Les pénibles occupations de la presse

Le mois de novembre, avec toutes ses grèves, ses mouvement sociaux et ses journées d’inaction sponsorisées par les syndicats avait donné beaucoup de travail à la presse nationale. En ce mois de décembre, on sent la fatigue poindre derrière les yeux un peu vitreux de journalistes de moins en moins aiguisés. Et continuer à fournir un travail pénible lorsqu’on est fatigué, c’est prendre le risque d’un accident. Qui n’a pas manqué d’arriver.

Comme le souligne fort justement certaines fuites d’ambassade, le journaliste français croit en effet avoir le devoir d’analyser et d’influencer son lectorat ; cette mission lui impose une énergie de tous les instants et, après avoir tant défilé en novembre au côté des manifestants pour bien rapporter à tous la substantifique moelle de leur mouvement, on comprend que les esprits se soient laissés aller ce vendredi soir lorsque Marine Le Pen a tenu, à Lyon, un discours dans le cadre de la présidentielle pour le Front National.

Or, nous sommes, dois-je le rappeler, en République du Bisounoursland, ce pays merveilleux où chaque aspérité de terrain sera aplanie par le bulldozer démocratique, chaque difficulté et chaque inégalité seront gommées par les nombreuses interventions de la force publique au travers de lois et de decrets tonitruants, et où chaque épine du langage sera retirée par les associations de vigilance citoyenne.

Un discours de Le Pen, qu’il fut du papa ou de la fille, c’est donc, sans même se forcer, un festival de rugosités et d’échardes désagréables qu’il va falloir raboter à grand coup de journalisme conscientisé. Evidemment, il y a des petites et des grosses épines : quand un leader du Front National réclame un arrêt total de l’immigration, il s’agit d’une petite écharde. Quand il évoque l’absolue nécessité de reconduite à la frontière ou d’expulsions massives, c’est une grosse épine. Et quand il parle d’ « occupation », là, ça devient tout de suite un gros épieux.

Oui, vous avez bien lu : le mot « occupation » a déclenché une véritable furie médiatique autour d’un discours anecdotique de Marine Le Pen tenu devant quelques centaines d’encartés FN. Les propos sont les suivants :

« Il y a maintenant 10 ou 15 endroits où, de manière régulière, un certain nombre de personnes viennent pour accaparer les territoires. Je suis désolée, mais pour celui qui aime beaucoup parler de la Seconde guerre mondiale, s’il s’agit de parler d’occupation, on pourrait en parler, pour le coup, parce que ça c’est une occupation du territoire.»

Comme on peut le constater, la violence inouïe du discours nous ramène, bien évidemment, aux heures les plus sombres de notre histoire. Et faire un vendredi soir un rappel aussi cru à ces fameuses heures les plus sombres de notre histoire que toute la presse, tous les journalistes, tous les intellectuels, tous les politiciens et tous les leaders d’opinion de la Fraônce s’emploient pourtant à nous faire oublier, c’est vraiment vilain, très méchant et pas du tout politiquement correct.

Marine Le Pen

On comprend alors le déchaînement qui s’ensuit, tant à droite qu’à gauche : Copé parle d’amalgames, Lamour de xénophobie, Chatel de propos inacceptables, Aubry a été choquée, Désir (pas d’avenir, Harlem) réclame une condamnation en justice, Hamon estime Marine Le Pen dangereuse, Montebourg part en sucette sur son grand-père et Duflot parle de racisme. Le Garde des Sceaux a cependant – couillemollisation ? – exclut une action en justice ; à ce rythme là, il sera bientôt possible d’exprimer une opinion politique en France. Où va-t-on ?

Sans faire de rhétorique détaillée, parler de racisme, de xénophobie ou réclamer une condamnation en justice est, dans le cas qui nous occupe, parfaitement stupide, mais tout à fait dans la ligne habituelle de ce que nos clowns politiques sont capables de produire, à froid, sur un événement qu’ils ne veulent absolument pas analyser. À la manière d’un Pavlov, dès qu’ils entendent « Le Pen », ils sortent la carte habituelle de « Racisme », la glissent dans le bastringue et voilà le cirque relancé pour un tour.

On est ici dans des eaux si balisées et des mers déjà tellement exploitées qu’il sera impossible d’y pêcher quelque chose si ce n’est les petits oursins d’élevage plantés-là, de temps en temps, pour justifier qu’on y envoie les gros chalutiers de la polémique politicienne.

En pratique, nos singes parlants ne font que réagir aux excitations vigoureuses d’une presse qui n’avait manifestement pas d’autres chats à fouetter ce week-end. Trop contente d’avoir un début de polémique, elle se sera empressée de relayer la petite phrase en attendant sagement que l’affaire mousse, quitte à utiliser quelques titres évocateurs pour attirer le chaland, sur le mode « Marine Le Pen dérape » (vraiment, c’est exceptionnel et inattendu !)

Mais dans cette même presse, on a bien du mal à trouver la moindre réfutation des propos incriminés. On a bien du mal à comprendre pourquoi, finalement, elle peut utiliser un tel argument, voire une outrance en faisant le parallèle entre l’occupation physique de lieux publics lors des prières et l’occupation allemande pendant la dernière guerre mondiale.

On ne trouve ainsi aucun autre parallèle entre la rapidité d’application de la laïcité républicaine dans certains endroits et l’absence de réaction des mêmes autorités dans d’autres.

Ainsi, il ne semble poser aucun problème à la presse que le tribunal administratif d’Amiens interdise l’installation d’une crèche de Noël sur la place d’un village de l’Oise. Laïcité, tout ça, zou les chrétiens, dehors.

Mais en revanche, c’est la même presse qui déclenche une purée nauséabonde massive dès qu’on évoque les soucis posés par la tenue, sur la voie publique, de rassemblement religieux.

Pas un article sur la nécessité pour ces musulmans de disposer de lieux de prière, aucune question posée à Marine Le Pen sur ce qu’elle envisagerait pour solutionner le problème effectif posé par des cérémonies encombrantes sur la voie publique.

Non seulement, Marine Le Pen bénéficie d’une publicité gratuite abondante, mais elle exploite ainsi de multiples effets bénéfiques du fait même de la nullité abyssale de la presse et des politiciens qui l’entourent :

  • Personne ne lui demandant son programme pour résoudre le problème posée, elle peut, à très peu de frais, passer pour une politicienne pleine de solutions sans même avoir à dévoiler ses idées.
  • En multipliant les articles sur ce sujet, la presse permet de montrer d’une façon éclatante le différentiel important, inégalitaire et pas du tout christian-friendly qu’elle entretient dans son traitement du fait religieux en France. Ça finit par se voir, et cet anticléricalisme de combat coûtera très cher.
  • En amenant les autres formations politiques à tirer à la grosse chevrotine sur la mauvaise cible, on finit par monter en épingle un acharnement sur la personne et non sur ses idées ; aucun contre-argument, aucune analyse, aucune solution n’auront été produits par tous ces magnifiques habitués de la polémiques du dimanche. En revanche, l’impression qu’on s’acharne pour la faire taire est de plus en plus pressante, ce qui donne furieusement à Marine Le Pen un statut de challenger qu’elle n’aurait sans doute pu espérer aussi vite.

Avec une telle presse et de tels ennemis politiques, Marine Le Pen n’a pas vraiment besoin d’amis.

J'accepte les Bitcoins !

1PAKQyv9xSZfTQuodGcXv5azZpysYARZKG

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires46

  1. anonyme

    face à la réalité des sondages, l’UMP va juste laisser monter le FN pour tenter de réaliser un putsch comme celui de 2002, et cela risque de se produire tant le PS se complaît dans le ridicule, je veux dire les Primaires qui ne sont là que pour combler le vide de leur discours.

        1. daredevil2009

          @Hash : simple question : n’est-ce pas déjà le cas? (=bordel sans nom) Au vu de vos billets et tous ces « non-événements », j’aurais tendance à le croire… 😉

          1. Non, là, je parle de la version au dessus, avec paralysie complète et durable du pays, de ses institutions. J’imagine très bien les mouvements de – Insérer Ici Une Profession Conscientisée – dans le rangs de telle ou telle administration refusant de faire son travail, purement et simplement.

            C’est un exemple. Cela peut prendre mille autres aspects.

        2. NeBu

          Et le coup de bâton et de poing sur la table? Ça ne serait pas la solution pour sortir le pays de cette ornière? De toute façon, ça sera soit une lente agonie avec l’UMPS, soit un coup de fouet, peut-être salvateur, avec le FN.

        3. Higgins

          Je plussoie à tes propos, H16. Je dois avouer que le spectacle du PS de droite et de l’UMP de gauche courant dans tous les sens comme un canard sans tête me réjouit et j’applaudis au talent de Marine. Pour autant, le FN est par trop disparate pour qu’il en sorte quelque chose de réellement bon pour le pays. Marine le Pen va peut être regrouper sur son nom tous les mécontents (il y en a de plus en plus) mais que pourra-t-elle en faire? Le problème, c’est qu’il n’y rien d’autre à l’horizon. Franck Boizard fait preuve en ce qui le concerne d’un optimisme mesuré ( http://fboizard.blogspot.com/2010/12/declin-de-la-france-et-si-nous-etions.html ) Puisse-t-il avoir raison?

      1. Stéphane

        Vraiment, je ne suis pas inquiet du tout d’un FN au second tour. Non seulement les chances que cela arrive sont faibles, mais surtout, Marine Le Pen n’a aucune chance de l’emporter, que ce soit contre l’UMP ou le PS.

        Le blocage du pays par les « professions conscientisées » suite à une victoire FN au second tour, c’est du domaine de la science-fiction.

        Il faut juste savoir aux dépens de qui le FN pourrait être présent au second tour (toujours agréable pour augmenter un peu le sentiment de foutoir et d’illégitimité de l’UMPS.) Mais la seule conséquence sera d’indiquer qui aura à voter en se bouchant le nez.

        FN contre PS -> Le PS gagne (youpi)
        FN contre UMP -> L’UMP gagne (youpla)
        PS contre UMP (rêvons) -> L’UMPS gagne (youpi-youpla)
        Point barre.

        1. Higgins

          JM Aphatie, décidément plus agréable à lire qu’à écouter, résume parfaitement la situation dans son post du jour: « S’il fallait introduire un peu de psychologie pour expliquer l’atmosphère, on pourrait écrire que Marine Le Pen n’est que le réceptacle du tragique sentiment d’échec que distille l’action publique depuis trente ans. Et plutôt que de le reconnaître, les élus successifs s’entêtent dans le déni. Et plutôt que de construire un discours réaliste, ils fabriquent de l’extravagance. Qu’ils en mesurent aujourd’hui le résultat. »( http://blog.rtl.fr/aphatie/20101213/la-betise-qui-nous-submerge-13-12.html )

          CPEF

        2. Didier

          Et si Marine arrive en tête devant tout le monde, et si le PS encore une fois n’y arrive pas non plus et qu’on se retrouve avec un second tour Mélanchon-LePen. Il se passe quoi ? Le second tour est reporté ou annulé ? La loi martiale est instaurée ? (Pour protéger la République bien sûr …)

  2. anonyme

    oui mais à ce moment là les jeunesses grégaires défileront dans la rue, sur injonction de leurs gourous, et la presse se déchaînera contre l’horrible concept LePen et alors, dans un mouvement unifié de conscience collective, nous réélirons Sarko avec 87,5% des voix, et il aura la légitimité, les mains libres pour accomplir sa funeste mission.

    pour virer Sarko et tenter de ramener progressivement la classe politique vers la réalité des citoyens, on va d’abord devoir faire le dos rond aux Présidentielles (je veux dire voter pour une tanche du PS).

    c’est seulement après, aux législatives, qu’on pourra dire une connerie du genre: « qu’ils s’en aillent tous »

  3. Seb

    Toute cette affaire sonne comme un air de déjà vu… On reparlera encore des concepts de vote par adhésion ou vote rejet. J’ai comme la sensation que le vote rejet est toujours plus facile à contrôler. Il paraît que la peur motive plus que l’appât du gain…
    Quoi de mieux qu’une Marine Lepen au second tour?

  4. René de Sévérac

    J’ai appris très tard cette histoire concernant Mme LePen.
    Et l’attitude des partis plongeant à pieds joint dans le piège. Grotesque !

    Mais la relation que vous faites concernant la laïcité entre l’interdiction d’une crèche dans un patelin de l’Oise et le silence concernant l’occupation (pour reprendre les termes de Mme LePen) de la rue Mirha, c’est particulièrement jouissif !

    Bravo h16 !

  5. Kelevra

    si marine se retrouve au deuxieme tour en 2012, et elle a de grandes chances d y etre, ca sera surement contre une tanche de gauche. la droite va appeler a voter segolene ou martine ? comme l inverse en 2002 ou la gauche avait appele a voter chirac. en faisant ca, l ump se suicide; marine deviendra la leader naturelle de la droite.

  6. dxdiag

    J’ai du mal à imaginer ce qui pourrait se passer en 2012 car je suis certaine que des événements intercurrents d’importance vont se passer. Il est impossible que la situation mondiale et nationale pourrissent simplement sur pied d ‘ici là sans que rien ne bouleverse la donne, enfin c’est mon impression…

  7. Hout

    Pour ma part je voterai FN en 2012 (oui je suis un gros con apparemment pour certains) pour une seule raison : c’est le seul parti qui s’oppose à la montée de l’islam en France.

    1. deres

      Au FN, il ne sont pas si bêtes. Tu ne crois quand même pas qu’ils détruiraient leur propre fond de commerce … Ce sont des politicards comme les autres. Ils se limiteraient à des mesures polémiques qui ne changeraient rien. Arrivé au pouvoir, ils se couleraient bien vite dans le moule douillet de l’UMPS.

      1. Hout

        Ah vrai dire, je ne sais rien de ce que le FN ferait s’il arrivait au pouvoir. Je ne prends pas le FN pour le messie (je ne suis pas si innocent), je leur accorde la présomption d’honnêté.

        Si c’est l’UMPS qui se maintient, on est sur du résultat; avec le FN, il y a peut être une chance…En tout cas, ca ne pourra pas être pire.

        ps: mon sentiment ne concerne que l’aspect civilisationnel de notre futur…

        1. Compte-tenu des 50 dernières années de politiques, et de l’absence totale et chimiquement parfaite de tout homme (ou toute femme) d’exception dans le paysage politique français, je vous garantis sur facture que le FN ne fera absolument pas mieux que l’UMPS. Ce sera exactement pareil.

          Et l’immobilisme, en situation de crise, c’est ce qu’il y a de pire.

  8. Théo31

    « oui je suis un gros con apparemment pour certains »

    Si vous faites allusion à mon post, les gros cons ne sont pas ceux du FN mais ceux du camp d’en face qui sautent, avec le réflexe pavlovien qui les caractérise, à pieds joints dans le piège chaque fois qu’un membre du FN fait un « dérapage ».

  9. Chris

    Désolée …mais DXdiag a déjà écrit ce que je pensais …improbable que rien ne se passe d’ ici 2012 …
    En ce qui concerne la polémique à propos de la crèche et des prières publiques , c’est plus fort que moi , je ne peux imaginer qu’on contraste un islam fanatique , tintamardesque en public par NOTRE religion , toute faite de discrétion …on ne peut , selon moi, le contraster qu’en IMPOSANT une laicité PUBLIQUE à 360 ° …tout en préservant notre savoir – vivre …

  10. BugBreeder

    @breizh06
    Salut la Bretagne,
    Pourquoi perte du AAA en mars ? Moi j’aurais vu ça juste après la présidentielle de 2012 en constatant que le nouveau gouvernement fera comme l’ancien. T’as des tuyaux ?
    Sinon d’accord pour la chienlit qui s’ensuivra, et il y aura même des morts.

    1. Théo31

      La Grèce et l’Islande rééchelonnent leur dette depuis quelques jours. Ca veut dire que le défaut de paiement est imminent pour ces deux pays. En France, les montants des CDS ont été multipliés quasiment par 4 depuis un an. La dégradation du AAA de la France dans les prochains mois ne serait guère étonnante, d’autant plus que l’endettement continue son explosion et et aucune réforme n’a été engagée.

      http://ladettedelafrance.blogspot.com/

      http://www.marc-candelier.com/article-le-prix-des-cds-credit-default-swaps-sur-la-france-62010795.html

  11. Alex6

    Seraient bien emmer*** au FN si d’aventure ils decrochaient la presidence en 2012, le pays serait absolument ingerable.
    Par contre pour ceux qui comme moi se foutent completement de la politique francaise, ca serait un sacre beau spectacle vu de l’exterieur!
    J’aurais encore du pop-corn tout chaud de la degradation de la note francaise de 2011, the show must go on!!

Laisser un commentaire