Gaspard Glanz, fusible cassé de la liberté de presse

Catastrophe et panique en République du Bisounoursland : les forces de police sont tombées à bras raccourcis sur un journaliste et l’ont incarcéré ! Horreur, stupéfaction, abomination : la liberté de la presse française est en danger ! C’est atroce !

Malgré une stupeur si puissante qu’elle en fait trembler les doigts au point d’avoir du mal à écrire ces quelques lignes, un peu de recul est indispensable pour mesurer ce qui vient de se passer en France, entre deux ou trois incendies d’églises et deux ou trois déclarations consternantes d’un minustre ou d’un élu quelconque.

D’une part, ce n’est pas comme si le pays, baignant de façon décontractée dans une liberté d’expression de basse intensité, venait de découvrir subitement que ses journalistes n’avaient pas tous l’occasion de s’exprimer librement. Le classement Reporters Sans Frontière, plaçant la France à une peu glorieuse 32ème place, donne d’ailleurs une assez bonne idée de l’état des lieux.

D’autre part, les petits couinements tristes entendus ici ou donnent une petite idée de ce qui s’est réellement passé, un peu loin d’un tableau de David Le Journaliste se défendant contre le Goliath des forces de l’ordre pour y réaliser sa mission quasi-divine d’information du public assoiffé de connaissances et de vérité.

En pratique, les faits sont relativement simples : le journaliste indépendant Gaspard Glanz se trouvait samedi dernier place de la République à Paris, caméra à la main, pour y filmer les événements en lien avec l’énième manifestation de Gilets Jaunes. Alors que les forces de police présentes sur place entament différentes manœuvres pour disperser les manifestants, Glanz, expliquant avoir été visé par une grenade, décide de faire un doigt d’honneur aux policiers devant lui, qui l’arrêtent et le placent en garde à vue de 48 heures, d’une part pour l’outrage, et d’autre part pour une participation à un groupement en vue de commettre des violences ou dégradations.

La justice ne retiendra pas le second motif et ne conservera que le premier, l’outrage, pour lequel notre impétueux journaliste devra répondre lors d’un prochain procès. Il n’en fallait cependant pas plus pour qu’une bonne partie de l’intelligentsia journalistique prenne la plume afin de ne pas laisser impunie cette atteinte à la liberté de la presse.

Si certains prennent des précautions en se gardant bien de faire preuve de tout corporatisme, tous s’accordent quand même à dire que cette garde à vue était véritablement injustifiée, que le second motif, parfaitement bidon, n’aurait été utilisé que pour empêcher Glanz de reprendre le cours de ses activités professionnelles et – pire encore – que l’interdiction de la présence de Gaspard Glanz dans les prochaines manifestations parisiennes revient à une interdiction d’exercer son métier, c’est-à-dire une nouvelle atteinte à cette liberté d’informer si prégnante dans nos principes républicains tsoin-tsoin.

L’affaire est entendue et ne peut en rester là. Des poursuites doivent être engagées, c’est certain. Des policiers doivent être poursuivis, c’est sûr. Castaner doit démissionner, c’est un minimum. Macron doit au moins faire une contrition publique et remettre l’ISF, forcément.

Pourtant, un peu de pondération doit être réintroduite ici.

Tout d’abord, on ne peut s’empêcher de trouver de plus en plus fine la limite entre le journalisme et le pur militantisme. S’il est parfaitement admissible d’avoir des journalistes « engagés » (tant qu’ils se déclarent tels officiellement, au contraire de tant de courageux scribouillards dans ces rédactions subventionnées qui n’oseront jamais l’admettre), il semble délicat d’approuver le militantisme actif en surcroît du journalisme en ce que le second devient vite l’excuse systématique et le passe-droit générique du premier. On a bien du mal à ne pas voir que cette affaire illustre justement assez bien le corporatisme de la profession, maintenant activement occupée à savoir comment faire pour empêcher que ce genre de gardes à vue ne se reproduise.

Pourtant, un principe qu’il serait bon de rappeler est celui d’isonomie, c’est-à-dire de stricte égalité devant la loi. Dans ce cadre, le journaliste engagé / militant voire perturbateur de manifestation ne devrait pas échapper à la règle générale et sa carte de presse ne peut pas être un joker pour le droit commun ou, au contraire, une cible privilégiée.

En fait, tous les fiers éditorialistes analysent la scène en tenant compte de la profession de Gaspard Glanz, alors même que, dans un vrai pays de droit, cela ne devrait même pas faire l’objet d’un débat : soit on considère qu’on ne peut pas mettre en garde à vue des gens sous le prétexte qu’ils sont en réunion, qu’ils pourraient éventuellement intenter des actes violents ou des dégradations, et dans ce cas Glanz n’avait pas à y être placé, nonobstant sa qualité de journaliste. Ou bien on considère qu’on peut effectivement mettre en garde à vue des individus sous ce prétexte, et dans ce cas, Glanz n’avait pas à y échapper au prétexte qu’il est journaliste. Toute autre position consiste à dire que le militant, s’il n’a pas une carte de journaliste, peut se voir embastiller arbitrairement, là où le journaliste doit échapper à ce traitement grâce à sa profession.

Ici, on aura noté toute l’importance de la notion d’isonomie et de celle, encore plus importante, d’état de droit pour lequel on n’aura guère de mal à argumenter que la France ne s’en rapproche plus trop. Pourtant, c’est bien cela que la presse devrait mettre en avant. C’est bien ce combat, celui d’un état de droit, d’une isonomie réelle et mesurable partout, que la presse devrait porter à chaque occasion possible.

Or, tout le problème est là : les journalistes et éditorialistes sont prompts à s’embraser pour ce qui s’apparenterait à une coercition trop méchante sur leur caste, en oubliant qu’elle devrait s’exercer avec la même force sur eux que sur le reste du peuple (ou, disons, que la Loi devrait appliquer la même clémence au peuple que sur leur caste), par stricte application de cette isonomie qui n’existe plus depuis un moment dans le pays et dont, très manifestement, ces journalistes s’accommodaient fort bien.

Autrement dit, plutôt que dénoncer une atteinte à la liberté de la presse, nos éditorialistes de combat devraient plutôt profiter de l’occasion pour rappeler la nécessité d’une vraie isonomie, c’est-à-dire une vraie égalité des citoyens, de tous les citoyens, devant la Loi.

J'accepte les BCH !

qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires132

      1. adawong1789

        Avec des médias dignes de ce nom, il pourrait même exploser en vol dans le style Avenatti. Mais on n’ira pas dans ce sens, faudrait pas trop fouiller dans les placards du kandubien ni décortiquer le yaourt qui leur sert de cerveau

  1. Calvin

    A ce titre, ne pas oublier que ceux qui émargent au Média (le fan-club, hein, soumis a Jean-Luc) sont plus des militants que des journalistes.
    Mais eux, ne sont pas des Black Blocs.

  2. Calvin

    Petite remarque, il me semble qu’il vient a peine de demander sa carte de presse suite a son arrestation digne du régime totalitaire du IV Reich chilien dirigé par le Maréchal Pétainochet.

  3. Pythagore

    Et oui tjs le 2 poids 2 mesures, merci pour cet article.
    Y z’en ont mis plein la g@*le au journaliste comme dirait l’autre.

    1. Sentenza

      Merci.2 poids 2 mesures en effet. On vit des temps troublés.
      H16 Je n’avais jamais réalisé votre côté bonapartiste (sans offense)

  4. Arthourr

    Il s’agit simplement du sport national français : exciper d’un statut, situation ou état particulier (ou estimé tel) pour tenter de se soustraire à la loi supposée commune.

    Cela existe dans toutes les strates de la société, du titulaire du RSA au ministre, en passant par l’assassin, le Jean Duvoillage, le fonctionnaire ou le journaliste donc.

    « Oui, mais moi cépapareil » est le mantra de notre époque, où celui qui ne peut (ou ne veut) « s’exceptionnaliser » devient celui sur qui le reste se dépêche de taper et de vilipender, de crainte que sa propre exception ne soit plus considérée suffisante pour être à l’abri des foudres de la loi.

  5. Le Gnôme

    Il faut se méfier des observateurs qui sont en principe neutres., regardez Benalla, il vient constater de visu une manif pour le compte d’on ne sait trop qui, et paf, il fait le coup de poing comme un CRS de base.

  6. Higgins

    Rien à ajouter. Ah si, la tempérance de gauche a des limites comme a pu le constater à ses dépens Alain Finkielkraut: « Alain Finkielkraut chassé de Sciences Po par un groupe « antiraciste » » (https:/ /www.marianne.net/societe/alain-finkielkraut-chasse-de-sciences-po-par-un-groupe-antiraciste)

    « Le fascisme n’était qu’une autre variété de socialisme (et l’anti-racisme officiel un aimable déguisement). Le mot « nazi » était un acronyme pour le socialisme national. Les socialistes allemands se sont distingués des socialistes russes en qualifiant leur variété de socialisme de « national » par opposition à « international ». »
    — Thomas DiLorenzo

    1. theo31

      Hitler a appliqué le programme en dix points de Marx (et celui de Keynes accessoirement) avec tant de zèle que n’importe quel communiste aurait applaudi des deux mains.

          1. BDC

            Oui Major. Honnêtement, il n’y a pas grand chose à changer, Reich par République, allemand par français. Et remplacer les mesures nationalistes par de l’écologisme pour sauver la planète à la place du Reich. Avec ça on remporte tous les suffrages.

              1. Higgins

                Quand on voit le comportement de certains végans (je pense aux attaques de boucherie), on est très proche des comportements des fascistes et des nazis.

                « Le problème du fascisme: comment faire des génies avec des idiots. Le problème du communisme (et des écologistes): comment faire des idiots avec des génies. »

                Maurice Dantec

  7. david caron

    Bonjour, j’aurais souhaité recueillir vos avis sur une émission (de S Soumier) le matin sur BFM Business. Même si ca peut etre bisounours, ils rappellent tout de même réguliérement des évidences économiques. Les interventions de N Doze et de JM Daniel sont pertinentes je trouve. Ex: hier, le modéle keynésien, préconisé par un de ONU ? (un socialo je crois) .. l’une de leurs interventions a été simple et sobre « …mais ca fait 20 ans qu’on le fait et ca n’a donné aucun résultat .. » (avec ironie). J ‘ai trouvé ca « sain » de rappeler ces faits. Merci

  8. Gosseyn

    Il manque une brève description à cet exposé. Ce journaliste militant a dit s’être fait vivement bousculer, lorsqu’il s’est plaint d’un jet de grenade intempestif, sur quoi il a sottement répliqué par un doigt d’honneur.
    Autrement dit, victime d’une agression, puis provoqué, il a réagi stupidement et s’est donc fait coffrer. Or, je ne vois pas en quoi il n’aurait pas droit à cette relation des faits, sauf à la prouver fausse, du simple fait qu’il est un gauchisant notoire ; qu’il jongle par ailleurs avec sa non-carte de presse n’a rien à voir avec cette situation.
    Je relate ceci parce que vous avez tous vu le doigt d’honneur envoyé aux Français par le  »pote » de leur président, tous deux sur une photo récente. Là, aucune journalope ne s’offusquera de cette injure mise en scène par le pouvoir politique qui les domine. Comme vous n’appréciez pas le  »deux poids deux mesure », merci de vos avis à cette aune.

    1. MarieA

      Pareil. Je suis étonnée que H16 ne relaie pas la version du journaliste. Il prétend que la Police lui aurait volontairement jeté une grenade dans les jambes, qu’il a voulu demander pourquoi au chef présent, qu’il s’est fait bousculer par un policier sans raison et donc qu’il aurait répondu par un doigt d’honneur.
      Par ailleurs, je ne vois pas comment on peut prétendre qu’il n’y a pas volonté de le censurer en lui interdisant toutes les prochaines manifestations pour un doigt d’honneur. C’est bien de la censure.
      En plus, ce mec est journaliste indépendant, donc ne touche pas de subvention, vous devriez tous être contents plutôt que de le clasher par ce qu’il n’a pas sa carte de presse qui n’est qu’une saloperie de l’Etat pour mieux contrôler la Presse.
      Et comme par hasard, mais pur hasard, sa chaîne Tamaris News était très populaire depuis les mouvement des Gilets Jaunes. Mais rien à voir.

      1. sam player

        On peut aussi remonter jusqu’aux dinosaures… le flic lui a balancé une grenade parce qu’un des ses ancêtres néandertaliens avait reçu un coup de massue d’un des ancêtres sapiens du journaliste… et h16 n’en parle pas… biais de sélection p’tain !

      2. theo31

        Indépendant en vendant des photos payées par des subventions ? Faut que les gauchistes se procurent des neurones et un dictionnaire.

        C’est comme Plenel qui explique à qui veut bien l’entendre que sa boutique a un modèle économique viable alors qu’il est entièrement subventionné par les bibliothèques municipales et les médiathèques publiques.

      3. « et donc qu’il aurait répondu par un doigt d’honneur »
        C’est ce qui justifie la GAV (et le reste) ; tout ce qui vient avant est mentionné dans le billet et sans intérêt pour le cas qui nous occupe. Il aurait pu choisir de danser la polka avant, ça n’a pas d’incidence.

        « C’est bien de la censure. »
        Pas du tout. Il faut revoir la définition de censure, déjà pour commencer. Ensuite, un type qui peut s’exprimer librement depuis sa GAV puis dans les médias n’est pas censuré du tout. Enfin, il ne lui est pas interdit de s’exprimer les prochains jours, il lui est interdit de prendre part aux manifs.

        Du reste, le sujet ne porte absolument pas sur la pertinence du jugement qui a été posé, ni même son arrestation.

        Il faut apprendre à lire et ne pas tout mélanger.

    2. Dr Slump

      La stricte égalité devant la loi est justement ce qui est argumenté dans ce billet il me semble. Les exemples de 2P2M abondent, pas seulement pour les journalistes.
      Mais s’il faut que la justice se saisisse de tous les gestes et mots de travers que les uns et les autres s’envoient à la figure, on est parti pour un gros bordel… oh! wait! On est déjà en plein dedans!

      1. bibi

        Non ce qui est argumenté dans le billet c’est la relation à la loi des journalopes, et comment selon que vous êtes journalistes syndicalistes ou terroristes cf (Battisti) vous ne devez pas être ne serait-ce qu’arrêté, et comment pour les mêmes faits quand vous n’êtes pas du camp du bien vous devez être arrêté et jeté en prison avec rien d’autre qu’un procès de Moscou.

        1. Dr Slump

          J’en conviens vigoureusement. Mais par extension, le principe d’isonomie devrait s’appliquer à tous, quelle que soit la qualité, l’appartenance ou la raison d’être des concernés, et les journalistes sont loin d’être un cas isolé.

    3. Pythagore

      +1
      Doigt d’honneur au président => c’est pour le fun, le petit est plein d’humour.
      Doigt d’honneur au policier => case prison.

      1. Pheldge

        Doigt d’honneur au président, c’est une question d’interprétation : moi je vois ça comme le geste que font les djeun’s branchés rap pour montrer la star parmi eux …
        Après, pour un PR, ça fait une sacrée rupture de protocole, que de se frotter comme ça à des mecs débraillés 😉

  9. carpe diem

    En fait on nage en plein flou : résumons nous, il y a le bon journaleux, il voit un policier, il lui fait un doigt, et puis il y a le mauvais journaleux, il voit un policier, il lui fait un doigt. J’ai bon? Et pis il y a la sorcière des antennes, la mère Loiseau, est-elle militante dessssstrèmedroâte ou bien marcheuse à contre courant? je cours prendre un doliprane.

  10. Mildred

    Ne dirait-on pas que le moindre doigt d’honneur d’un journaliste devient sujet de débat alors, qu’au moment où il est question de supprimer l’abattement fiscal concernant les emplois à domicile, on passe sous silence les 7650 euros d’abattement fiscal dont bénéficient les journalistes ?

    1. Le Gnôme

      Il y a plus d’emplois à domicile que de journalistes, et il faut reconstruire Notre Dame, ce qui justifie la suppression dudit abattement. Un milliard, c’est un peu court.

    2. Pythagore

      « supprimer l’abattement fiscal concernant les emplois à domicile »
      Curieux de voir comment les bobos réagiront, lorsqu’ils devront payer leur FdM plein pot. Macron va-t-il vraiment prendre des mesures contre son corps électoral ?

        1. BDC

          Dans mon milieu pro on déclare tous la nounou. Le cas de black CSP+++ que je connais c’est pour payer les heures supplémentaires illégales. Au final ma nounou me revient moins cher que son net, et elle tient à sa protection sociale. Sans les aides beaucoup de femmes gagneraient en super net moins que leur nounou, donc ça encouragerait le travail non déclaré. Cette mesure est antisociale et remettrait les femmes au foyer, qu’en pense Marlène ?

              1. sam player

                MDR P&C t’es un client de Spike Séduction, j’ai découvert ça à midi en déjeunant ! Ouais c’est compliqué les femmes, mais en fait tu verras, y a rien à comprendre, le câblage est buggué

                    1. Pheldge

                      oui, la polonaise inversée, c’est entre la toupie brésilienne, et la brouette norvégienne … 😉

                    2. Aristarkke

                      De mémoire, ce n’était pas un notation mathématique particulière qui a eu une grande vogue ?
                      Je dois bien encore avoir ma calculette Hewlett-Packard qui abusait de ce truc très mode alors (yapludequarantans, effectivement)

          1. MarieA

            lol Quelle horreur, des mères obligées de s’occuper elles-mêmes de leurs enfants -qu’elles ont eu volontairement!- et de leur foyer -qu’elles ont fondé volontairement aussi!- au lieu de déléguer ça à une immigrée qui parle pas correctement la langue !!!

            C’est triste pour nous, les enfants de certaines générations, de voir qu’on est considéré comme de la merde et une entrave par les gens qui ont pourtant tout fait pour nous faire venir de leur propre gré et qui se sont bien amusés avec nous quand ça les arrangeait.

            C’est vrai que toutes ces femmes géniales passent à côté de l’opportunité incroyable de taper des rapports sans intérêts que personne ne lira jamais et répondre à des mails ennuyeux 8 heures par jour…
            Ah oui! J’oubliais les ragots entre collègues!

            1. sam player

              Tu me fais penser à ces enfants qui font un procès à leur parent pour être nés…
              Je suppose que tu es majeure et que si le fait d’être en vie ne te convient pas tu peux y remédier par toi-même…

            2. BDC

              MarieA, à mon niveau les ragots je n’en ai plus mais tu oublies aussi les jolis vêtements, les bons restaurants et les déplacements à l’étranger ! Plus sérieusement, j’étais comme toi, je trouvais idiot de s’aliéner au boulot, avant de devenir maman. Et finalement tu ne sais pas comment tu vas réagir et vivre ta vie de maman. Bien sûr qu’il y a un compromis à faire entre carrière et gosses de riches abandonnés qui terminent mal. Alors je suis pour laisser le choix aux femmes, en mode Olympe de Gouge et pas Simone de Beauvoir hein !

  11. MJ

    Au delà du fait que certains, journalistes par ex, revendiqueraient un traitement particulier, je m’interroge sur la dite isonomie selon qu’un assimilé gilles et john fait un doigt à la police ou qu’une de nos pépites insulte la même police à grand coup de niktamer. il me semble que le traitement aval n’est pas le même, en tout cas pas avec la même célérité.

  12. Paul Retaille

    Je m’étonne que dans la furie d’analyse sociologique (pseudo- bien sur) du phenomène GJ, personne n’effectue de comptage des preneurs d’images aka « journalistes » et « street medics » (médecins de rue, ça fait trop franchouillard, et chacun connait la modernité hip-hop des Ahous), et commente la proportion acteurs/spectateurs dans ces attroupements.

    Ou plutot je ne m’etonne pas. Les conclusions seraient dommageables aux castes autoproclamées et au support à un movement qui n’est plus qu’un spectacle.

    Ce qui m’étonne c’est la tolerance des FO pour ces gêneurs qui perturbent leur action en permanence en étant dans leurs jambes ou proximité. Rien que pour ça, il faudrait en arreter 20 fois plus.

      1. Pythagore

        Il vient d’être renvoyé en correctionnelle.
        @Gosseyn: ordonnance de renvoi de 150 pages. Est ce que ce genre de document est publié, trouvable sur internet ?

          1. Pythagore

            Non pas trouvé sur le net.
            « 150 pages,…,ca cause un peu… » c’est pour ca que j’aurai voulu voir la réalité du contenu parce que des doc de 150 pages qui tournent autour du pot sans jamais apporter de faits réels, j’en ai déjà vu.

  13. baretous

    moi je suis interloqué par le nombre de journalistes cameramans dans les manif! par endroit plus que de manifestants gilets jaunes ou pas…une forêt de mecs casqués avec TV sur ceux ci collé avec un vague sparadrap à l’affût de la moindre broutille …

    1. Opale

      Si c’est vrai, encore une fois cela démontre l’amateurisme de l’équipe Macron. Si c’est faux, c’est un superbe faux. 😀

    2. Mildred

      Mais pour ce qui est de la conférence de presse de ce soir, pas de danger que ça dérape. Tous les journalistes invités seront là, les doigts sur la couture !

      1. WorldTour73

        Oyez, oyez ! Sa majesté va parler ce soir ! Les journalistes vont pouvoir s’en donner à cœur joie. La lèche est ouverte.

    3. sam player

      Vu, bof bof, piéger les gens au téléphone c’est d’un facile. Je ne crois pas que ça prouve quoi que ce soit concernant l’amateurisme de l’équipe, mais plutôt qu’il n’y a pas des dizaines de filtres pour atteindre le président.
      Tout au plus ça peut être drôle, mais pas de quoi se rouler par terre non plus…

      Quant à ceux qui font cela ils en tirent une gloriole facile. Et ceux qui les écoutent, j’ai l’impression qu’ils sautent sur tout ce qui peut déconsidérer la victime et ça fausse la raison première du rejet : tantôt c’est sa femme, tantôt son passé de banquier… d’autres c’était leur coiffeur, leur scooter, leurs chaussures, leurs moyens de transport…

      En résumé, on s’égare… ça fausse le message

      1. durru

        Ouaip, les relations officielles de diplomatie au très haut niveau n’ont pas de filtre. C’est nouveau ça, ça vient de sortir…
        On fausse le message ? Lequel ? Qu’on a jamais eu une telle équipe de bras cassés, et que ça va de mal en pis tous les jours ?

        1. sam player

          Décidément toujours dans le sophisme :

          Moi : « … qu’il n’y a pas des dizaines de filtres… »

          Vous : « … n’ont pas de filtre. »

          C’est récurrent chez vous.

          Ça fausse le message : en attaquant quelqu’un sur tout et n’importe quoi, on occulte la raison principale. C’est pas pour rien qu’on dit « pas le physique ni les habits »

          1. durru

            OK. Donc la Présidence française n’a strictement aucune info sur l’Ukraine, pays à l’autre bout du monde comme tout le monde le sait, qui vit encore à l’époque de la poste à cheval comme tout le monde le sais également, et donc recevoir un appel téléphonique de la part du nouveau président de ce pays perdu a dû être un évènement tellement inattendu, qu’ils ont sauté sur l’occasion par peur de ne pas la rater. Sérieux ?

            Physique ? Habits ? De quoi parle-t-on ? On parle de notre lot habituel d’incompétence crasse au plus haut niveau, voire de crétinerie pure. Si ça c’est du « n’importe quoi », j’aimerais savoir où se trouve l’essentiel…

            1. sam player

              Sophisme encore, je n’ai jamais dit ça.
              Je dis que ça ne prouve pas une quelconque incompétence, surtout s’agissant d’un nouveau président (l’autre) dont on peut considérer que quelques heures après son élection il communique comme le clampin moyen qu’il était avant son élection, c’est le cas aussi en france (cf Hollande que les journalistes appelaient directement sur son portable perso le jour de son élection et le lendemain).

              De plus je peux vous téléphoner en faisant afficher le numéro de Trump sur votre téléphone, fastoche… mais c’est un détail…

              Je ne doute pas non plus qu’à force de vivre dans un milieu hyper sécurisé, surveillé, aseptisé, on ait envie de faire le mur ou de décrocher soi même son téléphone.
              On reproche assez au(x) président(s) de ne pas vivre sur la même planète que nous.

              L’essentiel ? C’est la gestion. Que DSK se tape des putes, que Hollande aille voir sa pouffe en scoot, que Macron se tape une vieille ou qu’il se fasse piéger au téléphone … on devrait s’en taper du moment que la gestion soit saine et si elle ne l’est pas, se focaliser uniquement là dessus.

              Bien au contraire, qqun qui n’aurait aucune addiction ou défaut : alcool, tabac, femmes (vieilles ou jeunettes), drogues, porno… serait suspect amha

              1. durru

                OK. Donc les gars sont d’un professionnalisme sans faille et leurs faits et gestes de tous les jours (des conneries comme ça y compris) ne montrent en aucun cas leur incapacité à gérer quoi que ce soit.
                Je me demande bien quelles seraient les preuves d’amateurisme et d’incompétence recevables… Je crois entendre un militant LREM, carrément.
                Encore une fois, je ne vois pas qui parle ici de moeurs ou d’habits.

                1. sam player

                  Sophismes encore.
                  Et c’est pas parce que vous mettez « donc » dans une phrase que vous avez fait un raisonnement.

                  Est ce que ce piégeage est important pour la gestion de la france : non

                  Est ce que *ça* met en doute leur professionnalisme à d’autres niveaux : non, aucun rapport, au contraire

                  Peux-t-on mettre en doute leurs compétences à d’autres niveaux sur leurs fonctions : oui, et les exemples ne manquent pas, pas besoin de parler du physique ou des habits ou du piégeage

                  MDR pour moi militant de LAREM. Votre problème c’est que quand vous êtes contre qqun, vous êtes contre tout ce qu’il dit ou fait, même Lepen s’il dit que le ciel est bleu.
                  On peut ne pas aimer qqun mais lui trouver une ou deux qualités ou même être d’accord parfois avec lui.

                  Vous me faites penser aux couples qui se quittent et qui déblatèrent l’un sur l’autre comme ci tout ce qu’ils ont aimés ou vécus était bon à jeter à la poubelle.

                  Encore une fois ce sont les émotions qui vous aveuglent et vous font dire n’importe quoi.
                  Ajouté à cela un biais de sélection des infos pour confirmer votre rejet du personnage.

                  1. durru

                    « Sophismes » ? C’est puissant comme argument. S’il est répété, ça le rend encore plus puissant 🙂 Surtout vu qu’il est le seul…
                    « Au contraire » ? Rien compris.
                    LREM : Je parle strictement de cet échange. Aucun rapport.
                    « Biais de sélection des infos » ? Je suis vraiment à l’écoute pour des infos qui aillent dans l’autre sens. Vous croyez vraiment que ça me réjouit de constater chaque jour qui passe que nous sommes dirigés par des vraies brêles ?

                    1. sam player

                      Sophismes car vous démarrez votre comm’ avec des propos que je n’ai pas tenus puis vous vous attaquez à ces propos virtuels.
                      Révisez Schopenhauer.

                      Au contraire : explications qui va faire travailler un peu votre cerveau, peut-être…

                      Une RH sélectionne les candidats à un poste suivant leur CV (clarté, présentation…) et quelques mois après le responsable du service vient se plaindre des compétences du candidat complètement nul.
                      La RH ne comprend pas car son CV était super beau.
                      Conclusion : le candidat savait faire de beaux CV mais ce n’était pas le boulot demandé !
                      La beauté du CV n’est pas un critère pour un job, *au contraire* sauf pour un fabricant de CV.

                    2. Pheldge

                      Euh sam, « sophisme. nom masculin (grec sophisma) Argument qui, partant de prémisses vraies, ou jugées telles, aboutit à une conclusion absurde et difficile à réfuter. Raisonnement vicié à la base reposant sur un jeu de mots, un argument séduisant mais faux, destiné à induire l’interlocuteur en erreur. »

                      Ce dont tu parles c’est plutôt l’homme de paille, non ?

                  2. durru

                    J’essaie d’expliquer, par des hyperboles, que les « filtres » que vous évoquez ne peuvent pas ne pas exister, et ce de façon naturelle, ou alors le refus de s’en servir conduit à des situations de type Benalla (par exemple, hein). Aucun sophisme là-dedans. Même un cyborg est capable de comprendre ça. Sauf s’il a été programmé pour tout jouer sur la mauvaise foi.
                    Quel rapport avec l’exemple du CV ? De toute façon, même là, je ne vois absolument pas ce que « au contraire » vient faire dans la phrase. Voulez vous dire que pour être efficace dans son job il faut absolument avoir fourni un CV tout pourri ?
                    On parle d’actes concrets dans l’exercice de leurs fonctions. La communication entre chefs d’Etat ne rentre pas dans le domaine de la vie privée, à ce que je sache. Il s’agit de petites anecdotes, certes, mais ça ne déroge jamais à la règle du n’importe quoi systématique.

                    1. sam player

                      Justement, j’ai eu les mêmes discussions et conclusions ici sur l’affaire Benalla. Pour moi c’est de la non-information et ça distrait des vrais problèmes.

                      CV tout pourri: encore dans le sophisme, même si c’est une question (question orientée tout de même). Ce qui est drôle, c’est que c’est moi qui est souvent vu comme voulant que les choses soient noires ou blanches, ce qui n’est pas faux, mais là ce n’était pas le cas, je ne mets pas le noir et blanc à toutes les sauces.

                      Mon parallèle avec le CV c’est pour dire, comme je le dis souvent, c’est qu’on ne peut être bon partout et que je préférerais avoir un bon gestionnaire mais que malheureusement ils élisent un bon communicant (un bon fabricant de CV mais c’est pas le job).

                      Le piégeage, vous le dites vous-mêmes c’est une anecdote, et je rajoute qu’elle n’est révélatrice de rien du tout.

                      En fait, vous sautez sur tout ce qui bouge pour décrédibiliser le personnage mais vous obtenez l’effet inverse, surtout que vous mettez tellement d’énergie sur des broutilles (Benalla, ND, piégeage…) vs celle minimale (l’énergie ) sur l’économie, on en a une preuve ici….

                  3. durru

                    @Sam 14h57
                    Toujours rien compris. La question portait sur « au contraire », hein, pas sur le CV. Là, c’est vous qui appliquez le Schopenhauer à mort, clairement. Moi, je ne fais que traduire en français standard ce que vous avez écrit. Traduisez-le autrement que moi je l’ai fait, ce « au contraire », svp. Ce que vous avez écrit c’est un total non-sens, mais ça fait mal de le reconnaître.
                    Pour rappel : « La beauté du CV n’est pas un critère pour un job, *au contraire* ». Au contraire, c’est à dire que soit la beauté du CV est un critère pour ne pas avoir le job, soit le CV doit être pourri pour avoir le job. En français, en tout cas.

                    Par ailleurs, « pour moi » n’est pas un argument recevable comme preuve d’une vérité révélée 🙂
                    Et pour ne pas rester dans ce genre de sophisme, je vous pose une question simple : qu’est-ce qui est plus important, une économie qui tient la route sur le court terme, ou un Etat de droit ? Par exemple, le lien du blog de Sannat sur l’autre fil, qui met en rapport les deux sujets. Quelle est la cause et quelle est la conséquence ?

                    1. sam player

                      Piouhhhh faut vraiment tout vous expliquer, pourtant c’est super clair, surtout avec le // avec l’élection d’un bon communicant qui a de grandes chances d’être un mauvais économiste.
                      On a le résultat de ce sur quoi se font nos choix.
                      Faudrait élire un gars qui ne se fait pas piéger et mettre une équipe de sécurité et d’enquête de 150 personnes avant que le gars décroche son téléphone… MDR sur les vrais négatifs pour éviter les faux positifs, Trump ayant appelé avec le téléphone de son chalet… risk reward ratio

                      Un CV pas beau (dans sa présentation ) n’est pas un CV pourri ni dans sa forme, ni dans son fond.

                      Dans le choix que vous proposez (économie, état de droit), je ne vois pas le rapport avec le piégeage.

                      Les 2 ne sont pas exclusifs l’un de l’autre, et vu que l’état n’est en rien responsable de la bonne santé de l’économie, mais plutôt en général de sa déliquescence, l’état de droit est la seule option, l’économie suivra ou pas.

                      La seule raison d’avoir un bon économiste comme président serait qu’il sache que moins il intervient, mieux l’économie se portera.

  14. P&C

    @Albundy et Stephanedu22.

    Vous vous y connaissez en pêche ?
    N’ayant pas trouvé la date du la cher de truite de Langourla, je pense me rabattre sur un spot de pêche. En connaitriez vous des bons dans le 22 ?
    En échange, je peux vous indiquer un bon spot à Morilles en Savoie.

    1. albundy17

      Absolument pas !

      J’aurais par ailleurs tendance à pratiquer la pèche sans hameçons, pour ne pas être dérangé ^^

      Il y a juste la pêche à pieds que j’aime bien, mais c’est plus pour marcher

      1. sam player

        Pareil (jumeaux? hi hi)
        J’allais parfois à la pêche avec feu mon ex beau père car j’en profitais pour piquer un somme à l’ombre fraîche des grands arbres… je mettais un hameçon quand même sinon il s’en serait rendu compte, mais rien au bout…

        1. P&C

          Nous n’avons pas la même conception de la balade.
          Pour moi, ça doit être rentable. Par exemple, balade en foret + assez de mushrooms pour l’omelette du soir.

          1. albundy17

            « ça doit être rentable. »

            C’est un plus, mais non indispensable, remarque qu’à la pèche à pieds, vu le tarif du pétoncle…

            Il y a aussi juste après la période de frai des encornets, il crèvent et s’échouent par centaines, y’a qu’a se baisser et miam les beignets

              1. albundy17

                « Le calmar échoué, je dis méfiance. »

                Pourquoi, tu les trouves encore gigotant sur l’étal de ta poissonnière ?? ^^

  15. Le Gnôme

    Pour revenir au billet, j’ai parcouru le classement de Reporters sans frontières et j’ai été fort surpris de voir des pays d’importance mondiale dans celui-ci.

    En effet, au 26ème rang, nous trouvons le Lichtenstein dont l’importance de la presse n’a échappé à personne et au 37ème Andorre dont la chasse aux journalistes est le pain sinon quotidien, mais certainement hebdomadaire.J’ai vainement cherché le Vatican, San Marin et Monaco.

    Ce qui me fait dire que ce classement est pour le moins curieux.

    1. BDC

      Bah si on n’est pas bons, c’est à cause de la tuerie de Charlie Hebdo et des pauvres journalistes malmenés récemment par les gilets jaunes. Ab-so-lu-ment rien à voir avec un quelconque parti pris de la presse voyons !

    1. RV

      Revers dans la tronche !
      Je reçois comme tant d’autres, dans mes mails ce matin, celui de la DGFIP annonçant l’ouverture du service de messagerie pour les professionnels se terminant par:
      « Retrouvez la DGFiP sur Twitter (@dgfip_officiel) et sur Facebook : Direction générale des Finances publiques ».
      Rrrôôôhhh… Darmanin fraie avec le maaaaaal !

      1. albundy17

        Darmanin se fait quelques cheveux blanc, il y aurait 10 % des personnes salariés ayant constaté des erreurs avec le pals.

        des déclarations d’impôts à une ligne, 10 % d’erreurs !

        Imaginons les déclarations un peu plus complexes…

            1. Aristarkke

              « Un autre article indiquait 10 % ce matin, mais je ne sais plus où. »
              Peut-être dans le texte de ce même article qui annonce en titre 12% puis en entame de texte *10%* avant de reparler de 12% un peu plus loin…

  16. durru

    On discute à côté. Enfin, surtout vous. Rappel :
    sam player 25 avril 2019, 12 h 42 min
    Est ce que *ça* met en doute leur professionnalisme à d’autres niveaux : non, aucun rapport, au contraire
    durru 25 avril 2019, 12 h 47 min
    « Au contraire » ? Rien compris.
    Je ne discute pas de l’emballage, je veux juste comprendre ce que ce maudit « au contraire » veut dire pour vous, que ça soit au sujet de Macron ou du CV. Le « au contraire » seulement, pas le reste. Le reste, je comprends. Tout simplement parce que c’est compréhensible. Mais pas ça.
    [Par ailleurs, le CV peut être « pourri » seulement sur la forme (pas beau), la question subsiste]

    Quant au choix, il n’est pas en rapport avec le piégeage, mais avec votre conviction que ces histoires d’Etat de droit (Benalla, etc) soient des « broutilles » par rapport à l’économie.
    Comme si l’explosion des taxes, impôts et autres ponctions ne serait pas liée à l’incompétence plus générale de nos dirigeants, au pouvoir excessif qu’ils ont (à cause exactement du délitement de l’Etat de droit) et comme si ces mêmes décisions n’auraient pas d’impact sur l’économie. Quand c’est évident que les priorités sont dans l’autre sens. Tant qu’ils pourront faire n’importe quoi ils ne vont pas s’en priver, et l’économie en sera la première victime (parce que l’argent c’est le nerf de la guerre).

  17. plutarque

    Les journalistes couchent avec le pouvoir judéo-cosmopolite de gauche. Union consanguine qui plus est : deviennent journalistes les idiots du village (mondial), infoutus d’être reçus à Science-Po ou à l’ENA. Un comble vu la baisse effarante de niveau.

    Les journalopes ne retrouvent leur balloches qu’à l’occasion de la défense de leurs intérêts catégoriels. Vous en êtes surpris ??

  18. Audren

    Bonsoir,

    H16, hexa, vous êtes bien chaffoin quant à la personne. Je regarde l’interview de sa sortie, le mec n’est pas un salaud.
    On est en France, un doigt == 48H … putain de merde.

    C’est un minos, qui fait son job, un doigt == garde a vue de 48h … non, soyons sérieux, ce n’est pas normal.

    Cordialement,

    1. Sauf que je ne discute absolument pas de la pertinence de la sanction.

      C’est très intéressant la façon dont certains veulent absolument me faire dire des trucs que je ne dis pas. Pourtant, tout est dans le billet, tout y est clair, à la fois sur le sujet, et sur ce qui n’en fait pas partie.

      1. Audren

        Je sais, mais bon. Dans les ténèbres il est normal d’être aveugle et de questionner. Et vous laisser chacun commenter donc je le fais, de manière publique.

        Je suis un lecteur et je le resterai. Je ne vous fait pas grand grief de ces écrits, je dis juste que c’est compliqué de dire les choses car le contexte est de moins en moins précisable, palpable.

        Merci.

        1. Si vous voulez tout savoir, je pense aussi que l’arrestation est clairement disproportionnée, la GAV complètement ridicule et que les policiers sont effectivement allés trop loin. Malheureusement, ce n’est pas parce que Glanz est journaliste, mais parce que les lois sur la GAV en France sont mal faites. Or, la caste journalistique a mis en avant l’aspect journaliste, pas l’aspect « GAV mal torchée ».

          1. Audren

            Mais bon, je vous lis, day to day et, ce, depuis plusieurs années. Je ne voulais pas vous opposer à la tragédie française mais juste vous partager mon regard.

            Merci pour votre écriture, la forme, et votre lunette, le fond.

            Cordialement,
            Audren.

  19. Aristarkke

    HS : je me suis promené en Grance durant ce long week-end. Il y a encore quelques semaines, le gazole « standard » avait un prix flirtant avec celui du SPE10 et pouvait même être légèrement plus cher. Or, je n’ai vu durant mon périple que des affiches de prix avec du gazole à -8 ou -9 centimes de moins que le E10, le record étant -12. Et dans les petits coins, le gazole était stabilisé entre 1,5 et 1,6€/litre.
    N’y aurait-il pas eu quelques modifications subtiles de taxounettes depuis quelques temps???

    1. Gosseyn

      Le gazole est à 1,12 € au Luxembourg.
      C’est pourquoi, en raison de ce mankagagner, ce pays est devenu très pauvre … euh, non !

  20. albundy17

    Encore du 2P2M: A Perpignan, la mairie dont un bâtiment est occupé depuis 15 jours par des cpf (sans doute aidés par une assoce subventionnée par la même mairie ^^), ben la mairie coupe l’eau, l’elec, et demande l’intervention de fo pour les virer.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.