Fleur Pellerin et les fablabs fantômes

La constance avec laquelle les apparatchiks à maroquins foirent leurs idées et dépensent n’importe comment l’argent du contribuable a ceci de pratique qu’elle permet quasiment d’écrire des billets à l’avance : tel clown endimanché du gouvernement lance un appel à projet, tel pingouin brasseur d’air lance une énième commission, on sait, quoi qu’il arrive, que cela se terminera dans un grand prout tiède et un paquet d’argent public claqué dans une aventure désastreuse pour le contribuable mais jamais, ô grand jamais, pour ceux qui y ont pris part et qui feront à l’occasion une jolie culbute financière.

En juin 2013, alors qu’une bonne partie du pays se préparait mollement à prendre des vacances, certains de nos ministres travaillaient : les infatigables Montebourg et Pellerin lançaient un appel à projets afin d’aider le développement d’ateliers de fabrication numérique (les fameux Fablabs, lieux ouverts au public où il est mis à sa disposition toutes sortes d’outils, notamment des machines-outils pilotées par ordinateur, pour la conception et la réalisation d’objets). En mars 2014, alors qu’une partie du pays s’enfonce mollement dans la poudreuse, un bilan s’impose. Et – surprise, coïncidence et étonnement très modéré – ce n’est pas joli joli.

Les Fablabs de Pellerin n’échappent pas à la règle observée en introduction. Notez qu’ici je ne tiens pas compte de Montebourg dans le tableau final, tant sa nullité en matière de technologies et d’innovation rend improbable son implication réelle dans cette foirade magistrale (du reste, il en a suffisamment d’autres à son actif). Et si je parle de foirade, c’est parce qu’à la lecture de l’excellent article de Yovan Menkevick sur Reflets.info, on comprend qu’encore une fois, le contribuable sera le bon gros dindon de la farce.

pellerin karaoke

Au début, tout se présente bien : sur 154 dossiers envoyés, 14 ont été retenus qui pourront recevoir jusqu’à 200.000€. Étonnement : l’un des sites les plus actifs dans le domaine de la fabrication numérique, l’Electro-lab, n’est pas sélectionné. Bah, me direz-vous, c’est peut-être que leur mode de fonctionnement (associatif) ne correspond pas à ce que visent nos gouvernants ? C’est dommage, tout de même, puisqu’ils sont en train de monter le plus grand Fablab d’Europe. Tant pis.

Et puis lorsqu’on lit la liste des heureux sélectionnés, on comprend un peu mieux l’esprit général dans lequel s’inscrit cette distribution d’argent gratuit du contribuable : l’écrasante majorité des lauréats est déjà en cheville avec moult communautés de communes, mairies et autres réseaux d’enseignement public. Autrement dit, tout ce petit monde du public se connaît déjà très bien, ça sent bon la connivence détendue.

Quant à ceux qui ont aussi des partenaires industriels notoires, la situation est encore plus intéressante. Par exemple, si un Fablab encore plus mieux que l’Electro-Lab a été retenu, c’est parce qu’il affiche des partenaires comme Alcatel et Dassault, qui ne sont pas du tout suspendus à l’État comme le pendu à sa corde. Soyez donc rassurés : l’argent public ne sera pas dépensé dans de bêtes sociétés privées sans s’assurer un retour rapide dans le giron étatique !

Et ce Fablab génial est « l’Usine », qui n’est pas associatif (ça, ce n’est pas grave, ce n’est pas sale, le commerce), qui n’est pas encore situé géographiquement (mais bon, ce n’est pas gênant, hein, ça viendra, on n’en doute pas), et dont les statuts ont été déposé le 30 octobre 2013 (pour une SAS, avec tout de même 1000€ de capital, mazette !), soit plus d’un mois et demi après la fermeture (13 septembre) de l’appel à candidature, ce qui n’est certes pas éliminatoire mais laisse comme un doute sur les critères de sélection. Mais, comme on dit, le tigre qui rugit (le Fablab déjà existant) n’est jamais à la hauteur du tigre de papier (le projet qui a toujours un avenir étincelant dans sa brochure) et on comprend que l’argent ira d’autant plus facilement dans ce dernier. Et tant pis si le logo de l’Usine collisionne un autre logo exactement similaire utilisé par … une fabrique de hamburgers.

usine liberty burger

Je résume : un fablab qui n’existe pas, qui n’avait pas de statuts déposés au moment de la clôture des dossiers, un logo malheureux, un joli site tout mignon mais très très creux, et qui disposerait de partenaires commodément acoquinés avec la sphère publique, se retrouve choisi au détriment d’autres projets indépendants, associatifs, et déjà montés. Le fait que ce genre de petite péripétie est, en réalité, d’une navrante banalité en France n’est pas réellement fortuit.

C’est le schéma très traditionnel en France où des gens de réseau parviennent à capter de l’argent public en détournant à leur profit l’esprit même de ce qu’ils sont censés incarner. Par définition, le FabLab est d’abord un lieu où des passionnés, des bricoleurs et des inventeurs, se retrouvent pour échanger, s’entraider et mettre en commun leurs ressources. Ces ressources sont avant tout intellectuelles, puis matérielles (outils, local) et seulement enfin, financières. Dans le cas des magnifiques distributions de pognon gratuit de Fleur Pellerin et d’Arnaud Montebourg, son frétillant appendice inutile, on constate exactement l’inverse ; du reste, seules 3 structures lauréates existaient avant l’inscription au concours, ce qui confirme la tendance de pas mal d’acteurs à s’aboucher aux robinets publics dès qu’une opportunité se présente et dont on ne peut s’empêcher de penser que leurs principales compétences sont essentiellement dans leur proximité avec le personnel politique.

On peut aussi constater le différentiel qui existe entre les « tech shop » et concepts équivalents dans d’autres pays, et notamment aux États-Unis, où le modèle économique est exclusivement privé, et les « fablabs » en France, où, comme d’habitude, on bidouille un système mixte et boiteux où les interpénétrations d’intérêts divers sont de mise, et pas toujours au profit ni des participants, ni des contribuables impliqués sans qu’on leur ait réellement demandé leur avis.

Snif, snif, tout ceci ressemble bel et bien, encore une fois, à ce petit capitalisme de connivence sans lequel la France ne serait plus la France.

scrats renifle une arnaque

Évidemment, on ne peut aussi que constater que si tous ces projets se ruent ainsi sur les prébendes publiques, c’est essentiellement parce qu’en développer un et le transformer en entreprise rentable en France est un véritable parcours du combattant, au bout duquel se trouve plus souvent la faillite qu’autre chose. De ce point de vue, il est bien plus facile de réclamer des thunes publiques. Et cette situation empirera tant qu’on n’aura pas cassé le cercle vicieux dans lequel le pays s’est inscrit : à force d’aider les entreprises et les entrepreneurs avec de l’argent public, on est obligé de ponctionner toujours plus les activités économiques rentables qui fournissent les aides, relevant ainsi mécaniquement le seuil à partir duquel un projet peut espérer s’équilibrer.

Les Fablabs n’échappent pas à la règle : plus l’État y mettra les doigts, plus mauvais ça sentira.

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires125

  1. Aristarque

    C’est pire que cela, la tendance de certains acteurs existants à s’aboucher aux robinets de pognon ex-privé : il y a de la génération spontanée comme avec la cas cité de « l’ usine »… 😐

    1. Jeanpierre

      Ce qui tend à confirmer encore une fois la théorie de JB Say : toute offre crée sa propre demande. Le corollaire est : toute subvention étatique crée son troupeau de profiteurs.

      1. gem

        toute subvention étatique crée son troupeau de profiteurs, certes. Mais JB Say n’a jamais dit que « toute offre crée sa propre demande », formulation débile diffusée par les keynésiens pour pouvoir la réfuter, car elle est évidemment fausse.
        Say a dit « un produit ouvre un débouché à d’autres produits »

      2. yp

        Il me semble qu’au stade ou on en est, c’est plutôt le troupeau de copains-profiteurs à qui il faut donner des sousous publics qui motive la création de subventions par les copains-élus…

  2. NOURATIN

    Ah ben celle-là alors, elle n’est pas mauvaise! Ces Socialos se comportent vraiment en prédateurs collectivistes. Quand on voit la demoiselle en question avec son air de ne pas y toucher et sa gueule enfarinée, donner des leçons de stratégie high-tech, on revient sur terre, là, c’est du socialisme piratesque pur jus!
    Merci du renseignement!

  3. Black Mamba

    Trop cool le sniffeur !
    Il m’a surprise … je m’attendais pas à voir son pif sortir de mon écran ….
    😆

  4. Aristarque

    Quant à la faiblesse en nombre des acteurs préexistants à cet arrosage, il est loisible de supposer qu’ils n’ en ont pas entendu parler ou du moins à temps, qu’ ils avaient autre chose sur le feu que de torcher un dossier de trois cents pages de principal et de cinq cents d’ annexes dont les certificats et attestations en tous genres que les nouveaux-nés ont été dispensés de fournir, par essence même de leur état…

  5. Flash

    Internet a-t-il besoin d’un ministère du numérique? Non.

    Partant de ce constat, Fleur et son ministère ne peuvent que faire du vent, du moisi, du médiocre.

    1. tabbehim

      En ripoublique faciste, oui.
      Il faut que rien ne soit fait sans l’état, tout dépend de l’état et soit fait pour l’état.
      Et ce n’est rien d’autre que les bases du fascisme 😉

  6. Tess

    J’adore le gif de scrat. Tout comme lui, le gouvernement a du mal à enfouir sa noisette de mensonges. Ils sont aussi cons que lui !

  7. Jesrad

    A la lecture de cette sinistre farce, il me vient des mots étranges en tête: abus de bien public, recel d’abus de bien public, corruption, trafic d’influence…

      1. Flash

        J’imagine qu’ils expliqueront que le but du dispositif est de lancer les jeunes pousses en création, et non de soutenir ceux n’en ayant pas besoin.

    1. Nocte

      Hum… plait-il ? Fasciste ! Homophobe ! Avec vous, le pacte républicain est en danger !

      – Réfléchir à pondre une loi supprimant les abus de biens publics, ne pas toucher aux abus de biens sociaux, il ne faudrait pas que les vraies entreprises privées indépendantes ne puissent pas subir cela, on les connait les patrons ! bande d’enfoirés capitalistes !
      -inutile Monsieur, au pire, dans 10 ou 15 ans, le temps que la procédure aboutisse, au pire, vous prendrez 1 an d’inéligibilité… d’ici-là, vous serez encore plus vieux, peut-être atteint d’Alzheimer, et si tout va bien pour le mental, deux ans plus tard, vous serez repris soit dans un gouvernement, soit dans un cabinet, soit dans une commission ou un comité, et si vraiment vous avez de la chance, ou les bons contacts, ça sera un non-lieu.
      N’oubliez pas que nous devons donner l’illusion que nous ne sommes pas une république bananière.
      -Merci mon brave ! j’ai bien fait de vous engager. vous avez des copains ?
      -oui, plein !
      – bon, je vais réfléchir à un projet pour vous récompenser avec l’argent des autres : Les Jeunes Pousses Innovantes ou un truc comme ça, faut que çà sonne en avance sur les start-up.

      1. Laurent

        Ahah 🙂 Du Molière !
        Tout de même, je n’ai pu m’empécher d’avoir une pensée pour tous ces artisans du Marais (ou d’ailleurs), dépositaires d’un véritable savoir-faire, et qui ont été exterminé un à un… Oui je sais, c’est la vie… mais les remplacer par ces « fablabs » ???

  8. Pere Collateur

    Devraient se lancer dans les fap labs plutôt nos amis minustrecule (contraction de minustre + ridicule). Là au moins ils auraient une chance d’avoir quelques compétences…

  9. jeff

    Cela existe depuis bien longtemps !!!! Et ce n est pas forcément une caractéristique socialiste.
    On m a demande un jour de répondre a un appel d offre public. Or je n avais pas d idées sur le sujet. J ai donc dit a mon patron que je n avais pas d idées pour toucher des gros sous. Il m a dit : les idées on s en fout… Tu fais un bon dossier de 100 pages avec de belles images et des tableaux ainsi que une belle présentation du sujet et tu verras q u on aura la subvention….
    J ai failli vomir ! Et je ne l ai pas fait !

  10. Kazar

    Je viens d’aller voir le site de l’usine, pitoyable, cela ressemble bougrement à de l’escroquerie, ils vendent des abonnements pour un site qui n’existe pas, faute de localisation, et impossible de trouver les mentions légales obligatoires comme le n° RCS de cette société…
    Et on va leur donner l’argent de nos impôts une fois de plus !!

    1. Nocte

      Le site de l’Usine est énorme. Si la rédaction n’a pas été faite par un sbire de cabinet ministériel ou parlementaire, il y a tout de même de grosses influences.
      Comparez avec le site de l’Electro-lab.
      D’un côté, on a du concret
      De l’autre, on a un flyer.

      1. tabbehim

        Un gouvernement, en France, est choisi pour sa capacité à vendre du rêve, des licornes, des fleurs, du miels et des papillons.
        Demain on rase gratis 🙂

        ne comparez donc pas un énième rêve gouvernemental et un projet sérieux. ce n’est pas le même publique qui est visé 😀

    2. Aristarque

      Ce ne serait pas un Carrefour du Développement nouvelle manière??? Le fonds demeure identique sous une autre belle enveloppe…

      1. Philippe Lacoude

        C’est COMPLETEMENT différent ! Dans l’affaire Carrefour du Développement, Arnaud Montebourg était l’avocat, pas le Ministre ! Vous mélangez tout, pardi !

  11. Laurent

    On l’avait bien senti avec la French Tech. C’est confirmé avec les Fablabs.

    Les opportunistes affluent et voilà les Fablabs-de-l’état, qui ne doivent leur existence qu’à l’argent public, et ne reposent ni sur la passion, ni sur un besoin, ni même sur une quelconque demande ! C’est juste la mode, et ce sera très bien puisque les américains le font ! Non contents d’exister grâce à notre argent public, il faut en plus débourser au minimum 100e/mois pour accéder à leur équipement.

    Dassault, Airbus ont VRAIMENT besoin de Fablabs ? Est-ce même dans leur culture d’entreprise que de faire appel aux idées du tout-un-chacun ?

    Et les fondateurs (sans doute encartés au PS ou ailleurs…) de s’afficher fièrement micro à la main, ventant à l’avance leur propre mérite, avec un sens aiguë du name dropping, que se doit de posséder un parasite de premier plan : Crowdfunding, crowdsourcing, sharing economy…

    Vous avez évoqué le logo, pitoyable et opportuniste (notre fier coq !), on pourrait parler du site qui use jusqu’à la corde les codes graphiques actuels de l’innovation. Ce logo, une effroyable re-pompe d’une gravure ancienne est en plus très mal employé : il ne fonctionne pas en négatif (les ombres étant inversées), la preuve : http://www.jogg.com/img/i-usine.png
    Un petit détail qui prouve le total amateurisme et surtout l’absence navrante de créativité…

    Vous avez parfaitement résumé une situation qui gangrène le pays, à tous les niveaux : « A force d’aider les entreprises et les entrepreneurs avec de l’argent public, on est obligé de ponctionner toujours plus les activités économiques rentables qui fournissent les aides, relevant ainsi mécaniquement le seuil à partir duquel un projet peut espérer s’équilibrer. »

    Bref, j’ai vomi.

  12. Tribuliste

    Qu’ils dépensent, qu’ils gaspillent, qu’ils s’engraissent,qu’ils détournent… les médias s’en moquent. Et qui a le pouvoir de nuisance en France? Hein?
    Alors cher H16, malgré votre agréable plume passablement dérangeante pour l’establishment, n’en avez vous par dessus la dette de traiter de sujets éconophages?

    Parlez-nous d’un pays baignant dans la félicité, issu d’une longue lignée de choix politiques réfléchis et salvateurs, et économiquement stable et indépendant? L’Albanie par exemple, qui devrait bientôt demander une hausse de nos impôts, pardon son entrée dans l’europe.
    Parlez-nous de cet avenir arc en ciel qui nous attend chez les bisounours, ne perdez pas votre temps, une vie passe si vite.

      1. Tribuliste

        Vous vous êtes pas foulé : un palais et des bêtes à corne, on n’est pas vraiment éloigné de notre réalité 😛

  13. royaumont

    Ca fait plaisir de payer ses impôt, quand on voit cela !

    Cela dit, si je créais un FabLab, ou n’impoerte quelle autre société avec la volonté de voir le projet vivre dans la durée, je fuirai ces dispositifs à la c…
    Pardon, ces initiatives colbertistes (mal comprises).
    Vue l’incompétence quasi revendiquée des acteurs publics, ministres en tête, le meilleur moyen de faire foirer un projet est encore de faire appel à eux.

    Il est donc normal, si on peut dire, de ne trouver que des canards boiteux dans ces usines à gaz.

  14. tabbehim

    le colbertisme a encore de beaux jours devant lui ^^
    allez fleur, avec l’aide de Montebourde, contrôlez les flux entrant en France et taxez les, et ne laissez habiter les serveur français que ceux qui payent leur dîme à l’état ^^
    pourquoi vous arrêtez en si bonne dictature ?

    Montebourde sera votre meilleur pied justicier 😀

  15. Laurent

    Ah et en plus, ils ont choppé le .paris ! Erf…

    L’USINE – Paris ‏@usineIO 21 févr.
    Proud owner of usine.paris domain name ! Soon LIVE #pointparis

  16. Calvin

    Savoureux le slogan de la France triomphante :
    Money for nothing
    Tout est dit…
    Ah non, j’ai failli oublier, même le nom du groupe correspond bien à l’avenir flamboyant de ce pays.
    FIDS : France In Dire Straits
    ou
    ce pays est foutu.

    1. hussardbleu

      Un peu de philologie : j’ai un jour trouvé, dans Saint-Simon, à propos d’un personnage dans une situation difficile, « Il se trouvait en un fâcheux détroit », ce qui correspond exactement à « Dire Straits ».

      Si l’on considère maintenant que « the Straits of Dover » c’est le « Pas de Calais », avec le sens un peu oublié de « pas » (comme dans l’expression « le Pas de Suse », pendant la guerre de Trente Ans, ce défilé des Alpes où on vit pour la dernière fois un roy de France monter lui-même à l’assaut) on pourrait fort exactement traduire « Dire Straits » par « Mauvais Pas ».

  17. Seb

    j’enrage à chacun de vos articles. Dire que c’est pareil au boulot ! sont beaucoup trop payé pour ce qu’ils font, d’où l’absence totale de décision, ne parlons même pas de créativité ! ce pays est foutu

  18. LM

    Les fablabs c’est tellement l’esprit exactement opposé de tout ce que l’Etat peut porter que c’est à mourir de rire.

    1. tabbehim

      d’où l’intérêt de maman état de corriger ce petit sujet qui pourrait échapper à ses griffes.
      « Tout par l’État, rien hors de l’État, rien contre l’État ! » (Mussolini)

      Finalement, nos rouges ont toujours été attiré par ce qu’ils prétendent combattre 🙂
      et ils le font en prétendant le combattre.
      La perversité pur comme le plus des cristal devant nos yeux ébahi jours après jours…

      1. LM

        A priori, l’immense majorité des dictatures sont socialistes, donc soit nos rouges (comme vous dites) ont une trailing memory sélective de 20 ans maximum, leur permettant d’oublier l’Histoire, soit ils veulent vraiment une dictature.
        Quand je vois Peillon ou Najat, je pense vraiment qu’ils rêvent d’une dictature dans laquelle ces esprits éminemment supérieurs pourraient enfin éradiquer toutes déviance mentale ou physique et créer enfin l’Homme Nouveau (et empocher au passage plein de pognon et un max de pouvoir).

        1. tabbehim

          ça a commencé avant, l’endoctrinement détendu dans l’éducation nationale, la baisse volontaire du niveau des élèves, le fractionnement en corporation, les déséquilibres entretenus depuis un certains temps, la recherche d’un ennemi invisible mais omniprésent….
          tout ça n’a toujours mené qu’à un seul final : l’échec.
          Ce gouvernement n’est qu’une petite étape. le grand final qu’ils espèrent est une population crispé sur elle même et obéissant comme des moutons approche. mais le final ne changera pas, l’échec est la seule issue.
          L’immensité des dictatures ont commencé par le socialisme quand elle n’avait pas pour elle le droit divin, parce qu’ils promettent des lendemain qui chantent aux différentes castes du peuple.

          1. Laurent

            Tout cela est vrai. On se demande quel argument pourrait encore nous sortir de cette purée de pois ? Tout ce que tu décris est tellement incrusté dans les mentalités, et donc la société, qu’il est difficile d’imaginer autre chose et une quelconque réaction.

            Alexandre Jardin (avec Les Zèbres) va tenter quelques chose en Mars, Nous Citoyens également. Beaucoup d’autres mouvements profonds se mettent en marche. Faut p-e ne pas les oublier. La France ce n’est pas QUE ça.

            1. Black Mamba

              Ah! Ils vont allés sur la planète Mars… bon, ils auront une chance alors … les Aliens sont plus intelligents que nous

            2. tabbehim

              vous l’avez écrit : DES mouvementS.
              Fractionné vos ennemis, et laissez les loups s’entretuer.
              Rien de non uni ne peut s’opposer à des politiques qui eux, sont réellement et sincèrement unis dans leur désir de vous faire bouffer les pissenlits par la racine.

              De toute façon, les bases d’un gouvernement fasciste sont déjà en place. Il manque encore un homme fort en qui le peuple aura confiance, et un ennemi invisible dont la présence se fera clairement ressentir dans l’inconscient collectif. (peut être l’insécurité pourrait jouer ce rôle…)

            3. Laurent

              Je ne partage pas ton cynisme tabbehim, même si la méthode que tu décris est largement à l’œuvre. Les mouvements divers et variés, avec des buts différents, sont l’une des formes de résistance possible. La diversité est sans doute le meilleur moyen de lutter contre l’uniformité de la pensée. Les crises sont l’occasion de changer la donne et les mentalités… Mais comme vous le dites, elles peuvent être aussi le plus sûr moyen de gouverner par la peur.
              A suivre.

            4. tabbehim

              n’ayant plus de café, il est possible que je sois quelque peu cynique.
              Mais face à ce genre de dérive durablement installé, pensez vous sincèrement pouvoir changer de mentalité par quelques actions?
              Cela fait près de 40 voir 50 ans que les programmes scolaires ont lentement mais surement changé. Le lavage ne s’est pas fait sur une mais déjà 2 et bientôt 3 générations.
              Les capacités critiques sont lésé, y compris les miennes.
              Je n’ai pas suffisamment de cartes en main pour prédire le prochain mouvement de l’état. Mais les quelques personnes qui pensent combattre ce genre de dérive ne font que le renforcé en devenant cet ennemi invisible. Et les autres groupes n’interviendront pas car ne voudront pas être impliqué.
              tout ces petits groupes de gens encore à peu près éveillé seront endormis, les uns après les autres, par des accusations plus ou moins calomnieuse, mais dont le grand publique sera très sensible.
              le seul genre d’action valable dans ce cas, est de précipité les plans de ceux qui les ont mis en place, et de provoquer un véritable effondrement….ce ne sera pas la première fois en France après tout.
              regardez, les gens qui pensent en dehors du système ne sont pas écoutez…
              Essayez dans un bar, et vous comprendrez que le discernement des gens a été orienté très tôt…pourquoi parle t’on d’éducation et non d’instruction? l’un est subjectif, l’autre est plus objectif.

          2. Tribuliste

            Quand la guerre civile éclatera ils pourront monter sur le balcon regarder défiler les chars, et enfin décrier à pleins poumons la mort du capitalisme, du libre échange et libérer la France de l’empire Dollar.
            Et pouvoir, après des décennies d’attente, accueillir la bienveillance soviétique officiellement : dans nos vies et sur leurs…comptes.

            1. tabbehim

              Ils ne passeront pas par la guerre civile, c’est quelque chose où nul n’est vainqueur, et eux, ils veulent gagner.
              Ils vont juste nettoyer les consciences endormis, laisser la population s’écharper sur des sujets pitoyables qui seront monté en tête d’épingle, et lentement, enserrer leur emprise dans la conscience collective….
              Nul besoin de violence physique, la violence psychologique utilisé de manière parcimonieuse est nettement plus efficace, et les trace reste indélébile. Vous pouvez tester dans votre travail. prenez un subordonnée ou un collègue qui vous est égale, et détruisez le à petit feu en lui laissant croire que vous êtes la seule main secourable en qui il peut croire. c’est horrible? mais ça marche très bien, et vous avez à votre disposition un homme qui sacrifiera le peu de santé mental qui lui reste à votre service….les sectes le font déjà très bien cela dit.

            2. royaumont

              La limite du système est sa viabilité économique : une société sous sédatif idéologique manque singulièrement de dynamisme, d’où un effondrement économique.
              Et aucune propagande ne peut remplir les frigos. Les ventres creux n’ont pas d’oreille mais des poings serrés.
              La guerre civile n’est pas si loin, il manque juste un élément déclenchant.

            3. tabbehim

              Mais le moment où la part de la population crèvera de faim n’est pas arrivé, et est assez éloigné.
              l’effondrement économique est une chose, mais de là à ce que les assiettes soient totalement vide en est une autre.
              Les éléments déclencheurs pour une guerre civile ne sont pas encore réunis….
              ce système mettre peut être une, voir deux générations complète à encore sacrifier avant d’être détruit.

            4. Black Mamba

              Tss! Tss!
              « Mais le moment où la part de la population crèvera de faim n’est pas arrivé, et est assez éloigné.
              l’effondrement économique est une chose, mais de là à ce que les assiettes soient totalement vide en est une autre. »
              Je commence à rencontrer des personnes dans mon job qui disent ne pas avoir de quoi remplir leur frigo et leur proposer de faire le minimum pour leur santé alors là c’est hors de question …ils te crachent dessus…
              La pauvreté s’installe en silence tout doucement mais sûrement…
              Le jour où les allocations et aides en tout genre s’arrêteront cela va faire mal très mal si l’économie du pays est en déroute…
              Le Venezuela n’est pas si loin que tu crois 🙁

            5. tabbehim

              je vous croit BM 🙂
              et pour être honnête, je me sert justement de ce que l’histoire a démontré pour dire qu’on a pas assez d’ingrédient pour voir les choses s’effondrer très vite au point de généré une guerre civile.
              Je sais que certains sont en peine pour remplir leur frigo. les richesses diminues, les gens sont plus pessimistes.
              Mais l’état n’a pas utilisé toutes ses drogues….la France est bien au service des soins palliatifs, mais l’Europe accroit la durée de l’agonie, ainsi que le très long engourdissement psychologique qui a été fait et patiemment préparé. la part de population qui n’a rien d’autre à perdre que sa vie est trop minime.

              Je vois plus un effondrement mou et sans feu d’artifice comme fin…avec une perte complète de repère pour la population et la recherche désespéré d’un homme providentiel qui apportera très probablement une guerre ou autre horreur du genre…

            6. royaumont

              les précédent comme la révolution française ou la chute du bloc de l’est montrent que quand les évènements s’emballent, tout peut aller très vite…
              Pour l’instant, la constestation en France est diffuse, multiforme et fragmentée. Elle n’a donc pour l’instant aucune unité et donc aucune efficacité.
              De plus, quand on voit les commentaires sur les sites, l’armée révolutionnaire compte beaucoup de généraux et de stratèges, mais bien peu de soldats.
              Par contre, la contestation a son média, ses mots d’ordres. Si une partie de la population se voit couper les vivres (pour cela, il suffirait d’une hausse des tauxd’intérêt du à un conflit, par exemple), tout pourrait basculer.
              Vu la situation de notre pays, je ne sais pas si il faut le craindre, ou l’espérer…

            7. tabbehim

              pas mal cher Royaumont,
              Mais pour emballer l’effondrement, il faut un incident majeur hors de nos frontières.
              Il faut aussi plus de troupe que de stratèges, et il faut que ceux qui veulent mettre fin à la main mise de maman état la rééduque. Qui se chargera de ce genre de travaux herculéen?
              inutile d’espérer que ça sera l’Ukraine. l’UE se taira, et la Crimée retournera dans le giron russe comme avant 1952. Les acteurs n’ont pas d’intérêt à une guerre contre la Russie.
              Seul un évènement majeur sur les économies, une bulles si énorme que nul n’a vue explosant, pourrait être cet accélérateur. Mais cette bulle, si elle n’existe pas, sera à créer.
              Une idée?

  19. GM

    Connivence, connivence, comme vous y allez… Tout juste tente-t-on humblement de s’assurer que les ressources du Peuple sont attribuées à des gens qu’on sait amis du Peuple plutôt qu’à d’illustres inconnus, probablement sans foi ni loi… On n’est pas au Far West ici.
    Vous n’iriez pas jusqu’à sous-entendre que dees entrepreneurs à la recherche de profit personnel devraient avoir priorité sur des amis, des frères dont les connexions attestent de leur attachement au Bien Commun, n’est-ce pas Kamarade?

    1. Black Mamba

      Super! On n’aura même plus le droit d’oublier son smartphone…
      Bonjour les agressions futurs, le voleur devra tous te prendre même ta main pour les empreintes digitales… ben oui , les smartphones qui s’ouvrent avec les empreintes …

      1. petit-chat

        D’où l’expression « demander la main de quelqu’un ».
        On comprend mieux pourquoi on ne demande que cette partie du corps.

    2. Nyamba

      Rapidement parcouru l’article donc cela m’a peut-être échappé, mais ici, il est possible de dire non, de choisir un autre produit, non ? Bon, d’ici à ce qu' »ils » l’imposent, comme merveilleuse trouvaille sécuritaire, à toutes les cartes de débit/crédit, il n’y a qu’un pas, certes…

      1. tabbehim

        Il me semble que ce pas a déjà été franchis par la carte à puce non? avant l’invention de la puce, ça se passait comment? qui depuis n’a pas sa carte bleue?
        Il est TRES facile de pister une carte bleue à chaque fois que des choses sont faites avec.
        Idem pour les portables (trianguler, ça fait SF certes, mais c’est aussi une réalité)

      2. Tribuliste

        On trouvera vite des étuis plombés ou autres subterfuges à la loca-lisation en vente sur internet… Comme le soulève BM de toute façon la Cb va disparaître au profit de moyens de paiement encore plus « perméables ». Du vent, encore dites-vous?

        1. petit-chat

          Si on enferme son téléphone dans une cage de Faraday, il ne fonctionne tout simplement pas.
          Et la triangulation n’est pas nécessaire, le téléphone envoie les coordonnées GPS, une seule antenne suffit.
          On est foutu.

    3. Kekoresin

      Ha, si on pouvait localiser tous ces détournements de fonds au profits des politiques de tous bords, ce serait formidable non? Bon, c’est vrai que souvent avec eux c’est plus simple que de suivre un gang roumain qui pirate sur le net.
      Avec JFC (John Fitzgerald Copez) par exemple, nous savons que nos impôts ont financé à 66% les petits fours à la cocaïne (vu le prix et l’enthousiasme des fans de l’UMP durant les meetings je n’ai trouvé que cette explication).
      Mais plus simple ne veut pas dire plus simplement punissable. Il est vrai qu’à l’inverse des trafiquants de drogue (qui n’escroquent que leurs clients), les politiques bénéficient d’une bienveillance extraordinaire. Même lorsqu’ils plaident coupable, il leur suffit d’avoir l’œil humide pour échapper à toute sanction trop lourde. Encore que, le truc est tellement juteux qu’une inéligibilité de 1 ou 2 ans est peut être pire que la tôle après tout!

    4. royaumont

      Dans le même ordre d’idée, une nième tentative de relancer moneo est en cours. Cela permet de supprimer petit à petit les espèces et toutes les vilaines fraudes qui vont avec.
      De mon coté, je résisterai aussi longtemps que possible.
      « s’il n’y en a plus qu’un, je serai celui-là ! »

      1. Aristarque

        Il n’y a pas QUE le désir de supprimer les espèces. Il y a aussi celui d’instaurer des micro-péages de toutes sortes qui sont trop difficiles et risqués d’ instaurer avec des pièces. Moneo permettait de résoudre cet épine… Vous verrez que le téléphone porte-monnaie entraînera rapidement cette dérive…

        1. tabbehim

          techniquement, ça devrait être rapidement faisable.
          Reste plus qu’à accuser les espèces sonnantes et trébuchantes de nombreux maux, et les gens les oublieront.
          Le peuple est trop endormis pour voir l’entourloupe, ils accepteront sous couvert de sécurité, de facilité, et finalement de fainéantise intellectuelle.
          Avec un téléphone porte monnaie, tout sera facilement traçable, qualifiable, et réglable pour l’état.
          Une excellente arme pour étouffer les quelques récalcitrant 🙂
          une manière de faire que les dictateurs d’antan aurais adoré posséder !

      2. Adolfo Ramirez Jr

        Il est impose aux etudiants pour payer le resto U, les photocopies de la bibliotheque, etc. evidemment des frais en plus a leur charge pour activer cette fonction.
        ce truc ne marche que si on vous oblige a l’utiliser.

    5. petit-chat

      Il n’y a pas que ces aspects pratiques : tout le système bancaire repose sur la confiance (mouis, je sais, c’est gros), tant que ça reste de la richesse électronique, aucune banque n’est fragile. Toute tentative massive de retrait d’espèces, fortement découragée, met tout le système par terre car il est la preuve de la perte de confiance et de l’incapacité des banques à fournir des espèces qu’elle n’a jamais possédées.

  20. Caton

    On est toujours dans le même constat: un petit groupe d’élites autoproclamées se sert du pouvoir politique qu’il a usurpé pour asservir le reste de la population. Et celle-ci se soumet, abrutie par une centaine d’années de terrorisme intellectuel bien-pensant.

    Ce que je veux savoir, c’est que faire quand on ne peut pas s’enfuir? Acheter une corde?

  21. Kekoresin

    Mince alors, les politiques détourneraient notre pognon pour leurs potes (avec peut être quelque rétrocession quand même?).
    Je suis anéanti! Voir tous ces hommes et femmes de gauche relevant jour après jour le défi impossible de la lutte pour l’égalité et l’équité dans ce pays ingouvernable, s’abaisser à de vils détournements de fonds publics. Comme il y a une justice et que les vilains payent toujours pour leurs méfaits, ils seront arrêtés à Varennes pour répondre de leur actes odieux, n’est-ce pas? Ha, ça non plus ça ne marche pas.
    Bon, je vais me recoucher en attendant que la hausse du niveau des océans forcent tous ces courageux à émigrer dans les Alpes suisses.
    Monde de merde 😉

  22. Adrien

    Dans la série « continuons à dépenser l’argent des autres parce que youpi », la réformette de la CFE pour les TPE fait doucement sourire.

    Rappel du contexte : la CFE (cotisation foncière des entreprises) est une taxe qui frappe toute activité professionnelle en se basant sur la valeur locative des locaux utilisés. On applique à une base de calcul, qui ressemble fortement à l’assiette de la taxe d’habitation, un taux déterminé fixé librement par les communes ou les intercommunalités, puisque c’est principalement elles qui bénéficient en retour du produit de ladite taxe. C’est directement hérité de l’ancienne taxe professionnelle — et cela a donc les mêmes conséquences en termes d’inégalités territoriales, à savoir que le taux en question peut varier de 0,5% à 30% d’une commune à l’autre, en fonction du degré d’absence de honte des élus concernés à pomper du fric sur des activités rentables et surtout bien installées (qui n’iront pas voir ailleurs facilement et qui devront donc se contenter de cracher un max sur place). Mais passons, ce n’est vraiment qu’un détail à ce stade.

    Vaguement consciente de la « capacité contributive limitée de certains petits contribuables », la minustre des Médailles dans le Sud-Ouest et des Petits Fours, Sylvia Pinel, a donc vaillamment décidé d’aménager la CFE puis a refilé le bébé à quelqu’un d’autre (elle avait une salle à inaugurer à Dieupentale, 1462 habitants, pour l’Association des Ainés : http://www.ladepeche.fr/article/2014/02/25/1826062-dieupentale-l-association-des-aines-en-plein-essor.html).

    Après divers revirements et nombreux amendements, la dernière version en cours institue pour les activités générant des CA ou bénéfices faibles un système de plafonnement de la base par tranches. Par exemple, sous 10 k€ de CA annuels, la base de calcul de la CFE doit être forcément comprise entre 210 et 500 euros. Entre 10 et 32 k€, c’est entre 210 et 1000 euros, etc. Mais le montant du plafond est librement fixable par les collectivités concernées tant qu’il reste dans la fourchette indiquée.

    Devinez ce qu’ont retenu les communes et intercommunalités par chez moi, majoritairement socialistes de gauche ? Le maximum possible, c’est à dire 500 et 1000 pour les deux tranches les plus modestes, cumulé bien évidemment à des taux élevés (genre 28%). Comme quoi, on peut aimer aider les gens modestes, répandre le bien et le durable sur son passage surtout pour les plus faibles, faire des bisous sur la bouche aux seniors du Tarn-et-Garonne, mais quand s’agit de collecter les taxes, là ça rigole plus.

    N’oublions pas de préciser que la CFE est due par toutes les activités, sauf celles qui bénéficient de lobbys casse-couilles euh pardon d’exonérations permanentes :

    – les ports maritimes et/ou autonomes
    – certains artisans et leurs coopératives
    – certains chauffeurs de taxis
    – certains pêcheurs
    – certaines activités de presse : agence de presse, éditeurs de périodiques
    – certains professeurs indépendants
    – certaines activités d’hôtellerie-restauration

    Sans compter des réductions pour les diffuseurs de presse, pour nos amis Corses, encore pour d’autres artisans, etc.

    Alors, elle est pas belle, la vie ?

    1. Aristarque

      Pour les artisans du bâtiment, c’est exclusivement réservé à ceux qui sont en entreprise individuelle (en nom propre) ET qui n’ ont pas de salarié plein temps autre que de filiation directe ou apprenti sous contrat. Un artisan en EURL ou SARL y sera assujetti, même si par ailleurs, il est dans les clous de ces critères. C’est pourquoi, à titre perso, j’ai arrêté la SARL pour repartir en E.I., ce qui me fait économiser rien qu’ en CFE la bagatelle de presque 2.000€ sur ce poste… Donc 2.000€ que je n’ai pas à m’ user de gagner pour un même résultat net comptable…

    2. Aristarque

      Le vicelard de la T.P. ou CFE est que le montant ne dépend absolument pas de l’ activité économique réelle de l’ entreprise mais de son niveau d’équipements et de locaux. Or ces critères ne sont pas en relation directe étroite avec la taille réelle de l’ entreprise ni avec son CA, surtout dans les TPE. Selon les localisations, il est parfois difficile de trouver des locaux réellement correspondants à vos besoins et il faut souvent prendre plus grand, faute de… et bing! vous surpayez en quelque sorte…

  23. Philippe

    Au lieu de voter pour des gouvernants qui arriveront tous à refaire du Fleur sans le savoir, je veux le choix entre les gouvernements, la concurrence quoi. Plus besoin de voter, juste choisir le gouvernement qui convient. Adieu les 50% de la population énervés de n’avoir pas le gouvernement de leur choix !

  24. pouf pouf

    Ma mère déjà, faisait le déjeuner en appuyant sur des boutons. Avant même la fin du vingtième siècle, et le lundi aussi, alors vos gueules avec la technologie du vingt-et-unième arrondi. Ment-il celui qui vous dira j’ai compris ? Non, sur le moment, non. Euréka pas, plus tard. Plus tard rien n’est plus jamais vrai. Ca se dit ? C’est sûr, on peut même l’écrire, c’est donc vrai. Plus tard jamais. Jamais plus tard, ça ne marche pas dans les deux sens. Je vais trop vite ? Vais-je trop vite ? Alors ? Ce lundi ? Reposés du weekend de fin de semaine chez vous au chaud ? Ce lundi va-ce ? Ne fait-il pas sensiblement plus frais ? Donc, déjeuner lourd avec des boutons, le cassoulet cro-onde, comme la fourmi. Je l’ai piquée à jean ruquier le philosophe heureux des marionnettes contentes. Je pique des vannes aux gens drôles normalement, mais de temps en temps je me sers de ringard ridicule pour détendre l’atmosphère et le rythme d’un merveilleux lundi à vous tous, à vos boutons citoyens, votez vador.

  25. vengeusemasquée

    En attendant, la dernière tranche de PVT pour le Canada a été consommée en 6 minutes samedi après-midi. C’est clair, tout le monde est heureux en fRance.

    1. Fred

      J’ai essayé, en vain. J’ai décidé de me rapprocher d’associations francophones pour voir ce que je pourrais faire le cas échéant…

  26. gameover

    LOL
    Outre que le site de l’UsineI0 nous met une belle google map pour que l’on sache où est Paris (bah oui, y a toujours pas de locaux), la dernière illustration en bas de la home page à droite identifiée avec « ElectroniqueI0 » est un micocontroller single board Raspberry Pi qui est dans le domaine du libre et qui est vendu entre $30 et $50 (c’est du même genre que les Arduino). D’ailleurs l’image est sauvegardée sous ce nom sur leur site (Raspberry). J’ai un gros doute sur le fait qu’ils respectent la licence en ne mettant même que cette photo et aucun commentaire.

    C’est effectivement le genre d’idée qui pourrait sortir d’un fablab mais est-ce que ça vous viendrez à l’idée de mettre une Audi en photo pour parlez de votre projet de voiture 3.0.

    Il me semble que c’est kickstarter qui demande d’avoir un proto en vrai avant de soumettre un projet dans le domaine industriel. Même les modèles 3d sont interdits car il y a loin de la coupe aux lèvres… alors mettre un modèle concurrent, je vous dis pas !

  27. Jeanpierre

    Complètement HS : un SEL (système d’échange local) se met en place dans ma ville. Je viens solliciter vos avis. Le système a l’air séduisant mais je ne peux pas imaginer que le fisc ou le RSI me laisse tranquille si je commence à faire une partie de mon chiffre d’affaire en grain de sel-cacahuette-clous-peu importe le nom. Si vous avez une expérience dans le domaine, pouvez-vous la partager?
    Merci d’avance pour vos réponses.

    1. Les SEL sont très rapidement assimilés à de la fraude dès qu’il s’agit de montants importants. En plus, beaucoup ont des règles d’utilisations contraignantes (monnaie fondante, inflationniste ou limitée dans le temps et l’espace). Je suis très dubitatif.

    2. Black Mamba

      Ce système existait à Bordeaux …Tout fonctionnait bien jusqu’à ce que les journalistes se mettent à ébruiter l’affaire… et aussitôt ce fut illégal

          1. petit-chat

            « … les chaînes de télévision pourraient être en violation d’une loi qui leur interdit d’inciter ou de promouvoir la haine , de susciter l’inquiétude des citoyens ou d’altérer l’ordre public ».

            On dirait du ValSS.

      1. lareponseest42

        On peut remarquer plusieurs choses intéressantes dans cette article, pourvu qu’on sache lire entre les lignes:
        – « la Campora, le mouvement de jeunes militants créé par Maximo Kirchner, le fils de la présidente argentine, Cristina Kirchner, pour soutenir le gouvernement péroniste et jouer éventuellement les forces de choc dans les manifestations ». Une milice, quoi.
        – « Mme Kirchner rejette la faute sur les entrepreneurs qui, selon elle, augmentent arbitrairement les prix « par spéculation et par avarice » ». C’est vrai quoi, sus aux capitalistes tueurs du bon peuple!
        – « Surnommé « le Gros » ou « le Parrain » ». Il n’y a que moi qui trouves ça drôle qu’un chef d’un syndicat est le titre de Parrain ?

        Et bien sûr, l’article se contente d’énoncer des faits sans qu’il n’y ait aucune analyse, et se garde bien de donner la parole aux entrepreneurs…

        1. Aristarque

          Cela finira comme au Venezuela. Les entrepreneurs arrêteront de produire (pourquoi travailler si c’est à perte) et personne ne posera la question de la cause d’un arrêt d’activité par des suceurs de l’ oseille du peuple comme manifestation de leur rapacité. Des Shylock, quoi!

    1. yp

      « L’utilisation d’arme à feu devient actuellement non maîtrisée car tout le monde s’en use, y compris les enfants. »

      Oh p*tain !
      Du heavy-journalism !

  28. kloupa

    Et que dire de ces récompenses de connivence, comme ce César attribué à une certaine Julie Gayet. La France, seul pays au monde récompensant quelqu’une parce qu’elle couche. Peut-être sera-t’elle récompensée, la prochaine fois, pour les confidences du vagin? Voilà où ils en sont avec leur exception culturelle!…

    1. tabbehim

      pourquoi faire un avis?
      ceux qui veulent des armes savent déjà casser toutes les sécurités.

      Autant dire que ce sera un gaspillage d’argent publique pour rien comme d’habitude.

    2. petit-chat

      Pour rejoindre un commentaire de BM, comme il faut l’empreinte digitale pour se servir de l’arme, suffira de « demander la main » qui va avec au possesseur d’origine de l’arme.

  29. petit-chat

    « Et que la délinquance routière soit par exemple inclue dans le calcul des chiffres de la délinquance puisque c’est devenu une activité majeure de la police et, derrière, de la justice ».

    Bon, on est tous des délinquants (pas toujours pris sur le fait, mais potentiellement) : clignotant, 51 km/h, empiètement du par-choc sur le passage piéton,… Franchement, on n’est plus en sécurité nul part !

  30. gameover

    Les fablabs sont obligatoirement des structures collaboratives qui naissent comme des générations spontanées
    L’état est complètement débile de croire qu’il peut créer et fédérer de telles structures.

    Ca serait comme si l’état s’occupait de Wikipedia ou gérait une système de SEL… c’est débile ^1000 !

    1. Vodkaman

      so what ???

      Je suis en train de terminer l’excellent World War Z (version papier s’entend) et je me dis que les chances de survie face à une armée de zombies sont plus importantes que face à la gangrène socialobisouscompatible qui pourri lentement ce pays.

      1. Surtout qu’un zombie, sa chance de « survie » face à la faune sauvage normale est nulle. Combien de temps faut-il à un mort vivant pour se faire becter par des charognards, des insectes et des bactéries ?

        1. Vodkaman

          oui, mais dans l’opinion publique, trucider du zombie qui pue de la gueule, qui veut te bouffer et qui n’a que cette seule idée en tête, c’est fédérateur contre lui, surtout qu’il raisonne comme un gros individualiste, incapable d’élaborer une stratégie autre que celle du miam pour soi, aucun projet commun… Alors que sortir la masse-d’armes pour faire de la pédagogie sur un collect/constructiviste, c’est plus mal vu !!!

    2. lareponseest42

      Remake du Seigneur des anneaux: au lieu d’un balrog c’est un virus meurtrier qu’on découvre en creusant trop

  31. napalm

     » clown endimanché » comme vous y allez .
    Avez vous vu le débraillé permanent et magnifique du ministre Français de l’Intérieur ?
    La cravate à tous les vents, le veston flottant ?
    Je n’appelle pas ça un clown endimanché, j’appelle ça un plouc !

  32. LeRus

    « on sait, quoi qu’il arrive, que cela se terminera dans un grand prout tiède »: Priceless!

    Et si c’était la nouvelle devise de la France? 😉

  33. Jacques

    Même chose avec les incubateurs de start-ups. L’un d’eux va peut-être se créer à Orléans dans une euphorie générale (politique et médiatique) : c’est une idée portée par des entrepreneurs de droite donc la mairie est ravie, mais à l’origine c’est la gauche qui était pour ça, donc ils sont contents aussi. Et la presse du cru (toute à gauche) aussi.

    Un journaliste indépendant tempère un peu l’euphorie (dans la dernière partie de l’article). http://www.politicvisio.com/r72-centre/article-orleans-pourrait-abandonner-l-arena-mais-pas-les-grands-proj.html?id=9773

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.