Les énergies alternatives renouvelables : peu renouvelables et très alternatives.

Lorsqu’on lit « énergies alternatives », on croit souvent qu’il s’agit d’énergies différentes aux énergies traditionnelles que sont les énergies fossiles ou nucléaires. Cependant, l’actualité vient une fois de plus prouver que « alternatif » est à prendre dans le même sens que pour « courant alternatif » : une fois c’est positif, une fois c’est négatif.

Et le 9 août dernier, ce fut plutôt négatif pour une partie de l’Angleterre, dont des quartiers de Londres, ont été plongés dans le noir vendredi en fin d’après-midi, en pleines heures de pointes, en raison d’une panne d’électricité qui a causé la pagaille dans les transports à l’heure de pointe, touchant environ 1 million de personnes. King’s Cross à Londres, l’une des gares les plus fréquentées de Grande-Bretagne, a dû être évacuée, provoquant une véritable marée humaine en surface, pendant que des milliers de navetteurs se sont retrouvés coincés dans des trains bloqués.

On pourrait, comme le fait la presse française avec un brio millimétré, détailler les zones géographiques touchées quitte à jeter un ou deux paragraphes sur le constat qu’une vie moderne sans électricité pose de sérieux soucis (sans blague !) : plus de trains, plus de métros, plus d’éclairage et plus de feux de signalisations, de gros soucis de communication, bref, une vie banale qui bascule instantanément dans un aperçu du Moyen-Âge, m’ame Michu, où va le monde, où va le monde…

On pourrait.

Ça ne mange pas de pain, et ça permet aussi d’éviter toute description précise de la nature exacte du problème survenu. Description et analyse qui, on va le voir, piqueraient un peu certaines rédactions et certains journalistes dont l’agenda politique est particulièrement difficile à cacher.

La panne, d’importance, est en effet survenue sur deux sites de production électrique : une centrale au gaz et un champ d’éoliennes. L’enquête pour déterminer précisément les raisons de l’ampleur même de la coupure est encore en cours, mais plusieurs sources confirment que la panne géante a été provoquée par l’arrêt inattendu du parc éolien offshore de Hornsea ainsi que celui de la centrale au gaz de Little Barford.

S’il semble étonnant que la perte de deux sources puisse provoquer une telle interruption – l’enquête déterminera peut-être tous les problèmes parallèles à ces deux sources principales qui ont accru le défaut initial, les Londoniens et plusieurs centaines de milliers d’autres Britanniques ont eu, au travers de cette expérience désagréable, un bel aperçu de ce qu’une extension générale des énergies alternatives veut dire pour la vie de tous les jours.

D’une part, cela permet de bien rappeler à tous que les fermes éoliennes, outre l’encombrement visuel et sonore qu’elles provoquent, leur durée de vie particulièrement faible (surtout lorsqu’elles sont offshore), ont toutes besoin, en parallèle, d’une source secondaire de production électrique, qui est généralement une centrale au gaz. Le vent ne soufflant pas toujours, et certainement pas de façon constante, la production électrique de ces champs éoliens est suffisamment erratique pour nécessiter le renfort systématique d’une autre source électrique.

Autrement dit, distribuer des éoliennes dans les campagnes, c’est ajouter des moulins disgracieux à la production aléatoire en plus de centrales traditionnelles et non en replacement d’icelles.

Les éoliennes, catastrophes écologiquesD’autre part, cela permet aussi de bien faire prendre conscience de l’importance d’un réseau électrique adapté aux besoins de la population, et des conséquences visibles lorsque ce n’est plus le cas. Or, s’il est certes coûteux d’adapter un réseau électrique aux demandes croissantes de la population et à l’augmentation démographique, ce n’est rien face à la complexité de faire le chemin inverse, à savoir adapter la population et ses demandes aux capacités effectives des réseaux de production. C’est pourtant exactement le trajet que les gouvernements tentent d’effectuer actuellement en poussant le crédo malthusien des écologistes politiques, en demandant à tous et chacun de limiter ses besoins et de réduire sa consommation en agonisant les populations de taxes et de vexations fiscales visant à les faire rentrer dans le bon chemin de la décroissance énergétique, en lieu et place des mécanismes naturels de marché et de fixation libre des prix de l’énergie qui permettent, en temps réel et sans distorsion, de tenir compte à la fois des capacités des producteurs et des besoins des acheteurs.

En outre, ce genre d’événements désagréables (et fort heureusement pour nos amis britanniques, de courte durée) permet de montrer à quel point l’actuelle centralisation de la production énergétique constitue un réel danger pour les économies modernes.

Cette centralisation ne doit pas grand chose au hasard.

Les économies d’échelles, imposées par les modèles techniques ou économiques des productions électriques, imposent souvent une production centralisée. Ce n’est pas le cas pour le nucléaire qui peut se satisfaire de réacteurs de petite taille, modulaires ; malheureusement et malgré un historique particulièrement favorable en matière de sécurité, le nucléaire a trop mauvaise presse pour qu’aucun gouvernement ne se lance dans cette aventure. Il en va de même avec les groupes électrogènes à base d’énergies fossiles, bien maîtrisés et faciles à gérer. Là encore, le travail de lobbying permanent et particulièrement bruyant de toute une frange d’écologistes a durablement enterré ces solutions pourtant efficaces et propres.

En revanche, les énergies dites renouvelables sont, par nature, fort « centralisables » (des milliers de petites éoliennes ne permettant pas de produire ce que de grands champs éoliens autorisent, typiquement) : centralisation des financements, centralisation de la production, et surtout centralisation du pouvoir qui l’accompagne, ce que tout gouvernement comprend fort bien lorsqu’à la faveur de troubles internes, le basculement d’un interrupteur suffit à calmer immédiatement toute une population…

Enfin, ce genre d’événements permet aussi de rappeler la fréquence de ces soucis liés aux énergies alternatives qui, finalement, ne fonctionnent pas trop bien et marquent le pas lorsque les conditions météo ne se plient pas aux désidératas humains.

Si, bien évidemment, ces « black outs » ne sont pas spécifiques des énergies alternatives mais plutôt la caractéristiques de réseaux centralisés, il n’en reste pas moins que l’introduction de sources d’énergies intermittentes, très sensibles aux conditions météorologiques, d’une durée de vie moindre et d’un coût de maintenance supérieure aux énergies traditionnelles ne va certainement pas améliorer la situation, comme en témoigne les exemples récents de pannes liées à des champs éoliens.

Mais apparemment, les populations et les gouvernements ont déjà décidé : les sources d’énergies dites « écologiques » vont continuer à se multiplier, moyennant un peu de propagande, de vœux pieux répétés comme des mantras et selon l’idée que, tous ensemble, si on y croit très fort et en dépit de toutes les règles physiques et économiques, ça va marcher…

La panne électrique de Londres de ce mois-ci montre en tout cas une chose claire : nous nous acheminons littéralement vers un retour aux heures les plus sombres de notre histoire.

J'accepte les BCH !

qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires224

  1. Le Gnôme

    Le vent est alternatif, le courant l’est donc aussi. Je ne vois qu’une solution, la dynamo dans la cave avec des esclaves pour pédaler, c’est simple, c’est écologique, mais peu politiquement coorect.

        1. albundy17

          « les déjections sont hautement valorisables. »

          négatif, avec de la merde, tu fabriques rien de mieux que de la merde, mais en plus cher.

          J’attends avec gourmandise le prochain gaz a effet de serre, le méthane, un vrai celui là, et toutes les biens pensants concernant leurs composteurs.

          Faudrait une taxe composteur et lombrics, m’est avis ^^

      1. Citoyen

        Euh …. Moins on les nourrit, moins ça chie … C’est plus écolo … Mais faut les remplacer plus souvent …
        Et comme on en importe des palanquées, le turnover ne devrait pas poser problème …

    1. Aristarkke

      Dans une cave, va falloir prévoir une ventilation forcée,D vu tout ce qui va être relâché dedans.
      Donc ponctionner d’emblée son auto-production d’une part sensible…

                  1. Pheldge

                    ah la vache ? Comme on le dit régulièrement à l’église, (je l’entends chaque samedi aprèm, quand j’y suis avec la Chorale ) « la vache qui rit, elle, y sonne » 😉

  2. Arthourr

    D’ailleurs et à ce propos, on pourrait peut-être suggérer en toute sympathie à M. Barrau de faire fonctionner ses très énergivores instruments scientifiques (LHC en tête) à coup d’éoliennes ?
    Je doute que les aspects « alternatif » ou « durable » de ce qu’il prône lui conviendront tant que ça….

  3. Infraniouzes

    Parmi les amusants tracas survenant pendant une pane d’électricité de quelques heures, on peut relever l’arrêt des pompes de relevage. En effet, chacun sait que la pente d’un égout n’est pas perpétuelle et qu’il faut à un moment ou un autre, relever les éffluents malsains et malodorants qui coulent sous nos rues et trottoirs, pour qu’ils arrivent à la station d’épuration à laquelle ils sont destinés. « Le pompage en ligne est une façon de relever des effluents bruts gravitaires (aussi appelés eaux usées) directement depuis l’écoulement sans fosse de collecte ou puisard. La pompe s’adapte au débit d’eau arrivant grâce à un variateur de fréquence. » (Wikipédia).
    Tout ça fonctionne évidemment à l’électricité. Et si une panne survient, les pompes s’arrêtent. Une longue panne va inévitablement causer un engorgement des égouts. On en parle jamais dans les médias. C’est sans doute impossible ? Mais si c’est probable, on sera rapidement dans la merde, on pataugera dans la merde, on nagera dans la merde. On dit des écolos, adeptes des éoliennes à tout crin, qu’ils sont des fauteurs de merde. Voilà peut-être la preuve.

    1. hub

      sans électricité, pas davantage d’eau courante chez soi, donc pas moyen de tirer la chasse d’eau, on est VRAIMENT dans la merde

      1. Aristarkke

        Pas de frigos domestiques ou industriels non plus… D’où dégradation des aliments, d’où des conséquences intestinales-z-évidentes…

        1. P&C

          Meuh non, suffit d’avoir un régime alimentaire adapté : viande fumée ou salée, poisson séché ou salé, charcuterie bien affinée, bière/pinard/gnôle, confitures, fromages… et manger fruits et légumes frais (5 par jours, pour faire plaisir à qui vous savez).

        2. UnLorrain

          J’ai un frigo a absorption, petit modèle il coûte état neuf dans les 500 euros. Un modèle familiale ira jusqu’à 2000 euros environ. Le mien est alimenter par gaz,assez couteux… J’avais fait faire un devis a ERDF pour obtenir l’électricité a mon domicile, réponse : nous ne faisons plus rien d’aérien, creuser-z une tranchée de 189 mètres pour le passage de câbles serait d’un coût de 10 000 euros…

          Ce n’est que sur mes déductions mais je crois que l’ancêtre d’un réfrigérateur,fonctionnant par absorption ( de l’ammoniaque est chauffer dans un serpentin et le bout du serpentin produit du froid ) s’appelle une sorbetière ( dans une nouvelle du 19ème siècle un scientifique dépose un batracien dans une sorbetière pour voir….voir qu’il survivra au gel pendant 2 ans )

          1. Aristarkke

            Maintenant, un devis par ERDF, c’est au minimum le double d’un prix correct. Quand ERDF veut pas faire, lui pas pouvoir répondre non vu son monopole donc toujours répondre hors de prix.

            1. UnLorrain

              Oui,un chemin forestier quelque peu sableux. C’est tout a fait cela Harry j’ai bien senti aux intonations de la dame d’ERDF au téléphone que eux « veut pas faire « …elle m’a rapidement conseiller de faire moi-même la tranchée mais c’était au même prix ( a 1 mètres de ma propriété il se trouve qu’il y a un pylône électrique, ligne de 4000 volts a vue de nez..

              1. sam player

                Bah, au lieu de faire ou faire faire la tranchée t’achètes pour 10,000€ de panneaux photo-voltaïque, tu les installes et après tu demandes le raccordement de ton installation au réseau gratos*…

                ¡ ǝɯǝɯ puɐnb ɹǝıɟıɹǝʌ ɐ : *

                1. UnLorrain

                  Un groupe electrogène fiable peut être une solution, un petit panneau solaire ( il rechargera-autant qu’il le peut et c’est quasi néant sous couvert nuageux – n’importe quel type de batterie je l’ai lu sur sites et surtout le constate ) éclairage 12 volts lampes led et surtout pas de groupe electrogène made in RPC ( les fiables et ce,dans l’industrie en général, ils les gardent pour eux )

                  1. UnLorrain

                    Pour infos si cela peut intéressé, un petit frigo a absorption, d’environ 60 L et avec compartiment congélation d’environ 10 L ,butane/propane équipé d’un « thermocouple  » (jamais eu d’ennui lorsque le vent ou un souffle quelconque éteint la flamme, le gaz est automatiquement coupé,pas de risque de gros baoumm !! ) ce frigo aura vider une recharge de 13 kgs tout au mieux en 8 semaines, 6 en période estivale. .

                    1. albundy17

                      « aura vider une recharge de 13 kgs tout au mieux en 8 semaines, 6 en période estivale. . »

                      c’est pas donné en conso, d’autant que j’imagine que le frigo doit coûter un bras.

                      J’aurais sans doute opté pour un groupe electro, donnant également de la lumière, prix rapidement absorbé avec un frigo conventionnel.

                      Ce qui est incompréhensible, c’est ton acces à l’elec pour ton ordi et ta box, mais pas ton frigo

                  2. albundy17

                    Une ligne à 4.000: un transfo, des gants isolants, des câbles de démarrage.

                    200 mètres de tranchée pour une ligne, c’est débile, maintenant je suis curieux des moyens de rétorsions législatif disponibles pour forcer l’entreprise à fournir.

                    J’ai (avais) un client qui s’est vu « offrir » environ 2 kms de route avec enrobé pour rejoindre son taudis croulant + mur anti bruit a 400.000, par sécurité ils lui avait supprimé l’accès à la 2* 2 voie passant à 50 mètres de sa cuisine.

                    Il est mort dès qu’il a eu ce qu’il voulait ^^

                    C’est con, on se marrait bien et il me trouvait toujours pas assez cher

                  3. sam player

                    Pour les groupes électrogènes qui ne sont pas fiables, c’est pas parce qu’ils sont fabriqués en RPC, c’est parce que ce sont des groupes avec rotor sans balais (à aimants permanents) et régul par condensateur (j’en répare 1 ou 2 par mois)… alors qu’il existe d’autres technos pas beaucoup plus chères et plus économiques à l’usage… fabriqué aussi en RPC.

                    Faut arrêter avec ce truc c’est chinois donc c’est de la merde: si vous voulez de la merde, les chinois vous la vendront juste moins chère… :mrgreen:

                    1. albundy17

                      « alors qu’il existe d’autres technos pas beaucoup plus chères et plus économiques à l’usage »

                      Bon ben développe maintenant.

                      perso, je préfère me passer de balais

                    2. MCA

                      « perso, je préfère me passer de balais »

                      T’as raison, l’aspirateur c’est mieux! :o))))

                    3. sam player

                      Pour les groupes ça dépend de l’utilisation ah ah ah et de la puissance nécessaire…
                      Beaucoup fusillent leur groupe car ils branchent une meuleuse de 1200W sur un groupe de 2kW… alors que dans le cas de moteurs, il faut compter un facteur de 2 si c’est une marche continue, 3 avec des démarrages continuels comme dans le cas d’une meuleuse…

                      On trouve des groupes avec regulation inverter au prix des groupes à régulation par condensateur d’il y a 10 ans: l’inverter est une reconstruction nickel du courant et ça évite que le groupe tourne à 3000 rpm juste pour avoir la fréquence de 50hz.

                      Des marques : ça me fait toujours rigoler ces questions. Personne ne fabrique la totalité des composants de ses équipements lui-même et les grandes marques encore moins que les autres.
                      Comme pour les bagnoles ou les tondeuses à gazon, il y a dans chaque catégorie 4 ou 5 fabricants mondiaux de composants et 200 qui les intègrent dans leurs équipements : la clim d’une Fiat 500 vient du même fournisseur que celle de la BMW (exemple, j’ai pas vérifié).
                      Et il y a de grande chances que le système inverter des groupes électrogènes vienne de chine, quelque soit le fabricant.

                1. MCA

                  @albundy17 12 août 2019, 18 h 49 min
                  toujours pas, essaie encore ^^

                  Toujours pas compris le second degré? essaie encore…. :o)))

      2. MCA

        Et pas moyen de se connecter à Internet… on est vraiment dans le moïse pour lire les news du 11ème homme..

        Et pour en rajouter une couche, pas moyen que l’ami d’AL allume sa télé… ARGRRRR!!!!

        1. Aristarkke

          Si tu mets assez de monde sur tes pédaliers en sous-sol, cela devrait arriver à le faire… Du moins, espère le très fort ! 😛

    2. P&C

      Quelle idée de faire fonctionner des égouts à l’électricité… le cloaca maxima remplissait son office, et il n’y avait pas d’électricité à l’époque… ok, les chiottes étaient collectifs… oui bon d’accord, la ville empestait la merde… et certes, les eaux usées allaient direct dans le fleuve où il ne faisait pas bon se baigner…

    3. albundy17

      « on peut relever l’arrêt des pompes de relevage.  »

      Oui, un des premiers signes de l’utilité électrique, avant que le congelo arrive a température de four, et le plus « marrant » étant les gens se raccordant n’importe comment sur ces réseaux, bénéficiant en primeur des premiers débordements, ils font tampax.

  4. Gerldam

    C’est dommage que vous mélangiez une critique valable: les éoliennes ne sont pas une bonne solution économique pour produire de l’électricité avec de la propagande écolo comme le fait que les éoliennes seraient des « hachoirs à oiseaux » pour reprendre la superbe terminologie des écolos gaulois (bird choppers chez les British). Un oiseau myope est un oiseau mort. Les vivants ont une excellente vue et, moins idiots que les fonctionnaires de la DREAL, évitent ces grands machins blancs qui tournent quand ils en voient. Enfin les gros oiseaux moins réactifs du fait de leur envergure volent à 400m d’altitude environ, bien au dessus des éoliennes. Bref une foutaise écolo, comme tant d’autres.
    Ni des approximations comme la centralisation des parcs éoliens. Un parc lambda fait 20 à 30MW de puissance installée, c’est à dire peanuts par rapport à Cattenom (4000MW). Même un parc offshore de 500MW (parc hénaurme) fait pâle figure devant les centrales nucléaires.
    Enfin, une panne causée par un arrêt brutal d’une centrale éolienne doit, en principe, faire beaucoup moins de dégâts qu’une panne dans une grosse centrale nucléaire ou au charbon. C’est à n’en pas douter le réseau qu’il faut incriminer en premier lieu.

      1. albundy17

        « Le parc offshore de Hornsea est aujourd’hui à 1200MW »

        Superbe ! le total parc éolien français est à 1442 à 10h26, le gaz a 2.000, l’ydraulique pas loin de 7.000

          1. albundy17

            Ca fournira combien de foyers de façon perene, genre zero quand il n’y a pas de vents, ou trop comme il y a peu en bretagne ?

                1. Pheldge

                  pour t’aider à faire ce choix cornélien, clim ou éclairage, ou frigo, il y a linky v1 avant les versions futures, qui feront le choix à ta place ! 😉

    1. PO

      Vous jouez sur les mots. Peu importe que le parc fasse 30, 500 ou 4000 MW. Par rapport à une éolienne privée alimentant une seule maison, c’est sans commune mesure et il s’agit bien dans tous les cas de centralisation. Relisez les revues écolo des années 70 (« le Sauvage ») : à cette époque ils étaient tous CONTRE l’éolien INDUSTRIEL car ils avaient bien compris qu’il s’agissait déjà de centraliser la production à l’aide d’éoliennes géantes.
      Dans le cas qui nous occupe, c’est bien la redondance de la panne de deux centrales simultanément (l’une à gaz et l’autre à vent) qui a provoqué le blackout.

    2. Aelil

      Petite note d’ordre technique, si je suis d’accord sur le principe que prétendre le nucléaire non centralisé me semble éxagéré car l’avantage est justement sa production massive, le réseau doit être constamment équilibré entre les consommateurs et les producteurs, c’est un merdier énorme et on a justement des « gaspilleurs » pour dissiper l’excès (en gros on produit toujours un peu plus), du coup peut importe la chute brutale c’est la merde.
      La différence notable c’est que sauf évènement exceptionnel, il n’y a pas de chute brutale d’une centrale nucléaire/à charbon/à gaz/… Or pour l’éolien et le solaire ça arrive constamment.
      Mais effectivement s’il y a un incident qui impose de couper soudainement un coeur de réacteur nucléaire on se prendra un black out, on notera cependant que si on a des coupures liées à des pertes brutales du renouvelable, force est de constater qu’on n’entend pas parler de ça pour le pilotable; en premier lieu parce qu’on applique un principe de précaution assez poussé (en gros dès qu’on a un doute on commence à éteindre un coeur, mais on allume l’autre en échange, on n’attend pas la sécurité qui entraînera la coupre bien plus brutale et ses conséquences).

    3. Nemrod

      Ils se posent jamais vos oiseaux…faut bien qu’ils passent sous les 400 mètres de temps en temps.
      Et la nuit, comment les voient ils, les canards et les oies volent la nuit hein !
      Les chauves souris aussi

      1. albundy17

        Pas même une question de les voir, on approche les 300 kms/h en bout de pale, en plus les salopes ne fonctionnent pas toujours, histoire d’habituer la faune

    4. kekoresin

      Plutôt d’accord avec toi Gerldam, je n’ai jamais vu d’hécatombe de zoizos sous les pales. Cela dit, il n’est aucunement fait mention de cet argument mais juste un dessin d’humour drôle.

      Pour les blackout, même si une seule source flanche et que l’autre ne compense pas la consommation instantanée de courant, le déséquilibre fait que tout part en sucette. C’est bien la raison pour laquelle les réseaux de production sont reliés. La complexité est toujours source d’emmerdes et en maillant toutes ces sources de production secondaires au réseau principal, on multiplie les risques de rater la fin du porno, enfin pour ceux qui arrivent jusque là.

      En tout cas, il va falloir trouver autre chose que ces énergies coûteuses et non fiables vu que d’ici 2040 les projections de consommation des réseaux informatiques absorberont près de la moitié de la production actuelle. Alors les adeptes de suédoises nazies végans, c’est le smartphone où les éoliennes, on va voir jusqu’où vont les convictions de ces petits trous de cul !

      1. albundy17

        « je n’ai jamais vu d’hécatombe de zoizos sous les pales »

        . hécatombes ze sait pas, j’en ai vu plus qu’ailleurs au pied des éoliennes que j’ai visité.

        Et a vrai dire, je m’en tape des zozios, juste que l’on me dise pas que c’est bien pour eux. les zozios, j’aime bien avec de la sauce, pas avec des taxes

    5. Dr Slump

      Je ne sais pas si c’est fondé, mais j’ai lu kek’part qu’en moyenne un oiseau par jour se mange les pales d’une éolienne, parce qu’il sont myopes, ou parce qu’ils sortent du bar, allez savoir. 1 piaf par jour multiplié par x éoliennes ça peut finir par en faire une belle volière en état de rigor mortis tous les jours, mais bon, sans doute pas autant que le nombre qui viennent plâtrer leur cervelle sur les vitres de vos maisons à la campagne… et surtout des gratte-ciel américains. Salop d’américains, je le savais que c’était encore de leur faute!

      1. kekoresin

        Une étude récente a estimé à environ 1 milliard d’oiseaux décédés suite aux agissements perfides des chats d’Amérique du Nord! Bon comme dab, je suis toujours un brin perplexe face à ce genre de données, mais même la moitié de cette approximation justifierait l’abattage de ces félins qui plus est insensibles au danger des pales de moulins à vent…

        1. Dr Slump

          Ouais, un article de L’Immonde évalue aussi jusqu’à un miyard de piafs qui s’écrasent le crâne sur les bâtiments aux US.
          Ne serait-ce pas une formidable source d’énergie à exploiter? Toute cette énergie cinétique pourrait tout à fait être récupérée en faisant des vitres spéciales, nan? Bon, je vais déposer mon brevet pour une nouvelle nrj renouvelable!

          https:/ /www.lemonde.fr/big-browser/article/2019/04/08/chaque-annee-des-millions-d-oiseaux-migrateurs-se-tuent-contre-les-vitres-des-gratte-ciel_5447497_4832693.html

    6. Thibaut

      Pour info, des oiseaux comme les rapaces (buses, milan…) ont une fréquence au niveau de leurs visions beaucoup plus importante que la notre.
      Quand noous voyons une éolienne avec ses pales tourner, eux voient un truc immobile.

      Pour exemple humain, c’est comme quand une voiture passe une certaine vitesse, vous avez l’impression que la roue tourne à l’envers. Eh bien au point de bascule (vers l’avant -> immobile -> vers l’arrière), vous avez l’impression que la route est immobile. Et bien c’est la même chose pour certains oiseaux.

  5. MarieA

     »mais peu politiquement coorect. »

    Ça dépend de qui tu forces à pédaler. Si c’est des hommes blancs, c’est bon. Tu pourrais même recevoir la légion d’honneur ou quelque chose comme ça.

          1. MCA

            Comme dirait Kéko, l’heure de l’apéro arrive et il fait soif sur cette île d’autant que je viens de m’envoyer la cueillette d’une quinzaine de kg de mirabelles.

            HS mais mérite d’être signalé : le piton de la fournaise vient d’entrer en éruption pour la quatrième fois cette année.

            Je parie que Ste Greta va encore nous coller ça sur le dos du RCA.

            1. Theo31

              Ces gros enculés de verts devraient s’en réjouir : l’éruption du Tambora en 1815 a provoqué la famine. Ce qui serait cool, c’est qu’ils fassent partie des victimes à cause de cette salope de Gaia.

              1. Pheldge

                le Piton de la Fournaise est de type Hawaïen … pas de gros nuage de fumées pendant des mois ! dommage, on va mourrrrrrrrir du réchauffement et du volcan que sinon, notre île elle sera en gloutie par la montée des os de la mer qui monte !

            2. albundy17

               » la cueillette d’une quinzaine de kg de mirabelles. »

              d’après les photos que j’ai réclamées, j’ai un tapis jaune à la place de l’herbe, vraisemblablement 3 a 400 kilos

                    1. albundy17

                      12 litres, moins 70 % (état) moins 30 % (oublier l’état), reste la part des anges, je t’en prie sers toi.

                      Le plus marrant, si on y pense un peu, c’est un boulot de ouf, l’état arrive, te colle une marianne ok tu peux vendre, et encaisse

              1. kekoresin

                Dsl de mon absence mais je reviens tout juste d’un pays pauvre (dont je ne citerai pas le nom tellement c’est pauvre) pour me faire greffer un nouveau foie. Bon hé ça va, j’ai indemnisé la famille du petit. Un an de salaire du père, 80 euros, le prix d’une cartouche de clopes ici, mais de quoi sauver la moitié du reste de la famille pour les 6 prochains mois!

                Toujours est-il que c’est repartis mon kiki, je peux de nouveau pratiquer mon sport favori 🙂

  6. P&C

    Il faudrait d’urgence rappeler aux écolos que le monde tout renouvelable, c’était le monde d’avant qu’ils haïssent tant.
    Patriacal, chauvin, raciste, bigot, pue la sueur, esclavagiste, injuste, exploiteur d’animaux, autocratique… car pauvre en énergie.
    Avec son espérance de vie de 35 ans et sa mortalité infantile de 30%.

    https://jancovici.com/transition-energetique/l-energie-et-nous/combien-suis-je-un-esclavagiste/

    Je vois mal Aurélien Barraut se faire cuire une tranche de pain dans le monde qu’il nous vend : il a pas le physique.

    1. kekoresin

      On estime que pour se rapprocher de notre niveau de vie actuel sans pétrole, il nous faudrait disposer de 500 esclaves au quotidien. Aucun noble d’avant le vingtième siècle, quelle que soit sa fortune, ne pourrait rêver du niveau de confort d’une famille moyenne d’aujourd’hui.

      J’entendais un végan déclarer qu’il aimerait tant retourner au XVIIIème siècle. Mais que ces gens sont cons! Ben vazy le brouteur de gazon au XVIIIème, quand ton pois chiche mal digéré va germer dans ton appendice ou que ta graine de riz mal cuite se sera fourrée dans ta molaire du fond en jouant du violon avec ton nerf, tu vas voir que progrès c’est pas si mal. Mais en fait qu’ils se cassent tous dans un pont Einstein-Rosen direction la préhistoire où bien entendu tous nos ancêtres étaient végétariens. Qu’ils se confectionnent des jupes en fougères et qu’ils crèvent tous au premier hiver en claquant des burnes et en priant que le réchauffement climatique vienne sauver leur misérable existence.

      Décidément, le manque de protéines animales nuit gravement au développement du cerveau!

    2. Dr Slump

      C’est sûr qu’avec son physique de carpe anémique, un poiscaille comme Barraut se ferait gober comme un goujon de friture.

  7. MCA

    REDITE : (LOL, je fais comme le patron à présent :o)))))

    MCA 9 août 2019, 16 h 19 min
    De quoi bousculer certaines idées préconçues :

    https:/ /jacqueshenry.wordpress.com/2019/08/05/energie-eolienne-la-verite-qui-derange/

    1. Jacques Huse de Royaumont

      Je ne connaissais pas ce site, je l’ai mis en favori. Sur des sujets comme le climat, il reviens aux fondamentaux. Par exemple, si je n’&vais aucun mal à voit le RCA comme une supercherie, je n’allais pas mettre en doute la notion même d’effet de serre. Lui si, et avec des arguments valables.

      1. Nemrod

        Ce matin il faisait 9 chez moi.
        Pas le souvenir d’être passé sous les 10 au 12/08
        Refroidissement ?
        Ah non ça marche pas comme ça, enfin pas dans ce sens là.

          1. kekoresin

            Meu non mon Jacot, quand ça pèle c’est du dé-rè-gle-ment climatique!

            Tiens, je viens de voir une cousine de longue date dont la fille est dans un lycée alternatif avec enseignement transversal centré sur l’écologie, avec conscientisation obligatoire qu’elle que soit la matière. Bien entendu pas de cours le vendredi selon le précepte de la poupée suédoise maléfique, avec marche pour le climat, ou contre je ne sais plus. Bref, la gamine, éveillée, a commencé à réfléchir et a ne plus participer aux marches de Gaïa. Résultat: un harcèlement avec menaces de mort de la part de ses petits camarades (Kamaraden?), vous savez, ceux qui prônent la tolérance et le vivrensemble multicolore.

            Bon, la bonne nouvelle c’est qu’ils sont contre les armes à feu, ce qui veut dire que le jour où il se pointeront avec des fourches pour saisir mon jambon et mes pulls en laine vierge, je me ferai un plaisir de leur fournir de la matière première pour refaire le toit de Notre Dame!

            1. Jacques Huse de Royaumont

              Ça existe, ce genre d’institution ? D’habitude, les parents sont pour l’idéologie conscientisée, mais ça s’arrête sur le pas de leur porte. Pour les trucs sérieux, on arrête de déconner et on revient aux fondamentaux.

        1. Pheldge

          Bon sang, c’est pourtant simple : le réchauffement (çui causé par le capitalisme turbo-libéral ) il réchauffe le pôle, et donc, il fait partir le froid, qui s’en va, par vagues, et nous tombe dessus. Voilà !

        2. MCA

          Pourtant c’est simple : sur la planète shadock quand ça refroidit d’un côté c’est pour mieux réchauffer de l’autre.

          Donc bilan final, plus ça caille, plus ça réchauffe.

          1. RV

            J’étais à Séville la semaine dernière où je me suis laissé dire que cette année ils n’avaient pas encore eu 40 alors que normalement c’est 45. La chaleur à dû s’arrêter à Montpellier…

          1. albundy17

            Je me demande si tu n’as pas un biais, Nemrod, pas d’acrimonie, juste je regarde les relevés, sur les 20 dernières années le minimum des températures minimales du mois d’août, à 5 kms de l’atlantique est en moyenne de 7.69.

            Donc rien d’anormal.

              1. albundy17

                « Pas chaud quand même »

                Oui aussi, je ne me baigne plus la nuit depuis quelques années, je dirais que la tendance est à la baisse.

                Mais c’est peut être l’age.

                Je n’ai que 20 ans de données

      2. Iskanderkul

        Il y a 2 effets de serre : celui fantasmé du GIEC, et le vrai qui nous est favorable. Il faut combattre le premier, plein de gens au bon sens le font, mais éviter de jeter le bébé avec l’eau du bain !

        1. Iskanderkul

          Je répondais à Jacques Huse de Royaumont 14 h 23 min
          Comme le remarquait Alex, l’organisation des messages ne facilite pas la communication.

  8. Pheldge

    un demi HS : je remarque sur le site de le Point que les sommités qui z-écrivent des tartines sur le CO c’est mal,, faut plus bouffer de viande, on va mourrrrrrrir en 2050, elles ont tous des noms composés : ça en impose ça un nom à rallonge !
    Quand tu lis « Nathalie de Noblet-Ducoudré, bioclimatologue et coauteure du dernier rapport sur l’état des sols, explique les menaces qui pèsent sur nos terres agricoles » , t’as envie de t’excuser d’être bien peu de choses, par rapport à une telle autorité, ou encore « Valérie Masson-Delmotte : « Il y aura deux fois plus de canicules en 2050 » si une telle femme le dit, ça doit être vrai …
    En plus de ça, c’est des feumeuhs alors, ne pas être d’accord, c’est quasiment un acte de harcèlement … Nous sommes foutus !

    1. Aelil

      Moi je remarque surtout le bioclimatologue…
      Donc elle étudie la vie du climat ? :p
      Moi aussi je vais me sortir des titres à la mord-moi-le-noeud comme ça.

      1. albundy17

        « Moi aussi je vais me sortir des titres à la mord-moi-le-noeud comme ça. »

        j’y pensais récemment, un gros titre ronflant éco compatible sur mes cartes de visites ^^

          1. albundy17

            pas crédible, suis trop rapide 🙄

            Mais bon, je pense sérieusement à quitter la plomberie, c’est plus de mon age, je sèche un peu sur mon futur métier, peg rale en disant « encore ». Ptet reprendre la négo immo en attendant

                    1. Pheldge

                      le cuivre, le plomb, la miante, la fiente, le saturnisme, le mercurisme, le vénussisme, tout ça … 😉

                    1. MCA

                      Achtung! jeunesse = état instable.

                      Bon par rapport à Jeanne Calment on peut dire en effet qu’il est …TRES TRES TRES jeune….

                    2. albundy17

                      Inutile d’aller si loin, disons que j’ai encore de l’ado ds mes murs, n’étant pas issu de ma progéniture, les papys

                    3. MCA

                      @albundy17 13 août 2019, 16 h 35 min

                      « j’ai encore de l’ado ds mes murs »

                      Eh oui, c’est ça quand on est un grand intellectuel… :o))).

                      Les mouflets il faut les faire d’abord et réfléchir ensuite, moyennant quoi ils sont établis quand tu es (encore) assez jeune pour profiter un max de l’existence et de tes petits enfants sans avoir besoin d’un déambulatoire.

                      Il faut tout expliquer ici!

        1. Pheldge

          je te propose Technicien supérieur éco-conscient, spécialiste des écoulements fluides et tubulures, ou encore Maître Artisan Plombier, climato-responsable …
          remercie-moi pas, c’est de bon coeur 😉

          1. MCA

            Moi je me demande comment les mémés à bouchons de carafe de l’île de Ré vont faire pour gérer les débordements de chichmas.

        1. Pheldge

          travailler au contact de matières dangereuses, sans beaucoup de protection, comme par exemple les plombards, ça a souvent des conséquences graves, santé mentale etc … l’espérance de vie est bien réduite dans ces professions. Y’en a des qui devraient se méfier, et commencer dès 50 ans à préparer leur succession, que c’est pas parce que l’ancêtre, le Papet est très, très, très vieux, que tout les plombiers, ils atteindront cet âge plus que respectable ! 😉

          1. MCA

            Tu devrais te mettre au goût du jour, ça fait des lustres qu’ils ne touchent plus au plomb sauf à démonter de vieilles installations.

            Faudrait les appeler « cuivriers » à présent.

              1. Aristarkke

                En tous cas, pas pvc-pressioniste! Une nouvelle rente est en train d’apparaître avec ce matériau où la colle (au moins la standard transparente) ne tient pas la distance circa la 20ne d’années…

                  1. Aristarkke

                    La standard translucide (plus approprié que transparent) est homologuée pour le pvc-pression moyennant 8H00 de polymérisation à 20C…
                    Nous ne sommes pas du tout non plus dans la même zone de coût que la orange dite « une heure » (x3min) à date de péremption pour cette utilisation pression.
                    Faut aussi et préalablement au village, dépolir soigneusement à la toile ‘émeri les parties M/F à encoller avant d’y passer du décapant PVC…

                    1. Pheldge

                      fais comme d’autres, utilise les animaux : les peintres utilisent la colle de poisson, pour le papier peint, les menuisier de la colle de chien. Bin oui, si la colle à bois … y’a un chien quelque part ! 😉

                    2. Aristarkke

                      A l’Al, 16H46.
                      Indéniablement, pour le constructeur promoteur, c’est une bonne affaire. Pour la clientèle qui doit recommencer à reconstruire ses réseaux bout par bout, nettement moins…

                    3. albundy17

                      Ari, sauf perçages ou tremblement de terre important mais inopinés, le PVC pression n’a que des avantages.

                      En plus, la colle fait voir les étoiles ^^

                      Bien sur, faut les poser ds les règles , j’ai pas de nouvelles du premier bâtiment (40- 50 logements de mémoire) que j’ai alimenté par les sous sols il y a … argh, en 2007, je vais bientôt mourir sous les recos ^^

          2. Aristarkke

            Tu vas devoir renoncer, la mort (au moins)dans l’âme, aux bidons de SG que tu convoites si fort!
            Conséquences graves, santé mentale, dégradation des qualités nutritionnelles et organoleptiques du produit, risques d’infection difficilement curables…
            Je laisserais tomber, à ta place…

            1. Pheldge

              t’inquiète, pour ça, il faudrait que j’aie des scrupules … depuis le temps tu devrais savoir que je n’en ai aucun ! ( ni de pull écru d’ailleurs )

    2. Aristarkke

      Et si elles sont colorées autrement que blanc, je te dis pas l’embrouille à venir d’oser imaginer les contredire, même aimablement…

    3. kekoresin

      Putain avec un nom comme ça elle doit bien aimer la levrette à la volée!

      C’est dommage cela dit de mettre tout à la sauce climat car l’appauvrissement des sols est un vrai sujet même si les adeptes du « collapsus » racontent n’importe quoi sur le sujet.

  9. kekoresin

    Faut pas trop se prendre le choux, un petit couac du genre évènement de Carrington et plus de prise de tête. Les écolos forcenés seront contents avec un vrai retour en arrière comme ils en rêvent! Bon, m’est avis qu’ils ne vont pas en profiter bien longtemps…

  10. Stéphane B

    HS mais quoi que avec de l’humour qui ne passe pas dans les hautes sphères
    ladepeche.fr/2019/08/11/martine-sen-branle-de-greta-thunberg-la-blague-de-cette-employee-du-ministere-de-lagriculture-passe-mal,8356691.php

  11. Thibaut

    Il me semble que notre auteur lit Jancovici, alors reprenons le passage suivant car cette réponse s’inspire très fortement de ses travaux :

    « C’est pourtant exactement le trajet que les gouvernements tentent d’effectuer actuellement en poussant le crédo malthusien des écologistes politiques, en demandant à tous et chacun de limiter ses besoins et de réduire sa consommation en agonisant les populations de taxes et de vexations fiscales visant à les faire rentrer dans le bon chemin de la décroissance énergétique, en lieu et place des mécanismes naturels de marché et de fixation libre des prix de l’énergie qui permettent, en temps réel et sans distorsion, de tenir compte à la fois des capacités des producteurs et des besoins des acheteurs. »

    – s’il faut attendre la fin (ou plutôt une forte augmentation de prix) de l’extraction de ressources polluantes comme le pétrole, alors on court droit à la catastrophe étant donné que cela arrivera dans un futur trop lointain. L’élasticité du prix tout ça tout ça n’est pas le facteur déterminant qui fera changer les populations de comportement (parce qu’aller travailler en bagnole n’est pas un choix pour beaucoup de monde, faute d’alternatives).
    – il faut réduire la consommation, écolo ou non, ça sera une nécessité, sans quoi on aura d’un côté une crise écologique (parce que bon, la Chine va pas arrêter les centrales à Charbon si elle ne diminue pas sa consommation) avec son lot de joyeusetés (vive les migrants climatiques !) et d’un autre côté une crise de l’énergie, parce que 98% de l’acheminement se fait via de la consommation de pétrole. Donc si on ne rationne pas tout de suite, on va dans le mur bien plus tôt que ce que l’on pourrait avoir et le résultat sera dramatique s’il n’est pas anticipé.
    – les besoins des acheteurs augmenteront toujours tant qu’il y aura du fric et de l’énergie qui permettra d’avoir un prix abordable : donc soit les gens deviennent pauvre, et de fait consomment moins (pas terrible à mon humble avis comme solution, sauf si on veut des gilets jaunes un poil plus revendicateur), soit on a plus d’énergie (parce que le pétrole ne peut pas perdurer trop longtemps) et on revient au XVIIIeme siècle, pas terrible non plus (au mieux c’est la Corée du Nord avec des interruptions de services récurrentes).
    – La sobriété non volontaire (donc via taxe carbone ou taxe lié à l’éloignement entre lieu de production et lieu de consommation par exemple) est une manière qui permet artificiellement de réduire son émission carbone. Donc si l’objectif, c’est le climat, alors ce sont objectivement des moyens efficaces d’y parvenir. si l’objectif est économique, alors moyen moyen si l’on est pas suivi.

      1. Aristarkke

        Patron, s’il parle de réduire la consommation des écolos (les correcteurs orthographiques sont facétieux, parfois), personne ici et moi le premier ne s’y opposera…

      2. Thibaut

        Il n’est pas possible de remplacer toutes les utilisations du charbon/gaz/pétrole avec de l’éolien ou du photovoltaïque, donc ne pas diminuer donne un blanc seing au réchauffement climatique.
        C’est dommage que vous ne compreniez pas cela, ou bien j’ai loupé une étape dans votre raisonnement.

        1. Il n’y a aucune raison de remplacer le charbon, le gaz ou le pétrole par de l’éolien ou une autre idiotie. Et il y a toute l’énergie nécessaire pour continuer à croître pépère. Il n’y aura de toute façon pas de peak charbon, huile ou uranium.

          1. Thibaut

            Le soucis n’est pas le pic de l’huile, l’uranium ou le charbon (mon propos tenait d’ailleurs plutôt du pétrole), c’est l’impact de ces utilisations sur le climat, que vous semblez nier pour ce que j’en ai compris. Le pic n’est qu’un truc qui permet de dire qu’il vaut mieux miser ailleurs que sur du pétrole pour les 30 prochaines années. Cela est en partie décorrélé du problème climatique qui est autrement plus important.

            Je vous renvoie juste aux méta-études (toutes ne sont pas payantes fort heureusement) qui montrent qu’il y a consensus sur le fait qu’il y a un changement climatique ET que l’homme y est en partie responsable. Je ne dis pas que c’est la vérité et qu’un Galilée n’interviendra pas pour nous montrer nos torts (le « fameux » 3% ont raison vs les 97%), mais la position rationnelle quand on est pas scientifique expert du domaine, c’est de s’en tenir à ce que disent les boss.
            N’étant pas climatologue, je ne peux pas vraiment renvoyer vers des études autres (comprenez non méta) car je n’ai pas la capacité critique d’en déterminer le sérieux.

            Dire que ce que racontent des Bihouix, des Servigne ou des Jancovici relève au mieux d’affirmations fausses (que vous avez peut-être écouté via Thinkerview ?) et/ou non prouvées, c’est assez pauvre.
            Parce qu’affirmer sans broncher que l’on continuera de croître indéfiniment car nous avons autant d’énergie (et l’utilisation de ces dernières sont durables et nous permettent de continuer à croître) que l’on veut, c’est pour moi quelque chose de très difficile à croire. Une énergie qui met plusieurs millions d’années à se renouveler ne me semble pas spécialement une énergie pour laquelle j’utiliserais l’adjectif « infini » pour son extraction.

            1. « que vous semblez nier »
              Oui. Il n’y aura aucun réchauffement climatique catastrophique ni dans les 10 ni dans les 50 prochaines années.
              – le coup du consensus a été amplement démonté (argumentum ad populam, poubelle)
              – il n’y a jamais eu 97% de scientifiques patati patata (gros bullshit)

              Le reste de vos affirmations montre que vous êtes tout nouveau sur ce blog.

      1. Thibaut

        Charité bien ordonnée commence par soi-même, donc évidemment que j’ai commencé à mon endroit.
        Plus d’avion sauf nécessité professionnelle et moins de viande.
        Après je sais bien que la majorité des GES sont produits par les EU et la Chine, donc ça n’a que peu d’impact sur le climat (toute proportion gardée)

        1. Tant que vous vous martyrisez seul dans votre coin sans l’imposer aux autres, c’est votre trip, pas de souci.
          Après, se donner des objectifs irréalistes pour un but absurde, chacun son truc.

          1. MCA

            « l’impécuniosité de nos élus » est un processus auto-entretenu.

            Ils ajustent les recettes à leurs dépenses qui ne font que croître d’où les appels de fonds récurrents.

      1. Thibaut

        aucune taxe ne résous un problème entièrement.
        En revanche comme il n’y a pas d’élasticité (ou peu) entre prix pétrole et disponibilité, à moins de vouloir attendre une grosse pénurie d’ici quelques dizaines d’années, il y aura trop de problèmes concernant le climat d’ici-là.

        1. Il n’y aura aucun problème de climat d’ici quelques dizaines d’années, et aucun problème de pétrole non plus.
          Cas amusant : ce blog existe depuis plus de dix ans or il y a 10 ans, on m’avait prédit un pic pétrolier bien avant ça qui n’est pas arrivé (comme dans les 50 ans précédents, du reste).

          L’Humanité ne manquera pas d’énergie.

    1. Stéphane B

      Réduire la consommation, comme ces anglais ???
      lefigaro.fr/flash-actu/le-boeuf-banni-d-une-universite-londonienne-pour-sauver-le-climat-20190813

      1. Citoyen

        Parfait, s’ils ne mangent plus de bœuf …
        Il y en aura plus pour les autres … ça va dans le bon sens …
        Perso, je trouve que les côtes sont chères … S’ils peuvent faire baisser le prix, j’approuve …

            1. albundy17

              C’est ce que tu crois…

              Les persillées sont plus compliquées à obtenir que les cotes, et les os c’est pour les clébards….

      2. Thibaut

        Réduire ça veut dire moins consommer, la suppression est la perspective extrême (que je ne prône pas, je n’aime pas trop interdire aux gens de se comporter ou de penser de telle manière, les camps c’est pas mon truc)

          1. Thibaut

            le principe de la litote semble vous échapper. C’est fort dommage.
            Ou bien je m’exprime mal, allez on penchera pour la deuxième option.

    2. kekoresin

      Tu supposes bien Thibaut, notre hôte ne se contente pas de lire les parutions qui vont dans le sens de ses convictions pour mieux en relever les contradictions.

      Maintenant tu sembles un peu nouveau sur le sujet pour expliquer comme de nombreux spécialistes ès experts en expertises depuis les années 70 que le peak oil est atteint et que finito le pétrole blablabla. Les réserves sont bien plus grandes que prévues et le prix de cette denrée reste plus que raisonnable dans les pays où les taxes sont moins étouffantes (USA: 0,60 €/l par exemple).

      Où sont donc ces migrants climatiques dont tu parles. Tu crois que les mauritaniens, les afghans ou les syriens fuient la marée haute ou les pics de chaleur?

      Si la Chine consomme beaucoup de charbon c’est principalement parce qu’elle produit pour nous. Entre autre chose les batteries Feng Shui des véhicules qui préservent le cadre de vie des bobos végétariens de Paris intra-muros, ou bien les panneaux bobovoltaïques si chers à nos conscientisés altermondialistes qui pensent que la silice ça fond à la casserole avec une noisette de beurre bio!

      Pour ce qui est des objectifs, les taxes outrancières permettront juste à une caste de privilégiés de continuer à l’être au détriment du pauvre connard pollueur kinaka rouler en Tesla. Parce que oui mon cher Thibaut, ce n’est pas en appauvrissant les populations qu’on leur fait prendre conscience qu’il faut préserver l’environnement bien au contraire. La base est toujours économique et si tu veux t’en convaincre, regarde une photo aérienne de Haïti avec sa déforestation massive qui provoque, en plus d’une vilaine pénurie d’absorption de ce terrrriiiible poison de CO², une sévère dégradation des sols qui elle même détruit les écosystèmes côtiers. L’autre côté de l’île, la République Dominicaine, se porte bien merci au capitalisme. Mais gageons que l’Alliance Bolivarienne va transformer cet enfer haïtien en paradis bolchevique…

      1. Thibaut

        kekoresin point par point :
        J’avoue être relativement nouveau sur le sujet (moins de 1/2 ans que je lis quelques articles/conférences/rapports ici et là), donc mon expertise est loin de valoir celle d’un climatologue, économiste ou politologue.

        « ès experts en expertises depuis les années 70 que le peak oil est atteint et que finito le pétrole blablabla »
        => c’est avoué par les très gros (BP et compagnie) pour le pétrole conventionnel qu’il a été atteint en 2005.
        Pour le coup j’ai passé un peu de temps à comprendre pourquoi une courbe qui évolue (pas aussi vite que la demande mais qui évolue) peut signifier une baisse. Ces 2 articles (du même auteur) montrent des arguments que je pense pertinent :
        https://jancovici.com/en/energy-transition/oil/peak-oil-did-it-already-happen-somewhere/

        https://jancovici.com/en/energy-transition/oil/when-does-the-world-oil-production-peak/

        On a commencé le « non conventionnel » comme le « pétrole de schiste » (mauvaise traduction du français) pour compenser cet arrêt de la croissance du nombre de barils extraits par jour.
        Et depuis lors, la demande a toujours augmenté sans pour autant que l’on ait augmenté le nombre de baril qui sort chaque jour.

        Où sont donc ces migrants climatiques dont tu parles. Tu crois que les mauritaniens, les afghans ou les syriens fuient la marée haute ou les pics de chaleur?
        => ça a déjà commencé. Les premiers impactés sont côté sud/sud-est asiatique et sud Afrique. Un niveau des mers qui augmente, c’est un beau paquet de gens qui devront se déplacer. Autant aux EU ils peuvent aller dans les terres, autant avoir le désert derrière soi ou un pays surpeuplé c’est pas tip top. 100 000 migrants en France parait aujourd’hui insurmontable, demain ce sont des millions qui viendront en Europe.
        Le métier de futurologue est difficile et assez hasardeux, mais moins de terres + plus de gens (apports de l’hygiène+médocs+toujours autant de gamins/femmes) ça risque pas de donner de bonnes choses.
        Par ailleurs en priorité on parle plutôt aujourd’hui du danger de la fonte du permafrost avant les migrants, car autant les migrants ça peut se résoudre, autant la fonte du permafrost, c’est un danger bien plus costaud pour l’espèce humaine.

        Si la Chine consomme beaucoup de charbon c’est principalement parce qu’elle produit pour nous. Entre autre chose les batteries Feng Shui des véhicules qui préservent le cadre de vie des bobos végétariens de Paris intra-muros, ou bien les panneaux bobovoltaïques si chers à nos conscientisés altermondialistes qui pensent que la silice ça fond à la casserole avec une noisette de beurre bio!
        => je n’ai rien à redire, c’est parfaitement exact, même si j’aurai retiré le côté « bobos » et « altermondialistes » parce qu’aujourd’hui, ya tellement de subvention dans le photovoltaïque que la classe moyenne peut les consommer. (40% des subventions je crois vont pour le photovoltaïque).
        Personnellement je m’amuse plus à dire à nos végétariens que mon cochon élevé à 30km de chez moi pollue moins que son soja du Brésil.

        les taxes outrancières permettront juste à une caste de privilégiés de continuer à l’être au détriment du pauvre connard pollueur kinaka rouler en Tesla. Parce que oui mon cher Thibaut, ce n’est pas en appauvrissant les populations qu’on leur fait prendre conscience qu’il faut préserver l’environnement bien au contraire.
        => oui ce sont toujours les plus riches qui n’en auront rien à foutre si seule la taxe s’applique. La tesla est une monstruosité énergivore et idiote. Il vaut encore mieux rouler en v6 qu’en tesla si l’impact carbone est le critère retenu.
        Et oui je suis malheureusement d’accord sur le constat que forcer la main via le portefeuille n’est pas toujours une bonne idée, on a déjà vu ce que ça donnait quand les gens ont faim et ce qu’il faut faire côté gouvernement pour tenir les gens.
        Il n’empêche que de fait, ça limitera les émissions de GES, pour peu qu’on s’en inquiète et que l’on trouve cela important.
        N’étant pas politicien et n’ayant que ma tête pour réfléchir, je n’ai pas actuellement de meilleure solution pour pousser les gens à réfléchir à leur impact. En France on a eu Macron, donc j’ai déjà baissé les bras d’utiliser la « pédagogie ».

        Je ne connais pas la situation d’Haïti donc je ne peux pas me prononcer. (les premiers trucs que je trouve confirme votre affirmation).
        Heureusement en France métropolitaine on ne fait pas ça (on a gagné en France un truc genre 3%+ de territoire boisé en quelques années !)

        1. « la demande a toujours augmenté sans pour autant que l’on ait augmenté le nombre de baril qui sort chaque jour »
          C’est évidemment complètement faux.
          Vous avez une production en flux tendu d’un côté, une consommation en augmentation de l’autre. Il n’y a eu AUCUNE pénurie. La seule conclusion logique (sauf à faire intervenir les extra-terrestres et leurs livraisons de pétrole martien), c’est que la production a augmenté. Point.

          L’artifice qui consiste à séparer le pétrole conventionnel du reste permet aux peakoilistes de continuer à tenir l’argumentaire qu’ils tiennent en prédisant une pénurie pour dans 10 ans depuis 50 ans. La réalité est que le conventionnel est actuellement sous exploité, pour des raisons géopolitiques assez évidentes et donc aucun peakoiliste ne semble vouloir tenir (leur théorie s’effondrant aussitôt).

          Enfin, lorsqu’on comprend comment fonctionne l’économie, on ne peut que conclure une chose : il n’y aura jamais de peak oil.

        2. albundy17

          La mer monte à quel endroits exactement ?

          Les iles augmentent de surface, même le Vanuatu qui réclame du pognon pour submersion co², à moins que ce ne soit plutôt dû à leur gestion est l’appel du pognon gratos.

          Y’a bien le signal (trop génial le promoteur !) perso j’ai jamais fait tenir un chateau de sable, les traits de cotes bougent avant l’apparition de l’homme, et bougeront encore après, il y a des tas de ports actuellement en rase campagne

        3. kekoresin

          Mon cher Thibaut, il faut arrêter de regarder les vidéos de Jancovici qui n’est pas un climatologue mais un marchand de peur comme beaucoup de ses collègues qui ravissent les médias vu que les trains qui arrivent à l’heure sans avoir noyé leur passagers n’intéresse personne! Jancovici bénéficie comme bien d’autres de subventions fort confortables juste pour aller dans le sens du courant. Ces gens là n’acceptent aucun débat sauf à être d’accord avec eux, jusqu’à balayer des arguments scientifiques de prix Nobel spécialistes en chimie de l’atmosphère ou climatologie. Cela n’augure en tout cas rien de bon sur le plan de la liberté et pas seulement d’expression!

          Les Vanuatu sont un excellent exemple pour ce qui est de la montée des eaux. Dans les années 2000 le gouvernement de ces îles, appuyé par de nombreuses ONG et quelques dizaines de millions de $, se sont lancés dans un procès auprès de l’ONU pour obtenir des compensations à la montée des eaux. Après quelques années ayant vu défiler les plus éminents spécialistes océanographes super motivés avec une orgie de moyens, AUCUNE preuve de montée des eaux significative n’a pu être établie. Une partie des îles est cependant victime de l’érosion comme la plupart des archipels d’origine volcanique composés essentiellement de basalte. Pour ce qui est du Permafrost, renseigne toi bien sur l’impacte réel du Méthane. Ce gaz a en effet un effet de serre très puissant sauf que…en haute atmosphère il agit comme un gaz réfrigérant! Incroyable mais vrai, ce gaz comme beaucoup d’autres voit sa composition chimique se modifier parfois radicalement sous des conditions de pression et de température différentes, rendant les modèles climatiques complètement bidons.

          Pour les véhicules électriques, le rapport énergétique n’est pas meilleur qu’au début du XXème siècle! De plus, la production mondiale de lithium ne permet d’équiper qu’environ 1 million de véhicules légers pour une production annuelle de 15 millions. C’est de plus une production minière extrêmement polluante et coûteuse. Enfin cela ne résout en rien qu’il faut une production électrique primaire pour alimenter les tutures à piles.

          Ceci étant, tous ces arguments n’empêche en rien la recherche d’autres énergies plus abondantes et moins polluantes. Là encore rien ne l’empêche mais certains choix ineptes le freinent plus que sérieusement. Alors qu’on engouffre des dizaines de milliards dans ces impasses technologiques, la recherche sur le développement de réacteurs aux sels fondus fonctionnant au Thorium se voit attribuer un généreux 50 millions par an. D’autres sources sérieuses mais moins avancées sont encore moins bien loties en terme de financement de recherche fondamentale.

          Pour les population d’Asie du sud-est, les migrations sont essentiellement économiques ou ethniques, comme ailleurs dans le monde du reste. Les gens aspirent à un meilleur niveau de vie et une meilleure éducation pour leurs enfants ce qui est tout à fait normal. Donc cela revient à dire que tout passe par l’éducation et l’abandon de styles de vie traditionnels qui prônent la famille surnuméraire pour subvenir aux besoins des anciens, ce qui est la norme dans les pays pauvres. Cela crée un appauvrissement général des ressources et une spirale de misère avec son cortège infernal de maladies, de guerres civiles ou/et ethniques, et au final des mouvements de populations.

          Le pétrole est une source non renouvelable à l’échelle non géologique nous sommes d’accord, mais les réserves accessibles sont encore très généreuses même si l’extraction coûte plus cher que 30 ans en arrière. Aucune spécialiste sérieux de la question ne s’aventure plus sur des spéculations du type peak oil. Les réserves de gaz naturel sont encore plus vastes. D’ailleurs, les pays producteurs ont le plus grand mal à restreindre leurs productions pour préserver le prix du baril; Après la crise de 2008, la demande a baissé provocant une baisse inouïe du prix du baril. Les réserves prouvées de pétrole conventionnel ont évoluées de 1100 milliards de barils à 1700 milliards de barils en 20 ans et ce nombre ne cesse de s’accroître. De plus ce chiffre est certainement sous estimé pour des raisons géopolitiques.

          La planète se reverdit mais cela cache des disparités en terme de diversités écosystémiques. Les monoculture de pin sylvestre, d’eucalyptus ou de palmeraies n’ont pas d’intérêts autre que d’appauvrir les sols et la bio diversité tout en multipliant les incendies! Malheureusement, les forêts primaires ou secondaires pâtissent de choix économiques hasardeux. Là encore les apparences sont trompeuses, l’Amazonie 8000 ans en arrière était une savane!

          Voilà Thibaut ma longue réponse et mon incitation à aller un peu plus loin que le pré-mâché servi à grosses louches par des bouchers déguisés en bergers pour des moutons bêlant de trouille.

  12. lxy

    C’est fou ce qu’on apprend sur ce site tout en se marrant bien « docere ludendo »
    Blague à part j’ai été stupéfait d’apprendre que le record de consommation électrique était dépassé au mois de juillet. De mon temps EDF s’arrachait les cheveux pour réduire la production en ete.quand la consommation chûtait.
    Donc on fait chier le péquenot pour son diesel mais dans les métropoles boboisees on se gave de clim dans les bureaux, les galeries marchandes,les logements . Et là motus et bouche cousue..

    1. bibi

      C’était un pic de consommation estival avec un petit 59`460 MW, en hiver le pic de consommation a déjà dépassé la barre de 100`000 MW (note les pics de consommation hivernaux ont toujours lieu vers 19h donc de nuit et par conditions anticyclonique donc sans vent)

      1. sam player

        Tu fais bien de le noter (pic estival) car l’info, telle qu’elle est retranscrite, est souvent tendancieuse…
        Y a encore de la marge…

        1. bibi

          Pour la marge il faut voir quelle puissance était disponible en juillet, parce que c’est durant l’été que la plus grande partie des réacteurs sont à l’arrêt et aussi que les puissances disponibles des réacteurs en fonctionnement sont les plus faibles à cause des normes de température de rejet dans les cours d’eau, après j’ai quand même du mal à croire qu’EDF s’amuse à faire des délestages pour satisfaire les normes de température des rejets.

    1. Dr Slump

      Pour le coup je crois qu’il est de bonne foi Woerth, son guide alpiniste lui est venu en soutien avec des arguments qui se tiennent, et la perception des perspectives peut être brouillée dans une photo comme celle-ci, prise dans cet angle.
      Je ne pense pas qu’il se livrerait à un pastiche aussi stupide, et les tweeters passent tellement de temps à chercher des conneries sur le web qu’ils ne savent même plus voir la réalité telle quelle.

      1. Aristarkke

        La boucle de sac pendouille quasi orthogonalement à la surface de glace. Parce que c’est le cador Woerth, la gravité agirait différemment pour lui ???

        1. Pheldge

          vous êtes rien que des gros jalminces de mes dix ans ! Papet, Woerth est plus vieux que toi, et arrive encore à faire des trucs que t’aurais jamais rêvé de faire même jeune très moins vieux 😉

      2. Iskanderkul

        Son guide en soutien, c’est le message qu’on voit plus bas dans les interventions ?
        Je penche pour une exagération de rotation de la photo : la main gauche est en compression…

        1. Iskanderkul

          OK, j’ai fouillé. C’était juste une toute petite rotation de la photo, le guide a amorti la chose en disant « même si la pente apparaît un peu plus raide que 45 degrés »… lololol il sait pourquoi.
          Autre petite imprécision, les 45 degrés (40-45 selon les sites d’alpinismes), c’est dans la partie finale de la montée, et la photo est prise bien avant. Cachotiers !

          Eric est à 2:31 exactement, la pente doit être à 30-35 degrés, car à partir de 3:30 la montée finale est donnée pour 40-45 degrés. Bravo quand même éric !

          À mon avis, le coup de la photo un peu penchée dans ce coin précis doit être connu des guides de montagne, et c’est son guide qui a proposé le deal à éric, qui a ensuite mis innocemment la photo sur touitter. Je suis absolument sûr qu’ils ne l’a pas fait en pensant à mal…
          À la suite des sarcasmes, ils essayent de rattraper le coup en douceur.
          Super, ça nous fait un petit moment de vacances en montagne !

          https:/ /www.youtube.com/watch?v=VG1rbxy45Dk

          1. Dr Slump

            Oui, la photo est prise en plongée de manière à accentuer l’effet de pente, qui n’est pas aussi verticale, et ils l’admettent. Mais grimper au piolet une pente gelée n’est pas donné au premier touriste venu non plus. Surtout quand on voit le genre de touristes qu’on peut trouver monter sur le Mont Blanc.

            1. Iskanderkul

              Après avoir farfouillé à droite à gauche, je reconnais qu’éric est compétent en alpinisme, pas de doute ! et qu’il doit avoir escaladé des passages bien pentus et exposés au vide, avec piolet, crampons et cordes.
              Je suis presque sûr qu’il s’est passé ceci : c’est le guide qui a prit la photo (ou un copain, mais je verrait bien le guide) ; or un guide doit connaître pas mal de combines pour bien photographier ses clients, dans le but de leur faire plaisir. C’est normal !

              Et le truc est connu : vue plongeante, et augmenter un peu la pente par inclinaison de l’appareil. Éric se retrouve avec une superbe photo (c’est vrai), et dans son enthousiasme, la colle sur touiter. Patatras ! il y a plein de rats jaloux qui traînent dans le coin, et qui font une bouchée de cette trop belle occasion. Deux solutions : reconnaître que l’appareil de photo était placé pas tout-à-fait à l’horizontale sur une pente à 40 degrés (un coup de gueugeule pour apprendre cela), ou louvoyer. Cette seconde solution a été choisie, le guide avouant à demi-mot que ouiiii, la pente à l’air un plus raide que d’habitude, et éric faisant le dos rond, en rappelant qu’il à fait plus pentus ailleurs.

              Le jour où un politique, prit dans cette situation, éclate de rire et écrit derrière les sarcasmes : « ben oui, on a augmenté la pente artificiellement, et alors, elle est pas mieux la photo comme cela ? » ce pays est sauvé.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.