. « Et leur nombre grimpe autant que le niveau des océans. +9 points en un an »
        C’est pour ça qu’on observe l’hystérie actuelle. Les réchauffistes sentent leur odeur de mort et paniquent.

          1. Husskarl

            Quand le ridicule les rattrape, c’est de votre faute. Un peu comme l’économie communiste, c’est de la faute des pays capitaliste si ca ne fonctionne pas.

    2. Aristarkke

      elle va permettre à l’écolo-croyant de se répandre en imprécations contre le capitalisme avant de manifester bruyamment pour défendre la planète tout en laissant plein de déchets derrière elle

      Au vu du nombre de pastèques (rouges à l’intérieur mais verts à l’extérieur) correspondant surtout aux ex-communistes s’étant trouvés une nouvelle peau de bique virginale, ce n’est guère étonnant…
      Et tous les témoignages documentés sur l’horreur selon les normes écologiques des pays communistes n’y fait toujours rien pour les discréditer…

    3. Raoul Kermes

      >L’écologie dévoyée c’est facile ça ne mange pas de pain, on peut briller autour de la machine à café

      C’est tout à fait ça ! Une identité en kit, facile rapide à construire et valorisante.

      « Tu es chétif, sans aucun charme ni talent ?
      Le mérite, le sport, la persévérance, c’est bien trop dûr ?
      Rejoins la fête ! Toi aussi viens donner des leçons et faire les poches à tout le monde, les applaudissements du public en prime ! ».

      Et même en dehors des écolos, c’est d’une manière générale ce que notre société motive les individus à devenir.

    4. MarieA

      Les vegan sont des ultra-fiottes qui n’osent pas s’attaquer aux boucheries hallal au motif de ne pas discriminer les croyants de la religion de la paix et de l’amour alors que nous savons tous que c’est parce qu’ils ont peur de se faire halaliser. Zéro crédibilité.

      « Sur un site antispéciste helvétique on a pu lire une déclaration éclairante d’une militante de la cause animale. « Nous excluons l’abattage halal de notre champ de protestation car nous ne voulons pas stigmatiser une population déjà souffrante » ! »

      Ne pas stigmatiser ou finir avec des stigmates, telle est la question.

          1. Raoul Kermes

            Si ils étaient débiles ils acheteraient des machettes à bouts ronds, s’épileraient la barbe, cesseraient de faire des enfants, se mettrait à adorer gaia, faire pipi assis en regardant Yann Barthès.

            Ils sont sans doute beaucoup de choses : pas intello, primitifs, barbares, tribaux…

            Mais les croire débiles c’est une erreur aussi gràve que baisser l’échine devant eux à mon avis.

            1. Husskarl

              Il n’y a pas qu’une manière d’être débile mais croire à un pédoprophète prônant un paradis plein de vierges, c’est déjà d’un certain niveau.

              1. Raoul Kermes

                Croire que la planète va exploser si on se retient pas de vivre et de procréer est-t-il de plus haute voltige ? Je ne saurais dire.

                Débile signifie littéralement faible, défectif.
                Leur croyance barbare ne perd absolument pas le nord de ce point de vue là.

      1. Opale

        Oui voilà il vaut mieux continuer de taper sur l’homme blanc, cet esclavagiste raciste, sexiste, bouffeur de viande et tueur de bébés phoques, lui au moins il se rebelle pas et il a encore du potentiel de culpabilisation à exploiter, ce con. Il n’est plus à une avanie près…

  28. kekoresin

    Houlala encore un sujet brûlant! J’ai bien aimé les passes d’armes avec Helkafen qui ne manque pas de courage. Cela étant, je suis d’avis que ce réchauffement est une pure foutaise du moins sur l’ampleur et sur les conséquences. Il y a 10000 ans, la forêt amazonienne était une savane, avant les tutures dotées moteurs à prouts de gasoil, pléthore d’îles ont coulées (érosion naturelle, volcanisme bio, tsunami rafraîchissants), d’énormes réserves de méthane ont déjà été relâchées dans l’atmosphère à la fin de la dernière ère glaciaire sans conséquences fâcheuses…

    Les courbes de relevés de températures sont à mourir de rire avec force râles carbonés. La précision des thermomètre au 10ème de degré près au milieu du XIXème, ça c’est très très fort! Les modèles atmosphériques dont personne ne comprend le fonctionnement (on brasse des données avec un super calculateur et hop, c’est cuit!).

    Quant au pourquoi diable 90% du monde scientifique agite la clochette de la terreur? Déjà, ils touchent des sommes de pognon indécentes sans trop risquer le ridicule immédiat vu que tous auront cannés d’ici à 2100. Dans ce laps de temps, ils pourront inventer n’importe quelle connerie pour dire qu’il y a une pose dans l’emballement (ha bon, c’est déjà le cas?). Pourquoi les gouvernements suivent-ils en grande partie ce délire? Et bien it is business as usual, green business but business. Les producteurs de pétrole se marrent vu que la demande mondiale n’est pas prête de baisser et vu les alternatives pourries. Le moteur électrique par exemple est bien plus polluant que le thermique d’un point de vue global (extraction des terres rares). C’est également une impasse. Avec 20% de véhicules électriques sur le parc français, il faudrait mettre en service 4 centrales nucléaires supplémentaires, ou bien centrales à charbon – fioul, ou bien couvrir le territoire de moulins à vent et de miroirs à nuages. Sans compter l’installation de bornes de recharge hors de prix sur la voie publique avec à la clef des bagnoles ventouses en recharge ou simplement en panne de jus. A Paris les possesseurs de bagnoles à piles se mordent les couilles. Quasi impossible de les recharger et quand c’est possible première heure gratuite puis 4 roros de l’heure (temps de charge 10 heures), impossible de les revendre sous peine de perdre la subvention…

    Bref, toute cette connerie pour faire cracher le crédule et le soulager de la mauvaise conscience savamment instillée. Et ça marche, à fond, bien au fond. C’est l’arme fatale pour lever des taxes spoliatrices sans soulever le peuple qui aurait tendance à renâcler sans un bon leitmotiv, et quoi de mieux que celui de sauver la planète?

  29. the germs

    Sympa et instructif votre chronique. (je découvre votre blog).
    Elle m’ aurait surement fait beaucoup rire si cette histoire de réchauffement climatique n’avait débouché sur l’exclusion de l’élevage par nos amis experts du climat.
    Il est vrai que l’on a, nous éleveurs, plus trop la côte ces temps-ci… Entre les végans, dont l’incohérence de leurs idées devraient à elles seules les décrédibiliser, et certains politiques qui y voient une manière rapide et peu couteuse de faire rentrer la populace dans le chemin illuminé de l’écologie à outrance, on a de quoi s’inquiéter!!
    Bref, les éleveurs, faites un don à l’œuvre national dans la lutte contre le méchant réchauffement climatique: dégagez!
    Le plus dingue, c’est que même en prenant les chiffres les plus catastrophiste, l’élevage ne représente que 20% des émissions (chiffre évidemment faux…), ce qui par extension veut-dire qu’il nous restera 80% du problème à régler… C’est qui le suivant??
    Bizarrement, à coté de ça, que les outils polluants des médias augmentent (TV, ordinateur…) ça ne dérange personne… Moi qui pensais que chacun doit faire un effort. On m’aurait-menti?
    En tout les cas, j’en finis par espérer que ce réchauffement existe, car il n’y a pas plus écœurant que de se retrouver à avoir fait des efforts… pour rien…

    1. Vodkaman

      Ne désespérez pas.

      Il restera toujours quelques irréductibles au pays d’Asterix pour soutenir la consommation de viande, même si tout est fait pour nous dissuader de faire du mal aux animaux…

      Sérieusement, vous voyez Obélix se gaver de tofu ?

      En attendant, imaginez la tête que vont faire les partisans du bien être animal mais pas vraiment végan dans l’âme quand ils vont voir satellisé à des niveaux stratosphériques le prix de la viande et des œufs suite à cette brillante idée d’interdire l’élevage en batterie :

      Scène sur un petit marché parisien dans un futur pas très lointain :

      – 10 € la douzaine d’œufs??? c’est une plaisanterie ?
      – Ben non Madame mais les nouvelles normes nous interdisent d’élever les animaux en cage. Du coup, il a fallu acheter des terrains pour garder la même quantité de poules. Et puis une poule de plein air, elle dépense plus d’énergie, donc elle pond moins. Sans compter que les emballages en plastique sont maintenant interdits donc le carton recyclé est devenus très cher pour faire les boites. Et puis il y a plus de casse…

      Scène chez un ménage parisien dans un futur pas très lointain lui non plus :

      – Mais comment ça, le prix de la cantine du mioche a été multiplié par 8 ?
      – Tu sais bien chéri, nous avons dit que nous étions favorable à des repas bio à la cantine. Du coup, quand c’est de la viande à midi, c’est plus cher parce que pour limiter l’empreinte carbone les animaux sont issus d’élevages urbains.
      Et puis avec la taxe CO², le transport du quinoa, même par bateau est devenu hors de prix….sans compter que pour satisfaire la demande, ces salauds de boliviens ont fait monter les prix. Dire que sans nous pour acheter, ils seraient encore à bouffer des racines….

      Courage et dites-vous, pour patienter, qu’il y a des sphincters qui risquent de se contracter très très fort jusqu’à en attraper des crampes le jour où cela va leur tomber dessus…

    1. kekoresin

      Ben la réponse est dans la question, non? Ces putains de bobos post hippies bien nourris en déficit chronique de neurones. La meilleure est quand même la stratégie hyper secrète de Businesseurope qui PUBLIE ses hypers secrets pour faire échouer les la lutte contre le réchauffement!

      Bordel! Que ces trous de cul ailles se faire fourrer par des courges au sex-shop rural! Cette fameuse lutte a déjà coûté un prix dingue en terme de pauvreté dans ce pays. Tous les petits vieux de mon village qui se chauffent au fioul avec une retraite de 800 balles sont en train de crever chez eux parce qu’ils ont du mal à faire le plein pour aller crever ailleurs. Alors quand je vois ces petits merdeux appelant à la lutte finale peinte en vert, j’ai les abeilles et des envies de lance-flammes. Putain, suicidez-vous pour sauver la biodiversité des égouts parisiens!

      1. The germs

        Kekoresin, tu as oublié: « Il est encore temps »! et le lance-flamme, c’est pas écolo, désolé!
        Moi, ce qui me trou le cul, c’est le marketing à peine voilé: « Pour sauver la planète, viens sur notre site internet, pauvre pêcheur ». (bon, accessoirement, ils t’invitent à polluer, mais c’est pour la « bonne cause »).
        J’imagine que derrière, il t’invite à faire des dons pour la « communauté »…

        1. The Germs

          Voila une idée qu’elle est bonne, et surtout écologique.
          Bien mieux que le lance-flamme qui réchauffe le climat.
          D’ailleurs, que les défenseurs de l’environnement vont l’approuver.
          Plus sérieusement, si ces personnes veulent faire de l’environnement leur business, et faire de la terre un lieu réservé aux VIP, c’est leurs problème, mais ils ne m’empêcheront pas de vivre comme je le souhaites.

  30. adawong1789

    @ P&C
    « La température de Mercure est plus faible, or elle est proche du soleil (ok, une face de mercure est à 400°C, l’autre à -170°C), mais n’a pas d’atmosphère.
    La chaleur de Venus est due à son effet de serre. »

    Donc on peut comparer deux planètes, dont une qu’on ne connait pas du tout (on n’a même pas fait le tour de la nôtre), qui ne sont pas à la même distance du petit et doux Soleil ? Et donc la distance avec une source de chaleur / énergie n’a pas besoin d’être prise en compte ?
    J’extrapole: la première étoile, à 4 années-lumière, chauffe notre atmosphère avec ses 0.04% de CO2 dans quelle proportion ?

    Si le CO2 compte tant que ça, et la vapeur d’eau, non, pourquoi des écarts de température énormes entre le jour et la nuit dans les déserts secs?

    Si le Soleil compte pour des prunes, pourquoi des écarts énormes entre les pôles et l’équateur, du simple fait de l’angle d’exposition?

    1. Helkafen

      @adawong1789
      La distance au soleil compte, évidemment. Ce que P&C dit, avec raison, c’est que l’atmosphère de Vénus (et son effet de serre très intense) fait plus que compenser la différence de distance au soleil, et c’est pour cela qu’elle est aussi chaude.

      La vapeur d’eau est aussi un gaz à effet de serre, aucun spécialiste ne dirait le contraire. Hors quand on augmente la température de l’air (via d’autres gaz à effet de serre par exemple), l’air peut contenir plus de vapeur d’eau (source: https://www.engineeringtoolbox.com/moisture-holding-capacity-air-d_281.html). Entre autres, c’est une raison pour laquelle les ouragans sont plus intenses.

      1. adawong1789

        La quantité de gaz à effet de serre compte, mais pourquoi comparer ce qui n’est pas comparable, en n’étant pas à la même distance du Soleil?

        Avec la Terre telle qu’elle est, quelle température ferait-il si elle était à la place de Vénus?

        Quid de mes autres interrogations ? Je ne demande qu’à comprendre.

        1. Helkafen

          @adawong1789
          Vénus est juste un exemple intuitif, pour montrer à quel point l’effet de serre peut être puissant. Il l’est beaucoup moins sur terre heureusement.

          Il semble que Vénus aurait été habitable dans le passé, avec de l’eau liquide et un effet de serre moins intense (https://climate.nasa.gov/news/2475/nasa-climate-modeling-suggests-venus-may-have-been-habitable/). Un inconnu indique une température théorique de 55.9 degrés sans effet de serre (https://boards.straightdope.com/sdmb/showthread.php?t=698667).

          La température sur terre sans effet de serre serait de -18 degrés (https://www.cnrs.fr/cw/dossiers/dosclim/contenu/alternative/alter_etape1.html).

          Le commentaire sur les tsunamis est clairement ridicule. Tout ce que peut faire le changement climatique, c’est élever (très légèrement pendant ce siècle) le niveau de la mer donc rendre certaines inondations plus intenses pendant les tempêtes. Il n’y a aucun lien avec les tsunamis.

          Pour les mesures de températures (Zerohedge, Contrepoints), je serais heureux de répondre à vos questions si vous fournissez un lien. Je ne les trouve pas :/

          1. adawong1789

            « Un inconnu indique une température théorique de 55.9 degrés sans effet de serre »
            Si c’est un inconnu qui le dit…
            en nocturne ou en diurne? C’est une moyenne?
            J’ai jeté un oeil rapidement sur Wiki. Avec une atmosphère quasi inexistante, Mercure passe de -183 à 427°C
            On peut avoir très chaud avec 3.6% de CO2 et… sans atmosphère (si on est quasi aveugle à tout autre facteur comme le GIEC, alors en effet ça ne donne pas envie de passer de 0.04% comme sur Terre à 3.6%, là, oui, on serait carbonisés).

            Sur Vénus, 96.5% de CO2, pour du 446 à 490°C. Taquin, je vous demanderais pourquoi limiter le CO2 si on a presque la même t° à 3% et à 96%.

            Sauf qu’évidemment les choses sont beaucoup plus nuancées et compliquées, sauf que le CO2 est un des facteurs, il y en a plein d’autres et même en regardant rapidement, il saute aux yeux qu’il est totalement inutile de comparer les planètes entre elles tellement elles sont différentes les unes des autres. Sur Vénus, la pression et la température font que le CO2 n’est plus un gaz mais un fluide supercritique. Pourquoi diable vouloir comparer l’effet du CO2 sur Vénus et sur la Terre?

            Sur Mars, 96% de CO2.
            T° maxi : 20°C. Ca tombe à -143°C à l’ombre…
            Bref, entre la distance, la pression, la masse, la gravité, etc. je ne pense pas que ça soit pertinent de se comparer avec des planètes qui n’ont rien à voir entre elles.

            Parmi ceux qui mériteraient d’être plus connus que votre inconnu, voir les travaux de Courtillot, qui n’est pas climatologue mais qui arrive, lui, à expliquer les variations de température en fonction de l’activité solaire. Là, ça colle, alors pourquoi des « scientifiques » s’enchainent à une théorie qui ne tient pas debout? Vous serez sensible à sa préoccupation quant aux déchets, qui sont sans doute une question bien plus urgente que nos émissions de CO2.

            L’anecdote sur le CO2 qui cause des tsunamis c’est simplement pour souligner que des gens haut-placés, des décideurs, ceux qui ont du pouvoir et une influence sur nos vies, qui peuvent nous la pourrir si ils sont incompétents ou fous, débitent des énormités qui devraient les discréditer, eux et ceux qui les conseillent, comme les lobbyistes du GIEC, automatiquement et irrévocablement! Dans un monde normal, ils seraient pendus sur la place publique pour trahison du simple bon sens, saccage des libertés individuelles et éjection par les fenêtres d’un « pognon de dingue ». Comment voulez-vous que je suive des gens qui soit sont bêtes (?) comme Hollande, soit menteurs comme Michael Mann et sa foutue courbe en forme de crosse de hockey? ou Al Gore et son documentaire en carton qui oublie de préciser que, si il y a corrélation entre t° et CO2, elle est inverse, et décalée de plusieurs siècles.

            Si vous menez une vie d’ascète pour préserver la nature, vous avez mon respect, mais vous me faites presque de la peine car vous vous privez de plein de choses qui font que la vie peut être belle, et qui n’auront pas d’impact significatif. Si vous n’avez pas l’impression d’être pris pour une buse par les gens qui vous disent de ne pas bouger le petit doigt mais qui, dans le même temps, prennent l’avion comme d’autres prennent leur vélo, tant mieux pour vous. Si un jour vous ouvrez les yeux, j’espère que ça ne sera pas trop pénible, car vous semblez sincère dans votre démarche.

            L’article que j’ai vu récemment sur Zerohedge doit dater d’un mois ou deux, mais c’est un site qui débite de la nouvelle par paquet de 12, ce qui pousse rapidement les articles assez loin dans les archives.

            Depuis que CP existe, vous avez de quoi lire si vous voulez creuser le sujet. Pour moi ce site a baissé en qualité, mais il y a quelques années c’était un vrai bonheur de s’y rendre tous les jours.

            Par exemple lorsqu’un autre menteur, seralini, sur un autre sujet-phare du camp du bien, les OGM, a sorti une « étude », CP a sorti plusieurs articles qui remettaient les choses à leur place, pour que la science reste la science. Le temps de la science étant long, CP a suivi l’affaire et a donné les infos sur le dénouement, à savoir que cette « étude » a été jetée à la poubelle, mais le mal était fait, car pendant des jours, les photos écoeurantes de rats ont fait la une de tous les journaux. Aujourd’hui, 99% des français vous diront que les OGM rendent malade. Les menteurs ont gagné…

            Si vous vous plongez dans le Contrepoints old school, vous verrez les choses d’une autre manière.

            RCA, OGM, pauvreté et inégalités dans le monde, tout est tourné d’une certaine façon. Je ne dis pas que tout n’est que mensonge, mais le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il ne faut pas prendre les infos pour argent comptant.

            Voir aussi le travail de Benoit Ritaud, très intéressant. Pas de lien à vous proposer non plus, pas le temps avec mes 80 heures de travail par semaine, mais vous trouverez facilement des infos.

            1. Helkafen

              La comparaison entre planètes est effectivement trop complexe si on entre dans les détails, et elles sont trop différentes pour donner une idée précise de ce qui se passe chez nous.

              J’ai mentionné l’explication simple du lag historique entre carbone et température dans un autre commentaire: quand les océans se réchauffent (par exemple à cause d’un cycle quelconque), ils relachent du CO2 dans l’atmosphère. Un entretien ici: https://svs.gsfc.nasa.gov/11362. Il est malheureux que cet argument pauvre soit repris en boucle par quelques blogueurs climato-sceptiques (je préfère le terme négationniste d’ailleurs), qui ignorent aussi les propriétés de base et facilement vérifiables du CO2.

              Oui, beaucoup de politiciens sont franchement médiocre… Je n’oublierai jamais ce discours de Raffarin qui parlait informatique devant un parterre de spécialistes et qui arrivait à garder son sang froid en débitant les pires non-sens. Par contre je ne mettrai jamais la communauté scientifique dans le même panier; on ne devient pas scientifique par amour du pouvoir mais plutôt par curiosité.

              Totalement d’accord sur les OGM. Aucun n’a été prouvé toxique à ma connaissance, et il n’y a pas de raison a priori qu’ils soient plus dangereux que des mutations naturelles et aléatoires. En particulier les éditions modernes via CRISPR sont très précises.

              Les théories basées sur les variations du soleil n’ont jamais eu beaucoup de succès. Un historique ici: https://www.lemonde.fr/cop21/article/2015/10/15/hoax-climatique-2-le-rechauffement-c-est-a-cause-du-soleil_4790439_4527432.html
              Pour faire bonne mesure, Courtillot affirme à la contre-COP22 que « seules trois espèces [de vertébrés] ont disparu ». Ce qui est juste incroyable de négationnisme.

              Rittaud est un mathématicien. C’est comme demander à un généticien de parler de la physique des pulsars, ce n’est pas son métier. Sur le fond, je ne vois rien de très rigoureux en ligne, ce sont plutôt des blogs d’opinion.

              1. « Ce qui est juste incroyable de négationnisme. »
                Citez nous toutes les espèces de vertébrés ayant disparu.

                Rittaud est un mathématicien.
                Et quand des climatologues réfutent les thèses du GIEC, ce n’est pas bon non plus.
                Au fait, de piètres mathématiciens ont pondu ceci : http://www.scmsa.eu/rechauff0.htm
                Forcément, c’est du bidon, n’est-ce pas…

                Un truc à ce point infalsifiable, ça devrait vous faire tiquer.

                1. Helkafen

                  Les espèces de vertébrés disparues: deux par an en moyenne, selon Stanford: https://news.stanford.edu/press-releases/2017/07/10/stanford-biologielude-extinction/

                  Un climatologue en désaccord m’intéresse a priori beaucoup plus. Ça ne veut pas dire qu’il a raison. On trouve aussi des tas de théories alternatives à la gravité d’Einstein, qui pourtant garde le consensus dans la communauté (https://en.wikipedia.org/wiki/Alternatives_to_general_relativity)

              2. Iskanderkul

                Pour Rittaud, détrompez-vous ; il fait une analyse épistémologique remarquable du phénomène. Question rigueur, il s’y connaît.

              3. adawong1789

                « je préfère le terme négationniste »

                L’emploi de ce mot en dit long malheureusement.
                Certains sont connotés. Rien d’interdit, mais c’est connoté. Ca me rappelle une autre incompétente, notre célèbre Ségo, que je crois être la première à avoir parlé de « négationnistes du climat ». La même disait que son travail c’était de « sauver le monde ».

                Au-delà du débat technique, la forme qu’on y donne parle d’elle-même. C’est purement affligeant. Je ne comprends pas que ça ne saute pas aux yeux de tous que c’est une vaste farce.

                Si vous voulez donner tort à Courtillot, qui montre une corrélation quasi parfaite entre l’activité du Soleil et la température (on échange beaucoup de message, mais il faut rappeler que la corrélation CO2/températures n’existe tout bonnement pas, ce qui devrait nous éviter d’en parler, et de claquer des centaines de milliards en pure perte, accessoirement), je vous conseille de ne pas vous baser sur des articles du Monde. Si vous ne vivez pas en France, peut-être ne le savez-vous pas, mais il y a des sources d’information, au mieux, douteuses, et 99% de la presse française en fait partie. Il faut savoir que les journalistes en France ne mangent que parce que l’Etat dépense des milliards pour qu’ils conservent leur « travail ». Pourquoi maintenir des boulots pour lesquels personne ne voudrait payer volontairement? Pour donner la bonne parole, le Ministère de la Vérité qui ne dit pas son nom. Presque aucun journaliste n’ira contre le sens du vent, sauf si c’est un rebelle amoureux des faits déshabillés de l’idéologie et qu’il a envie d’en baver. Ca fait donc peu de monde. Des Courtillot ne demandent qu’à passer sur les plateaux télé pour débattre. Alors pourquoi n’y ont-ils pas accès? Si leurs démonstrations sont si farfelues, pourquoi ne pas les inviter pour les ridiculiser de temps en temps histoire de se faire plaisir? Réfléchissez-y deux secondes, et vous comprendrez que les idéologues (ceux que vous imaginez être des « scientifiques », mais au risque de vous faire de la peine, l’histoire de la science compte moult exemples de purs menteurs, si si, ça existe dans le monde réel, les scientifiques ne sont que des êtres humains avec des faiblesses et des vices, sidérant que vous les preniez pour des chevaliers blancs, je commence à croire que vous vivez dans un autre monde!) n’ont aucune envie de se confronter à quelqu’un qui maitrise le sujet et qui démontera toutes les hypothèses bancales en deux temps trois mouvements, qui n’ont qu’un seul but : hisser une théorie au rang de Vérité, immuable et inattaquable, au risque de passer pour un négationniste. Vérité qui leur confèrera pouvoir, argent et l’image de sauveur de la planète comme Ségo. Répétez un mensonge 1000 fois et il devient une vérité, comme disait l’autre. Je ne comprends pas comment on peut ne pas voir à quel point c’est grotesque. Il n’y a pas trois jours, un acteur y allait de sa petite histoire. Encore un bienfaiteur, et qui s’y connait, lui aussi. Comme Leonardo di Caprio ou George Clooney, des pointures… Notre acteur a dit que leur rôle (aux gentils, ceux qui veulent moins de CO2) était de « sauver l’humanité ». Je ne vois pas comment on peut ne pas être terrifié en entendant ce genre de propos.

                Mais apparemment, vous semblez être comme eux, dans le camp des gentils qui ne veulent pas voir que deux et deux font quatre, malgré toutes les démonstrations, toutes les preuves. Le fossé entre l’idéologie et la science.

                Rittaud n’est pas climatologue, pas plus que Courtillot d’ailleurs. Mais si les chiffres mensongers et torturés du GIEC sont détruits par un non climatologue comme lui, alors ce non climatologue en fait plus pour la climatologie que les réchauffistes. Rittaud n’a ne semble-t-il pas la prétention de tout savoir sur tout (ça c’est le syndrome des gourous du GIEC qui vous annoncent des trucs pour le siècle suivant alors qu’on n’est pas foutus de savoir quel temps il va faire demain, et dont toutes les prévisions se sont avérées fausses, sauf sur un coup de chance, parce qu’on ne peut pas perdre à tous les coups, même en étant très très mauvais), et il se garde bien de nous dire si les températures vont baisser ou augmenter. C’est un gars honnête, et un gars honnête vous dira toujours que la météo, comme le climat est imprévisible. Croire qu’on peut le prévoir est infiniment présomptueux, et une des qualités essentielles d’un vrai scientifique est l’humilité selon moi. Si ta théorie ne tient pas debout, lâche l’affaire bo..el de m… C’est pas en refaisant 2000 fois l’expérience que le résultat changera. Ou la définition de la folie selon Einstein. Rittaud ne fait qu’apporter la démonstration que les chiffres du GIEC ne sont que mensonges, ou plus exactement, tournés, retournés, torturés, pour qu’ils rentrent dans leur schéma d’ensemble. Ils ont dû malheureusement prendre pour argent comptant la phrase de Churchill : « je ne crois aux statistiques que lorsque je les ai moi-même falsifiées ». Ils n’ont pas saisi la finesse de sa réflexion, ce qui pourrait causer notre perte. Car si beaucoup aiment se faire peur avec le climat, ils sentiront la vraie vie qui pique quand ils auront froid et faim. Je le répète : attention quand on fait joujou avec des trucs un peu sensibles comme l’énergie. Ca ne pardonne rien, peut-être encore moins que les transports et l’éducation. Chaque jour apporte sa petite crotte sur la-terre-qu’on-va-laisser-à-nos-enfants, mais peut-être que dans l’avenir, ce sont les menteurs nuisibles qui seront jugés. C’est que le mal aura été fait.

                Gardons la tête froide.

                1. Pythagore

                  +1000
                  Voir aussi par exemple la théorie des générations spontanées, je ne sais si c’est encore enseigné. Elle a quand même eu cours pendant 2 millénaires avant d’être invalidée.
                  fr.wikipedia.org/wiki/G%C3%A9n%C3%A9ration_spontan%C3%A9e
                  Et il y en a d’autres, gageons que le RCA s’y rajoutera:
                  fr.wikipedia.org/wiki/Liste_de_controverses_scientifiques

          2. adawong1789

            Voir aussi The Great Global Warming Swindle

            Pas dans le détail et qui date, mais il y a deux trois passages intéressants comme quand un chercheur (avec un nom français de mémoire) raconte qu’il a dû batailler pour que son nom soit retiré de la liste des scientifiques cités dans un rapport du GIEC. Il n’était pas du tout d’accord avec les conclusions dudit rapport, et son travail avait été déformé, si ma mémoire est bonne.

            Dès lors, vous comprenez que leur « consensus » et leur armée de « scientifiques », c’est du vent, et que ce sont des gens malhonnêtes, avec un but politique, et non scientifique, et que vu ce qu’ils consomment comme kérosène avec leurs sommets à la c… ils n’en ont rien à faire des émissions de CO2!

            Aussi, comme dans d’autres cas, important d’écouter les apostats, comme le cofondateur de Greenpeace.

            Mensonges, mensonges…

            1. Helkafen

              @adawong1789
              Dans le lien fourni par h16, on dit que 97-98% des scientifiques sont d’accord avec la théorie dominante, et les autres ne sont même pas d’accord sur une théorie alternative. Ça me suffit, surtout quand on connaît le plaisir pour les chercheurs de proposer des théories alternatives (ce qui est une bonne chose!)

    1. https://principia-scientific.org/rapid-growth-of-arctic-sea-ice-continues/
      https://wattsupwiththat.com/2018/01/05/bad-science-nsidc-disappears-arctic-sea-ice-extent-going-back-years/
      https://agupubs.onlinelibrary.wiley.com/doi/full/10.1002/2015GL065704

      Ca fait 20 ans qu’on leur dit qu’on va ouvrir ces routes. Chaque été, ils y croient, chaque hiver, on doit aller décoincer des cargos au brise-glace nucléaire. On verra cet hiver à nouveau.

      Mais sur le principe, tant mieux si de nouvelles routes sont ouvertes : c’est moins cher, ça fait moins de trajet, et donc moins de pollution après tout.

  31. adawong1789

    Plus qu’avant, bof, avec peu de décennies de données précises qui nous donnent une idée précise. La dernière fois que j’ai jeté un coup d’œil c’était sur wikipédia et rien ne saute aux yeux sur la hausse de la fréquence des ouragans, et je ne compte pas les articles de Contrepoints qui ont cassé cette idée reçue.

    Faut pas jouer à se faire peur ou gober tout ce qu’on vous rabâche. La dame de la météo a beau me dire depuis trois jours qu’on a le même temps qu’en août, euh… Non, 25 degrés et 33 degrés, c’est pas pareil.

    Ou en août quand il faisait 33 ou 34, qu’on était « 10 degrés au dessus des normales saisonnières ».
    Euh non, la température normale de ma ville au mois d’août cest pas 23! Je comprends qu’ils balancent des énormités pareilles, visiblement ca marche sur la plupart des français. Champions de l’esprit critique et du libre-arbitre…

    1. Helkafen

      @adawong1789
      Franchement je m’attendais à une augmentation de fréquence. Les données récentes vont dans ce sens mais elles sont tachées d’un manque de précision avant 1965, donc il est difficile de tirer des conclusions pour l’instant.

      Par contre, l’intensité des ouragans est clairement en augmentation (source:
      https://www.skepticalscience.com/hurricanes-global-warming-intermediate.htm).

      Pour faire plaisir à h16 qui n’aime pas skepticalscience, voici une autre source: https://www.gfdl.noaa.gov/global-warming-and-hurricanes/
      « the historical Atlantic hurricane record does not provide compelling evidence for a substantial greenhouse warming-induced long-term increase » (fréquence)

      « it is likely that greenhouse warming will cause hurricanes in the coming century to be more intense globally and have higher rainfall rates than present-day hurricanes » (intensité)

      Effectivement, la dame de la météo n’est pas forcement plus éclairée que la moyenne de la population 🙂

      1. « does not provide compelling evidence »
        C’est le moins qu’on puisse dire :
        https://wattsupwiththat.com/2012/11/27/an-update-to-us-hurricane-intensity-1900-2012-no-recent-trend-with-hurricane-sandy/
        https://wattsupwiththat.com/2017/09/15/what-you-need-to-know-and-are-not-told-about-hurricanes/
        Excerpt (NOAA) :

        the global frequency of category 4 and 5 hurricanes has shown a small, insignificant downward trend while the percentage of category 4 and 5 hurricanes has shown a small, insignificant upward trend between 1990 and 2014. Accumulated cyclone energy globally has experienced a large and significant downward trend during the same period.

        It is premature to conclude that human activities–and particularly greenhouse gas emissions that cause global warming – have already had a detectable impact on Atlantic hurricane or global tropical cyclone activity. …

        Bref, on ne peut rien conclure (comme pour le reste) ce qui devrait imposer qu’on arrête de s’agiter et de cramer un fric de dingue pour des politiciens et des ONG qui ont amplement prouvé leur caractère néfaste (le libéral qui sommeille en vous devrait écarquiller les yeux sur les dégâts régulièrement causés par Greenpeace par exemple).

        (Au passage, ça fait encore partie de ces prédictions d’il y a 30, 20 et 10 ans qui sont à jeter à la poubelle)

        1. Helkafen

          Comme je m’y connais un peu en stats, je vous rappelle que le nombre d’évènements considérés (quelques ouragans par année) est très défavorable à une analyse statistique. D’usage on ne publie que quand la certitude est à plus de 95%, ou bien avec des marges d’erreurs très visibles. Ceci est renforcé par l’aspect « météo » (il y a des variations naturelles) qui renforcent le bruit, et par le manque de données avant les années 60.

          L’absence de p<0.05 ne veut pas dire que le nul est vrai.

          Ce qui inquiète les scientifique, c'est le mécanisme sous-jacent. On observe une augmentation de la température, donc il y a plus d'énergie pour former les ouragans.

          1. Taratata. L’organisme NOAA lui-même, dont c’est le métier d’étudier tout ça, dit clairement qu’on ne peut pas tirer de conclusion et surtout pas faire porter le chapeau au réchauffement climatique. Point final.

            1. Helkafen

              Oui, c’est ce qu’ils disent pour les données présentes. Eux dont c’est le métier, disent aussi clairement qu’ils s’attendent à une intensification liée au changement climatique. Vous ne pouvez pas invoquer leur professionnalisme pour un argument et l’ignorer pour un autre.

              1. Leurs prédictions se sont toutes révélées fausses. Leurs conclusions (« on ne peut rien conclure ») sont exactes. Leurs prédictions sont nulles. Je n’ai rien dit d’autre (et vous avez extrapolé parce que vous commencez à comprendre que quelques bricolages statistiques ne pourront pas faire l’affaire).

                Tiens, à côté des ouragans, la montée des eaux :

                « Ainsi, nous avons constaté qu’il n’existait (encore) aucun effet observable du réchauffement planétaire anthropique sur le niveau de la mer dans la région la mieux enregistrée au monde. »
                Jens Morten HANSEN – Géologue – Commission géologique du Danemark et du Groenland.
                http://www.bioone.org/doi/10.2112/JCOASTRES-D-15A-00004.1

                Oh, zut, encore une prédiction qui foire !

      2. albundy17

         » mais elles sont tachées d’un manque de précision avant 1965, »

        Si je puis me permettre, c’est extrêmement détaillé dans le secteur des Antilles française, depuis qu’elles sont françaises (cerfa, déjà).

        d’autre part, vous êtes persuadé d’un RCA vous basant sur des données antérieures à 1965, qui à priori manque de précisions.

        WTF ?

        Inutile de vous donner quelques liens, vous ne les lisez visiblement pas.

        1. Helkafen

          @albundy17
          Le manque de précision avant 1965 est juste pour les ouragans et pour certaines régions. Voir aussi mes deux réponses à h16 pour le problème statistique des ouragans.

          Le RCA se base sur beaucoup plus de données, sinon il ne vaudrait pas grand chose.

          Y a-t-il d’autres points que j’aurais raté dans vos liens? Le seul que je vois concerne les températures au Japon. C’est intéressant qu’il n’y ait pas de variation là-bas, mais ça ne change pas la tendance globale. Chaque région a des variations différentes, comme l’arctique qui se réchauffe plus que la moyenne.

              1. Ce qui, au final, est assez épuisant n’est pas la succession de liens des uns et des autres mais le simple fait que vous ne voudrez jamais admettre qu’en pratique, RIEN ne permet d’affirmer
                – qu’il y a un réchauffement climatique durable,
                – qu’il est provoqué par le CO2
                – que c’est le CO2 anthropique qui est responsable
                – que l’homme va effectivement pouvoir corriger ça
                – que c’est via les politiciens et les Etats qu’on va – tous ensemble – y arriver.

                Ma position est bien plus modeste : on ne sait pas s’il y a réchauffement (il y a eu une montée de températures suivi d’un plateau de 17 ans, point), on ne sait pas si le CO2 est responsable (on a même de plus en plus d’éléments pour prouver que les mouvements de températures PRECEDENT ceux du CO2, ce qui ruine complètement les délires réchauffistes), on ne sait pas si les hommes jouent un rôle, on ne sait pas si nos « efforts » servent à quelque chose.

                Et le pompon est que ma position libérale reste la même : laissez le marché tranquille faire son business et régler le problème tout seul comme un grand s’il existe. Si on doit s’adapter, c’est le meilleur mécanisme disponible, certainement pas les conneries étatiques qui nous ont toujours, en tout temps, foutu dans l’ornière. Pourquoi ce serait différent cette fois, hein, je vous le demande ?

                De votre côté, vous proposez quoi ?

                1. Helkafen

                  Ma position libérale est proche de la votre. Je fais confiance au marché pour fonctionner de manière optimale.

                  Hors aujourd’hui le marché est déformé. Par exemple: « A 2016 study estimated that global fossil fuel subsidies were $5.3 trillion in 2015, which represents 6.5% of global GDP » (Wikipedia)

                  Comme les énergies fossiles sont subventionnées, le marché ne fonctionne pas de manière optimale. À cela il faut aussi ajouter toutes les externalités négatives, tels que les coûts de santé associés à la pollution atmosphérique.

                  Je propose juste de supprimer ces subventions (ainsi que les subventions liées à la réduction du CO2), et de mettre le vrai prix sur le carbone. Concrètement je soutiens le dividende carbone car il est fiscalement neutre (contrairement à ce qui est affirmé avec cynisme dans wattsupwiththat/ipcc-sr1-5-carbon-tax-math) et laisse libre cours au marché. (discussion: https://www.nytimes.com/2017/02/07/science/a-conservative-climate-solution-republican-group-calls-for-carbon-tax.html)

                  Un point crucial du dividende carbone est qu’il est calculé à partir de la consommation actuelle. Si il est efficace, il devrait donc disparaître par lui-même sans autre intervention étatique.

                  Quand je parle de santé publique, on estime que supprimer une partie de cette pollution sauverait 153 millions de personnes d’ici la fin du siècle. Rien que pour cette raison, la neutralité carbone est justifiable (source: https://www.ecowatch.com/timely-emissions-reductions-2550391279.html)

                  Vous pouvez aussi imaginer d’autres bénéfices liés au remplacement du énergies fossiles. Moins de dépendance envers les pays producteurs, des emplois locaux pour maintenir la production d’énergie, des rues silencieuses et qui ne puent pas autant..

                  1. Vous faites confiance … Mais pas trop : le dividende carbone est une erreur par définition puisque vous bidouillez encore le marché (d’une façon plus subtile qu’une subvention mais ça ne change rien fondamentalement). Je passe sur l’hybris du calcul derrière, voué au détournement. Les 153 millions de mort (pourquoi pas 1 milliard, c’est un chiffre plus gros et plus rond) sont typique de ce genre de discussion. Personne n’a aucune idée et ne peut avoir aucune idée de ce qu’une absence de pollution (indéfinissable du reste) pourrait entraîner. C’est parfaitement grotesque [ et si vous voulez rire, relisez http://h16free.com/2017/03/07/57659-pollution-et-mortalite-infantile-encore-un-grave-cas-de-journalimse ou les billets liés précédents sur Airparif et les débilités du même acabit que « l’étude » que vous citez ].

                    Au fait, l’essence en Europe est taxé à plus de 250%. Mince de subvention… Le retour au marché libre et non faussé risque de vous surprendre quelque peu.

                    Bref : vous ne répondez pas à ma question. Pourquoi, cette fois-ci, ce serait différent ?

                    1. Helkafen

                      Comment pouvez-vous rejeter un chiffre simplement parce qu’il vous déplaît? Il est obtenu en faisant de simples règles de trois entre la pollution dans les villes et les décès observés, le tout au niveau mondial. Chaque ville a un niveau de pollution différent, entre les mégalopoles chinoises et les petites villes bien aérées qui sont proches de zéro. Il n’y a rien de savant ici, c’est de l’épidémiologie de base. Vous n’aimez pas la conclusion, c’est tout.

                      Pour ce qui est du « détournement », je n’ai pas de papier à citer, juste un raisonnement. Si vous envoyez un chèque tous les ans à une famille, elle va vous détester si vous le coupez tout en continuant à encaisser la taxe de l’autre bord. Donc je crois que ce mécanisme est suffisamment stable.

                      Un billet sur la mortalité infantile ne me fait pas rire, et il n’a rien à voir avec notre discussion.

                      Maintenant, vous n’aimez pas les interventions étatiques à outrance, et je comprends tout à fait pourquoi. Ce dividende est jugé acceptable par des républicains, membres de l’un des partis les plus opposés à l’interventionnisme au monde. Nous ne sommes pas dans le monde de règles absurdes de Royal et consort.

                    2. « Comment pouvez-vous rejeter un chiffre simplement parce qu’il vous déplaît? »
                      Parce que j’ai lu l’étude correspondante et ce qu’en ont fait les journaleux.

                      Donc je crois que
                      Eh beh oui, ça j’ai bien vu. Malheureusement, il y a les principes (« le marché libre ») et il y a votre croyance (« libre mais pas trop »).

                      Ce dividende est jugé acceptable par des républicains, membres de l’un des partis les plus opposés à l’interventionnisme au monde
                      Pffff eh bien avec des libéraux comme ça on n’a pas besoin de socialauds.

                    3. Helkafen

                      @h16
                      Alors, quelles sont vos critiques de l’étude correspondante? En supposant même que l’étude est fausse d’un facteur 4, vous n’avez pas l’air de vous préoccuper du décès potentiel de 38 millions de personnes.

                    4. Avant de répondre à vos questions (et de vous fournir la purée à la cuillère), répondez à la mienne. C’est une condition sine qua none pour poursuivre.

                      Pourquoi, cette fois-ci, ce serait différent ?

                    5. Helkafen

                      @h16
                      « Pourquoi, cette fois-ci, ce serait différent? »
                      Parce que c’est la première fois que nous sommes presque 8 milliards, la première fois dans l’histoire humaine que le taux de CO2 dépasse les 400ppm, parce que nous avons enclenché la sixième extinction de masse de la planète en un temps record, et que cela nous met tous en danger.

                    6. lol, la 6ème extinction de masse. Quelle nouillerie. Je vous mets au défi de me donner le nombre d’espèces vivantes sur la planète (tout compris), le nombre d’espèces qui disparaissent naturellement tous les ans, le nombre d’espèces qui disparaissent à cause de l’homme tous les ans, et d’en tirer des conclusions solides. Le grotesque atteint des sommets ; aucune idée du dénominateur, aucune idée du nominateur, mais pif paf pouf, voilà une extinction, et de masse en plus !

                      Et puis désolé, mais tout ce brol ne répond en rien à pourquoi cette fois-ci, les états garantissent mieux qu’on parvienne à une résolution de problème qu’avant.

                      Recommencez.

                    7. Helkafen

                      Les réglementations sur la qualité de l’eau et des aliments, la vaccination obligatoire, les investissements dans la science etc sont des exemples où l’intervention des états a été très positive. On ne peut donc pas partir du postulat qu’une mesure législative sera forcement négative. Même en France, pays de la démesure réglementaire et de l’inefficacité bureaucratique.

                      J’aime le dividende carbone parce qu’il ne ressemble pas à ces absurdités réglementaires. C’est une règle simple, peu intrusive/bureaucratique, et qui a déjà fait la preuve de son efficacité ailleurs sous des formes légèrement différentes (typiquement ce ne sont pas des dividendes, mais des taxes ou des cap-and-trade qui ont été testés).

                      Donc oui, à mon avis cette fois ce serait ok. Et ça nous éviterait des dizaines d’interventions désordonnées de politiciens qui voudraient poursuivre le même objectif avec leurs moyens habituels 🙂

                    8. Mais sapristi, vous ne comprenez pas la question !

                      Vous me dites qu’il y a des trucs qui ont marché dans le passé (ce que je pourrais contester assez largement, vu les exemples mais ce n’est pas le sujet), vous me dites que vous aimez le dividende truc machin, mais vous n’amenez absolument aucune argumentation de pourquoi cette fois-ci ça devrait marcher. Quels sont les éléments qui vous permettent d’affirmer que les trucs qui sont poussés par les politiciens actuellement sont les bons, que ça va marcher et pas se retourner en catastrophe ? Comment garantir que ce dividende carbone, qui est – sans le moindre doute – un nouveau biais sur les prix ne va pas entraîner la myriade habituelle d’effets de bords non désirés, non prévus que tous les autres biais ont toujours introduit ?

                      Vous dites vous-même qu’on a des « absurdités réglementaires ». En quoi le chemin pris est le bon actuellement ?

                    9. Helkafen

                      @h16
                      Un court exposé hypothétique de la taxe pour expliquer quelle entreprise paie quoi en fonction de la valeur qu’elle produit (et comparaison avec cap-and-trade): https://en.wikipedia.org/wiki/Carbon_price#Efficiency_of_carbon_pricing

                      Et une simulation du dividende carbone sur l’économie canadienne, qui est d’ailleurs beaucoup plus exposée au pétrole que la France. L’effet sur la croissance du PIB serait de moins de 0.1% pendant la durée du dispositif, qui est lui-même par nature temporaire. Donc ça a un coût, mais c’est vraiment pas affreux.
                      https://www.macleans.ca/economy/economicanalysis/the-real-costs-and-benefits-of-carbon-pricing/

                      C’est pas un « machin » de politicien.

                    10. Si, c’est un machin de politicien. Enrobé d’une couche d’économisme, histoire de faire passer le suppo à ailettes, mais ça reste un truc de politicien.

                      L’idée même qu’un bricolage sur le prix (ici, l’introduction d’un biais) permettrait de résoudre les problèmes de biais dans les prix (biais par les subventions aux renouvelables, par les tabassages de taxes sur les non-renouvelables) est parfaitement et complètement idiote : résolvons le problème avec plus de ce même problème, parce que ça va marcher, c’est sûr. C’est la quintessence de la parabole de l’aspirine.

                      Alors oui, bien sûr, pour les naïfs, les jeunes, ceux qui ne demandent qu’à y croire, et toute une pléthore de parasites qui ont déjà compris comment en tirer parti (oh, je vois déjà les milliards que les sociétés de conseil se feront lorsqu’il s’agira de pondre les logiciels et comptabilités pour mettre en place ce brol cosmique), oui, bien sûr l’espèce d’usine à gaz proposée peut, doit fonctionner. Comme sur des roulettes huilées au capitalisme de connivence !

                      Et puis, comprenez bien que les citoyens récupèreront le biais introduit, directement ! Mais oui, c’est génial ! Ce sera à la fois simple et efficace (ça l’est toujours, ce genre de nouveauté) ! Mais si, bien sûr, parce qu’il n’y aura aucun intermédiaire pour mettre en place ce mécanisme, parce qu’il n’y aura aucun frottement de marché, parce qu’il n’y aura pas de détournements, que ce sera mondialisé sans aucun souci, que tout le monde (individuellement et à l’échelle de nations entières) jouera le jeu bien comme il faut, c’est évident ! Qui pourrait bien gripper cette nouvelle machine, allons ? Et puis aussi, ce sera temporaire, qu’on vous dit, comme tous les bricolages qui désanussent les prix, c’est connu ! Dans 5, 10, 20 ou 30 ans (peut-être 50 ou 100, allons, on n’est pas ça près), ce sera abandonné, quand On Aura Sauvé Le Climat Dont La Température Idéale Est Celle D’Il Y A 20 Ans. Et promis, juré, craché, ça n’aura qu’un impact minimal sur le PIB (on calculera ça comme le nombre total d’espèces animales sur Terre, avec la même précision diabolique) !

                      Tout se passera bien ! Garanti sur facture, y’a même un économiste qui a fait un modèle et a prouvé que ça allait marcher !

                      L’alternative (la suppression de toutes les subventions d’un côté, de toutes les taxes de l’autre) n’est pas envisagée (même pas une seconde)… Parce que ceux qui ont le pouvoir (politiciens, crony capitalistes, collectivistes, ONG) et ceux qui comprennent l’économie savent très bien que les solutions qui se dégageraient naturellement seraient (en plus d’être peu polluantes) tellement en contradiction avec la doxa écolo urbi & orbi que ça ne passera jamais auprès des médias acquis à la cause, que ça détruirait le pouvoir des susdits, que ça rendrait toute la cause écolo complètement caduque.

                      L’économie, intrinsèquement, est écologique (celui qui comprend l’économie comprend pourquoi : je ne doute pas que vous y parveniez à l’occasion). Tout bricolage ajouté à ceux qui existent déjà n’est que la résultante d’une combinaison de facteurs : mauvaise compréhension de l’économie (c’est monnaie courante actuellement), politicaillerie et jeux de pouvoir, vœux pieux, desseins généralement peu avouables, collectivisme galopant.

                      Vous ne voulez pas le voir, mais le camp politique des réchauffistes, depuis les ONG jusqu’aux partis politiques (y compris les « libéraux » (lol) canadiens), c’est le camp dont les têtes d’affiches, les principaux membres et tous les suiveurs sont des collectivistes (à différentes doses). Vous ne l’avez pas vu, parce que, jeune, vous n’avez pas vu la chute de l’URSS, le désarroi et la panique dans les yeux des cocos pendant les quelques années qui a suivi son effondrement, mais la cause écolo, c’est la simple continuation du délire collectiviste, sur un nouveau mode, celui qui lui a permis de survivre et même de prospérer, via la Peur Millénaire (ou le Chat Spatial Géant Rose). Ces collectivistes qui pullulent devraient vous indiquer que Quelque Chose Ne Sent Pas Bon, mais apparemment, non. Le fait que TOUS les politiciens se soient jetés sur l’occasion pour balancer des idées qui se terminent TOUTES par des taxes devrait vous indiquer que Quelque Chose Ne Sent Pas Bon, mais ça ne tilte pas. Le fait que des douzaines d’entreprises se bousculent pour toucher des subventions vertes, qu’on tente de vendre plus chers des trucs labellisés verts, qu’on menace, qu’on poursuit, qu’on vire, qu’on licencie des gens qui expriment des idées contraires à l’idée dominante devrait vous indiquer que Quelque Chose Ne Sent Pas Bon mais … Non, rien.

                      Il n’y a aucun hasard.

                      Je ne me fais aucune illusion : vous n’y entendrez rien. Votre opinion est déjà amplement faite, pour vous c’est sûr : si on ne fait rien, on va tous mourir (mais Tous Ensemble, on peut y arriver).

                      Je vous fais une prédiction et j’en terminerai là (un échange stérile me prenant trop de temps) : dans 10 ans, dans 20 ans et dans 30 ans, toutes les prévisions du GIEC seront gentiment expurgées jusqu’à devenir parfaitement banales. Il n’y aura aucun mea culpa, jamais. Les prochaines crises économiques rappelleront aux individus ce qu’avoir faim veut dire, et ces questions climatiques reprendront leur place minuscule dans leurs préoccupations. Il n’y aura pas de catastrophe climatique mondiale. Il n’y aura pas d’extinction de masse (pas de 6ème ni de 7ème). Il n’y aura pas d’inondations, de tsunamis, d’ouragans mondiaux et le kraken restera chez lui. Al Gore sera enterré / incinéré multimillionnaire à grand frais (carbonés). Si votre niveau de vie dégringole, ce ne sera pas lié au climat, mais (100% sûr) lié à des politiques à la con auxquelles vous aurez, probablement, donné votre blanc seing.

          1. albundy17

            « Y a-t-il d’autres points que j’aurais raté dans vos liens?  »

            Non, une fois constaté votre refus psychologique de ce qui ne va pas dans votre sens pourquoi irais je me fatiguer.

            Les ouragans se déplacent, ceux des 5 derniers siècles n’ont pas de valeur instructives, les données relativement fiables de températures avant 65 le sont, mais selon, là encore vs votre crédo religieux.

            Le RCA ne dépend dixit la doxa sur un seul paramètre, que vous réfutez, faites attention tout de même. ça serait pas le CO² alors ???

            La tendance globale est établie par l’ensemble de relevés fiables, vous préférez gober le jt TF1, peut être croquez vous de la subvention pour être scientifique aussi bouché aux évidences, à vrai dire ça ne m’importe pas énormément, j’ai l’habitude des sur-intelligences pliant les faits genre le noir et un peu blanc.

            Maintenant, sûr de votre lecture biaisée des événements climatiques tout à fait normaux, j’imagine que vous prenez les devants pour sauver gaia et votre prochain en supprimant votre impact carbone, ou évidement celui des autres, c’est plus confortable

            PS: votre pleurnicherie sur un manque de considération vs votre age est tout à fait pathétique, et symptomatique

            1. Helkafen

              @albundy17
              Pas seulement le CO2, que nous avons émis de manière massive. Il y a aussi des contributions significatives du méthane, du NO2 et de quelques autres gaz. On prend aussi en compte les particules, qui malgré leur toxicité affaiblissent l’effet de serre.

              Mon refus est à chaque fois basé sur des sources réputées (NASA, GIEC, NOAA). Vous êtes peut-être en désaccord avec leurs arguments. Il m’est aussi arrivé dans cette conversation de concéder des points tout en les mettant en contexte pour estimer leur importance.

              Il est aussi basé sur quelques constats de base. L’effet du CO2 est connu depuis la fin du 19e siècle et a été reconnu par les compagnies pétrolières elles-mêmes, elles qui n’ont rien à y gagner. C’est la partie facile de la science climatique. Donc dès que vois une source qui contredit ce fait de base, ma confiance tombe à zéro.

              Oui, je prends les devants pour limiter mon empreinte carbone. Transports en communs, pas de vol en avion, alimentation végétarienne, enfant unique (dans le futur), proche du zéro déchet, compostage. C’est pas loin du maximum que je puisse faire en tant qu’individu.

              Je ne regarde pas TF1. Je lis par contre les papiers des spécialistes depuis quelques temps.

              1. Nemrod

                Mais bordel Helfaken, vous êtes sérieux ?
                Vous vous privez de voir vos parents et d’avoir plusieurs enfants pour un ensemble de théories plus que contestables ?
                Vivez, baisez, faites des enfants, allez voir vos proches…ça passe vite tout ça.
                Vous vous brimez pour rien !
                L’espèce humaine s’adaptera s’il le faut et à une époque ou vous n’aurez plus mal à la tête.

                  1. Iskanderkul

                    Helfaken, il n’y a pas de *fait scientifique* établi avec le CO2 (hors l’absorption radiative mesurée en éprouvette) qui permettrait de faire taire une fois pour toutes les sceptiques, sinon elle serait utilisée aujourd’hui, et on ne pourrait rien y répondre. Il n’y a qu’une hypothèse de départ (la relation CO2-température), sur laquelle se greffe quantité d’hypothèses de second-ordres, toutes présentées avec un impact émotionnel assez important. Ces faits ne vous ennuient pas ?

                1. Pythagore

                  +1
                  @Helkafen, cela ne vous dérange pas de vous priver de votre famille pendant que des Al Gore, Marcon, Hulot et bcp d’autres, alarmistes parmi les alarmistes, continuent à mener grand train et n’ont rien à foutre de leur propre emprunte carbone ? Ces gens sont très bien informés, ils ont accès à tout. Croyez vous vraiment que si la situtation était à ce point liée au CO², ils continueraient ainsi ?
                  Plutôt de vous bourrer le mous avec des histoires de CO², peut-être pouriez vous envisager de consacrer plus de tps à l’étude de la nature humaine, y compris la votre, il est possible que cela en dise bcp plus sur la véracité de tt ce qui est raconté qu’une boulimie d’informations prise au pied de la lettre.

                  1. Iskanderkul

                    Désolé Pythagore, mon message s’est inséré entre le vôtre et ceux de Nemrod/albundy17, pour lesquels vous accordiez un +1 🙂

  32. albundy17

    Cette voie navigable bien plus courte que les autres trajets est une aubaine financière pour les entreprises, d’ailleurs le trafic maritime a explosé comme le montre le suivi de navigation en temps réel sur cette partie enfin libérée de la glace !

    Ha ben non, flûte, c’est dommage de pas profiter pendant le minimum de glace

    1. Helkafen

      Dans votre lien: « The problem is that in every record of temperature and CO2, the temperature changes first »
      C’est un bon point, qui est expliqué ici: https://skepticalscience.com/co2-lags-temperature.htm
      Un phénomène naturel quelconque peut réchauffer les océans qui alors relâchent du CO2 dans l’atmosphère, ce qui amplifie encore le réchauffement.

      Deux autres liens (comme vous n’avez pas confiance dans ce site) :
      https://svs.gsfc.nasa.gov/11362
      https://www.newscientist.com/article/dn11659-climate-myths-ice-cores-show-co2-increases-lag-behind-temperature-rises-disproving-the-link-to-global-warming/

      1. Encore une fois, la position prudente consiste à dire qu’il est impossible de conclure et certainement pas d’imposer un lien de causalité entre CO2 et température (dans ce sens). Comme par hasard, c’est la conclusion diamétralement opposée (c’est le CO2 qui déclenche la hausse) qui est choisie (parce qu’elle entraîne subventions et pouvoir).

        Répondez donc à ma remarque ci-dessus : pourquoi, cette fois, ce serait différent ?

        1. Helkafen

          L’explication du « lag » que j’ai fournie ne prouve pas à elle seule le lien CO2->température. Elle ne fait qu’expliquer pourquoi l’argument du « lag » n’est pas recevable pour démontrer l’absence du lien CO2->température.

          Pour une preuve de ce lien, les études moléculaires du CO2 et les observations du spectre de réflexion par satellite sont suffisants.

          Encore une fois, ce lien est facile à établir. Ce qui est difficile, c’est l’étude des nombreux mécanismes de feedback positifs et négatifs.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.