Encore un peu de propagande détendue à l’Éducation Nationale

L’instruction est un véritable champ de bataille duquel il serait dommage de ne pas profiter pour pilonner consciencieusement nos têtes blondes avec de la bonne propagande étatiste. C’est exactement ce à quoi s’emploie l’Éducation Nationale par le truchement, redoutable, de petits manuels construits pour cette tâche discrète ô combien essentielle pour former notre future élite, celle-là même qu’on voit d’ailleurs déployer avec aisance ses raisonnements affûtés comme du beurre chaud, depuis un mois, tous les soirs, place de la République.

Ainsi avais-je noté, il y a quelques temps déjà, une nette tendance, dans certains manuels, à l’infiltration de messages assez orientés politiquement. Entre les manuels de biologie qui dégenraient à tout va ou ceux d’économie dont l’aspect alternatif des enseignements laissaient perplexes, il devenait difficile d’écarter d’un haussement d’épaule l’évident parti-pris des exercices et des textes fournis aux élèves de France.

Oh, bien sûr, on trouve toujours l’un ou l’autre exercice qu’on n’aura aucun mal à classer dans la catégorie, de plus en plus bondée, du WTF, cet aimable fourre-tout où viennent s’échouer les idées plus ou moins baroques de nos éditeurs de manuels qui n’hésitent pas, par exemple, à nous dépoter un petit Claude François pour un exercice SVT (sciences de la vie et de la Terre, apparemment) sur la résistance électrique et les évidents principes de sécurité avant de tripoter des trucs électriques dans son bain (fun et de bon goût, vous en conviendrez).

manuel scolaire - claude françois

Cliquez pour plus de Claude François électrique

Mais quand bien même : à côté de ces … disons trucs ludico-éducatifs pour les petits scholéronautes de l’improbable, on découvre régulièrement d’inquiétantes pépites prosélytes.

C’est donc sans grand étonnement mais avec toujours la même dose de consternation que j’ai appris d’un lecteur (qui se reconnaîtra et que je remercie) que la tendance, pour l’année 2016, ne se dément pas : on découvre, au détour d’une des pages d’un livre d’activités (i.e. un manuel contenant des fiches d’exercices) de Français, à destination des candidats au bac professionnel, une magnifique pleine double-page consacrée à une étude de cas étonnante.

Sous la question « Le progrès peut-il nous rendre malade ? » — déjà quelque peu chargée en elle-même — on peut lire l’interview de Catherine Grèze, député européenne Europe-Écologie, dont on ne pourra pas dire qu’elle soit particulièrement exempte de toute charge politique claire. En voici une petite copie d’écran :

manuel scolaire - électro sensibilité

Cliquez pour agrandir la propagande à sa taille risible

Et comme elle n’est pas forcément très lisible, je vous encourage à aller regarder de vous même sur le site de l’éditeur qui propose très aimablement de fouiller soi-même les pages du manuel.

Mais en substance, l’exercice proposé permet de faire passer un message clair : oui, le progrès peut rendre malade, c’est d’ailleurs une député qui le dit et qui, de surcroît, cite un cancérologue, donc c’est du sérieux, ça, mon brave monsieur, c’est du solide, et ça vaut donc le coup de lister les problèmes et dangers soulevés par cette élue, ainsi que les solutions qu’elle préconise évidemment. On pourra aussi résumer l’article en quelques lignes, transformer les phrases interrogatives directes en indirectes, surligner des chiffres, les classer, souligner des mots (pomme de terre par exemple) et en discuter avec son voisin.

Notez qu’il n’est absolument pas question d’analyser la solidité des éléments proposés ou de remettre en question les réflexions de l’élue. C’est normal, me direz-vous, puisqu’il s’agit d’un exercice de français, mais c’est aussi comme cela qu’on fait passer des idées, des concepts et des discours chez des élèves, même si ces concepts, ces idées et ces discours reposent sur du vent, des approximations ou des affirmations qui, scientifiquement, ne tiennent pas la route. Et justement : il n’est pas dans les attributions du professeur de français de discerner la véracité des discours proposés, ce qui fait de lui, a minima, un accessoire de ce genre de propagande ou, pire, un complice.

Eh oui : le manuel choisit ouvertement de relayer sans le moindre filtre une source indirecte (une élue dont le fond de commerce, comme tout personnage politique, repose avant tout sur l’exploitation de l’émotivité et de la crédulité plus ou moins grandes des votants) qui base son discours sur les propos d’un cancérologue, lui-même largement sorti de son domaine d’expertise et qui ne fait pas mystère de ses positionnements farouchement anti-progrès.

Certes, on étudie du Victor Hugo alors qu’il fut député et certes, on pourrait m’objecter qu’alors, l’étude en cours de français d’un texte politique n’a rien de choquant. Mais voilà : n’est pas Hugo qui veut, et ce dernier, depuis longtemps mort, enterré et panthéonisé, a largement gagné sa place dans la littérature. L’étude d’une interview politique d’une élue d’une formation actuelle ne peut en rien se comparer à ses vibrantes prises de positions engagées, et représente bien un moyen sous couvert d’exercice de français d’enfoncer des idées politiques dans le crâne malléable des élèves.

Et c’est tellement vrai que si le texte n’était pas issu d’une député Europe-Écologie, mais – au hasard – d’un député d’extrême-droite, vous pouvez parier gros que l’exercice de français aurait immanquablement porté sur le démontage en règle des bobards proférés, avec analyse des procédés de langage mis en place.

Autrement dit, si le sujet de l’exercice avait été sur les questions rhétoriques, celle en tête de chapitre aurait alors constitué un parfait exemple tant il semble évident, pour les auteurs du manuel qui n’hésitent absolument pas à faire une agréable publicité – très visible sur la double page – pour l’association des Robins des Toits, que oui, tout à fait, « le progrès peut nous rendre malade »

dr house ondes homeopathieEnfin, on ne pourra que s’étonner du double langage officiel de l’Éducation Nationale qui entend combattre, par la voix même de sa ministre, les méchantes théories du complot, mais n’hésite pas à relayer les incroyables allégations qui voudrait que soient biaisé, faux ou trompeur l’ensemble des recherches menées jusqu’à présent et qui n’ont jamais réussi à prouver le moindre effet ionisant des ondes radios utilisées dans différents procédés de communications actuels. En somme, en vertu du momifiant principe de précaution, comme on n’a pas réussi à prouver – et pour cause ! – qu’il n’y avait aucun risque dans nos technologies, considérons-les par défaut comme délétères et n’en parlons plus, ou plutôt, relayons avec gourmandise dans des manuels de français.

Non, vraiment aucun doute n’est permis : la propagande continue joyeusement à l’Éducation Nationale jusque dans les choix du ministère sur de pareils manuels.

Commentaires283

  1. Le Gnôme

    On pourrait rebaptiser ce ministère de l’éducation en ministère de la propagande.

    Ceci dit, Claude François pour les têtes blondes , c’est aussi éloigné que Fréhel pour moi.

    1. Yrr

      Pour les têtes blondes ??

      Vous avez déjà été voir, récemment, à quoi ressemble une salle de classe en république française 2016 ?
      Nos chères petites têtes crépues vous attendent.

      Nous sommes FUBAR à 100%

      1. sam00

        Faites attention, même Brighelli a eu des problèmes en écrivant dans un de ces livres que toutes les têtes n’étaient pas blondes dans les classes …

        1. Jeanpierre

          A la limite, c’est l’expression tête blonde qui devrait être bannie. Dans le chantier de restructuration des éléments lexicaux, cet idiome est un scandale antisocial car il introduit une discrimination selon un critère physique. C’est raciste. On ne devrait même pas en parler. Fasciste va…

  2. Guillaume_rc

    Et vous aurez remarqué que se déroulent les assises de la refondation de l’école, gros exercice d’enfumage et de calinothérapie vis-à-vis de enseignants.
    Ceux du primaire ayant mal digéré cette sombre connerie des nouveaux rythmes scolaires
    Ceux du secondaire n’ayant toujours pas digéré la réforme en cours des collèges.

    Refondation de l’école : rien que cet intitulé devrait faire hurler.

    Mais non, les médias incapables de discernement et d’une complaisance écoeurante vis à vis de Belkacem ne disent rien.

    1. Calvin

      Najat a surtout demandé aux enseignants de ne rien dire sur les réformes et autres refondements.
      Puis, elle a dit aux médias que les enseignants n’avaient pas soulevé le moindre problème !

      1. Royaumont

        Les réunions imposées aux professeurs de collèges pour leur faire avaler la réforme ne se passent… pas toujours très bien.
        Les inspecteurs, sommés de porter la bonne parole, se trouvent en butte à une hostilité qui se cache de moins en moins. Comme en plus ils n’ont, et pour cause, aucun argument sérieux à faire valoir pour défendre la réforme, ils en sont réduits aux faux-fuyants ou à l’autoritarisme dans ce qu’il a de plus idiot (c’est comme ça, faites ce qu’on vous demande et taisez-vous).
        Pas sûr dans ces conditions, que la tentative d’achat de clientèle lancée par Hollande soit couronner de succès. Les enseignants ne semblent pas prêts à vendre leur dignité professionnelle contre un pourboire.

        1. Bonsaï

          J’imagine assez bien la guerre feutrée qui doit avoir lieu entre les « aînés », ceux qui ont bénéficié de la culture et des manuels d’avant, et les nouveaux entrants désormais majoritaires dans le paysage et fortement désireux d’en découdre pour remplacer la figure paternaliste et légitimiste du « français de souche ».

          1. Royaumont

            Même pas. Si les plus jeunes ayant plus à craindre se taisent, ils ne portent pas pour autant la réforme. Même s’il ont biberonné la doxa gauchisante jusqu’au concours, quelques mois en ZEP, PEP ou autre coupe-gorge leur apprend la réalité à marche forcée.
            Seuls quelques carriéristes frustrés soutiennent la réforme, par intérêt.

            1. Calvin

              Par intérêt, par refus du réel, et surtout par déconnexion des réalités du quotidien des enseignants.
              C’est sûr que les personnels détachés sont… détachés des difficultés.

          2. Deres

            Le gouvernement est en mode « achat de la paix social » en vue des élections. Tous les publics ont droit à leur subvention ou à leur mesure. La réalité est que les chiffres de la croissance 2015 meilleur que prévu et l’inflation nulle a dégagé une « cagnotte » de 5 milliards qui a déjà été dépensé immédiatement (intermittents, enseignants, …) . Même la loi travail est devenu une fumisterie et ne contient au final que des mesures apaisant les syndicats (+15% au heures syndicales principalement, compte pénibilité en gestion paritaire avec bonus obscurs, …) et le MEDEF (il obtient la majorité de la représentation patronale au détriment des artisans). Et le gouvernement ajoute une deuxième couche avec le lancement de nombreuses promesses coûteuses pour 2017 et après, sachant que cela ne coûte rien actuellement et que cela permet un chantage à la réélection pour le maintien de ces mesures, plus forte que des promesses en apparence.

              1. Kazar

                Ces abr…is de socialistes veulent tout changer partout tout le temps, c’est l’idée qu’ils se font du progrès. D’ailleurs, ils clament à tout bout de champ qu’ils sont progressistes.

              2. Guillaume_rc

                c’est vraiment une tanche.
                La grande spécialité de la « Droite » c’est de ne pas oser toucher à ce qu’a fait la Gauche : les 35h, la décentralisation, l’élève au centre de l’Ecole…..
                Pas une réforme fondamentale de Gauche n’a été défaite par la Droite (dont la caractéristique majeure semble être l’absence de testicules).

                  1. Deres

                    D’ailleurs, ces abrogations des mesures de droite sont une faute démocratique majeure de Hollande qui va a terme être très nocive pour le pays. C’est le premier a l’avoir fait de façon aussi massive et systématique, créant par la même un précédent. Cela signifie qu’un nouveau gouvernement/parlement issu des urnes ne reconnait aps la légitimité de leurs prédécesseurs. Autrement dit que la loi n’aura plus aucune stabilité. De plus, on imagine bien que cela diminuera encore plus la quantité de « réformes », déjà minimalistes, l’essentiel de l’action d’un gouvernement devenant la destruction des actions des précédents et la remise en place de ses propres mesures annulés. On a se lancer dans un cercle vicieux de l’immobilisme.

                    1. Deres

                      Noter bien que comme la plupart des lois nécessite pour être appliqué des décrets d’application qui mettent souvent un an avant de sortir, cela signifie que pendant un quinquennat, la dernière année du parlement est complètement inutile.

                1. Deres

                  Ce n’est-pas le problème. C’est juste un argument électoral pour faire du chantage aux bénéficiaires du clientélisme hollandais. Le message est qu’en cas d’alternance, leurs gains pourront disparaître donc qu’il faut bien réfléchir avant de voter.

    1. Royaumont

      Ces grossières tentatives ne sont pas nouvelles. Je me souviens de mon manuel de géographie de Terminal, où, pour l’agriculture, on présentait en regard des paysans pauvres des Appalaches et un sovkhoze modèle d’Ukraine. L’agriculture américaine était donc arriérée et sinistrée, celle de l’URSS moderne, performante, dynamique et prospère.
      Cette année-là, le Mur tombait…

      1. sam00

        L’histoire s’est trompée, sûrement …
        Et les citoyens ont encore montré que si on les laisse faire, ils agissent contre leur intérêt en fuyant le paradis communiste pour aller vers l’enfer capitaliste …

      2. Peste et coryza

        Les Appalaches aussi… mis à part des mines de charbon et des survivalistes, il y a quoi là bas ?
        Par contre, je ne suis pas sur que le fermier de la cornbelt (même s’il élève des angus) soit à plaindre.

    2. Aristarkke

      Allons, allons! Plus qu’un quart de siècle à patienter avant de bénéficier d’un rééquipement en remonte.
      Peut-être qu’il sera à énergie photo voltaïque au lieu de piles???

    1. bob razovski

      😆

      J’ai pensé la même chose. J’imagine bien les gamins arrêter leur addiction au smartphone…

      Les stupidités étatiques par voie scolaire, c’est bien. Mais nombre d’élèves se foutent totalement de ce qu’on apprend à l’école et l’oublient une fois passées les grilles de l’établissement.

      Faut-il être con (ou politique) pour ne jamais s’en rendre compte ?

      1. Peste et coryza

        De toute façon, est-ce que ça à quelque chose professionnellement ?

        Pas plus tard que dimanche, entre deux rondelles de saucisson et des bières à la framboise, un ingé informatique me disait qu’il n’utilisait que 10% de ce qu’il avait appris en cours. Tout le reste, il l’a acquis sur le tas.

        1. Yrr

          Pour ma part (ingénieur chimiste) j’estime la part de ce que j’ai appris d’utile à 5%.
          L’EN est complètement à côté de la plaque.

        2. sam player

          On dit souvent que passé 3 à 5 ans l’expérience professionnelle a plus d’importance que le diplôme.
          Un diplôme ne valide pas des connaissances mais des capacités de raisonnement et de compréhension… Si vous n’avez pas compris cela…

          1. Hang’em high

            GO, il faut être plus compatissant envers tes plastrons habituels : pour ma part, j’éprouve grande pitié pour ces amateurs de bières framboisines…

              1. Hang’em high

                S’il faut être parfaitement candide… j’avouerai qu’un jour, il m’est arrivé de boire une Kriek… sans réel déplaisir…. vaut pas un Orval, quand même….

                1. Aristarkke

                  Qu’il est agréable de voir la progression de ta résurrection depuis quelques jours. Remonté sur ton destrier…

        3. Aristarkke

          P&C, avec tes connaissances en biologie, pourquoi ne postules tu pas dans l’industrie brassicole ??? Il n’y a quand même pas que de la bière chargée en framboises dans ce secteur???

        4. Pheldge

          Un bon chimiste qui sait bien surveiller ses cornues et en faire sortir de la pure à 98 % voire plus trouve toujours du boulot !

  3. cretinusalpestris

    En 2005, l’EN était la « fabrique du crétin ».

    En 2016, le crétin est devenu enseignant et il fabrique des robots, à la chaîne.

    En 2027, que fabriqueront ces robots ?

  4. Peyreloubes

    D’autant que Claude François n’est pas mort comme ça. Je le tiens du premier flic e la brigade territoriale, qui est entré dans l’appartement bd Exelmans.

    1. Calvin

      Mouais. Belle légende urbaine, il me semble.
      Une connaissance m’a dit exactement la même chose.
      Ou les flics sont rentrés à 450 dans l’appartement, ou il y a un biais..

              1. Pheldge

                Euh, pas exactement gamin, le « sexe à piles », c’est la prothèse qu’on a greffée au papet pour ses 80 ans en 1969 (année érotique que tu n’as pas connue )

  5. Alecton

    Je souscris pleinement au fond du texte mais suis un peu embêté de voir attribué à l’EdNat ce qui ne relève pas de totalement de l’Ednat. Quand Hachette créé un manuel scolaire, Hachette se doit de le faire passer en commission ; se pose alors la question de ce qui précède le WTF, est ce la volonté de ménager les sensibilités de ladite commission, ou est ce une obligation permettant d’obtenir le précieux sésame ?

    C’est un peu le même problème lors d’une épreuve d’économie. Le pauvre étudiant, s’il souhaite obtenir le précieux diplôme, se doit d’être mou, consensuel et Keynésien, comme tout manuel scolaire ; je ne sais plus qui blâmer au final :
    – l’Ednat ;
    – les profs marxistes (pléonasme…)
    – l’étudiant ou Hachette pour être faux-cul

    1. Allons. En final, c’est bien la Commission qui édicte les programmes, choisit les manuels, travaille avec les éditeurs.

      Je rappelle à ce sujet que la méthode de lecture Boscher continue à être éditée et est un succès d’imprimerie tous les ans. Si les éditeurs choisissaient et imposaient à l’EdNat, nul doute que cette méthode réapparaîtrait en force.

      1. Aristarkke

        Bel exemple de capitalisme de connivence de la part des éditeurs: Et vas-y que je te fourgue à l’Ednat le shit qu’ elle demande pour abrutir ou abêtir les futurs payeurs de retraite et vas-y que je te fourgue le contrepoison aux parents desdits…

  6. Pheldge

    Entre les profs marxistes, les journaleux aux ordres, et les socialistes et étatistes de tous bords, un grand sentiment de solitude m’envahit …

  7. Daniel

    On pourrait continuer dans cette voie et montrer les dangers de l’énergie cinétique à travers l’accident de Coluche, les dangers des surdoses de médicaments avec Dalida, et démontrer l’existence du vide intersidéral intergalactique, festif, républicain, citoyen par l’étude du cerveau des membres du gouvernement.

    1. bob razovski

      Et démonter les négligences par arme à feu avec Bérégovoy, les danger de la simplification fiscaleavec les phobies de Thevenou, la relativité des tarifications des déplacements en milieu urbain avec Saal et Placé… :mrgreen:

      On pourrait même introduire trois nouvelles variables dans les problèmes de math qui parlent des trains :

      X= grève
      Y=mauvais entretien des voies
      Z=vol des caténaires ou des ballast

      😉

      1. Nomi

        J’aurais plutôt vu un sujet centré sur les risques de la fonction politique: le métier est vraiment trop trop dur: il rend gras, con, et autoritaire, ou bien au contraire maigre, con, et autoritaire.

        A cause des pénibles repas quotidiens dans les gastro parisiens, un haut responsable politique a 65 % de risques supplémentaires de déclarer des troubles dégénérant en cancer du système digestif et en infarctus.

        L’exposition au redoutable genre femelle du biotope ministériel les expose à des risques accrus de blessure par lâchage d’élastique de string, et la pression affreuse à 25 % de risques de mourir de suicide par balle dans la nuque.

        En conséquence, expliquez en quoi les politiciens/ciennes sont de grandes femmes et de grands hommes qui se sacrifient pour le bien de la France et du mâonde.

        1. Peste et coryza

          On a connu pire comme métier… et puis, la rémunération est à hauteur des risques encourus et de leur capacités de nuisance.
          Et ce n’est pas Félix Faure qui va s’en plaindre. En voilà un qui a du mourir le sourire aux lèvres, comme David Carradine.

          1. Nomi

            Comme son prénom l’indique, Félix est mort heureux. Y’a pire en effet comme pompe funèbre 🙂

            Mais aujourd’hui c’est vachement beaucoup plus dur d’être président, même que Hollande il a dit: « le monde n’est pas facile, et parfois, il n’est pas gentil ». Alors à défaut de se faire pomper, c’est bourré d’inquiétude et de prévenance qu’ils soufflent de l’air dans les cerveaux libres qu’on leur envoie à l’ednat. Pt’être qu’ils espèrent collecter du cosmogol, à force de pomper l’air?

      2. Aristarkke

        Vous oubliâtes:
        – V conditions météo: soleil pluie neige vent brouillard nuit jour
        – W feuilles d’arbres sur les voies

      1. Hang’em high

        aaah! la « combustion spontanée »… et je ne parle pas des brouzoufs cramés dans les feux de joie habituels du monde politique….

      1. bibi

        Non Je ne suis pas fanatique de la dissection car elle n’apporterait pas grand chose.
        Ce qu’il faut faire pour étudier des cerveaux aussi malade c’est une vivisection.
        Ce qui nous permettra de savoir comment ils ont été hontectomisés sans avoir recours à la trépanation.

  8. Bonsaï

    Il est utile de noter jour après jour les subterfuges, manipulations grossières et autres entourloupes dont se rend coupable le gouvernement en place (et les précédents). A elle seule, la liste devrait ouvrir des procès en sorcellerie à la chaîne.
    Or, rien ne se passe. Il faut donc logiquement en déduire que sur les véritables commanditaires de ces méfaits, puisqu’on voit qu’ils tous dans la même veine, on ne veut pas ou on n’ose s’interroger.
    Et pourtant c’est bien là que réside l’explication de tout le scénario…

        1. René-Pierre Samary

          Tant d’indices convergent, qu’on finit par se demander s’il n’y a pas une volonté, consciente ou pas, de crétiniser un peuple (il ne faut pas un gros effort pour cela). « Trop de gens se placent au-dessus de l’humanité pour la régenter, trop de gens font métier de s’occuper d’elle. »Frédéric Bastiat.
          Un peuple avec une « mission » ?

          1. BDC

            Le but étant de véhiculer une idéologie, il ne reste pas beaucoup de temps pour apprendre à lire, écrire, compter. Najat a déjà déployé beaucoup d’efforts à défendre sa théorie du genre, repérer les parents qui ne sont pas Charlie, combattre les théories du complot, instaurer l’Egalité pour tous, etc. alors la grammaire et le calcul … bof, c’est moins important que la remise des bisous, on verra plus tard.

  9. petit-chat

    Pauvres parents qui, dès le soir rentrés, doivent décontaminer leurs gosses de toutes le conneries lues (avec la méthode globale, c’est déjà un vrai exploit pour eux), ou entendues entre deux parties sur leur smartphone.
    Au final, ce sera les élèves les plus branleurs, les plus hermétiques, qui s’en sortiront le mieux devenus adultes.

    1. Peste et coryza

      Et il y a encore la fac pour ceux dont les parents ne peuvent payer une école de co ou une école d’ingé !
      5 an de gauchisme en intraveineuse, qui dit mieux ?

    2. Pheldge

      Pauvres parents ? mais , mon pauvre ami, après 40 années de socialisme et de propagande, combien sont-ils à avoir encore un peu d’esprit critique ?

      1. ronchonette

        ou culpabiliser… (mais vous vous rendez pas compte, mal appris, l’alphabet peut pénaliser votre enfant, ou votre méthode être différente de celle de l’école et perturber gravement votre enfant!!!!!)

  10. Peste et coryza

    Et dire que j’étais tellement désespéré que j’étais à deux doigts de tenter le concours…

    Remarque : nombre de profs sont conscients de la déconfiture de l’ednat, mais il faut bien faire bouillir la marmite, quitte à servir de la propagande et un enseignement frelaté aux gosses (les gosses de profs, eux, sont dans le privé).
    Un bon prof, c’est comme un officier : rampant (devant les supérieurs) et baveux (auprès des collègues).

    1. Pheldge

      Tu es bête, les hommes manquent … Et à de nombreux concours, la moyenne a été bien rabaissée pour qu’il y ait des reçus … Après , tu épouses une ultra-marine pour te faire muter, et à toi la belle vie ! ( de préférence Calédonie, Tahiti )

      1. Peste et coryza

        Je sais.
        Admissible à 6/20 au Capes l’année dernière… mais que voulez vous, j’ai tenté Biochimie…

        @Calvin
        La reconversion est très dure pour un prof. Je connais un prof de physique chimie, ancien ingénieur agro, qui a essayé. 2 ans de chômage… pour redevenir prof. Même comme conducteur de ligne, aucune boite ne voulait de lui.

        1. Peste et coryza

          6/20, c’était au Capes d’anglais je précise. Je le sais car une copine agrégée d’anglais était membre du jury.

        2. sam player

          P&C je te l’ai déjà dit, on n’embauche pas quelqu’un ayant un diplôme trop élevé par rapport au poste et ce pour 2 raisons principales :
          – ceux qui acceptent un tel poste en dessous de leur compétence sauteront sur la première occasion pour se barrer
          – pas mal de conventions collectives obligent à un coefficient et un salaire minimum en fonction des diplômes et non du poste occupé.

          Accessoirement ça met une mauvaise ambiance dans une équipe quand il y a des disparités dans les niveaux de compétences sur le floor. Et le niveau d’études n’est pas du tout un pass pour tenir des postes de bas niveau: des gens peu éduqués sont souvent meilleurs dans des postes d’éxécution.

          1. Peste et coryza

            Je sais, mais du coup quel choix reste-t-il pour le trop diplômé que veux se reconvertir ? Monter sa boite ?
            Le gus en question en avait vraiment ras le bol de l’educnat… et il y est coincé.
            Sachant qu’en plus, après plusieurs années dans l’enseignement, vos compétences en agro en ont sensiblement pris un coup…

            1. sam player

              P&C
              J’ai entre autres une licence en droit et je ne l’ai jamais marquée dans mon CV puisque ça n’augmentait pas mon niveau de diplôme. Au contraire, si j’en parle, ça ne me donnera pas de salaire en plus mais ça ne peut que me donner plus de responsabilités en cas de problèmes : là je peux juste dire « je ne savais pas » si je fais une grosse bourde dans un contrat client.

            2. sam00

              P&C : L’informatique offre beaucoup de possibilités de reconversion. Le secteur recrute bien, on y manque de bras, et grimper les échelons un à un y est encore possible.

              Sortant de doctorat de sciences, se fut mon cas. J’ai exploiter les deux années de chômage pendant lesquelles je n’essuyais que des refus (quand on me répondait) pour faire de l’auto-formation.
              Par contre, il faut vraiment s’astreindre durement à un rythme soutenu pour arriver à un bon niveau de compétences, et cibler aussi ce qui est recherché sur votre bassin d’emploi …

              En développement, le filon commence à se tarir un peu vu que les écoles et universités forment des tombereaux de dev chaque année (souvent médiocres, mais c’est un autre sujet) … par contre, les développeurs Cobol et Fortran (ou autres langages considérés obsolètes) sont très recherché car presque plus personne ne sait programmer et maintenir du code dans ces langages …

              En administration système, il y a encore de la place … surtout sous Linux et surtout pour des personnes multi-compétentes et débrouillardes.

              Penser aussi à cibler les PME qui recherchent souvent un mouton à cinq pattes (pas possible de financer une équipe de dix personnes), et qui ont souvent des vieux applicatif métier que plus personne ne sais entretenir (j’ai une vieille appli VB6 au boulot, et il faudra encore quelques années avec d’avoir put migrer l’ensemble des fonctionnalités vers la nouvelle application de gestion)

              Un prof de sciences, donc scientifique, ne devrait pas avoir trop de mal à se reconvertir dans ces domaines … mais ça demande quand même énormément de volonté et de travail …
              En même temps c’est ça ou EDnat à vie : fait ton choix camarade 😉

              1. Peste et coryza

                @Samoo

                J’avais pensé rechercher un contrat de professionnalisation… j’ai bien réussi à apprendre un langage de programmation tout seul, mais les résultats ne sont guère glorieux (Papyrus et un peu de Python). Je n’ai pas encore trouvé le moyen de faire un tableau comme je le veux.

                  1. Peste et coryza

                    Quoi ?

                    Un contrat pro, c’est l’occasion de se former dans une boite, avec des gens qui s’y connaissent. Non seulement ça socialise, mais ça permet de se former dans un contexte professionnel avec des gens qui s’y connaissent. J’ai déjà postulé à plusieurs annonces en ce sens, il y a encore des boites qui recherchent du bac+5 à +8 à reconvertir vers l’informatique.
                    Jamais plus je ne retournerai sur les bancs de la fac.

                    Quant à apprendre soi même, il faut bien confronter ce que on est capable de faire avec ce que les œuvres de professionnels : si tu n’es pas capable de comprendre leur code, c’est qu’il y a encore du boulot. Dans le cas de mes compétences en python, Veni, Vidi, Victis.

                    1. sam player

                      Pheldge, il y a des métiers dans lesquels il faut du talent et le codage fait partie de ceux-là, il y a une part d’inné dedans.
                      D’ailleurs ceux qui sont le plus efficace sont tombés dedans tout petit sans que ce soit à l’origine une contrainte pour bouffer, juste pour s’amuser et se simplifier la vie.
                      D’ailleurs Niel et son école 42 a pour but de les détecter.
                      Y en a tu leur files Excel et ils vont s’en servir comme d’une machine à calculer et d’autres vont te bâtir petit à petit une gestion de stock.
                      J’en ai vu un faire en 3 mois des shipping lists automatiques en extrayant les données de diverses origines (plans, part lists, bill of materials) sans que ça empiète sur son job, du moins on ne s’en est pas rendu compte.

                    2. Peste et coryza

                      @Sam

                      Je sais, j’ai pu le voir lors de salons de recrutement… mais que veux tu, je n’ai jamais eu l’esprit fumeur de joint, et j’ai fait la fac pour choper une place. Maintenant il faut que je me recycle, mais je ne sais pas vers où aller précisément, à ceci près que je suis bon quand il s’agit de technique. Je fais de la programmation à titre de loisir, mais je suis loin d’être aussi spontané que les personnes que tu décris.

                      Sinon, j’avais pensé transférer mes compétences comme brasseur ou maitre de chai, mais ça ne recrute pas tant que ça…
                      J’ai même parfois été si désespéré que j’ai postulé comme agent de gare à la SNCF…

    2. bob razovski

      « Un bon prof, c’est comme un officier : rampant (devant les supérieurs) et baveux (auprès des collègues). »

      Alors qu’un bon socialiste est un socialiste mort – major général Sheridan – 😉

    3. Nathalie

      Il semblerait que le privé ne soit pas épargné par la réforme… Surtout le privé sous contrat qui veut conserver ses subventions.

      1. Royaumont

        Le privé a un peu plus de latitude pour sauver les meubles.
        Quant au privé hors contrat, il ne s’est jamais aussi bien porté, les nouveaux établissements fleurissent un peu partout. Becassine a failli en faire une attaque et cherche à multiplier les vexations à leur encontre.

    4. Guillaume_rc

      Pareil ; j’ai failli tenter le concours (j’adore l’Histoire, j’aime partager mes connaissances et, cerise sur le gâteau, ma femme étant prof des écoles, on s’est dit qu’on aurait pour une fois nos vacances ensemble)

      Et puis quand tu vois la connerie intersidérale des inspecteurs, le nombre de couleuvres que les prof doivent avaler, les pressions inouïes pour qu’ils ferment leur gueule à propos des réformes, la baisse catastrophique du niveau des profs, l’absence totale de soutien face aux élèves et aux parents agressifs, l’impossibilité de sanctionner les fouteurs de merde…
      Tu te dis « finalement non, je vais continuer à en chier dans le privé »

      1. Royaumont

        Si on aime l’Histoire (passion que je partage), il faut fuir l’enseignement secondaire ! C’est peut-être la matière la plus maltraitée par les programmes, ce qui n’est pas peu dire.

          1. Bonsaï

            Quand on commence à tripatouiller l’Histoire, c’est le dernier stade avant « Fahrenheit 451 », référence au roman de Ray Bradbury où la chasse aux livres oblige les gens cultivés à s’organiser pour mémoriser le plus de textes possible…

                1. Hang’em high

                  Mauvais Français qui lit des romans de l’Ennemi Héréditaire…. quoique… le démontage du socialisme fabien y est plutôt plaisant…

        1. Guillaume_rc

          @Royaumont

          Exact : ça fait aussi partie des raisons qui m’ont fait abandonner l’idée de passer le concours.

          Au passage, nouveaux programmes du primaire en Histoire : plus du tout de chronologie mais des « séquences ».
          La guerre dans l’Histoire, les paysans dans l’Histoire, le femmes dans l’Histoire etc.
          Ils ont oublié la connerie dans l’Histoire mais en sont un bon exemple.

          1. Royaumont

            Pas de chronologie en Histoire… Ce n’est pas nouveau, mais c’est une hérésie. Sans chronologie, on peut inverser des rapports de cause à effet et démontrer… n’importe quoi, sur commande.

            C’est comme cela qu’un collègue m’a expliqué que la révolution française avait eu pour conséquence l’indépendance des Etats-Unis (authentique !). Un grand moment de solitude.

            1. Lorelei

              Il faut lui faire écouter l’émission de F. Ferrand sur Europe1 hier après-midi. Il en parlait justement.
              Sinon, a priori, la page concernant Claude François devrait être retirée du manuel, si on écoute les infos du 13heures.
              Mais qui a donc eu cette idée folle de mettre une personne décédée en illustration d’un cours?

              1. Peste et coryza

                Pourquoi pas, cela peut être pédagogique.

                En EPS, pour apprendre à ne pas surestimer sa force : Milon de Crotone.
                En Physique, pour apprendre à ne pas courir la donzelle : Louis III.

                  1. Peste et coryza

                    François Hollande !
                    Épreuve de maths : connaissant l’age moyen à lequel François Hollande lourde ses maitresse, calculez le temps restant à Julie Gayet en tant que courtisane en chef.

                  2. Pheldge

                    Ah bah non, que si tu retires tous le morts, comment on fait pour parler du « Sauveur de la Nation » aka François M. ?
                    Il faut écrire de nouveaux évangiles laïcs disait Peillon …

    5. Jeanpierre

      Il semblerait qu’on ne fréquente pas les mêmes officiers, ni les mêmes profs. Comme quoi, la généralisation abusive n’atteint pas que les députés EELV…

    6. ODE

      mouais… je suis enseignante en lycée (privé SC). premièrement vos supérieurs n’ont rien à vous dire sur le contenu de vos cours. Pour ma part je n’utilise pas de manuel, les élèves le gardent chez eux et je fais mes propres groupements de textes. Je sais que bcp de collègues font la même chose. Et puis dans le manuel, on prend ce qu’on veut.
      Personnellement je constate avec mes enfants l’infinie supériorité des manuels des années 50, cette année on a décidé de les basculer dans le hors contrat à cause de ça.
      Certes, ce pas-là, la plupart des profs et des parents ne sont pas prêts à le faire mais…. les idées changent peu à peu. Les gens se rendent compte qu’il y a un problème, cependant pour beaucoup de parents l’école est un genre de grande garderie, alors on doit se battre tout seul pour que leurs enfants écrivent correctement ou apprennent du Hugo, parce qu’on pourrait regarder des DVD pendant le cours, ça ne leur ferait ni chaud ni froid, aux parents. Dans le privé les parents les plus engagés sont soucieux qu’il y ait du catéchisme mais pas que les professeurs soient qualifiés.
      Pour avoir ce souci-là il faut s’intéresser un tant soit peu à la question, donc avoir l’esprit particulièrement vif et intéressé, + prendre un risque (on découvre tant de choses quand on gratte un peu derrière les apparences, je connais des gens qui n’ont pas supporté les sites de « réinformation », trop dur à porter pour eux de se rendre compte du problème -> ont arrêté de se « réinformer »). Il faut lire des livres, combien de gens ne lisent jamais!!
      Bref beaucoup de parents sont consommateurs face à l’école, on ne saurait le leur reprocher. Ceux qui sont conscients du problème, j’en connais pas mal, pour beaucoup il y a un pb de moyens, ils ont peu de temps et peu de moyens = pas le temps de réfléchir à tout cela et donc aux choix pour leurs enfants; pas de moyens pour les mettre dans le privé et encore moins dans le hors contrat. Sachant qu’en province chez moi, dans les collèges publics il ne reste que très très peu de Français du coup les familles envisagent de mettre leur enfant dans le privé à partir du collège. Ils gardent des économies pour ça.
      Malheureusement le contenu des cours en primaire est tout simplement catastrophique, nul, rien, zéro. La maîtresse de mon fils en CE2 trouve que « le français, c’est dur », elle préfère des choses « sympa » (au hasard, le recyclage des déchets).
      Bon bref pour revenir au sujet, votre directeur n’a rien à dire sur le contenu des cours. J’ajouterais que sauf si on est inspecté – là on fait en sorte de coller aux consignes – on peut aller au but par les moyens que l’on veut. Par exemple pour apprendre aux secondes à faire un commentaire composé, je peux choisir ce que je veux, l’année dernière j’ai proposé du Péguy.
      Et je connais certains collègues qui ont poussé la rébellion jusqu’au bout, refus de monter les notes au bac ou prise de tête avec l’inspecteur, ils ont accepté les conséquences sur leurs salaires mais au moins ils gardent la tête haute.
      Je connais très peu de collègues qui trouvent normal et correct ce qu’on nous fait faire au bac. J’ai mis un 10 à un élève qui avait une carte de séjour et ne parlait quasiment pas français, à l’oral de rattrapage. A l’écrit il avait 3, et bam! je suis allée dans l’ordinateur central, j’ai EFFACE le 3 et j’ai mis 10 à la place.
      Oui on finit soit par se mépriser, soit par se remettre en question, soit par se dire qu’il y a d’autres endroits où on travaillera avec plus de sérieux et où nos compétences seront mieux utilisées. Moi je vais partir bientôt. Sauf une exception, parmi mes amis agrégés plus aucun n’est en poste. Du coup on recrute des gens au niveau faible, ayant un diplôme de moindre qualité ou sans rapport avec la matière.
      L’ensemble est une vaste fumisterie, il n’y a aucun doute là-dessus. Il y a des vidéos de gens n’étant jamais allés à l’école, qui finissent par me convaincre.

      Aux niveaux supérieurs c’est pareil, beaucoup de professeurs se rendent compte qu’il y a un problème (un des sujets de comparée à l’agrég de lettres n’est pas anodin: « romans de la fin d’un monde »), pour les autres, on leur donne ce qu’ils veulent… Dans le rapport du jury de l’agrég un professeur explique qu’Agrippa d’Aubigné est homophobe et raciste, bon. Sur le moment ça m’a énervée, puis après tout, tant pis pour ce prof s’il est idiot.

      J’ai une fois écrit à mon grand-grand chef. Il nous avait écrit suite au 7 janvier pour nous dire que l’enseignement catholique cherchait des réponses au problème. Je lui ai écrit qu’à mon avis on pouvait envisager d’apprendre à nouveau la grammaire en primaire (pour mieux communiquer ensemble et parler la même langue) et envisager de porter le message de paix du Christ aux musulmans. Bam, bam, je me suis fait convoquer par mon directeur qui m’a dit que le Christ était quand même beaucoup plus sympa que moi parce que lui, il ne cherchait pas à convertir les gens, non mais quoi.
      A quoi bon discuter avec des gens obtus???? Autant aller les chercher ailleurs, les gens intelligents. On n’est pas soumis pour autant.

      Je connais des personnes ayant des hautes fonctions dans l’enseignement catholique sous contrat, dont les enfants sont dans le hors contrat.
      On a un peu l’impression d’être dans ce film avec des gens qui « sortent de la matrice »: quand je repère des gens un peu conscients du problème touchant l’EN et tout le système de l’école, leurs enfants sont presque toujours dans des systèmes d’éducation alternatifs (précepteurs, écoles à la maison, etc.)
      Sauf vocations, que je connais et qui existent. Dans ce cas les gens arrivent à résister intellectuellement à leur milieu ambiant et apprennent à leurs enfants à le faire.
      Bref. Brighelli dit tout cela mieux que moi.

      1. cherea

        Bonjour ODE,

        Témoignage très intéressant. Je vous remercie et me permets de vous demander quelques précisions.

        « Bref beaucoup de parents sont consommateurs face à l’école ». J’entends souvent les professeurs se plaindre que les parents se mêlent trop de l’école, mais bon j’imagine que ça doit aller dans les deux sens.

         » ils ont accepté les conséquences sur leurs salaires » Vous pouvez expliquer, il me semble, ou suis-je mal informé que les salaires des fonctionnaires, qui plus est de l’EN sont plus ou moins garantis par une grille salariale assez claire.

        Maintenant, tout le monde semble d’accord sur le constat. La question suivante: Qu’est-ce qu’on fait au niveau de l’Education Nationale?

        Je ne parle pas des actions que chacun peut prendre au niveau individuel: apprentissage de la lecture, lycée HC…

        D’ailleurs, j’ai un gamin de 16 mois, donc l’école ce sera le plus tard possible pour lui, mais quelles sont les recommandations d’une professionnelle pour la scolarité d’un bébé?

        Je ne pense pas qu’il y ait une seule solution, mais je propose très modestement de renommer ce ministère et lui donner pour intitulé: « Ministère de l’Instruction Publique » avec en sous-entendu « l’éducation c’est les parents, l’instruction l’école »

        D’ailleurs, HS, mais je n’en peux plus de tous les intitulés de ces ministères à la con, faudrait tout reprendre depuis le début:

        Ministère des Affaires Extérieures
        Ministère des Armées
        Ministère de l’Économie…

              1. Pheldge

                Non mon vieux 😉 ( ce n’est pas insultant, c’est taquin, je précise ) car la langue de boa, abscons le strict or 🙂

        1. bibi

          Je crois que j’ai réussi tout seul l’exercice avec les mots en ul, ule, ulle, à condition que gare mon véhicule soit la réponse attendue à :
          Et si quand j’avance tu recules, Comment veux-tu que je …?

          1. Pheldge

            Ahhhh, là il faut l’intervention d’un expert ! permettez-moi donc de suggérer : que je te « bouscule » , que je « tente à cul », que je « minus cul » …

      2. Diogène

        Oui, vous touchez au fond du problème. Il suffit d’une génération perdue pour que cesse la transmission. Donc CPEF, QED. Et dire que tout le monde pleurniche sur la possible disparition d’une espèce de moustique….
        HS, mais pas tant : tunnel creusé à 98%, encore deux mètres et ciao!

      3. Nathalie

        Quel est l’intérêt au Bac de sacquer un élève qui a eu 15 toute l’année en voulant faire de la notation à l’ancienne ? C’est assez injuste au final de mettre 10 à un inculte avéré et 11 à un élève qui a élaboré son devoir, structuré ses idées et ajouté du contenu. Plusieurs élèves (dont mon fils je dois le dire) ont été confrontés à cette révolte des notes de profs qui ont décidé de noter sec au Bac Français. Moralité, ils sont dans un bon établissement et arrivent avec les même notes que les débiles des quartiers sensibles… Et le dossier s’en ressent. Je comprends les profs qui s’insurgent contre la baisse de niveau, mais je comprends aussi les élèves qui n’y sont pour rien et qui ont travaillé toute l’année à un certain niveau et se retrouvent pénalisés. Dommage.

        1. sam player

          Merci je pensais la même chose concernant cette note remontée à 10, mais étant très réservé je n’osais pas le dire. Ca me rappelle mes profs qui me notaient par rapport à ce que j’aurais pu faire en y mettant de la bonne volonté au lieu de noter le résultat (du relatif donc au lieu d’absolu). L’injustice, l’histoire de ma vie.

              1. Bonsaï

                Il faut s’y faire, les gens très intelligents sont souvent de grands solitaires. C’est parfois dur à vivre mais présente toutefois d’indéniables avantages…

                1. Peste et coryza

                  +1
                  Au retour de vacances, j’ai passé 3 jours chez des couples d’amis (oui, je squatte).
                  3 jours à être au milieu de couples qui s’engueulent… finalement, le célibat peut être un soulagement.

        2. sam00

          Votre commentaire est très juste Nathalie … hélas.

          Après, cela fait des années que tout les politiciens de ce pays (et ceux qui les élisent) se gargarisent du mot « égalité » et font la chasse à la sélection et l’excellence … il ne faut donc pas être surpris si cela conduit à ce que les notes de tous les élèves soient les mêmes, sans lien aucun avec leur niveau. Et le fait que ce soit injuste n’y change rien.

  11. Infraniouzes

    Le bidouille de l’info ne date pas d’hier. Les premières communications de l’État français à la suite de la catastrophe de Tchernobyl (26 avril 1986) ont été falsifiées par le Professeur Pierre Pellerin, directeur du Service central de protection contre les rayonnements ionisants (SCPRI), un service dépendant du Ministère de la Santé. Ce professeur, fut l’une des premières personnes informées en France, puisque contacté le 28 avril par ses collègues suédois, qui l’avertissaient de la contamination radioactive de leur atmosphère, qu’ils imputaient à un accident nucléaire soviétique, sans pour le moment disposer de davantage d’informations. Au journal du 13 heures, 29 avril, le Professeur Chanteur, adjoint du Professeur Pellerin, déclare : « on pourra certainement détecter dans quelques jours le passage des particules mais, du point de vue de la santé publique, il n’y a aucun risque »
    Et on a su par la suite que de faux bulletins météo ont été fabriqués par les autorités pour insinuer que le nuage de Tchernobyl s’était arrêté à nos frontières.
    En matière de désinformation ou de travestissement de la réalité on a déjà fait mieux…

    1. Calvin

      Non. Le Pr Pellerin a bien été réhabilité et c’est Noël Mamère qui a été condamné pour diffamation (et sauvé grâce à la liberté d’expression accordée au seul camp du bien).

            1. Royaumont

              Non, c’est normal, on ne peut pas défendre les libertés, dont la liberté d’expression, et se fermer aux avis divergents. Après, si les commentateurs lui mette un volée de bois vert, ça fait parti du jeu.
              Par ailleurs, l’unanimité est source d’erreurs (c’est le Talmud qui le dit, je crois), la contradiction est nécessaire pour réfléchir sur ses propres opinions.
              Bref, par cette démarche, Contrepoints est conséquent.

      1. Duff

        je vous passe les détails sur les champignons toussa, j’aimerais que chacun médite sur le fait de faire de la politique et véhiculer des idées libérales ce qui est visiblement antinomique:

    2. sam player

      Madelin sur Atlantico

      « L’idée du « nuage qui s’arrête à la frontière » est en fait largement liée à la différence de traitement des retombées radioactives de part et d’autre du Rhin par les autorités publiques.
      L’Allemagne cependant sonnait l’alarme et sous la pression des écologistes, des mesures étaient prises dans les landër dirigés par les sociaux-démocrates à partir de seuils d’alertes considérablement inférieurs.

      L’opinion retiendra le contraste entre les propos alarmistes des allemands et ceux rassurants des autorités françaises. Entre des mesures de prévention prises en Allemagne quand de l’autre côté du Rhin, les autorités françaises restaient inactives, comme si « le nuage de Tchernobyl s’était arrêté à la frontière ». »

      http://www.atlantico.fr/decryptage/tchernobyl-nuage-mensonge-alain-madelin-177474.html

  12. Peste et coryza

    C’était ce que je me suis dit aussi (mis à part que je ne suis pas marié). Va comprendre, j’adore l’histoire, je bosse dans la biologie.

    Résultat : pour faire bouillir la marmite, mais si je peux faire autre chose, ce sera préférable.

  13. Bonsaï

    HS : Pour changer du parc scolaire, une petite alerte sur le parc nucléaire français :
    EXCLUSIF – L’audit mené après la découverte d’une « anomalie » sur la cuve de l’EPR de Flamanville a révélé des incohérences dans les dossiers de fabrication des composants nucléaires sur le site d’Areva au Creusot. Il pourrait s’agir de falsifications.
    in lesechos.fr

    1. Marabout

      Il n’y a eu aucune anomalie de détectée sur la cuve de l’EPR. Il y a eu une anomalie sur du matériel qui a été fabriqué dans les mêmes conditions, nuance. Un peu comme une anomalie détectée sur une voiture, et on rappelle tous les modèles. Une grande partie du retard et du surcoût est du aux politiques. Exemple entre mille : les organismes de surveillances sont payés (par Areva ou EDF) à la non-conformité détectée, et ont autorité pour bloquer tout le chantier, grace à plein de jolis décrets et arrêtés édictés exprès pour l’EPR. Du coup, ils ont tout intérêt à ralentir le projet le plus possible. Capitalisme, connivence, toussa…

      Par contre, je n’ai quasiment pas entendu parler de la chute d’un générateur de vapeur à Paluel, incident autrement plus grave.

      1. sam player

        Si. Les anomalies ont été relevés sur des copeaux d’acier lors de l’usinage des pièces de la cuve de l’EPR d’où s’en est suivi des essais sur une cuve similaire qui a montré les mêmes défauts.

        La chute du vieux GV ne sera certainement même pas classée comme incident nucléaire, celle-ci ayant eu lieu à l’arrêt pendant une opération de maintenance et n’ayant entraîné aucune contamination.
        Le basculement d’un GV est quelque chose d’assez sportif.

        1. Marabout

          Pouvez-vous sourcer l’histoire des copeaux ? Parce que même les rapports de l’ASN n’en font pas mention : « Areva a proposé à l’ASN en septembre 2012 de réaliser des essais destructifs de traction et de résilience sur la calotte supérieure de cuve qui était initialement destinée à un autre projet de réacteur EPR » (Source ASN http://www.asn.fr/Media/Files/Precisions-techniques-sur-les-anomalies-de-fabrication-de-la-cuve-de-l-EPR-de-Flamanville )

          Sinon, pour Paluel, je vous rejoins sur le côté non contaminant ; je ne faisais que m’étonner de l’absence de réaction outrée de la part des journalistes et autres pastèques, toujours prompts à s’agglutiner sur un fait divers telles des mouches scathophage sur une déjection bovine. 😉

          1. sam player

            Googlez
            défaut cuve epr copeau
            Je ne peux pas trop rentrer dans le détail sous peine d’être facilement identifié mais en 2007 je travaillais en liaison avec ce projet. Mais les éléments sont dans les infos que vous trouverez dans les liens.

            De manière générale quand une pièce est forgée il y a des éprouvettes témoins qui suivent le même processus d’élaboration et de traitement que la pièce principale. En cas de doute il est courant de prélever les copeaux, voire même de prélever un échantillon directement sur la pièce principale par découpe, usinage, électro-érosion et réparer la pièce ensuite pour reboucher la zone de prélèvement.
            Areva a même développé des machines d’électro-érosion pour cela.

    2. Calvin

      Mélanger l’EPR en cours de construction et l’ensemble du parc nucléaire français est quand même assez hardi…

  14. Nathalie

    On n’a pas fini de se lamenter aux prochaines évaluations de niveau mondial… On va encore se casser la figure dans le hit parade. Bientôt au niveau du Sahel ? Désert éducatif et culturel…

      1. bob razovski

        Vus de loin, certes. Mais approchons nous, la différence est subtile… au niveau fractal.

        C’est là qu’on voit toute la subtilité de la politique de (ré)éducation nationale : tout dans le fractal.

  15. Cerf D

    La résistance de son corps était faible et a permis le passage d’une forte intensité
    Mékissoncons !

    Le corps humain est mauvais conducteur. Un courant de quelques dizaines de mA (donc faible) est suffisant pour être mortel.

    1. bob razovski

      « Le corps humain est mauvais conducteur. »

      C’est d’ailleurs ce que martèle Perrichon à tout bout de champ !

  16. bob razovski

    J’ai peur de ne pas tout saisir…

    « Et remercions l’école de tant nous y aider en multipliant les enseignements doctrinaires : économie (libérale), (…) »

    On apprendrait l’économie libérale à l’école ?

        1. bibi

          Attention sucrer les bêtises peut provoquer le diabète.

          Ceci est un communiqué signé manger-bouger en collaboration avec l’éducation nationale et sponsoriser par l’eau de Vichy.

  17. Rara’

    Pour information, Bordas vient de reculer sur le cloclogate. Et hachette, c’est d’la merde. Avec un peu de chance, personne ne commandera leur manuel.

    Personnellement, je n’ai pas de manuel, c’est plus simple.

  18. sam00

    En matière d’économie, la propagande à déjà fait de très gros dégâts :

    http://www.lefigaro.fr/vox/economie/2016/05/02/31007-20160502ARTFIG00113-helicopter-money-une-solution-pour-reparer-la-zone-euro.php

    Hélicoptère monnaie en passant par la banque de France pour aller aider la SNCF à investir (oui oui, vous avez bien lu), et création d’Obligation à Durée Indéterminée … dit autrement : on dote la dette des état du statut d’éternité et vous ne remboursera jamais le capital prêté (l’article s’offre même le luxe de préciser ce point pour le cas où l’humble lecteur n’aurait pas compris)

    Franchement, on me demande comment nous n’y avons pas pensé plus tôt!?

      1. Peste et coryza

        Pas la peine de les trouver, suffira de les forcer.
        Genre le gus lambda avec son livret A ou son assurance vie… hop, une petite loi pour forcer la banque à mettre X% de ces obligs dans le portefeuille, et c’est réglé.

          1. Pheldge

            de toutes façons, qui est encore capable de lire la différence ( je ne parle même pas de comprendre … ), hein ?

              1. Le Gnôme

                La rente perpétuelle n’est pas une invention récente, elle faisait déjà les choux gras de l’ancien régime et les beaux jours des différents régimes jusqu’à ce que l’inflation qui a suivi la première guerre la réduise à rien. Comme on nous dit que l’inflation est définitivement terrassée, ils nous réinventent la rente.

                Mais chat échaudé craint l’eau froide.

                1. sam00

                  J’ai pas dit que c’était une invention récente, c’est juste les auteurs de l’articles qui essayent de nous fourguer de la vieille camelote en lui donnant un air de nouveauté.

                  D’ailleurs, cela semble être la mode en ce moment de ressortir toutes les vieilles lunes socialistes et/ou communistes, et d’essayer de faire passer cela pour la dernière invention de la science. Revenu Universel, emprunts perpétuels, planche à billet déguisé, nationalisations, etc …

                  Je me demande à quel moment il vont penser à ressortir les goulags?

                  1. Royaumont

                    La meilleure de l’année est à mettre à l’actif de nuit debout :
                    « il faut décorreler la rémunération et le travail ».

                    1. Pheldge

                      Oui, j’avais entendu un promoteur du RU dire cette phrase à la radio un matin de bonne heure. Et en entendant les commentateurs ( je n’appelle pas ces gens des journalistes …) j’ai eu envie de cogner, d’être méchant voire constructiviste à ma façon !

                    2. sam00

                      @Royaumont : « décorreler la rémunération et le travail » cela n’a rien de bien nouveau …

                      On en parlait déjà du temps de Bastiat :
                      « […] À cet égard, le Luxembourg nous a présenté récemment un spectacle fort extraordinaire.
                      N’a-t-on pas entendu, en plein dix-neuvième siècle, quelques jours après la révolution de Février, faite au nom de la liberté, un homme plus qu’un ministre, un membre du gouvernement provisoire, un fonctionnaire revêtu d’une autorité révolutionnaire et illimitée, demander froidement si, dans la répartition des salaires, il était bon d’avoir égard à la force, au talent, à l’activité, à l’habileté de l’ouvrier, c’est-à-dire à la richesse produite; ou bien si, ne tenant aucun compte de ces vertus personnelles, ni de leur effet utile, il ne vaudrait pas mieux donner à tous désormais une rémunération uniforme?
                      Question qui revient à celle-ci: Un mètre de drap porté sur le marché par un paresseux se vendra-t-il pour le même prix que deux mètres offerts par un homme laborieux?
                      Et, chose, qui passe toute croyance, cet homme a proclamé qu’il préférait l’uniformité des profits, quel que fût le travail offert en vente, et il a décidé ainsi, dans sa sagesse, que, quoique deux soient deux par nature, ils ne seraient plus qu’un de par la loi. […] »

                      A lire dans « Propriété et loi » de Frédéric Bastiat 😉

                    3. bob razovski

                      « il faut décorreler la rémunération et le travail ».

                      Enfin une bonne idée : tu bosses, j’encaisse l’oseille.

                      Ah, on me dit dans l’oreillette que c’est déjà comme ça que procède l’état.

  19. albundy17

    On remarquera tout de même que dans ce manuel les éoliennes, spa bien, ou alors chez les autres.

    Ils ont également omis de parler de l’affreux linky qui va tous nous tuer avec son cpl.

    Vite, je vais me faire un casque en papier alu

  20. topolou66anne

    Mon Dieu… je suis consternée par l’exercice de  » français ».. les électrosensibles et tout le bataclan.. surtout que l’on n’a aucune étude sérieuse sur le sujet…. et je ne vois pas du tout ce que cela vient faire en français..
    Pourquoi pas l’affaire des rats « OGM  » de Séralini qui a ridiculisé la France, et dont l’étude était nulle, entachée d’erreurs etc… ( mais les journaux ont bien paniqué la foule en tout cas )

    Quant au pauvre claude Francois.. c’est d’un gout plus que douteux
    Quant au professeur Pellerin : les allemands n’avaient pas de radioprotecteur de son niveau. c’était un homme intraitable sur la radio protection…. il nous a évité des avortements de masse non justifiés.
    le nuage qui s’arretait à la frontiére vient de FR3 ( presse ) pas de Pellerin.. en cherchant vaguement sur le net, on a toutes les infos la dessus.
    par contre, la presse n’a pas du tout parlé de la radioactivité consécutive à l’explosion du volcan islandais au nom imprononçable…

  21. Ryman

    On entend de plus en plus parler du « Li-Fi », pour « Light fidelity », c’est-à-dire du Wifi qui utilise des ondes électromagnétiques visibles (de la lumière). Je suis curieux de savoir ce que nous dirons les fameux malades « électro-sensibles ».

    1. sam00

      Il mettront des lunettes de soudeur en plus du haut de forme en grillage de cuivre intégral?
      Si on rajoute la pollution aux particules fines, je pense que la tenue de notre hôte va devenir tendance 😉

          1. bibi

            Je comprends les femmes enceintes qui veulent protéger leurs enfants des ondes électromagnétiques, il faut entendre comment ils braillent les mouflets sitôt exposés aux ondes électromagnétiques du spectre visible.

  22. john

    Ha l’Education Nationale, c’est un marronnier efficace si j’en juge par le nombre de commentaires ici. L’occasion de partager avec vous les 5 étapes qui mènent inexorablement à placer son enfant dans une institution privée (expérience personnelle, à éviter si possible) :

    – première étape, déménager en proche banlieue parisienne, en notifiant l’académie par LRAR deux mois à l’avance pour que sa progéniture soit affectée à un établissement public dans les environs de la nouvelle résidence

    – deuxième étape, constater le jour du déménagement qu’aucune affectation n’est encore prise, le courrier perdu, et plusieurs interlocuteurs indolents de ladite académie qui se renvoient la balle avec des directives contradictoires.

    – troisième étape, appeler tous les collèges à moins de 20 minutes à pied de la nouvelle résidence, pour constater que la décision ne peut que venir du rectorat.

    – quatrième étape, au bout de plusieurs semaines, obtenir une réponse du rectorat qui envoie votre progéniture à 40-50 minutes pedibus dans un établissement davantage réputé pour son enseignement pratique des trafics et des rackets que pour la langue de Molière : 40% de réussite annuelle pas au BAC mais au BEPC.

    – cinquième étape, obtenir la ligne directe de l’inspecteur d’Académie (ok j’ai été pistonné pour avoir son numéro), et marquer son incompréhension de ladite décision. Recevoir l’argument ultime : « décision irrévocable, dans le cadre du plan de la mixité sociale ». Raccrocher poliment : « merci monsieur c’est-très-bien-tout-ca-fallait-pas-vous-déranger »

    Tirez la carte : « Allez directement en établissement privé, ne passez pas par la case départ, entrez ici et abandonnez tout espoir »…

      1. Deres

        Des pistons comme cela on peut très bien s’en passé, puisqu’ils ne mène à rien sauf à se donner l’occasion de s’humilier devant un fonctionnaire pour lui donner l’impression d’être important. ceci dit, si vous aviez eu le bras assez long, ce piston aurait surement fonctionné, c’est bien là le problème. La mixité sociale, ce n’est aps pour les enfants d’enseignants par exemple …

    1. bob razovski

      Ca devient difficile de s’inscrire dans le privé (tout du moins le privé sous contrat). Y’a vraiment beaucoup de demande.

      L’école publique près de chez moi ferme des classes, l’école privée du coin en crée.

    2. Kazar

      Sinon, vous pouvez déménager dans l’ouest parisien, il reste des établissements publics de bonne qualité (pour l’instant), mais bien sûr, je ne parle pas de Trappes ou d’Achères…

  23. Gérard

    De mon temps (mais il est vrai que Claude François ne s’était pas encore électrocuté), on apprenait que la baignoire c’était fait pour qu’Archimède découvre une loi d’hydrostatique et s’écrie « Eurêka ». Aujourd’hui, les apprenants demanderaient : Qui c’est cet Archimède ? Il est passé à la Star Ac’ ou sur Koh Lanta ? C’est quoi, le rétro que ça nique ? Ca veut dire quoi, Eurêka ? Il peut pas parler Céfran ?

    1. bibi

      De mon temps on apprenait qu’une baignoire était un endroit ou se faire assassiner par Charlotte Corday, par contre on apprenait pas que Marat était une pourriture appelant au meurtre des royalistes et qu’il vota la mort de notre bon Roi.

  24. hub

    Programmes pourris, réformes pourries, établissements pourris, mais professeurs pas tous pourris!! Pour soulever une classe de 35 élèves en lycée, en S, ou en L, les faire travailler, leur donner une culture, leur apprendre une réflexion personnelle, il faut, certains matins, être Superman !

    1. Peste et coryza

      La foi, plutôt

      Et avec les méthodes de saint Benoit ou de l’archevêque William (fondateur de la plus vieille école publique pour paysans pauvres d’Angleterre : Winchester college) ?

      http://www.winchestercollege.org/UserFiles/images/wykeham.jpg
      « Aut Disce, Aut Discede, Manet sors tertia caedi »

      Quant à St Benoit, il est connu pour avoir délivré du démon un moine paresseux en corrigeant ce dernier (le moine, pas le démon) à coups de canne.

        1. Pheldge

          Hmmm, intéressant, intéressant … on peut avoir des détails ? Au fait, moi j’ai aussi un démon à me faire exorciser, (celui de midi ) si tu vois ce que je veux dire 😀

              1. BDC

                Quelle horreur le type qui empeste l’eau de toilette, ça doit être équivalent à la femme trop maquillée, j’espère que vous ne faites pas ça Pheldge ! (Encore un sketch à censurer aujourd’hui …)

                1. Pheldge

                  ô très sublime, le « facteur h16 » vous a-t-il remis mon ode ? ( et please ne répondez pas « une ode ? ja, weh » ou « une ode, jawohl ! »

                  1. BDC

                    Oh merci Pheldge ! Non je ne consulte pas cette boîte mail, sinon je vous aurais répondu ! Rhhha pourquoi je dois bosser maintenant … C’est rageant ! Patience !

  25. Calvin

    Un truc très emblématique de la nouvelle façon de dispenser les cours.

    Dans le manuel de Français en question de l’article, une question est posée :
    « Comment devient-on électrosensible ? »
    Réponse édifiante :
    « Le premier signe est la douleur et la chaleur (sic) dans une oreille… bla bla »

    Ces types (élue, rédacteur de l’article initial et/ou rédacteur du manuel) mélangent la cause et les symptômes.

    Moi aussi, je peux jouer.
    « Comment attrape-t-on la grippe ? »
    Quand on tousse et que l’on a mal aux articulations.
    « Comment devient-on cancéreux ? »
    Quand on fait une chimio.
    Aie. Syntax Error.

    1. bob razovski

      A force d’écouter le dessert lacté qui chante,sa clique et celle de la maison d’en face, j’ai les oreilles qui saignent.

      Je suis devenu socialosensible

  26. septic

    cher hseize, vous êtes mauvais joueur !

    il y a quelques temps vous avez relayez en toute détente également l’avis d’un prix nobel de mathématiques sur le réchauffement climatique parce qu’il allait dans votre sens.

    Ce prix nobel était totalement en dehors de son domaine de compétence et quand on compare le prestige de ce prix aux réalisations de certains lauréats on ne peut que douter de la valeur de ce prix actuellement : Obama prix nobel de la paix, Paul Krugman keynésien forcené et prix nobel d’économie qui conseille avec bonheur le gouvernement japonais et la BOJ, …

    Quand le procédé est utilisé dans le sens de vos théories tout va bien quand c’est l’inverse c’est honteux …

    1. Non. Belpomme dit des conneries sur les ondes ET c’est hors de son domaine de compétence ce qui aggrave les conneries qu’il dit. S’il disait des choses justes, cela renforcerait ce qu’il dit parce que ce serait hors de son champ de compétence. C’est pourtant simple à comprendre.

  27. Bugbreeder

    Nous aussi aux USA on a de gros problemes avec le « common core » qui a manifestement pour objectif de transformer les gamins en bons petits socialistes, en leur faisant croire par exemple que le president decide des lois en oubliant joyeusement le congres et la cour supreme.

  28. ecto

    perso, je veux bien participer à cette connerie, l’étude de la chute des corps avec Mike Brant, Archimède avec J Morrison, la pression avec B Scott, la dilatation avec R Siffredi….

  29. Val

    Sujet pertinent mais le drame est terrible , le gâchis est monumental et les premiers impactés sont les plus démunis , ceux dont les parents sont ignorants de cela , ceux dont les parents ne parlent que peu le français , ceux dont les familles sont branlantes, ceux dont les parents n’ont pas l’argent aujourd’hui indispensable pour pallier l’inanité et la vacuité du « savoir » divulgué . C’est un sabordage dans les règles , fait par une génération qui a tout pris et qui veut laisser derrière elle qu’une terre brûlée inculte aride qui ne la menacera pas et dont elle rêve qu’elle lui mangera éternellement dans la main. Il n’y a pas de mot trop dur pour décrire ce qu’ils font.

    1. sam00

      En même temps, quelque soit leurs bord, les politiciens de ce pays parlent des jeunes, des immigrés, des réfugiés etc etc comme étant ceux qui vont payer les retraites …

      De là à imaginer qu’ils les considèrent comme des esclaves, corvéables à merci pour financer leur privilèges jusqu’à leur fin de vie … il n’y a qu’un pas.
      Et un esclave a-t-il besoin de savoir lire et écrire?

      1. Peste et coryza

        Mais il doit aussi être suffisamment bête pour ne pas pouvoir se la jouer Django.

        L’esclave doit être productif, et ne pas avoir conscience de sa servitude : un esclave qui en a conscience travaille peu, et mal… déjà, les sumériens avaient découverts que s’ils les payaient et leur donnaient quelques droits, ils travaillaient mieux. Les romains compensaient par le nombre (1/3 de la pop était servile).
        D’où aussi la libération sexuelle et la décadence des mœurs en général : là où les libertés économiques reculent, les libertés sexuelles avancent.

        Bien sur que Mosco nous considère comme des esclaves : pour lui, un français ou un migrant, c’est kifkif.
        Il oublie de dire que, sans machine à piloter, la productivité d’un humain qui n’utilise que ses ptits bras musclés est très faible… bref, les migrants sont un boulet.

        Mosco peut également compter sur son armée privée pour ne pas finir comme il le mérite :

  30. Murps

    Dites H16, vous avez plusieurs trains de retard, ça va faire des lustres que les manuels de collège et de lycée sont farcis d’interviews d’écolos branche dure, « d’analyses » de greenpisse et de références à des sites rigolos comme terresacréepointorg (si, si !!!). Les CDI (Centres de documentation) sont tapissés de photos offertes gracieusement par helicopter-Bertrand, les salles de SVT (Sciences de la Vie et de la Terre) sont bien souvent décorées comme des permanences d’EELV. Quant aux nouveaux programmes, construits autour de la développitude durable, se pose à leur sujet une question centrale : doit-on donner aux élèves le formulaire d’adhésion à un parti écolo avant ou après le cours ?

    Enfin, c’est sympa de votre part de le signaler parce qu’en salle des profs, personne ne semble voir l’éléphant qui trône dans la pièce.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.