Comment se procurer des Bitcoins – petit manuel

Dans un précédent billet, je donnais quelques pistes pour rentrer, doucement, dans le monde assez spéculatif des cryptodevises. Le dernier billet sur Bitcoin a d’ailleurs déclenché une demande d’un petit guide général sur ce qu’il convient de faire pour enfin posséder quelques cryptos.

Voici donc quelques éléments supplémentaires d’information – et merci au passage à Axel Roffi pour le retour d’expérience sur Localbitcoins.

Préambule

Est-ce une bulle ? Si vous lisez ceci, n’êtes absolument pas au courant de ce que sont les bitcoins et les cryptos, mais voulez absolument mettre 100, 1000 ou 10.000 euros pour profiter de la ruée, alors oui, soyons clairs, c’est bien une bulle. De toute façon, c’est une bulle parce que les attentes sont énormes et les usages sont rikikis.

En effet, ce qu’on peut espérer de la technologie une fois en place est effectivement révolutionnaire et les enjeux sont de taille mondiale, avec des implications en terme de gouvernement, de finance, de gestion de la propriété privée qui sont elles-mêmes absolument énormes.

Certes.

Mais d’un autre côté, les usages réels et palpables des cryptos, à l’heure actuelle, sont absolument microscopiques. Au-delà du pur « trading », les solutions mises en places sont pour le moment extrêmement modestes et de tailles réduites. Le nombre de commerçants acceptant les bitcoins augmente tous les jours, mais si on devait comparer à l’arrivée d’internet ou à l’informatisation, on en serait encore qu’au tout début. Même chose pour les applications qui bénéficient des cryptomonnaies et des « contrats intelligents » basés sur Ethereum et ses dérivés : si on élimine les petits outils, les bricolages, les jeux de hasard et quelques applications d’assurance ou de trading de taille extrêmement réduite, il n’y a aucune application majeure apte, pour le moment, à remporter une adhésion massive de centaines de millions d’utilisateurs.

Enfin, les estimations du nombre d’acteurs effectifs sur ces marchés amènent à un chiffre bien inférieur à 50 millions d’individus. Pour le moment, il est raisonnable de penser qu’entre 5 et 10 millions de personnes possèdent des cryptomonnaies, sur 7 milliards d’humains (soit 0.14%). Par comparaison, Facebook touche plus d’un milliard d’humains (100 fois plus) et représente une capitalisation de 400 milliards de dollars (soit seulement 5 fois la valorisation de Bitcoin).

Bref, oui, c’est bien une bulle. Mais il est impossible de savoir si l’on est au début ou à la fin de celle-ci (et vu le nombre restreint d’utilisateurs, on peut logiquement penser qu’on n’est qu’au début), et surtout, cela ne change rien aux perspectives de long terme : les cryptomonnaies sont là pour durer. S’il est difficile de savoir lesquelles, parmi les centaines qui existent déjà, seront encore là dans 10 ans, comprendre comment elles fonctionnent et en posséder quelques unes ne paraît pas un mauvais pari actuellement. Pour rappel, ceux qui ont acheté pour 100$ d’actions Amazon lors de son introduction en Bourse en ont maintenant pour plus de 63.000$, 20 ans plus tard.

Autrement dit : oui, c’est très risqué, mais le moment semble malgré tout propice pour entrer intelligemment sur le marché.

1 – Comment acheter/vendre les cryptos :

Deux grandes méthodes :
a/via une plateforme de trading.
b/directement, ce qui suppose d’avoir un portefeuille dans les différentes cryptomonnaies.

a/ Acheter et vendre via plateforme

J’ai testé Bitstamp et Kraken et peux donc en parler en connaissance de cause :

Bitstamp : https://www.bitstamp.net
Kraken: https://www.kraken.com

Il faut s’enregistrer proprement, donner toutes ses informations personnelles, une preuve de résidence (facture d’électricité, internet, …) et une photo de passeport ou de carte d’identité. Une fois ceci fait, on peut commencer à acheter / vendre en utilisant une carte de crédit (sur Bitstamp) ou en faisant un transfert banque à banque (pour les deux). Cette vérification prend du temps, plusieurs jours dans les deux cas, notamment parce que c’est un processus humain et aussi parce que ces plateformes, victimes de leur succès, ont beaucoup de dossiers à traiter.

Pour Kraken, l’ensemble des opérations se passe dans Funding (pour créditer le compte) et dans « Get Verified » (pour fournir l’ensemble des papiers de formalité bancaire).

Pour Bitstamp, l’enregistrement des données personnelles se fait dans « My Account » et « Verify Account« , et dans « deposit » pour le créditer.

Dans les deux cas, il s’agira d’utiliser un virement banque à banque SEPA. Dans la plupart des pays, c’est très simple. En France, cela veut dire que vous devrez faire comprendre à votre banque que vous voulez ajouter un bénéficiaire aux comptes que vous avez déjà déclaré. Si vous passez par une application bancaire en ligne, ce sera relativement simple de déclarer le nouveau bénéficiaire et ne demandera qu’une invraisemblable vérification de la part de votre banquier (via SMS ou via un courrier ou un télégramme du Pony Express ou que sais-je encore). C’est la France et son réseau bancaire sait faire frémir les « digital natives ».

Partant de là, une fois enregistré et des fonds déposés, il suffit de passer les ordres pour acheter et vendre des cryptos.

Notons le site Changelly qui permet de réaliser des opérations d’achat-vente dans des douzaines de cryptodevises différentes, mais il faut avoir mis en place le(s) portefeuille(s) qui recevront les cryptos achetées.

* Concrètement, comment se passe un achat de Bitcoin ?

L’idée sera donc de passer un ordre d’achat. En l’échange de (par exemple) 100€, vous prendrez les (milli)bitcoins qu’on vous proposera. Vous pouvez aussi imposer une quantité de (milli)bitcoins à avoir en l’échange de vos 100€ et l’ordre attendra jusqu’à ce qu’il soit servi (ou jamais si tout le monde trouve votre prix trop bas).

Sur Kraken, cela reviendra à peu près à ceci (cliquez sur l’image pour la voir en taille normale) :

Il faudra cliquer sur (1) « Trade » puis « new order » en dessous, entrer le montant (2) en ayant choisi « euros » (3) comme monnaie d’achat. Cliquer sur le gros bouton vert lancera l’ordre qui devra trouver preneur pour qu’enfin des bitcoins soient déposés sur votre compte (qui sera débité de vos euros au passage).

La vente se déroule globalement de la même façon, mais au lieu de vendre des euros pour acquérir des bitcoins, on fait exactement l’inverse : on passe à nouveau un ordre en positionnant les différents paramètres en fonction du marché (en essayant, pourquoi pas, de vendre ses cryptos aussi haut que possible – après tout, c’est le but).

Sur Bitstamp, cela donnera cela :

On aura d’abord cliqué sur (1) « Buy / Sell » pour se positionner sur la page d’achat/vente, puis on cliquera sur (2) « Buy » pour acheter quelques bitcoins. Cliquer sur le gros bouton vert citron en bas lancera l’ordre.

* Concrètement, comment retirer ses bitcoins vers son portefeuille ?

Si vous ne voulez pas laisser vos précieux bitcoins sur la plateforme d’échange (ce qui est une sage décision, personne ne devant trop faire confiance à personne dans le monde numérique – principe de base sur lequel est construit Bitcoin, du reste), il vous faudra faire un retrait (withdraw) depuis l’une ou l’autre plateforme.

Pour Kraken, cela donnera à peu près ceci :

Après avoir cliqué Funding (1), on choisira le retrait (« withdraw », en (2)) puis Bitcoin (XBT) en (3). La méthode sera « Bitcoin », permettant un transfert vers votre portefeuille. Il vous faudra obtenir l’adresse de ce portefeuille (ce qui est expliqué plus loin). Pour la saisir, on emploiera le bouton « +Add address » (5). Il suffira ensuite de valider le nombre de bitcoins qu’on souhaite retirer et de valider avec le gros bouton vert.

Sur Bitstamp, c’est globalement la même chose :

On remplira l’adresse de destination (avec un joli petit libellé le cas échéant) et la quantité que l’on souhaite transférer. Bitstamp ne rigole pas avec la sécurité et vous imposera l’utilisation d’un facteur d’authentification supplémentaire. L’objet de ce billet n’étant pas de décrire l’authentification à facteurs multiples, je vous renvoie à cette petite documentation. Au final, en cliquant sur le gros bouton vert « withdraw », on lance le retrait.

Dans les deux cas (Kraken et Bitstamp), la transaction de retrait est lancée ce qui va aboutir à écrire (au moins) une transaction sur la blockchain Bitcoin depuis une adresse détenue par la plateforme vers une adresse détenue par vous (votre portefeuille).

Achat de bitcoin, retrait de ces derniers vers votre portefeuille, voilà qui est fait si l’on considère les plateformes de trading. L’autre solution, sans passer par une plateforme, est l’achat direct.

b/ Achat et vente en direct

Ici, pas d’intermédiaire « de stockage » : on va acheter et les cryptos seront directement déposées sur un portefeuille numérique qu’on se sera mis en place. Une solution consiste à avoir un ou plusieurs logiciels qui tournent sur sa plateforme préférée (l’ordinateur de bureau, le téléphone mobile, etc… ) mais cela imposera de savoir faire des sauvegardes, de protéger soi-même ses mots de passe et ses clés privées.

* Quelques informations sur les portefeuilles électroniques

Sur mobile, on trouve Coinomi qui marche bien (on le trouvera bientôt sur AppStore et il est déjà disponible sur GooglePlay) ; Electrum est spécialisé pour Bitcoin, mais est plutôt bien fait. Enfin, Mycelium est un bon portefeuille présent sur Android et Apple.

Si on regarde ceux qui n’ont pas d’installation (des sites en ligne, donc) citons Coinbase qui offre un bon service pour ETH, BTC et LTC. Il y a une comparaison de différents services ici. Dans tous les cas, il y a des procédures d’enregistrement qui ne sont pas toujours simples ou rapides.

En installation sur PC, c’est un peu la bousculade de portefeuilles mais aucun ne gère le multidevise. Dans les bons portefeuilles, on trouve Mycelium ou Electrum.

L’alternative, c’est localbitcoin qui permet d’acheter / vendre directement à des gens dans le monde réel, de la main à la main. Cela suppose bien sûr d’avoir le portefeuille déjà créé (pour du BTC) et de rencontrer les personnes pour échanger du cash contre leur crypto, mais c’est pratique si vous souhaitez acquérir très rapidement des bitcoins sans passer par une identification longue et fastidieuse.

Il ne faut pas s’arrêter au terme « local » ; ici, vous pouvez tout à fait acquérir des bitcoins d’un correspondant (par exemple espagnol) s’il a un compte bancaire dans un pays SEPA. Pour ce faire, il vous suffit de choisir le mode de paiement adéquat (dans notre cas, un virement SEPA) :

Pour des raisons de sécurité évidente, il est impératif de choisir un profil avec un historique de transactions impeccable. En cliquant sur le profil, on obtient toutes les informations nécessaires pour effectuer notre achat et les règles de transactions fixées par le vendeur. Il est préférable de créer un compte afin de dialoguer instantanément avec notre correspondant. Comme la monnaie est très volatile, le temps est un facteur important et il faut agir vite pour avoir le prix indiqué.

Le virement SEPA est donc une méthode de paiement relativement facile selon les délais de votre banque pour ajouter un nouveau bénéficiaire. L’autre méthode plus rapide, plus anonyme, est bien évidemment le paiement en cash. Pour ce faire, on choisit cash comme moyen de paiement dans notre liste déroulante :

On a alors une liste de vendeurs qui proposent leurs services. Pour les mêmes raisons que précédemment, on choisit également ceux qui ont un historique impeccable et on les contacte pour convenir d’un rendez-vous. Les règles de l’échange sont là encore fixées par le vendeur et sont souvent les mêmes :

En terme de retour d’expériences, ceux qui ont essayé localbitcoin ont constaté une commission de vendeur variant entre 4 et 5%. C’est de loin le moyen le plus rapide pour obtenir des bitcoins, puisque cela peut être négocié en une heure.

Au passage, une fois qu’on dispose de Bitcoin (monnaie reine), on peut acheter et vendre directement sur les plateformes ci-dessus avec un minimum de paperasse (puisqu’on échange des cryptos contre d’autres cryptos, il n’y a pas de monnaie fiat impliquée ce qui simplifie grandement la donne).

* Sapristi, où est mon adresse bitcoin ?

Obtenir une adresse de réception pour vos bitcoins dépend du portefeuille que vous avez installé. Sur Coinomi, il suffit d’aller sur « recevoir » pour la voir affichée avec un QR-Code (comme ci-contre) ou sous forme d’une suite de huit groupes de quatre caractères. Sur le portefeuille Bitcoin Core, une adresse est disponible facilement en allant sur le menu Fichier / Adresse de réception. Sur Electrum, il faudra se rendre sur l’onglet « Recevoir » pour avoir, là encore, un QR-Code et une adresse valide.

Vous l’aurez noté, une adresse Bitcoin ressemble donc à une suite de caractères plus ou moins longue commençant par « 1 ». Muni de cette adresse de réception, vous pouvez facilement recevoir vos bitcoins.

2 – Quel panier ?

Pour en revenir à une stratégie concrète dans l’immédiat, je pense intéressant de rentrer, mais sans prendre de risque, et en procédant progressivement :

– typiquement, une somme fixe, toutes les semaines (un investissement tous les mois, c’est déjà trop long dans le monde des cryptos) ; la somme peut être modeste, 50€ ou 100€ par exemple.
– constituer plutôt un panier de crypto plutôt que tout mettre sur BTC ; en substance, voici ce que je recommande :

– Bitcoin – BTC 15%
– Litecoin – LTC 15%
– Ethereum – ETH 20%
– Monero – XMR 25%
– Dash – DASH 25%

À mon avis le potentiel d’appréciation de XMR et DASH est supérieur à celui qui existe sur BTC et LTC donc mettre un peu plus sur ces monnaies semble logique. Mais tout mettre à égalité n’est pas réellement choquant non plus, et c’est plus simple.

Si on aime le day-trading, on peut réduit de 10% sur tous les autres (i.e 13.5, 13.5, 18, 23.5, 23.5 ) et on introduit
– Ripple – XRP 4%
– Lumen/Stellar – XLM 4%

Ces deux cryptos sont petites (pour 10€, on a 50 XRP et 530 XLM) et assez volatiles, ce qui permet d’avoir un bon levier en cas de hausses. Mais il faut aimer jouer et être vigilant sur les mouvements dans une même journée. Et si on n’a pas le temps, autant laisser ces deux là.

Dernier point : quel moment pour rentrer ? Votre estimation vaut probablement la mienne. Gardez à l’esprit que le monde des cryptos est extrêmement jeune et particulièrement turbulent. Le marché est étroit et (sur)réagit donc rapidement aux événements extérieurs. Enfin, il n’est pas exempt de dissensions internes.

En cas d’événements extérieurs, je ne suis pas inquiet pour la plupart des principales monnaies citées ci-dessus. Même les grognements ou tentatives d’interdictions d’Etats pourtant réputés pour être autoritaires (Venezuela, Chine, pour ne citer que ces deux exemples les plus saillants) n’ont que marginalement modifié la donne. Cela ne modifie guère le potentiel des cryptos sur le long terme.

En revanche, les événements internes, comme ce qui se passe actuellement sur Bitcoin (les dissensions entre les développeurs de Bitcoin Core d’un côté, farouchement contre Segwit2x, et les mineurs de l’autre, résolument pour), et son possible dénouement fin octobre début novembre, pourraient aboutir à de nouveaux forks qui pourraient bien affaiblir durablement la monnaie reine. La prudence et la vigilance s’imposent donc pour les prochaines semaines.

J’espère que ce petit manuel rapide (mais gratuit) donne un aperçu de ce que vous pouvez faire pour vous procurer des cryptomonnaies. Je sais qu’il ne répondra pas à toutes vos questions, que vous pourrez donc poser en commentaire de ce billet et auxquelles je tenterai de répondre. Enfin, comme indiqué ci-dessous, j’aime bien, moi aussi, les Bitcoins et j’accepte volontiers les dons.

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires131

  1. Le Gnôme

    Bon, je vais lire tout ça lentement, en prenant des notes et en me servant de l’ami Google lorsque je ne comprendrai pas, ce qui va m’arriver souvent. L’inconvénient est que tout ça est en anglais, langue que je maîtrise fort mal.

      1. Black Mamba Warrior

        C’est sûr qu’il y a de quoi lire… J’étudierai ce soir toute la documentation, pour le moment je me prépare pour mon cours d’orgue.

  2. Mildred

    Personnellement, je serais assez disposée à recevoir un don en Bitcoins, et même un petit panier de cryptos, selon la formule recommandée. Ne me manque que le donateur !

  3. JYF

    Signalement au taulier d’une petite faute : « …avec des implications en terme de gouvernement, de finance, de gestion de la propriété privée qui sont ***eux-mêmes*** absolument énormes ».

    Et sinon, excellent et très utile article. Et +1 pour la mention de Dash, une crypto extrêmement prometteuse et solide, qui n’a qu’une seule mission, monétaire, mais qui la remplit très bien, avec une feuille de route en or (si j’ose dire).

    1. assylias

      Dash présente des inconvénients (entre autres: pas d’anonymité par défaut, PrivateSend repose sur une confiance de l’utilisateur en des « masternodes », réseau non décentralisé avec une surface d’attaque (DDOS etc) plus concentrée que le réseau bitcoin par exemple, …) mais ils ont une bonne approche marketing et l’écosystème d’applications est intéressant.
      Cependant je préfère Monero pour ses qualités intrinsèques (anonymité, fongibilité et décentralisation implémentées au niveau du protocole). Il est dommage que cette monnaie soit encore compliquée à utiliser même si des progrès sont en cours (application de portefeuille etc.). C’est d’ailleurs la monnaie qui me semble la plus proche d’un idéal libéral à l’heure actuelle.

      1. JYF

        Je suis moins enthousiaste que vous sur Monero : la blockchain est déjà obèse (et les frais de transaction énormes, plus hauts que Bitcoin ces derniers jours !) alors que le volume d’utilisation est faible, ce qui augure mal de la scalabilité de l’ensemble le jour où Monero se trouvera un public de masse. Par ailleurs, la blockchain « chiffrée » Monero n’est pas quantum-résistante : un ordinateur quantique pourra déchiffrer et exposer rétrospectivement l’ensemble des transactions occultées, ce qui ne doit pas être ce que souhaitent les utilisateurs de Monero (mais en sont-ils vraiment informés ?). Et, comme vous le mentionnez, quid d’un portefeuille mobile Monero en 2017 ?

        Pour ce qui est de Dash, la dé-anonymisation de PrivateSend supposerait qu’un acteur malveillant achète à fonds perdus un nombre important de masternodes pour en prendre le contrôle, ce qui ferait exploser le cours et rendrait l’opération impraticable. Voir des explications détaillées dans cette vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=bz6rFZQywOE

        Quoi qu’il en soit, Dash ne se compare pas vraiment à Monero, car l’anonymat de Dash (facultatif, en effet, car on n’a pas toujours envie/besoin de transactions anonymes : la traçabilité n’est pas *toujours* une mauvaise chose) n’est qu’une caractéristique parmi d’autres que propose cette monnaie : paiements instantanés, budget mensuel directement financé par la blockchain (> 1,5 million d’€ mensuels) sans dépendre de tiers, API décentralisée… Le véritable objectif de Dash n’est pas de se mesurer à Monero sur la seule caractéristique vendeuse de Monero (l’anonymat), mais de se mesurer à… Bitcoin lui-même, sur l’ensemble du tableau. Voir une jolie infographie : https://dashfrance.com/2017/02/02/dash-et-bitcoin-la-difference-dash/

        1. assylias

          L’anonymat a effectivement un coût en taille de transaction mais des améliorations sont prévues à moyen terme, ce qui est possible grâce à l’évolution régulière du protocole.
          L’argument quantique est valable pour l’ensemble des monnaies: s’il est possible de dé-anonymiser la blockchain de Monero, il est également possible de « voler » des bitcoins, pénétrer des comptes bancaires etc. Heureusement la recherche cryptographique avance à grand pas sur le sujet et gageons que des solutions « quantum-resistant » seront trouvées avant que le risque soit avéré (on parle de plusieurs années).

          Finalement vous dites « on n’a pas toujours envie/besoin de transactions anonymes » : je pense que c’est une erreur fondamentale car seul l’anonymat peut garantir la fongibilité d’une monnaie (cf. les « tainted coins »). Et sans fongibilité, on ne peut plus parler de monnaie – éventuellement d’un moyen de paiement.

          Seul l’avenir nous dira ce que les utilisateurs privilégient !

          1. « il est également possible de « voler » des bitcoin »
            Hum non. L’ECC est résistant à l’attaque quantique, et SHA peut être « facilement » remplacé.

  4. LM

    Je rajouterai à l’excellent post que si vous voulez conserver des crypto pour un moment supérieur à quelques milliers d’euros, investir dans un wallet physique est une excellente chose.
    Je vous conseille les wallets produits par la société française Ledger qui sont les meilleurs à ce jour et permettent de stocker les principales crypto.
    https://www.ledgerwallet.com/

  5. Mildred

    Si on enlève les « merci », « génial », « super » ou « OK », on ne peut pas dire que le sujet fasse recette au niveau des commentaires.

      1. MadeInCH

        Avec toute cette foule immense qui se précipite d’un coup pour acheter des tonnes de miliBTC (ça fait pas des Kilo-BTC???), le prix va grimper stratosphériquement!
        En fait, H16 a trouvé le moyen pour faire monter le cours et nous refourguer ses propres BTC, tout en nous appelant à lui en faire don!
        Génial, le mec!!!

        1. Pheldge

          le principe de la chaîne je te dis … à notre tour maintenant , de trouver notre flopée de couillons pour que ça continue de fructifier … 🙂

          1. Calvin

            La chaîne pyramidale la plus connue est la retraite par répartition.
            On ne parle pas de couillons mais de consentants ayant accepté le Contrat Social Français.
            Contrat qu’on ne peut résilier alors qu’on se demande quand on l’a signé…

            1. theo31

              Je vois autour de moi beaucoup de retraités ou de futurs retraités se sentant cons au vu des miettes qu’ils ont reçues ou vont recevoir pour toutes ces années de dur labeur. Et qui doivent rebosser à 70 ans pour boucher les trous à la fin du mois. Il peuvent remercier Pétain, ce socialiste.

              1. bibi

                Vous pouvez rajouter aussi l’autre vichyssois élu en 1981, qui malgré des données démographiques bien connues et l’impossibilité de maintenir le régime par répartition en l’état aura quand même promis la retraite à 60 ans pour se faire élire, et en plus ce con il l’a fait.

    1. Jacques Huse de Royaumont

      Le billet n’ouvre pas à la déconne habituelle, il est donc normal que les commentaires s’en ressentent.

      C’est une idée de placement (spéculatif) ni plus compliqué, ni plus risqué qu’un autre.

      1. Pheldge

        « Le billet n’ouvre pas à la déconne habituelle »… c’est surtout que j’ai la crève + de la fièvre qui amoindrit ma bonne humeur et mon humour légendaires 😉

          1. Pheldge

            Pffff… même pas! il n’y est pour rien, Sa Sainteté la Patron ! j’ai pécho la peuh-gri et j’en ai des courbatures partout où cé que ça fait mal !
            Si ça continue, je vais aller voir un traiteur* 😉

            *pour les non-initiés, le traiteur, c’est pas que un mec qui prépare à bouffer pour les réceptions, c’est aussi, localement, « un mec qui traite », version réunionnaise du marabout. Les croyances sont encore très fortes, dans les sortilèges , essentiellement pratiquée par les Malabars, et les Malgaches. Régulièrement, les samedis matins, on trouve près de chez moi, au milieu d’un croisement, un van portant un peu de safran, un citron coupé, un morceau de coco … la croyance veut qu’on évite ce panier d’offrandes aux esprits/divinités pour ne pas attraper la « malpropreté » …
            Tremblez ô incrédules et profanes, ne provoquez pas la colère des puissances occultes ! 😉

                1. Pheldge

                  @ MichelC : ailleurs aussi, à part peut-être à Genève …
                  @Val : vas-y porte moi pas la poisse* ! 😉

                  *expression locale : avoir la « bouche cabri » ou « gueule cabri », pour dire que tu portes malchance.

      2. Pythagore

        Pourtant entre Ether (prononcée izeur en english) qui se prend une b#*@ dans le coin, en buvant du rhum, Dash qui lave plus blanc que blanc, Monet qui rote, mycelium, le porte-champignon à feuilles comme dirait Boris, y’aurait de quoi faire. mais je laisse à des plus inspirés développer.
        Merci pour le billet que je ne manquerai pas de lire ce soir.

  6. Waren

    Bon article de vulgarisation effectivement. En ce qui concerne la stratégie, comme expliqué par H16, le mieux est de la gérer en père de famille: vous achetez régulièrement à somme fixe pour vous constituer un capital par lot avec un PRU différent (PRU = prix de revient unitaire). Cela vous donne beaucoup d’opportunités, et votre risque se lisse. Vous maintenez cela dans un fichier Excel très facilement. Je l’ai expliqué sur Liborg: http://forum.liberaux.org/index.php?/topic/46885-bitcoin-et-autres-cryptomonnaies/&page=179&tab=comments#comment-1565954

  7. Val

    Fort intéressant, mais mon profil perso d’investisseur prudent répugne à mettre les mains la dedans. Que peut on faire avec une monnaie : échanger , stocker , spéculer . On voit bien que le 1 est limité , le 2 hasardeux (je vois d’ici la valeur de ces monnaies en cas de chaos… ) et le 3 hautement volatile (perso, jouer au casino avec des valeurs (même frelatées) chèrement gagnées …).
    Pas mal de trucs me gênent : qui tire les ficelles ? je ne crois pas aux légendes de monnaies crées ex nihilo par un joyeux bunch de libéraux joviaux, pour moi ces trucs sont des bêtas tests , ils y a des firmes derrière ou / et des gouvernements. Un autre truc : tout est transparent et stocké dans la blockchain , j’y vois plutôt un excellent outil d’asservissement , si j’ai bien compris , en 1 clic nos gouvernements sauront tout de nos flux financiers ? Le dicton l’argent n’a pas d’odeur est mort. Bref c’est sûr que ça va s’imposer mais je ne suis pas certaine que ce soit pour notre bonheur . Je suis bien consciente qu’il y a sans doute de la plus-value à faire pour les early adopters mais bon , sans moi.

    1.  » le 1 est limité «  : OpenBazaar 2.0 vient de sortir. Je vous encourage à essayer.

      « je ne crois pas aux légendes » : et pourtant, l’histoire est foutrement bien documentée. Mieux que celles des banques centrales.
      « il y a des firmes derrière ou / et des gouvernements » : la charge de la preuve vous revient. Bon courage (surtout que lorsqu’on sait comment ça marche, on comprend que ce serait idiot de la part des banques ou des gouvernements de lancer un tel truc).

      « en 1 clic nos gouvernements sauront tout de nos flux financiers » : ah bah non. Cf dash, monero par exemple (pour ne citer qu’eux).

          1. Calvin

            En traçant le lien, j’ai pu constater deux choses :
            – h16 a reçu une grosse quantité de BTC d’un certain JeromKahuz_Singapoor
            – h16 a dépensé beaucoup de BTC auprès d’une certaine N@bil@

            Je ne sais quoi en penser…

    2. bibi

      Il est vrai qu’en cas de chaos vous euro vont énormément vous servir.
      La disparition du cash est programmé et donc tous les défauts que vous vous voyez dans la blockchain le seront avec l’euro dans pas longtemps.

      Si vous êtes un investisseur prudent ça n’empêche pas d’investir une partie de vos plus-values dans des placements que vous trouvez spéculatifs.

        1. bibi

          D’euro ou autre n’importe quelle autre monnaie étatique c’est exactement pareil, en cas de chaos même votre or ne vous sera d’aucune utilité, cf Saint-Barth.
          Vous trouvez des défauts au BTC que l’on peut faire à n’importe quelle monnaie.

    3. Waren

      Bonjour, je fais aussi parti de ce que vous appelez « investisseur prudent » et cela fait quelques années que j’ai franchi le pas. Pour vous dire, j’ai même converti mon assurance-vie en Bitcoin. Ce qui m’a motivé est tout simplement la confiance que j’ai en cette monnaie, mais c’est bien la seule pour le moment: je n’ai ni Ethereum, ni Ripple, ni Dash, etc. Avec les années, je ne regrette rien et les résultats sont bien là. Aujourd’hui, on a parlé de sanctuariser les 0,75% du Livret A, si vous saviez les rendements que j’ai …

      Personne ne tire les ficelles, vous n’avez que des passionnés derrière la crypto, et n’oubliez pas que nous parlons de logiciels dit libre, c’est à dire qu’il est tout à fait possible de décortiquer leur code pour y détecter d’éventuels chevaux de Troie. A terme, vous verrez même que gérer du Bitcoin s’apparente à de l’or, avec la problématique de stockage en moins, mais toujours la sécurité à gérer.

      Contrairement à une légende urbaine, le Bitcoin n’est pas aussi anonyme que cela, mais dans les faits, il faut quand même beaucoup d’efforts, de recherches et de collaboration pour retrouver les auteurs des transactions sur la Blockchain. Nous sommes très loin du « en 1 clic nos gouvernements … »

      Bien cordialement

      1. Aristarkke

        Aujourd’hui, on a parlé de sanctuariser les 0,75% du Livret A…

        Sanctuariser un rendement pareil, il n’y a pas grand risque puisque c’est à peine deux fois (si ce n’est trois) moins cher que les taux auxquels la Grance emprunte actuellement à tout va…

      2. Val

        Merci Waren . Je n’en doute pas pour les rendements (!) . Je reconnais que les perf des placements ces dernieres années poussent les plus prudents d’entre nous à franchir le Rubicon ( la rue Bitcoin ? ). Mais bon , vous avez qd même un sacré goût du risque pour mettre toute votre assurance vie en BTC , bon je dis ça … peut être avez vous juste une meilleure évaluation du risque que moi et que nos assu-vies ne sont pas là pour assurer nos vies mais celles des autres 😀 !

        1. Waren

          C’est un risque très calculé et aussi avec de la pérennité. De toutes les manières, j’en suis arrivé à un point où l’état est aussi devenu un risque . Et comme le rendement n’en finissait pas de se casser la figure, et que l’on m’avait vendu cela comme un placement exonéré d’impôts, il y a fort longtemps, avec une CSG en dessous de 10%. La dernière loi Sapin m’a convaincu de tout liquider.

          Il y a quelques années, nous avons retrouvé des pièces d’or dans la maison d’un vieux parent décédé, alors pensez à tout ce qu’il est possible de faire avec un simple tout petit fichier qui contient quand même des dizaines de milliers d’euros …

  8. Waren

    Un petit complément pour ceux qui voudrait s’essayer au Bitcoin sans risque et sans mise de départ. Certains sites vous proposent gratuitement des fractions de Bitcoin à condition que vous y restiez quelques minutes ou que vous remplissiez un captcha. Bien entendu, ce ne sont que des cacahuètes, mais cela peut vous permettre de vous familiariser avec l’éco-système du Bitcoin. Ces sites sont appelés « faucet ».

  9. Benway

    Merci pour ce billet, je pense que ça va m amener à sauter le pas une fois passée la tempête fistale de cette fin d année (en 2016 75% d augmentation de la taxe foncière en toute décontraction)…

  10. Kermit

    Bon timing pour proposer l’achat de cryptos
    La période est à la vente, soit disant causée par les diatribes de Jamie Dimon le patron de JPMORGAN.
    Il a déclaré que les cryptos étaient réservées aux nord-coréens, aux Vénézuéliens et aux dealers de drogue….
    Amusant quand on sait ou se précipite l’économie mondiale !!!!

    Concernant le volume des paiement en BTC, nous n’étions pas très loin du volume (en Euro/Dollar) traité par paypal – en croissance régulière.

    Depuis peu, les travailleurs indonésiens sur les bateaux, en Arabie Saoudite ou aux Emirats, transfèrent leur salaire à leurs familles en Bitcoin.

    Attention aux faucets, les satoshis que vous allez récupérer ainsi vont considérablement augmenter la taille de vos futurs paiements ou transferts, augmentant les frais et/ou les délais – A éviter !

    1. Dr Slump

      Moi y’en a pas compris: « augmenter la taille de vos futurs paiements ou transferts, augmentant les frais et/ou les délais ».
      Euh… comment que quoi?

      1. Waren

        Il évoque les frais de transactions lors de l’envoi des Bitcoin: si vous n’accordez pas suffisamment de frais, vos paiements n’aboutissent pas ou mettent des plombes à arriver. Mais ce n’est pas encore un problème pour un novice, surtout sur les sommes aussi petites que vont vous accorder les faucets.

      2. Kermit

        En fait, les frais BTC sont exprimés en BTC par ko
        On peut tout à fait choisir de payer un montant de frais fixe, mais les mineurs vont évaluer votre transaction en faisant le ratio frais/taille de la transaction – et il ne s’agit pas du montant, mais de la taille mémoire de la transaction.
        La taille « mémoire » des transactions BTC est un principe assez méconnu, mais lorsque vous payez, votre transaction est en fait un groupe de transactions précédentes équilibrées. Pour faire simple, si vous payez 1 BTC avec un wallet avec lequel vous aviez récupéré des milliers de petits paiements, vous allez vous retrouver avec une taille de transaction monstrueuse. Comme vous le savez probablement déjà, la taille du bloc de transaction est limitée pour le BTC, les mineurs vont optimiser les frais de transactions sur chaque blocs, inutile de vous dire que la transaction de taille monstrueuse proposant des frais ridicules ne passera que lorsqu’il y aura de la place vide sur un bloc – et en ce moment …. !!!
        Une autre info intéressante à connaître, c’est qu’une transaction « low fee » peut ne pas être validée. Au bout d’un temps assez long, celle-ci sera annulée, les BTC retourneront dans le wallet d’origine et celui qui devait être payé ne le sera pas. L’attente de la validation n’est donc pas que pour être certain que la transaction ne soit pas modifiée, mais aussi et surtout pour que celle-ci soit belle et bien réalisée.

        Pour en revenir aux faucets, ceux-ci vont vous délivrer des satoshis, 50 à 1000…
        Mais lorsque que vous effectuerez un paiement, tous ces millionièmes de BTC seront inclus avec leur compensation dans votre transaction en augmentant d’autant la taille de celle-ci. C’est d’ailleurs une des raisons pour laquelle les faucets groupent vos gains pour effectuer une transaction globale plus importante.
        En ce moment, pour qu’une transaction de taille normale passe dans un délais assez cours (24h) on est maintenant pas loin de 4 euro de frais …. quel que soit le montant transféré. C’est pourquoi l’augmentation de la taille des bloc est un enjeux si importante et pourquoi les mineurs sont si concernés – on doit trouver un équilibre entre vitesse et prix des transactions – D’ou les tensions entre développeurs core et les mineurs. Le paiement BTC n’est intéressant que pour de gros montant de valeur pour l’instant.

        L’arrivée de lightning – transfert hors blockchain – est très attendue, mais je ne suis pas sur que cela réponde vraiment au problème (en fait, je suis certain qu’il n’y répondra pas !).
        Lightning est un peu comme le principe utilisé par Visa pour les paiement à l’avance (cas de l’achat de carburant en self service par ex.).
        99;99999% du minage ne servant à rien, on peut très bien augmenter la taille des blocs, la puissance de calcul est la, et elle ne demande qu’à être utile !!!!

  11. MichelC

    Sur Kraken, je suis en Tier 1 en cours de vérification.
    Comment passer à Tier 2? Un intérêt à cela?

    Que signifient ces infos :
    Margin Call Level 80%
    Margin Liquidation Level 40%
    Available Buy Leverage 2, 3, 4, 5
    Available Sell Leverage 2, 3, 4, 5
    Margin Open/Rollover Fee 0.01% per 4 hours

    Merci d’avance pour la/les réponse/s…

    1. Le passage en tiers 2 et 3 est nécessaire pour alimenter votre compte en devises (EUR). Si vous ne faites qu’alimenter en cryptos, ce n’est pas nécessaire.

      Tous les paramètres que vous évoquez ensuite sont ceux nécessaire pour différents types de trading (avec levier, typiquement). Si vous posez la question, c’est qu’il ne vaut mieux pas se lancer dedans, ceci comportant des risques rapidement importants.

  12. Dr Slump

    Je m’étais intéressé à Coinbase, mais le site déclarait ne pas prendre en charge les achats/ventes en France. Vérification faite, ça n’a pas changé. On (qui est un con) passe par ftp, darkweb, vpn?

      1. Dr Slump

        Voui, c’est mon navigateur. Mais ça veut dore qu’il faut alors procéder à son inscription sur les différents sites, faire toutes les procédures d’ouverture de wallet par VPN?

        1. bibi

          Alt+p
          Rechercher VPN
          Cocher la case : Activer le VPN
          A coté de la barre d’url apparait un petit rectangle avec VPN cliquer dessus
          Activer le VPN en faisant glisser le betit bouton de oui à non
          Puis dérouler la liste : Position virtuelle et choisir le pays.

  13. Marvin

    Salut h16, j’ai qq interrogations :
    Supposons que je dispose d’une adresse btc et de sa clef privée. Supposons que tout ça soit sur papier et stocké en lieu sûr. (tu confirmes en passant que c’est le moyen le plus sûr de stocker des btc dans le temps?)
    Qu’est-ce que ça deviendra en cas d’augmentation de la taille des blocs ou de fork ? L’objectif est de ne ressortir ce document que dans plusieurs années.
    Je ne parle pas de la valeur du btc mais de l’aspect purement technique, la possibilité de l’échanger, d’en faire quelque chose ?
    Je ne suis pas certain de comprendre tout ce que j’ai lu sur le sujet.
    En cas d’augmentation de la taille des blocs, ça ne changera rien pour ceux qui ont déjà un portefeuille, ils pourront continuer à s’en servir comme avant ? En cas de hard fork, aux 21 millions de btc prévus par le btc original s’ajouteront 21 autres sur une blockchain alternative, c’est bien ça ? Mais ceux qui ont du btc sur la 1e blockchain ne pourront rien en faire sur la 2e ? Ou disposeront-il d’un « droit » sur les deux blockchain ? Auquel cas ils auront de facto 2 cryptos différentes ?
    Mes excuses par avance si je raconte n’importe quoi, si tu pouvais clarifier un peu, je crois que ça pourrait être utile à plusieurs personnes

    1. – stocker la clé privé sur papier en lieu sûr : oui, c’est très solide comme protection. Mis à part le « hacking par waterboarding », tes btc sont en sécurité.
      – que se passe-t-il en cas de fork : comme le fork a lieu après le(s) bloc(s) qui contien(nen)t tes avoirs, ils sont toujours valables.
      – que se passe-t-il en cas d’augmentation de la taille : idem ci-dessus
      – échange : tout dépend s’il existe encore un échange plus tard. A cette condition, ressortir le papier et utiliser la clé privée pour faire une transaction est alors facile (tous les portefeuilles qui acceptent les clés WIF feront ça très bien – Electrum par exemple).
      – en cas de fork, ne s’ajoute 21 autres millions que si la chaine secondaire continue à être calculée et maintenue. Sinon, ils disparaissent.
      – en cas de fork, tout ce que tu avais en chaîne 1 est reproduit en chaîne 2 puis les deux cryptos vivent leur vie. Si tu as 10 BTC avant fork, alors tu as aussi 10 BCH maintenant. En revanche, si tu as gagné 1 BTC depuis le fork, alors tu as 11 BTC et 10 BCH.

  14. BDC

    Merci beaucoup H16 pour ce guide ! Il faudrait que je vous prévienne avant de franchir le pas, avec ma poisse le BTC risque de s’effondrer juste après 😥 …

  15. MichelC

    Encore une question de débutant : ou trouve-je l’IBAN de Kraken?
    IBAN: DE37 7002 2200 9510 2309 11 ?
    Avec comme info : your public account ID followed by ‘kraken.com’
    soit :
    ABCD EFGH IJKL MNOP kraken.com
    exact?

    1. Waren

      Moi, j’ai IBAN: DE31 7002 2200 0071 7885 12 BIC: FDDODEMMXXX. C’est dans funding – deposit euro et Fidor Bank (SEPA). Après, il faut mettre dans le virement la référence effectivement suivie par kraken.com. Attention: le nom du titulaire du compte doit correspondre à l’identité déclarée sur kraken.

    1. Val

      @mildred :mrgreen: ! Plus sérieusement : si seulement elles payaient leurs délires ! Mais comme d’hab en France ce sont ceux qui se dém*rdent tous seuls qui vont payer pour ceux qui ne veulent pas par convenance personnelle procréer « vanilla ». Prochaine étape visée : choisir le « donneur » . Bien joué les filles vous vous êtes gagné le droit de procréer comme les vaches et les chevaux .

  16. GgMars

    Cool le « Tuto cryptos », merci H16 !
    Je partage ma petite expérience personnelle.
    J’ai attaqué la montagne cryptos par la face « mining ».
    Après 12 ans de calcul partagé pour WolrdCommunityGrid soit 10 années de calcul offert à l’humanité et des milliers de résultats sur le cancer,le VIH,Ebola…j’ai décidé de passer sur Gridcoin pour gagner quelques cryptos en échange(qui ne vaudront peut être jamais rien)sans pour autant « calculer dans le vide » comme pour les cryptos classiques.
    Je me renseigne malgré tout sur les autres cryptos que je peux miner avec mes moyens quitte à les convertir par la suite, exit donc les cryptos avec de grosse difficulté de calcul (que je laisse aux Asic et autres fermes de minage). Vous pouvez aussi faire du cloud mining et louer du temps de calcul dans fermes de minage spécialisées.
    Miner sur son ordi demande quelques connaissances et aussi de l’investissement en temps selon les plateformes et les cryptos. Des logiciels plus facile tel que NiceHash par exemple mine plusieurs cryptos avec peu ou pas de paramétrage.
    En ce moment je me renseigne aussi sur les cryptos citées par notre hôte, ainsi que les Diamonds coin(DMD).

    @+ 🙂

  17. albundy17

    Tiens, Sannat (orium) parle de toi, Patron :mrgreen:

    « Les naïfs qui pensent que nos grands argentiers vont abandonner cet immense privilège à quelques geeks aussi sympathiques soient-ils se fourrent le doigt dans l’œil et très profondément. »

  18. Calvin

    À propos de mining, base de nombreuses cryptomonnaies, pourquoi le minage n’est pas adossé à des jalons technologiques ou avancées innovantes ?
    Genre, un consortium pharmaceutique fondé un pharmacoin ; à chaque remède trouvé de maladie orpheline, on délivre un bloc.
    Ça s’appuie sur du tangible, crée un certain engouement dans le secteur considéré (industrie, technologies, spatial, etc) et c’est plus motivant que du mining artificiel. Non ?

  19. Kermit

    « Les naïfs qui pensent que nos grands argentiers vont abandonner cet immense privilège à quelques geeks aussi sympathiques soient-ils se fourrent le doigt dans l’œil et très profondément. »

    Oui, sauf que les grands argentiers n’ont encore pas compris ce qui leur arrivait et…. le bitcoin a justement été créé pour leur retirer ce privilège – en étant tout à fait conscient de ce à quoi ils s’attaquaient – …. Satochi Nakamoto est toujours un pseudo sans visage !
    D’un coté nous avons un système en faillite, de plus en plus répressif -aux abois – et de l’autre, un nuage planétaire de machine dont une seule suffit à permettre le fonctionnement de la monnaie, monnaies pour la plupart d’entre elles déflationnistes …. à votre avis, qui allez vous choisir ?

    Bon, il est vrai que pour la notion de nuage au niveau du bitcoin, on repassera et la est le vrai danger.
    Je considère que lorsqu’une crypto passe en minage ASIC, il s’agit d’un échec. Ce fut l’une des raison de la création du Litecoin, puis du Dashcoin et maintenant de l’ethereum … rendre impossible le minage en ASIC qui permet la concentration de la puissance de calcul – en ce moment 3 fermes en Chine totalise 60% de la puissance de calcul du Bitcoin – je suis, depuis lors, très léger en BTC -. En début d’année le Monéro était miné par une pool détenant 94% de la puissance de calcul, les responsables de la pool proposaient de rémunérer les mineurs pour aller miner ailleurs !!!!

  20. MadeInCH

    La Chine et les cryptomonnaies…
    https://www.romandie.com/news/Bitcoin-la-Chine-durcit-le-ton-le-cours-plonge-une-plateforme-s-arrete_RP/832912.rom
    Vu que la Chine contrôle tout de même TOUT les proxys frontaliers, et probablement un bonne partie des proxy internes, je pense que le gouvernement a les moyens de tout bloquer.
    Mais quel en serait le coût total? Et l’impact sur tout ce qui dépend du HTTPS (transactions financières cryptées, par exemple), par exemple?
    (Non, les deux « par exemples » ne sont PAS redondants!)

  21. zelectron

    pour limiter (réduire à zéro est impossible) la spéculation sur les bitcoins, ne serait-ce pas le triplement ou quadruplement (voire plus) du poste de mineur qu’il faudrait effectuer ?

  22. Pheldge

    Bon appâté par le gain, je suis été faire un tour sur et j’ai accumulé depuis hier, des « satoshis » qui valent à cet instant, 0.00001518 BTC . Est-ce intéressant de continuer à en accumuler ( des satoshis) et comment ça se convertit en BTC ?
    Quel est l’intérêt pour les plateformes de Faucet d’en distribuer sans contre partie ?
    J’ai lu plus haut une histoire de commission sur les transactions … au final, n’est-ce pas un piège, si je me retrouve avec des fractions de BTC qui me coûteront pour les utiliser, plus que leur valeur ?

  23. Pheldge

    Et je ne peux m’empêcher de penser à la retape sur le trading des devises : j’ai eu un copain qui s’était laissé attraper, et qui a perdu $ 10 000 dans les années 90, bouffés intégralement par les commissions des traders …

    1. Jamais entendu parler. Faites bien vos « due diligences » (renseignez-vous bien sur la société derrière), mais pourquoi pas ?
      Cependant, c’est manifestement une petite plateforme donc la liquidité n’est pas forcément assurée (i.e. si vous passez un ordre, il peut prendre du temps à trouver preneur). Si vous voulez regarder sur le marché nord-américain, il y a bitfinex qui est une référence.

  24. Timecrash

    Bonjour h16, j’ai découvert tout récemment vos chroniques grâce à la chaîne thinkerview. Une simple question concernant cet article : vous ne citez pas la cryptomonnaie NEM(XEM) dans le paragraphe « Quel panier ». Elle semble pourtant apporter des réponses intéressantes aux problèmes technologiques actuels des monnaies virtuelles. Pourrait-on avoir votre avis sur NEM? Y-a-t-il une raison particulière pour laquelle vous nous conseilleriez de ne pas investir dans NEM? Merci d’avance.

    1. En fait, je n’ai pas d’avis sur Nem. Il y a tellement de cryptos actuellement que se faire une idée sur une dizaine représente déjà un investissement en temps assez notoire.

  25. Boudoir

    La Chine vient d’interdire le BitCoin, faisant chuter le cours de 30%, et au passage on apprend que la Corée du Nord hack le système pour y voler des millions.

    1. Le cours est largement remonté depuis cette interdiction (qui ne durera pas).

      Quant à la Corée du Nord, elle n’a pas hacké le système, elle a tenté de hacker certaines plateformes de trading ce qui est tout de même assez différent…

  26. Nathalie MP

    Je me permets de souligner un point important quand on s’enregistre sur la plateforme Kraken.
    On doit d’abord donner son nom, et il est bien spécifié qu’on ne pourra plus le changer. Ce qui, en revanche, n’est pas spécifié à ce stade, c’est que ce nom doit correspondre au nom du titulaire du compte en banque (en euros) qui servira pour approvisionner le compte Kraken ou pour rapatrier les euros.
    Ayant malheureusement donné mon nom de jeune fille pour m’enregistrer, alors que le compte en euros à partir et vers lequel j’opère est le compte joint avec mon mari, j’ai un mal de chien à faire des dépôts et retraits facilement. J’ai fourni moult copies de mes papiers d’identité, carnet de famille etc.. mais mes mouvements sont parfois acceptés, parfois refusés, et de toute façon prennent des jours et des jours sans compter tous les échanges de mails. J’envisage donc d’ouvrir un nouveau compte à mon nom de naissance.
    Donc : s’enregistrer avec un nom identique à celui du compte bancaire en euros (ou autre monnaie) qu’on va utiliser. 🙂

  27. MichelC

    Question sur « Multisig Wallets » chez Electrum :

    On a 2 machines connectés sur un réseau cablé (internet + TV…). Ces 2 machines seront-elles considérées avec 2 adresses IP différentes ?

      1. MichelC

        Merci. Je vais tester cet apm.

        J’ai trouvé ce site : http://www.bitcoinx.com/profit. Est-ce valable?
        On semble y voir que le hardware est d’un ordre de grandeur 2 fois trop cher pour que le minage soit rentable. Par rapport au prix affiché catalogue. Je suppose donc que les entreprises spécialisées qui achètent de grosses quantités ont des prix intéressants.
        La valeur « Profitability decline per year » est-elle réaliste à 0.61?

        Ce n’est pas pour me lancer, le créneau étant largement écrasé… Juste pour savoir.

          1. MichelC

            Je suis d’accord. Miner soit même le bitcoin n’est plus possible pour le particulier, à moins d’un gros coup de bol.
            Je ne minerai pas du BTC même pas en coopérative, manque de puissance de calcul.

            J’ai bien dit que le matériel était trop cher (deux ou trois fois), je ne vais pas m’encombrer avec un radiateur « ANTMINER S9 », mais j’aime connaître les limites.
            Peut-être du LTC, ou autres plus probablement pour voir pendant quelques heures en coopérative.

    1. Pheldge

      si tu as 2 machines, fais en passer une par un VPN . Sinon avec une seule machine, tu peux utiliser 2 navigateurs dont un avec VPN intégré (Opera ) ou extension VPN. Chacun t’affichera une IP différente.

      1. MichelC

        Opera ou Thor 🙂

        Le fait que les 2 adresses soient variables au gré des connexions, cela ne gêne/bloque t-il pas le multisig? La sécurité semble basée sur le fait qu’il faille pirater 2 systèmes différents, non lié à des adresses IP fixes. En IPv6, elles sont assez nombreuses.

Laisser un commentaire