Commentaires23

  1. Higgins

    « Vous pouvez dépenser votre propre argent ou celui de quelqu’un d’autre et vous pouvez dépenser votre argent pour vous-même ou pour quelqu’un d’autre.
    – Quand vous dépensez votre argent pour vous-même, vous faites attention autant à ce que vous dépensez qu’à la manière dont vous le dépensez.
    – Quand vous dépensez votre argent pour quelqu’un d’autre (un cadeau, par exemple), vous faites toujours très attention à ce que vous dépensez (combien) et un peu moins à la manière dont vous le dépensez (comment).
    – Quand vous dépensez l’argent de quelqu’un d’autre pour vous acheter quelque chose (par exemple, un repas d’affaires), le « combien vous dépensez » vous importe peu ; en revanche, vous faites très attention au « comment » et vous êtes très attentif au fait que vous en avez ou non pour votre argent.

    – Mais quand vous dépensez l’argent de quelqu’un d’autre au profit d’une autre personne que vous, ni le « combien ni le « comment » n’ont vraiment d’importance.
    C’est ce qui se passe avec l’État. »

    Milton Friedman

      1. Calvin

        D’autres raisons pour voter Hollande ???

        Hu, hu, hu… OK, je sors.

        (belles images, quoiqu’il aurait fallu recadrer légèrement François… je parle de la photo, au figuré… quoique…)

  2. Before

    euuhhhh…. bastiat2012.fr (24/01/2012, 14h00) :

    ————————————
    Maintenance Mode

    Frédéric Bastiat 2012 is currently undergoing scheduled maintenance.

    Please try back in 2 days, 11 hours, and 20 minutes
    (on 27 January 2012 at 0 h 17 min).

    Sorry for the inconvenience.
    ——————————————————–

    « scheduled maintenance. » « try back in 2 days, 11 hours, and 20 minutes » (waouh ! ça c’est de la maintenance !)

    Les hackers des RG ont frappé ?

    1. EdouardH17

      Le site n’est pas encore lancé, c’est la seule raison pour laquelle cette page est affichée. On le lance justement dans « 2 days, 9 hours, and 49 minutes ».

        1. EdouardH17

          Haaa ça c’est très compliqué. Je peux t’assurer que je fais tous les essais possibles, mais pour faire correspondre au mieux les yeux, nez et bouche, il faut faire des concession au niveau de la taille du visage.

          Mais bon, en l’occurrence ça me semble pas choquant 🙂

  3. BA

    Mardi 24 janvier 2012 :

    Standard & Poor’s va probablement abaisser la note souveraine de Grèce en catégorie « défaut sélectif » lorsqu’Athènes finalisera la restructuration de sa dette, a annoncé mardi John Chambers, président du comité des notations souveraines de S&P.

    Il a toutefois précisé qu’un défaut grec ne détruirait pas nécessairement la crédibilité de l’Union européenne.

    « Il n’est pas dit qu’un défaut grec ait un effet domino dans la zone euro », a déclaré John Chambers lors d’une rencontre organisée par Bloomberg Link.

    http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2012/01/24/97002-20120124FILWWW00492-grece-menaces-sur-la-note-par-sp.php

    1. Paf

      il faut avouer que ce qui etait vu comme une catastrophe il y a quelques annees (comme une degradation de la fRance par ex.) n’a plus l’air d’avoir le moindre effet de nos jours.Ou alors on nous aurait menti?

      1. Kiergaard

        Il y a quelques années toutes les institutions, États, Banques centrales, politiques, économistes s’embêtaient pas à nous faire avaler la pilule 6 mois à l’avance. Et quand ça survenaient ils s’embêtaient pas à créer de la monnaie ex nihilo et à forcer leurs banques centrales à souscrire à leurs propres émissions obligataires pour maintenir artificiellement les taux.

        Je me permets une remarque néanmoins sur les inspirations minarchistes reprises de Bastiat, Friedman, (Nozick, Rothbard etc…) :
        Je peux pas m’empêcher de me dire que si ça pouvait fonctionner ça se saurait. Entre croire que l’État peut tout planifier et croire qu’une libre interaction de tous sans interventionnisme étatique peut aboutir à un équilibre sain c’est de l’utopie dans un monde aussi complexe que le notre.

        Personnellement je vois ca comme essayer de peindre uniformément un mur blanc en marron. Les socialistes utopiques ou marxistes après une bonne éducation et une bonne digestion par le système vont pondre une belle crotte bien dure qu’ils vont orienter via un tuyau vers le mur, avant de se rendre compte qu’ils arriveront jamais à peindre tout, alors ils vont masquer le mur et dire que c’est réussi.
        Les libertariens et les minarchistes eux, vont manger n’importe quoi et se taper une bonne diarhée explosive qui va laisser un bon chaos sur le mur totalement informe et dégueulasse. Que les « puissants » vont constamment justifier par les derniers restes d’interventionnisme restant.

        Après dans les constats j’ai aucun problème, c’est d’ailleurs un plaisir de suivre le blog =)

        1. wpe

          « Je peux pas m’empêcher de me dire que si ça pouvait fonctionner ça se saurait. Entre croire que l’État peut tout planifier et croire qu’une libre interaction de tous sans interventionnisme étatique peut aboutir à un équilibre sain c’est de l’utopie dans un monde aussi complexe que le notre. »

          Pour que ça fonctionne comme ça il faudrait déjà que les états autorisent leur peuple à le faire. L’argument qui consiste à dire que ça ne marcherait pas donc autant supprimer les libertés individuelles de manière préventive est complètement foireux. D’autant plus que plusieurs exemple dans le monde (Honk Kong, Australie, Singapour, Nouvelle Zélande, Canada etc…) prouvent le contraire.

        2. Flo

          Pour Friedman je ne sais pas mais pour Bastiat je suis certain qu’il n’a pas prétendu que sa doctrine puisse conduire à une quelconque perfection.
          Il rappelle même presque tout au long de ses écrits qu’il part du principe inverse: aucun absolu ne nous est accessible. Si un : l’égalité parfaite dans le néant vers lequel nous entraine le socialisme.
          Une preuve récente?

          http://www.agoravox.tv/actualites/politique/article/le-changement-c-est-maintenant-l-33485

Les commentaires sont fermés.