Le courage des Londoniens

C’était pourtant le bon moment de l’année, mais parions que nombreux sont ceux qui, au contraire de Macron, n’ont pas eu l’occasion de « penser printemps » ce 22 mars.

Il y eut, d’abord, tous ceux qui, en Belgique, se sont remémoré les tristes événements du 22 mars de l’année dernière. Même si la météo était clémente et si, en effet, un petit air de printemps flottait dans l’atmosphère, leur cœur ne devait pas être trop à l’insouciance que cette saison symbolise souvent.

Il y eut ensuite les victimes et témoins des événements de Londres. Ceux-là n’ont certainement pas profité de tout ce que cette journée d’un printemps tout neuf pouvait apporter.

Encore une fois dans un schéma qui se fait maintenant de plus en plus répétitif, une petite frappe se sera improvisée djihadiste et, devant la vacuité d’une existence minable parsemée de violence et de condamnations, aura choisi d’en finir avec un suicide par police interposée en emportant dans son geste autant d’innocents que possible.

Remarquablement, une fois la stupeur, le décompte macabre des tués et des blessés passés, la ville de Londres a repris ses habitudes. Bref, les Britanniques, à leur habitude, ont résolument décidé de garder leur calme et de continuer à vivre normalement.

Rassurez-vous, ici, en France, il n’en va pas du tout pareil. Les politiciens français savent bien ce qu’il faut faire lorsqu’un tel drame se produit : paniquer, agiter ses bras, montrer qu’on existe, qu’on va faire plein de choses et qu’on sert à améliorer la sécurité de ses concitoyens.

Hiatus du moment : Matthias Brefkl, de toute façon pas concerné par les événements, n’aura pu que se contenter d’une petite déclaration que personne ne lui demandait. Vous ne voyez pas qui est Tobias Fukrlr ? Il s’agit pourtant de ce ministre du tourisme et d’autres choses ennuyeuses qui a récemment été bombardé à l’Intérieur en replacement d’un Bruno le Roux débarqué pour esclavagisme avoir employé ses filles de 15 et 16 ans comme assistantes parlementaires en stage d’été quand l’Assemblée est fermée. Et pour revenir à Jonnas Mekfrl, parions que si un tel événement devait se produire en France, le petit nouveau trouvera certainement l’une ou l’autre mesure à faire appliquer pour qu’on puisse enfin se rappeler son nom et son prénom.

En revanche, pendant que Broutas Tekl se déclarait tout pleinement solidaire de la Grande-Bretagne dans son coin, d’autres n’attendaient pas plus pour poser des gestes aussi courageux et lourds de sens que ceux des Londoniens dans la tourmente. C’est ainsi que les différents rectorats de l’Éducation Nationale ont courageusement décidé de battre en retraite et d’annuler bien vite les éventuels voyages scolaires prévus dans la capitale britannique : les voyages scolaires pour Londres sont donc suspendus jusqu’à nouvel ordre, après « évaluation du risque par les autorités britanniques » apprend-on auprès du ministère de l’Éducation nationale.

Décision tout à fait cohérente, puisque les élèves de Paris ou de Nice qui devaient aller à Londres se trouvent coincés dans les villes où les attentats perpétrés ont été plusieurs ordres de magnitude plus meurtriers que ceux de Londres. Amis belges qui avez évité les bombes en mars 2016, surtout, ne vous rendez pas à Londres, il pourrait y avoir des conducteurs gravement djihadisés !

Bien évidemment, c’est consternant et tout à fait en ligne avec ce à quoi les autorités françaises nous ont habitué jusqu’à présent.

D’une part, Londres n’est pas Bagdad ou, puisqu’on en est à mesurer le degré de danger des villes, Caracas (en République Démocratique Socialiste Caline et Bolivaresque du Venezuela, la ville la plus dangereuse du monde selon les dernières études). On peut raisonnablement estimer que la situation n’a pas changé depuis ce fatidique 22 mars.

D’autre part, on ne peut s’empêcher de noter le contraste saisissant entre le flegme britannique et l’espèce de panique nerveuse qui s’empare des autorités françaises lorsqu’il s’agit de gérer les actes de terrorisme. Non seulement, il n’est d’absolument aucune utilité de modifier brutalement les plans de douzaines de lycéens et d’étudiants sous prétexte qu’une ville vient de subir un attentat mais de surcroît, cela revient à admettre ce qui est pourtant une évidence navrante, à savoir que le terrorisme n’est efficace qu’à partir du moment où, justement, on réagit de la sorte.

Autrement dit, ce genre de décision ne fait qu’accorder implicitement du crédit aux actions terroristes en leur allouant un pouvoir de nuisance très au-delà de ce qu’elles engendrent réellement.

Certes, il serait idiot d’en conclure niaisement que « les terroristes ont gagné » devant ce genre de repli en rase campagne de l’administration scolaire française devant un ennemi si méprisable : non, ils ne gagnent rien avec ce genre de froussardises minables. Ces terroristes gagnent bien plus sûrement du terrain lorsqu’on accumule les lois imbéciles, les dérives liberticides et les discours populistes.

Mais il n’en reste pas moins que l’attitude qui consiste à agiter un drapeau blanc et renvoyer prudemment tout le monde dans ses pénates, elles-mêmes pas plus sûres que la destination initiale, montre surtout une réaction à chaud, irréfléchie et gouvernée par la passion mortifère de toute absence de risque et l’obstination au principe de précaution érigé en art de survivre.

C’est plus que grotesque, c’est risible, et cela vous est offert par l’administration française.

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires271

  1. Le Gnôme

    Mais le principe de précaution est inscrit dans la constitution française, ce qui explique que le trouillomètre de nos ministres soit au rouge vif. Les Anglais n’ont pas ce genre d’idiotie dans leur législation, les ministres peuvent dons se dispenser de jouer les moulins à vent.

    1. Higgins

      Le principe de précaution: je crois que c’est hélas là le nœud du problème. Depuis que les abrutis qui nous dirigent et ceux qui y aspirent ont inscrit cette imbécilité dans la Constitution, c’est la fête du slip à tous les étages de la Socialie française. Dernier avatar en date, en dehors de la couardise de la très courageuse éducation nationale (et dont les effets délétères se font désormais sentir jusqu’au concours d’entrée à l’ENA) dont fait mention notre hôte, le port du casque pour les cyclistes de moins de douze ans (je rappelle les terribles statistiques au nom desquelles cette mesure crétine a été prise: Le casque diminue le risque de blessure sérieuse à la tête de 70 %, le risque de blessure mineure de 31 % et le risque de blessure au visage de 28 %. Le port du casque diminue le risque de perte de connaissance : à plus de 10 km/h, il passe de 98 % dans le cas d’une tête non casquée à 0,1 % pour une tête casquée. En 2015, en France, 181 cyclistes âgés de moins de 12 ans ont été blessés sur la route ; 1 enfant a été tué et 170 autres ont été blessés, dont 71 hospitalisés). Il est évident qu’en cas de choc violent entre un véhicule de plusieurs tonnes qui roule à 50 km/h et un vélo, un casque en plastique va jouer un rôle primordial.
      A aucun moment, le journalope qui a écrit ceci ne s’est posé la question de l’éventuelle relation entre ces abominables chiffres et le port ou non-port du casque. Comme les enfants ont la détestable habitude de se vautrer sur les cours de récréation en s’écorchant les genoux et les coudes (il doit bien y avoir un mort ou blessé grave dans tas), à quand la loi pour imposer le port obligatoire de genouillères et de coudières pour les petites têtes blondes ou mieux, la pose d’une épaisse moquette moelleuse dans les écoles pour leur éviter ces méchantes écorchures?

      1. Kazar

        Et pourtant, si on regarde de près les travaux parlementaires ayant conduit à l’adoption du « principe de précaution », on constate que ce principe ne concernait que certains cas très limités. Depuis, il s’est répandu partout, lamentablement.

        1. Gérard

          Non, pas partout : par exemple, entre en France, et sans contrôle, qui veut, et particulièrement ceux qui ont une bonne tête de djilladiste. Si le principe de précaution prévalait partout, on n’entendrait plus parler du fameux « délit de faciès » …

      2. Tribuliste

        Du cycliste au motard il n’y qu’un diamètre de rayon : le contrôle technique va bientôt s’imposer aux heureux et libres porteurs de casque plein air. Quand on imagine combien d’accidents sont dûs à un problème technique on conçoit aisément qu’un contrôle sera le bienvenu pour sauver des vies et les finances de l’état : les morts coûtent cher 😉

        1. nemrod

          Et les piétons ?
          Vous y pensez aux piétons ?
          Le nombre de morts à la suite d’un lacet défait ou pire qui casse.
          Faut un contrôle des pompes…tous les 6 mois car les lacets ca casse vite.
          Vous avez des pompes sans lacets ?
          Et les semelles…sont pas lisses ?

          Allez hop…PDP : contrôle technique.

          1. Aristarkke

            Et le danger des réverbères plantés sur les trottoirs qui ne pensent qu’à traverser juste quand le piéton passe… Y avez vous pensé???

          2. Pat

            Un lacet qui pète en plein virage, c’est hyper dangereux ! Imaginez, si vous courez sur une route elle-même en lacets… Comment ça, je vous lasse ?

                1. Lark on the Wing

                  je le crains bien… mais c’est Clemenceau et non pas Clémenceau… ce « é » l’indisposait régulièrement….

                    1. Aristarkke

                      Nom propre avec piège dans lequel je suis tombé, de la divergence d’ une prononciation courante induisant une orthographe différente par rapport à la correcte. On dit Clé menceau alors qu’ on devrait dire Cleu menceau…
                      Petite annonce : sac de cendres recherché…

                    1. Lark on the Wing

                      « Tigrou » ? voui, mais là, il aurait fallu affronter sa langue, son épée ou son pistolet…

                      Par ailleurs, sur un plan plus général, je trouve que le duel permettait de calmer bien des outrances médiatiques ou politiques…. On devrait y revenir… pour le genre 1, on pourrait envisager des méthodes moins sanglantes : Mme Angot, par exemple, serait fessée comme Théroigne de Méricourt, dont elle me semble être une sorte de résurgence 2.0….

      3. nemrod

        Et le fait de ne pas faire de vélo diminue de 100 % le risque de mourir à vélocipède !
        Soyons radical.
        Restons au lit.

        Ah mais on me souffle dans l’oreillette que 80 des gens meurent dans un lit.
        Restons donc à l’état de gamètes et n’en parlons plus.

          1. Tribuliste

            Après les normes EU pour les lits superposés le CT pour les couchages semble couler de source. Pour une fois le vote en session nocturne par l’assemblée sera tout indiqué!

      4. Vodkaman

        Moi, je suis un fervent partisan de ce principe !!!
        D’ailleurs, vu les risques encourus à voter pour des politiciens débiles, je crois que je vais m’abstenir pour les prochaines élections…

      5. Pheldge

        Ah tiens , c’est vrai, « Le casque diminue le risque de blessure sérieuse à la tête » mais au fait, comment a-t-on scientifiquement procédé pour évaluer les pourcentages précis ? hmmm ? a-t-on pris des jumeaux, mis dans des conditions identiques,à vélo, puis par exemple renversés de concert par un véhicule, et sur lesquels on a alors pu effectuer des mesures précises ?

      6. Aristarkke

        Ce que je pouvais vivre dangereusement quand j’ai appris à rouler en célérifère… et je ne vous dis pas quand je suis passé au grand bi !!!

            1. Aristarkke

              Moi aussi. La présentation était un appeau. Mais l’âge lui vient, c’est la fin de l’ été tropical, il y est encore un peu tôt pour sonner la fin de la sieste, crapuleuse ou non…

              1. Aristarkke

                Non.
                C’est parce que sa Doulce lit sa prose (preuve est faite que l’ inconscience se trouve dans le genre 1).
                Et comme elle manie le rouleau à pâtisserie comme une autre le katana…

                    1. Black Mamba Warrior

                      Il y a plus de dix ans suite à une dispute de couple, WP était tenté de porter plainte pour morsure 😀 Mais son amour propre a été plus fort, il se voyait mal faire face aux gendarmes qui eux avaient pour coutume de venir se faire soigner au cabinet . Il s’est dit qu’il perdrait toute autorité devant ces mecs en uniforme .
                      En 23 ans de vie commune j’ai dû par deux fois lui faire comprendre qu’il n’avait pas à faire à une femme faible.
                      Et pour équilibrer le jeu, il a depuis un an une arme à feu… donc tu n’as pas à t’inquiéter pour lui, il saura quoi faire si il n’en peut plus de la situation

                    1. Black Mamba Warrior

                      A l’heure actuelle il préfère cette solution que de se faire à l’idée de se séparer de Moi, pourtant je l’invite fortement . Je lui ai dit qu’il existe des milliers de femme à travers le monde, il a le choix… Tu ne peux comprendre c’est jours de ta portée .

                    2. Pheldge

                      TB cinnait « SOS hommes de battues » … quand il va chasser, avec ou sans son iench 😉

      7. Aristarkke

        Les parcs à jeux extérieurs pour enfants (toboggans, manèges manuels, cages à poules, etc…) ont l’ obligation d’ avoir un sol à consistance spongieuse (qui coûte une blinde) depuis une vingtaine d’années…
        Ce surcout (qui était extravagant) en a fait supprimer des dizaines dans les grandes copropriétés…. et dans beaucoup de jardins publics…

      8. bob razovski

        Ah… j’ai adoré entendre les justifications de la sécurité routière sur cette histoire de port du casque et surtout, sur le fait de ne pas généraliser cette obligation à tous les âges.

        Le couillon de la SR explique que le port du casque, « c’est bon, c’est bien, c’est citoyen » ™. Et que ce geste sauve des vies. Il est donc important de le rendre obligatoire.

        MAIS, faut pas le rendre trop obligatoire non plus, parce qu’il faut encourager les déplacements à vélo et surtout, pour ne pas pénaliser les commerces de location de vélo et, tada… vélib,

        Bel exemple de loi au service du crony capitalism.

        1. Aristarkke

          Il se dit que c’est le port obligatoire du casque pour tous les usagers d’un deux roues à moteur qui a sonné le glas du Solex (qui se vendait comme des petits pains dans les années 60 et 70)…

    2. douar

      Si je m’abuse, la suppression du Principe de Précaution dans la Constitution est l’une des propositions d’un candidat à la Présidence.
      Cependant, en pratique, ce sera compliqué au niveau législatif.
      Comme le dentifrice: plus facile à le faire sortir du tube que de l’y remettre.

  2. Aristarkke

    Un endroit sûr pour les visites scolaires : Le Mont St Michel. Là, dans ses ruelles et traboules, aucune chance de se faire faucher par une « voiture folle » comme se plaisent tant à l’ écrire nos journaleux…

    1. Tribuliste

      Pas certain, quand on voit le faible degré de civilisation et de culture des « touristes » qui foulent ce lieu je crains que l’idéal ne soit de louer une barque et d’en faire le tour.

  3. Aristarkke

    Il y a trois quarts de siècle, les Londoniens, entre autres, subissaient quotidiennement ou peu s’en faut, des bombardements aériens de la part de la Luftwaffe… Ils n’ont pas pour autant exigé la démission de Winston ou demandé que l’on déclarât Londres, ville ouverte ou qu’on la tapissât de drapeaux blancs…
    On voit donc mal leurs descendants adopter une autre attitude, même si des représentants ennemis sont déjà chez eux comme chez eux…

    1. Gerldam

      Ceci dit, on comprend mal vu la folie meurtrière de ces barbus, pourquoi la GB se contente de recenser environ 500 individus radicalisés et potentiellement dangereux, sans rien faire d’autre. Certes, il y a le souci de ne pas condamner sans crime; cependant, comme dans chaque cas, de nombreux innocents sont soit tués soit blessés par ces malades mentaux, le recensement ne suffit sans doute pas. Je sais que celui d’hier n’était pas dans la liste, mais dans la grande majorité des cas, les assassins etaient connus des services de police et/ou de renseignement.
      Si on veut à tout prix conserver l’état de droit, ce qui est louable,alors, il faut autoriser ceux qui le veulent à s’armer pour se protéger eux-mêmes (le principe de la constitution américaine).

    2. albundy17

      Blague américaine: combien faut-il de militaires français pour défendre leur territoire ?

      On ne sait pas, ça n’a jamais été tenté

              1. BDC

                Maître Pheldge ! Maître Pheldge ! Paraît qu’il y a le Macron sur votre île, et que les gens quittaient le stade … pas bon signe pour lui !

  4. Lorelei

    Pauvres gamins! Quel dommage de les priver d’aller visiter Londres, une ville vivante, en mouvement, en construction et reconstruction permanente. Une impression de vie…

    Une pensée pour les Londoniens qui ont subi cette attaque ainsi que pour les Belges qui commémoraient celle de Bruxelles.

      1. Lafayette

        d un côté les frites et de l’autre de la viande froide. Quoi de neuf docteur ?
        la ministre rosebeef voulait sans doute mobiliser son electorat.

      2. Aristarkke

        On doit pouvoir en trouver de l’ exotique. Vu l’ orientation récente de la municipalité, les kébabs doivent s’ épanouir tout comme la restauration hindoue.

        1. Lorelei

          Mais non, les lycéens en voyages scolaires vivent chez l’habitant et le midi, ils ont surtout droit à des sandwich concoctés par leurs hôtes pour le repas de midi.
          Et le soir, c’est pâtes, pizzas, frites et saucisses ^^ Au mieux, fish and chips.*
          Je ne me prononcerai pas sur les sandwichs préparés….
          *Pour les miens, ça s’est passé comme ça.

          1. Pheldge

            Ahhhh, les « fish and chips » … que de souvenirs émus ! j’ai découvert ça lors d’un séjour en UK , les frites grasses et molles , quel délice c’était ! le poisson pané gorgé … de gras, trop bon ! et le tout emballé dans du papier journal … Merci Lorelei de m’en avoir fait souvenir. 1972 😉

    1. Lark on the Wing

      J’ai un ami qui dirigeait, en son temps, les forces anti-émeutes du RU : après sa retraite, il s’est réfugié au Pays de Galles (non, il ne connaît pas Penelope) et il a une petite maison dans une campagne française bien tranquille…
      Lui, il sait ce qu’est le White Flight, et il considère que son pays est devenu absolument invivable en dehors des zones purement « blanches ». Ce n’est pas vraiment une surprise que le terro que l’on évoque provienne du « Black Country » i.e. Birmingham….

  5. Tribuliste

    On a la chance d’avoir à la tête de ce pays des vendus à haut degré de pleutrerie.
    Rassurez-vous dans nos campagnes la résistance commence à s’organiser et je peux vous dire qu’il est des endroits où les protégés de nos élus ne s’aventurent pas. Autant la presse ne relate pas tous les méfaits criminels de ce pays, autant elle passe carrément sous silence les actes de résistance quels qu’ils soient.
    Le salut viendra du peuple et par le peuple, l’histoire des civilisations en a déjà fait la preuve… Le tissu social vous sauvera chers co-forumeurs , rapprochez vous de vos terroirs : les principaux acteurs sont là 🙂

    1. nemrod

      Ah ça c’est sur que le seuil de tolérance est plus faible chez les ruraux.
      Y a du taiseux qui pleurniche guère mais…
      Faut revoir « La Horse »

  6. Bonsaï

    Comme je le disais hier, Theresa May a l’attitude la plus efficiente et la plus élégante dans ce genre de circonstances.
    On est loin des éternelles pleurnicheries et autres simagrées du président Hollande, auquel d’ailleurs la France devrait présenter une addition salée pour toutes les tâches qu’il n’a pas entreprises ou mal gérées parce qu’il préfère nettement s’entretenir de lui-même avec des journalistes autour de repas fins…

  7. Gérard

    Les plus âgés des visiteurs de ce blog se souviendront (peut-être) du fameux « Mouvement du 22 mars » (1968), date que les historiens futurs – s’il en reste – prendront peut-être comme date symbole marquant le début de l’irrémédiable décadence française.
    Un boche un peu juif y a fait ses premières armes, et 49 ans après un franco-fridolin est à l’Intérieur : tout un symbole, n’est-il pas ?

  8. Loki dort

    J’adore Beaker, un de mes muppets favoris. J’ai un candidat fantastique pour les présidentielles: élisez Kermit. Kermit, président!
    A l’intérieur, Beaker. Meep!
    Au ministère de l’hôtellerie, the Swedish Chef
    A l’étranger, Miss Piggy
    A la culture, Gonzo le mélomane
    A l’économie, Walbec Bunsen (assez ressemblant avec notre actuel Saponifère)
    Aux affaires sociales, Animal
    Aux anciens combattants, Statler et Waldorf!
    Fozzie comme porte-parole du gouvernement
    Et bien sûr le premier ministre sera Scooter.
    Euh, une dépêche du Journaliste m’informe que tous ces guignols sont déjà aux commandes… ah? bon…
    Fillon en Sam l’Aigle, malheureux prétendant droit et chiant comme ses bottes, est assez convaincant aussi…

  9. nemrod

    Article lumineux une fois de plus.

    Toutes ces pleurnicheries me foutent hors de moi.
    Les bougies, les bouquets les mines compassées…Revel avait raison : le Sida mental ; très bonne formule.
    Je sais pas moi, en cas d’agression j’ai plus des envies de grosses mandales et suppositoires au plomb que de bouquets de fleurs et de bisous…je suis surement plus primitif que nos ods.

    Depuis avant hier, toutes les radios invitent des psychologues pour évoquer le « traumatisme » de tous les collégiens de France et Navarre.
    Alors soit ils sont vraiment concernés et sont plus solides que ces cons le pensent, soit ils s’en foutent, soit ils sont bien conscient du problème parce qu’ils sont beaucoup moins bisounours que ces branques de psycho-pédagos ; mais ils vivent quand même…hein !

    Dialogue
     » tu es traumatisé mon pov chou
    -non je joue à la ps4
    -tu es sur de pas être un peu choqué
    -non, tu es devant l’écran !
    -tu es vraiment certain ?
    -laisses moi jouer bordel !

    Vous voyez qu’il est traumatisé Docteur pour parler comme ça à sa mère !
    Lui faut une thérapie »

    Non, non c’est trop grave, je l’hospitalise.

    1. theo31

      Depuis 1968, les ODS ont peur du peuple. Ils chient tellement dans leur froc en sortant qu’ils doivent avoir une garde rapprochée. Je bénis le jour où ces tas de merde se feront défoncer.

  10. taisson

    @ nemrod 24 mars 2017, 11 h 18 min
    « Ah ça c’est sur que le seuil de tolérance est plus faible chez les ruraux »
    C’est aussi pour ça qu’après ma période active, j’ai choisi la fuite vers l’intérieur !
    C’est vrai, mais c’est simplement parce que beaucoup de « ruraux » continuent de vivre un peu comme avant… Avec une population assez âgée pour encore se souvenir, quand il y avait avenir auquel on pouvait croire. On pouvait aussi croire améliorer le futur de ses descendants…
    Et il n’yen à plus pour bien longtemps !
    Quand arrivent des paquets de familles exotiques dans leurs petites villes, pour renforcer les effectifs de chômeurs et autres marginaux locaux, que les dernières générations de sous prolétaires du cru qui n’ont plus ni le respect, ni la crainte de l’autorité, se disent qu’ils peuvent aussi, (pourquoi pas nous…), se mettre à foutre le feu aux voitures et aux poubelles, à barbouiller les murs, etc…Il n’y a plus de solutions douces…
    Et quand les gens se défendront physiquement contre les vraies agressions, que les femelles acariâtres de ce que l’on appelle encore par habitude « la justice » se seront occupés d’eux, l’ambiance sera rapidement la même qu’ailleurs dans ce pays…
    Je ne sais pas si le peuple Anglais est moins détruit que le nôtre, mais il est sur que leurs dirigeants semblent avoir plus de sang froid.
    C’est au moins une façon plus élégante de nier le fond du problème, quand chez nous le déni s’exprime par des « précautions » bidon, et surtout par l’agitation…

    1. albundy17

      « barbouiller les murs,  » En cambrousse il n’y a pas de tag, ou rarement, les locaux n’étant que des bouseux et ne comprenant rien à l’art. Nous avons bien eu une période de tentative ds mon petit village, d’initiation a ce bonheur urbain, ça s’est arrêté quand les bombes se sont finalement vidées sur la tronche d’artistes en herbes.

      1. Tribuliste

        Oui la thérapie par la réciprocité immédiate fonctionne très bien et le résultat est durable ! C’est d’autant plus rageant quand on constate combien les fauteurs de trouble sont faibles et pourraient très vite rentrer dans le rang si la justice employait des méthodes plus « adaptées ».
        Pour les durs à cuire irrécupérables un enfermement d’une semaine avec du christophe maé 24/24 dans les oreilles devrait suffire .

  11. René-Pierre Samary

    Il existe bel et bien des mentalités collectives, même chez des peuples aussi proches que les anglais, les français, les allemands, etc. Ces mentalités collectives sont formées par la somme de mentalités individuelles, elles-mêmes forgées par cet indéfinissable mélange qu’on ne peut appréhender que par ses manifestations. Devant le danger, certains puisent en eux-mêmes cette qualité du contrôle de soi. D’autres penchent vers une hystérie improductive, sinon de cris et de panique. Cela est vérifiable au niveau des individus comme à celui des groupes humains. La réaction de supprimer les vacances scolaires en GB est bien de cet ordre : devant une situation qu’on ne maîtrise pas, faire quelque chose, n’importe quoi, mais faire quelque chose. L’hystérie des terrorisés est en phase avec l’hystérie des fanatisés.
    Devant la menace d’actions terrorristes, posons-nous la question : la menace est-elle si grande ? Spectaculaire, d’accord. Mais le niveau de danger ?
    Une action terroriste est d’une évidente facilité, on le voit. Pourtant, il y en a fort peu, si on rapporte cette facilité au nombre d’actions meurtrières. J’en conclus que ces djihadistes susceptibles de passer à l’action sont relativement rares. Plutôt que de verser dans l’hystérie et les gesticulations, un travail police-justice efficace (avec ce que cela veut dire de petites entorses aux règles) minimisera encore ce risque.
    Malgré cela, au nom du droit, on continuera à chouchouter des gens qui ont pris les armes contre nous, au lieu de les coller au poteau, tout simplement.
    En GB, les femmes se conduisent comme des hommes. En France, les hommes se conduisent comme des femmes.Vaste sujet d’interrogations.

    1. sam player

      Effectivement vu le nombre de morts on a 20 fois plus de « chances » de mourir d’un accident de la route que dans un attentat terroriste.
      Comme en plus on peut supposer que la moitié des morts sur la route sont innocents… pour ceux là on est exactement dans la même configuration que pour les attentats.

      1. albundy17

        Pour les morts sur la route, au moins le gvt à pris les devant par derrière avec sa toute récente commande pour 100 millions d’euros de radars et joyeusetés. Je suis toujours épaté par ces juteux contrats conclus juste avant la fin d’un mandat.

    2. albundy17

      « Il existe bel et bien des mentalités collectives, »

      Intéressant développement RPS.

      Par contre j’ai lu dans plusieurs commentaires, dont le tien, une certaine « adoration » pour le peuple GB, mais en lisant un peu à droite ou à gauche ce qu’il se passe depuis un paquet de temps sur leur territoire, il y a bon nombre de molenbeck en puissance, la bien fondée tolérance ethnique de londres est sur le point de se retourner contre elle

      1. René-Pierre Samary

        Le peuple GB est, et se veut, flegmatique. Il met du temps à se mettre en émoi, mais une fois qu’il se décide, ça tourne bull-terrier.
        Pas trop rapides de la comprenette, aussi, pas portés à la métaphysique. Ils ont vu tout l’Empire arriver chez eux, les Indiens,les Sikhs, toussa. Ils sont habitués aux coûtumes étranges, aux vêtements locaux, aux dialectes divers…
        Mais faut pas trop les agacer, les british. Si les Argentins leur frisent un peu trop la moustache, direction les Malouines. L’Europe les énerve ? Brexit.
        Bon, j’idéalise un peu, sans doute. Mais j’aime bien les anglais, c’est vrai, même quand ils ont un peu trop tendance à nous regarder de haut.

        1. Loki dort

          On doit leur reconnaître qu’ils ont ça de supérieur aux français: le pragmatisme. Ils ne s’enferment pas dans des théories, théologies, idéologies, ne s’embarrassent pas de chichis verbeux et de falbalas, ils restent concrets et directs, et à la guerre comme à la guerre.

        2. Val

          +100 @René on voit que tu les connais bien. Ils ont en plus un sens de la nation bien développé et décomplexé.
          Mais ils ne nous regardent pas de haut . Nous sommes le seul peuple avec lequel ils passent leur vie à se comparer, rare privilège . Mais j’ai du mal à les aimer , ils ont un rapport bien trop compliqué haine/amour vis à vis de nous et puis mon grand père était marin pendant la guerre 😉

          1. Lark on the Wing

            Cela fait un demi-siècle que je les pratique : à titre individuel, ils sont presque tous bien gentils, voire charmants – au moins dans la upper middle-class que je fréquente – mais au niveau supérieur, genre Eton/Oxbridge, c’est l’inverse, et cela se retrouve parfaitement dans les instances gouvernementales, genre « The Wogs begin at Calais » (ce dont, à l’heure actuelle, il est pourtant difficile de leur tenir rigueur).

            Pour la marine, depuis la Bataille de l’Ecluse, jusqu’à Mers El Kébir, n’est-ce pas… Dans « la Mer Cruelle » de Montsarrat, il y a une nette allusion à la détestation des marins de la France Libre pour leurs alliés anglois…

            1. Aristarkke

              Plus près de nous, entre Aboukir et Trafalgar… Certes…

              Mais en 1778, au large de Brest, la Belle Poule sort victorieuse d’un engagement avec une puissante frégate anglaise après quelques siècles de ratés (hors les corsaires)…

    1. Royaumont

      Padamalgam’. Ce n’est pas parce qu’on tourne à 2-3 attentats par semaine, tous commis au nom de ladite secte, qu’il faut en tirer des conclusions hâtives.

        1. Pat

          Les dirigeants Khmers Rouges ont reçus leur formation idéologique de base des gauchistes parisiens, en France. Dans les années 70, ils l’ont appliquée avec succès et ont créé au Cambodge un paradis socialiste dont on connaît les merveilleux résultats.

  12. taisson

    @sam player 24 mars 2017, 15 h 10 min
    Sam, il me sera toujours difficile de considérer le terrorisme comme un accident…
    Mais en restant dans cette logique, on voit bien que les transport individuels sont l’objet de toutes les attentions, voire persécutions et tracasseries de la part de nos « élites », alors que l’idéologie qui provoque le terrorisme actuel n’est absolument pas remise en cause.
    Et qu’il est interdit d’émettre la moindre critique, et que, même pour les naïfs, qui pensent avoir à faire à une religion « normale », toute discussion théologique est également impossible….
    Mais alors peut être à t’on d’excellents gestionnaires qui s’attaquent aux problèmes dans l’ordre?
    Les réactions n’arriveront dans ce cas que quand le terrorisme tuera plus que les déplacements ?
    J’ai un très très gros doute !

    1. sam player

      Sam, il me sera toujours difficile de considérer le terrorisme comme un accident…

      En fait c’est parce que vous refusez peut-être de voir les accidents de la route comme des crimes tout comme l’est le terrorisme. Si je devais me débarrasser d’une épouse gênante la meilleure solution c’est les roues de la voiture… un accident est si vite arrivé… chérie…
      Il y a peu, causer un accident mortel en état d’imprégnation alcoolique n’était puni que d’une peine avec sursis.

      1. taisson

        Si les accidents de la route, ou autres d’ailleurs, sont assimilés à un crime, il y dans son étude, la différence entre volontaire et involontaire.
        Les attaques sont toutes préméditées et l’on peu chercher autant que l’on veut le côté involontaire, ce qui est rarement le cas dans un accident, même dans le cas ou des circonstances le rendaient prévisible …
        j’en ai la preuve , j’ ai une patte dans le plâtre depuis 3 jours, suite à un accident de botte glissante, et je mesure bien la différence entre un acte volontaire, et un « accident »….
        Mais bon, personne ne peut faire hésiter Sam sur son raisonnement, et ce n’était pas la ma réflexion, je crois pas aux missions impossibles…
        Je pensais simplement à appliquer le même niveau de « précautions » face à l’islam que face aux automobiles !!

        1. albundy17

          Bien que ce soit impossible à vérifier, le « un accident est si vite arrivé… chérie… » s’est déjà passé, garanti à 100%, sans compte la possibilité du « chéri » en fin de phrase, la méthode étant assez féminine. Faudrait demander à l’ex future helvetique de sam si elle n’en a pas usé pour se débarrasser de l’un de ses nombreux mari… :mrgreen:

              1. Lark on the Wing

                youtube.com/watch?v=_MDCec4LdEc&ytbChannel=Luna%20%C4%90or%C4%91evi%C4%87

                irrésistible, hein ? chère Lady B…

                pas pu résister, comme disait Oscar..

        2. sam player

          « Les attaques sont toutes préméditées et l’on peu chercher autant que l’on veut le côté involontaire, ce qui est rarement le cas dans un accident, même dans le cas ou des circonstances le rendaient prévisible … »

          La préméditation fait juste la différence entre le meurtre (sans) et l’assassinat (avec) mais les 2 restent néanmoins des crimes.

          L’utilisation du terme »accident » mesure bien l’irresponsabilité dont font preuve les conducteurs en reportant leur responsabilité sur les circonstances…A bien y regarder, ce raisonnement exemptant la responsabilité c’est le début du communisme en fait : car un accident de véhicules a toujours un responsable et en voiture c’est certain, jamais une assurance ne reportera la responsabilité sur la pluie, même une voiture à l’arrêt doit être assurée, la seule solution étant de lui enlever les roues (et encore, même pas sûr)

          « Mais bon, personne ne peut faire hésiter Sam sur son raisonnement… »

          Abavala, j’avais essayé de prendre des gants en disant « peut-être » mais je vois que ça ne sert à rien ! Il faut bien souvent que les gens soient confrontés à la perte d’un proche pour comprendre que l’accident était un meurtre avec une arme par destination et c’est à ce moment là qu’ils en prendront conscience.
          Pour info je n’ai jamais perdu de proche dans de telles circonstances mais c’est mon coté sociopathe qui me permet d’être objectif en raisonnant sans émotions.

          1. BDC

            Tu n’as jamais perdu de proche mais as-tu connu un proche qui a tué quelqu’un ? Moi oui, dans les deux sens, tueur et tué. J’avoue que dans l’un pour moi c’est un crime (alcool+drogue+vitesse+ du grand n’importe quoi), dans l’autre alcool+fatigue c’est un accident aux circonstances aggravantes. Aucune idée comment ils ont été condamnés. Et pourquoi on n’interdirait pas la conduite aux gens fatigués ? L’ivresse de la fatigue est tout aussi responsable, évidemment comme on ne peut pas la mesurer …

            1. albundy17

               » évidemment comme on ne peut pas la mesurer  »

              Oui, sinon l’état ferait des affaires en or. Mon père a été tué par un de ces endormis conduisant un 40T sur l’A1, à arras, camion en portefeuille sur la voie inverse (il n’y avait pas le mur béton à l’époque). Comme j’avais 11 ans, on m’a donné 30.000 francs en dédommagement…

              1. sam player

                « il n’y avait pas le mur béton à l’époque »

                Y en a des qui ont parlé précédemment du principe de précaution et la base de ce principe devrait conduire à séparer les voies de circulation dès que la vitesse est supérieure à 50kph… surtout que les taxes sur les véhicules permettent de financer largement ces travaux.

                « …30.000 francs… »
                Tant que l’on n’accordera pas plus de valeur à la vie on ne prendra pas les mesures nécessaires (risk reward ratio)

            2. sam player

              « Tu n’as jamais perdu de proche mais as-tu connu un proche qui a tué quelqu’un ? »

              Oui, il y a 50 ans mon père a tué un cycliste qui de nuit a traversé une départementale pour se rendre d’une ferme à la ferme en face…sans éclairage. Ma mère m’adit que ça l’avait marqué même si la famille du cycliste a reconnu qu’il circulait tout le temps de nuit sans éclairage et que ça devait arriver(Darwin).

              « Et pourquoi on n’interdirait pas … »
              Interdire n’empêche pas… sinon ça se saurait.
              Mon propos visait juste à empêcher que des gens s’exonèrent de leur responsabilité en usant du terme « accident » pour ce qui quelles que soient les circonstances c’est un homicide et un meurtre, le parallèle avec le terrorisme étant d’ailleurs que la victime n’est pas ciblée personnellement (sauf chérie chierie chérie…) mais anonyme… une au hasard sur la route.

              1. Pheldge

                Euh, je lis au hasard de votre commentaire « on ne peut pas la mesurer … », c’est une requête, ô très curieuse ? on se sent des velléités de mesurages ? 😉

            3. sam player

              « L’ivresse de la fatigue est tout aussi responsable… »

              Parler comme cela c’est de la déresponsabilisation en dépersonnalisant l’auteur : la fatigue ne tue pas, ce sont des gens qui tuent (à moins que tu crois que ce sont les camions qui foncent dans la foule oops !)

              1. René-Pierre Samary

                Sans aller jusqu’à qualifier de « meurtre » tout accident de la route ayant entraîné la mort, je pense qu’il faudrait rechercher les causes d’un accident grave avec autant de soin qu’un meurtre. Car il arrive que cela puisse être qualifié ainsi. Mais faute de volonté et de moyens, on se contente des explications passe-partout (vitesse, alcool, etc.). Une enquête sérieuse permettrait de déterminer avec précision les causes, et donc le degré de responsabilité du conducteur.
                Dans ton raisonnement, tu oublies quand même les causes (et les responsabilités) dues en grande partie au véhicule lui-même (bris de suspension par exemple) et à l’état de la route (qui peut comporter de véritables pièges).
                Je ne serais pas hostile au principe d’une « boite noire » dans les véhicules, si je ne savais que celle-ci serait employée à d’autres fins que celles que j’évoque ici.

                1. Pheldge

                  « rechercher les causes d’un accident grave … » ? pour arriver à des conclusions du style « il était fatigué, parce qu’il travaillait trop », parce que « ceci cela … » , il se drogue/boit parce que la vie est trop dure ==> céla fota la société ! etc… Dans un pays où on a déresponsabilisé les individus, où la culture de l’excuse est élevée au rang d’art , j’ai bien peur du résultat de ce genre de démarche …

                    1. Lark on the Wing

                      Une cht’ite « envie de pénal », mes bons amis ? chafouinement poussés par un vindicatif Géraud de S…, qui a manifestement une oblique revanche à prendre sur d’odieux cochers bardés de sécuritaire, vous voilà dans des tranches de vie qui auraient dû rester sous le boisseau de l’intime…

                      Hmm… atypique pour des Libéraux, hein? zavez trop lu Ayn Rank….

                  1. René-Pierre Samary

                    Dans mon esprit, certainement pas pour en arriver à des conclusions de ce « style ». Bien au contraire, pour sanctionner sévèrement – mais justement. Dans le système actuel, (je l’ai constaté lors d’un accident qui aurait pu être gravissime); c’est : pas d’excès de vitesse, pas d’alccolémie, circulez rien à voir. On peut avoir un accident avec alcoolémie ou vitesse non-règlementaire, et en être totalement innocent.
                    Qund je prle de sanctions sévères, je parle bien de prison ferme, dans certains cas. Cela aurait aussi le résultat de faire réfléchir les prétendus irresponsables.

              2. BDC

                Sam l’entomologiste, je reformule : on pourrait pénaliser les gens qui prennent le volant sous l’empire de la fatigue comme on le fait avec l’alcool. Il paraît cependant que les effets de la fatigue ne seraient pas linéaires, les incidents des pilotes de ligne par exemple ne sont pas parfaitement corrélés à leur état de fatigue déclaré.

                1. Lark on the Wing

                  Hell hath no fury like a woman scorn’d….

                  bon, c’est paltout, le jardin m’appelle dans sa beauté vernale, jolie fermière…

        1. sam player

          Le V max… pas la K6 avec laquelle je n’ai jamais réussi une roue arrière 😀 !
          Le téflon au contraire ça rapproche et évite la perte accidentelle de la passagère…

          1. Lark on the Wing

            //images.complex.com/complex/image/upload/t_article_image/hacg2o7hxcpb6scyrtwb.jpg

            amazon.com/Read-This-Bitch-Fell-T-Shirt/dp/B000100IA6

  13. Onaneur de Moosh

    Je ne pense pas que les Français d’aujourd’hui soient moins courageux qu’ils ne l’étaient, ni moins que nos frennemis Anglais. Depuis l’OAS en passant par Action Directe, carlos, et le GIA les Français ont subi un paquet d’attentats sans trop broncher.

    Je ne pense pas non plus que les élites d’aujourd’hui paniquent face au terrorisme, au contraire, ils frétillent de joie. Car nos élites étant médiocres, un attentat c’est l’opportunité d’être un médiocre zélé.
    Tels de généreux scarabées qui ajoutent un peu de leurs boules de caca à une énorme boule de caca, que la gravité fera rouler sur eux. C’est la loi de la masse critique, de caca.

    Je pense cependant qu’il existe un sens commun, la décence, qui malheureusement ne se trouve que derrière le mur sur lequel on nous précipite comme lors d’un un lancer de nains.

  14. Jc

    Il y en a un qui a dit que le vélo c’est dangereux, restons au lit.
    Que non.
    La vaste majorité des gens meurent dans un lit!
    Donc…
    Il faut interdire les lits ou au moins y porter un casque ( voire plus)!

  15. Pierre

    J’y suis depuis 7 ans,de l’autre côté de la Manche, et j’ai tenté le retour en France pour un climat plus clément. Je reviens d’un entretien sur Toulouse et ça fait froid dans le dos:
    Salaires super bas, en gros à peine 4k € de différence entre jeune diplômé et 7 ans d’expérience pro ( j’en ai pris +13 à Londres )
    23% de charges sociales sur le brut
    Pas de système de retraite par capitalisation
    Après 7 ans, bac +5,j’ai même pas un salaire qui permettrait de faire vivre une famille de 4
    Décision prise, on reste en Albion. C’est certes plus melting pot, certains quartiers comme en France sont devenus des zones de non droit (cf émeutes de 2011,mais globalement on s’y sent plus safe. Bon ok la bouffe est dégueulasse mais rien n’empêche d’aller faire le touriste au Carrefour de Calais pour la journée 🙂
    En cas de problème, le plan de repli sur zone rurale est élaboré + arsenal en Bretagne rapatriable dans un coffre de voiture avec le ferry( point en cours d’élaboration, je suis preneur de tout conseil )

  16. STF

    Bonjour à tous.

    « les voyages scolaires pour Londres sont donc suspendus jusqu’à nouvel ordre, après « évaluation du risque par les autorités britanniques » apprend-on auprès du ministère de l’Éducation nationale. »
    Et pourtant, au moins un collège près de chez moi reçoit des correspondants de deux pays qui nous sont frontaliers. Les responsables n’ont-ils pas évaluer les risques pour leurs élèves dans ces pays, à venir en France ? L’EdNat’ n’a-t-elle pas évaluer les risques encourus par ces élèves ?
    « le petit nouveau trouvera certainement l’une ou l’autre mesure à faire appliquer pour qu’on puisse enfin se rappeler son nom et son prénom. »
    Il est vrai qu’on se souvient de Jean « Max » Moulin, surtout pour ses mesures politiques.

    Le terrorisme n’est pas le seul crime qui sévit en France. Tant qu’il sera considéré et traité comme autre chose, ce type de crime gardera son amplitude néfaste, en particulier les retombées secondaires. Le terme « terrorisme » ajoute une valeur à une action de meurtre(s) ou à sa tentative. Que les médias en fasse tout un plat, ce n’est pas si grave en soi, c’est leur gagne-pain après-tout, mais que les responsables politiques, s’agitent et interfèrent avec la Jusitice et la Police, en arrangeant le Droit, la Loi et la Constitution montre leur couardise et qu’il ne respecte pas la Démocratie ni la République qu’ils sont censés servir. Ils sont les plus « terrorisés ».

    Le Gnôme a évoqué le « principe de précaution inscrit dans la Constitution ». Ce principe devrait nous servir : par précaution, nous devrions pouvoir nous protéger efficacement, nous-mêmes.

    1. René-Pierre Samary

      … et une proportion écrasante du sexe 1, pour qui les études inutiles sont assez souvent une sorte d’agréable salle d’attente pour y rencontrer un futur conjoint.
      Mode sexiste ON : ne ratez pas l’avant-dernier épisode de « La Mouche », mis en ligne par votre serviteur nonobstant ses multiples obligations.

      1. Lark on the Wing

        @GPS : on me signale que Géraud (qui possède un important portefeuille d’actions Publicis) vient de chausser ses bottes à clous…. au lieu d’attendre, périlleusement, la direction de conscience de Monseigneur, tu devrais peut-être surveiller tes arrières…

      2. sam player

        « libéral conséquent » kézako ?
        C’est surtout d’une grande naïveté de croire que l’état puisse trouver une solution à un problème mal posé (ie s’attaquer à la conséquence au lieu de la cause).

        « Quiconque s’est retrouvé une fois au supermarché à devoir répondre aux caprices d’enfants dictés par la publicité est sensible à la nécessité d’une régulation. » : perso j’ai trouvé que l’enfant était généralement plus sensible à la paire de claques (ou la menace d’icelle, car je n’ai même jamais eu à l’appliquer dans ce cas).

        D’autre part prêcher pour une régulation c’est aussi oublier les effets induits qui seront pires : la porte étant fermée, ils rentreront par la fenêtre… et on retrouvera des effets identiques au lobbying.

        La publicité rend libre !

        1. albundy17

          « perso j’ai trouvé que l’enfant était généralement plus sensible à la paire de claques (ou la menace d’icelle »

          Marrant, je n’ai jamais eu d’enfants insistant lourdement pour quelque chose en supermarché. Je crois qu’ils ont instinctivement compris que je suis psychorigide et qu’un non ne se transforme jamais en oui :mrgreen:

        2. René-Pierre Samary

          « libéral conséquent » kézako ? »
          Le libéralisme classique suppose que l’échange soit libre entre deux acteurs économiques supposés conscients, et ayant une liberté de choix (d’où l’existence d’une concurrence non faussée, et l’interdiction d’une position monopolistique).
          Des enfants ne sont pas des acteurs économiques suffisamment conscients et informés pour être considérés comme libres.
          (des adultes non plus, mais il faut bien les considérer comme tels)
          La publicité peut s’adresser à des adultes, sans problème, du moment qu’elle n’est pas mensongère.
          Il est possible de vanter des produits pour les enfants, mais à mon avis pas directement, dans des émissions qui leur sont exclusivement consacrées.

          1. Loki dort

            Sans doute, mais les enfants restent sous l’autorité de leurs parents, et c’est à ces derniers que revient la décision d’acheter… ou pas. Ces pubs sont certes adressées aux enfants, mais sont in fine destinées à influencer les achats des parents.

            1. René-Pierre Samary

              Sans doute. Ce sont bien les parents qui vont acheter… ou pas.
              Cela ne change pas grand chose au fait de s’adresser directement à un public incapable de jugement.
              Etait-ce Hayek ? Je ne me souviens plus. Mais je suis certain qu’un grand auteur libéral a pris ce cas en exemple, et concluait à l’interdiction de la publicité destinée aux enfants. Référence à trouver.
              D’une façon générale, le libéralisme est pour moi, entre autres, un pragmatisme, non une idéologie. Ce qui peut sembler une entorse à la liberté pure est parfois une façon de permettre à la liberté d’être.

                1. Hussard Bleu

                  pour l’avoir pratiqué quelques décennies, je suis de l’avis que le Droit, surtout de nos jours, et dans son acception de Droit Positif, est aussi – surtout – et un empirisme codifié à l’aventure, et une idéologie singulièrement dangereuse…

                    1. Lark on the Wing

                      Oui et non : c’était par opposition au Droit Naturel. J’admets toutefois que « doctrine juridique » supposait et fondait votre remarque.

              1. Pheldge

                René-Pierre, tu es décourageant sur ce coup là ! tu défends un « principe de précaution », alors allons-y : pour protéger les enfants fais les vivre dans des bulles, à l’abri de toutes les agressions du méchant monde capitaliste !

          2. « interdiction d’une position monopolistique »
            Il n’y a pas besoin d’interdire. Un monopole de fait n’existe jamais très longtemps. Seuls perdurent les monopoles de droits, purement étatiques.

            Quant à la publicité, si elle est mensongère, il y a tout ce qu’il faut dans l’arsenal pour sanctionner le publicitaire et le producteur. Je ne vois pas en quoi la contrôler, réguler ou interdire pour les enfants est nécessaire sauf à considérer ces enfants et leurs parents comme des éponges imbéciles, considération qui n’est finalement pratiquée que par les socialistes pour des buts fort peu louables.

            1. René-Pierre Samary

              « Les monopoles de fait n’existent jamais bien longtemps. »
              Le marché finirait par les détruire ? J’aimerais en être convaincu. Faire d’un marché une chasse gardée (à travers des normes, ou le contrôle des infrastructures, exemple des télécoms, de Microsoft) me semble si tentant, et si difficile à contrer…
              Publicité mensongère : il y a bien un « arsenal ». Donc, intervention de règles… et des règles pourraient bien s’appliquer dans ce cas particulier (de la pub pour les enfants), si elles s’avéraient utiles, en pratique.
              « sauf à considérer ces enfants et leurs parents comme des éponges imbéciles »
              Les parents, ce n’est pas la question. Les enfants, peut-être pas imbéciles, mais éponges, certainement.
              Le collectivisme exaspère, et le corset réglementaire qui nous étouffe tout autant, sinon plus. M’en libérer autant que faire se peut, c’est l’histoire de ma vie. Mais je le répète : d’esprit pragmatique, ce n’est pas parce qu’une idéologie (socialiste) me hérisse que je n’aurai garde de dériver dans une idéologie qui se voudrait contraire.

              1. « J’aimerais en être convaincu. « 
                A vous de m’exhiber un exemple de monopole de fait qui a tenu tout seul. Un unique exemple m’ira très bien.

                « mais éponges, certainement. »
                Non. Et heureusement.

                « dériver dans une idéologie qui se voudrait contraire »
                Qui parle du contraire ? Simplement, la loi n’a pas à intervenir dans ces cas-là.

                1. René-Pierre Samary

                  « Un unique exemple m’ira très bien. »
                  C’est très embarrassant. Pour trouver cet exemple, il faudrait trouver le cas d’une société à ce point libérale pour qu’un Etat; relativement libéral, ne soit pas intervenu. C’est un peu comme demander ; si ce cancer n’avait pas été soigné, le malade aurait-il guéri tout seul ?
                  Eponge… le terme n’est pas de moi, je ne l’aurai pas employé, l’analogie est faible, parce que le cerveau, notamment enfantin, ne fait pas qu’absorber, il « pose des questions ». Les réponses de l’environnement sont à leur tour « traités », pour de nouvelles questions, etc.
                  Tout ce qu’on sait du développement du cerveau de l’enfant, depuis le stade où celui-ci ne fait aucune différence entre le Moi et le Soi, montre son extrême malléabilité – condition indispensable à sa formation.
                  (au fond – mon cas s’aggrave ! – ce n’est pas seulement la pub que je supprimerais pour un jeune enfant, disons jusqu’à cinq ans, mais carrément la télé. Aux parents de le faire, bien sûr, pas à une interdiction venue « d’en haut » ! L’interdiction de la pub dont on parle ici ne serait que pour éviter le pire.
                  « Simplement, la loi n’a pas à intervenir dans ces cas-là. »
                  OK, c’est votre opinion, patron. Mais on est bien d’accord qu’il y a des cas où la loi intervient (publicité mensongère, vous citiez). D’autres exemples : pornographie. Loi, pas loi ? Dans un monde idéal, il n’y aurait besoin d’aucune loi, c’est sûr.

                  1. « C’est très embarrassant. »
                    Oui, mais l’analogie avec le cancer est trompeuse. C’est embarrassant parce que ça n’existe pas. Il y a suffisamment de littérature pour expliquer pourquoi un monopole de fait ne peut pas tenir dans le temps sans se transformer en monopole de droit ou sans disparaître. C’est économiquement logique, du reste. Donc des lois pour empêcher un truc qui n’arrive jamais sont des lois inutiles.

                    « mais carrément la télé »
                    Et en cela, vous vous substituez aux parents. C’est exactement le même penchant que les socialistes qui nous considèrent comme des enfants.

                    « c’est votre opinion, patron. »
                    C’est l’opinion d’à peu près tous les philosophes libéraux. Sans user de l’argument d’autorité, je pense raisonnable d’admettre qu’ils ont de bonnes raisons de le penser. L’exercice du « pourquoi » est laissé au lecteur 🙂

                    « pornographie. Loi, pas loi ? « 
                    Pas loi. La loi ne doit pas s’occuper de morale mais de justice. La morale est appliquée par d’autres mécanismes que la loi ne doit surtout, surtout pas entraver.

                    Mais surtout, « pour éviter le pire » est l’excuse globale qui a été, de tous temps, utilisée pour aliéner les individus. C’est la base même du collectivisme : plein de bonnes intentions.

                    1. albundy17

                      « C’est économiquement logique »

                      Il me semble bien, Patron, que vous en aviez mis en ligne une démonstration avec le cas d’une molécule racheté par un groupe et honteusement augmentée à un prix stratosphérique. Il n’avait fallu que 2-3 mois pour qu’une concurrence apparaisse.

                    1. sam player

                      HB je reviens sur tes terres rares, mais sans parler du monopole, juste pour rappeler que l’appellation terres rares est due il y a 250 ans à la difficulté à les séparer mais pas du tout à leur rareté puisqu’en général elles sont présentes absolument partout entre 0.5 et 50ppm (ie entre 0.5g et 50g par tonne de matériau) c-a-d bien plus que l’or même dans les mines d’or connues* : jamais on ne trouve 50g d’or par tonne de matériau traité, ça serait plutôt 1g par tonne.

                      La séparation des terres rares, outre le moindre coût de la main d’oeuvre, posent moins de difficultés environnementales dans les pays comme la Chine,l’Inde… : c’est d’ailleurs le cas de toutes les mines qui sont en général exploitées dans des pays en développement ou très étendus ou peu peuplés dans les zones exploitées (Alaska, Australie) pour ces raisons (plus près de nous cf les gaz de schiste).

                      * : l’or aurait une origine extraterrestre et c’est pour cela qu’il est affleurant et inégalement réparti. Si on raisonnait en ppm on serait pour l’or à 0.005ppm dans l’écorce terrestre superficielle vs 100 à 10,000 fois plus pour les terres rares.

                      Maintenant pour revenir au monopole que pourrait créer une ressource disponible dans un seul pays, outre que ça n’existe pas, mais supposons que si : alors on trouverait un dérivatif et il y a des exemples de produits qui ont été synthétisé pour pallier leur rareté à un moment de leur histoire : pétrole, tissus (polyester, soie), caoutchouc etc…

                      Organiser la rareté d’un produit est une arme à double tranchant car alors le risque est qu’en cherchant on découvre comment se passer du produit définitivement … et pour moins cher.

                    2. Lark on the Wing

                      @Géraud : c’était juste pour embêter un peu Monseigneur… tu as (il a) sûrement raison.
                      Ce serait amusant d’en faire un peu de peppering en Guyane en ce moment….

              2. Aristarkke

                RPS, l’ attitude Soce insupportable est bien de supputer que les parents sont de pauvres éponges incapables de penser et d’ agir par eux mêmes l i b r e m e n t !!!
                Heureusement qu’il y a de bons Soces dévoués qui sont là pour les aider à vivre comme-il-faut (selon l’orthodoxie sice, bien sûr!)

          3. theo31

            Des enfants ne sont pas des acteurs économiques suffisamment conscients et informés pour être considérés comme libres.

            Même les chimpanzés comprennent les bienfaits de l’échange libre. Ne serais-tu pas un socialiste prenant ses semblables pour des débiles profonds ?

      3. Aristarkke

        Autrement dit, pour ce bon apôtre, pour que le parent évite de devoir frustrer son enfant en lui apprenant à contrôler ses envies, supprimons la publicité censée augmenter ses envies… Pour éviter qu’il prenne éventuellement un gadin à vélo, non seulement empêchons le de monter sur un vélo mais supprimons aussi les vélos pour davantage de sûreté…
        Quand j’étais môme (je ne suis pas de toute éternité), il n’y avait pas tant de publicité, évidemment télévisuelle puisqu’elle y était interdite mais cela ne m’empêchait pas de rêver devant les vitrines des marchands de jouets…
        Je devais gérer mes envies au trimestre avec l’ argent de poche alloué…

        1. René-Pierre Samary

          L’exemple du supermarché est pour moi hors-sujet. Il est rare qu’un enfant soit lâché, seul, dans un supermarché, alors qu’on peut supposer qu’il est seul devant un écran.
          Le « bon apôtre » (c’est moi, ari ?) est bien d’accord sur la nécessité de la frustration, c’est comme cela qu’on en fait un adulte, capable de résister à ses pulsions et envies.
          Un peu de bon sens : moi aussi, je rêvais devant les vitrines de magasins de jouets. Entre cette envie qu’il fallait refouler, et le bombardement d’images destinées à des gamins à peine capables de distinguer entre le réel et l’imaginaire, il y a un monde.
          Le libéralisme ne peut exister qu’en fixant les conditions, simples, hors desquelles il se détruit lui-même.

              1. Vous ne voyez pas la suite arriver ? Genre : qui définit ça, si c’est si simple ? Et pourquoi lui plutôt qu’un autre ? Etc.

                1. René-Pierre Samary

                  Aïe ! Je me souviens de longuissimes discussions, rien que sur le thème : qu’est-ce qu’une concurrence « loyale » ?
                  La mise en pratique n’est déjà pas simple, alors si, d’entrée, on commence par « qui définit ça », ouille !
                  Je suis sûr qu’un libéral, soit dit sans ironie, est capable de donner une réponse. Ce serait « personne » ?

          1. Aristarkke

            Non. RPS, le bon apôtre est l’ escrologiste de service dans l’ article de Le Figaro. Normalement, tu devrais rejeter cette attitude féminine que tu stigmatises fréquemment de faire que soit épargné à l’ enfant de devoir se colleter au réel et de devoir apprendre à ne pas pouvoir tout obtenir…

            1. René-Pierre Samary

              J’ai trois enfants, Ari, et j’ai fait de mon mieux pour éviter ce que tu dénonces.
              Escrologistes, je veux bien, et je ne me prive pas de dénoncer leur aveuglement idéologique. J’essaie de ne pas leur ressembler, justement. Ce n’est pas parce qu’un « escroc » me dit que la terre tourne autour du soleil que je vais aussitôt affirmer le contraire.

          2. theo31

            « L’exemple du supermarché est pour moi hors-sujet »

            C’est pourtant l’endroit rêvé pour y draguer des centaines de mamans entre 14 et 16 heures.

    1. Aristarkke

      Comme si les enfants (de tous âges) attendaient la publicité pour avoir des envies…
      Nous sommes d’ éternels enfants…
      [simplement, le prix des jouets augmente avec l’ âge]…
      Exemple: (il y en a des milliers…)

  17. Loki dort

    Bonjour, ça peut plus durer.

    Tandis que mon pot-au-feu mitonne -sur le feu évidemment, sinon ça ne serait plus qu’un vulgaire pot, sans feu, sans mets, sans saveurs et sans passion- et que je suis à moitié éméché devant l’écran dans l’attente post-apérotatoire du déjeuner, j’apprends que, tenez-vous bien, François Hollande aurait eu un « cabinet noir » à son service.

    Avertissement: je rappelle, pour ceux qui l’auraient oublié, que François Hollande, cette baudruche farcie au fromage moisi, est notre actuel président de la république.

    Or donc, un cabinet noir au sein même de l’Elysée, paradis de l’homme politique, aurait collecté, par l’intermédiaire de différents services de renseignements, des informations personnelles sur les adversaires politiques de Hollande pour les utiliser contre eux à des fins politiciennes.

    Catachrèse et ectoplasme à roulette! Un président français aurait utilisé les services de l’état à des fins personnelles??? Cépadieupossib’, on se serait donc joué de nous depuis Mitterrand?? Comment croire un tel scandââle?

    Bon. C’est là que je dis platement: cabinet noir ou pas, depuis Paul Deschanel en pyjama sur la voie ferrée jusqu’à Hollande en chapka devant les objectifs, vous pensiez vraiment qu’ils étaient droits, honnêtes et intègres depuis le début, tous ces présidents? Vous pensiez qu’ils faisait leur job scrupuleusement, dans les règles, le respect, et l’amour du risque de la justice?
    Non bien sûr, personne n’y croyait vraiment. Alors pourquoi tout ce ramdam sur les petits écarts des uns et des autres? Pourquoi ces cris d’orfraies, et ces postures morales devant un festival de « révélations » qui s’emballe tous azimuts, et vise tous les partis?

    Avant de vérifier l’état du pot sur le feu, j’ai des invités affamés, je conclurai ainsi: si j’ai quelque difficulté à admettre que moralité ou immoralité ne soit qu’affaire personnelle, force est de constater que la morale est hors de propos dans la nécessité de bien gouverner. Ce festival d’accusations et d’affaires lancées en cascade aux médias, est le signe évident que la curée a commencé. Les pillards arment pinces et crochets, et les charognards commencent à flairer l’odeur sucrée de la mise à mort. Tout le monde est invité à mon pot-au-feu, mais ça ne va pas durer: il y a un moment où on devra choisir son camp.

    Pourvu que ça dure!

  18. Euclide

    A l’attention de Mr Loki dort,
    Vous vouliez exprimer quoi sur votre post ? Que la politique est le monde de l’hypocrisie sauf exception comme le général de Gaulle.
    Ce n’est pas le mensonge en politique qui me gène ( elle déjà était pratiqué sous la Grèce antique) de meme on faisait appel à des démagogues comme Cicéron dans l’Empire romain.
    Ceci dit, je suis d’accord avec vous que le système est aux abois. Mais il ne disparaitra pas comme çà. Sachez qu’il a fallu 4 siècles entre le III ème et le VII pour que l’Empire romain s’effondre. Ca laisse de beaux jours ç des candidats comme Macron.

    1. Lark on the Wing

      Regardé la semaine dernière « La Chute de l’Empire Romain » d’Anthony Mann… aussi mauvais que ses Westerns… décroché au bout d’une demi-heure, par respect pour Alec Guinness (qui devait avoir des impôts en retard pour accepter le rôle de Marc-Aurèle)…

      Court précis de décomposition :

      Situation en Guyane, qui présente l’intérêt de préfigurer ce qui va sans doute bientôt arriver en métropole, quand le chaos générera davantage encore de chaos :

      — ATV Guyane (@AtvGuyane) 20 mars 2017
      Dans le détail, plus d’une dizaine de barrages ont été érigés au cours de la semaine, notamment à l’initiative du syndicat UTG (Union des travailleurs guyanais)-CGT, bloquant plusieurs ronds-points autour des villes. Ils rassemblent pêle-mêle des salariés d’EDF en grève, des personnels du centre médico-chirurgical de Kourou, un collectif qui réclame un commissariat à Kourou et un autre collectif contre la délinquance, «les 500 frères», qui défilent cagoulés. Mais parmi ces barrages, certains sont «sauvages» et source de «rackets», dénonçait jeudi soir le préfet de la région Guyane, ordonnant aux forces de l’ordre de les «éradiquer». Et d’ajouter: «seuls les barrages dressés par les collectifs seront maintenus».

      Communiqué de la Préf. de Guyane > Le Préfet donne instruction de faire éradiquer les barrages sauvages érigés sur le territoire pic.twitter.com/teOGxqXYOa

      Des citoyens exaspérés par l’insécurité, un préfet totalement dépassé – triant entre « bons » et « mauvais » barrages, les uns comme les autres étant naturellement parfaitement illégaux – et un gouvernement affolé qui envoie une mission de « haut niveau » (sic) :

      Pour tenter d’apaiser les esprits, le premier ministre, Bernard Cazeneuve Matignon, a décidé vendredi d’envoyer «sans délai», «une mission interministérielle de haut niveau». Cette délégation doit partir dès samedi. Elle est conduite par l’ancien préfet de Guyane, Jean-François Cordet qui sera accompagné de plusieurs hauts fonctionnaires. Ils auront pour mission de «nouer un dialogue constructif et apaisé», «d’entendre et d’analyser toutes les difficultés soulevées et de poser les bases d’une négociation susceptible de déboucher sur des mesures opérationnelles et rapides», détaille Matignon dans un communiqué.

      Le candidat du PS, actuellement en orbite autour d’Uranus, s’étonne :
      Benoît Hamon : «Je ne m’attendais pas à ce qu’il y ait autant de trahisons»

      Pas choupinou, hein, la vie politique… on aurait (presque) envie de s’apitoyer, si l’on ne savait que les états d’âme d’un apparatchik, surtout soce, sont aussi sincères que les proverbiales larmes du crocodile.

      Toutefois, il a estimé qu’une telle attitude était de nature à favoriser la montée de l’extrême droite. «D’abord, il y a le respect des principes. Et j’observe que beaucoup, aujourd’hui, oublient les principes les plus élémentaires. Dans une élection, on respecte le verdict de l’élection, on respecte la parole donnée. Et la primaire c’est une élection qui a rassemblé plus de deux millions de citoyens. (…) Et ça me frappe beaucoup que ces responsables politiques, aujourd’hui, à un moment où le Front national – qui est un parti profondément anti-démocratique – est aux portes du pouvoir, oublient jusqu’au principe le plus élémentaire qui consiste à respecter la démocratie. Comment voulez-vous que les électeurs nous respectent si nous ne respectons pas ce que les électeurs disent et veulent?», s’est-il interrogé.

      « Principes » aussi à respecter, si la candidate FN était élue ? in earnest ? you wouldn’t be kidding us, or would you ?

      Tant qu’on est dans les coquecigrues : FF à l’Emission Politique, passons sur le guet-apens avec la Angot, toujours aussi cintrée mais

      Un professeur d’Histoire-Géographie au lycée de Nanterre, Mme Laurence de Cock, (« Docteure en sciences de l’éducation ») est vice-présidente d’un étrange «Comité de Vigilance face aux usages publics de l’histoire»… auquel il importe d’évidence de condamner toute référence au fameux récit national qui est désormais considéré par certains intellectuels comme une sorte d’avant-poste du révisionnisme. Laurence de Cock demande donc de but en blanc à François Fillon si la figure du Roi Saint-Louis rendant la justice sous son chêne lui paraissait «crédible» (sic).

      On se demande bien de quelle pertinence est la question, et quel était l’intérêt d’inviter une idéologue aussi bien frappée dans « l’émission politique »… mais l’image du Roi Saint-Louis rendant la justice sous son chêne dans les jardins du château de Vincennes n’est pas une invention de l’imagerie populaire – comme la barbe fleurie de Charlemagne par exemple – mais elle est tirée du témoignage direct du sire de Joinville (1224-1317), compagnon d’armes, conseiller et historiographe du Roi Saint-Louis. Ce personnage historique a donc non seulement existé mais il nous a laissé des souvenirs parfaitement crédibles qui sont encore aujourd’hui la principale source sur l’histoire de ce règne…

      Cette ricaneuse personne du sexe, sans doute éminente au sein de la Loony Left, fait partie du Cercle de Recherche et d’Action Pédagogiques

      « Le CRAP se veut engagé, parce qu’il ne croit pas à une pédagogie pure (changer la société pour changer l’école, changer l’école pour changer la société, peut-on lire sur chaque publication), mais il sauvegarde jalousement son indépendance vis-à-vis de tout syndicat, de tout parti, de tout ministère » (sic)

      Ce Cercle dont l’acronyme est le CRAP :….hmmm… n’est-ce pas ?…

      http://www.cahiers-pedagogiques.com/Presentation-du-CRAP

      dictionnaire.reverso.net/anglais-francais/crap

      Dans une république bien tenue, du genre de celle rêvée par les crappistes, une « de Cock », on la guillotine, hein, et on n’en parle plus :

      wikipedia.org/wiki/Jean_Conrad_de_Kock

      « Les pires catastrophes ont souvent une sombre façon d’arranger les choses » disait Victor H… truisme assez bien exprimé dans le style pompier et sentencieux qu’il affectionnait… genre De Cock Sucker… (j’ai honte, hein !)…

      Elle devrait se méfier du CLAP, quand même….

      1. Loki dort

        Belle somme textuelle.
        J’ai appris ce nouvel acte de terrorisme intellectuel gauchiste sur le blog de Boizard. Les gauchistes, toujours eux, je le redis et le répète, attaquent sur tous les fronts, et ils sont convaincus du bien de leurs actions. Par cet exemple on voit la volonté de refaçonner l’histoire à l’aune de leur convictions idéologiques, tout comme des pharapons illuminés tels Amenothep IV pouvaient faire retailler sculptures et scriptures pour les remplacer par son hérésie monothéiste.

        On en viendrait à souhaiter que l’effondrement de l’empire arrive enfin. Qu’on en finisse, et qu’enfin les gens redécouvrent leurs voisins, pour organiser les gardes, les rondes de quartier, les veillées, les potagers communs, bref: la communauté humaine. On crève de l’individualisme dans ce pays.

        1. Pat

          « On crève de l’individualisme dans ce pays. » On crève plutôt de parasitisme dans ce pays, et ça a plus à voir avec l’étatisme et tous les profiteurs de l’argent gratuit des autres, individuellement (comme certains fonctionnaires ou élus) ou collectivement (comme les syndicats; les journaux, etc.).

          1. Loki dort

            Le parasitisme, l’étatisme et les profiteurs prospèrent sur le lit de l’individualisme et du chacun pour soi. Quand la liberté individuelle aura été bafouée au point de causer le réflexe de survie, j’entends la la rébellion, les individus se réuniront pour regagner ensemble leur liberté perdue.

            La France et la liberté, c’est une longue histoire: aucun pays n’a autant besoin de théoriser et combattre pour la liberté et les droits de l’homme que celui qui les exerce le plus mal.
            Vous connaissez sûrement Clovis roi des francs, considéré comme fondateur du royaume de France. Mais savez-vous que Franc signifie… libre ? Peuple franc signifiait donc peuple libre On a perdu plus que des plumes en route…

            1. Hussard Bleu

              Peite incidente assez proche de ce que soutient Loki, à propos d’un phénomène récent :

              : En 1967, Lucien Rebatet soutient la guerre israélienne contre les États arabes : « La cause d’Israël est là-bas celle de tous les Occidentaux. On m’eût bien étonné si l’on m’eût prophétisé en 1939 que je ferais un jour des vœux pour la victoire d’une armée sioniste. Mais c’est la solution que je trouve raisonnable aujourd’hui. » .
              En 1969, il affirme « savourer le paradoxe historique qui a conduit les juifs d’Israël à défendre toutes les valeurs patriotiques, morales, militaires qu’ils ont le plus violemment combattues durant un siècle dans leur pays d’adoption. »

              Une intéressante illustration de cette dernière considération, dans le Figaro du 18 mars, touchant ces familles juives ayant fait leur alyah depuis Toulouse après l’affaire Mérah : l’ancien dentiste Jean-Michel C. s’est installé à Tel-Aviv depuis quatre ans. Et pardessus tout, c’est le mode de vie qu’il aime : « Ici, les gens sont nationalistes, ils aiment leur pays et le respectent. On ne tague pas les murs, on se lève quand il y a une personne agée dans un bus, les incivilités n’existent pas. Tout le monde respecte la loi. La grande force, c’est l’entraide ».

              • Curieux comme le point de vue change… On peut supposer qu’en France, ce C – qui scolarisait ses enfants à l’école Ozar Hatorah – n’y aimait guère les « nationalistes », et que l’entraide avec les goys, ce n’était pas trop son trip….
              La « Théorie des Climats », sans doute… Montesquieu forever….

              1. René-Pierre Samary

                J’adore les gens qui trouvent très bien chez eux ce qu’ils trouvent exécrable chez les autres. En France, il est notable que les organisations pro-immigration, diversité et toussa sont souvent dirigées par des Juifs.
                Etrange paradoxe,qui hélas fait flirter avec une ligne jaune…
                Difficile néanmoins de ne pas établir un rapport avec une religion du peuple élu, qui en quelque sorte détient une exclusivité, tout en étant inaccessible aux non-juifs… une approche de type racialiste qu’on trouvera odieuse chez autrui…
                Je dis ça très mal, à la va-vite, mais tu me comprends, j’en suis sûr.
                Cela dit, comme Rebatet, je trouve normal, en gros, qu’il existe un état d’Israël. Logiquement, cela devrait conduire la diaspora à se faire moins encline à importer chez autrui les conflits de leur patrie.

        2. BDC

          Euh … Loki, tu plaisantes sur l’individualisme ? C’est aussi une escroquerie gauchiste et en plus j’en ai parlé hier chez Franck Boizard. Tu prends le sens de la novlangue (égoïsme), mais à l’origine il s’oppose au collectivisme, alors oui, vive le respect de l’individu, vive l’individualisme 😉 !

          1. Loki dort

            Non, je ne plaisante pas. Du moins il faut déjà s’entendre sur le terme d’individualisme: même au sens randien, l’individualiste n’est pas quelqu’un qui écrase autrui au profit de sa réussite: ça c’est plutôt ce qu’on observe du côté des collectivistes. Ma réflexion se base sur mes expériences à l’étranger, où j’ai pu réaliser à quel point les français sont distants, fermés, peu accessibles aux inconnus qui les entourent au quotidien. J’ai observé à quel point en France on est replié sur son entourage proche, peu ouvert à la coopération, au voisinage, à la communauté (c’est un gros mot ici), et pour tout dire si peu solidaires . Il faut vivre à l’étranger pour vraiment en prendre conscience, et cela m’a été confirmé par de nombreux étrangers venus travailler en France, anglais, italiens, espagnols, américains, etc.
            Ceci est , me semble-t-il, le résultat de l’état providence, de l’état-maman qui s’occupe de tout pour nous: puisqu’il s’en occupe à grand coups de taxes, aides et subventions, pourquoi s’inquiéter des autres? Et puis on a déjà assez fort à faire pour se défendre de toute les misères que nous fait l’état, pour devoir en plus défendre la misère des autres.

            Le collectivisme et l’escroquerie gauchiste que tu exhibes à juste titre est un dévoiement de la solidarité vraie, spontanée, volontaire, banalement humaine. Les gauchistes font de l’agitation pour une prétendue solidarité qui n’est qu’une fidélité partisane, idéologique et obsédée par l’étranger, l’autre, l’ailleurs, tout sauf son voisin, son terroir, son pays avec sa réalité et son histoire. Le communautarisme est protégé quand il s’agit de celui de « minorités », mais conspué quand il s’agit de celui de français « de base », ruraux ou non. La solidarité de ces menteurs est orientée vers des catégories sélectives, et vers des buts idéologiques qui ne sont pas du tout solidaires de certaines autres catégories considérées comme néfastes et ennemies. Le marxisme…
            Tu vois ce que je veux dire?

            1. Pheldge

              « la solidarité vraie, spontanée, volontaire, banalement humaine » , euh je te cite wiki : »La solidarité est le lien social d’engagement et de dépendance réciproques entre des personnes ainsi tenues au bien-être des autres » sous entendu que la solidarité est un devoir !
              Parle nous de qualités humaines comme la générosité, l’empathie, la bonté, tout ce que tu veux, mais le mot solidarité a bien le sens que les collectiviste lui attribuent (cf étymologie )

              1. Loki dort

                Ce ne sera pas la première fois qu’on trouvera une définition idéologiquement orientée sur wikipédia. J’évoquais la solidarité d’un point de vue plus scientifique, l’humain étant par nature un animal grégaire, c’est à dire porté instinctivement à se rassembler avec ses semblables, et à adopter des comportements semblables.

                La prétendue solidarité décidée et ordonnée par l’état n’est que de la coercition, orientée en fonction d’intérêts politiques, qui finit par avoir les effets inverses que ceux prétendus, et détruit la solidarité naturelle qui existe entre les individus. Pour donner un exemple concret:

                http://contrepoints.org/2017/02/06/280163-americains-plus-genereux-europeens

                En parlant de morale, je viens de tomber sur cette réflexion de Nietzsche:

                « La moralité n’est que l’instinct grégaire individuel ». L’idée mérite d’être examinée.

                1. BDC

                  Oui je suis d’accord avec toi Loki : les soces aiment tellement les pauvres qu’ils en fabriquent (à leur insu), tout en déclarant vouloir combattre la pauvreté. Et comme ils le font en ne respectant pas les droits individuels, ce qui est la base chez nous les libéraux, je fais de la résistance en refusant la novlangue. Pas folle, j’irai pas faire ça ailleurs, sinon je me ferais traiter de facho, MDR 😀 !

                2. René-Pierre Samary

                  Tu pars de la bonne base de réflexion, Loki. L’homme est naturellement un animal social. Entre individualisme et sociabilité naturelle, pourquoi vouloir trancher ? Tout système est à la fois fermé et ouvert, voir Koestler et son effet « Janus », le masque qui regarde des deux côtés.

                  1. Loki dort

                    Il me semblait que Janus Bifron symbolisait plus le seuil, le passage entre l’avant et l’après, le passé et le futur, le commencement et la fin. Le mois de Janvier, Januarius, est tiré de son nom.
                    Pour la représentation du mode binaire ouverture-fermeture, passif-actif, je préfère le système des hexagrammes chinois, un merveilleux support de réflexion sur les situations complexes, perpétuellement changeantes, que l’on observe dans sa vie intime, dans la société, la nature, etc.
                    Le symbole de la croix, antérieur au christianisme, peut aussi avoir une interprétation similaire, sous la forme du trait court – trait long, que l’on peut se représenter sous une forme dynamique, le haut et le bas, la droite et la gauche, formant un mouvement en spirale.
                    Mais c’est stérile de vouloir trancher entre individualisme et solidarité en effet: c’est une alternance et une interpénétration de forces antagonistes mais complémentaires. Le choix doit rester à l’individu.

                    1. René-Pierre Samary

                      Sur l’utilisation du concept Janus que fait Koestler, valable pour les organismes et la société, voir « Le cheval dans la locomotive » et « Janus ».
                      @Lark. J’avions point percuté. Koestler cohérent avec ses idées (d’ailleurs fort diverses au fil de sa vie), oui. Pour moi, un trèès grand bonhomme.

    2. Loki dort

      @Euclide
      Comparer le marigot politique français à l’empire romain, hein…

      Et attention à ne pas amalgamer décadence et effondrement, parce que la décadence a tendance à être un point de vue subjectif, où chacun projette ses déceptions et ses critiques personnelles, tandis que l’effondrement est très concret: par exemple, quand les frontières sont violées, les femmes ne tardent pas à l’être aussi. Toute ressemblance avec des faits se produisant actuellement un peu partout en Europe n’est pas préméditée, je vous jure!

      Et pour revenir à mon commentaire, la curée dont je parle est une interprétation personnelle, de ce que j’identifie comme étant une accélération des signes de décomposition, à la suite de laquelle doit suivre un effondrement effectif.

      1. Aristarkke

        Paradoxe de Lewis Carroll qui était prof de maths avant que de commettre Alice in Duracell land, expliquant qu’une pendule au mécanisme cassé vaut mieux qu’une pendule retardant d’une seconde par jour auquel cas, il lui fait 43.200 jours pour se recaler avec l’heure exacte alors que l’autre est exacte deux fois la journée…

        Tiens Philou, épargne nous le fait que le titre anglais permet un sous titre très osé que tu ne peux que connaître…

  19. sam player

    abavala, cette nuit on a laissé le libéralimse entre les mains de Loki (avec sa morale à 10 balles) et RPS (qui veut du bien aux petizenfants) … et ils ont tout salopé… 😀
    .

  20. Lark on the Wing

    Fascinants, ces divers détournements…. je me demande au demeurant ce qui fonde exactement – au premier Chef, si j’ose dire – la fascination des auteurs eux-mêmes pour cette scène. Je ne suis pas sans en avoir quelque idée, mais j’aimerais trouver une exposition psychologique détaillée.

    L’intervioue de Bruno Ganz est intéressante, dépassé qu’il est par le succès de ces « rants » aménagés, et très ambivalent sur l’explication, ainsi que les conséquences le touchant, y compris au niveau familial : youtube.com/watch?v=4YLqC3DIgjY&ytbChannel=Amp

Laisser un commentaire