Une économie française en ordre de bataille

Comme je le mentionnais il y a quelques jours, l’année 2012 sera donc plus que probablement rock’n’roll. Et je ne parle pas ici que des pathétiques élections françaises de mai, qui occuperont surtout ceux qui ont la naïveté ou le cynisme de croire aux politiciens du pays. Heureusement, face à l’adversité, nos élites ont déjà agi !

Et pour l’adversité, on va être servi : la France, à n’en pas douter, va traverser des zones de tempête au moins financière et économique. Comme le pays est sous un insupportable joug ultra-turbo libéral, il va falloir sérieusement contrebalancer les impulsions nerveuses d’un président surexcité à l’idée de faire du mal aux pauvres par de fermes mesures pour faire du mal aux riches.

Pour cela, on pourra par exemple mettre à des postes clefs des gens parfaitement incompétents et qui ont déjà fait la preuve de leur nocivité lorsqu’ils se trouvaient aux commandes ou pire, devant un gros micro mou. Et qui, mieux qu’un socialiste même pas refoulé, délicieusement keynésien, pour remplir cette fonction ?

Eh bien nommons Bernard Maris au Conseil Général de la Banque de France, pardi ! Voilà qui va amener un sérieux changement avec ses fines analyses keynésiennes et parfois même marxistes ! C’est vrai, après tout, il y en a assez de tous ces libéraux débridés qui réclament, à cors et à cris, un budget équilibré, un retour à une monnaie stable, saine et solide ! Il y en a marre de ces gens qui ne veulent pas comprendre que la seule façon de réduire la dette est de pondre encore plus de bons d’états, de combattre la dette par la dette ! Il y en a plus qu’assez de ces pisse-froids qui refusent de faire tourner la planche à billets et de refaire partir une inflation à la fois tonique et rafraîchissante !

Bernard Maris à la Banque de France, c’est, finalement, l’assurance qu’enfin, la voix d’un avocat serein d’une relance par la consommation sera entendue. Comme cette relance par la consommation, on n’a pas encore essayée, c’est le moment où jamais. Et vous pouvez compter sur Bernard pour s’assurer que le capital ne s’accumulera pas trop : avec sa compréhension de la création monétaire (dont on pourra s’abreuver dans son petit manuel d’anti-économie, … pardon son « anti-manuel d’économie »), il n’y a aucun doute que la Banque de France va régler un certain nombre de problème de façon fort élégante.

Avec cette nouvelle, l’année commence vraiment sous les meilleurs auspices, et on voit que les nouveaux arrivés socialistes du Sénat ont réellement à coeur de ne pas sombrer dans les petites manoeuvres politiciennes et de placer haut l’intérêt commun.

D’un autre côté, à la décharge de nos ventripotents sénateurs, il est assez difficile de se faire une idée précise de cet intérêt commun, ô combien fuyant : si l’on s’en tient au seul goût d’une majorité de Français, un peu molle, changeante et parfois pusillanime, on n’arrivera qu’assez mal à faire marcher le pays (et dans ce cas, un économiste comme Maris, tout nourri à la mamelle marxiste qu’il soit, en vaut bien un autre, tout aussi nourri de belles idéologies mortifères).

Après tout, l’intérêt commun évident est que tout continue à fonctionner comme cela « fonctionne » actuellement, non ? Certes, il y a bien des soucis, bien des tracas et quelques pauvres un peu ici et là ; certes, le chômage monte ; certes, les dettes se sont accumulées à tel point qu’on est obligé d’inventer de nouvelles échelles pour mesurer les rapports de taille ; certes, le triple A de la France est plus que menacé ; certes, les services publics ne sont plus que l’ombre de ce qu’ils furent jadis, et si le travail, c’est la santé, le pays n’est plus en mesure ni de fournir le premier, ni de garantir le second dans des conditions décentes.

Bernard Maris a les épaules assez larges

MAIS !

Mais allez donc voir en Corée du Nord ou à Cuba ! Ou même, sans aller dans ce genre d’extrêmes, rendez-vous en Espagne, pays ultra-néolibéral qui croule sous un chômage des jeunes jamais atteint ! Allez voir en Grèce, contrée où le capitalisme le plus sauvage et l’absence totale et nanométriquement contrôlée de toute sphère étatique ont fait des ravages incommensurables !

Oui, ça pourrait être bien pire !

Alors, il faut s’y résoudre : puisqu’il est absolument impossible de diminuer les dépenses microscopiques de notre état lilliputien, au risque de le faire disparaître devant les assauts du capitalisme triomphant, … nos sénateurs (socialistes de gauche), nos députés (socialistes de droite) ont décidé de combattre courageusement pied à pied un budget serré comme un francilien un jour de grève RATP.

Ce sera donc une hausse générale des impôts. En plus, ça tombe bien, la haute administration française a une préférence marquée pour les hausses de prélèvements, c’est Le Monde qui le dit (et qui doit donc avoir raison).

Et puis, une hausse d’impôt, c’est, au bout du compte, une administration plus performante, de meilleurs services publics, une meilleure couverture santé, chômage ou retraite ! Regardez : depuis quarante ans, les impôts, taxes, prélèvements et ponctions ont régulièrement augmenté et cela s’est mécaniquement traduit par un système que, maintenant, le monde entier nous envie tellement il fonctionne bien !

Vous voyez, rien qu’avec ces deux éléments, on sait que l’avenir est déjà planifié. Mieux : il est prévu, calibré, empaqueté, prêt à être déballé à la date indiquée, et posé directement sur la table du salon devant le nez de tout un peuple couvé des yeux attendris par Etapapa et Gouvernemaman.

Moyennant quoi, l’année 2012, aussi rebondissante soit-elle, ne sera qu’un obstacle de plus passé avec brio par ceux qui nous gouvernent. Certes, il y a bien, comme certains méchants capitalistes le disent, un véritable mur de dettes qui attend la zone euro dans les prochains mois. Mais nos élites ont déjà vu les problèmes, ils ont déjà placé les bonnes têtes dans les bonnes institutions, ils ont déjà les bonnes solutions et surtout, ils ont tous la détermination pour surmonter ces petites billevesées.

Gageons qu’avec une Banque de France aux mains d’un brillant marxiste et Bercy sous le contrôle avisé de nos énarques enamourés de la taxe, la France va voguer vers des eaux calmes et reposantes.

Ce pays est foutu.

J'accepte les BTC et BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BTC : 1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
ETH : 0x8e2827A89419Dbdcc88286f64FED21C3B3dEEcd8
 

Commentaires64

  1. gnarf

    Excellent 🙂
    C’est un piege…y’a pas de commentaire, je suis irresistiblement attire, et je parie qu’il y a deja 4 commentaires en attente de moderation.

    Tiens avant-hier plusieurs articles sont sortis sur les ventes de voiture. Tous les producteurs etrangers (sauf Fiat) ont une progression des ventes…tandis que Renault et Peugeot ont une baisse sensible des leurs.
    On voit ici la realisation finale des effets nocifs du bonus/malus et de la prime a la casse. Ces aides deguisees aux constructeurs Francais leur ont permis de passer la crise en pantoufles, tandis que les autres retroussaient leurs manches pour ameliorer leur productivite.

    2 ans apres, Peugeot et Renault licencient bien plus que leurs concurrents ne l’ont fait…et sont devenus un peu plus accros a la subvention. (d’ou ces plans d’achats de voitures electriques par l’administration d’ailleurs).

    On a la devant nos yeux un cas d’ecole d’empoisonnement par ingerence d’Etat. (voulue par les cadres de ces entreprises)

    1. Nicolas B.

      Je ne travaille pas dans ces entreprises mais en tant qu’ancien de la filière automobile, je peux vous dire que j’étais contre les bonus malus et autres plans de relances… Bien sûr, je ne suis pas cadre dirigeant de l’entreprise!

    2. Before

      La cause est peut-être ailleurs : les constructeurs étrangers ont aussi profité des primes, et d’autres pays, dont l’Allemagne, ont aussi institué ce genres de mesure il me semble.

      1. gnarf

        Je peux meme vous dire comment ca s’est passe pour un garagiste qui s’est installe en 2008.
        Il comptait demarrer modestement, n’ayant pas l’argent pour s’acheter des le debut les valises electroniques des marques.
        Donc vidanges, amortisseurs, tole froissee, parties a repeindre pour pas trop cher, et toutes reparations sur les modeles anciens ne necessitant pas de valise. Et ca tombe bien ce sont les plus souvent en panne, et ceux dont les proprietaires cherchent de petits garages moins chers.

        Arrive la prime a la casse. En quelques mois, toutes les voitures anciennes ont disparu d’un coup, et les voitures remplacantes etaient toutes sous garantie. Effondrement du chiffre d’affaire des petits garagistes. En precipitant les achats d’un coup, la prime a la casse a fait une vague qui a fait couler de nombreux professionnels de l’automobile. Garages, pieces detachees…etc.

        Au final faillite malgre des tarifs tres competitifs. Comme disait l’autre, il y a ce qu’on voit et ce qu’on ne voit pas.

        Si en plus on regarde les etudes qui ont ete faites dans d’autres pays concernant les primes a la casse…on s’apercoit que seule une faible fraction des gens decide d’acheter une voiture a cause de cette prime. Le reste des gens avaient prevu l’achat de longue date, et sautent sur l’occasion, mais sans prime ils auraient fini par acheter aussi.
        Si on divise le cout total de la prime a la casse par le nombre d’achats SUPPLEMENTAIRES reellement generes par cette prime, on s’apercoit….que le cout pour l’Etat de chaque achat supplementaire est le prix entier d’une voiture. En clair l’Etat paie integralement les voitures en question, pour faire plaisir aux constructeurs.

        C’est magnifique. La prime a la casse, c’est donc payer integralement des voitures avec l’argent public, et faire venir d’un coup tous les achats prevus sur 5 ans, ce qui laisse ensuite un desert.

        1. deres

          Oui, la prime à la casse a surtout un effet temporelle. Les gens repousse leurs achats pour attendre l’obtention de la prime et l’avancent quand on annonce la fin du dispositif. Au final, cela désorganise surtout le marché automobile. Pendant la prime, les constructeurs vendent et produisent beaucoup puis les ventes s’écroulent les années suivantes, ce qui les poussent à fermer des usines … Au prix fort pour les contribuables, on obtient donc une distortion du marché et une désorganisation du secteur sans aucun profit réel. Si on ajoute par dessus cela le gaspillage créé par la mise à la casse de véhicules encore fonctionnelle et la fuite vers des marques térangères ou des voiures construites ailleurs, le dispositif est je pense largement destructeur de richesses en France …

        2. gnarf

          Vivi c’est tout a fait ca 🙂
          Et la prime genere un gachis enorme. J’ai parle au proprietaire d’une casse il etait degoute d’avoir a detruire des voitures qui souvent avaient 10 ans et aucun probleme mecanique. C’est plus comme il y a 20 ans…aujourd’hui une voiture de 10 ans n’a bien souvent meme pas un point de rouille.

          Quand on pense que ce sont les memes qui envoient a la casse des dizaines de milliers de vehicules en etat de marche (meme pas le droit d’utiliser les pieces detachees!!!), et qui de l’autre cote font des bonus/malus ecologiques…

          Autre consequence…les pays de l’est qui s’equipent de voitures d’occasion venant de France et d’Allemagne ont donc vu une augmentation du prix des vehicules…et les transporteurs specialises dans ce domaine se sont retrouves en difficulte.

          « J’adore » la prime a la casse…c’est un exemple parfait de mesure partie d’une bonne intention, mais presentant une cascade de consequences negatives cachees. Au final un bilan extremement negatif.
          Si Bastiat etait la, il en ferait un chapitre.

    3. fifou

      Un autre effet du bonus malus a ete une augmentation sensible du nombre de tues sur la route

      a force de donner des bonus aux gens pour rouler dans des boites a chaussure et des malus a ceux qui veulent une plus grosse voiture avec un minimum d’equipements de securite…

    4. channy

      je vais vous donnez un autre exemple de comment pense nos abrutis de patrons francais..l an passe l euro a serieusement devisse par rapport aux monnaies du sud est asiatique…les gens la bas se sont dit: chouette on va pouvoir acheter plus de produits de luxe francais qui servent pas a grand chose, genre des sacs a main Vuitton, des foulards hermes…..Mais non c etait sans compter Monsieur que le made in france cela se paye et ne doit pas etre accessible a des gueux du tiers monde enrichis..resultat l euro ayant passe de 20 pour cent par rapport a ces monnaies, les prix ont ete augmentes de 20 pour cent
      j adore la facon dont nos grand patrons francais font du commerce en Asie du Sud est..
      Pour rester dans l automobile, un petit article lu dans le star malaysia..la malaisie plus grand marche d asie du Sud Est pour Peugeot..800 vehicules vendus par an avec 27.5 millions d habitants…ca fait rever le capitalisme a la francaise

    1. Before

      J’ai fait 2 loopings ce matin en entendant la maire de Saint-Ouen.
      C’est hallucinant : Madame le maire a décidé de faire baisser les prix de l’immobilier dans sa commune en exerçant un chantage sur les vendeurs (préemption si le prix ne baisse pas).
      Au passage elle abuse de ce droit de préemption : si les vendeurs attaquaient la commune, ils auraient toutes les chances de gagner, étant donné que la préemption n’est en général pas justifiée par l’utilité publique.
      Mais attaquer l’administration ….

      1. Flo

        A en juger par les frais de justice qu’elle fait payer dans l’intérêt général à ses administrés tous ceux qui se défendent obtiennent gain de cause.
        Ce qui est également stupéfiant c’est qu’un élu officier public puisse revendiquer se mettre volontairement dans l’illégalité. Forfaiture?

        1. Before

          C’est aussi ce que j’ai pensé : il y a des illégalités légales dans ce pays, pourvu qu’on soit du bon côté.

    2. deres

      C’est la porte ouverte à la corruption la plus basique. Il suffit d’acheter dans la commune avec celle-ci tentant des pré-emptions pour faire baisser le prix de votre achat. Ensuite, quand vous revendez, si la commune n’intervient pas, vous être libre de votre prix de vente. La décision de la commune est purement arbitraire. La commune peut même le faire pour son propre compte si elle le désire. Idem pour une mise en location car les prix de loyers suivent les prix de vente théorique …

  2. estienne

    Ce pays est foutu parce qu’il est aujourd’hui d’une très très grande indigence intellectuelle.
    Les discussions politiques et économiques y sont inaudibles, d’une pauvreté et d’une bêtise stupéfiantes (merci donc H16 de nous en faire régulièrement une claire synthèse !). Les débats qui « animent » la majorité et l’opposition sont dignes d’une cour d’école primaire. Age mental 10 ans : aucune variété !, aucune liberté !
    Allez suivre les débats de la campagne républicaine aux US, c’est autrement intelligent et rafraîchissant ! Cela a une autre tenue !

    1. Oui, mais la campagne américaine est pipée : il n’y a qu’à voir comment ont été dépouillés les votes de l’Iowa et qui sort, comme par hasard, de ce scrutin (Romney, bien sûr, et Santorum, qui se prenait avant taule sur taule dans les sondages) pour comprendre que R Paul ne verra jamais l’investiture.

      1. estienne

        Oui, il semble que Santorum ait bénéficié de l’esprit saint que font planer les neocons dans l’Iowa. Mais quelle colonne vertébrale ce Ron Paul ! Malgré l’opposition de tout l’establishment, il avance son credo sans être ébranlé. Il faut dire qu’il les connaît les cocos de Washington.
        A propos, quel institut libéral français voudrait inviter Ron Paul à Paris ? Aucun ? Les nouilles.

      2. Stéphane

        Santorum a surtout TOUT misé sur l’Iowa. Il n’a fait campagne QUE là-bas depuis des mois, dans l’espoir d’une exposition médiatique après une victoire. Et avec ça il termine derrière Romney…

        Romney est le plus gauchiste des candidats républicains, il est donc courtisé par les médias.

        Ron Paul est intéressant sur les questions économiques et le rôle de l’Etat, mais ne convaincra jamais la base conservatrice – qui n’acceptera jamais de voter pour un type qui dit que les boys envoyés en Irak ou en Afghanistan sont morts pour rien.

        Rick Perry est très choqué de ne pas faire la course en tête, s’il continue la campagne sa réaction en Iowa montre qu’il a des pieds d’argile.

        Newt Gingrich pas grand-chose à dire sur lui, il m’est plutôt sympathique, mais il en est à son 3e mariage, les Américains n’aiment pas trop ça.

        Michele Bachmann n’au aucun soutien et finit dernière, il faut dire qu’elle est du Tea Party, ce qui garantit un enterrement médiatique tout en silence.

  3. infraniouzes

    Vous voulez des preuves que ce pays marche sur la tête ?
    1 – Seafrance que notre président veut à tout prix sauver. Boîte pourrie qui fonctionne comme les dockers de Marseille: népotisme, cooptation, corruption, laxisme à tous les étages (dixit la Cour des comptes), tonneau des Danaïdes, effectifs pléthoriques faisant tout… sauf travailler. Bernard Maris doit adorer…. Qu’on le bombarde directeur de ce machin…
    2 – PIP dirigé par un escroc de haut vol qui a empoisonné la vie de milliers de femmes sans qu’aucun de nos experts en réglementation et surveillance tout azimut n’ait jamais levé le petit doigt pour stopper le parcours infernal de ce voyou de haut vol alors que – via la Commission européenne – on a fait ch… il y a quelques années de petits producteurs de fromages de chèvre pour qu’ils s’équipent, à grands frais, d’un laboratoire digne de papa Servier.
    Alors, le roi de la PIP: il est où ton laboratoire 4 étoiles ?

    1. lin

      J’ai travaillé dans le secteur médical industriel en France et j’avais détecté des dysfonctionnements de produits vendus.
      Que pensez vous qu’ont fait le patron et ses cadres sup, ils se sont assis dessus…

      J’avais contacté un membre de l’afssaps, un ancien collègue, pareil.

      Quand aux juges français auxquels j’ai eu affaire, ils sont dignes d’une république bananière, soumis et en collusion avec les notables en place.

    2. Higgins

      En dehors des blogs libéraux, c’est sur celui d’un avocat se disant de gauche que j’ai trouvé les meilleures informations sur ces deux affaires et la démonstration imparable qu’on nous joue un superbe morceau de pipotron actuellement:
      http://lesactualitesdudroit.20minutes-blogs.fr/archive/2012/01/03/protheses-pip-le-point-sur-les-procedures.html et http://lesactualitesdudroit.20minutes-blogs.fr/archive/2012/01/02/seafrance-un-plan-qui-oublie-la-loi.html

      Quant à Ron Paul qui, d’après l’AFP (http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5iyDs38D6Z2iVe_y8KTs9_JK003zA?docId=CNG.1ed6b833c90e59d9f7a8a8bb0ed3aab2.01), est arrivé troisième du caucus de l’Iowa avec 21% des suffrages, il est comme d’habitude superbement ignoré. J’ai tenté de poster en lien sur le site du « libéral » Le Point un des articles qui lui est consacré sur Contrepoints (http://www.contrepoints.org/2012/01/03/63158-ron-paul-son-succes-analyse-par-un-americain). Que croyez-vous qu’il arriva? Pourtant, le billet de Donald Meinshausen est tout, sauf extrême.

      En attendant, la plupart des mesures gouvernementales, comme celle qui touche à la sécurité dite routière, sont à la hauteur de l’activité éolienne de la chambre des députés (http://www.skyfall.fr/?p=957). Tu as raison: CPEF.

  4. Before

    D’un autre côté, est-ce que la Banque de France sert encore à quelque chose (à part de placer quelques amis dans des places de rentier bien au chaud) ?

    1. La BCE, c’est en réalité un groupement de banques centrales nationales, dont la BdF… Donc oui, elle sert encore à quelque chose 🙂

  5. vincent

    Finalement, avec Bernard Maris à la banque de France, je redeviendrais presque partisan de l’Euro… On est mal barrés, tiens.

    Sinon, Avec quel argent la mairie De St Ouen peut elle exercer son chantage ? Son ratio de désendettement (dette divisée par marge brute d’autofinancement) est un des plus désastreux de France avec 14.23. On considère généralement qu’une commune en dessous de 4 est saine, au dessus de 6, attention, au dessus de 8, danger grave. Et je ne sais pas si St Ouen a du « prêt structuré DEXIA » indexé sur le prix de la connerie dans ses placards…

      1. gem

        la connerie c’est gratuit, mais ça coute un max (comme presque tout ce qui est gratuit, d’ailleurs …)

    1. Before

      Si j’ai bien compris, le chantage s’arrête lorsque le vendeur baisse son prix, et la commune abandonne la préemption.
      Il ne reste qu’à payer les frais de justices et les indemnités des procès perdus.

    2. gnarf

      Sinon, Avec quel argent la mairie De St Ouen peut elle exercer son chantage ?

      Preemption, puis revente au prix du marche 😉

  6. Joblagadluch

    « D’un autre côté, à la décharge de nos ventripotents sénateurs, il est assez difficile de se faire une idée précise de cet intérêt commun, ô combien fuyant : si l’on s’en tient au seul goût d’une majorité de Français, un peu molle, changeante et parfois pusillanime, on n’arrivera qu’assez mal à faire marcher le pays » Mais quand on décide seul(s) du bien commun, cela devient une dictature. Dur dur de vivre à 60 millions! 🙂

    1. L’idée est de ne pas décider à la place des autres et se rendre compte que l’intérêt commun, ça n’existe pas.

      1. estienne

        L’intérêt commun est une fiction politique, mais dans notre régime bananier l’intérêt privé est bien réel. Il suffit d’observer le fonctionnement de nos partis politiques.

        1. Flo

          L’intérêt commun, si on voulait absolument qu’il en existe un, serait la somme (vectorielle) des intérêts particuliers légitimes sous un régime de liberté. On pourrait tout au plus le constater, certainement pas le décréter.

      2. Joblagadluch

        Pourtant, lorsque l’on vit en société, il faut des règles, et (probablement) des dirigeants. Si l’intérêt commun n’existe pas, alors les dirigeants gouvernent forcément dans leur propre intérêt? Quelque soit le système politique en place? C’est pessimiste comme vision des choses.

        1. Before

          En théorie, vivre en société est logiquement équivalent à l’existence de règles : c’est l’ensemble des règles qui définit la société, sinon il ne s’agit que d’individus vivant dans le voisinage des uns et des autres.
          Des dirigeants ? Non, il suffit d’arbitres dûment reconnus par les intervenants.
          Bon, c’est théorique, bien sûr.

          Enfin, j’ose croire que tous les dirigeants ne gouvernent pas dans leur propres intérêts. Il y en a plus d’un réellement au service de la communauté; je pense notamment aux maires des petites communes. Ceci dit, tous peuvent commettre des erreurs…

        2. Flo

          Quel rapport certain y a-t-il entre des règles edictées par des dirigeants et un hypothétique « intérêt commun »?
          Qui décide de ce qui est l’intérêt commun?
          Les règles qu’on a fixées? Mais on tourne en rond là.
          On pourrait toujours discuter de leur utilité mais il est évident que les politiques exercent leurs mandats comme une activité professionnelle et sont rémunérés pour ça.
          Au moins sous ce rapport, il est certain qu’ils le font dans leur propre intérêt.

        3. arnavatar

          « Le Socialisme, comme la vieille politique d’où il émane, confond le Gouvernement et la Société. C’est pourquoi, chaque fois que nous ne voulons pas qu’une chose soit faite par le Gouvernement, il en conclut que nous ne voulons pas que cette chose soit faite du tout. » (Frédéric Bastiat)

    1. Nicolas B.

      Ben de toute façon pour comprendre un décret, une loi en France, il faut avoir fait l’ENA! Les rédacteurs vivent dans une bulle… Ils ne comprennent pas qu’au final les gens n’appliquent pas les bon taux car c’est tout bêtement incompréhensible… Et dire que nul n’est censé ignorer la Loi!

      1. gem

        nul n’est censé ignorer la Loi PENALE, seulement la loi pénale (c’est à dire que tu es censé savoir que tuer, voler etc. c’est pas bien même sans avoir lu la loi). les autres, c’est simplement impossible de les connaitre, rien que pour les lire il faudrait plus qu’une vie entière

    2. Pandora

      Les hommes de l’Etat justifient leur existence par la complexité des lois qu’ils instaurent.

  7. BA

    Mercredi 4 janvier 2012 :

    Nouveau record absolu des dépôts des banques à la BCE.

    Les banques de la zone euro ont déposé 453,18 milliards d’euros auprès de la Banque centrale européenne (BCE) entre mardi et mercredi, soit un nouveau record absolu, a annoncé mercredi l’institution monétaire européenne.

    Ces dépôts au jour le jour ont battu des records ces dernières semaines, ce qui témoigne de profonds dysfonctionnements du marché du prêt interbancaire, malgré les efforts de la BCE pour abreuver les banques en liquidités.

    http://www.romandie.com/news/n/_ALERTE___Nouveau_record_absolu_des_depots_des_banques_a_la_BCE040120120901.asp

      1. gem

        c’est pas les mêmes banques, les banquiers ne sont quand même pas assez con pour re-préter à celui à qui ils viennent d’emprunter. il y a d’un coté des banques créditrices, et de l’autre des banques débitrices.

  8. rocardo

    Je me doutais bien que la nomination de Maris à la BdF vous ferait réagir.
    Il y a vraiment des balles qui se perdent.

  9. Greg

    Petit détail grammatical :

     »
    et si le travail, c’est la santé, le pays n’est plus en mesure ni de fournir le premier, ni de garantir le second dans des conditions décentes.

     »
    … ni de garantir la seconde ?

    Mais j’avoue avoir des doutes moi-même… Un expert pourrait-il trancher ?

  10. Pascale

    En tous les cas personne ne parle de ce que sont devenus les milliards injectés dans l’économie à travers « le plan de relance » de 2009 et censés la protéger de la crise, milliards allègrement injectés par Sarkozy.
    Personne pour nous chanter les louanges des effets positifs de cette mascarade socialo-keynésienne qui devait, soi-disnnt, opérer des miracles.
    Comme vous le dites si bien H16, si les plans de relance keynésiens marchaient ça se saurait.

    J’ai lu un jour sur un site libéral que les USA s’étaient sortis de la crise de 29 MALGRÉ le plan de relance keynésien.

    1. Maleypart

      Très simple: les secteurs aidés son très contents, au détriment de tous les autres.
      Effet économique: une aggravation de la dette.

      Mais ne vous inquiétez pas, que ce soit l’UMP ou le PS qui gagne les présidentielles, je prédis un bel avenir aux plans de relance 🙂

    2. deres

      Le plan de relance a fonctionné. C’était cela la micro-reprise de la croissance qui excitait tant nos politiques. Mais dès que cela s’arrête, la situation revient à son état précédent naturel et l’économie s’écroule à nouveau. Et comme la crise provient de l’endettement des états, la micro-croissance obtenue va être payé au centuple dans la récession … Bref, ils ont appliqué les idées qui nous amenés là pour nous en sortir …

  11. Théo31

    Maris est marxiste quand ça l’arrange, comme tout socialiste qui se respecte : il ne doit pas clamer trop fort sur les toits avoir touché, en 2006, 110 000 euros de dividendes pour ses parts dans Charlie Hebdo.

  12. BA

    2012, l’année des faillites bancaires ?

    La BCE a prêté 489 milliards d’euros (sur 3 ans à 1 %) à 523 banques européennes, parce que le marché interbancaire ne fonctionne plus (les banques n’ont plus confiance entre elles). Que font les banques de cet argent ? Elles le replacent à la BCE !!! 453 milliards exactement sont placés à la banque centrale, au jour le jour, à un taux inférieur à ces 1 % l’an. Les banques perdent donc de l’argent sur cette opération. C’est Ubu-banque.

    Que pourraient-elles faire d’autre ? Des crédits aux entreprises et aux particuliers ? Mais avec la récession, le taux d’impayés augmente, c’est trop risqué.

    Acheter des emprunts d’Etat qui rapportent de 3 à 7% (France, Italie, Espagne, mettons la Grèce de côté) ? Voilà une opération qui serait très rentable (emprunter à 1% et prêter à 3% ou plus), mais un pays peut faire défaut, aucun n’est à l’abri (ou il peut voir ses taux monter, ce qui diminue la valeur de ses anciens emprunts). Résultat : les banques choisissent la sécurité, quitte à perdre de l’argent.

    Tout cet argent ne rassure même pas les partenaires étrangers, la preuve : la BCE a accordé aujourd’hui 31 milliards de prêts en dollars à des banques de la zone euro qui ont du mal à s’en procurer sur les marchés. Si une banque américaine ne prête pas de dollars à une banque européenne, qui possède pourtant des milliards d’euros de liquidité provenant de la BCE, cela signifie qu’elle doute de sa solvabilité, elle pense qu’elle peut faire faillite avant de rembourser ce prêt. Résultat : la BCE s’y colle (elle se procure ces dollars auprès de la Fed).

    Tout cela nous montre un système bancaire qui agonise lentement, qui connaît un grave problème de solvabilité, et pour lequel un déluge de liquidités (comme celui que vient de faire la BCE) ne fait que repousser les échéances.

    Les banques ne valent vraiment plus grand chose, la preuve : la plus grande banque italienne, Unicrédit, annonce une décote de 43 % pour son augmentation de capital (son action cote 5,705 euros à la bourse de Milan, elle émet des actions à 1,943 euros pour lever des fonds).

    Les actions bancaires ont déjà perdu environ 90 % de leur valeur depuis la crise de 2008, mais divisez encore leur cours par deux pour avoir une idée à peu près plus juste, et encore.

    Bonne année 2012 malgré tout et, ce sera le conseil pour cette nouvelle année, intégrez le risque bancaire dans vos décisions patrimoniales (c’est-à-dire ouvrez plusieurs comptes pour répartir les risques, achetez de l’or physique, privilégiez les actifs réels aux actifs papiers i.e. gérés par les banques), parce que nous risquons fort de connaître, en France et en Europe, des faillites bancaires.

    Philippe Herlin.

    http://ladettedelafrance.blogspot.com/2012/01/2012-lannee-des-faillites-bancaires.html

  13. Flo

    « Il faisait ainsi référence au tricentenaire en 2012 de la naissance du « grand Jean-Jacques Rousseau qui le premier expliqua qu’il ne pouvait y avoir d’autre souverain que le peuple » »

    LOL.

  14. Paf

    moi je suis a la campagne en fraonce depuis cinq semaines (je me casse apres-demain, ouf) et j’observe:
    1.que les villages meme tout pitis PUENT le diesel, et que chaque passage de vehicule schlingue bien plus, et bien plus longtemps que n’importe quel centre ville Canadien ou l’on roule principalement a l’essence.Sortir respirer le bon air de la campagne et ne sentir que de la puanteur digne des annees sans catalytiques est un grand bonheur.
    2.que les engeances des mairies sont de vraies mafias qui coupent des arbres chez qui ils veulent et construisent sur des terrains NC en faisant chanter leurs proprietaires et les proprios adjacents.
    3.Que la densite de cas sociaux a la campagne est de l’ordre de 75%.
    mais je suis biaisé of course vu que je vis au paradis.

Les commentaires sont fermés.