[Redite] Les chenapans de la République ou ce petit sentiment d’insécurité qui persiste

Billet initialement paru le 03.10.2018

Difficile de changer une ligne de ce billet datant d’un an.

Un des quelques avantages de tenir une chronique régulière des événements politiques, économiques et divers du pays depuis de nombreuses années est de pouvoir, même si c’est très imparfaitement, mesurer l’état général du pays.

La rédaction d’un petit billet suit en définitive toujours la même méthode ce qui permet, bon an, mal an, de dégager quelques tendances. Treize années d’existence ne permettent certainement pas de tirer des statistiques quelconques, mais autorisent cependant à remarquer quelques faits saillants.

Le premier, sur lequel je reviens régulièrement, est la nullité de l’action politique : il faut un aplomb phénoménal pour persister à penser que nos politiciens sont d’une aide quelconque dans les problèmes que le citoyen rencontre tous les jours. Au mieux devra-t-on conclure qu’ils jouent le rôle de mouche du coche. Au pire pourrait-on probablement argumenter solidement qu’ils empirent régulièrement les situations dès qu’ils interviennent.

Le second, c’est que la situation économique du pays a clairement empiré. De dirigeant social-démocrate mou en social-démocrate mou, on est passé d’une économie déjà fortement étatisée et vouée au capitalisme de connivence à une économie sous perfusion publique et complètement tabassée d’impôts. Les indicateurs économiques sont sans appel et il faut être d’une niaiserie confondante pour croire aux bobards toujours plus nombreux de nos dirigeants pour imaginer que « ça va mieux » ou que sais-je encore. Dette explosive, dépenses publiques sans frein, fonction publique pléthorique, bureaucratie galopante, pluie de cerfas, de taxes, d’impôts et de ponctions, tout est fait pour gripper définitivement le pays dans un délire kafkaïen proche de l’URSS. Vu notre course, l’avenir qui nous tend les bras est plus sûrement celui de la Grèce ou du Vénézuéla, moins celui de la Corée du Sud ou même de l’Allemagne.

Le troisième, c’est que les faits divers s’y font maintenant plus fréquents et plus violents. Si ces faits sont bien divers, c’est dans la créativité que déploient les crapules et les vomissures qui les commettent.

On pourrait par exemple prendre la moisson d’une courte semaine et comparer à ce qu’on pouvait récolter il y a 10 ou 15 ans, le constat ne serait pas du tout à l’avantage de la période actuelle.

Jugez plutôt.

Dans la catégorie « amusons les réseaux sociaux », on trouvera par exemple ce petit lynchage décontracté du côté de Garge-les-Gonesses. On ne s’étendra pas sur le viol collectif à Toulouse, ni sur le passage à tabac d’un SDF du côté de Nice.

On est bien dans le fait divers. Ce ne sont pas des meurtres, les statistiques d’homicides ne bougeront donc pas d’un iota. Mais le nombre d’occurrences et la désinvolture des agresseurs qui se filment de plus en plus souvent donnent une bonne idée du niveau de peur que la police et la justice du pays leur inspirent.

Mais décidément, des agresseurs qui se filment et fleurent bon l’impunité, ce n’est pas très bon signe.

Dans la même semaine, et si on écarte les faits divers filmés, on peut se concentrer sur les happenings citoyens et festifs : la République du Bisounoursland semble maintenant s’habituer à une certaine régularité dans des exactions menées non par un triplet d’individus dangereux, mais bien par des bandes dont les membres se comptent en dizaines.

Ici, c’est un groupe d’une trentaine de joyeux drilles qui attaquent un bus aux sabres et aux battes de baseball à Angoulême, qu’on connaissait bêtement pour son festival de la BD alors qu’une semaine Combats de Rues aurait probablement un beau succès. Au passage, c’est la deuxième agression de la sorte en une semaine. L’habitude s’installe. Bientôt, ce sera un rite, une coutume et les Angoumoisins seront heureux de compter ce nouvel enrichissement local.

Là, c’est Mantes qui nous propose son festival d’automne Herbe Qui Rit & Guerre des Gangs dans lequel trente-deux (32 !) jeunes termineront la nuit au poste histoire de débriefer un peu les autorités sur les réjouissances pratiquées. S’il y avait de la musique, j’espère que la SACEM enverra un de ses onctueux inspecteurs collecter les droits.

Bien sûr, il ne faudrait pas oublier les villes où il fait bon vivre dealer, comme Grenoble ou Marseille ou tant d’autres. Là encore, de nouvelles traditions s’installent.

Mais décidément, des gangs qui dealent et guerroient à ciel ouvert, ce n’est pas très bon signe.

Et puis, il y a tout le reste de ces petits faits croustillants qui remontent comme des rognures d’ongle dans une soupe pas très appétissante. Par exemple ces pompiers, agressés parce que prenant trop de temps pour intervenir. L’aspect habituel, très habituel, totalement banal même de ce genre d’agressions les pousse d’ailleurs à réclamer des actions concrètes, comme une escorte policière.

On peut les comprendre puisqu’il ne leur est plus du tout occasionnel d’intervenir sur des lieux d’accident au milieu d’une foule carrément hostile, comme en témoigne cet autre fait divers particulièrement sordide à Villetaneuse, où des témoins d’un accident ont jugé intéressant de dépouiller les victimes avant et pendant la présence des secouristes. L’étape suivante sera sans doute, outre l’escorte policière, de correctement militariser l’intervention des secours, à l’instar des casques bleus sur les théâtres d’opérations militaires ; l’idée n’a rien d’absurde puisqu’on voit déjà apparaître des services d’urgence harnachés de gilet pare-balles.

Mais décidément, un pays où les services de secours ne sont plus en sécurité, ce n’est pas très bon signe.

Et pour rappel, ces éléments rassemblés ici ne sont pas issus d’une recherche mesquine et orientée, qui m’aurait poussé à ne sélectionner que certains types de faits divers. Il s’agit bien de ce qu’on retrouve, en haut de page, un peu partout en France, en l’espace de quelques jours seulement. À raison d’un petit dérapage quotidien du vivrensemble, à raison d’une festivité citoyenne un peu trop vivace tous les deux jours, à raison d’une agression sordide par semaine, on brosse rapidement un tableau d’ensemble d’un sentiment d’insécurité particulièrement prenant qui, décidément, n’est pas très bon signe.

Devant ce tableau, il faudrait être de la plus parfaite mauvaise foi pour s’entêter à dire que la situation s’améliore. Il faudrait aussi faire preuve d’un optimisme d’airain pour croire que le gouvernement et nos dirigeants prennent la mesure du problème, et comprennent que toutes leurs agitations ridicules sur des sujets et dans des domaines complètement périphériques ne font que déforcer l’action de l’État là où il est réellement attendu, le régalien.

Si ces chroniques ne montrent qu’une chose au bout de ces quelques années, c’est que l’État, maintenant présent partout, tout le temps, n’est plus capable de rien nulle part ; qu’affublé de missions chaque jour plus variées, plus futiles et plus dispendieuses, ne remplit plus celles qui lui incombent pourtant au premier chef : assurer l’ordre, effectuer le travail de police et de justice sans lequel un pays ne peut pas fonctionner.

Décidément, ce n’est pas très bon signe.

J'accepte les BCH !

qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires66

        1. kekoresin

          J’approuve ce message! Triste et déprimant comme une annonce d’hiver le plus froid depuis 30 ans comme conséquence du réchauffement…

        2. Calvin

          Tut tut tut
          Rêvons, la France devient libérale, les dépenses s’évaporent, les élus font deux lois par an et en abrogent 100, le chômage est à 2%, la dette commence à diminuer. Ben, sur ce blog, on pourra évoquer les poussées socialistes qui continuent de noyauter les médias.

  1. Le Gnôme

    Bah, une loi interdisant de parler des faits divers devrait régler le problème. Il n’y avait pas de crimes en URSS, le camarade travailleur qui lisait la Pravda n’en savait rien, sauf des crimes commis par des déviationnistes en vue d’assassiner le petit père des peuples.

      1. Pythagore

        La CIA française a été infiltrée par les salafistes, fini les rafraîchissements joyeux, place à l’eau, au jus de papaye, et au cocktail molotov sans alcool.

  2. durru

    En lisant l’article sur le SDF de Nice, les premiers liens que FranceInfo propose sont un article qui explique pourquoi les médias se sont trompés sur Dupont de Ligonnès et un autre qui semble faire un lien entre datura et bio. Edifiant…

    1. Calvin

      Si les médias pouvaient corriger leurs erreurs…
      Ils attaqueraient l’éolien, défendraient le glyphosate et n’écouteraient Ségolène que pour la rubrique astrologie.

  3. Léo C

    Pas plus tard qu’il y deux semaines, dans ma ville de Bordeaux, un jeune homme de 24 ans a été poignardé alors qu’il tentait de s’interposer entre une bande de « jeunes SDF » (sic) – traduire migrants ou autres CPF – et son frère pris à partie. Décédé sans même une quelconque évocation dans nos médias très impartiaux.

    Je me sens très concerné en tremblant pour mes fils qui sortent souvent dans cette ville, tranquille il y a encore quelques années, livrée désormais aux loups que nos traîtres dirigeants importent en toute désinvolture.

    Effectivement on constate à quel point l’autorité leur inspire crainte et retenue.

    Il m’a suffi de voir ce qu’est devenue la Place de la Victoire en quelques années; surtout la composition de sa faune interlope.

    L’Afrique compte aujourd’hui 1,2 milliards d’individus qui finiront par déferler chez nous et on vient nous faire ch….. avec l’écologie, le réchauffement, ce catastrophisme des factions vertes qui n’aperçoivent pas d’où vient le réel danger.

    Devant la lâcheté et la démission des pouvoirs publics; la désaffection des forces de l’ordre et leur affectation inopportune en auxiliaires routiers de la prédation fiscale, je gage que nous devrons, à terme, prendre certaines choses en main.

    Il faudrait quelques Equalizers dans nos rues. J’estime que la peur doit changer de camp bien que mes craintes soient qu’il est déjà trop tard.

    Je suis convaincu d’une guerre civile prochaine. Le déclic sera sans doute l’arrivée au pouvoir d’un gouvernement disposé à inverser ce processus délétère de déliquescence de notre société.

    Bonne journée à toutes et tous.

    1. Léo C

      Déclic qui pourrait être également l’agression de trop, l’attentat barbu d’envergure prochain. Ne nous leurrons pas, ça nous pend au bout du nez.

      Ce qui m’excède au plus haut point est que la délinquance et le crime gratuits sont non seulement banalisés mais normalisés. C’est une autre composante de notre société à la dérive.

      Il faut faire avec, comme disait ce guignol de Valls.

    2. titi18

      Vous n’avez RIEN compris, si vous parlez de lâcheté et démission des pouvoirs publics.
      Ouvrez les yeux et constatez, svp, que C’EST FAIT EXPRES la situation que nous vivons ! Le but étant … interdit de le dire.

      1. P&C

        +1
        Quant au réveil des français… faut pas se faire d’illusion.

        La violence (y compris celle de l’administration), la compétition pour les rares emplois, la désillusion générale, l’effet « couilles pleines », la diversité la chance, internet… fait que les gens deviennent à la fois de plus en plus seuls (on s’étonne de parler à ses voisins) et compétiteurs (pour les rares emplois qui payent qui restent).

        1. kekoresin

          Pour que ce soit orchestré il faut un minimum d’intelligence! Je pense que c’est bien plus triste qu’un complot ourdi par des forces malfaisantes. Non non, il s’agit plutôt d’une recette bien française, mélange d’incompétence et d’enlisement dans une épaisse bouillie législative aromatisée à l’idéologie socialiste.

          1. Léo C

            Lorsque je dis orchestré, j’évoque bien entendu cette veulerie institutionnalisée, cette lâcheté clientéliste. 40 ans qu’une prétendue paix sociale est achetée pour tenter de contenir l’inéluctable; par facilité et opportunisme.

            Tout à fait d’accord avec votre analyse de cette recette bien française qui nous valut la défaite de 40 et une éclosion de lettres de dénonciation pendant l’Occupation. Entre autres.

    3. kekoresin

      Bon en même temps l’égalizer est joué par Denzel qui est black, du coup on se retrouve en plein Marvel où on ne sait plus qui est qui, bien que Denzel ne porte pas la barbe.

      Oui, la peur du flic n’est réservée que pour le citoyen racketté qui joui encore de quelques privilège comme celui non des moindres de conduire un véhicule équipé d’un moteur à explosion, bref un suspect par essence.

      Mes filles qui sortent faire la fête sont souvent victimes d’insultes colorées et d’invitations à la galipettes par des minorités visibles respectueuses de l’égalité homme/femme au point de frapper la gente vaginale. Depuis, une initiation à la self défense et un équipement adéquate, elles font vite passer l’envie à ces petites bites café olé les débordements d’hormones méditerranéennes. J’ai été convoqué au commissariat à Nantes pour ma fille pour détention d’une bombe lacrymo et son usage sur un petit connard belliqueux; RAB (rien à branler) surtout quand j’ai demandé au fonctionnaire donneur de leçons où en était la plainte de mon ainée qui s’est fait démonté un an auparavant par un petit beurre non Nantais. Le dit « petit beurre » est bien entendu connu des forces de l’ordre et malgré l’identification et le nombre de témoins, la justice est bien trop occupée avec tous ces terroristes de la route qui roulent avec des chiffres impairs les jours de smog. Le flic n’a pas moufté non plus quand je lui ai demandé de se porter garant de la sécurité de ma fille.

      On est dirigé par une bande d’idéologues pas loin des danseurs de yoga de Gaïa, pour qui le vivrensemble DOIT être imposé dans tous les quartiers dans lesquels aucun élu n’ira se promener sans escorte armée et encore moins y vivre.

    4. Gosseyn

      Déterminez-vous à faire le siège de vos élus locaux ; restez ferme, courtois, et exigez des réponses factuelles aux problèmes que vous leur posez. Mettez tout ça en ligne, faites vous connaître.
      Et ne perdez jamais de vue que cette démission de nos édiles proviens de nos con-citoyens  »rien-à-fiche de mon voisin ». Vous en avez assez pour démarrer, non … ?

      1. kekoresin

        Encore faut-il que les vidéos ne soient pas caviardées par les sbires au pouvoir. La France est le premier pays et de loin en terme de demande de censure. Une vidéo où l’on me voit en « entretien » avec le directeur régional du RSI (après avoir enfermer le personnel dans les locaux) a curieusement disparue rapidement des radars et j’ai d’autres exemples de ce type.

        Nos maîtres n’ont certainement pas peur du terrorisme mais plutôt de leurs esclaves.

        1. Theo31

          mais plutôt de leurs esclaves.

          La preuve par les gilets jaunes quand ils répondent virilement a l’encule qui leur dit « venez me chercher ». Quand on a les deux tiers du pays contre soi, il vaut mieux raser les murs ou démissionner.

          Le mignon ressemble à Lenine : fort en gueule avec des larbins autour de lui, et absence totale de couilles dès que ça chauffe pour lui.

        2. Gosseyn

          C’est bien ça. Perso, je recommande à mes correspondants de tout copier, texte, images, copies d’écran, vidéos, puis de le sécuriser.
          Ce pays étant tout sauf un État de droit, les données sensibles se trouvent très bien à l’étranger ; comme cela, si ça bouge, ça sort.

  4. glot

    La gauche utilise tous les moyens pour occulter l’histoire.J’ignorais que le dictateur italien Benito Mussolini n’était nullement affilié à un parti de droite mais était complètement affilié au parti socialiste !

    1. Higgins

      Comme le souligne très justement Onfray dans son excellent ouvrage « Théorie de la dictature », on a fait en sorte que dans « nazi », les gens oublient que le « zi » est mis pour « socialisme ». Le fascisme et ses dérivés sont les enfants de cette idéologie. Mussolini n’a fait qu’ouvrir la voie.

        1. Otto_West

          Exact. Et comme le dit Higgins jute en dessus : dans toutes les conversations on en oublie le « national » pour n’en garder que le « socialisme »…
          Il n’a qu’à voir ce qu’il se passe avec les Khmer Verts en ce moment.

          HS qui fait du bien : Saison 5 des Peaky et Free de Iggy Pop. ça détend les nerfs du Q….

      1. Theo31

        En France, les socialistes ont conservé 99 % des réalisations sociales de Petain. On se demande bien pourquoi.

        En avril 1945, il y a eu des manifestions contre des Juifs qui réclamaient la restitution de leurs biens. En 2019, ces manifs ont toujours lieu mais elles sont baptisées antisionistes pour être politiquement correctes.

    2. WorldTour73

      En mm temps, le mot fasciste était aussi employé par le bon vieux Staline pour enfermer ou tuer ses opposants donc bon… on devrait pt etre arrêter de se justifier.

  5. Al Bundy

    « Difficile de changer une ligne de ce billet datant d’un an. »

    Disons que le sentiment d’insécurité s’est également installé ds le centre névralgique de notre sécurité, ce qui est une belle avancée tout de même

    1. kekoresin

      Les écoles et quartiers fréquentés les mettent plutôt à l’abri de ce genre d’aléas. De plus, une tentative de racket sur des sujets affiliés aux sphères de pouvoir se traduit généralement par une vivacité étonnante de la part d’une justice au quotidien si empâtée.

      Non malheureusement les GJ et autres mouvements de « pascontents » pourrissent la vie de leur semblables et rarement s’en prennent directement aux irresponsables politiques.

  6. durru

    Un peu HS :
    Je ne sais pas si vous le saviez, mais Bob l’Eponge est un raciste.
    Et y’en a qui sont payés pour nous expliquer tout ça :
    https:/ / news.sky.com/story/spongebob-squarepants-accused-of-normalising-violent-and-racist-colonialism-11833725

  7. MCA

    Un joli sujet à évoquer dans un prochain billet :

    Le Figaro:

    Notre-Dame de Paris: le chantier paralysé par la bureaucratie
    ENQUÊTE – Par crainte d’un scandale sanitaire et en raison des lourdeurs des marchés publics, les travaux sont quasiment à l’arrêt. Les ouvriers avouent leur découragement et s’alarment de nouveaux retards qui mettent en péril l’édifice.

    1. kekoresin

      Les plans de Violez le Duc son certainement … quelque part … au milieu du millefeuille dans lequel errent déjà plus de 65 millions de crétins !

      Bravo Théo pour les francs macron heu maçons…

    2. Aristarkke

      Heureusement que Flop Joene voulait que ce soit torché en cinq ans grand max. Déjà six mois, soit dix pour cent du délai grillés…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.