Violences à l’école : la belle direction que prend l’EdNat

Et s’il y avait quelque chose d’un peu pourri au Royaume de l’Ednat ? C’est en tout cas la question que semblent (enfin ?) se poser certains politiciens. Et là réside un danger puisqu’à chaque fois qu’un de ces êtres étranges se pose des questions, forte est la probabilité qu’il y réponde par une ânerie assez invraisemblable.

Cette fois encore, ça n’a pas loupé. Certes, lorsque le politicien est fraîchement élu, la gamelle est bien plus facile à prévoir et lorsque, de surcroît, il s’agit d’Aurore Bergé, cette politicienne dont le plan de carrière a été entièrement bâti sur le retournement de veste supersonique et le changement de bord politique par saut quantique, il était absolument certain que toute question posée aboutirait à une réponse effarante.

Et c’est donc avec consternation que nous lisons la réponse à la question « Comment restaurer la confiance entre les familles et l’institution scolaire ? » que se sont posée Aurore Bergé et Béatrice Descamps dans les conclusions de leur « mission flash » sur les relations école-parents.

Vingt-neuf pages n’étaient pas de trop pour déclencher l’hilarité sur un sujet pourtant aride et dont les tenants et aboutissants sont lourds de conséquences pour des millions de citoyens français, sans même évoquer l’avenir du pays que l’institution dont il est question est censée préparer. Grâce à la palpitante prose de la député, nous découvrons toute une tempête de nouveaux domaines où la créativité politicienne va pouvoir s’exprimer : depuis la création de médiateurs école-parents jusqu’à la réflexion sur (je cite) « l’architecture scolaire pour créer les conditions d’une mise en application rapide de l’espace parents » en passant par la « semaine du goût » ou la « rentrée en musique », tout est fait pour rendre hilarante la lecture de ce rapport.

Finalement, de l’exercice qui consistait à analyser les problèmes que rencontre l’institution scolaire et y apporter des solutions opérationnelles, tout semble avoir été fait pour le transformer en une sorte de pignolade olympique incluant sur la fin un furieux syndrome de canal carpien.

Si l’idée de base était de continuer à transformer avec application l’école en une espèce de grande garderie conviviale, écoconsciente et hyperinclusive, c’est réussi. Si l’idée était de s’atteler à résoudre les graves problèmes que l’institution rencontre, c’est un ratage chimiquement pur, parfait et qui peut assez sûrement servir d’étalon.

Sans surprise, la réaction des enseignants devant ce salmigondis de niaiseries ne s’est guère fait attendre : ils se sont payé la tête d’Aurore Bergé, en notant que d’eux ou d’elle, ce n’était pas eux qui étaient les plus détachés de la vie réelle.

Il faut dire qu’il y a comme un écart entre les bonnes intentions gluantes proposées par l’élue et cette fameuse réalité qu’un nombre croissant d’enseignants se paye en pleine poire lorsqu’ils doivent faire classe dans certains établissements.

Outre la chute du niveau général, que j’ai déjà évoquée (notamment dans ce billet), et qui n’en finit pas d’inquiéter un peu tout le monde à l’exception des turbopédagogues de l’institution elle-même, c’est aussi la question de la discipline minimale et nécessaire dans les établissements républicains d’enseignement qui revient de plus en plus souvent dans l’actualité.

Cela fait un moment que la « violence à l’école » n’est plus un thème réservé aux films d’auteurs et aux documentaires poignants d’une certaine catégorie de chaînes de télévision publique. Il a trouvé une place récurrente dans la rubrique « Chiens et élèves écrasés » de la plupart des journaux. On s’habitue apparemment à tout, même à l’insupportable ; tout est question de dose, je présume.

Alors, petites doses après petites doses, on ne s’étonnera même plus de l’introduction, discrète, planifiée et assumée, de la police directement dans certains établissements. L’excuse servie ici d’une présence policière pour rassurer en cas d’attaque terroriste est du même humour que les saillies de Bergé dans son rapport.

On ne s’étonnera pas plus de trouver un corps enseignant en grève ou en protestation devant l’accumulation de problèmes non réglés dans les établissements, à commencer par les bagarres, les insultes, les intimidations et bien plus encore. Si le cas défraye un peu la chronique actuellement (avec quelques petits mouvements académiques consécutifs histoire de donner le change), il ne faut pas perdre de vue que les cas similaires, un peu partout, sont légions ; comme on l’admet de guerre lasse, si le cas de ce lycée fait parler, c’est parce que les faits ont dépassés le seuil du tolérable : manifestement, les ateliers « Cuisine du Monde » et la « médiation parents-école dans une architecture adaptée » n’ont pas suffi à empêcher les us et coutumes de la Cité avoisinante de déborder dans l’établissement avec armes et bagages (littéralement).

Zut, les choses ne sont pas aussi faciles que les mignons rapports parlementaires qui se succèdent le laissent penser. Et flûte, la situation ne semble même pas être récente. Et crotte, ça commence à se voir même dans la presse.

Pas étonnant, dès lors, que le corps enseignant soit à ce point remonté contre l’élue et ses propositions ridicules. Pas étonnant qu’il réclame, comme à son habitude, des moyens, des sous et de l’argent pour arriver au bout du fléau qui s’étend doucement.

Ceci posé, il existe malgré tout un angle mort. Il y a bel et bien une petite déconnexion des enseignants avec la réalité : la situation n’est pas survenue par hasard et ce qu’on observe actuellement est bien le résultat logique de décennies de dégradations systématiques de la discipline, de la relation entre parents, enseignants et établissements, de la perte progressive de repères de tous les acteurs à qui on n’a pas arrêté, pourtant, de demander leurs avis.

Cette dégradation n’est pas un hasard. Oh oui, bien évidemment, les élus sont directement responsables avec les tombereaux d’âneries qu’ils ont déversés à des fins électorales pour faire plaisir soit aux parents, soit aux enseignants, soit à un mélange de ceux-là, syndicalistes inclus.

Mais ce serait aller un peu vite en besogne d’oublier que ces politiciens furent élus et que les propositions idiotes qu’ils ont formulées, encore et encore, ont régulièrement répondu à des demandes formulées par les intéressés.

Autrement dit, le corps enseignant, duquel provient une grande masse d’électeurs qui ont consciencieusement ajouté leurs voix niaiseuses aux gauchistes, bobos et autres zumanistes zumides à la morale en bandoulière, se rend compte — enfin mais bien trop tard — que laxisme et bons sentiments par barils entiers ne suffiront jamais à créer un environnement favorable tant dans le domaine éducatif que partout ailleurs dans la société, que l’ordre et l’état de droit, ça nécessite un travail de fond particulièrement complexe et que bouleverser les équilibres hiérarchiques, ça porte souvent à conséquences néfastes (dont, au passage, on n’a pas fini de voir les effets).

Eh oui : mettre « l’élève au centre », c’est mignon, mais des effets de bords étaient à prévoir. Eh oui : faire la grève pour un oui ou un non, c’est sympatoche, mais ça finit par décrédibiliser celle qu’on devra faire lorsque le risque de se faire trouer la peau augmente trop vite. Eh oui : former (ou laisser former) des élèves au marxisme culturel, c’est rigolo jusqu’au jour où ces élèves, devenus profs à leur tour, tentent l’application de leur idéologie délétère en vraie grandeur avec des résultats catastrophiques qui se retournent contre eux. Eh oui : faire du pédagogisme, oublier d’apprendre à lire, écrire et compter aux gamins et former des semi-imbéciles, ça n’encourage guère à la discipline et au dépassement de soi.

Plusieurs décennies de ce régime, auquel on devra ajouter un délitement complet du policier et du judiciaire (les voies desquels devenant totalement impénétrables pour le commun des mortels), et vous avez la recette d’un pays qui trottine droit vers des problèmes épineux…

Problèmes épineux qu’on fait semblant de découvrir maintenant et qu’aucun rapport d’élu, aussi rigolo soit-il, ne veut vraiment résoudre.

Ce pays est foutu.

J'accepte les BCH !

15cVfp1wgNFSUVLUbGUufRvWntSkCcpcEB

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires243

    1. Pheldge

      Papet,,je sais pas si c’est le froid du réchauffement qui te gèle le fromage de tête, mais t’es dépassé : faut dire « que sembleS enfin se poser certains politiciens » ! bin oui, c’est un pluriel, donc « s » (Najat approved ) 😉

    1. Pheldge

      Ah, une « bonne nouvelle » pour nous, enfin Charybde et Scylla (non, pas Fodé, l’autre …)
      lefigaro.fr/politique/le-scan/2018/02/06/25001-20180206ARTFIG00392-l-ex-ministre-nathalie-kosciusko-morizet-quitte-la-vie-politique-francaise.php

      et une mauvaise nouvelle pour les actionnaires de Cap Gemini …

  1. Le Gnôme

    La justice est hors service, la police muselée, l’armée mal équipée et l’Ed-nat moribonde. Le régalien est mort alors qu’il devrait être le seul vivant. Cherchez l’erreur.

        1. Jacques Huse de Royaumont

          Dantesque, tu veux dire…
          Ça permettrait de passer le message suivant aux migrants : « vous qui entrez ici, abandonnez tout espoir ».
          Avec beaucou, beaucoup, de chance, ça peut marcher.

  2. Boutros

    Tout cela est bel et bon et vrai mais la description du spectacle de l’apocalypse est incomplète si on ne précise pas QUI sont en quasi totalité les fouteurs de merde chez nos « têtes blondes ».

  3. Dr Slump

    Maître Hash, y’a du boulot en Belgique? l’université est accessible pour les étrangers? Je demande ça, à tout hasard, parce que ce pays prend le chemin du Titanic, sans avoir aucunement besoin d’un gros iceberg et d’une voie d’eau à bâbord: les pilotes ET les passagers s’emploient DEJA activement à le couler.
    Alors?

    1. Aristarkke

      Il y a foule de grançais qui vont faire des études de vétérinaire ou de masseur kiné en Belgique : donc leurs écoles sont accessibles aux ressortissants d’outre Quiévrain…

    2. Val

      @Dr Slump la Belgique fait partie du même Titanic que nous. A moins que tu ne fasses parie des grosses fortunes immobilières ou un fonk qui brigue un place au sec à la commission je ne vois vraiment pas quel serait ton intérêt à aller vivre en Belgique. Je dis ça je ne dis rien, j’y ai vécu 6 ans, mais je ne dois rien y connaître 😉

      1. Nofreedom

        Habitant au Wallonistan depuis 15 ans, je confirme que la Belgique est sur le Titanic que la France. C’est pour cela que j’envisage un retour en Bretagne. Cela ne change pas grand chose, donc autant se rapprocher de la famille.

      2. Dr Slump

        L’herbe est toujours plus verte ailleurs, etc. Mais bon y’a quand même un parti libéral en Wallonnie, alors qu’en France… y’a un groupe facebook. C’est dire!

  4. Lorelei

    On a demandé à ces deux … personnes de rédiger un rapport. Pas de résoudre le problème de façon intelligente et applicable. Leur cursus scolaire leur a inculqué toutes les âneries qu’elles débitent: des amoncellements de mots creux qui sonnent bien. Elles mettent en application ce qu’elles ont appris.

    1. channy

      Il y a tellement d’âneries dans ce rapport que même le cireur de pompe éditorialiste au « daubé libéré » en fut choqué dans son édito la semaine passée.

      On aussi eut des déclarations en marche d’un haut niveau comme:
       » En cas grand froid les sdf doivent rester chez eux »
      Un autre qui nous dit que « dormir dans la rue pour la majorité des SDF c est un choix »
      Tiens il a presque égalé un politocard du pays de ma moitié qui avait dit lui que les SDF dormaient dehors car c’était la mode
      CPEF

  5. Pheldge

    HS : difficile de ne pas évoquer la neige-du-réchauffement, et son inséparable froid-du-même-métal, peut-être ô le ancêtre daignera-t-il évoquer ses souvenirs, de quand cé qu’il admirait béatement la neige, avec les célèbres frère Zola, Emile, et Gorgon :
    lefigaro.fr/histoire/archives/2018/02/06/26010-20180206ARTFIG00174-zola-devant-paris-sous-la-neige-en-1867-on-est-tout-betement-joyeux.php

          1. Pheldge

            Non, chez Doecel ça donnerait « le pieux qui m’émeut » , version soft de « labour à mort » film préféré de notre Très Dévergondée BDC …

              1. Aristarkke

                Pourtant, il est en milieu d’après midi… Et en été… P’tet qu’il a la flemme de soulever la natte qui obture le vasistas de sa case…
                Adaptation aux moeurs locales, toussa

              2. Pheldge

                Non, j’ai fait une faute de frappe, j’ai juste eu la flemme de poster un rectificatif.Je n’ai aucun souci à reconnaître mes erreurs. Il y en a très peu, c’est donc facile. Chuis pas comme y’en a des qui, des certains Charentais ou leur homos logs Châlonais 😉

    1. Jacques Huse de Royaumont

      « Hiver, toujours exceptionnel, voir été ». Flaubert s’en gaussait déjà dans son dictionnaire des idées reçues.
      C’est certain, il faut vraiment être un Conard pour se moquer du – terrible, forcément terrible – RCA.

    1. Pere Collateur

      On ne peut qu’être d’accord avec vous.

      Le seul combat qui valait la peine pour les profs, c’était celui de la préservation de l’autorité des maîtres.

      Ils l’ont concensieusement saboté depuis 40 ans.

      Et ca me permet de placer cette célèbre citation de Bossuet:

      Dieu se rit de ceux qui se plaignent des conséquences des causes qu’ils chérissent.

      Que l’edNat disparaisse. Ca fera toujours ce de moins à payer avec mes impôts. De toute facon vu les résultats de ce machin, n’importe

      quel parent sain d’esprit met ses mômes dans le privé ou bidouille la carte scolaire.

      1. Val

        @père Co pas tout à fait d’accord : les saboteurs d’origine sont aujourd’hui retraités depuis longtemps. L’ed nat, loin de disparaître, continue de croître comme une tumeur putride. Le corps c’est nous et nous agonisons . Les moins équipés en relations et en finances payent le prix fort, les autres payent en pure perte un système malade et naviguent comme ils le peuvent pour donner un semblant d’éducation à leurs mômes, même dans les milieux aisés dont je fais partie c’est le parcours du combattant

        1. Pere Collateur

          A chaque fois que j’ai à faire à des personnels de l’edNat, quels qu’ils soient, je retrouve tous les poncifs des fossoyeurs de l’instruction publique. Je pense pas qu’on puisse corriger ca sans une purge totale du mammouth: Institution supprimée et personnel interdits à vie d’exercer la moindre activité en relation avec l’instruction. Et bien sur, on ne les laisse plus approcher de nos gosses, qui, je le rappelle, sont notre avenir et notre salut aussi.

          Donc je réitère mon avis: Retraités ou en activité, les profs sont leurs propre boureaux. Le plus tôt ca disparaitra, et le mieux ca sera pour mes finances.
          Parce que payer une fois pour ce machin soit disant gratuit, puis une seconde pour eviter à ses mômes de se coltiner leur propagante infecte, c’est tout simplement injuste. Double, voir triple peine.

          1. Val

            @perco  » corriger ca sans une purge totale  » : certes mais bon c’est du domaine du rêve éveillé , trop de monde en croque.
            Les profs me font penser à des prisonniers de pervers narcissiques, ils se sont laissés piégés, les plus faibles défendent bec et ongle peur oppresseur, les plus vils lui filent même un coup de main pour se faire bien voir et justifier de leur compromission, les autres n’y sont pas ou bien la quittent tres vite, il y a aussi quelques « fous » qui sont là pour les mômes, ils sont rares et de sentent bien seuls, merci à eux.
            L’ed nat est un système soviétique, il ne tombera que faute de thunes, et ce jour là ne sera drôle pour personne.

        2. Nemrod

          Mouais…
          Tout ça « veaute » encore « camp du bien » à 90 % et régurgite quotidiennement le salmigondi « vivresemble socialocompatible ».
          Surtout ne pas se mouiller étant la règle de base des rares mal pensants du troupeau.
          Je réitère « demerden sie sich »

          1. Jacques Huse de Royaumont

            Ça vote camp du bien à Neuilly, beaucoup moins à Sarcelles.Les chances-pour-la-France ont des couteaux bien aiguisés et leur éclat vu de trop près incite à une réflexion approfondie.
            Ceci dit, à Sarcelles, il n’y a plus beaucoup de titulaires, les établissement fonctionnent avec des vacataires… quand on en trouve.

            1. Theo31

              Vacataires taillables, corveables et surtout licenciables à merci vu que les titulaires sont intouchables. A l’époque, j’ai été viré pour avoir dit que Lenine avait instauré un régime totalitaire en Russie.

      2. Gosseyn

        Une école privée d’un niveau qui nous est revenu fort cher. Il fallait bien réparer les dégâts causés par le mammouth. Ce ne sont pas les syndico-pédago-machin-chose qui en ont assumé les frais… Il y a bien eu un directeur  »muté », mais c’est toujours  »après » !

  6. hub

    allez, j’y vais de ma petite expérience quotidienne de prof (Kekoresin m’appelle « le renégat ») qui fait ce qu’il peut dans un monde de fous : hier, les petits avaient entendu parler d’une grève. Donc, à 8h, heure d’ouverture de mon lycée (bon lycée, bien coté, centre de Paris, tout ça), le proviseur était là avec 6 flics pour empêcher le blocus. Résultat : 5 minutes plus tard un énorme tas de poubelles bloquait l’entrée. Parmi les meneurs : quelques élèves de Seconde que je connais bien, parmi les plus faibles, passés au lycée par la force d’inertie.
    L’état de droit n’est plus respecté.
    Je confirme : le pays est foutu, et l’éducation nationale aussi.

    1. Bisphenol

      Hub, au fait, quel était le motif ? (changement du carillon de la récré ?, 2h de cours de suite c’est trodur? retour de l’uniforme, peut être ?)

      1. hub

        bien pire (!) : une réforme qui serait dans les tuyaux, dont personne ne connaît la teneur, sauf quelques infos ayant filtré dans la presse pour tester la population.

        1. bis

          Pas de doutes, ils sont bien Français….des rumeurs d’une hypothétique reforme au conditionnel, et voilà c’est l’occasion d’aller au kebab à midi, et de faire du babyfoot tout l’après midi (c’est peut être dépassé tout ça).

                1. Aristarkke

                  Possible que dans les coins ravitaillés par les corbeaux comme là où tu sévis, ce soit encore possible…
                  Le manque de connexion prolonge l’ agonie, à ce qu’ il semble… 😉

                  1. Pheldge

                    Pfff, à 50 m de la case, il y a un bar (enfin, un bar-buvette, rien à voir avec les bistrots de métropole, plutôt le débit de boisson/comptoir d’épicerie ) avec un billard 😉 Mais bon, désormais, que j’suis devenu un honnête homme, je ne fréquente plus ce lieu de perdition. 😉

      1. hub

        pour faire quoi? 6 flics devant 150 gosses? Même problème que partout ailleurs, dans le métro ou en banlieue, etc…. la seule présence d’un flic armé ne sert à rien.

        1. Val

          +1 @hub on a passé la vitesse lumière , exit la mécanique classique, les valeurs s’inversent . Il y a qq années le gvt parlait de mettre un policier dans les bus. Rire d’une de mes nièces. « un policier dans un bus ? Mais c’est lui qui sera le plus en danger ! »

          1. Pheldge

            150 gosses élevés aux tartines de Kiri et de Nutella, c’est vrai que ça fait trembler ! dans ces quartiers, t’en prends un , tu le secoues un peu il fait dans son froc et les copains détalent tous !

            1. Aristarkke

              « gosses élevés aux tartines de Kiri et de Nutella »
              Enfin : nous venons de voir ce que cela donne vingt à trente ans plus tard…

    2. Pheldge

      je lis « hier, les petits avaient entendu parler d’une grève … » , j’imagine des chérubins éplorés à l’idée de manquer la classe, les jeux avec la maîtresse et tout ça … mais non, c’est au lycée ! Hub, renégat, je ne sais pas, mais rêveur idéaliste, ça, oui ! des élèves de lycée sont quand même des ados bien affirmés, comme d’ailleurs le prouve la suite de votre post. Faudrait cesser de faire de l’angélisme, pour commencer !

  7. Guillaume_rc

    L’année dernière, les Français plus ou moins en colère ou ayant baissé les bras ont élu à l’AN une palanquée d’opportunistes vaguement alphabétisés.
    Leur niveau est encore pire que celui de beaucoup de leurs prédécesseurs (à peine croyable mais malheureusement vrai).
    ça commence à se voir

  8. Val

    Je suis contente d’avoir enfin sorti (ou presque) mes enfants de l’ed nat . J’ai une copine qui a encore des petits ds le primaire, elle ne décolère pas, on évoque à peine une grammaire au rabais entre deux cours de vivrensemble, d’ecologie et de cuisine. Cette copine est une ancienne prof (qui est câblée comme nous) elle ne se prive pas de les coller au mur à chaque réunion parents/profs, ça ne sert à rien et elle le sait, mais ça défoule.

    1. BDC

      Je n’ai pas encore commencé, mais j’évite d’y penser. Ça promet de belles heures sup’ à faire le boulot d’instruction le soir et le week-end, et HS interdit de réunions parents-profs. Faut pas y penser …

      1. Val

        @bdc franchement, au point où en est l’ed nat je ne vois que le privé hors contrat. Sinon le môme fait récré festif toute la journée, quand il ne sert pas de punching ball histoire de lui apprendre le vivrensemble et le soir tu te tapes tout le boulot pour faire ce qui n’a pas été fait avec un môme que tu rendras rétif.
        Nous sommes partis 15 ans élever nos gamins ailleurs mais toujours ds l’ed nat quand même car à l’étranger c’est à peu près correct (ceci dit on s’est sérieusement posé la question de les mettre en local parfois ).

        1. Higgins

          Il semble que les lycées français à l’étranger soient au dessus de la moyenne mais y être affecté en tant que prof exige un parcours quasiment mafieux. Après, bon traitement, bonne considération et une vie assez cool dans des pays qui envient (souvent à tort) la Grance.

  9. Bonsaï

    Lorsque la langue maternelle qui est parlée à la maison n’est pas la même que celle qui est parlée à l’école, cela pose à l’évidence un problème pour l’élève. Ces problèmes seront d’autant plus complexes quand les racines linguistiques ne sont pas les mêmes. Un Italien et un Français peuvent à la rigueur se comprendre plus aisément qu’avec un Tunisien, tant il est vrai qu’une langue véhicule des idées ainsi qu’une certaine vision du monde et des coutumes spécifiques.

    1. hub

      mouais, j’ai des doutes… tout élève qui ne parle pas le français à la maison aura des difficultés en cours car le système étant fou, il est mis, quel que soit son niveau, dans la classe où son âge l’appelle. Donc il ne fera que bredouiller un vague idiome toute sa vie, qu’il vienne du Portugal ou de Pokémonland. J’ai mille et un exemples de cela.

    2. Gosseyn

      C’est sur que de scolariser les enfants des terroristes qui ont fait du bon boulot, ça va véhiculer des idées et une vision du monde très spécifiques !
      Et si ces pauvres choux ont du mal à nous adapter à leurs charmantes coutumes, quelques diplômes d’ensaignants délivrés à leurs imams préférés amélioreront les rapports sociaux, c’est sur …

      1. Guillaume_rc

        Anecdote révélatrice : dans la classe de ma chère et tendre, classe de CE2 avec 30 gamins (!) dont trois handicapés (!!), on colle en plus une petite réfugiée qui parle à peine français et est analphabète.
        Ma chère et tendre demande donc à l’inspecteur de la scolariser en CP. Réponse négative : « elle a l’age d’être en CE2, elle va en CE2 ».
        Heureusement pour la gamine, ma chère et tendre est dévouée et se démène pour lui faire un cours particulier en parallèle avec les autres mouflets.

        Pourquoi je raconte ça ?
        Parce que c’est révélateur d’un système bien hypocrite. Sous couvert de grandeur d’âme, on scolarise n’importe comment. Si il n’y a pas des profs ultra-motivés (et tous ne le sont pas), pour cette gamine c’est échec scolaire assuré, rancoeur quasi certaine, etc.
        Et voilà comment les meilleures intentions du monde (du moins affichées comme telles) fabriquent des délinquants en chaîne.

        1. BDC

          Et moi alors ? Ma mère parlait fort mal le français, ne sait pas lire à voix haute, et je m’en suis sortie. Donc c’est possible, enfin … ça l’était il y a 35 ans.

            1. BDC

              Nan Sam, tu t’es trompé de point cardinal, mes grands-parents venaient du Westhoek, et c’est dans le Noord ! Oost-cappel, West-cappel, Noordpeene, Zuytpeene, Gode(swaersvelde), toussa …

                  1. Pheldge

                    plus chantant ? pas de problème ! ♫ « alleye alleye weekend à Zuydcoote, une fois … » ♫ ça va mieux comme ça, ô Très Haute de fronce ? 😉

        1. sam player

          La langue, c’est juste une histoire de volonté et quand t’as envie de bouffer tu comprends vite, surtout à cet âge là… et peu importe qu’on parle le grec ou le russe en famille… et c’est même pas une histoire d’intelligence (du latin, trucmuche…)

      1. sam player

        Rien à voir avec le QI : sinon il y aurait 90% de mal-comprenants en france (Al on parle de toi !) .
        C’est plutôt l’effet inverse : l’apprentissage des langues développent les connexions dans le cerveau.

        1. Aristarkke

          Apparemment, notre ADP n’ est pas le seul à s’éclairer le clavier avec son seul écran sous la couette… 😉
          Je dis cela, je ne dis rien…

          Pas taper, Sam, tout doux, pas taper…

    3. Calvin

      Ouais….
      J’avais un nouveau en classe, un boat people, qui ne parlait pas un mot de français, et encore moins ses parents. Même la culture était différente.
      Il lui a fallu au moins cinq voire six mois pour rattraper notre niveau.

      Et deux mois de plus pour être le meilleur en tout.

      1. Aristarkke

        Brighelli, soi-même, dans un article de son blog, reconnaissait (il doit y avoir deux ans, mais plutôt implicitement) que l’ explication habituelle du contexte familial pour justifier la difficulté imposée aux enfants d’ immigrés d’apprendre le français par le fait d’être plongés brutalement dans une classe correspondant à leur âge et non à leur niveau, était quand même capillotractée dans son caractère universel.
        Il rappelait que, jeune prof dans la seconde moitié des 70es, il avait vu comme d’autres arriver des hordes de gamins viets dont les parents ne sentaient pas vraiment réalistes les promesses des cocos septentrionaux, donc placés en quatrième ou troisième alors qu’ils ne pipaient pas dix mots de français employés correctement et qui recevaient leurs bacs trois ou quatre ans après avec mention B ou TB, voire avec les félicitations du jury…
        Mais ça, c’était avant (quarante ans et plus, déjà…)…

        1. Pythagore

          Un jour j’essayais d’expliquer à une amie, qui s’estime lésée dans son évolution de carrière du faite de sa féminitude, que l’on est toujours victime de qq chose ou de qq’un si on cherche bien. Malheureusement la victimisation permanente permet aux politiques de justifier leur action et leur existence dans le redressement des « injustices » institutionnalisées de tte part.
          Je n’ai pas vraiment obtenu gain de cause.
          Certes ca n’aide pas de parler une autre langue à la maison, mais cela n’empêche pas certains de s’en sortir.

    4. Jacques Huse de Royaumont

      Mon arrière-grand-mère ne parlait que breton à son entrée à l’école.
      Elle y a appris un français impeccable et ce ne sont pas ses parents qui ont pu l’aider.

    5. Jules

      J’ai connu des polonais, maghrébins et vietnamiens qui ont tous réussi leur scolarité malgré le handicap linguistique que tu mets en évidence.
      Le dénominateur commun, des parents attachés à l’éducation et l’instruction de leurs enfants.

  10. Infraniouzes

    Et si on changeait le nom de Ministère de l’éducation nationale par Ministère de l’Instruction publique. Certes, on ferait un sacré pas en arrière, diront les progressistes de tout poil, mais en général, c’est le meilleur moyen d’éviter de tomber dans le gouffre dont on s’approche dangereusement.

    1. Guillaume_rc

      J’approuve vigoureusement.
      Trop de parents se défaussent sur l’école pour éduquer leurs enfants (ce qui est pourtant leur rôle).

    2. Calvin

      Mais non.
      Ce changement de nom a été initié par un grand socialiste humaniste, un certain Benito M.
      On ne va pas jeter aux horties les symboles de la gauche !!

    3. Higgins

      La République, la troisième qui si mal finie, s’est construite sur deux piliers: l’instruction publique et le service militaire. On sait ce qu’il advint du second et nous avons assisté à la destruction de la première avec une constance et une opiniâtreté qui forcent le respect. Rien d’étonnant donc à ce que nous vivions l’indicible actuellement. Le corps enseignant par sa bêtise idéologique et sa suffisance est à 70% responsable de la situation vécue. Par son refus de voir al situation telle qu’elle est, il contribue activement à la dégradation que nous observons tous. Le reste incombe à 25% aux polytocards et à 5% aux parents d’élèves.

  11. cherea

    « Eh oui : former (ou laisser former) des élèves au marxisme culturel ».

    Je me rappelle de mes 3 années au lycée, entre la seconde et cours d’éco, la 1ère ou terminale cours d’histoire et la terminale en Philo, j’avais vu Marx dans ces trois disciplines…alors le marxisme culturel, je connais. Anecdote véridique.

    Je me souviens aussi qu’en primaire, début des 90’s, on avait abordé la Révolution française, sous l’angle « Trop d’impôts pour le tiers état ». Je mets mon billet que ce n’est plus l’angle sous lequel on parle de la Révolution française aujourd’hui, mais plutôt sous l’angle des « inégalités sociales… ».

    Heureusement qu’il y avait les sciences pour contrebalancer toute cette sociologie merdique…

    Je pense qu’on devrait faire 10 heures de maths, 7 heures de français et 5 du reste par semaine pendant tout le primaire voire le collège…

      1. cherea

        J’y pense de plus en plus, savez pour la « beauté du geste »…puis tellement rien à foutre la République…mais bon on pourrait se faire traiter d’anti-républicain et là c’est pire que d’être anti-soviétique dans l’URSS de Kroutchev…Ah je te jure, pour moi la république c’est vraiment comme le soviétisme, un système politique englobant sans qu’on te demande ton assentiment et si tu sors de la ligne, alors là attention…Franchement, ces foutues « valeurs de la république »

        1. Dr Slump

          La république, c’est juste une trainée, une salope: elle ne sert qu’à baiser, ou se faire baiser… selon de quel côté on se place…

      2. Higgins

        Les rois de France ont modelé ce pays pendant près de mille ans, la République n’a eu besoin que de cent ans pour réduire leur héritage à néant. Belle performance.

        1. cherea

          Plus j’y pense, plus je trouve des similarités en la République et le Catholicisme et la monarchie, mais la république version abâtardie des précédentes: regardez un peu, il y a la Vierge chez les uns, Marianne chez les autres, La sainte Trinité, Liberté-Égalité-Fraternité dans la république. Le pape et le clergé qui disent la morale, le Président et les élus qui disent la morale, des églises, les mairies chez les autres. Le cérémonial systématique et la liturgie chez les deux…je vais creuser dessus, je suis sûr de tenir quelque chose. Vous savez le mythe platonicien, la caverne, les ombres, La République comme les ombres n’étant pas l’objet véridique mais qu’une projection, une ombre…

          1. Jean Pierre

            Ce fut ce que fit la maçonnerie vis à vis du catholicisme, cf rites. C’est donc une tare d’origine cette aptitude à la mauvaise imitation.

            1. Dr Slump

              Concernant les maçons et autres rosicruciens, il ne s’agit pas de mauvaise imitation, mais clairement de mensonge délibéré. J’irais même jusqu’à dire que ces associations pratiquent depuis leur création le détournement et le dévoiement de Traditions pour la réalisation de leurs propres intérêts, une sorte de recel et d’abus de biens culturels et spirituels.

          2. Dr Slump

            Les républicains ont toujours cherché à remplacer les rites catholiques par des rites… républicains. Le mariage et l’inscription des naissances au registre d’état civil en sont les exemples les plus évidents: ce sont des rites catholiques que la république a tout simplement copié, et imposé.
            Il y a quelque temps il avait même un projet pour établir un rite de funérailles, et les politiques qui en parlaient ne cachaient même pas la volonté de créer un rite républicain… qu’on ne peut copier que sur le rite religieux.

            Je n’avais jamais fait le rapprochement symbolique entre Vierge et Marianne, sainte Trinité et Liberté-égalité-vatferniker, c’est bien vu, mais cela dit, ce sont des archétypes, des symboles forts que l’on partage tous dans l’inconscient collectif.

            1. Vassinhac

              les registres d’état-civil, ce n’est pas exactement un rite. Il se trouve que l’Etat a confié à l’Eglise cette mission à une époque où c’était la seule institution présente sur tout le territoire, avec du « personnel » sachant écrire, et suffisamment stable pour conserver des documents.

              1. Dr Slump

                Si on le resitue dans le contexte du baptême, qui est terminé par la rédaction du nom du baptisé dans le registre de l’église, je pense que c’est assez rituel, ah si! 🙂

              1. Val

                @sam à propos de denier du culte : paris.catholique.fr/-denier-de-l-eglise-.html
                … « Les baptisés sont libres de donner le montant de leur choix  » , « certains choisiront de donner un pourcentage de leurs revenus, par exemple 1% ou 2% »
                tu as raison, les impôts une autre forme de deniers du culte, je laisse le soin de la forme en question à ton imagination fertile

                1. BDC

                  « Vendez ce que vous possédez, donnez-le aux pauvres », « vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement », l’État veut votre bien, tout votre bien ! Homélie de la bonne parole/pensée unique Kampdubien.

                    1. Aristarkke

                      « L’empire du bien » par Philippe Murray qui a dérivé ensuite en Camp du Bien par opposition au livre « le camp des saints » de Jean Raspail???

                    2. Pythagore

                      @Aristarkke 3 h 21 min, merci pour les références que je me suis empressé de noter. Il s’agissait en fait juste d’un jeux de mot avec « Mein Kampf », célèbre livre d’un non moins funestement célèbre dictateur.
                      Je trouve que la logorrhée du KampDuBien n’est parfois pas très différente, ce sont juste les cibles qui changent.

                2. samplayers

                  Val, je sens poindre dans ton ton sarcastique que tu contestes le fait que le denier de l’église ait pu être obligatoire (puisqu’on parle histoire ici) : tu voudras donc bien te rappeler de la dîme, autre nom antérieur du denier de l’église.
                  Bien à toi
                  sam

                  1. Val

                    @sam ce n’était pas sarcastique sur ce coup, c’était juste un rêve éveillé humoristique (raté) si d’aventure les impôts de l’autre religion (celle de l’état) prenaient le même chemin que les deniers de la religion d’origine.

    1. Pythagore

      Ca me rappelle un de mes profs d’histoire ouvertement communiste, qui roulait en Lada. Enfin comm je n’écoutais rien, je ne me rappelle pas d’une éventuelle propagande.

          1. Aristarkke

            Major!
            (le mauvais accord de genre qui met tout par terre!)
            Y’en a un qui est plus facile à refiler que l’autre… 😈

            (pas valable pour la Niva qui déchainait plutôt les aficionados) :mrgreen:

    2. Theo31

      D’autant plus que la pression fiscale était faible malgré l’endettement gigantesque de l’etat royal (comme en 1914 d’ailleurs contrairement aux abrutis qui croient que la loi de 1973 livre les finances publiques aux Juifs et aux banques.)

  12. Val

    bon allez je vais y aller d’une histoire qui va vous plaire : nous connaissons les enfants d’un personnage tres tres (tres) haut placé à la commission. Ce dernier a dégotté un poste bien au chaud a sa fille et au conjoint de celle ci à l’OMS en Suisse, salaires faramineux, net d’impôts, enfant tous frais payés dans les plus prestigieuses écoles privées suisses , passeport diplo (j’ai beau être au fait de ces choses, ce dernier truc m’a scotché) . Elle n’est pas belle la vie ? Vous avez des problèmes avec l’ed Nat vous ? eux pas

        1. Dr Slump

          Les pays francophones d’Afrique ont eu de bons maîtres en la matière, en effet!
          Petite remarque: les occidentaux ont trop tendance à lancer des généralités du genre « l’Afrique est… », en oubliant complètement que c’est un continent, et une mosaïque de pays variés.

          Tous les pays d’Afrique ne se ressemblent pas, mais ceux de la francophonie se ressemblent certes plus que les autres!

          1. Gosseyn

            Un député français reçoit chez lui un dirigeant africain en périple en France, dans sa très belle maison.
            –  »Comment faites-vous pour avoir une demeure pareille, avec vos indemnités de député ?
            Il lui indique, au loin, par la grande baie vitrée,  »Vous voyez, l’autoroute là ? Eh bien j’ai touché 2 % pour avoir favorisé sa construction ! »

            Plus tard, ce député se rend en mission chez ce président africain. Il arrive dans un immense palais aux innombrables pièce de grand luxe. Il lui demande alors comment il avait pu en disposer, en raison de la situation peu enviable de son pays. Le président lui indique alors l’entrée de la capitale, au loi, et lui demande :
            –  »Vous la voyez, l’autoroute, devant la ville ?

            Euh, non …

        1. Pheldge

          à Calvin ses parents ont manqué d’originalité ! ils auraient pu lui donner un prénom qui frappe, genre Bâtonde …

          @ l’abominable Gnôme pour rester dans le rayon « France Gall » (vu que c’est la tournante des 6 nations ) ça évoque les sucettes à l’anis, bicauze l’anisette Berger, à l’anis étoilé …

  13. baretous

    ma mere avait en milieu rural une classe unique avec près de 80 éleves avant la seconde guerre mondiale; Et ils savaient lire, écrire et compter en fin de cursus..

    puis dans les années 50 elle était à l’école rue hypollite Maindron dans le 14 e. j’ai encore ses livres de lecture et 2 de mes petites enfants ont appris à lire en quelques mois AVANT de rentrer au cp..

    1. Pheldge

      Bon, bin je m’y colle à mon tour : Mme Pheldge, Assitante en école maternelle : les mômes qui arrivent à 3 ans, ne savent pas obéir, manger proprement, ni se torcher, pour la plupart … Et les parents qui comptent sur l’école pour ça, larguent leurs gosses le matin en disant « bon courage … »
      Je n(ose imaginer ce que donneront les enfants de ces gosses-ci …

        1. samplayers

          Oui, c’était comme ça avant, mais ça c’était avant… et entre temps il y a eu l’égalité… et pi faut pas stigmatiser…

  14. lxy

    Le témoignage de ma fille enseignante en CE dans une banlieue « vivrensemblesque »: tous ses élèves sont scotchés à longueur de soirée et de week-end sur la télé ou leur smarthone, regardent n’importe quoi de préférence , se couchent à des heures impossibles, arrivent en classe fatigués et habitués à vivre dans la plus grande passivité trouvent inhumain qu’ont leur imposent à l’école des exercices jugès unanimement comme fastidieux ….

  15. cyprus ill

    « auquel on devra ajouter un délitement complet du policier et du judiciaire »

    Tous les matins, devant un des lycées publics les plus cotés de la ville où ma fille suit sa terminale ES, vers 8h15, 15 mn avant le début des cours, divers groupes d’élèves fument tranquillement le pti pet du matin, idéal pour pouvoir se concentrer ensuite comme chacun sait. L’odeur ne laisse strictement aucun doute, et cela se passe devant la grande porte du lycée, aux yeux du proviseur qui reste à l’entrée, et à 50m du plus grand commissariat de la ville. C’est comme ça depuis au moins 4 ans. Tout est normal, circulez y a rien à voir.

    Ce pays n’est pas foutu, il est complètement niqué. Je pars avant l’été, c’est décidé.

      1. cyprus ill

        C’est complètement démentiel. Le pire est que quand on est dans le bocal, on ne s’en rend même plus totalement compte : on s’habitue. Mais dès qu’on sort, c’est là que ça saute à la gueule.
        Je suis en voyage et je viens de montrer la vidéo des flics protégeant les Roms à des Anglais et des américains . C’est en voyant leur réaction qu’on réalise la gravité de la situation…

  16. Higgins

    HS mais j’ai furieusement envie d’aller voir le dernier film de l’inspecteur Harry, pardon je veux parler du grand Clint Eastwood, « Le 15h17 pour Paris ». Un film qui suscite une critique négative quasi unanime de toute la merdiacratie nationale ne peut être mauvais: « Le 15h17 pour Paris:l’hommage raté de Clint Eastwood aux héros du Thalys » (France 24), « Clint Eastwood rate « Le 15h17 pour Paris » (les Inrocks), etc,… Surtout lorsque le film met en avant des valeurs à l’opposé de celles portées par la médiocratie officielle.
    Non, le salut n’est pas dans le veulerie.

    1. Jacques Huse de Royaumont

      Le grand Clint a osé prendre parti pour Trump.
      Ses films sont donc obligatoirement mauvais. Dire le contraire tombe sous le coup de loi anti-fake.

  17. Pythagore

    Ce rapport me donne des bergétures.
    Un autre aspect que j’ai lu ailleurs, est qu’apparemment la miss recommande aux profs d’apprendre la sociologie de leur quartier (ou qq chose ds le genre). Ce ne sont donc plus les élèves qui sont la pour apprendre, mais les profs.

  18. kekoresin

    Aucun élu ne veut pondre un rapport prônant la tarte dans la gueule du petit connard qui terrorise les petits dans la classe ou la cour, plutôt qu’un long et fastidieux programme de désensibilisation à la connerie avec des roudoudous pour calmer les humeurs. Personne n’a envie d’avoir une pancarte « nazi » plantée dans le dos pour avoir prôner la discipline et les sanctions qui vont avec, pas plus que celui qui osera fabriquer de la cellule en tôle pour y jeter les petits dealers qui balancent du pavé sur les faibles de l’ordre.

    Hé oui, dans un pays gouverné par des surdiplômés en psychologie de bipède qui voudraient bien instaurer des camps de redressement idéologique pour les parents tortionnaires adeptes de la fessée ou/et de l’utilisation abusive du bleu ou du rose, on est pas sorti des ronces. Là où un bon coup de pied à la base du coccyx de merdeux/se suffisait amplement à remettre les neurones en place, on convoque des commissions de discipline en heures sup qui peuvent aller jusqu’à l’exclusion du cancrelat vers une autre école qui se coltinera le parquet foireux. Et puis en bout de piste on trouve les parents qui s’énervent d’abord en prenant acte des méthodes pédagogiques new-age et des programmes n’importnawakesques, pour finir par s’en prendre parfois physiquement au messager qui fait de l’histoire de l’art à un parterre d’illettrés!

    Alors pourquoi pas des ateliers poterie et flûte de pan pour calmer tout le monde, élèves, profs et surtout parents qui n’ont que ça à branler pour assurer un avenir à leurs accidents de capotes qui ânonnent un français de fond de négrier sur les réseaux sociaux. L’étrouducation nationale est un domaine supplémentaire où il faudrait tout foutre par terre et recommencer sans les têtes de bites de hô ponctionnaires ou des adeptes trotskystes, qui aiment à sortir des référentiels rebondissants comme des boules de geisha de leurs anus trop vieux (les pros se tâtent)! Mais encore une fois, il est urgent de ne rien faire, en tout cas rien d’autre que décider quel jour on servira les radis bio à la cantine…

    1. Dr Slump

      « pourquoi pas des ateliers poterie et flûte de pan pour calmer tout le monde »

      Ils ont déjà trouvé la soluce pour garder la jeunesse au calme: tolérance pour les fumeurs de pet’, qu’ils soient dans la rue, le parc, ou même à la porte du bahut. Tant qu’ils fument le tabac qui rigole, ils ne réfléchissent et ne s’agitent pas trop, pas vrai? En plus c’est sans conséquence sur le budget de l’état, et sans prescription médicale!

      (cf commentaire de cyprus ill plus haut)

    2. albundy17

      « pour les parents tortionnaires »

      .ladepeche.fr/article/2018/02/08/2738377-violences-psychologiques-sur-sa-fille.html

      Pour calmer tout le monde, il y a mieux que les ateliers poterie: les ateliers du gout !

  19. Pheldge

    HS : il faut lire les commentaires, ça revigore et détend les zygomatiques ! :
    lepoint.fr/politique/aymeric-caron-se-lance-en-politique-08-02-2018-2193391_20.php

    1. samplayers

      y a un wiki, officiel, pas une désencyclopédie, qui parle d’un problème psychologique et qui cite Caron comme exemple… faut que je le retrouve, c’est payant !

    2. MCA

      @Pheldge 8 février 2018, 16 h 00 min

      MDR, Elle est bien bonne celle-là !

      Cette insignifiance venimeuse va faire don de sa personne à la cause écolo pour sauver la planète?

      Le côté positif que j’y décèle c’est qu’ils ne sont pas prêts de prendre le pouvoir avec des clowns de ce calibre.

      Je note quand même dans le programme de son amicale  » l’instauration d’un gouvernement mondial »… un détail, excusez du peu.. :o)))))

      Ca fait longtemps que le gouvernement mondial est en route, mais comme selon lui ça ne devait pas aller assez vite, il dû s’imaginer qu’il ne manquait que son talent pour accélérer le processus.

      Le Titanic s’enfonce, mais au bar on rigole bien!

        1. MCA

          @AL

          « Un gvt mondial, pourquoi pas? »

          Si tu penses que le gvt va être élu avec plusieurs milliards de votants potentiels, tu risques d’être fort déçu….
          Et si tu penses qu’on va te redemander ton avis tous les cinq ans, tu risques d’être encore plus déçu.

          Un gvt qui n’est pas élu, ça porte un nom.

          Un gvt mondial est un ticket sans retour.

          D’autre part ça implique des choses amusantes dont la liste pourrait être enrichie à l’infini :

          Une monnaie unique mondiale, le Phénix.
          (et qui détient le pouvoir sur la monnaie détient le pouvoir sur tout),

          Une police mondiale omniprésente et omnipotente :
          (on frappe à ta porte à l’heure du laitier mais ce sont des flics chinois qui viennent t’expliquer que ce n’est pas bien d’écrire sur un blog classé subversif)

          Une justice mondiale , qui à n’en point douter sera alignée sur le mieux disant.

          Tu as un modèle réduit avec l’Europe de ce qui pourrait se passer puissance 10.

          Rappelle toi :
          la propagande européiste de l’époque et compare avec le résultat que nous vivons chaque jour:

          Nous allons être tous frères,
          on va s’embrasser le lendemain;
          plus jamais de guerres,
          plus de frontières à l’intérieur de l’espace européen, les frontières, extérieures seront défendues par les pays limitrophes,
          ensembles nous serons plus forts,
          vive la libre circulation des biens des services et des capitaux,
          l’Euro fera la nique au Dollar et nous deviendrons tous ensemble la première puissance mondiale

          Et regarde :

          le supplice infligé au peuple grec,
          la solidarité européenne inexistante,
          le rôle des lobbies dans ce fatras d’institutions,
          les guerres de déstabilisation que nous menons,
          notre assujettissement à l’OTAN et tout ce qui va avec,
          l’invasion migratoire incontrôlée et le chacun pour soi,
          l’enlisement dans lequel nous nous trouvons sans levier pour nous en sortir,
          la fuite en avant démentielle dans l’endettement et la facture qui va ruiner les classes moyennes,
          l’invasion des produits à bas coût originaires des pays à faible coût de main d’œuvre et la désindustrialisation irréversible qui va avec,
          les délocalisations,
          le dumping social et fiscal…

          liste non limitative…

          Et on peut continuer dans les paris :

          Nous sommes trop nombreux, les ressources s’épuisent et cette planète devient invivable; je te laisse inventer la suite qui va bien et qui risque d’être tout sauf festive avec une institution qui n’aura de comptes à rendre à personne et des moyens de coercitions illimités…

          ————————————————————————–

          @SAM : inutile d’aboyer, tu peux rester dans ta niche.

            1. BDC

              Ah parce que tu ne plaisantais pas ? Quand tu es libéral tu plaides pour une gouvernance décentralisée, au plus proche des gens et non pour une URSS ou UE, cf. Hayek.

              1. albundy17

                Comme ça n’arrivera jamais, autant les éloigner le plus possible.

                Et je ne plaide pas pour une gouvernance décentralisée, mais pour une gouvernance qui ne s’occupe que du régalien.

                Les gvts ne servent déjà plus à rien (grece est un exemple) à part s’engraisser de petits fours, ils ne décentralisent que leurs charges, élu par 10 %, ceux qui croquent.

                Supprimer cette strate inutile ne me pose pas de problème

            2. MCA

              Que nenni,

              il faut y voir une strate EN PLUS : le niveau mondial

              et bien entendu, toute la pyramide actuelle qui obéit aux ordres venus du sommet.
              (comme actuellement à l’échelle européenne où les anciens pays n’en sont plus réduits qu’à obéir aux instances européennes en déclinant en droit national les directives venues d’en haut)

              Et comme actuellement : racket à tous les étages !
              ( avec un niveau supplémentaire et pas des moindres) .

              Actuellement il existe une certaine péréquation financière entre les différents membres européens.
              Imagine quand il faudra partager avec les indiens,les chinois,les africains et que sais-je encore?
              il va te falloir revende la roue de ta brouette pour payer la facture.
              Conséquence funeste : elle va beaucoup moins bien rouler! :o))))

              Et il faut également s’interroger sur qui seront ces individus/entités au sommet.
              Davos et Bilderberg sont des pistes intéressantes à creuser.

              Déjà que les « dirigeants » actuels n’ont pas pour objectif le bien des peuples qu’ils « administrent », je te laisse à penser dans ce cas ce qui se passerait.

              Il faudrait convier sur ce blog Jacques Attali, il est à même de nous faire un brillant exposé des finalités, des modalités, de l’organigramme et du calendrier de mise en place de tout ça.

              Allez, je tente une bouteille à la mer : Jacques, si tu nous lis…

                1. albundy17

                  Et n’as tu pas le sentiment que tout ce que tu décris est déjà acté ??

                  (FMI – OMS – BLACKWATER)

                  Ton histoire de roue de brouette, ça fait un bail que ça à débuté…

                  Ce n’est pas que je cautionne, c’est juste ce qui se passe et ce n’est pas nos bulletins de vote qui y changeront quoi que ce soit, c’est largement prouvé.

                  Quand ils seront tous à brussels (ds un premier temps), au moins on verra moins leurs sales gueule, et la strate Elysée pourra sauter, avec même peut être un peu moins de clientélisme local, devenu caduc

              1. Aristarkke

                où les anciens pays n’en sont plus réduits qu’à obéir aux instances européennes en déclinant en droit national les directives venues d’en haut)

                J’attire votre attention sur le fait que ces pays ont signé pactes et traités pour cela… y compris contre la volonté exprimée de leurs ressortissants…

                Cela dit, tout ce qui vient de l’Europe n’est pas forcément à jeter aux orties et il ne faut pas rêver qu’étant restés strictement hexagonaux, nous aurions échappé à toute la déferlante législative et réglementaire qui nous submerge depuis des décennies.

                Nous en aurions eu en moins probablement mais aussi en plus, tout aussi probablement, selon les sujets…

                Rappelons que cette transcription du droit européen s’accompagne maintenant systématiquement en Grance d’un durcissement strictement granço-grançais dû à nos belles élites administratives parce que… c’est ainsi et circulez, y’a rien à voir…

                1. MCA

                  @Aristarkke 9 février 2018, 9 h 17 min

                  En restant hexagonaux, j’y vois un avantage immédiat; les politiques qui prennent des décisions peuvent être directement accusés de prendre de mauvaises décisions (et bien entendu félicités s’ils en prennent de bonnes).

                  Alors qu’à présent ils ne sont que des courroies de transmission grassement rémunérées pour cette fonction avec l’excuse sur mesure : on se doit d’obéir aux traités que nous avons signés.

                  Le bien commode « J’ai obéi aux ordres » on a connu ça à d’autres époques.

                  On trouve ça systématiquement dans notre société; celui qui donne l’ordre n’est pas celui qui exécute la sentence, donc les victimes n’ont jamais en face d’elles les vrais responsables et pourtant le couperet tombe malgré tout.

                  C’est quand même un comble intolérable dans un pays où nous sommes nés que d’avoir face à notre impuissance comme seule alternative que de se soumettre ou partir pour ceux qui le peuvent, non?

                  1. albundy17

                    « En restant hexagonaux, j’y vois un avantage immédiat; les politiques qui prennent des décisions peuvent être directement accusés de prendre de mauvaises décisions »

                    mdr

                    Rien à voir (quoique) la hulote et sa cabane en corse passée de 2-3 millions à 6 ou 700.000 ds sa déclaration, bingo, un scandale sexuel dénoncé par les 2 parties 24 heures après, on entends plus parler de sa présumée fausse (et idiote) déclaration.

                    On est passé au pas responsable et pas coupable, de rien, et ils sont tous bien gras de notre pognon, avec protection rapprochée, pas fous

                    1. MCA

                      En résumé, tu sauras contre qui râler alors qu’actuellement tu ne sais pas !

                      Bon d’accord, ça ne change pas grand chose au résultat. :o))))

                    2. albundy17

                      « En résumé, tu sauras contre qui râler alors qu’actuellement tu ne sais pas ! »

                      en fait plutôt l’inverse, mais il ne manque pas de virgule a ta conclusion.

                      Loin des yeux, loin du coeur

                  2. Aristarkke

                    En restant hexagonaux, j’y vois un avantage immédiat; les politiques qui prennent des décisions peuvent être directement accusés de prendre de mauvaises décisions (et bien entendu félicités s’ils en prennent de bonnes).
                    Je vous trouve bien optimiste d’imaginer que des hommes politiques endosseraient la responsabilité de leurs co…ies simplement parce que nous resterions dans le cadre hexagonal.
                    Tout ne dépend pas de Bruxelles et pourtant…

                    1. Pheldge

                      … et pourtant, si tu veux virer Juncker, Moscovici ou Draghi, bin tu peux pas ! par contre Macron, en 2022 t’as une opportunité 😉

                  3. Aristarkke

                    C’est quand même un comble intolérable dans un pays où nous sommes nés que d’avoir face à notre impuissance comme seule alternative que de se soumettre ou partir pour ceux qui le peuvent, non?
                    C’est malheureusement le sort inévitable de la minorité que de subir la loi de la majorité, surtout quand cette dernière ne reconnaît plus de limite(s) à respecter.
                    Cependant, vous avez oublié l’hypothèse de la révolte armée ou de la grève, façon Ayn Rand.

                    1. MCA

                      @Aristarkke 9 février 2018, 18 h 34 min

                      Je n’ai pas mentionné la révolte armée intentionnellement pour la simple et bonne raison qu’en face ils ont un excellent comité d’accueil très bien entraîné et très bien armé.

                      Et pour tout dire, je ne tiens pas du tout à ce que ce pays en arrive là.

                      En ce qui concerne la grève générale illimitée, nous ne sommes plus en mai 68, la typologie de la population a changé et l’individualisme a pris le pas sur l’action collective.

                      Mais une foule est capricieuse et imprévisible, sait-on jamais?

                    2. Aristarkke

                      Moi non plus mais sait-on jamais, dîtes-vous…
                      Quant à la grève façon AR, elle est quand même latente par le fait de l’expatriation de « jeunes » qui vont voir ailleurs, ce qui n’était pas pensable il y a cinquante ans sauf quelques « phénomènes » se distinguant…

          1. Aristarkke

            Le gouvernement mondial unique était ce qui était prévu pour la Terre et les humains au moment du jardin d’Eden et de la création du premier couple humain.
            Mais il n’était pas d’origine humaine.
            Mais il y a eu un (gros) grain de sable qui a renvoyé ce projet à plus tard (cependant pas aux calendes grecques pour autant)

          2. samplayers

            @ MCA
            « @SAM : inutile d’aboyer, tu peux rester dans ta niche. »

            Plaît-il ?
            Tu viens juste de lire un de mes commentaires à ton égard d’il y a 2 semaines ?

              1. samplayerss

                C’est curieux, vu le sujet de ton commentaire, de vouloir clouer le bec préventivement aux éventuels détracteurs.
                Je me demande parfois, si les graines des dictatures ne germeraient pas chez certains qui se disent libéraux et qui veulent trop le bien des autres.

          3. samplayers

            Il n’est pas nécessaire de faire toute une tirade sur le pourquoi du comment, pour convaincre que c’est une absurdité : imaginez juste qu’il n’y ait qu’un employeur mondial, qu’un fabricant de baguettes de pain…

            Al, quant à espérer que ce gouvernement ne s’occupe que de régalien, vaut mieux espérer qu’Adriana vienne dîner chez toi ce soir.
            Ce qui empêche des états de devenir totalitaires actuellement, c’est uniquement la possibilité pour chacun de dire non en votant avec ses pieds, mais même ici, on sent bien que certains se sont déjà enlevés le choix en se créant des contraintes.

            1. albundy17

              « Al, quant à espérer que ce gouvernement ne s’occupe que de régalien, vaut mieux espérer qu’Adriana vienne dîner chez toi ce soir. »

              C’est bien ce que je dis, voter ou ne pas voter arrive au même résultat, de fait totalitaire, on y est depuis un moment, tu t’es juste habitué.

              Pour Adrienne je m’en tape, j’ai passé l’adolescence.

              L’absurdité principale est de comparer un fournisseur unique de pain (si le goût et le coût me conviennent ou est le problème, sinon le marché fera son boulot) et les gvts pour lesquels il n’y a aucun choix

              1. samplayers

                Parce que tu penses qu’un gouvernement mondial, une fois installé, laissera des ouvertures à d’autres alternatives.
                Le mammouth ne peut que s’étendre, c’est dans sa nature, et avec des gens comme toi, c’est gagné…

                1. albundy17

                  Prends ta loupe, et essai juste quelque secondes d’oublier qu’il faut me contredire à tout prix: « voter ou ne pas voter arrive au même résultat, de fait totalitaire, on y est depuis un moment, tu t’es juste habitué. »

                  C’est étonnant sam, on dirait que tu varies encore et encore, n’était ce pas toi qui prônait que le transfert de pouvoir à brussel limitait la collectivisation en france ???? (*)

                  Ben tu vois j’en étais, et en suis, moi, toujours convaincu. C’est ton droit d’être devenu franchouillard, un peu de cohérence ne fait malgré tout pas de mal.

                  Avec des gens comme toi, qui retourne sa veste a tout bout de champs, c’est là que c’est pas gagné, t’es bien raccord avec aurore bergé et toute la clique du BLOB, non du mammouth.

                  1. albundy17

                    bizarre pas un com sur ton changement d’état genre point triple, mais une conclusion bien concordante avec ta veste qui craque de partout.

                    T’as bien fais de rajouter un s, c’est pour tes avis multiples selon l’environnement

  20. Vodkaman

    Complet HS mais assumé : encore un futur coût caché pour les clients ?

    Dans la LPM actuellement en débat , il est semble-t-il prévu de lutter contre les méchants pédopornonarconazi qui ne font rien qu’à lancer des cyber-attaques.

    Donc,

    « Pour prévenir les cyberattaques les opérateurs devront donc surveiller leurs réseaux selon les indicateurs de l’Anssi (IP d’un terminal infecté repéré, etc.) et faire parvenir à l’Agence toute activité suspecte. Pour éviter tout conflit sur la neutralité du net, le régulateur des télécoms veillera à ce que les requêtes de l’Anssi soient conformes à la réglementation européenne. »

    L’idée est donc de compter sur la réactivité d’une agence d’État qui va analyser les données des FAI pour déterminer qu’il y a une menace potentielle pour les utilisateurs de Windows 98 ou ME ?

    D’un coup, je me sens super plus en sécurité !!!

    1. samplayers

      « …le régulateur des télécoms veillera à ce que les requêtes de l’Anssi soient conformes à la réglementation européenne. »

      Des contrôleurs contrôlent les contrôleurs.
      Mais qui contrôlent les contrôleurs qui contrôlent les contrôleurs ? Hein ?

  21. Pheldge

    « Mais qui contrôlent », sam , t’as oublié le « s » à « qui » puisque tu mets ta phrase au pluriel « Mais quis contrôlent »
    Par contre, tu t’es multiplié, que tu te mets le pseudo au pluriel ? c’est à cause de Al, hein, qu’y faut t’y prendre à plusieurs avec lui tellement qu’il est grave … 😉

  22. lxy

    Je profite des deux jours de carême pour livrer une réflexion hors piste inspirée par le dernier ouvrage de Rémi Brague « Sur la religion ».
    Selon lui, contrairement à l’opinion commune en France les religions dans le monde ne disparaissent pas , bien au contraire.
    Aux Usa on continue à construire des églises et partout ailleurs des mosquées. Presque partout les religions progressent. Sauf apparemment en France et en Scandinavie, pour faire court.
    Mais dans ces pays et notamment en France nos religions traditionnelles ont remplacées une nouvelle, celle du » politiquement correct » qui en a toutes les caractéristiques : ses croyants, ses grand’messes, ses évangiles, ses prescriptions, son clergé, sa presse, ses excommunications, ses prédicateurs, ses grands prêtres répandant partout » des idées chrétiennes devenues folles » (Chesterton).
    Les élections présidentielles américaines ont bien marqué la guerre de religion qui constatée la-bas avec d’un côté les chrétiens et traditionalistes de toute obédience et en face les adptes du « correctness ».

Laisser un commentaire