Photovoltaïque: rebranchez vite les pompes à subventions !

Le soleil n’est pas seulement l’astre inutile au réchauffement climatique : c’est aussi une magnifique source de paradoxes pour les écologistes et peut même se transformer, grâce aux politiciens, en véritable geyser de pognon pour toute une filière. EDF avait trouvé, dans une jolie manip solaire, une méthode simple pour augmenter ses factures, et certains installateurs de panneaux, un moyen révolutionnaire pour gagner des thunes avec le beau temps. Las, la crise est passée par là, et le gouvernement a décidé d’un moratoire sur les conneriesénergies photovoltaïques.

Dans une parfaite illustration de cette incroyable capacité qu’ont les hommes de l’état de transformer en merde fumante tout ce qu’ils touchent de leurs petits doigts avides, la situation du photovoltaïque dans le monde est passée de sans intérêt à merveilleuse puis catastrophique en moins de 20 ans.

Il y a en effet 20 ans, l’extraction d’énergie au moyen du solaire photovoltaïque était une vague curiosité dans certains pays où la météo ultra-clémente permettait tout juste de rentrer dans ses frais en l’installant.

Grâce aux excitations névrotiques des écologistes en mal de catastrophes mondiales, et profitant d’une tendance générale à un léger réchauffement épisodique dans certaines parties du monde, le photovoltaïque fut rapidement présenté comme l’une des voies fabuleuses d’une énergie gratuite et renouvelable, estampillée Gentille : les politiciens, usant partout dans le monde de leur maestria pour transformer des lubies en voix électorales, se sont empressés de capitaliser sur la tendance.

Certes, le photovoltaïque n’est pas rentable, mais moyennant une bonne injection d’argent public en provenance direct des poches de ces cochons de contribuables qui utilisent l’autre électricité (la rentable, celle qui permet de se chauffer même quand il neige), on a transformé un gouffre en monticule repérable par les malins.

Malins qui se sont donc empressés de gratter le terril gouvernemental. Ce qui a bien sûr favorisé toute une nouvelle industrie de fabricants de panneaux, d’installateurs de panneaux, d’experts en panneaux et de conseillers en panneaux.

Et paf, voilà que la crise, tout aussi soudainement, déboule sur les curseurs gouvernementaux, … et les affole. Badaboum, c’est la déroute : on doit arrêter de dilapider l’argent qu’on n’a d’ailleurs pas. Moratoire : le gouvernement suspend pour trois mois l’obligation pour EDF de racheter l’électricité d’origine solaire aux conditions tarifaires actuelles. Gasp. Gloups.

Et surtout, grosse, grosse crispation de la part des Verts qui, bien évidemment, s’étranglent de ne plus pouvoir gagner d’argent sur le dos des autres, et, accessoirement, notent que tout ce méchant moratoire provoque une vilaine incertitude pour les professionnels du panneau solaire qui pompe les sous d’EDF : comme les règles de jeu ont été changées en cours de route – c’est vraiment étonnant de la part de l’Etat, il ne fait jamais ça, pourtant ! – cela met en danger la viabilité de nombreuses PME dont les carnets de commandes deviennent caducs avec le moratoire. Notez que ce n’est pas totalement faux puisqu’on constate déjà des licenciements dans le secteur.

Mais cela montre surtout que sans l’argent public, tout ce bazar n’est pas rentable.

Heureusement, un peu de Pensée Alternative De Gogoche nous permet de bien vite retrouver le sens des vraies valeurs. C’est le président de l’ONG Ecologie sans frontière, l’une des associations complices dans l’établissement du Grenelle de l’environnement, qui s’y colle.

  • Bon et tout d’abord NKM qui dit que le moratoire c’est à cause des panneaux chinois, eh bien c’est même pas vrai. Le panneau photovoltaïque qui coûte un pont aux contribuables et aux clients d’EDF, c’est français, ça, môssieur. C’est de la fabrication française, et c’est donc du gaspillage français ! Parfaitement, môssieur.
  • Et le fait qu’EDF achète le kWh photovoltaïque 4 fois plus cher qu’il ne le produit, ce n’est que des racontars ! En réalité, EDF a des problèmes avec le nucléaire à l’étranger, alors il fait tout pour ne pas accumuler des pertes en vendant 12 de l’électricité acheté 50. C’est d’une mesquinerie sans nom, ne trouvez-vous pas ? On frôle la trahison nationale, non ?

La solution de notre aimable aspirateur à subvention devant ces constats décidément pas gentils gentils ? Limpide, rapide, efficace, et étatique comme de juste :

Notre collectif défensif se veut aussi constructif : (il) rédige en ce moment même avec ses 3000 membres un livre blanc commun de propositions de régulation du photovoltaïque français.

Et des propositions de régulation du photovoltaïque écrites par 3000 gusses d’un collectif d’écolos, ça va roxxer, c’est moi qui vous le dit !

On sent immédiatement, intuitivement, dans nos tripes et au niveau du vécu que ça va immédiatement apporter une solution concrète et opérationnelle au marché du panneau solaire (français, qualité française, môssieu), marché qui n’aurait jamais existé en premier lieu si l’état n’y avait pas injecté des piscines olympiques de pognon du contribuable qui devra se serrer la ceinture pour autre chose.

Et quand ce n’est pas de la qualité fraônçaise, on peut toujours aller pleurer ailleurs, en Belgique par exemple où la situation est globalement la même : l’arrêt progressif des aides gouvernementales à la filière entraîne des situations parfois cocasses lorsqu’en plus la neige tombe, réduit les rendements et fait fermer des chantiers.

Zut de zut de potverdeke !

L’appel à une action de l’Etat pour une météo plus clémente s’impose !

Photovoltaïque : la neige ne lui dit pas merci, scrogneugneu

J'accepte les BTC, ETH et BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BTC : 1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
ETH : 0x8e2827A89419Dbdcc88286f64FED21C3B3dEEcd8
 

Commentaires50

  1. kwak chung seok

    Ahaha, où diable trouvez vous le temps de rédiger autant de textes mon cher H16 ??? Seriez vous quelqu’affreux rentier obèse ultra libéral à lunettes noires affalé dans le sofa moelleux du salon de sa villa cossue des Iles Marshall défiscalisantes, entourée d’accortes pépées polynésiennes vous portant à la bouche des chips de chair d’enfant laotien surexploité, ou peut être plus simplement un morne fonctionnaire rongé par sa mauvaise conscience tuant l’ennui des bureaux à Saint Pierre et Miquelon ??? 😉

    La subvention semble avoir les même propriétés addictives que l’héroïne, en plus gros.

    1. jb7756

      Il y a une autre possibilité : H16 est peut être fonctionnaire ! Du coup il a plein de temps pour rédiger des textes rigolo.

      1. L’explication est plus simple : une partie des textes que vous lisez n’est pas écrite dans l’heure qui vient de s’écouler, mais est en réalité produite à l’avance, tout simplement, et sa publication est planifiée 🙂 En outre, trouver 1h par jour (entre 22h et 23h par exemple) pour faire 1 texte n’est pas insurmontable 😉

    2. Epicier vénéneux

      Mmmmmh ! Chips !

      L’idée du tampon GENTIL apposé çà et là est excellente, et me rappelle la non moins excellente scène du prof de maths qui remplit la case appréciation des bulletins scolaires d’un coup de tampon BON, MOYEN ou NUL dans le film P.R.O.F.S.

  2. Before

    Mais c’est quoi le tract à la fin du texte ??!?
    Ce gars la demande à être indemnisé en cas de neige en hiver ?

    Bon, je vais créer une entreprise de réparation de clepsydres, et je vais demander à être indemnisé sous prétexte que les gens n’en utilisent plus, c’est ropinjust’.

    PS : toujours dans le tract, c’est quoi la différence employés/ouvriers : administratifs/fabricants ?

    1. Charles

      Il y a deux statuts pour les salariés en Belgique : employé et ouvrier. Les deux n’ont pas les mêmes couvertures sociales, notamment pour le chômage. Tout dépend du contrat pour la distinction.

  3. Joe

    Personne n’a proposé un moratoire sur le moratoire et une commission d’enquête pour nommer une commission d’enquête ? Y a pas à dire, ils perdent la main nos politocards !

  4. Boutros

    Z’ êtes nuls , les gars.
    Avant de décider d’une décision, il faut d’abord décider que cette décision est décidément décisive. Et v’là le moratoire.

  5. argone

    Attention ne dénigrez pas trop vite cette filière ! Les US et la Chine investissent énormément de pognon dans le PV. Ils ont d’ailleurs largement devancé l’Europe dans le domaine. Les prix diminuent constamment et les rendements progressent et le solaire devient moins cher que le nucléaire :
    http://www.ncwarn.org/wp-content/uploads/2010/07/NCW-SolarReport_final1.pdf

    Les subventions ne sont là que pour amorcer la pompe. Ce qui serait stupide ce serait de les faire durer.

    1. J’attends vraiment de voir ça, mais pour le moment je m’en tiens à quelques données de base :
      – le rendement PV est encore bien faible en terme de conversion lumière / électricité
      – l’impact écologique de la production des dalles est … disons (pudiquement) pas terrible
      – le retour sur investissement est impossible sans ces subventions.

      Peut-être que, dans 10 ou 20 ans, … En attendant, c’est un gouffre.

      1. Tonton Jack

        En gros pour que cela soit rentable par rapport aux autres modes de productions, en prix relatif, il faudrait soit que les prix des panneaux soient divisés par 4, soit que le rendement soient multiplié par 4…

        Tout le reste est littérature…

        1. jb7756

          Le grand maître Ray Kurzweil a dit que le prix des panneaux solaires suivent leur loi de Moore. Donc pour lui et d’après ses calculs, vers 2017 ils seront compétitifs.
          Conclusion : les subventions ne servent à rien, une technologie perce naturellement lorsqu’elle prête : pas avant, pas après.

  6. Tonton Jack

    Bonjour,

    Dans la société – PME – au sein de laquelle je participe en tant qu’actionnaire – non je n’y travaille pas, mais j’y participe activement -, nous faisons partie des derniers chanceux qui bénéficieront très probablement du tarif duquel parle notre hôte.

    Je confirme que l’idée d’acheter un produit 6 fois plus cher que ce qu’il est vendu – à l’époque, en 2009, on était au rachat à 60 cts HT (!) contre une vente à particulier à 11 cts TTC – me faisait dire que notre dossier devait être monté très rapidement – les pompes à subventions de cette taille ne peuvent pas durer -.

    Pompe qui nous permettra, si tout se passe bien, d’avoir le bâtiment nécessaire à la société – oui, ce n’est pas uniquement l’appât du gain, mais aussi le besoin de faire face à une PME en croissance – pour … rien – les panneaux payent en effet le bâtiment -.

    Je reconnais bien volontiers l’effet d’aubaine – plus d’autres choses comme la délocalisation départementale : car ce qui fut possible dans un département – la pose de panneaux sur un toi – était impossible 5 kms plus au nord dans un autre département, gloire et splendeur de l’administration française… -, bien qu’au départ nous avons lancé la chose sans trop y croire.

    Enfin, pour compléter le tableau, nous n’avons pas pousser la logique à son paroxysme – des scrupules, sans doute – puisque nous n’avons pas pousser le vice à chercher des subventions régionales, départementales ou de l’ADEME. D’autres acteurs que nous connaissons l’ont fait, parfois avec succès, avec pour résultat quelque chose qui se rapproche, au choix, de l’abus de bien social ou du vol d’argent public : coûts d’investissement en grande partie pris en charge par les subventions publiques, prêts bancaires bonifiés et rachat à 60 cts.
    Dit en un mot, ces personnes se voient gratifier d’une rente sur 20 ans sans avoir pris le moindre risque – ou si peu -… Bref, du grand art, mais aussi un très très très très gros malinvestissement.

    Mais bon, puisqu’on nous dit que c’est pour sauver la planète… (/ironie off).

    Cordialement

    1. Higgins

      Saint Cynique et Saint Hypocrite sont sensibles à votre repentance même si Bastiat a du se retourner dans sa tombe s’il peut vous lire.
      Attention, je ne vous blâme aucunement mais se faire payer son infrastructure immobilière par ce biais, rien à dire, total respect. On m’avait parlé d’investisseurs qui ont construits des hangars destinés à rester vide mais avec une très grande surface de toit. Vous les battez largement. J’espère sincèrement que votre projet va pouvoir s’épanouir.

      1. Tonton Jack

        Bonsoir Higgins,

        Merci d’apprécier ma repentance.
        Dans le département duquel nous avons du nous délocalisé, les problèmes sont venus de très chers paysans et autres propriétaires de terrains qui, en lieu et place de bâtiments, ont simplement planté 4 piliers pour tenir une surface baptisée hâtivement toit, le tout aux quatre vents, avec de l’herbe en dessous…

        Bref un investissement minimum pour une rentabilité maximum.

      2. Tonton Jack

        Esprit d’escalier quand tu nous tiens…

        A mes yeux, le champion fut un supermarché E. L…c qui est arrivé à avoir le tarif à 60 cts avec des panneaux au dessus des places de son parking, affirmant qu’il s’agissait d’une toiture pour protection des voitures…

        Si c’est pas du grand art…

    2. Baltazar

      Parce que vous estimez sincèrement qu’il n’y a aucun risque à signer un contrat qui repose principalement sur les engagements d’un état en faillite ?
      D’autant plus que la « rente à 20 ans » repose sur la production d’electricité. Après que nos braves élites aient inflaté par trilliards, que feront-elles quand on leur demandera de traiter le problème de « la vie chère » ? La réponse, en 3 mots, est « sans risque » : contrôle des prix. Et là qu’adviendra-t-il de la rente sur 20 ans sans avoir pris le moindre risque ?
      Vue la taille de la bulle de dette à dégonfler, je ne vois que 2 positions sans risque :
      – celle consistant à être 100 pour 100 cash (en vrai monnaie).
      – et la position fétale.

      1. Tonton Jack

        Oui et non…

        Oui, car un contrat, car c’en est un, passé avec EDF est toujours soumis, comment dire, à des risques fluctuations unilatérales.
        Théoriquement, dans ce contrat, vous avez une formule d’indexation du prix de rachat qui tend à se caler plus ou moins sur l’inflation.
        Sans doute, avant la répudiation pure et simple du contrat pourra-t-on voir une modification du calcul. Mais bon, c’est un risque.
        De toutes les façons, en ne regardant que mon nombril, dans le cas qui est mien, tant que la société a son bâtiment payé, peu nous importe que les panneaux rapportent un sus ou pas.

        Non, car, contrairement à l’Espagne, la subvention n’est pas payée par un état désargenté, mais par tous les consommateurs d’électricité. C’est la fameuse CSPE pour contribution au service public d’électricité.
        En gros, c’est cette contribution qui permet d’abonder le surcoût. Donc, le risque me paraît moindre, car cet argent ne coûte rien à l’état – pour le con-sommateur c’est une autre histoire -.

        De manière plus large, sur la bulle de la dette qui se doit se dégonfler, rester cash, peut être, mais alors pas en euros…

        cordialement

        1. Stéphane

          Parce que vous pensez que quand l’Etat sera en faillite l’argent de la fameuse CSPE, qui sera toujours dûment collecté n’en doutons pas, continuera à aller aux producteurs de photovoltaïque?

          Une telle naïveté a quelque chose de touchant. Ca me rappelle les vieux qui attendent encore l’argent de la vignette automobile. 😀

    3. Epicier vénéneux

      Bah… moralement, pour une entreprise ou pour un riche, gratter des subventions n’est pas pire que tenter de faire un maximum de black. Et en plus, c’est légal.

      Pour mémoire, l’argent des subventions redistribuées par l’Etat ne provient pas initialment du travail des RMIstes, bordel.

  7. Kelevra

    plus de 50% des installations solaires chez les particuliers sont defectueuses : fuites, mauvais branchement au reseau edf, ombre portee sur les panneaux, mauvaise orientation, etc etc
    la pluspart des installateurs font miroiter les revenus mirifiques obtenus par le solaire.
    petite filouterie vecue, le commercial calcule le gain potentiel en se basant sur le kwc(kilo watt heure crete), c est a dire sur la puissance maximum que peut fournir le panneau, le seul probleme c est que le panneau delivre cette puissance electrique environ 20 jours dans l annee (juin juillet), le rendement moyen d un panneau est de 10 a 30% du kwc selon les regions. en ce moment en region parisienne , un panneau tourne en gros entre 3 et 5% de son kwc.
    rajouter a cela que l electricite obtenue diminue de 5% a 7% par an par l usure naturelle du panneau solaire donc qu au bout de 15 ans max le panneau est foutu

    tout ceci n est qu une enumeration non exhaustive!!!!

    1. Tonton Jack

      Bonsoir,

      Il faut séparer dans ce calcul le particulier qui met des panneaux sur sa maison de celui qui en met sur un hangar – existant ou non -.

      Pour les particuliers, de nombreux ont eux des soucis, car les règles françaises qui obligent à ce que les panneaux agissent en toiture génèrent des problèmes – fuites et autres – pour peu que l’installation soit mal faite – ce qui est hélas le cas parfois – .

      Pour un hangar, quand vous sollicitez un prêt bancaire de plusieurs centaines de milliers d’euros, je peux vous dire que vous avez intérêt à avoir refait tous les calculs de votre fournisseur / installateur – je les ai faits et ils ne sont pas si compliqués que cela, mais bon, je peux toujours m’être trompé – .

      Quant à l’usure, elle tourne plutôt autour de 1 % par an en perte de rendement… Mais cela aussi ça se modélise bien.

      Ce qui me choque – je n’arrive pas à être totalement cynique – c’est que ce système est simplement subventionné, a été l’occasion d’effets d’aubaine massifs qui ont attiré nombre de margoulins…

      Mais bon, puisqu’on va sauvé la planète…

  8. JG2433

    les carnets de commandes deviennent caduque

    les carnets de commandes deviennent caducs ?

    [Clin d’œil d’un autre « violeur de Laure Tografe »… multirécidiviste, et impénitent qui plus est ! ]

  9. Chris

    Comme toujours , l’ Italie fait mieux : ici , nous avons les VOLEURS de panneaux photovoltaiques …et tout une économie parallèle ….

    1. adnstep

      Fais mieux, fais mieux, c’est vite dit. Chez moi, dans le Sud-est, on vole aussi les panneaux. Et je suppose qu’ailleurs ça se pratique aussi.

      Par ailleurs, il y a des panneaux solaires qui sont rentables : fabriqués à la main, à l’aide de tôle, de tuyau d’arrosage transparent et d’une vitre. Il suffit d’y faire circuler de l’eau, et elle chauffe. Mais ça ne marche que sous les tropiques. Ceci dit, comme bientôt, grâce au réchauffement climatique, il fera aussi chaud chez nous que sous les tropiques…

  10. Monoi

    Le solaire pour l’eau chaude, c’est certainement moins con que le PV, et ca marche meme dans nos contrees environ 60% de l’annee.

    En plus, ca va etre aussi subventionne!

    Moi meme qui vous parle, je vais faire installer sur mon toit des panneaux pour 4kwh (limite du meilleur tarif, au dessus on est paye moins) parce qu’apres tout, si on me propose de racheter ce que je produis (non pas ce que j’exporte, grosse difference) 41p garanti sur 25 ans, indexe sur l’inflation, paye par les utilisateurs de courant, je serais idiot de ne pas en profiter. A ce prix la, ca paye l’installation en 10ans, et ca fera 15 ans a etre paye aux frais des autres.

    Bizarement, je ne ressens aucune culpabilite. Normal, je sauve la planete moi!

    Mais les anglais n’ont pas encore compris.

    1. jb7756

      Attention en Espagne les prix de rachat de l’électricité voltaïque ont été baissé de 40%, Y COMPRIS LES INSTALLATIONS DEJA EXISTANTES.
      Du coup nombre de producteurs sont mal barré.
      Il ne faut jamais faire confiance à l’état surtout sur des périodes aussi longue !

      1. Tonton Jack

        Certes, mais c’était le gouvernement espagnol qui subventionnait directement. Chez nous, c’est la CSPE… pas les caisses de l’état directement donc.

        Cordialement

        1. jb7756

          Croire que pendant 25 ans les prix seront garantis, c’est absurde.
          Regardons la technologie proposée par cette société : http://www.bloomenergy.com/
          En gros ils font une pile à combustible qui utilise des hydrocarbures. Et ils envisagent de faire des unités individuelles.
          Les gens pourront donc produire eux même leur électricité à partir du gaz de ville par exemple. Les nouvelles réserves de gaz schisteux semblant énormes, le bon vieux méthane a encore des années devant lui. Si cette production locale devient vraiment avantageuse, le marché de l’électricité traditionnelle s’effondrera. Et adieu prix de ventes garantis.

        2. monoi

          Je ne nie pas qu’il y ait un risque que l’etat change les regles du jeu en cours de route.

          Mais bon, comme ce n’est pas l’etat qui paye, il y a une chance que ca marche.

  11. Url

    Je profite d’un sujet de H16 sur les énergies renouvelables et l’énergie tout court pour faire part aux lecteurs du lien vers les cours de JM Jancovici sur l’énergie et le climat :

    http://www.ensmp.fr/ingenieurcivil/SitesIC/Balado/Climat_som.html

    Le solaire et l’éolien y sont clairement écarté d’emblée. Bon, il y a 18 heures de cours, j’en suis à la moitié mais je conseille vivement à toute personne soucieuse de s’informer sur ces sujet de suivre ces cours de l’Ecole des Mines. Il y a quelque passages et notions scientifiques mais c’est très bien vulgarisé par l’auteur.

    Et pour info je me considère libéral, pas écolo dans le sens où on le rencontre dans les média et suis sceptique sur le changement climatique, le réchauffement, etc.

    Mais après quelques heures vous devriez commencer à réfléchir.

  12. Flo

    Il semble qu’un récent rapport du Trésor Public (un repère d’ultra-libéraux bien connu) ait démontré tous les dégats sur l’emploi que l’on pouvait attendre d’ici à 10 ans des lois issues du Grenelle de l’environnement.
    Le solaire photovoltaïque n’en est qu’une petite préfiguration caricaturale.
    Ceux qui sont encore dans notre beau pays n’ont sans doute pas pu rater la pub que s’offre EDF (à nos frais) sur les radios : « Nous vivons l’hiver le plus froid depuis 40 ans mais grâce à son merveilleux parc nucléaire, votre serviteur-sauveur EDF vous a permis de vous chauffer. L’énergie est notre avenir, économisons la ».
    Et à propos de notre beau pays je me permets un petit hors sujet pour signaler à notre blogueur favori la diffusion hier soir en prime time sur France 2 (chaîne publique forcémment à la solde du pouvoir ultra-libéral en place)d’une émission (des inhénarables Erik Orsenna et Daniel Cohen) présentée par le drôlissime Pierre Arditi (que j’entendit un jour clamer sa fascination et sa nostalgie pour le Cuba des ces bons Fidel et Ernesto).
    Je ne sais pas si ça va être diffusé sur Internet en replay mais si c’est le cas je vous en conseille vivement le visionnage H16. C’était…comment dire? Non vraiment les mots me manquent pour dire à quel point c’était : confus, inéxact, mensonger (avec comme il se doit un savant mélange de faits réels et de commentaires à l’emporte pièce), inconséquent, arrogant, méprisant (Ah Tatcher et Reagan, la fille d’épicier et l’ancien acteur qui ont mis l’ancien monde (que c’était mieux avant) à genoux etc etc…), contradictoire, morali(ne)sateur, pontifiant, prétentieux, caricaturalement anti-américain à en être ridicule…
    Cet aimable pamphlet audio-visuel, démontre aux Français (qui avaient bien besoin de ça pour compléter leur déjà immense et non faussée connaissance de l’économie) comment le capitalisme (et son alter égo le libéralisme) est le pire de tous les systèmes économiques car il provoque à lui tout seul : dérégulation, chômage, bulle internet, crise finacière, 11 septembre, bulle immobilière, crise financière, chômage. A tel point que seul l’Etat peut nous sauver et restaurer un semblant de morale (Etat / morale chercher l’erreur) dans tout ce bazar avec l’aide de l’économie verte et du micro-crédit.
    Pour le micro-crédit j’avais entendu il y a quelques semaines les bruissements vite noyés dans le bruit d’un micro-scandale (8 milliards) qui ressemblait, sur le principe, à s’y méprendre à celui des subprimes…
    Pour l’économie verte, l’émission est bien obligée de reconnaître qu’elle a déjà formé une bulle prête à éclater. Sauf que là c’est « pareil mais différent » parce que « c’est moral » et que « ça va sauver la planète ».
    Tiens nous voilà revenus dans le sujet de ce billet.

    1. Kelevra

      le probleme du micro credit auquel vous faites surement reference est apparu en inde, les emprunteurs se sont servis de l argent pour se construire une maison, et donc pas pour faire un business. donc ne gagnant pas plus qu avant , ils ne peuvent evidemment pas rembourser le credit, et leur logement construit en general dans un bidonville ne vaut rien ou presque a la revente. une forme de subprime a l indienne ou le banquier malheureusement pour lui n a pu refourguer le pret a un autre idiot. comme quoi la cupidite n a pas de frontiere, et la betise non plus.

  13. kwak chung seok

    Je renvoie pour ma part à l’excellent sketch du regretté George Carlin « Save the Planet » , que l’on peut aisément retrouver sur Youtube/dailymotion.

  14. Mounier Pierre

    Pour ma part, je considère que le photovoltaïque est une véritable arnaque actuellement, et une hérésie économique.
    Enfin pour un pays comme le nôtre, qui va à sa ruine, peut-être qu’il est tout à fait normal de revendre un produit cinq fois moins cher qu’on l’a acheté !
    Mais ce n’est pas tout. Le Grenelle de l’environnement prévoit un diagnostic énergétique pour toutes les habitations. Habitations qui seront classées de A à G en fonction de leur consommation d’énergie par m². (Si vous voulez vendre votre habitation le diagnostic est déjà obligatoire). Mais ce n’est pas tout, comme il faut tendre vers la classe A vers 2020, le marché potentiel vise 31 millions de logements avec un investissement potentiel, rendu obligatoire par le fameux Grenelle, de 25 000 à 50 000€ par logement? Chiffre d’affaire espèré par les pros d_ bâtiment : 600 milliards d’€ !!! En plus, dixit Cécile Duflot, ces emplois ne seront pas délocalisables (, à moins defiare appel aux plombiers polonais.
    La planête sera sauvée mais le porte-monnaie des ménages sera vide ! Même l’Adème se pique au jeu « une isolation est à refaire tous les 30 ans. Pour cela, il faut casser les murs ou la double cloison ! Au choix ! Qu’on se rassure, il y aura des subventions ! Nous avons quand même de la chance d’être dans un pays qui croule sous les déficits. Un peu plus ou un peu moins, qu’est-ce que ça change ?
    Il n’y a que le réchauffement climatique qui peut nous sauver. Plus besoin de pétrole, plus besoin de photovoltaîque. Restons optimistes.

  15. Solaire photovoltaique

    Le moratoire de l’Etat est un véritable frein au secteur !! Comment tout ça va évoluer ? Je me pose bien la question =S
    Qui vivra verra, quoique d’ici la le marché du photovoltaique ressemblera a un sacré gruyère.

    1. C’est surtout un arrêt du robinet aux subventions payées par tous les contribuables qui ont autre chose à faire de leur argent, surtout actuellement.

Les commentaires sont fermés.