L’État s’occupe encore d’immobilier. La catastrophe s’aggrave.

Avec l’arrivée au pouvoir du vrai Socialisme original, on allait voir ce qu’on allait voir : fini les problèmes bêtement laissés en plan par une droite molle et en dessous de tout. Fini, notamment, l’incroyable pénurie de logements qui frappait la France en général et la région parisienne en particulier. Des gestes forts furent donc posés. Depuis, les soubresauts de la politique immobilière du gouvernement agitent la chronique.

Et lorsqu’on parle d’immobilier, point n’est besoin ici de se cantonner à l’immobilier destiné aux particuliers. Rien qu’en regardant du côté de l’immobilier commercial, on voit déjà d’intéressants effets de bords des politiques menées jusqu’à présent.

C’est ainsi qu’avec le projet du Grand Paris, les communes d’Île-de-France directement concernées par les somptueux (et particulièrement coûteux) aménagements prévus se sont lancées dans des projets ambitieux de constructions de bureaux. Il faut dire qu’avec le Grand Paris, tout ce que la région comprend d’élites politiques a mis les petits plats dans les grands pour attirer les entreprises et faire croire que tout le pourtour parisien allait pouvoir devenir un centre névralgique desservant facilement la capitale.

Sauf qu’au lieu de laisser le marché (les entrepreneurs, leurs salariés, les familles) arbitrer dans ces communes celles qui les accueilleront, toutes les communes se sont mises en tête de préparer le terrain avec la manne inépuisable de l’argent des autres. Bilan : alors que l’énorme parc de bureaux franciliens compte déjà plus de 52 millions de mètres carrés, près de quatre millions sont vides, plus de la moitié sont difficiles à louer, et plus d’un million sont vacants depuis au moins trois ans. Chaque année empire cette situation composée de bureaux obsolètes, mal placés ou trop chers … Ce qui ne semble pas gêner les municipalités qui ont malgré tout lancé des projets de construction pour encore plus de bureaux. C’est bien une bulle qui se met en place avec l’argent des contribuables. Forcément, ça va bien se passer.

bulle immobilière : so far, so good

Du côté des particuliers, la situation ne s’annonce guère meilleure.

Pour rappel, avec l’amoncellement de lois toutes destinées à protéger le pauvre petit locataire (forcément victime de propriétaires toujours à l’affût d’une bonne spoliation ou de l’une ou l’autre escroquerie juteuse), louer un bien devient un parcours du combattant. Aux contraintes architecturales de plus en plus ubuesques et incluant par exemple la gestion de normes handicapées même lorsque le locataire est parfaitement valide, on doit ajouter les normes écologiques tous les jours plus absconses ou compliquées à respecter.

À présent, pour pouvoir louer un bien, on devra s’assurer qu’il est énergétiquement performant, avec des seuils que fixera la dernière loi sur la « transition énergétique ».

Ces normes et ces contraintes s’ajoutent bien sûr aux normes et contraintes précédentes, ainsi qu’à une justice maintenant ultra-favorable aux locataires. On se souvient de l’exemple récent de Maryvonne, retraitée de 83 ans et de sa maison copieusement squattée dont j’avais relaté les aventures il y a quelques mois. Si l’issue pour cette vieille dame avait été heureuse grâce à la mobilisation de l’opinion publique, il en va tout autrement pour les douzaines de cas qui se présentent, régulièrement, dans l’actualité (comme celui-là ou mieux encore, celui-ci par exemple, tout à fait symptomatique).

monde cruel

De façon complètement étonnante, cette propension à sur-favoriser le locataire au détriment répété du propriétaire a comme une fâcheuse tendance à amoindrir la volonté de louer de la part de ce dernier qui, tout compte fait, trouve un plaisir décroissant à se faire fouetter. En conséquence, les mesures prises pour empêcher le propriétaire de choisir, sélectionner, trier, bref discriminer parmi les locataires possibles, pour lui imposer un niveau de prestations et de qualité minimale, toutes ces mesures le dissuadent de louer et créent donc une pénurie.

Zut. Une pénurie ? Vite, l’État doit intervenir, encore plus !

Par exemple, en tabassant les propriétaires de terrains constructibles non bâtis, histoire de bien leur faire comprendre où est leur intérêt : faire construire, pardi. En France, la Fraternité ne souffre aucune dérogation.

Par exemple en imposant une quantité minimale de logements sociaux au sein de chaque municipalité. Comme la pénurie grandit d’année en année, la quantité minimale de ces logements croîtra elle aussi, pardi.

Jusqu’au moment où la meilleure méthode pour obtenir enfin la bonne quantité de logements sociaux consistera à aller les récupérer directement par la force. En plus, ça tombe bien, c’est exactement ce que vient de proposer sa munificence François Hollande, en utilisant le droit de préemption, qui permet à l’État d’acquérir un bien mis en vente par un propriétaire qui n’est alors plus libre de vendre son bien à quelqu’un d’autre ou aux conditions qu’il souhaite. C’est aussi ça, la Liberté en France.

Et quoi de mieux que des travaux pratiques pour illustrer le pouvoir concret du président pédalomane en envoyant un sous-fifre aller préempter un bon coup dans une méchante commune qui ne respecte pas son taux de logements sociaux ? C’est exactement le sort qui a été réservé à un certain Patrick Kanner (dont la rumeur, insistante, voudrait qu’il soit Ministre de la Ville) que le père François a expédié à Ormesson-Sur-Marne pour faire le beau devant les médias annoncer la volonté du gouvernement d’utiliser un terrain public de la commune pour y construire 500 logements, dont 200 logements sociaux.

Aaah, Ormesson-Sur-Marne, charmante bourgade de 10.000 âmes coincée suffisamment loin des autoroutes, du RER et des métros parisiens pour que le temps minimal pour se rendre à la capitale, même en heure de pointes et en conditions idéales, sera difficilement inférieur à une heure, et qui va permettre à l’État, via préemption, d’installer des logements sociaux sur un terrain jouxtant le château d’Ormesson, classé aux monuments historiques ! Magie de la coercition et du « Ta Gueule C’est Magique » tout étatique, l’établissement d’une barre ou deux d’immeubles sociaux à côté d’un bâtiment classé sera bouclé en deux temps trois mouvements alors qu’un particulier, dans une situation comparable, n’aurait jamais eu la moindre chance d’obtenir gain de cause. C’est aussi ça, l’Égalité en France.

patrick kanner vient vous aider

La politique a ce don inouï de transformer en matière douteuse tout ce qu’elle touche. L’immobilier n’échappe pas à la règle.

Depuis des années, on sait que l’intervention permanente et brouillonne de l’État dans le domaine immobilier a largement contribué aux pénuries qui se sont créées. L’apparition du Droit Au Logement a transformé un déséquilibre du marché favorable aux locataires en dissymétrie catastrophique dans laquelle le propriétaire ressemble de plus en plus à un pénible détail avec lequel il faut bien composer pour ne pas trop écrabouiller les droits fondamentaux.

Avec la loi Duflot, on est encore monté d’un cran dans la rétorsion de celui qui a commis l’imprudence d’acheter un bien. Dès que la loi était parue, j’avais évoqué les problèmes et les dérives qu’elle entraînerait inévitablement. Je ne me suis pas trompé : tout se déroule comme prévu, c’est-à-dire de pire en pire.

Le droit de propriété n’est plus qu’une blague : bienvenue en République Socialiste Française.

socialisme - pas riches également pauvres

J'accepte les Bitcoins !

1531S6hKKqRs3vzsUHkxeSucz3YB95wiZd

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires166

  1. Le Gnôme

    Bientôt, personne ne voudra mettre un bien en location, trop dangereux, ce sera l’apanage de l’Etat, et la boucle sera bouclée. Ce sera au bon vouloir des petits marquis communaux.

  2. Aristarkke

    Me promenant quotidiennement en IDF Sud et Est, je confirme mon ébahissement devant la profusion d’ opérations d’ immeubles de bureau en cours de construction plus ou moins livrables rapidement qui côtoient d’ autres groupes où des affiches indiquent de très importantes surfaces toujours disponibles… Certes ces surfaces sont sécables mais tout de même…

    1. Popeye

      Je prends très régulièrement le tram T3 sur tout le pourtour sud de Paris. J’ai compté qu’il y avais plus de 120 000 mètres carrés de bureaux disponibles entre Pont du Garigliano et Porte de France.
      Ce qui rend IN-DIS-PEN-SA-BLE les 150 000 mètres carrés de bureaux prévus pour la Tour Triangle Porte de Versailles.

      Euh, wait…

      Tiens en fait non.

      1. tabbehim

        Ouha….
        n’étant pas du secteur de Paris (et heureux d’en être éloigné), je ne voyais pas un tel gachis 🙂

        ps : vu ce qui va se passer, et vu les joyeux effets de bord qui arrivent, je suis étonné de ne pas voir un gif avec : « Forcément, ça va bien se passer »

        Parce que j’envisage des effets de bord qui vont faire que l’état va insister encore plus dans la débilité au point de faire couler tout le chateau de carte, et continuer à accuser les : (choisissez l’un)
        -> propriaitaires
        -> entrepreneurs
        -> investisseurs
        -> chefs d’entreprise
        -> les mauvais électeurs qui votent mal
        -> les USA ou tout autre pays.

        Enfin, on a des bons oligarques de fait au pouvoir, c’est un fait, et c’est infect.

        1. Aristarkke

          Tout le monde sait bien qu’un proprio est quelqu’un qui dit : J’ai… quelques fois pour se parer des plumes du paon comme le geai… De là à transformer le substantif en pléonasme… 😛

          1. tabbehim

            arf, merci cher vieil ami grec, j’oubliais que les usa n’ont plus assez de cote comme tête de turc, j’ai du mal à suivre le marché du bouc émissaire personnellement ^^

      2. royaumont

        Et encore, dans certaines zones « stratégiques », comme la Défense, la misère est masquée par les bons soins de l’état. Il recase en effet ses services dans les locaux libres, bien à leur aise, pour soutenir le marché. Il finance donc le soutien des prix, avec vos impôts, ce qui pèse sur la comptabilité des entreprises locataires, d’où un manque à gagner sur l’IS, compenser avec vos impôts…

    2. Deres

      Les communes récoltent des taxes via les surfaces de bureaux sur leur territoire. Il y a donc dans les faits une concurrence féroce inter-communale pour avoir des surfaces de bureaux au détriment de ses voisins. La ZI sur laquelle je travaille contient de nombreux terrains vides et des immeubles de bureaux à moitié occupé. Pas de problème, la commune adjacente construit une nouvelle ZI la jouxtant, le tout sans aucune desserte de transport en commun. C’est plus rentable pour eux que de faire du logement car les nouveaux habitants obligent à ouvrir de nouveaux services publics. Pour un politique, la commune idéal aurait peu d’habitant mais que des bureaux. Un peu comme Paris en quelque sorte où les taxes des bureaux permettent d’acheter à bon compte les voix des habitants restants.

  3. Aristarkke

    Et je ne parle pas des surfaces commerciales de boutiques qui restent désespérément vides des mois et des mois quand ce ne sont pas des années (au vu de la saleté des vitrines et de la vétusté des panneaux de location), y compris dans les artères commerciales les plus consacrées de nombre de communes. Or curieusement les loyers commerciaux ne semblent pas décroître du fait de cet excès d’ offres (à moins que cela ne s’ acquière qu’au bout d’une négociation bien menée)… Même les centres commerciaux commencent à tirer la langue pour les remplir…

    1. douar

      Sans oublier, bien sûr, la chasse à la bagnole des centres villes qui relègue les manants dans les centres commerciaux de la périphérie et font fermer les dernières boutiques des centres.
      Rennes vient d’ailleurs d’inaugurer le périf’ à 70 km/h.

      1. Aristarkke

        Pour y passer trois ou quatre fois par an, je vous conseille à tous d’éviter le moindre dérapage de vitesse sur le periph’rennais. La chasse y est ouverte à peu près tous les jours et quasi sans interruption par des contrôles à la volée, jumelles, etc… A tel point que je me suis concocté un petit itinéraire bis ou ter qui contourne à cinq ou six kms au sud, tranquille hors le nombre de radars fixes très conséquent pour la province et qui doivent maintenant très probablement être capables de vous immortaliser dans les deux sens. Avec ces fous furieux aux commandes…

      2. scaletrans

        A mon avis, il doit y avoir à la mairie de Rennes un département spécial pour pourrir la vie des automobilistes. A noter en outre que les panneaux 70 ont remplacé les panneaux 90 dès le 27 septembre, pour un changement officiel le 1er octobre.
        Il m’a été confirmé par ailleurs que l’équipe de la mairie était depuis longtemps constituée exclusivement de « hors sols ».

        1. Lastern

          Hors sol ? Qu’en termes choisis ces choses là sont dites….Rennes, ville qui s’occupe de tout. Elle nous distrait en nous organisant ou en appuyant des manifestations culturelles progressistes, elle nous fait faire du sport (« Tout Rennes court, marche, nage, »), elle nous ouvre à « l’autre » comme il est facile de le constater dans le centre-ville.
          Avec l’aide du journal local, elle nous dit le Bien dans chacun de ses bulletins, par moment on croirait lire le bulletin de la MGEN
          Urbanisme et architecture résolument à l’avant-garde, nos visiteurs lambinant à 70 km/h sur la rocade ouest auront tout loisir de le constater.

          Les Rennais adorent, en masse.

              1. Peste et coryza

                @Aristarkke
                J’aurai du lire ton commentaire avant de prendre la route…
                Le coup du periph à 70 km m’a surpris, pas freiné à temps, et paf, pruné…
                Mais qui a eu l’idée stupide de mettre un periph à 70km ?

  4. tabbehim

    Le droit privé? en France? mais bon Dieu cher h16, où avez vous que c’était possible?
    Mais ne vous inquiétez pas, le stade du : « on ’emprunte’ pour le bien publique tout les logements secondaire qui ne sont inoccupé plus de deux jours consécutifs, on fait un peu jouer le droit de préemption pour les terrains constructibles qui ne sont pas remplit de logement bisous compatible, et tout le monde sauf ceux doté de 2 neurones connecté applaudira. »
    Ben oui, tant que les mots réquisitions et spoliations ne seront pas employés, tout ira forcément bien 🙂
    Et puis, l’état français fait tout pour se faire aimer par sa base électorale, et quoi de mieux que de taper sur des ennemis désignés? propriétaire est devenu un mot péjoratif dans la vulgate de gauche ainsi qu’une cible désigné, comme entrepreneur, investisseur, argent….
    Au fait, il n’y a pas une élection bientôt? 🙂

      1. Nice-oliver

        A Nice, même la couleur du fond des piscines est règlementé… Si si… Idem pour la couleur des façades et même, en plus de la couleur, le type de volets!!! Et ce, au rythme des changements (et donc des préférences) des architectes conseils de la Mairie. Le PLU est une véritable horreur dans lequel même les instructeurs ont bien du mal à s’y retrouver!!!

        1. Nathalie

          Même le simple fait de vouloir refaire une cour identique à la précédente peut vous causer des ennuis. On peut vous demander de remplacer l’enrobé par du gravier. Pratique dans une cour en pente… Au premier orage les gravillons sont tous sur la route. Donc on s’abstient et on regarde pousser les herbes sur l’ancien revêtement… 🙁

          1. sam player

            Ca vient en général du fait que les eaux pluviales des enrobés (imperméables) sont envoyées à l’égoût et donc dans les stations d’épuration… qui débordent en cas de pluie et ne servent donc plus à rien.
            Le problème vient du fait que le retraitement des eaux (assainissement) est assis sur la consommation d’eau et que dans les années 70-80 on a tout envoyé à l’égout, même les eaux pluviales sans distinction, ce qui est complètement idiot alors qu’elles auraient pu être envoyées dans un puits perdu (plus ou moins interdit).
            Donc maintenant on essaie comme d’hab de régler la conséquence au lieu de s’en prendre à la cause et on légifère sur les revêtements des surfaces extérieures afin qu’elles soient perméables.
            Dans certaines communes il y a d’ailleurs une taxe sur les surfaces imperméables (parking par exemple).

            1. Nice-oliver

              Malgré des circuits d’EP et d’EU séparés, Nice impose des bacs de rétention d’eau pour les EP… Gros les bacs!!! Dans un lotissements de 4 lots, on totalise 180 m3 répartis en 5 bacs… Cela parait énorme? Et pourtant en novembre dernier, ils ont tous régulièrement débordé…

              1. Nathalie

                Oui je sais que tout ça c’est pour les eaux pluviales… Sauf qu’ils construisent comme des fous des immeubles avec larges allées en goudron et enquiquinent les petites villas avec leur 100 m2 de surface… pfff…

          2. Nice-oliver

            Ben faut refaire… Sans rien demander!!! Et avoir un dossier sur chacun de ses voisins pour tuer dans l’œuf toute tentative de délation. 😉

            1. kekoresin

              Oui faire sans demander est LA SOLUTION! Même en cas d’exercice du sport national depuis 1941, à savoir la bonne vieille délation pour la bonne cause, les mairies font appel à notre justice à la française avec des années de pleurnicheries en perspective et un trou dans le cul du budget communal égal au carré du diamètre du plus beau membré du barreau!

              En gros, faites trainer ou laissez la justice s’empêtrer dans sa propre guimauve. En plus, le code national de l’urbanisme est souvent en contradiction avec le code local…

          3. jga

            Là dessus la jurisprudence est claire: pour refaire à l’identique, même pas besoin de déclaration ou autorisation, et ce même si ledit identique n’a jamais été conforme avec le PLU. Donc trois photos, un constat d’huissier si vous sentez le vent venir, et vous faites vos travaux. En revanche, il faut vraiment se limiter à refaire pareil, quitte à faire en deux fois si vous avez aussi des modifications.

    1. carpe diem

      je viens de lire, ça semble surréaliste, vous êtes sûr qu’il ne s’agit pas d’un canular? si c’est vrai alors là, on touche des sommets…

        1. Popeye

          La mention de l’architecte des bâtiments de France dans cet article a un très fort goût de véridique.
          J’ai testé dans un département du centre de la France. Malheureux que j’étais, j’ai envisagé de mettre des velux à moins de 500 mètres d’une église classée monument historique…
          Le maire a pris ses responsabilités : l’avis de l’ABF n’est que consultatif. Mais ça a nécessité pas mal d’aller-retour de courrier

        1. honorbrachios

          @ newsdusysteme : déjà bravo ! Ensuite, sur le fait que des gens prennent vos infaux pour des infos, prouve, 1, que c’est bien fait, 2, qu’on est tous si habitués aux sorties invraisemblables de nos politiques que plus rien ne semble impossible…
          De plus, il y a bel et bien des réglementations et cerfas sur les portails….

          1. sam player

            Je viens d’entendre que les motards devront porter des gants homologués. D’habitude la réglementation était focalisée sur ce qui peut occasionner la mort… mais des gants LOL !
            Bientôt des slips homologués… le boss va lui falloir une grande taille… (voir présentation de l’auteur)

            Ca me rappelle un collègue qui voulait me prêter sa moto pour un essai et à qui j’avais dit qu’il n’aurait jamais de casques assez grand pour ma tête (XXXL) et que ça me posait souvent des problèmes… Lui m’a répondu qu’il comprenait car il avait le même problème avec les slips… 😀 😀 😀

            1. Aristarkke

              En fait, c’est déjà obligatoire pour les aspirants au permis moto qui doivent avoir le triptyque casque-gants-veste homologués avec en sus, une recommandation pour des bottillons eux aussi homologués (qui finiront bien par devenir obligatoires, eux aussi). Mais, effectivement, pour les ceusses ayant leur permis depuis antérieurement à la dernière modif’ de 2013, seul le casque homologué reste actuellement obligatoire.

            2. Aristarkke

              En plus, il faudra trimballer un gilet fluo pour ne pas oublier de le mettre surtout quand on est étendu à terre dans le décor sinon panpan au portefeuille… C’est vrai que les espaces de rangement sont légion sur une bécane…

  5. zen aztec

    quel dommage d’avoir foutu Kanner ministre il avait une tête à faire du cinéma.
    Les bureaux vides ou vacant c’est pas pareil?

  6. Nocte

    Du côté de chez moi, un maire socialiste LR a décidé que 3 ans de locaux commerciaux sans entreprise à l’intérieur cela signifiait que le propriétaire était un enfoiré qui ne voulait pas louer donc… Amende (j’ai zappé le calcul mais c’était relativement costaud) et menaces diverses.
    Pas une seule seconde le mec ne réfléchit en se disant que la transformation de l’artère commerçante en zone piétonne, les places autour devenues toutes payantes sauf un parking à 5 minutes à pied qui est squatté dès que possible par la mairie pour ses fiesta diverses et variées, ainsi que les impôts apparemment plutôt violents, ca ne donne pas envie de s’installer ou même d’y venir…

    1. sam player

      Avec ces amendes, que ce soit sur les logements ou les bouclards vacants, il me semble que le but est de compenser la perte de taxe d’habitation ou de taxe professionnelle induite par la vacance.
      Et donc, quelque soit la politique municipale rendant attractive ou pas la ville (circulation, parking, fiscalité), quelque soit le chiffre d’affaires des bailleurs et sa variation, à tous les coups la municipalité gagne.
      Les taxes et les impôts sont décorrélés des prix (comme pour les carburants) : c’est d’ailleurs ce qu’avait mis en évidence une étude comparative entre France, Allemagne et UK. D’un coté les taxes sont assises sur le résultat des entreprises, de l’autre (France) les taxes sont assises sur des masses n’ayant rien à voir avec la capacité bénéficiaire mais avec la capacité à produire : masse salariale, investissement, surface au sol, véhicules, consommation d’énergie etc…

      PS : le boss a copié mon gravatar, je vais de ce pas porter plainte !

      1. Nocte

        Les amendes sont bien entendues là pour récupérer le mankagagné… sinon, le maire s’en foutrait que les locaux soient vides.

        Pour le reste, je ne peux que te suivre.

  7. Kazar

    Sauf que pour la commune d’Ormesson, c’est juste du vent : les socialistes ne tarderont plus gère à dégager et le projet ne verra jamais le jour vu les délais de réalisation de ce genre de projet. Et c’est tant mieux !!!
    D’ailleurs, ce genre de petit cirque médiatique est d’autant plus minable que ce serait pour construire « 200 logements sociaux » alors que récemment, Thierry Repentin, délégué interministériel à la mixité sociale dans l’habitat (si si ça existe) déclarait dans les colonnes du Monde :

    « …alors même que 1,8 million de demandes de logement social sont en attente ».

    C’est à mourir de rire, on veut en construire 200, il y aurait 1,8 millions de demandes en attente (excusez du peu) et pourtant, on trouve par magie 70.000 logements vacants pour les migrants ??

    Décidément, les socialistes ne savent pas compter.

      1. Beldchamps

        C’est vraiment de l’idéologie pour casser du riche. Construire du logement social dans des zones à 3000€ le m2 c’est lamentable, je trouve ça indécent vis à vis des classes moyennes. Ces socialauds se délectent de voir les maisons des petits bourgeois perdre de leur valeur, les écoles baisser de niveau, ils adorent refaire les mêmes conneries, histoire de montrer qu’avec eux, ça va fonctionner, meme si leurs Kamarades ont déjà répété 100 fois les mêmes recettes pour les mêmes résultats : laisser une ville à l’agonie, un territoire exsangue.

        1. theo31

          C’est encore plus indécent avec les pauvres qui n’ont pas besoin d’être exhibés comme les trophées d’un zoo par des gros connards aisés qui s’achètent une fausse bonne conscience à leurs dépends.

    1. Aristarkke

      D’ ailleurs, Peak de la Faribole n’impose pas cette construction à un de ses séides au grand Coeur avéré. Il cherche plutôt à convertir de force un de ses opposants (selon la doctrine officielle) à la beauté du geste avec le pognon des autres…

  8. Nathalie

    J’avais un petit appart sur Paris… Je l’ai vendu me refusant à devoir le louer au rabais ou à payer une surtaxe foncière. Comme le loyer est la première chose qu’on arrête de payer par les temps qui courent, j’ai jugé plus sage de m’en défaire. Trop de problèmes en perspective. Et puis les charges qui grimpent de façon exponentielle et le quartier qui s’est mis à craindre…C’est décourageant d’être propriétaire dans ce pays. Attendons de voir ce qu’ils vont pondre pour les propriétaires de leur maison… Parce que ça aussi ça devient inacceptable pour certains.

      1. Patatrac

        @ Nocte 10h02
        « loyers fictifs »
        En Helvétie voisine, ce principe existe déjà. En simplifiant, le propriétaire d’un bien immobilier est tenu de déclarer un revenu (loyer) fictif, en contrepartie les charges d’intérêts sont déductibles de sa feuille d’impôts. L’effet pervers est double : l’endettement hypothécaire privé est devenu gigantesque, avec un effet de levier de presque 3 voire 4, et les prix de l’immobilier se sont envolés (le facteur démographique est aussi important). Si les taux repartent à la hausse ou, si malencontreusement le marché immobilier plonge, il y aura du rififi dans les chaumières.

        1. sam player

          Dire que le levier est de 3 à 4 c’est idiot car ça voudrait dire que les emprunts sont plus élevés que la valeur des logements par fois 3 ou 4.

          « Le montant total des dettes hypothécaires représente une dette d’environ 250’000 francs par logement. Mais cette dette est plus de deux fois moins importante que la valeur des logements, qui est de 600’000 francs en moyenne. Il faudrait vraiment que les prix soient divisés par deux pour que cela devienne préoccupant pour l’ensemble des propriétaires. »

          Il faut voir que les Suisses ne remboursent que rarement le capital de leur emprunt sauf à l’occasion de la vente ou d’une rentrée d’argent exceptionnel. L’emprunt se transmet même par héritage.

          1. tabbehim

            L’emprunt se transmet même par héritage

            Il y’a une bonne possibilité de fail générale là non?
            un emprunt qui devient inremboursable, ça fait quoi? rien? on se content de refiler la patate chaude aux descendant?
            🙂

            soit je vois vraiment des bulles prêtes à exploser partout, soit ce n’est pas un problème 🙂

            1. sam player

              Faut le voir sous un autre angle.
              Celui qui prête n’a pas pour but de récupérer son capital (pour quoi faire ?) mais d’avoir un rendement de son capital.

              S’il récupère son capital ce sera pour le prêter ailleurs donc que ce soit un prêt en continu à la même personne ou des prêts discontinus à des personnes différentes, le résultat est le même.

              Avec le capital, on n’achète que du capital pour avoir du rendement, ce capital étant en $$$ ou en biens.

              C’est surtout le terrain qui coûte cher en Suisse et bien souvent on construit des maisons à deux étages (1 étage par appartement) avec chacun son entrée privative, son terrain (un devant, un derrière) et chacun son ou ses garages.

              (j’ai travaillé dans une société fournissant les dalles de plancher pour l’isolation phonique entre ces 2 étages justement)

              1. tabbehim

                ok 🙂
                ça a le mérite de changer un certains nombres de doutes.
                Mais quid des héritages transmi? si les descendants ne peuvent payer quoique ce soit, qu’est ce qu’il se passe?
                tant que c’est un emprunt ou deux qui se retrouve dans la case perte sèche, ça passe, mais si trop d’héritier ne peuvent hériter de manière vivable ce genre d’emprunt?

                je suis du genre méfiant sur les emprunts qui ne sont pas remboursable du vivant de la personne ^^

                1. sam player

                  Il n’y a aucune différence avec un logement qui serait en indivision entre des héritiers, ils gardent ou ils vendent… sauf que en Suisse, s’il y a un prêt en cours une partie de la vente rembourse le prêt (alors qu’en france c’est l’assurance décés qui rembourse le prêt)…. et à supposer que la vente ne permette pas de rembourser le prêt il y a toujours moyen de refuser l’héritage…

                  On n’engage pas les générations futures avec ce type de prêt.

          2. Patatrac

            Le levier se réfère à l’apport minimum en capitaux propres rapporté au prix d’achat. Tous les instituts sont à 20% de capitaux propres, soit un levier (ou multiplicateur si vous voulez) de 5 au maximum sur la capacité de financement initiale, 30% dans certains cas – rares. Ce sont des faits, en quoi sont-ils idiots ?

            « Il faudrait même que les prix soient divisés par deux pour que cela devienne préoccupant » Une baisse de « seulement » 20%, le seul de capacité de financement, serait déjà cataclysmique.

            1. sam player

              Ce n’est tout simplement pas le sens commun de levier.
              S’il y a hypothèque il y a un bien en garantie.
              Perso mon dernier achat immobilier je l’ai financé avec zéro apport donc en suivant votre raisonnement avec un levier de 1/0 soit un levier infini. C’est en cela que c’est idiot.

              Cataclysmique… MDR mais on va déjà mourir sous 100 mètres d’eau… décidément chacun y va de sa surenchère… le concours est ouvert !

              1. Patatrac

                Diable comme vous y allez avec vos leçons! Préférez donc multiplicateur si levier ne vous convient pas.Votre finesse d’argumentation a été remarquée, entre autres lacunes.

                1. sam player

                  Non même pas multiplicateur.
                  Pour un LBO (Leverage Buy Out) on peut parler de levier car la valorisation d’une entreprise se fait sur la potentialité de futurs bénéfices… peut être… et si le business plan ne fonctionne pas, alors le prêteur ne pourra même pas se rembourser sur la valeur de l’entreprise. Il y a véritablement une prise de risque… mais pas avec une hypothèque, même dans un marché qui perdrait 20% : on achète un logement pour y habiter ou le louer, pas pour le revendre s’il perd 20%… pas vendu, pas perdu ! 😀

        2. Pheldge

          Un oncle (87 ans) auquel j’avais décrit le projet de loyer fictif proposé par Terra Nova m’a dit que ça existait en France avant 1965.

      1. Nice-Olivver

        Voui!!! Car la vie à Cannes lui était devenue impossible depuis l’élection de son frère… Forcément, il vivait dans un des 2 appartements cannois détenus par la fameuse SCI « La sapinière »… Et le cannois est curieux et pas très socialiste dans l’âme!!! 😉

  9. Gerldam

    Je viens également de vendre mon dernier appart en Grance pour racheter au delà des frontières où louer est normal et l’éviction des mauvais payeurs possible (pas facile, mais possible en deux ou trois mois).
    Et quand on pense qu’en 2017, nous aurons de choix entre trois candidats socialistes, cela me fait gerber.

  10. Pere Collateur

    Et on a pas fini de rigoler avec ces histoires d’immobilier:

    Coté bureau, avec l’avènement du télétravail, que pensez vous qu’il va arriver à tous ces projets construit ou en cours? Récement je voyais un article qui disait que 78 % des cadres à Paris n’avaient qu’une envie, foutre le camp! Tu m’étonnes! De passage dans la ville lumière il y a peu, pas besoins d’avoir fait de grandes études pour prédire le futur de ce cloaque infecte. Et, suivant l’adage de nos Amis Amerloques qui disent en substance « No parking, No business », même combat pour les surfaces commerciales de centre ville, quelque soit la ville, vu qu’ils font partout les mêmes imbécilités.

    Coté location, ici je ne m’étend pas; tout à été dit; on va donc vers une pénurie totale vu que louer devient trop hasardeux.

    Coté résidences secondaires, la profusion de ventes de maison dans les campagnes, à prix bradé, me fait dire que ce marché là aussi n’a pas fini de couler.

    Restera plus qu’à tenter de devenir proprio vu qu’on ne trouvera plus de locs ailleurs que via les longues files d’attentes pour un HLM avec petits dessous de tables pour monter dans la file.

    Bref, c’est tous sur les trottoires et sous les ponts que finira ce fier peuple qui continue, malgrès tout, à voter socialo…

    Mais comme le disait Bossuet, Dieu se rit de ceux qui se plaignent des conséquneces des causes qu’ils chérissent.

    Je dirait plus prosaiquement: Bien fait pour vos gueules bandes de tocards.

    1. tabbehim

      Non, je dirais plutôt : « il est déjà trop tard, tocard ! »

      soyons honnête, les villes seront les lieu de villégiatures des types qui votent pour les bons camps avec des magasins étatiques, des loisirs étatiques et des contrôles très étatiques des gens, et les campagnes seront délaissé et seront le lieu d’exil des citoyens qui pensent et qui veulent être libre.
      à ce moment là, les campagnes serviront d’exutoire facile aux politicards pour les populations bélantes des cités 🙂

      it’s the brave new world 🙂

  11. Harold Glitch

    Il suffirait de réduire un tantinet les surfaces-agricoles-subventionnées pour régler définitivement le problème. Pour l’assainissement, une micro-station d’épuration et le tour est joué. Fini, plus de problèmes.

    1. tabbehim

      heu….
      En France, les surface agricole se réduisent vite et bien déjà, si réduire les surface était la solution, ça devrais déjà être réglé 🙂

      Le problème est un faux problème.
      la solution, ces branquinioles du gouvernement la trouveront jamais, vu qu’ils posent mal le problème…..
      Il y’a tout ce qu’il faut de surface habitable….et de surface construite aussi d’ailleurs, la tension a été créé de manière artificielle.

  12. Bof

    Pour une fois, reportage intéressant hier au JT de France 2 sur le revers de la loi « DALO ».
    Ou comment ce droit opposable ne l’est absolument pas. Celui qui y croit se mord les doigts. Ainsi l’exemple d’un pauvre naïf qui a poursuivi l’Etat car il n’avait pas de logement . L’Etat a été condamné (au titre du DALO) à payer une amende de 500€ par mois. Mais pas au pauvre hère ! Non, l’amende va à une agence..de l’Etat.
    l’Etat condamné à se payer une amende à lui-même. On atteint des sommets. Même si, en l’occurrence, ça a pour conséquence de dynamiter cette co…rie de DALO.

    1. Pere Collateur

      Je trouve que c’est plutot sain en fait: Un demeuré a été assez naif pour croire à ces sornettes et s’est retrouvé gros jean comme devant.

      Logique. Et si la cohérence était respectée, ce genre de pignouf devrait payer tous les frais juridiques de la procédure, plus les pénalités. Et s’il y doit passer sa vie à rembourser, ca ne serait pour une fois, que justice!

  13. Malancourt

    A propos de l’explosion de la taxe foncière dans certaines communes, elle est applicable là où réside un parent, il est malade alors avec mon épouse nous gérons.

    L’année dernière la taxe foncière s’élevait à 600 euros pour un terrain qui jouxte sa propriété. Ce terrain est totalement enclavé, c’est à dire qu’il est matériellement impossible d’y construire une maison, cela n’a pas empêché la taxe de grimper à 2 700 euros.
    Je me suis donc rendu au centre des impôts. Là je dois dire honnêtement que j’y ai été bien reçu et qu’il n’a pas fallu plus de cinq minutes pour bénéficier d’un dégrèvement.
    Autre chose : le plan extrait du cadastre utilisée par l’employée qui m’a reçu n’était pas à jour, manquait une route ouverte depuis plusieurs années.

        1. BLACK MAMBA WARRIOR

          Il est de quel ordre cette attente ? Un , deux semaines de retard ou cela se compte en mois ? Et surtout quelle branche est touchée ?

  14. scrooge

    Petite histoire perso. J’ai investi dans une ZRR (loi Demessine) il y a quelques années, un peu aveuglé par l’avantage fiscal mais aussi par le fait que le bien serait loué par une société ayant la caisse des dépots comme actionnaire majoritaire. Tout se passe bien pendant 3-4 ans puis la dite société fait faillite et je pars dans un imbroglio invraissemblable (car cas non prévu par la loi).
    Raisons de l’histoire: l’avantage fiscal a fait pousser beaucoup plus d’appartements que le marché des locations de vacances sur cette zone pouvait l’absorber d’où un effondrement des loyers, d’où une incapacité à tenir les engagements initiaux de rentabilité pris par la dite société.
    Au cours de cette aventure nous nous sommes constitué en groupe de cocus pour nous défendre (on se sent moins seul et c’est objectivement plus efficace). Et là je constate que le même type d’appartement a vu son prix augmenter entre le moment où j’ai acheté et le moment où le dernier a acheté d’à peu près le montant de l’avantage fiscal. Dit autrement l’avantage fiscal a été entièrement croqué par les promoteurs au vu du succés des premières ventes (qui devaient déjà être surpayées mais pas trop car j’avais quand même regardé le prix de l’ancien dans le coin).
    Bilan de cette opération: l’etat transfère les impots des cocus dans la poche d’un promoteur local, créé une suroffre qui provoque la baisse significative de la valeur et de la rentabilité de l’immobilier existant ou nouveau, détourne cet argent d’un investissement immédiatement utile qui est le sujet de l’article (faire des constructions là où il y a de la demande).
    Un vrai cas d’école et un vrai métier d’avenir: être présent là où les subventions directes ou indirectes tombent. Il y aura toujours assez d’imbecilles pour se précipiter et accepter de se séparer de leur argent…

    1. sam player

      Merci du témoignage mais ce n’est pas nouveau.
      Les subventions quel que soit le nom qu’on leur donne (ristourne fiscale, PTZ, aide au logement etc…) solvabilise des emprunteurs ou locataires, augmentent donc la demande et donc les prix.
      Selon l’INSEE 60 à 80% des aides au logement se traduisent pas des augmentations de loyer.
      Googler :
      insee aides au logement hausse de loyers

      Ca peut être surprenant qu’une entreprise garantisse un rendement locatif et se tire une balle dans le slip avec une inflation de l’offre, mais en fait pas tant que ça puisque l’achat et la garantie ne sont pas liés. L’opération principale est celle du promoteur, c’est celle qui rapporte. Quand le projet est achevé, on ferme, l’argent est parti ailleurs… pour démarrer une nouvelle opération.

  15. dg

    En outre, la construction de bureaux près de quartiers « sensibles » comme on dit pudiquement, semble poser de gros problèmes. J’avais lu quelques part (et cela m’a été raconté par une amie qui en avait fait les frais) que des grosses boites qui avaient délocalisé leurs bureaux dans de ce type de zones (e.g. Seine St Denis pour ne pas la nommer), car cela coutait beaucoup moins cher en loyer, étaient en train de s’en mordre les doigts.
    Le fait que leurs employés crevaient de trouille, se faisaient régulièrement dépouiller leur portable ou leur iPhone de boulot par des CPF durant leur trajet du RER au bureau, nuisait un tantinet a la bonne marche de l’entreprise. Certaines avaient meme du louer les service de « grands-frères » pour assurer la sécurité de leurs employés.
    Bref, une économie qui s’est avérée fort couteuse à l’usage et certaine ont probablement déménagé pour aller sous des cieux plus cléments.

    1. Aristarkke

      Ils ont affronté la Terra Incognita d’ au delà du periph’…. avec les surprises causées par ces peuplades d’ autochtones importés…

    2. royaumont

      Oui, c’est notamment le cas des immeubles de bureau construits à Saint-Denis. Les employés ont eu rapidement pour consigne de ne pas trop s’attarder après la tombée de la nuit (pratique en novembre-décembre…) et de voyager groupés.
      Bref, les projets de déménagements vers ce pôle ont été retardés puis oubliés.

      1. Lark on the Wing

        « Les employés ont eu rapidement pour consigne de ne pas trop s’attarder après la tombée de la nuit (pratique en novembre-décembre…) et de voyager groupés. »

        C’est là où l’on se dit que, n’est-ce pas, John Wayne manque cruellement… le cercle de chariots, et les Indiens qui tombent sous le feu de sa Winch 73, ça avait de la gueule, quand même…

      2. Beldchamps

        Sans compter sur la perte des meilleurs salariés qui démissionnent en masse, l’impossibilité de recevoir des clients dans de bonnes conditions (c’est bête mais y’a pas de resto d’affaires sympa dans le quartier, donc c’est le resto « vue panoramique » dans l’immeuble). Une collègue m’a expliqué que la boîte où elle bossait a finalement déménagé à La Défense car les loyers n’étaient pas si élevés tous comptes faits : à Saint-Denis leurs locaux n’étaient pas chers les 1ères années puis ça a grimpé ensuite.

  16. Hendrik Casimir

    Ça tombe bien, je viens de recevoir le dernier ‘Global Competitiveness Report 2014-2015’ du World Economic Forum… et la France plonge, plonge, de plus en plus dans les bas-fonds du classement…
    Voyez par vous-même, vous pouvez télécharger le rapport …là :
    http://www.weforum.org/reports/global-competitiveness-report-2014-2015
    belle lecture pour le week-end, et quelques perles : ainsi la France (page 182) arrive à la 27ème place pour la ‘diversion of public fund’ / page 408, derrière la Malaisie et le Rwanda, entre autres, à la 42ème place dans la rubrique ‘Public Trust in politician’, à la 33ème place pour l’indépendance judiciaire, derrière le Costa Rica et l’ Uruguay (‘Hat Tip’ pour la Taubira), 72ème dans la rubrique ‘wastefulness of Government Spending’ – autrement dit du bon emploi de l’Argent des Autres (page 413), derrière l’Ethiopie, le Gabon ou la Bolivie, – il faut quand même le faire ,- etc , etc .. jusqu’à la 121ème place sur l’épineux problème du ‘Burden of Government Regulation’ – (traduisons élégamment par ‘lourdeurs administratives’ …) sujet du jour, dont parle notre cher Taulier ;la France est classée dans ce domaine loin derrière le Burundi, le Sri Lanka ou le Botswana … ça ne s’invente pas …
    et, ne vous y trompez pas, ce rapport est lu par des gens très sérieux, très propres sur eux, qui doivent décider d’investissements souvent très importants dans un pays donné… tirez en les conclusions qui s’imposent …
    Nous voilà donc parti, parce que nous le valons bien, vers The Road to Hell, … et avec Mou 1er aux manettes, forcément, ça va pulser …

  17. Hendrik Casimir

    sorry H16, je n’avais pas vu que l’on en avait déjà parlé…
    ça m’apprendra à ne pas suivre …
    commentaire inutile précédent …

  18. Jules

    Il y a une semaine ou deux, dans un débat télévisé sur la crise immobilière, une porte parole socialiste fustigeait les propriétaires (qui selon elle sont responsable de la crise :facepalm:)
    Elle a fini par avancée l’argument ultime des socialistes, je cite de mémoire : « Lorsqu’on est propriétaire d’un bien, on est pas libre d’en faire ce que l’on veut »
    Cette phrase à elle seule permet d’expliquer la crise.

    1. kekoresin

      Je crois qu’ils doivent les élever dans des sortes de kolkhozes pour crétins asservis à l’idéologie marxiste. A l’age adulte, ils sont bien murs pour les actions punitives et la propagande d’état. Je verrais bien sa tête d’abrutie rouler dans un panier en bas de Louisette!!!

  19. tabbehim

    je me demande pourquoi à ce que chaque fois que j’entend : « l’état va s’occuper de ……  » je sents l’arrivé d’un porte conteneur rempli à ras-bord de fail arriver en grande fanfare…….
    pourquoi est ce qu’à chaques fois qu’un politicard français dit qu’il va améliorer quelque chose, je m’attend à ce que ce quelque chose s’aggrave dans des mesures dantesques…..

    et après on me fait la réflexion que je suis un antipolitique et que c’est à cause de gens comme moi avec leur propos que les gens ne vont plus voter comme il faut et que l’anarchie s’installe *.*

    frapper un délégué syndicale, c’est vraiment interdit? 🙁

  20. Arturo3

    .. et une joyeuse asymétrie de traitement à souligner :
    1) Vous êtes en instance de divorce, le Juge aux Affaires familiales vous chasse de chez vous.
    2) Vous cherchez une location : Vous ne pouvez pas donner de garantie valable (la loi l’interdit), même si vous avez de quo payer quelques décennies de loyer. Donc on vous demande la preuve de revenus pérennes (un CDI… qui n’est qu’un CDD a durée incertaine).
    Nos « gouvernants » on créé un nouveau droit au logement : le droit de se faire héberger par des amis (s’ils le peuvent, ont la place, un mode de vie compatible…). Le droit de dormir dans sa voiture, aussi ?

    Sous prétexte de protéger certains, on prive les autres de la possibilité de se loger.
    Ça, c’est de la politique responsable !

    1. tabbehim

      tu as de l’argent, tu réfléchis, tu n’es donc pas bisous compatible.
      quand tu seras stupide, de gauche et pauvre, tu auras le droit de te loger 🙂

      ben oui, on ne peut appliquer une politique responsable à des gens qui ont les moyens d’être responsable d’eux même 🙂

    2. sam player

      « Vous êtes en instance de divorce… »

      Toutes des S…………………………………….. des sirènes bien sûr 😀

  21. Resistant Valaisan

    Deux remarques :

    – Pour l’ immobilier commercial (et à fortiori les bureaux décentrés), lire l’ avis de Charles Gave, en gros, avec l’ explosion du travail collaboratif à domicile, l’ avenir de ce type de biens est sombre :

    http://institutdeslibertes.org/strategie-dinvestissement/

    – Au sujet du contrôle des loyers, intéressante expérience faite à Rotterdam le mois passé. La Hollande plafonne les loyers à 720 euros/mois pour toute surface résidentielle inférieure à 75 m2 (ainsi que d’ autres critères…. la loi est absolument illisible et il faut embaucher des spécialistes pour se faire une idée). La ville dispose de trois auberges de jeunesse dont 50 à 75% de la clientèle sont…. des étudiants, incapables de se loger dans des appartements « normaux ». Pour ma part…. j’ ai acheté un petit appartement en centre ville. Aucune envie de le mettre sur le marché locatif normal. J’ ai embauché un manager qui le louera à des expats et des touristes via AirBNB histoire de maximiser le rendement. Et si ça ne marche pas…. aucun problème pour le louer au maximum du prix légal (720 euros/mois pour une chambre à coucher)…. parce que les étudiants sont si désespérés qu’ ils viendront y habiter à deux, quitte à dormir dans le salon.

    Merci l’ intervention étatique !

  22. infraniouzes

    Bonne nouvelle dans l’immobilier parisien. La Mairie, dirigée par la Marquise Hidalgo, va vendre aux amis du Qatar le stade de la porte d’Auteuil pour 100 M€.
    Ce sera facile de se rappeler le nom du stade: Le Parc DU Prince….

      1. zelectron

        Les enveloppes prévues pour les « bonnes œuvres » d’ilda go seront à disposition au Qatar ou pays de son choix sans qu’il soit possible d’en connaitre le montant pour des raisons de pure charité socialiste .

      2. Aristarkke

        Moi aussi, sachant que le moindre 100m2 parisien situé dans un coin pas trop pourri sans être top, tape le million d’euros comme d’autres une canette vide sur un trottoir… (blague à part, ce n’est pas dans le balayeur modèle standard que la Ville de Paris est la plus fournie…) 😈 Ce prix sent le renvoi d’ascenseur ou le petit cadeau qui entretient l’ amitié…

          1. Caton

            L’affaire de l’hippodrome de Compiègne s’est conclue par un non-lieu en décembre 2014 — sous Mou 1er.

            Salissez, salissez, il en restera toujours quelque chose…

            1. sam player

              Salissez ?
              57 ha pour 2.5ME soit 4E le m2 pour des parcelles contenant entre autres un golf et un hippodrome.
              Pas d’appel d’offre, pas de mise en concurrence, vente réalisée 2 jours après l’arrêté et 4 jours avant qu’il quitte le ministère du budget. La commission consultative et la mairie même pas avertie.
              Eric Woerth a été jugée par une juridiction d’exception, la CJR, la même qui a absout Fabius pour le sang contaminé.

              1. Caton

                La CJR est une juridiction très politisée, dont la particularité est que les juges en sont des parlementaires élus immédiatement après chaque élection. En 2014, la CJR était déjà socialiste, et fin 2014 condamner un ancien ministre de Sarko aurait été pain bénit pour le pouvoir actuellement en place. Et malgré cela la CJR a prononcé un non-lieu. Donc soit Eric Woerth est un socialiste qui s’ignore, soit il n’y a pas d’affaire. Et ce, quoi qu’en dise Wikipedia.

                  1. sam player

                    MDR Caton, c’est de ta famille ?
                    L’expert désigné par Cahuzac, ça c’est de la référence 😀
                    J’ai arrêté de lire à partir de là…

                    (j’avais donc bien compris le sens de ton « salissez », j’avais un doute)

                    1. Caton

                      Bon, j’avais un doute, il est levé.

                      De 2007 à 2012, la justice a été systématiquement instrumentalisée à des fins purement politiques. Un nombre ahurissant d’affaires contre des ministres en exercice ont fait les choux gras des merdia, de l’abus de faiblesse de Bettencourt à la vente de l’hippodrome de Compiègne. Des années d’accusations qui se sont soldées, toutes, par des non-lieux. Évidemment dans ces cas-là le secret de l’instruction est optionnel. Et cette stratégie a bien marché, vu le nombre d’idiots qui, encore aujourd’hui, n’ont pas compris. Les mêmes, probablement, qui s’émouvaient lorsque J.F. Kahn s’épanchait sur la censure qu’il subissait…

                      J’entends encore aujourd’hui des idiots utiles parler de la tyrannie de Sarkozy — ou de Hollande d’ailleurs. Ces gens n’ont aucune idée de ce qu’est une tyrannie, un séjour touristique au Burundi, au Rwanda, ou même en Côte d’Ivoire leur ouvrirait les yeux. Que pensez-vous qu’il se passe lorsqu’un président annonce plus ou moins discrètement qu’il exercera son droit de grâce pour assurer l’impunité à l’assassin de tel ou tel opposant?

                      Quelque chose me dit que la prochaine présidente pourrait être un peu moins chochotte et procéder ainsi au grand nettoyage qui s’impose.

                    2. Pheldge

                      @ Sam :  » je ne savais pas qu’on avait un sarkoziste ici.  » bin je dois être le second , tous les soirs , moi aussi j’ai une « bête en cours » qui me donne du pognon liquide 😉

                      Plus sérieusement GO, ta haine du bonhomme t’aveugle ! arrête de ne lire que merdiapart …

                    3. sam player

                      La haine de quel bonhomme Phelge ? Sarko ? Nan, même pas.
                      Woerth? Un pourri comme les autres. On est en plein dans le capitalisme de connivence. Une vente en sous-main en 2 jours et 4 jours avant de quitter son poste. Y avait vraiment urgence. Il aurait vendu un bien lui appartenant qu’il ne s’y serait pas pris autrement.

                    4. Pheldge

                      Vas-y sam, avec les 5 années d’instruction par des magistrats qui voulaient se faire et Sarko et ses amis, et qui aboutissent sur un non-lieu , tu persistes à voir de la connivence là où il y a surtout eu de la con.erie irréfléchie ! Et dans ce cas les magistrats qui l’ont blanchis, ils sont aussi complices …
                      Pappelle-toi la phrase de Madelin sur le choix entre machiavélisme et con.erie : c’est,en politique du moins, toujours le second qui l’emporte !

                    5. Pheldge

                      Oooops, Rappelle-toi , parce que si tu commences à te « pappeler » … on va vers la censure du post 🙂

                    6. sam player

                      Ne fais pas comme Caton, ne dévie pas le sujet… Décidément vous savez donner dans l’homme de paille aussi.
                      Je parle de Woerthe et d’une affaire spécifique : le gars de la SCC c’est son pote, le pote de sa femme… + tout ce qui est dit au-dessus. Quand on a des intérêts dans une opération, on doit se retirer et ça ne souffre aucune exception. Où était l’urgence ?

                    7. Pheldge

                      Donc, pour toi qui dois avoir des ptreuves qui ont échappé aux enquêteurs pendant les 5 années de l’instruction, Woerth est coupable, et les juges qui l’ont blanchi sont donc ses complices … Ah oui, le grand complot des élites , qui s’enrichissent sur le dos du peuple , l’UMPS toussa … Kazar, ôte ton masque 🙂

                    8. Pheldge

                      En passant, j’ai regardé les heures de tes posts : sam, il te faut dormir un peu, de temps en temps, ça permet au cerveau de se reposer ! les idées sont bien plus claires après 😉

                    9. sam player

                      Non Pheldge je ne suis pas juge. Je ne vais pas être à la fois le procureur, l’enquêteur, le juge et le flic.je ne dis pas qu’il est coupable, je dis que la façon dont a fonctionné la justice c’est de la pignouferie et que si ça a si mal fonctionné c’est qu’il y a de forts soupçons de collusion.
                      A commencer par la qualification de ce qui a déclenché l’enquête : une éventuelle prise illégale d’intérêts. C’est improuvable s’il n’y a pas des faits matériels ET un lien entre eux.
                      Je ne peux pas rentrer dans le détail, mais la procédure utilisée avec cet « expert » indépendant (mais nommé par une seule personne !) ne permet pas de rechercher ces éléments (par perquisistion par exemple) car il n’en a pas le pouvoir. C’est juste une consultation juridique.

                      Une qualification de trafic d’influence n’aurait pas été mieux.

                      Il y a une qualification pour ces faits c’est le conflit d’intérêt mais ce n’est pas puni par la loi (ah ah ah), c’est uniquement de la déontologie. Ainsi un policier ne peut pas enquêter sur un délit commis vis-a-vis de lui-même ou de sa famille ou de son entourage. Ce n’est pas interdit mais ça ferait peser de forts soupçons sur les preuves recueillies et conduirait certainement à un rejet de ces preuves.

                      Quant à la partialité de la CJR, et contrairement à ce que dit Caton, elle était à majorité de droite dans sa formation lors du rendu du jugement en décembre 2014 : 3G / 3D pour l’assemblée nationale et 2G / 4D pour le sénat suite au changement de majorité.

                      Si ce type de procédure ne t’étonne pas (être jugé par ses pairs) il faut rapidement changer notre justice et faire juger les criminels par des criminels, je suis sûr que les violeurs seraient plus à même d’apprécier les oeuvres de leurs comparses, voire à ordonner des reconsttutions 😀 … j’ai pas bien vu, on la refait !

                      PS : c’est ce même expert qui n’avait rien trouver à redire quand l’adjoint de Cahuzac dans sa commune avait traité directement des affaires communales avec une société dirigée par ses deux frères (de l’adjoint)… bah oui, c’est pas l’adjoint qui avait des intérêts dans l’affaire, juste ses frères… rhoooo… Bon l’adjoint en final a été condamné, mais pas par la CJR, par un tribunal normal.

                  2. Adolfo Ramirez Jr

                    4 euros le m², c’est minimum 50 fois pas assez cher. Apres l’article dit qu’il a le droit de vendre ça une bouchée de pain… En effet, il vend un bien de l’Etat et rien ne l’oblige a vendre au prix du marché sinon le bon sens. Mais les gens qui crient a la corruption ne peuvent rien prouver et n’ont qu’a circuler!

                    1. bob razovski

                      En effet, on peut le voir comme ça.

                      Je pense plus vicieusement , et c’est l’éternelle phrase « j’ai confiance en la justice de mon pays », entendue à chaque ouverture d’affaire, qui me suggère l’idée que :

                      – on ouvre un dossier pour montrer au petit peuple que l’élite n’est pas au dessus des lois, ça rassure
                      – on en profite au passage pour constituer un vrai dossier
                      – mais ce dossier ne servira qu’à faire contrepoids le jour où l’élite opposé se retrouvera aussi dans la panade.

                      Je te tiens, tu me tiens, par la barbichèèèèteuuuuuh

                      Certes, c’est un peu capillotracté, mais est-ce impossible ?

  23. sam player

    HS

    Air France : avec l’infographie du Figaro c’est assez drôle de comparer les compagnies Air France et British Airways qui ont le même CA : 15Mds… mais…

    Air France a plus de 50% de salariés en plus qui travaille 25% de moins, gagne plus de 2 fois plus, a plus d’avions mais dessert 2 fois moins de destination… alors comment s’étonner que BA fait un bénéfice de 1300 millions quand AF perd 376 millions…

    Mais France is in the air… ça flotte Charlotte

  24. Lark on the Wing

    « Le droit de propriété, c’est la portion des biens que l’Etat vous garantit », je cite de mémoire, mais c’est de Robespierre….

    1. Lark on the Wing

      A propos d’Ormesson sur Marne, et du Canaire, on mentionnait ce dernier dans le Kanard Enchaîné d’il y a quinze jours, pour avoir, en bon passionné de golf – sport éminemment populaire – fait construire un practice dans les jardins de son ministère…

      Peut-être qu’à Ormesson… s’ils implantaient un 18 trous, hein ?… il leur ficherait la paix…

  25. kekoresin

    En parlant de normes handicapés, dans ma charmante commune, on trouve des appartement sociaux tout neufs, avec des normes handicapés sentant le bon vivre ensemble dans l’égalité et l’allégresse. SAUF QUE, les étages sont bien aux normes mais il n’y a pas d’ascenseur. Donc une fois qu’on a hisser le malheureux ex-motard passé de 2 à 4 roulettes parce qu’il n’avait pas l’équipement homologué pourtant OBLIGATOIRE, et bien l’univers du dit malheureux se résume à 1 étage. Alors, heureux!

  26. Val

    En fait, la martingale est toujours la même : sous couvert de soi disant bonnes intentions : ici manque le logement , on taxe comme des malades et on encaisse.

    Les français réagissent à cette nouvelle agression et se faisant déplacent leurs actifs ailleurs, j’attends la bonne grosse propagande pour diriger cet afflux dans la nasse prévue à cet effet .
    Une fois le transfert effectué dans cette nouvelle nasse aménagée : on invente un nouveau prétexte , et c’est reparti pour une nouvelle taxe. And the winner takes it all, comme dans la chanson ( https://www.youtube.com/watch?v=iyIOl-s7JTU )
    J’attends avec amusement la taxe sur l’argent qui « dort » en banque , et les bons gros arguments culpabilisants qui les accompagneront.

  27. gatling

    Je suis complétement d’accord avec ce que vous dites sur la construction de bureaux. J’ai remarqué moi-même quantité de projets de construction aberrants et révoltants sur Paris. Dernier foutage de gueule repéré : la dalle construite récemment au-dessus des rails de la gare de Lyon près de la bibliothèque François Miterrand. Que des bureaux et commerces!!

    Par contre, sur la partie concernant la location, vous êtes à côté de la plaque. La location, c’est à tuer. La vraie richesse consiste à être propriétaire de son logement, c’est la base sur laquelle tout le monde pourrait construire sa vie plus sereinement et le refuge du dernier espoir en cas de situation de crise (pour soi ou du pays). Celui qui, effectivement, tombe dans la rue n’en sort pas…

    Au contraire, un marché de la location juteux ne va faire qu’attirer les rentiers qui vont se faire un plaisir d’être multiproprétaires pour… louer ensuite. Et donc s’accaparer la seule richesse que les rentiers ne doivent surtout pas s’accaparer si on veut éviter une révolution : l’habitat. N’oubliez pas que la France, c’est pas les US, les terrains à batir sont en quantité beaucoup plus limité de part la taille du pays (à se partager avec l’agriculture)

    En France 60% des gens sont proprios, en Angleterre 70% et en Espagne 80%… Et bien anecdote : Sur Paris et même en Province, je vois des SDF partout malgré les 10% de chômage. J’adore l’Espagne et j’y vais souvent. Là bas, je n’en croise pas un seul malgré les 20% de chômage…

    1. « La vraie richesse consiste à être propriétaire de son logement »
      Lol.

      « Là bas, je n’en croise pas un seul malgré les 20% de chômage… »
      Et d’après vous, la faute à quoi ?

Laisser un commentaire