Des petites nouvelles du climat

Le réchauffement, ma bonne dame, n’est plus ce qu’il était. Il y a quelques années, quelques mois même, on pouvait entendre un magnifique chœur de pleureuses, relayé dans toutes les rédactions, dans toutes les entreprises et dans (presque) toutes les têtes, qui prévenaient du funeste avenir qui attendait l’humanité et chantait les louanges d’actions courageuses contre la production de CO2 et les prouts de vaches. Las. En Novembre, le Climategate a explosé, et depuis, le citoyen se rend compte qu’il s’est fait flouer… Et pas qu’un peu.

En effet, depuis que l’affaire des e-mails fuités a éclaté, les rédactions étrangères bruissent d’articles plus ou moins sensationnels et de révélations étonnantes.

On se rend compte, effaré, que l’ensemble de l’édifice construit par le GIEC repose sur un empilement de mensonges, de bidonnages, d’approximations ou de pure manipulation, suivant le cas. Et au fur et à mesure que les affaires sont dévoilées au grand jour,  l’institution et les scientifiques qui participaient directement à l’élaboration des rapports perdent toute crédibilité.

Dans la catégorie coupes sauvage, on découvre ainsi que l’un des rédacteurs du GIEC a admis, lors d’un débat houleux, avoir purement et simplement coupé la conclusion du chapitre 8 du rapport de 1995, conclusion qui, pourtant et à cinq reprises, indiquait qu’il n’existe aucun impact identifiable de l’activité humaine sur les températures globales.

Or, ce rapport de 1995 a servi de base aux rapports suivants qui ont tous continué à construire la même thèse à charge, dont on connaît maintenant le dogme : l’homme est totalement responsable du réchauffement climatique et il devra s’en repentir amèrement et/ou mourir dans d’affreuses souffrances carbonées.

Dans la catégorie bidonnage total des données, on apprend, stupéfait, que les thermomètres qui n’indiquaient pas suffisamment de réchauffement ou – pire ! – montraient un refroidissement ont été, méticuleusement et discrètement, déplacés vers des endroits plus chauds ou oubliés des mesures histoire d’avoir un tableau d’ensemble parfaitement en accord avec l’idée toute faite au départ : ça se réchauffe (et, bien sûr, on va tous mourir dans d’affreuses souffrances carbonées, mais je crois l’avoir déjà mentionné).

Quant aux glaciers de l’Himalaya qui s’évaporent trop vite et qui vont, on s’en doute, nous faire mourir dans d’atroces souffrances humides (et carbonées, l’ai-je dit ?), … c’est du flan. Même pas une approximation ou un truc qui risquerait de se passer mais en fait qu’il faudrait des conditions bien précises, non non. C’est du pur flan. De l’esbroufe. Du gros bobard : l’information selon laquelle en 2035 les glaciers himalayens auront disparu est en fait basée sur une simple opinion totalement pifométrique et même pas étayée d’un certain Syed Hasnain qui s’est largement rétracté depuis.

Et tout ces révélations ne sont pas sans conséquences au niveau des entreprises qui ont, heureusement, d’autres chats carbonogènes à fouetter : en effet, la mise à jour de ces bidonnages et des gros bobards éco-conscients provoque, par exemple, un nécessaire remaniement des primes d’assurances calculées précédemment pour tenir compte de la cause humaine du réchauffement. Plus de cause humaine ? Changement de calcul.

Ici, on ne parle pas de la petite Assurance Bricolmut de Trifouilly, mais de la corporation de toutes les assurances américaines. Et cette nouvelle, passée totalement sous le radar vigilant de notre presse nationale, a pourtant été reprise dans une petite gazette locale américaine, le New-York Times.

Si l’on ajoute que même les enfumages douteux de Google visant à minimiser insidieusement l’impact du Climategate (googlegate, anyone ?), on comprend que l’affaire prend maintenant une ampleur beaucoup plus large qu’une simple tempête dans un verre d’eau.

Évidemment, c’est la bousculade chez Foucart et Huet, qui s’empressent de relayer ces informations absolument essentielles : nos deux « journalistes » s’empressent, dans les colonnes de leur « journal » respectif, de peser le pour et le contre de ce scandale qui grossit de jours en jours ; notons que leur courage les pousse honorablement jusqu’à un aggiornamento complet de leurs positions pro-réchauffistes qu’ils font avec brio dans les nombreux articles qu’ils produisent sur le sujet.

Si si. Cherchez bien, voyons.

Non ? Vous ne trouvez pas ?

En tout cas, si vous en trouvez, passez-moi le lien, je m’empresserai de publier tout ça.

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires16

  1. Seb de CaRéagit

    Assez d’accord avec toi (comme souvent).

    Cependant tu ne m’empêcheras pas de penser que d’un point de vue économique, la vague verte et la conversion des industriels et des ménages aux nouvelles techniques « eco-responsables » représente un gain de croissance non notable. Je rappelle ainsi que la dernière vague haussière du capitalisme remonte au début de ce siècle avec l’apparition de l’Internet et que par conséquent il ne faut tout de même pas tuer cette nouvelle mode. La croissance de demain (mondiale hein, pas française) en dépend.

  2. Jesrad

    « la vague verte et la conversion des industriels et des ménages aux nouvelles techniques « eco-responsables » représente »

    … la prochaine grosse bulle de malinvestissement à éclater.

  3. such

    à propos du « googlegate » comme je le disais en commentaire de l’article en question :

    google suggère désormais climategate en première position avec « clim » en entrée !

  4. Flo

    En lisant la brève d’Orange de douar je tombe là-dessus dans le peit encadré gris:

    http://actu.orange.fr/sciences/cancun-au-mexique-siege-du-prochain-sommet-sur-le-climat-fin-2010_473230.html

    On se disait avec quelques amis : « Mexico? (qui était bien la ville prévue contrairement à ce que dit la brève), Purquoi ne font-il pas ça à Cancun? C’est quand même beaucoup plus sexy »

    Il se foutent vraiment du monde et c’est cet hypocrite de Gore qui veut faire ça en Juillet plutôt q’en automne (pour éviter les risques de cyclones?)

    1. @aloueste : skyfal est en erreur 403. Cela peut être dû a un souci chez eux (p. exemple, ils ont installé des statistiques en base de données, Free n’aime pas du tout) ou un non respect de la charte Free. On peut tout imaginer. Attendons demain.

  5. Hoho

    > Cependant tu ne m’empêcheras pas de penser que d’un point de vue économique, la vague verte et la conversion des industriels et des ménages aux nouvelles techniques « eco-responsables » représente un gain de croissance non notable.

    Il n’y a aucun gain ; juste une « redirection » d’effort.

    Si on obligeait, par exemple, les entreprises a ne plus utiliser qu’une seule police de caractères dans tous leurs documents (rapports, publicités, etc.) cela générerait également beaucoup d’activité pour tout mettre a jour.

  6. hb45

    @hoho
    Tu as raison: le coup de la police de caractères vaut presque le bug de l’an 2000 sur lequel j’ai travaillé en son temps. La psychose d’alors et les arguments étaient du même ordre que ceux des réchauffistes. Il n’en est resté que des factures faramineuses.

  7. scaletrans

    Malgré des questions posées sur AFUB et le mel ouvert de Francis Richard (Institut Hayek), aucune explication pour l’instant. Comme il s’agit du seul forum climatique Français ouvert aux sceptiques, on se pose des questions: s’agirait-il d’n coup bas en provenance de la FARCE, laquelle, il est vrai, n’en est pas à une vilénie près ?

    1. @scaletrans : infos trouvées, il semble que la base de données de skyfal ait été spammée. Free l’a donc désactivée préventivement, et le webmestre doit pouvoir la remettre en état prochainement. Pas de complot, donc.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.