L’Europe vacille. Paris se chamaille.

L’Europe est sur le point de sombrer. La monnaie unique connaît peut-être ses dernières heures. La petite Giulia voit de moins en moins son papa appelé à parader à Bruxelles avec Angela. La situation est donc grave, et, en conséquence, toutes les énergies sont focalisées, toutes les bonnes volontés se rassemblent, tous les hommes et toutes les femmes s’unissent pour trouver une solution au problème impérieux du moment : faut-il parachuter Fillon dans le 5ème arrondissement de Paris ?

En tout cas, c’est clairement LA question qui agite l’UMP actuellement, pendant que le PS, devenu inaudible, tente de regonfler le soufflé hollandais qui l’anima pendant le mois de septembre.















Notez au passage que parler de vertèbres pour l’UMP alors que toutes les analyses montrent qu’il s’agit d’un mollusque, c’est tout de même osé de la part de Copé.

Et lorsqu’on voit les fines joutes verbales et les arguments affûtés que s’échangent des ténors de la politique française sur un sujet aussi épineux et aussi important, on ne peut en déduire qu’une chose.

Ce pays est foutu.

J'accepte les Bitcoins !

1FeC4oDxuG7rMDavqWBmN2EXzF8LrKFovN

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires19

  1. channy

    la france dirigeante dasn toute sa mediocrite..vous devriez faire un concours en plus de cet article H16 on voterait pour le plus tocard d entre eux sans aucune discrimination de sexe
    toutefois il manque la ravissante xaviere a cote de Tiberi elle qui dirait comment osez vous parler ainsi de mon saint jean

  2. Aurélien

    Excellent :)

    A noter qu’à gauche, pendant ce temps, ce n’est guère mieux. Royal exige la présidence de l’AN après parachutage sur La Rochelle (qui n’avait rien demandé).

    Et les proches de Hollande (Sapin en tête) valident l’idée.

    C’est leur vision d’une présidence normale, morale, fondée sur la séparation des pouvoirs et lavée de tout conflis d’intérêts que d’avoir l’ex du prez au perchoir.

    C’est juste n’importe quoi en ce moment.

  3. infraniouzes

    La politique en bande dessinée ? J’en redemande H16, allez-y franco. c’est un genre à développer si ce n’est déjà fait.
    Un petit feuilleton à base de bulles assassines, voilà un espoir de renouveau pour la presse qui mouline à vide et pleurniche sur ses ventes en berne.

    PS: mon conseil: plus de sang et un peu de cul et ce sera parfait.

  4. kelevra

    spielberg peut aller se rhabiller avec son tintin tout pourris, ici H16 fait de la vrai bonne BD tout plein de mechancete, c est vrai avec un scenario qui sort de la poubelle et des acteurs abrutis, vous obtenez le grand prix d angouleme

    quand a hier soir sarko bien occupe dans le grand enfumage avec sa presque copine angela, parce qu a part l abandon de 50% de la creance des banques, je vois toujours pas en quoi l euro est sauve

  5. Sam lowry

    Excellent comme c’est beau l’amour carriériste à l’UMP l’on dirait presque une sagas Dolce&Vita pour nous séduire par son ambiance chaleureuse festif, sa cuisine intemporelle si raffinée et son décor digne d’un péplum manque plus que léo le lion rugissant de la MGM … nous sommes vraiment dans la caricature italienne « Nous Deux » a « tout cœur » ou « confidences » pas mal cette idée de revisiter le roman photo senti-mantique et fromental des années 60 pour l’appliquer à nos indéboulonnables apparatchiks politiquement correct ils finiront par trouver une chaleureuse entente cordiale … http://www.youtube.com/watch?v=aSyJvYqegxg&feature=related..

      1. FrédéricLN

        Mais non, elle n’est pas député(e) ! Seulement député(e) européen(ne) ! Mais elle lorgne une circonscription dans l’arrondissement ultra-droite qui lui avait été octroyé par le Prince, or le Premier Ministre lorgne sur la même et pour la même raison !

        1. Ah j’avais cru comprendre qu’elle avait déjà sa place. En gros, c’est une bataille pour la circo d’un autre. Belle mentalité :)

          I stand corrected.

  6. Jesrad

    Pendant ce temps à Bruxelles… les chefs d’état capitulent. La Grèce fait défaut: elle ne remboursera pas 50% de sa dette. Ça vous botte, un investissement qui vous rapporte maximum -50%, inflation non-comprise ? Dommage, parce que vous allez en acheter quand même malgré vous !
    Et donc, la crise est dores et déjà propagée de l’état grec aux banques qui détenait ses bons du trésor, et doivent inscrire la perte colossale à leur bilan déjà puant. Les dominos sont en marche.

    1. Moui en fait non. Les banques avaient déjà provisionné, et en plus, elles ont maintenant le droit de se recapitaliser auprès … du Fonds. Ce qui veut dire que l’opération a été rapidement épongée (pour elles). En revanche, les CDS sur ces bons, eux, ne sont toujours pas sortis d’affaire : doit-on considérer cet haircut comme un défaut ou pas ? Si oui, les assurances (cds) doivent prendre le relais. Et là, patatras.

      1. Paf

        il n’y a pas de defaut! le defaut n’existe pas. L’Europe a decide de regler sa crise en declarant qu’elle n’existe pas, et en demandant au monde entier de considerer que c’est le cas.Et pour l’instant ca a l’air de marcher…

  7. BA

    A propos du sommet européen :

    L’accord du jeudi 27 octobre n’a pas du tout rassuré les investisseurs internationaux. L’Italie est toujours obligée de payer des taux d’intérêt qui continuent à augmenter.

    Les taux d’intérêt de l’Italie sont repartis à la hausse.

    Italie : taux des obligations à 10 ans : 6,023 %.

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GBTPGR10:IND

    Vendredi 28 octobre 2011 : l’Italie a lancé un emprunt sur les marchés internationaux. Et ça a été un carnage.

    Malgré l’accord européen pour tenter de juguler la crise, le coût de financement de la dette colossale de l’Italie a encore grimpé vendredi lors d’une émission obligataire test, les marchés continuant de douter de la crédibilité du gouvernement Berlusconi.

    Signe le plus inquiétant, les taux d’intérêt des titres à échéance 2022 ont dépassé la barre symbolique des 6 %, seuil considéré comme dangereux par les analystes, en s’inscrivant à un niveau record de 6,06 %, contre 5,86 % le 29 septembre, date de la dernière opération similaire.

    Les taux des titres à échéance 2014 ont eux progressé à 4,93 %, contre 4,68 % lors de la précédente émission, ceux des titres à échéance 2019 à 5,81 %, contre 4,03 %, et ceux des titres à échéance 2017 ont progressé à 5,59 %, contre 2,33 %.

    http://www.romandie.com/news/n/CRISELe_cout_de_la_dette_italienne_grimpe_encore_malgre_l_accord_europeen281020111510.asp

  8. BA

    Samedi 29 octobre 2011 :

    Rien ne va plus pour l’Italie. Les investisseurs ne semblent pas croire à un miracle, redoutant semble-t-il que Rome sombre à son tour dans le chaos financier.

    Alors que le pays doit faire face à un endettement colossal, le coût de son financement s’est à nouveau envolé vendredi lors d’une émission obligataire test.

    De plus en plus inquiétant : les taux d’intérêt des titres à échéance 2022 ont dépassé la barre des 6 %, seuil considéré comme dangereux par les analystes.

    Pire encore, un niveau record a été enregistré avec un taux de 6,06 %, contre 5,86 % le 29 septembre, date de la dernière opération de même type.

    Les analystes considèrent la situation d’autant plus préoccupante, estimant qu’un tel niveau ne peut être longtemps soutenable pour l’économie italienne, cette dernière affichant une très faible croissance et le stock de dette demeurant très élevé, s’établissant désormais à 1900 milliards d’euros , soit environ 120 % du PIB. Des chiffres vertigineux qui pourraient effectivement en effrayer plus d’un …

    Les taux des titres à échéance 2014 ont quant à eux progressé à 4,93 %, contre 4,68 % lors de la précédente émission, ceux des titres à échéance 2019 s’élevant désormais à 5,81 % contre 4,03 %, tandis que ceux des titres à échéance 2017 s’établissaient à 5,59 %, contre 2,33 %.

    http://www.leblogfinance.com/2011/10/italie-les-taux-dinteret-depassent-le-seuil-de-risques.html

    Lundi 31 octobre 2011 :

    Italie : taux des obligations à 10 ans : 6,148 %.

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GBTPGR10:IND

    Plus les jours passent, plus l’Italie emprunte à des taux de plus en plus exorbitants.

    Plus les jours passent, plus l’Italie se rapproche du défaut de paiement.

    L’Italie sera le quatrième domino à tomber.

  9. BA

    Dimanche 2 mai 2010 : chute du domino grec.

    Après une semaine de discussions, la zone euro a validé, dimanche 2 mai, l’accord négocié entre Athènes, le FMI, et la Commission européenne pour aider la Grèce à éviter la faillite. Au total, les Grecs se verront prêter 110 milliards d’euros sur trois ans sous forme de prêts bilatéraux.

    http://www.euractiv.fr/economie-finance/article/2010/05/02/fmi-zone-euros-pretent-110-milliards-deuros-grece_67164

    Dimanche 28 novembre 2010 : chute du domino irlandais.

    Après l’Irlande, l’Europe craint l’effet domino.

    Comme prévu, les pays de la monnaie unique s’apprêtent ce dimanche soir à donner un feu vert définitif à un plan de renflouement de 85 milliards d’euros pour Dublin. Mais ils cherchent à aller au-delà. Avec l’espoir de contrer durablement la défiance des investisseurs et d’empêcher la chute d’autres dominos dans la zone euro.

    http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2010/11/28/04016-20101128ARTFIG00207-apres-l-irlande-l-europe-craint-l-effet-domino.php

    Mardi 3 mai 2011 : chute du domino portugais.

    Un plan de sauvetage de 78 milliards d’euros pour le Portugal.

    Le premier ministre démissionnaire, José Socrates, a annoncé aux Portugais, mardi 3 mai dans la soirée, que son gouvernement était parvenu à un « bon accord » avec les délégations de l’UE et du FMI chargées de négocier le programme d’aide financière demandée par le pays pour un montant de 78 milliards d’euros sur trois ans.

    http://www.lemonde.fr/economie/article/2011/05/03/le-portugal-conclut-un-accord-avec-l-ue-et-le-fmi-sur-un-plan-d-aide-financiere_1516514_3234.html

    2011 ? Ou alors 2012 ? Chute du domino italien.

    Les investisseurs internationaux n’ont plus du tout confiance dans la capacité de l’Italie à rembourser ses dettes.

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GBTPGR10:IND

Laisser une réponse

(obligatoire)
(facultatif)