Grâce au glyphosate, la SNCF va nous coûter encore plus cher !

Enfin, ça y est, la lutte vient enfin de commencer contre les produits chimiques qui font du mal chimique sur l’éco-système pas chimique : alors que le mois de septembre vient à peine de débuter, on ne compte déjà plus les petits articles relayant les déboires ou les victoires de ces maires qui parviennent à interdire l’épandage de l’une ou l’autre substance salement chimique dans des buts bassement agricoles.

Et dans la confusion habituelle pesticide/herbicide qui caractérise maintenant le travail extrêmement approximatif de la presse française à ce sujet, on découvre ainsi qu’une maire a interdit l’usage des pesticides de synthèse (mais autorise les pesticides bio, comme la bouillie bordelaise par exemple, pourtant bien plus toxique), ici aussi, et ici qu’un autre maire n’est, lui, pas parvenu à interdire ces chimiqueries du diable, et qu’au final, l’État imposera des zones de « non-traitement » aux pesticides dans un article illustré avec… un herbicide.

Bref, si la situation est un peu confuse, il n’en reste pas moins que de gros efforts sont très manifestement entrepris pour bouter les produits chimiques hors du territoire, à commencer par – bien évidemment – le glyphosate qui a eu l’honneur de faire la Une de la presse : grâce aux courageux reportages pas du tout biaisés de Glucet et sa troupe d’envoyés spécieux, le Français moyen est maintenant correctement informé que cet herbicide est directement produit par une société capitaliste à base de chatons et d’enfants communistes finement broyés dans le secret d’un complot mondial visant à augmenter scandaleusement notre espérance de vie et que cette infâme substance provoque la peste, le choléra, la dysenterie et l’inévitable cancer, mais si, c’est certain, ne discutez pas.

Et cette âpre lutte contre ces produits synthétiques en provenance directe de l’enfer satanique et turbo-libéral touche maintenant tout le monde, y compris des acteurs jusque là insoupçonnés du désherbage préventif, comme la SNCF : eh oui, les lignes de chemin de fer sont parfois entretenues (le parfois est nécessaire, je vous le rappelle ici), et nécessitent en conséquence l’épandage de produits phytosanitaires dont la présence déclenche immédiatement des crises d’urticaire métaphorique sur les populations avoisinantes qui n’hésitent plus alors à lancer des collectifs et des actions en justice.

Que ces riverains, consternés qu’on puisse encore, de nos jours, griller quelques herbes folles et découper des arbres avoisinant des voies ferrées, se rassurent : la SNCF a de toute façon clairement annoncé qu’elle allait progressivement se passer complètement du glyphosate dans les prochaines années, rejoignant d’ailleurs le reste du pays qui est bien dans les starting-blocks pour interdire une fois pour toute ce produit de malheur. Normalement, d’ici 2021 – c’est Pépy qui le dit, donc c’est du solide, la société nationale devrait avoir complètement remplacé le glyphosate qu’elle n’utilisera donc plus du tout. Il faut dire que la société en consomme entre 35 et 38 tonnes par an, ce qui, sans être absolument monstrueux, reste tout de même une bonne quantité puisque cela représente 0,4% du glyphosate utilisé en France.

Remplacé par quoi, au fait ?

Eh bien ne vous inquiétez pas parce que, comme d’habitude en France concernant l’environnement en général et la SNCF en particulier, tout est prévu, tout est planifié et tout a déjà été largement étudié pour qu’aucun problème ne subsiste ahem brummm et arrêtez avec vos questions oiseuses enfin bon bref…

Oui, certes, il est vrai qu’actuellement, tous les produits qui pourraient servir d’herbicide en remplacement du glyphosate n’ont pas ses qualités et ont même plusieurs défauts qu’il n’a pas. En pratique, le glyphosate n’a pas d’équivalent aussi fiable et aussi peu toxique ni dans la panoplie des jardiniers, ni des industriels et ceux qui s’en approchent ne bénéficient pas du même retour d’expérience qu’on peut avoir avec le glyphosate.

Mais baste, peu importe, il faut bien ce qu’il faut : la France, en plus d’avoir choisi un chemin résolument décarboné, sera aussi déglyphosaté, qu’on se le dise.

Ce qui veut dire qu’en contrepartie, la SNCF devra s’adapter à la nouvelle donne. Cela se traduit donc par l’utilisation d’autres produits (qu’il faudra probablement épandre un nombre de fois supérieur au glyphosate – les riverains apprécieront peut-être moyennement, mais rappelons-leur qu’ils ont bruyamment milité contre l’horrible Glyphotruc de l’Enfer), et d’autres techniques comme des moyens mécaniques ou l’utilisation de bâches et autres films empêchant la végétation de pousser autour des voies.

Bien sûr, tout cela a un coût qui sera – oh, zut, comme c’est surprenant – bien supérieur à celui des épandages traditionnels de glyphosate : au lieu des 30 millions d’euros annuels actuellement, la facture pourrait, selon les calculs de la société nationale, atteindre 500 millions avec les moyens actuellement à disposition, peut-être 350 millions « avec des standards dégradés » (ou encore plus dégradés si on ne perd pas de vue l’état actuel du réseau). Une somme qui, on s’en doute, passera comme une lettre à la poste pour l’entreprise qui dégage régulièrement de dodus bénéfices grâce à une gestion au cordeau, une efficacité et une ponctualité hors pair…

On pourrait gentiment proposer aux riverains de ces lignes SNCF qui luttent contre le glyphosate de prendre en charge le différentiel de coût, soit directement avec l’une de ces taxes dont le pays raffole (on l’appellerait « taxe glyphofuge » par exemple), soit indirectement en leur demandant d’aller désherber les sections dont ils deviendraient responsables. Ce serait un magnifique exercice de citoyenneté bio-écologique en syntonisation avec Gaïa, au passage, dont on peut être sûr que ces mêmes riverains s’acquitteront avec enthousiasme.

En attendant qu’une solution un tantinet crédible se dégage (ce qui pourrait durer quelques années encore), on peut d’ores et déjà se rassurer en voyant que l’ensemble de l’opération a finalement très bien été planifiée, dès le départ : l’interdiction mise en place, de nombreuses solutions opérationnelles ont été proposées par toute la cohortes de politiciens, écologistes et militants de terrain qui savaient, dès le départ, comment procéder. On peut les remercier. En outre, si l’on se rappelle que ce sont ces mêmes politiciens, écologistes et militants qui sont en charge de l’actuelle transition écologique, on est encore plus confiant dans l’avenir.

Pas de doute, tout ceci va très très bien se passer.

J'accepte les BCH !

qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires198

      1. Pheldge

        Ah bin, ouf, merci Kazar, je croivais que j’y étais dedans, mais comme tu dis que c »est « vous », je respire du soulagement du juste, qu’il a failli avoir peur !
        Et ça me rassure d’autant plus, que je ne sais pas si « vous » avez vu mais il va y avoir du sport 😉
        lefigaro.fr/conjoncture/la-france-fait-la-plus-grosse-levee-de-dette-de-son-histoire-20190905

        1. durru

          « de grands investisseurs sont prêts à perdre de l’argent pour prêter à un horizon aussi lointain que 15 ans »
          Ça serait pas, par le plus pur des hasards, surtout un truc en trois lettres ?

        2. Pythagore

          Oui moi aussi j’aurai bien emprunté un ou 2 milliards à taux négatifs. Non en fait un me suffit. J’ai tjs remboursé mes dettes, j’ai un rating AAA+ et après avoir reçu les fonds une bonne trésorerie de 1.000.000.001 EUR. Où dois-je m’adresser ?

    1. Aristarkke

      Vu sur Twitter une vidéo où un désherbage thermique d’herbes folles met le feu au bitume du trottoir…
      On sent l’affaire qui roule…

      1. WorldTour73

        Le jardinier de ma préfecture galère avec son petit lance flamme pour enlever quelques mauvaises herbes alors je n’imagine mm pas le temps qu’il faudra et les moyens pour cramer toutes les herbes à coté des rails ^^

        1. bob razovski

          J’ai tenté l’aventure du désherbage thermique… Rohhh l’escroquerie.

          J’ai passé un petit carré de jardin au machin à gaz. A raison d’une trentaine de secondes par mauvaise herbe, j’y ai passé une plombe et résultat un mois plus tard, c’est comme si rien ne s’était passé. Toutes les saloperies sont revenues.
          Même chose avec un machin méchant utilisé par un voisin agriculteur (un truc à utiliser avec des gants). Dilué à l’eau, un pshitt par mauvaise herbe, affaire pliée en 5 minutes: en 5 jours, tout est canné ! Et rien n’a repoussé depuis

                1. Philippe FURST

                  En 5 jours c’est possible avec du glyphosate combiné à une autre molécule pour l’effet « rapide ».
                  Cela laisse tout de même le temps au glyphosate de se propager dans les parties souterraines.
                  En tous cas l’article est excellent et devrait faire réfléchir ceux qui ont une cervelle, donc ni les politiciens ni les écolos endoctrinés.

  1. Aristarkke

    Par ailleurs, j’ai pu constater que les herbicides de substitution au glyphosate sont moins performants et coûtent encore plus bonbon.
    À lire d’autres articles sur ce sujet sur le Web, la déconvenue est générale.

    1. astazou

      Cette hystérie anti-glyphosate pourrait-elle être une opération sous false flag de Bayer-Monsanto ?
      J’ai lu quelque part que le brevet du glyphosate était sur le point de tomber dans le domaine public et donc de pouvoir être produit en masse et à bas coût.

      Une belle interdiction générale assortie de la commercialisation d’un produit de remplacement autorisé, plus cher et moins efficace, dont il faudra épandre de plus grandes quantités… Le rêve pour Bayer-Monsanto … et pour Bercy via la TVA.

      Je veux bien être taxé de complotisme, mais la coïncidence est troublante.

      1. kelevra

        le brevet du glypho est dans le domaine public depuis 2000, le plus gros producteur en france est solabiol un fabricant de produit pour l agriculture bio

        1. douar

          Fabricant?
          ça m’étonnerait.
          C’est un produit générique désormais et est fabriqué principalement en Chine.
          Solabiol vend des produit « naturels » d’une efficacité relative, genre basé sur de l’acide pélargonique, caprylique …

            1. Al Bundy

              Ma louche est tout de même moins généreuse, et je n’ai pas vérifié la date de 2000, pourrait il être possible d’être finalement créditeur ?

        1. MCA

          Il y a un moment ou il faut arrêter de discutailler et s’adresser au bon endroit :

          Vous voulez du glyphosate :

          C’est là :

          https:/ /fr.aliexpress.com/item/4000132757216.html?spm=a2g0o.productlist.0.0.740f64e6f3HQjX&s=p&algo_pvid=6e9a07aa-8cfe-46d0-86dc-622554ef59ad&algo_expid=6e9a07aa-8cfe-46d0-86dc-622554ef59ad-0&btsid=68626377-d438-435c-a017-ef4f4b2bd066&ws_ab_test=searchweb0_0,searchweb201602_5,searchweb201603_60

          Vous voulez du chlorate de sodium, c’est là :

          https:/ /www.alibaba.com/product-detail/New-design-high-purity-manufacture-of_60781422156.html?spm=a2700.7724838.2017115.252.42ea4babZWesc6

          1. taisson

            Sauf que:
            1/ la mention non livrable en France apparait le plus souvent sur ces articles…Curieusement ce n’est pas systématique !

            2/ la douane Française regarde ce qui lui paraît suspect, et dans le cas de dangereux criminels important en douce 500g de glyphosate par la poste, toutes les rigueurs de la « justice » seront mises en œuvre !!
            C’est tout de même bien plus facile et moins dangereux que de contrôler les coffres de voitures des barbus qui ramènent des kalashs en passant par l’Allemagne ou la Belgique…

            Et comme j’achète de temps en temps sur aliexpress, je commence à connaître les étiquettes…Les Chinois doivent renseigner une étiquette postale complète pour leur propre poste, et en la lisant, même un douanier Français sait à peu près ce qu’il y à dans le paquet !

            La tolérance est pour le moment assez large, mais peut s’arrêter d’un coup.
            Par exemple, ne jamais choisir un transitaire comme DHL ou UPS quand l’option vous est proposée, par ce que la, tout est déclaré, et gare aux articles interdits, et pour les autres, les droit de douanes coutent plus cher que l’article commandé !!

            Il n’est pas si facile de contourner les vraies interdictions…Au moins pour les gens ordinaires.

            1. Al Bundy

              Le minimum de 100 kgs de chlorate de soude par commande ne freine pas tout le monde, pratique pour le jardin, celui des voisin, de ses enfants, petits enfants, arrières petits enfants, arrières arrières petits enfants, etc…

              MCA est surtout troublé par Maurice

              1. MCA

                Maurice a gagné la bataille… LOL

                Il pourra continuer à chanter, d’ailleurs depuis le temps que j’y pense, il va bien falloir que je lui rende visite car il réside à 800m de chez moi.

                100 kg de chlorate ça se revend sans pb, je connais mm un AL’ qui est prêt à en prendre une dizaine, d’autant qu’il n’est pas cher.
                Tu vois, c’est pas compliqué la vie.

            1. durru

              Voilà la solution !
              Les agriculteurs français vont s’ouvrir des filiales chez nos voisins pollueurs et tueurs de chatons mignons à coups de glyphosate et autres CO2 des centrales à charbon.
              Elle est pas belle la vie en UE solidaire ?

              1. Pythagore

                Si si 🙂 par contre ils ne livrent que D, A, P, B, I et E. France exclue.
                Ca existe aussi en homéopathie…..
                https:/ /www.ebay.de/itm/254124341558#shpCntId

      2. Seb

        Erreur
        Le glyphosate n est plus sous licence de Monsanto depuis plus de 10ans
        90 % du glyphosate est vendu par d autre société
        Seul le round UP est
        de Monsanto

    2. Gosseyn

      Il semblerait que ce soit le fond du problème : Le glyphosate est trop performant et trop économique pour convenir aux sociétés qui ont des substituts bien plus coûteux à placer et qui disposent également de relais médiatiques tels qu’il n’y a même pas besoin de les soudoyer !

      Il est d’ailleurs dommage de ne citer que les clameurs subséquentes à ce pilonnage des consciences dans cet article. Je croyais pourtant qu’il fallait dénoncer ce mal qu’est le capitalisme de connivence…

      1. Chevalier

        Non il n’y a rien d’équivalent pour remplacer le glypho. Pas de complot là dedans, il n’y a qu’en Europe et surtout en France qu’on est proche de l’interdiction. Monsanto n’a aucun intérêt à l’arrêt du glypho car elle vend surtout des semences OGM « roundup ready » cad tolérante à cet herbicide ce qui simplifie grandement le désherbage et son coût. Les industriels sortent de moins en moins de nouvelles molécules lesquelles ont souvent un mode d’action déjà existant. Pourtant il y a de quoi faire car il y a des résistances à certains herbicide qui apparaissent, comme au roundup (surtout là où sont les OGM ce qui a poussé à une sélection involontaire) ou aux inhibiteurs d ALS très utilisés car jusqu’alors très efficaces (mais sélectifs, plus chers, plus toxiques et souvent persistant contrairement au glypho).

        Sur OGM la solution est de nouvelles variétés multitolérantes aux herbicides. Monsanto vend ainsi des variétés sur lesquelles sont homologués son produit « Enlist Duo » à base des très fameux glyphosate et 2,4D, qui ont deux modes d’action différents et dont les adventices risquent ainsi moins de résister.

        Sinon il y a la recherche de nouveaux produits mais peu de réelles nouveautés (souvent des reformulations, moins des nouvelles molécules, et très rarement de nouveaux modes d’action), avec le risque législatif derrière vu que sans parler du glypho des molécules sont interdites chaque année, en France en tous cas.

        1. BIP

          Je crois qu’il existe en labo des alternatives au guiliguilifosate. Des peptides conçus sur mesure (assemblages d’acides aminés) absorbés par une plante à détruire peuvent faire un beau travail. On entre dans les herbicides bio spécifiques (tant qu’à faire vendons du bio). C’est peut-être plus couteux, je n’en sais rien. Mais cela relègue tous ces bavardages autour de ce produit au niveau de ce que l’on entend « Au Balto ». Allez Marcel tournée générale !

          1. Chevalier

            Ces recherches sont intéressantes et je leur souhaite un avenir prometteur mais leur résultat ne sera probablement pas comparable au glyphosate qui pour rappel est dit « total »: il flingue tout ( et contrairement au chalumeau, vinaigre, acide pelargonique etc. est systémique: la plante est détruite jusqu’à la racine, seules les plus solides vivaces comme les rumex et chardons s’en remettent mais partiellement et au bout de plusieurs mois voir un an).

            Si on veut un roundup à partir de peptides il va en falloir des dizaines… Et encore il y a des adventices qu’on ignore désormais car trop sensibles aux désherbants actuels mais si on arrête…

            Un dernier mot pour dire que je ne crois pas à une connivence industriels/état: le glyphosate est le pesticide le plus connu du grand public, il est universel quasiment tous les agriculteurs en utilisent, c’est pour ça que les ecolos se concentrent dessus plutôt que sur une obscure molécule qui ne serait appliquée que ci et là. Le glyphosate c’est le premier domino :une fois qu’il tombe il entraînera tous les pesticides avec lui car les ecolos auront l’argument « on a interdit le glypho alors que telle molécule inconnue du grand public est plus toxique donc interdisons là aussi » du reste on commence déjà à lire ce genre d’argument… Le glyphosate ayant justement la réputation d’être peu toxique comparé à bien d’autres produits

    3. Al Bundy

      Ari, je vois que tes herbes folles te rendent marteau, si le sel ne te convient pas, tu peux aussi fabriquer ton chlorate de soude, celui ci te procurant 1 an de tranquillité, il suffit d’évaporer de l’eau de javel, ça pue et faut faire gaffe vers la fin de l’évaporation que ça prenne pas feu, c’est tout

      1. Higgins

        Du coup, avec la végétation abondante et gaiatesque, certaines de nos villes ont des airs de tiers-monde affirmés (en clair, elles sont dégueulasses).

          1. taisson

            C’est juste par souci d’adapter le décor aux nouvelles populations…
            Déjà qu’il y a parmi eux de nombreux « déséquilibrés », inutile de leur faire subir un trop fort dépaysement .

          2. Dr Slump

            En France on parlait de quart-monde, expression née dans les années 60 dans le bidonville qui existait alors à Noisy-le-Grand.
            Maintenant le tiers-monde va désigner ceux qui sont à l’abri du besoin… brace yourself, recession is coming!

  2. Aristarkke

    Probablement que le désherbage par glyphosate de ses voies ferrées ne doit concerner qu’une modeste partie du domaine de la Sncf. Ce produit se dilue fortement dans l’eau mais l’ensemble paraît néanmoins faible pour traiter les superficies possédées.

  3. douar

    J’avais proposé à la mairie de ma commune d’organiser des ateliers – obligatoires- de désherbage manuel pour nos chers têtes blondes, armées d’outils adéquats afin de nettoyer les trottoirs et autres lieux publics et ceci, sous la surveillance des enseignants.
    Je n’ai pas eu de réponse.

      1. Aristarkke

        On n’arrive déjà pas à ce qu’ils assurent les récoltes et gens anges, même habitant dans les zones productrices…
        Alors, les herbes folles…

          1. Pheldge

            t’as raison, on commence comme ça à leur faire arracher des herbes et tu te retrouves avec des qui font de la plomberie gratos, ça va pas ça !

              1. Al Bundy

                Quand je suis arrivé sur la région, j’avais fait refaire le jardin (avec des tuyaux arrosage dedans la terre façon versaille qui arrose tout ^^) par une petite boite juste crée, 2 patrons, David et Jonathan (je jure que c’est pas des conneries), z’ont bien bossé, l’arrosage automatique fonctionne toujours.

                Par contre je crois qu’ils se sont séparés, pas entendu de nouvelle chanson ?

    1. Le Gnôme

      Les chères têtes blondes ramassaient bien les doryphores dans les champs pendant l’occupation, voilà de l’écologie appliquée puisque le ministre de l’éducation veut verdir les cours.

    2. pabizou

      Normal, tu aurais du ajouter sans aucun smart ou telephone pour travailler en musique,histoire qu’ils s’habituent à l’avenir radieux que les kmers verts leur prépare

    3. glot

      C’est une honte, de voir pousser des herbages sauvages à tous les coins de rue, sous pretexte que les administrations des communes, par souci écolo,s’interdisent les desherbants et que les employés communaux rechignent gravement à desherber à la main.
      Les photos de nos rues commencent à ressembler à celles de l’Allemagne de l’est ou de la Pologne sous le joug communiste des années 70. Morbide.

        1. douar

          Et des travaux de réfection de voiries plus fréquentes.
          Quand on voit le budget de la voirie dans le budget d’une commune, on la sent bien l’économie…

          1. Flaghenheimer

            Je ne crois vraiment pas que les mauvaises herbes amènent à faire refaire les trottoirs. Plutôt la mise à jour des nombreux réseaux.

            1. Calvin

              Non.
              Ce sont réellement les mauvaises herbes qui cassent le plus les trottoirs, voiries, etc…
              Autant un gros pépin, accident, travaux de voirie et réseau, sera réparé (quand la mairie s’en occupe…), autant le travail de sape des végétaux est insidieux. Il ne se voit pas, souvent trop tard.
              Cela crée autour des racines des mini-réseaux qui laissent passer de l’eau, le gel, etc…
              Laissez une ville à l’abandon, sans voiture ni habitant, c’est une jungle en quelques années (si le climat le permet).

                1. Calvin

                  Paris…
                  Il y a quelques mois, ai failli me faire percuter par un vélo à contresens sur un passage piéton, et vu deux vélos percuter des trottinettes…
                  Evidemment, Paris est assez urbanisé pour ne pas se transformer en jungle, vu le nombre de voitures, d’habitants et de rats…
                  J’ai vu, à Marseille, des secteurs où des travaux étaient suspendus (grande tradition phocéenne), et quelques mois après, la zone était littéralement colonisée d’espaces végétales en tout genre (ce n’était pas grave, tout devait être rasé et reconstruit).
                  Après, Flag, sans vouloir être désobligeant, dans le fil, nulle part on ne parle (que) de Paris. On parle de communes sans les nommer.

                  Ca fait longtemps que vous n’êtes pas sorti de Paris, pas vrai ?

          2. astazou

            Bah non, on économise aussi sur l’entretien de la voirie.
            Il faut préparer les déplacements « doux » par traction animale ou avec ses pieds que nous préparent l’excellent Monsieur Cochet et ses sbires

            Trouvé dans le post de Phledge 5 septembre 2019, 13 h 30 min dans
            Méchant Facebook qui ne censure pas que le Camp du Mal !

            lepoint.fr/societe/apres-l-effondrement-quand-la-sncf-demande-conseil-aux-collapsologues-04-09-2019-2333671_23.php

            1. Theo31

              En Roumanie communiste pour économiser l’essence, il fut décidé de remettre à l’honneur le cheval et la cariole.

              Avec Macrocescu et sa fine équipe de baltringues, il sera possible de faire bien mieux.

              1. durru

                Déjà qu’il fallait attendre au moins deux ans pour avoir sa Dacia qui coûtait comme une maison, alors vous pensez bien que les paysans n’ont attendu aucune directive. Ils ne se sont jamais séparés de leurs bêtes, et c’est toujours le cas dans les coins les plus pauvres… Darwin toujours.

                    1. Al Bundy

                      A l’époque la rumeur voulait qu’un paquet de paysans s’étaient séparé de leur vieux chevaux devant l’offre d’achat

                    2. durru

                      Ce que j’avais entendu était différent, mais tout est possible…
                      A la base, la partie roumaine vendait de la viande de cheval en bonne et due forme. C’est l’importateur français qui s’est mis à changer les étiquettes. Mais peut-être qu’à côté il y a eu aussi des affaires plus louches, ça m’étonnerait guère.

                    3. Pheldge

                      c’est encore la faute au libéralisme, néo turbo, transworld, Northern, Eastern, Western pis Pan American … 😉

        2. Foxer

          Non on est très moins de faire des économies. Entre le temps passé au désherbage manuel qui n’est pas efficace et les dégradations des routes et trottoirs qui n’appraissies pas l’infiltration d’eau et le soulèvement par les racines. Par ailleurs les herbes encaissent les grilles et les avaloirs qui engendre des obligations de nettoyage fréquent pour éviter que ces derniers ne soient plus efficace…

      1. theo31

        Grâce à la mairie de Toulouse, hier soir, j’ai pu écraser un rat avec mon VTT (il a quand même survécu). Comme il a été décidé des économies sur la collecte des ordures, aucun risque de pénurie de ces bestioles à prévoir. En revanche, la chasse aux putes et aux fumeurs de shit bat son plein : l’hygiène et la propreté des rues ne sont donc pas une priorité du maire.

        CVEF.

  4. kelevra

    des etudes recentes en labo aux etats unis ont montre que le glyphosate est un puissant anti cancereux, ciblant parfaitement les celluces cancereuses et ne s attaquant pas aux cellules saines .

    1. pabizou

      J’ai en effet lu un article à ce sujet, mais il me semble me souvenir que ce n’était pas encore totalement validé c’est sans doute pour ça que je n’ai pas enregistré la source

  5. Flo

    Dans ma commune du nord de l’Essonne la mairie a carrément opté pour…ne plus rien faire.
    Les trottoirs et bords de rues se transforment peu à peu en jungle.
    Un ami qui s’occupe des installations sportives me disait : « avec les produits qu’on doit maintenant utiliser sur le terrain de foot, les corbeaux viennent picorer en se foutant de nous pendant qu’on les repend! ».
    Comme pour Douar un peu plus haut les appels à la mairie à agir quitte à passer à l’huile de coude restent lettre morte.

  6. Val

    Petite anecdote : en vacances, en balade sur le bord d’un canal, nous voyons à l’écluse une personne en train de griller avec application des herbes folles avec un chalumeau. Devant nos airs interrogatifs il nous dit affligé : »eh bien oui on fait comme ça maintenant, écologie et tout ça » « et le pire c’est que je vais revenir dans 15 jours car il y en aura autant » . C’était déjà pas mal comme histoire mais bon on est jamais déçu dans la vie :le temps passe et cette année ma belle soeur me dit : je vais acheter un chalumeau pour les mauvaises herbes de ma terrasse. Je ne sais pas pour vous mais chaque jour apporte son lot de délire collectif, source de poilade quotidienne mais bon la fin est proche.

    1. atmugh

      Rien que le week-end dernier, ça sentait bon le roussi dans le jardin. A l’examen, c’était le voisin grillant les mauvaises herbes. Un peu plus tard ça n’a pas raté: gros dégagement de fumée au niveau de leur tas de compost (il n’a plus plu sérieusement depuis une éternité), et ensuite les courses avec seaux d’eau ont été très ébaudissantes. Je précise: ils sont arrivés à éteindre leur tas, et aucun chaton n’a été maltraité 😉

    2. Before

      Dans le sud, les trains foutent déjà le feu en roulant (freins coincés, étincelles, plusieurs départs de feu le long du trajet…) le chalumeau serait un complément intéressant !
      Et puis dans les Bouches-du-Rhône, et je suppose dans pas mal d’autre départements, tout brûlage est interdit, pas seulement dans les mois secs, mais tout au long de l’année, pour lutter contre les émissions de CO2… (prendre sa camionnette et faire 20 aller-retour à la déchetterie pour déposer les herbes et broussailles coupées, ça, on peut, ça pollue pas).
      Mais bon, on n’est plus à une contradiction près…

      1. Cathy Mainguy

        Il y a de l’herbe en tant de sécheresse?
        Et pour ceux qui disent qu’il faut repasser tous les 15jours oui c’est vrai c’est mieux d’arracher les racines… C’est comme le rasage ou l’épilation…
        Mais la vie est un éternel recommencement. Tous les jours on mange, on nettoie et le lendemain on recommence et personne dit rien…

        1. Pythagore

          Pas faux, toutefois une journée ne dure que 24h. Il fut un tps où l’état n’écrasait pas les citoyens de prélèvements obligatoires, alors les gens pouvaient se payer un jardinier.
          Si l’état me donne un employé en échange de toutes les taxes que je paye, je suis prêt à me passer du glyphosate.

          1. Pheldge

            honte à toi Pythagore ! repens-toi et accepte le juste châtiment, qui est trop doux , en regard de tes crimes : colon, esclavagiste et pollueur, vil exploiteur, profiteur, de notre Sainte Mère la Terre, tu mériterais mille morts !

        2. Al Bundy

          « Tous les jours on mange, on nettoie et le lendemain on recommence et personne dit rien… »

          Ces taches ne sont pas bien importantes, les femmes parviennent à le faire à peu près correctement, ce qui risque de pâtir si elles doivent désherber les voies ferrées en sus !

    3. Dr Slump

      « la fin est proche »
      Ouaip! L’usine à gaz subit des tremblements grandissants, pour le moment on n’entend pas trop couiner ni grincer, mais la pression monte, j’attends les premières fuites explosives avec intérêt.
      Je suis prêt: popcorn, bière, et bitcoins. Le spectacle s’intitule « foutaises, foutages et effondrement »

  7. Passim

    Je n’encourage pas les perticideurs genre SNCF. Je fais comme Greta, je prends un autre moyen de transport, ma voiture…
    Ah ! euh… non ?

    1. Aristarkke

      Greta, c’est comme Martine, il lui arrive de prendre l’avion.
      Curieusement, les caméras se font toutes porter pâles à ce moment précis !

  8. Daniel

    Les mauvaises herbes endommagent les chaussées assez rapidement (expérience personnelle, espace goudronné dans ma propriété), mais elles ne sont pas seules sur un pont autoroutier du voisinage se sont des plantes arbustives qui poussent !

  9. Pythagore

    Une fois de plus l’état va détruire un secteur d’activité aux nom d’une idéologie et bientôt il nous restera plus que l’importation. Nos agriculteurs ne seront plus et on ne pourra plus bouffer mais les sols seront propres…..

  10. Rick Enbacker

    Feuilles mortes, dilatation des voies, mauvaises herbes, ça leur fera une excuse supplémentaire pour les retards et les annulations.
    De toute façon, là où la SNCF passe l’herbe ne repousse plus…

      1. Pheldge

        à voir la mine réjouie et les hurlements des femmes qui le pratiquent, on ne peut pas dire que « là où il y a du Shane, il n’y a pas de plaisir … »

        Faudrait qu’on se cotise pour envoyer Mmes Val et BDC en mission d’évaluation 😉

  11. Theo31

    Faudrait distribuer des cartes de la Cotorep aux riverains. On me dit que c’est déjà fait mais ça a été rebaptisé carte d’électeur.

    1. Calvin

      Il y a plus simple.
      Dans l’affaire des zones de non traitement à 150m (les arrêtés des maires « frondeurs anti-pesticdes*) », on calcule la superficie perdue par l’agriculteur (pour info, ce sera, vu la taille des parcelles, assez petites en France en zone péri-urbaines) entre 5% et 15%. Il est facile de calculer la perte de revenu des agriculteurs, c’est à dire le montant que chaque année, le riverain doit leur payer au titre des externalités négatives.

      * ; de synthèses ; les pesticides bio souvent pire en terme de santé publique sont autorisés. D’ailleurs, respecteront-ils, les épandeurs bio, la zone légale de non traitement qui est de 10 m (et jamais en cas de vent > 20km/h) ?

  12. Nemrod

    Par chez moi tout un tas d’hurluberlus…cad hélas la majorité de la population(finalement l’éducation nationale a bien réussit à fabriquer des crétins) , y va chacun de sa bonne recette pour tuer les herbes folles.
    Du sel, du bicarbonate, du vinaigre, de l’antigel (!) de çi de ça, des mélanges…
    Je pose invariablement la question de savoir s’ils ont la moindre idée de l’impact de leurs mixtures sur le milieu vu qu’ils ont l’air certain que le glypho c’est mauvais…
    à ceux qu’ont l’oeil moins torve…évidemment.

    Pas de réponse ou un vague… »ben c’est naturel ».
    Comme l’arsenic; l’amanite phalloïde le Datura ou la digitale quoi …

    CPEF…oui Ari…

    1. Val

      @nemrod oui même constat (c’est pas mal comme mot « constat » : statut des con statistique sur la connerie ,quelle belle langue que la nôtre)

      1. Aristarkke

        J’ai pu resservir cette semaine ton argument sur la pénurie de lait de vache résultant de l’arrêt de l’abattage des veaux à une jeune grand mère qui cherchait à m’encarter chez les vegans…
        Assister à de l’apparition d’une profonde consternation est un moment rare…

        1. Lorelei

          J’ai pas suivi la discussion des veaux et des vaches. De quoi s’agit-il?
          Mais j’avoue que le regard de certains convaincus d’écologie quand on leur oppose des arguments, vaut son pesant de cacahuètes.

          1. Nemrod

            La vache étant un mammifère, elle ne produit du lait que pour élever son petit, raison pour laquelle il faut régulièrement un veau.
            A ce stade devant le faciès surpris de la dame ( en général ces engeances sont des genre 1) tu lui demande combien elle produit de lait en ce moment…pour qu’elle comprenne.

            Et que fait t’on du veau si on le bouffe pas ?

            1. Lorelei

              La plupart des gens ignorent qu’un(e) mammifère ne produit du lait que lorsqu’elle a un petit.
              C’est sûr que la dame doit avoir un mouvement de recul ^^

              1. Nemrod

                La plupart des gens n’entend à peu près rien à la biologie, les moeurs des animaux et ne parlons pas de l’élevage…ce qui ne les empêchent pas d’avoir des certitudes.
                Quand j’entend des CSP+ plus je cotoie discutailler de tout ça…je rigole…jaune des fois.
                Leur connaissance des animaux et en particulier sauvages= Disney.
                Point.

              2. baretous

                «  »La plupart des gens ignorent qu’un(e) mammifère ne produit du lait que lorsqu’elle a un petit. » » »

                Tout à fait.il m’est arrivé de vendre des chevrettes à des gens lesquelles m’ont demandé à quel age elles allaient faire du lait. « ah mais elles ne vont pas faire de lait! » comment ça elles ne vont pas faire de lait ?….ben madame comment vous dire ( devant le mari) pour avoir du lait il faut que la chevrette fasse zizi pan pan!….le mari à côté gêné ….ben oui monique voyons! forcément……. ( je précise que la monique avait des enfants )… :))

                1. Val

                  @baretous et nemrod on comprend mieux pourquoi les agriculteurs ne sont pas près de sortir le c*l des ronces avec de genre de supporters à Bruxelles

                1. Pheldge

                  non, faut pas sortir, ô abominable Gnôme, y’a pire, et je te le prouve : y’a aussi le lait de tôles. Oui, tout le monde le sait, les tôles ont du lait ! 😉

    2. Aristarkke

      Je m’étonne tous les jours que ce pays tienne encore (à peu prés) debout, alors que tant d’autres seraient déjà au 36me dessous…
      L’exception grançaise, probablement.
      Mais je ne doute pas que l’effondrement ne vienne quand même. :cry :

      1. Nemrod

        Y a une grosse inertie.

        Jusqu’à…à peu près maintenant, les gens qui se coltinent le réel laissaient élucubrer toute cette bande de cons en se disant : « cause toujours ».

        On arrive de nos jours au moment ou
        – les gens utiles se découragent
        – sont trop entravés par les règlements imbéciles
        – ne supportent plus d’être en dehors du politiquement correct.

        Donc CPEF.

        1. Pythagore

          +1
          La grève reloaded, il y a encore des gens sensés pour faire avancer le schmilblik malgré ttes les contraintes et qui veulent empêcher la déchéance de ttes leurs forces.
          40 ans pour arriver à la moitié du bouquin. Encore 40 ans ?

      2. Al Bundy

        « L’exception grançaise, probablement. »

        Cela oui, nous avons une exception, réussir a encore respirer malgré les boulets de 1000 tonnes cerclés à la naissance, y’en a des qui arrivent à monter des entreprises tout de même !

      3. MCA

        @Aristarkke 6 septembre 2019, 13 h 54 min

        Ca durera tant qu’il y aura des classes moyennes à plumer, ensuite … je demande à voir, ça risque d’être un moment intéressant à vivre.

    3. Theo31

      Naturel comme l’acide sulfurique, l’uranium radioactif ou la fusion thermonucléaire.

      Quand les guignols du Chsct nous sortent qu’il ne faut pas mélanger deux produits chimiques, suffit de leur demander la formule chimique de l’eau pour qu’il y ait une etincelle au milieu des araignées du plafond.

      Ça devient dur de vivre au milieu de tous ces cons.

      1. Calvin

        Juste pour info, le pétrole… c’est naturel.
        Fabriqué par la nature, il y a des millions d’années, à partir de végétaux en décomposition, sans que Niculot (l’écolo néandertalien de l’époque, pas encore né, donc) ne fasse quoi que ce soit.

        A l’école, j’ai affiché la composition chimique d’une pomme et d’une fraise (bios). Mes collègues ont bugués en voyant la liste compliquée de termes barbares et monsataniques pour eux.

  13. durru

    HS. Quoique… PTDR :
    https: / /www.theepochtimes.com/swedish-researcher-pushes-human-flesh-eating-as-answer-to-future-climate-change-food-shortages_3068833.html

  14. jl

    Bonjour.
    Un membre de ma famille travaille dans une société qui fabrique des modules électronique situés sur les voies pour transmission des signaux.
    Un instruit de la SNCF avait soi disant trouvé le produit miracle BIO a pas cher et résultat après épandage sur les voies , attaquant la résine des modules ,ceux ci finirent HS !!!.
    Facture de l opération : remplacement de tout les modules .

    1. Lorelei

      Il n’y a qu’une « impression » de mauvais entretien, dit l’élue toulousaine.
      Vue la hauteur des herbes, on peut se poser des questions.
      En fait, c’est: désherbez vous-même vos tombes!

  15. Chlamy50

    Le problème c’est quand on mélange le glyphosate au monoxyde d’hydrogène. Ce dernier, en cas d’inhalation, peut provoquer une insuffisance respiratoire pouvant mener à la mort. De même, ce monoxyde d’hydrogène est le principal élément causant l’érosion des sols, ou est encore l’élément dominant de pluies acides. Oui au glyphosate, halte au monoxyde d’hydrogène!

  16. Murps

    « HO – » c’est plutôt l’ion hydroxyde donc responsable de la basicité d’une solution. C’est l’H3O+ qui est acide.
    Vous ne vous mélangeriez pas plutôt les pinceaux avec le « dihydroxyde d’oxygène », utilisé par l’industrie chimique et nucléaire, présent dans les aliments pour bébé et responsable de millions de morts chaque année ?

    1. Calvin

      Allez, on va tous les faire, ces composés dangereux :
      – monoxyde de dihydrogène,
      – hydroxyde d’hydrogène,
      – acide hydroxyque,
      – hydrogénol,
      – hydroxyde d’hydrogènium.

      1. Dr Slump

        Sans oublier:

        – sulfure de macronium
        – chlorure de melanchonite
        – magnétite de bruxellose
        – nitrosocialobenzène

        – hydroalcoolodéficit… ah, non, pardon, pas ce dernier, celui-là ne concerne que les individus en déficit d’alcool en période de weekend!

  17. Pythagore

    Moi qui adore communier avec la nature et y disperser mes fluides en tte simplicité, je voulais savoir si l’urine à un effet désherbant. Parce que, bon si je peux aider.
    A Marseille j’en ai souvent vu, en pleine ville, en train de désherber.

    1. Chlamy50

      Il faut la diluer pour être efficace (1/10)…..c’est pour cela que les désherbeurs ingurgitent de grandes quantités de liquide avant….

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.