Un gros air de déjà-vu

On prend les mêmes et on recommence. Oh, bien sûr, quelques acteurs ont changé, mais la mise en scène est la même, le texte de la pièce semble lancé sur les mêmes rails, et l’issue n’a pas évolué… Et non, je ne parle pas du remaniement ministériel absolument sans intérêt que fait vibrer une presse encore une fois complètement à côté de l’essentiel.

Ce week-end, Nicolas Sarkozy aura donc occupé la galerie médiatique : après avoir bâclé un G20 en une petite dizaine d’heures et n’avoir impressionné que quelques pellicules photos avec sa présence fugace, il est rapidement rentré, en oubliant Laurence Parisot sur place, pour faire son petit bonneteau ministériel.

On pourrait s’étendre longuement sur le départ de Borloo ou sur la nomination de Juppé, mais l’un comme l’autre, des ténors du piston, globalement incompétents dans autre chose que faire marcher leurs réseaux, n’ont, en fait, rien de bien intéressant ou de bien nouveau à nous faire méditer.

Le premier quitte – à son grand désarroi – le bateau ivre d’un gouvernement désemparé, sans avoir pu décrocher la timbale, et après avoir déclenché une salve de catastrophes taxatoires. Il était temps. On sait déjà que sa remplaçante, dont le nom évoque un groupe de rap rugueux, ne déméritera pas de la fonction et nous prépare certainement, en toute insouciance, une bordée de bêtises fiscales de la même veine que son prédécesseur.

Le second arrive tout frétillant qu’on ait oublié qu’il a un casier judiciaire déjà copieux, et un pantalon sur les chevilles toujours pas remonté depuis décembre 1995. Les actuels syndicalistes doivent vraiment regretter qu’il n’ait pas été aux manettes de la « réforme » des retraites : ils auraient eu un boulevard devant eux et elle serait depuis bien longtemps enterrée…

Si l’on écarte donc de la scène médiatique les pitreries pénibles de Sarkozy et sa clique qui continuent de surjouer Un Gouvernement Qui Agit et les volumineux écrans de fumée opaque qu’ils brassent dans d’amusants moulinets, on découvre que la situation internationale, et notamment européenne, est particulièrement préoccupante.

Mais même préoccupante, elle laisse, là encore, cette impression de déjà-vu particulièrement prégnante : on nous rejoue le drame grec, avec un petit changement musical puisqu’on a remplacé les lyres et les tambourins par des cornemuses irlandaises.

En gros, les écarts entre les taux concédés aux Bons du Trésor Irlandais et ceux des Bons allemands n’en finissent pas de grandir, ce qui place l’Irlande en fâcheuse position : certes, ses dirigeants expliquent que non, ils n’ont pas besoin d’aide, mais de l’autre l’Europe concède qu’elle ne veut surtout pas embarrasser l’état membre avec de l’argent non-sollicité (ce serait ballot d’obliger, comprenez-vous, c’est cadeau, faut pas forcer, hein). Mais bon, finalement, mettez-m’en 45 milliards.

Voilà une confusion totalement propice à apaiser les marchés et simplifier la situation.

Et bien sûr, tout ceci serait trop simple si, en parallèle, le Portugal ne tentait pas lui aussi de jouer une partition rock’n’roll dont le tempo s’harmonise assez mal avec le reste de l’orchestre dont – soyons franc – on se demande franchement si le chef n’est pas trop shooté aux tranquillisants pour être réellement efficace à quoi que ce soit : ni Herman, ni José-Manuel ne semblent en mesure de rassurer le citoyen ou les marchés…

Car pendant ce temps, le patron de la diplomatie de Lisbonne, Luis Amado, estime très calmement que si un gouvernement de coalition n’est pas rapidement formé, le Portugal pourrait avoir à quitter l’Euro. Pif pouf, comme ça. Au moins, on a largement dépassé les questions de tabou ou de langue de bois. Je ne suis pas sûr qu’on y gagne en sérénité.

Oui, tout ceci ressemble décidément beaucoup à une situation qu’on a déjà vécue : des imbéciles gouvernementaux qui font le beau devant d’autres imbéciles de la presse, pendant que les coulisses prennent feu. Mais tout est sous contrôle. Tout se passera bien.

Cette monnaie est foutue.

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires33

  1. Sébastien CERISE

    Bonjour H16,

    Concernant le remaniement, je ne suis pas d’accord sur l’idée que ce soit un non-évènement.

    C’est plutôt un repli à droite, ce qui n’est pas forcément si con que ça…à suivre…

    En revanche, le Portugal peut entraîner l’Europe dans une grave crise… là, il y a un vrai sujet.

    Bonne journée,
    Sébastien CERISE

    1. Le remaniement, c’est « oust les centristes ». Pour le reste, c’est un peu de chaises musicales, mais c’est tout. La question essentielle « Pourquoi ce remaniement » n’a même pas été abordée.

        1. fifou

          Il est ou le gouvernement restreint? il y a encore plus de ministres qu’avant. tous les secretaires d’etat on ete remplaces par des ministres rapportant a des ministres avec des portefeuilles ministeriels plus saugrenus les uns que les autres et de copieux cabinets ministeriels en perspective…

        2. Rocou

          Hortefeux j’aurais bien aimé le voir partir en prison. Hélas, il reste sinistre.

          Le reste, comme H16, je m’en fiche comme d’une guigne mais j’ai néanmoins un regret: le départ du seul qui ait mené de vraies réformes: Novelli
          Le régime de l’auto-entrepreneur, une révolution en France, c’est lui.

  2. gnarf

    La harpe et la lyre sont tres utilisees dans la musique traditionnelle Irlandaise (piece de 1 euro Irlandaise=harpe)….le tambourin aussi. Mais pas de Cornemuse du tout en Irlande 🙂

    Pour l’Irlande peut-etre le violon (fiddle)?

  3. kelevra

    le virage a 360°???, on revient d ou on est parti non??, voila la logique de lagarde, pour changer de sens c est 180°, avec un ministre pareil aux finances, on comprend beaucoup mieux pourquoi c est le foutoir le plus complet et en plus elle precise bien que c est une revolution!! c est sur, une revolution de la geometrie y a pas a dire, comme disait einstein « on ne peut pas demander aux gens qui ont crees un probleme de le resoudre »

    1. adnstep

      Ben oui, c’est une révolution : quand on fait un tour complet sur soi même, ou autour d’un objet, pour revenir à son point de départ, c’est bien une révolution.

  4. Mr T

    Actuellement l’UE me fait penser à un rassemblement hétéroclite de cul-de-jattes et d’unijambistes en randonnée. Pour le moment les impotents s’accrochent à la jambe encore valide de ces derniers qui songent de plus en plus à se défaire de leur fardeau, alors que chacun sait pertinemment qu’à la prochaine bourrasque ce manège risque de faire long feu.

  5. Théo31

    Qu’avais-je dit à propos de Mittrand ?

    Quant à l’explication de ce remaniement, ben, yen a pas, enfin si, yen a une : amuser la galerie parce que le dimanche, en France, on se fait royalement chier. rien de mieux que de faire faire un peu de sport à nos putes à subventions, pardon à nos journalistes.

    1. (ah, je suis content, quelqu’un l’a vue, celle là) Mais y’a pire : quand on sait qu’il l’a fait après que Lagarde annonce un tour à 360°, on comprend sa frustration !
      360° ! Ça, c’est du fort, les aminches !

    2. daredevil2009

      C’est vache? Vous trouvez? Quand on voit l’état de notre pays après son passage – et même s’il n’est pas responsable de tout, tant s’en faut! – on se prend à espérer que d’autres suivront sa voie même si cela semble peu probable pour le moment… Mais bon, avec le tsunami qui se profile à l’horizon, toute cette mascarade pourrait prendre très très vite fin!

      http://ladettedelafrance.blogspot.com/

      http://www.jpchevallier.com/article-balances-des-paiements-et-61057589.html

  6. Bof

    une (petite) bonne nouvelle quand même dans ce remaniement: la rétrogradation du ministre de l’écologie: il n’est plus ministre d’état (titre purement ronflant, mais Borloo, il aimait), passe du 2e au 4e rang (adieu les « revendications » du « pacte écologique » d’Hulot), il perd l’énergie (rien que ça..).
    Un signe de plus que l’écologisme est sur la pente de l’extinction, et ça, rien que ça, me réjouit (-un peu)

  7. boissoudy

    Félicitations pour votre progrès dans l’optimisme: ce n’est plus la France qui est foutue, c’est la monnaie de l’Europe.
    Plus sérieusement, pour que le pays ne sombre pas dans le chaos, ne pensez-vous que la survie du pays passe d’abord parle fait que quelques-uns y croient,comme on croit à une Personne? Les critiques que l’on peut porter sur une absence de politique ne doivent pas faire oublier que l’on a besoin à chaque époque d’une mystique française.

    1. « ce n’est plus la France qui est foutue, c’est la monnaie de l’Europe. »

      C’est même pas moi qui dit ça, c’est Herman, ce gros comique :

      Herman Van Rompuy a averti que la zone euro et l’Union européenne « ne survivront pas » si les problèmes budgétaires de certains pays ne sont pas résolus.

      on a besoin à chaque époque d’une mystique française.

      Ah bah moi je veux bien, mais vous voyez qui, exactement, dans le rôle ? Parce que bon, moi, je ne vois que le socialisme qui poudroie et des politiques qui merdoient…

      1. Raoul

        « je ne vois que le socialisme qui poudroie et des politiqus qui merdoient… »
        HASH, t’es un dieu… Il faut que t’arrêtes sinon je vais crever de rire!

    1. adnstep

      Oulala, on fait appel aux mânes du Grand Charles. Attendez d’abord que ce soit vraiment le foutoir, et écoutez French Radio London.

      En passant, vous pouvez citer la suite du texte : « …J’ai d’instinct l’impression que la Providence l’a créée pour des succès achevés ou des malheurs exemplaires… ».

      En ce moment, faute de succès, on serait plutôt proches des malheurs. Exemplaires.

      1. En ce moment, faute de succès, on serait plutôt proches des malheurs. Exemplaires.

        Je pense qu’au contraire les malheurs vont être tout ce qu’il y a de plus bêtes, grossiers, et parfaitement prévisibles au point de n’en être en rien exemplaires. La France est tombée si bas qu’elle va échouer même à merder phénoménalement, et se contenter d’une médiocrité toujours plus grande et plus molle.

  8. tueursnet

    La politique est morte, vive le politique !
    Est-ce que l’Elysée s’affole ou s’étiole ? C’est (snip) une cause déjà perdue !

    Moi, je veux bien qu’on en discute, mais comme tu ne viens ici que pour poster un long commentaire avec un rapport ténu avec le billet pour faire de la retape, je trouve ça limite.

Laisser un commentaire