Méditation, yoga, « extinction rebellion » et on va tout péter

Il fait trop chaud, trop froid, trop humide ou trop sec. Il faut donc absolument agir, intervenir, engager des opérations, faire des trucs, passer à l’action, d’autant plus qu’il n’y a ni doute sur la cause de ces vrais problèmes, ni la moindre incertitude sur les solutions à proposer.

Dès lors, de Sydney à Londres en passant par Le Cap, des militants écologistes ont débuté depuis lundi deux semaines d’ « actions coups de poing » dans le monde, avec envahissement et occupation sauvage de plusieurs centres urbains (dont Paris, Londres, Washington et Berlin). Lancé dans cette semaine d’action qui consiste à tout bloquer (un peu comme s’il avait proposé une course de fond de l’immobilisme), le mouvement Extinction Rebellion entend faire parler de lui (l’extinction n’est pas celle de voix), quitte à bloquer la place du Châtelet et un pont de la Seine à Paris.

Et voilà nos petits militants qui installent leurs tentes éco-conscientes en chanvre tressé au milieu de la place, et, entre une séance de méditation collective et une formation à l’acrobatie yoga (véridique – cf tract ci-contre), qui se proposent de refaire le monde, à coups de poing (comme les actions) s’il le faut, le tout dans la non-violence, cela va de soi.

En France, les choses avaient d’ailleurs commencé par l’occupation ce week-end d’un centre commercial du treizième arrondissement de Paris, occupation qui s’était faite dans le même calme, la même pondération et la même non-violence qu’on voit d’habitude déployée par certains groupes gauchistes en mal d’adrénaline. Ceux qui, à cette occasion, auront vu leur stand détruit se réjouiront de savoir qu’heureusement, tout ceci est pour une bonne cause et que cette vigoureuse non-violence va aider à sauver la planète contre le Chat Spatial Géant Rose.

Si ces préludes et la pousse subite de tentes ridicules au milieu d’une place de la capitale vous rappellent 2016 et ses petits moments pouilleux aux odeurs de foin humide où Nuit De Boue avait tenté l’incruste place de la République à Paris, c’est normal : ce sont, peu ou prou, les mêmes populations qui ont été recyclées pour ce nouveau mouvement « spontané », à savoir des jeunes et moins jeunes tendrement collectivistes, toujours délicieusement attachés à un égalitarisme forcené voire total et toujours ultra-favorables à l’action de l’État pour aller obliger les autres (les riches, les pas écolos, les méchants) à se plier à leur vision du monde. État contre lequel, ironie du sort, ils pleureront des rivières de sel lorsqu’il agira effectivement pour les déloger enfin lorsque l’impact économique, intellectuel et sanitaire de leur occupation sera devenu trop important.

En attendant, comme pour les événements gluants de l’époque, des CRS ont été éparpillés autour des importuns, histoire de s’assurer que la non-violence ne déborde pas trop mais tout le monde comprend que le pouvoir politique, en réalité tendrement acquis aux causes mortifères défendues par les hypocondriaques du climat, n’a pas envie de bouger le moindre petit doigt.

Et alors qu’une telle occupation par des Gilets jaunes aurait inévitablement provoqué la nervosité de nos gouvernants, le montage sauvage de tentes (produites de façon écoresponsable par le grand capitalisme) ou la mise en place de plateformes sonores (alimentées par des groupes diesel bio-syntonisés, au passage) laisse les autorités de marbre.

L’usage du gaz, des grenades et des lances à eau semble largement limité aux individus de la classe moyenne qui réclament moins de taxes. Ce n’est jamais ni pour les babosses pleins de poux, bien trop insolvables, ni pour les bobos enfiévrés arborant Che Guevara sur des t-shirts trop larges dont les connexions avec les instances républicaines sont trop nombreuses, que ce soit au travers des classes jacassantes, ou parce qu’il s’agit, finalement, de la fière progéniture de nos élites aux commandes.

Que voulez-vous, si on peut cogner sans problème sur les contribuables, il n’en va pas de même avec les électeurs. Et comme en France, ces deux catégories se recouvrent de moins en moins, on assiste à ce magnifique « Deux poids, deux mesures » que personne ne veut assumer.

Mieux encore, Extinction Rebellion sert, sur un plateau, les intérêts du gouvernement en donnant les meilleures raisons du monde pour accroître encore les vexations taxatoires et l’autoflagellation stupide que subit le pays pour expier une faute qui n’existe pas.

gifa hystérique écolo

Pourtant, le danger, en laissant faire ces hurluberlus, c’est de cautionner la dérive dramatique à laquelle on assiste concernant l’écologie qui s’était déjà muée en pure hystérie ces derniers mois et qui se dirige, inévitablement, vers la violence la plus dure : Extinction Rebellion, c’est l’étape suivante de l’écologie, un véritable « culte de la mort » comme l’explique fort bien Brendan O’Neill dans un récent article, c’est-à-dire le groupement d’individus (éduqués et bourgeois, ici) nous exhortant à abandonner tout progrès, pour parvenir à des buts parfaitement grotesques (le zéro carbone en une poignée d’années) qui signifient très exactement la fin de toute civilisation et le retour à un moyen-âge largement fantasmé, tout ça pour, je le rappelle, des problèmes incertains dont la cause est pour le moment très mal définie, et les solutions éventuellement efficaces purement putatives.

Et même si ces groupes approximatifs de peacekeepers furieux semblent vaguement amusants pour le moment, il faut comprendre qu’ils ne sont qu’un jalon, de plus, vers toujours plus de contraintes et donc de violence physique et morale. Eh oui, l’écologie collective, on la rêve « non punitive » mais – manque de bol – sauf à contraindre les individus, ça marche moyen : les gens n’aiment pas trop revenir à l’état de nature, c’est-à-dire concrètement au dénuement complet avec fesses à l’air, bronchite chronique et mort en bas âge. Le progrès, on peut largement s’en passer jusqu’à la première rage de dents…

La contrainte n’est pas un dérapage malencontreux mais elle est essentielle à cette écologie-là, cette version radicalisée de principes au départ sains d’une lutte raisonnable contre la pollution, récupérés par les épaves collectivistes à la suite de l’échec trop patent du soviétisme.

Pour le moment, pour des individus comme Hulot ou Royal, il vaut mieux contraindre par la taxe et la fiscalité, là où, pour Extinction Rebellion, il faudra en passer par de la « désobéissance » civile, étape juste avant la distribution de pains dans la gueule moyennement non-violents. Il s’agit ici d’une différence de degré, pas de nature. Au passage, l’État n’aimant pas du tout la concurrence lorsqu’il s’agit de violence, on comprend la réaction instinctive de Royal, qui a bien compris que pour plumer efficacement une oie, il fallait éviter de la faire crier…

Ne vous méprenez pas : avec ces nouvelles actions, l’hystérie écologique a franchi une étape. La prochaine sera probablement l’action ouvertement violente. Enfin, la radicalisation sera totale et la suite, logique, sera celle de l’éco-terrorisme.

J'accepte les BCH !

qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires309

  1. Aristarkke

    « Il fait trop chaud, trop froid, trop humide ou trop sec. »
    Attendez, Monseigneur ! Sont annoncées pour ce week-end des températures et un temps estival. De quoi faire rager les climato-warriors qui se sont fait coincer dans les glaces arctiques dès le début du mois dernier…

      1. Lorelei

        Estiv.e.aux! Tu as oublié le féminin .e. pour « les températures »!
        Vraiment pas Girl Friendly…
        Comment voulez-vous qu’on soit Eco friendly après ça… Pffff

    1. Stéphane B

      J’aimerais bien qu’ils m’accompagnent ces rigolos XR en fin d’après midi, lorsque je vais me baigner dans la Manche en maillot de bain. Je ne suis pas sûr que beaucoup mettraient plus que les pieds et viendraient barboter avec moi à 100m du rivage.
      Tant qu’ils ont le confort, tout va bien mais quand le confort disparait, bonjour l’angoisse.

      Pas sûr non plus que les appelés que j’ai eu et avec qui on a dormi dans les trous de combat dehors ou déambulaient pendant des jours sous la neige mosellane aient envie de revivre sans confort. Ou alors, c’est qu’ils ont oublié leur état d’appelés et leur grognement.

        1. Stéphane B

          Certes, mais j’ai déjà entendu la réflexion avec quelle épaisseur de combinaison ? Je précise donc. J’irais bien à poil mais il y a encore un peu trop de gens qui se baladent lol.

              1. Al Bundy

                Y’a juste que c’est mauvais en plus d’être long.

                « quelle épaisseur de combinaison ? »

                Comme quoi, je n’y avais pas pensé.

                ça me rappelle une anecdote, ce devait être fin septembre, un chantier sur le front de mer, journée de boulot terminée je me rends dans la petite crique à coté et me baigne (devait être vers 19- 20 heures), n’étant pas équipé pour me baigner ou me sécher, je nage à poil et fini par m’endormir sur mes fringues de boulot, une bonne femme m’a réveillé avec un tonitruant « bonsoir monsieur »

  2. Le Gnôme

    Ils feraient bien de pratiquer leur propre extinction par l’adoption du suicide. En forêt si possible, la bio-diversité a faim et les attend.

  3. Pythagore

    Mercredi soir à Berlin, une 100aine de militants bloquent un axe principal. Ces gens avaient plutôt l’air d’être là pour faire la fête et faire chier que pour militer pour quoi que ce soit. Le plaisir de s’asseoir au milieu de la route plutôt que de faire la manche sur le trottoir peut-être.
    Il y avait bien sûr une scène improvisée, un vociférant puis qq musiciens. Tout ceci fonctionnait grâce à un bloc électrogène, probablement alimenté au purin de cheval, à mais non en fait avec de la bonne vielle essence qui tue la planète.
    Mais c’est pour la bonne cause. Et puis les qq litres, pas grd chose. Comme les millions de litres en France d’ailleurs, pas grd chose non plus, même pas un demi pourcent des émissions globales.

  4. Dr Slump

    « la suite, logique, sera celle de l’éco-terrorisme »
    Maître Hash manque de vision. La suite sera celle de l’éco-fascisme. Milices vertes arborant brassards et battes de base-ball, surveillance, délation, harcèlement, actions punitives et tabassage d’hérétiques sceptiques, le tout orné d’autodafé joyeusement éco-citoyens où voitures, usines, et autres instruments de pollution insultant pour Terre-mère seront brûlés.
    La foule. Oui, cette foule-là qui effraie, cette foule sans cerveau ni coeur qui déferle et écrase tout sur son passage, jusqu’à la barbarie.

        1. P&C

          Meuh non : c’est déjà en cours.
          Antifa de Portland, Gauchiasses d’Evergreen… des cheveux bleus et des battes pour argumenter dans la gueule des opposants.

          A 3.20
          https:/ /www.youtube.com/watch?v=aSw79yRnDVs

          Une précision néanmoins… A evergreen, la population se répartissait en :
          – 70% de gens qui obéissent pour éviter les problèmes
          – 10% de soldats bêtes et disciplinés.
          – 10% de suiveurs, les seuls qui croient vraiment à l’idéologie qu’ils défendent.
          – 10% de pervers et de psychopathes qui en tirent des avantages.

          Tout est là dedans.
          https:/ /www.youtube.com/watch?v=uFDS84er2K8

          1. Theo31

            Benito est une source d’inspiration intarissable pour toute la gauche : « tout dans l’Etat, rien contre l’Etat, rien en dehors de l’Etat ».

  5. Val

    Petit anecdote : nos grands villes dans lesquelles prospèrent et gambadent nos écococonscients commencent à partir en sucette : Hash nous a parlé de Paris, de son lama et de ses rats, Londres n’est pas en reste : elle se remplit de puces, elle regorge de rats. Une collègue de ma fille lui a confié s’être réveillée en pleine nuit un rat lui mordant le dos -elle n’habitait pas un taudis-. Combien de temps ces charmants écolos tiendront avec leurs huiles essentielles et autre colifichets bouffés par les puces, les rats, les punaises et couverts de teigne, de gale … je me marre…

    1. Opale

      « s’être réveillée en pleine nuit un rat lui mordant le dos » WHAAAAAAT ???
      Les puces viennent avec les rats, jusque là logique, mais putain là c’est retour au XIXe direct, avec les bébés qui stagnent dans un panier au-dessus de la cheminée pour éviter que les rats sautent dessus…

      Autre exemple récent : dans les locaux de mon mari, (bureaux info) infestation de cafards. ils nichent dans les téléphones (!!) et trouvé jusque dans son goulot de gourde…. voilà voilà

      1. Pheldge

        pour les cafards et les fourmis, la mauvaise habitude de grignoter et de laisser les miettes sur place, n’arrange rien … ah oui, j’oubliais, y’a le personnel de nettoyage. 😉

        1. P&C

          D’après Wikipedia, ce serait plutôt « bogue » (coque de la châtaigne) plutôt que insecte.

          Petite question : que disent les plombiers ou les électriciens quand ils découvrent qu’un problème est du à un rat creuvé (genre noyé car coincé dans le siphon, électrocuté en ayant bouffé un câble…) ?

          1. durru

            Mais, comme l’origine du terme est anglaise… La page anglaise montre même l’image de la mite qui a donné de la substance au terme 😉

          2. J-J Tatie

            @P&C Bonjour, BUG, insescte, qui, à la grande époque de l’informatique venait mourir entre les palettes d’un relais et bloquait la commutation du-dit relais… Tout le « programme » plantait alors, et il fallait entrer dans les entrailles du « cerveau électronique » pour enlever le cadavre du BUG !!! D’où BUG pour signifier le plantage d’un logiciel…☺ ☺ ☺

      2. P&C

        +1
        Ah, le doux souvenir des meutes de rats et de chiens qui parcouraient librement les rues et bouffaient des gens… genre, fin de l’URSS, quand les pays de l’est étaient plongés dans la misère.

        Londres, Paris, Portland, Los Angeles… les shit holes se multiplient. Et la raison est toujours la même : dégénérescence de l’élite, qui se répercute en dégénérescence du peuple…

        @Val
        Que ton ami investisse dans un greffier, modèle psychopathe.

    2. Higgins

      Il va sans dire que le truc qui sert de maire dans la capitale cautionne ce genre de billevesées: https:/ /www.valeursactuelles.com/societe/anne-hidalgo-au-soutien-dextinction-rebellion-111689
      Je pensais que nous allions vers une guerre civile en Grance. Nous sommes dans une guerre civile. Elle ne fait que débuter. La faute à la classe politique.
      Audiart, au secours!!!

    3. MCA

      @Val 11 octobre 2019, 9 h 25 min

      Pour les english ça me parait normal vu qu’ils ont colonisé l’Inde qui voue un culte à ces charmantes bestioles.

      A présent que la GB est envahie par les anciens colonisés, ça a au moins l’avantage de faire « couleur locale » pou iceux.

          1. pabizou

            Que du bonheur quand ces sous-merdes te refilent pas les saloperies qu’ils auront attrapé à force d’être cons . Trop con tu meurs, ça va tant que ça ne concerne qu’eux …

            1. Val

              @pabizou oui c’est bien le problème : les voisins de ma fille sont vegan + panoplie du bobo , ils ont un chat qu’ils ne traitent pas contre les puces et du coup …. invasion de puces dans la maison o_O … Eh oui , le problème c’est que la connerie fait des collatéraux et ce, dans pas mal de domaines .

              1. Al Bundy

                « ils ont un chat qu’ils ne traitent pas contre les puces et du coup »

                Les vegans ayant un pet, de plus carnivore, c’est croustillant ^^

                Le bordel que ce doit être ds leur tête, Comment donc arrivent ils à dormir ???

                1. Al Bundy

                  Cela me rappelle une histoire (chat / puce), une cliente râlait de ce que des salopards vendent des œufs au fipronil (je ne me rappelle plus des chiffres, mais c’était franchement des traces, hein)

                  Je lui indique que ses pipettes antipuce (la goutte à mettre sur le dos de sa bestiole préférée) sont dosées en mg, y’a eu un blanc ^^

                  1. BDC

                    Le fipronil j’adore, Airparif en a trouvé à Paris mais pas à la campagne. Ça donne une idée de la sensibilité des appareils de mesure airparif.asso.fr/_pdf/publications/2015-enbref.pdf

  6. Infraniouzes

    Tous ces jeunes courant de sit-in en sit-in, me font toujours me poser la même question: que font-ils dans la vie ? De quoi vivent-ils ? On pourrait ajouter les Blacks Blocs qui y vont, eux, plus fort. Mais jamais aucun reporter n’a osé interroger un de ces « héros » pour en savoir plus. Comme employeurs possibles, je suggère ces dizaines d’associations généreusement dotées par l’Etat et toutes les collectivités territoriales de gauche. Avec comme le suggère notre hôte (ou hôtesse ?), une douillette base de repli chez papa ou maman. Bref, il faut avoir du temps à perdre pour ne rien faire tandis que des laborieux (quelle horreur ce mot) travaillent pour leur survie mais aussi pour le bien-être des supposés sauveurs de la planète. La manif d’aujourd’hui dans Paris est tout simplement insensée. Mais il y a des salauds, en haut de l’échelle sociale et gouvernementale qui espèrent que ce capharnaüm va leur profiter politiquement. Ils n’ont pas tort.

    1. Jacques Huse de Royaumont

      Devant ces happening éco-conscientisés (on en a eu, à la Défense), je me pose souvent cette question : d’où vient l’argent ? Ce ne sont certainement pas les petits cons désœuvrés qui constituent la piétaille de ces phalanges qui financent.
      Alors qui ? Ça permettrait peut-être de savoir pourquoi.

        1. Gosseyn

          Ils en veulent toujours plus. Pour cela il faut presser les travailleurs-citrons, surtout s’ils sont aisés, nombreux, non politiquement corrects, etc.

          1. durru

            Beaucoup d’ONG de sauvegarde du migrant sont financés par le SOS (Soros Open Society). Comme plein de manifs anti-Trump outre-Atlantique. Ça m’étonnerait pas que ça soit les mêmes sources, vu qu’il s’agit des mêmes buts.
            Comprenez par « Soros » toute une nébuleuse…

          2. Lorelei

            Il y en a toujours un qui a du matériel familial ou celui d’un copain et les restaurateurs/boulangers/traiteurs peuvent donner des invendus pour se nourrir. Quant à l’hébergement, il y a toujours soit copains, familles, squats ou tentes …
            Ensuite pour élever des barricades, vus les chantiers qui sont toujours plus ou moins laissés à l’abandon, on peut facilement trouver des matériaux.

    2. Theo31

      Une journaliste US avait enquêté sur Occupy Wall Street. De riches blancs refaisaient le monde avec leur Mac au chaud dans la Deutsche Bank pendant que les pauvres noirs jouaient au froid de la musique sur des poubelles. Un des blancs expliqua qu’il était contre la propriété collective mais pas personnelle car il n’était pas question pour lui de prêter son PC. La journaliste fit remarquer qu’un ghetto s’était créé en ville, et là, grand moment de solitude pour les interrogés.

      1. Citoyen

        Voila quelques éléments de réflexion, pour relancer le débat :
        http:/ /www.leparisien.fr/societe/certains-activistes-d-extinction-rebellion-sont-ils-vraiment-remuneres-15-10-2019-8173353.php

  7. Opale

    « Le progrès, on peut largement s’en passer jusqu’à la première rage de dents… » C’est pas Ramsès II qui contredira, lui qui est probablement mort d’un abcès…

    Ah, c’était le bon vieux temps, des bougies, de l’encens, dormir sur la paille, choper le typhus, l’esclavage, …. *regrets*

  8. BDC

    Plumer les oies à vif ! Aaarrggghhh … Patron, jamais vu ça dans ma campagne. C’est interdit en France mais on va bien trouver un Brille-Babil pour le mettre en place dans notre ferme des animaux.

    1. Citoyen

      Je confirme que, pour ceux qui ont quelques notions de la chose, l’oie ou le canard ne se plument pas à vif … Donc pour ce qui est de crier, ça va pas le faire … Mais là, c’est toléré pour l’image symbolique …

      1. Citoyen

        Erreur de ma part.
        Recherche faite, il semble que ça se « pratiquerait » encore en France (au conditionnel, les dates ne sont pas faciles à trouver)

        1. BDC

          J’ai cherché aussi, mais apparemment c’est pour les plumes et duvet. Le Patron a peut-être fait exprès pour choquer ses lecteurs et ouvrir le débat : exploitation de l’homme par l’Homme, mouton, laine, tonte, bourre, oreiller en poils de torse virils et épilés pour se tenir chaud l’hiver, toussa. Mais dans ce cas, pour les féminazies, la qualité du poil serait proportionnelle aux cris de ces messieurs …

          1. Citoyen

            En effet, surtout pour le duvet. J’ai lu que ça se pratique toujours en Hongrie, en chine évidement, et ailleurs, mais peut être encore aussi en France (sous le manteau), c’est ambigu, et difficile de mettre des dates …
            Quoi qu’il en soit, des oreillers et des doudounes, il y en a toujours plus, et il faut bien que ça vienne de quelque part …
            Le plumage à vif s’est pratiqué pas mal en France, à une époque « reculée », puis ….

  9. Calvin

    Tout ça ressemble vraiment à une dérive sectaire.
    Un mélange de scientologie, d’antroposophie et d’illuminations new-age et old-communism.

    1. Sandra

      Vous m’ôtez les mots de la bouche. Ça sent l’embrigadement et je me demande combien de jeunes sont en train de tomber entre les griffes de mouvements sectaires (ils soigneront leur cancer avec du jus de citron; ça nous fera des vacances).

      Quand on voit ces pouilleux, on a juste envie d’accélérer l’extinction. Sauver la planète (comme si elle avait besoin d’être sauvée, mais bon) pour ces malades??? Vous êtes dingues ou quoi?

    2. Jacques Huse de Royaumont

      Notre époque est résolument et fièrement obscurantiste. Le pire, c’est que les plus éduqués sont le moteur de cette régression.
      Le RCA en est le symbole : toutes les recettes de l’animisme le plus primitif s’y retrouvent, avec en prime l’interdiction de réfléchir sur le sujet hors du dogme, le tout porté par des bobo à bac +12.
      Effrayant.

  10. plutarque

    Des fils de profs gauchistes, des trotskos à lunette et des boudins hystériques qui s’imaginent renverser la finance en faisant la fête dans un centre commercial…
    Putain, ils sont vraiment finis à la pisse.

    1. Gosseyn

      Voici pourquoi il faudrait créer des goulags à trotskos, afin qu’il puissent directement bénéficier de la phase ultime de leur politique !

  11. Calvin

    Question de sémantique.
    Extinction Rebellion, c’est bien une rébellion en vue de l’extinction humaine, non ?
    Décroissance, fin du progrès, arrêt des produits sanitaires, etc…
    Ils ne peuvent pas commencer par eux-mêmes ?

  12. Stéphane B

    HS mais nous avions déjà évoqué ça la semaine dernière ainsi que lundi. Un gars a testé et le portique n’a pas sonné. Seulement, le zigoto était connu des FDO qui ont procédé à une palpation et ont trouvé l’arme. Cela promet un avenir qui chante
    ouest-france.fr/bretagne/rennes-35000/rennes-il-tente-d-entrer-au-tribunal-arme-d-un-couteau-en-ceramique-6558185

  13. cherea

    Ces énergumènes me font penser à tous ces éco terroristes qu’on voit dans les films type « armée des 12 singes ». Évidemment qu’on ne va pas envoyer la cavalerie ce sont les enfants des décideurs et de ceux qui ont le pouvoir, comme nuit debout…c’est alarmant tant de stupidité…
    Ils nous emmerdent partout où ils sont et ils sont dans tous les pays, ces « progressistes » « SJW » de mes deux…
    Je propose tout à fait solennellement de leur donner un pays où ils peuvent aller, émigrer et ils font ce qu’ils veulent là-bas, je propose de leur donner le CANADA, pays le plus progressiste du monde à mon avis avec leur Trudeau…Nuit Debout, Extinction Rebellion partez là-bas et faites ce que vous voulez…
    d’une perspective plus meta…disons que les grandes idéologies politiques, les religions offrent toujours une UTOPIE, c’est ce que fait l’écologie aujourd’hui…elle remplit le vide utopique de ces gens-là, si on vivait sur une planète sans pollution, ce serait autre chose…
    @H16, un petit billet sur la débandade de notre ami Macron 1er (vous remarquerez MACRON anagramme MONARC©) à la commission européenne et GOULARD qui doit rendre gorge…que lui est-il passé par la tête pour proposer celle-là? À ton avis, quel serait le moins mauvais choix pour le commissaire français…mais en existe-t-il? les pires choix malheureusement sont légion: Lemaire, Royal, De Montchalin…

    1. Gosseyn

      Vous ne voudriez pas qu’ils se mettent à travailler de leurs mains, sans appuis familiaux ou autres, voyons ! C’est un crime de lèse-bobos, que d’avoir de idées pareilles !
      Non mais, vous les imaginez : lâchés avec une tronçonneuse, un casse-croûte, une doudoune, avec le conseil  »on revient ce soir, débitez et attention aux ours ! »

    2. MCA

      Après Goulard, si le mignon poudré ramasse une nouvelle claque avec sa proposition suivante, je fais péter une bt de champ’.

      Faut dire aussi qu’avec lui on a rarement l’occasion de le faire pour d’autres raisons.

      1. Vodkaman

        Le voir hier essayer de se justifier sur le mode :

        « on m’a demandé de proposer des noms, j’ai dit qu’il pouvait y avoir un problème avec SG, on ma répondu que non et finalement, si, je prends une veste » c’était priceless.

        1. Flaghenheimer

          C’est pas ma faute j’ai simplement fait ce qu’on m’a dit!
          Un enfant.
          J’ai peur que nous ne soyons devenu plus corrompu que les autres européens.

          1. durru

            Ah, mais c’est parce que ce n’est pas le même type de corruption… En France, les « petits » n’en profitent pas, au contraire, ils sont même les premiers à repousser les avances éventuels.
            Cela me rappelle un récent fait divers en Italie (bon, l’idée est la même), avec un couple de Roumains arrêtés par les Carabiniers pour une infraction au code de la route. Face au risque de voir son mec perdre le permis, la nana se propose d’offrir ses services. Ils ont fini tous les deux au poste…
            A l’Est, par contre, il n’y a pas d’énarques installés en bonne et due forme à la tête des divers organismes d’Etat pour les piller… Là-bas, il faut d’abord privatiser et *ensuite* voler.
            A la fin, quand on fait les comptes, en France il y a « moins » de corruption (au nombre d’actes) mais largement plus en terme de montants (« en même temps »©, il y a – encore – plus à voler aussi).

              1. durru

                Le vert foncé sur la France sur l’onglet « property rights » jette quand même quelque doutes sur le sérieux de ces informations. Rien que pour la position des propriétaires immobiliers face à leurs locataires…
                Aucune idée sur les sources d’information, mais les données sur la France comparée à d’autres pays européens (notamment plus à l’Est) me semblent bien étranges. Le vert foncé sur « business freedom », avec la bureaucratie plus qu’envahissante, est un autre (gros) point d’interrogation.

      2. Higgins

        Elle m’était sympathique lorsqu’elle était invitée aux Experts avec Nicolas Doze. Ses propos avaient l’air sensé sur bien des points. Maintenant, elle est totalement décridibilisée.

  14. Kazar

    La place du Châtelet est totalement bloquée, et l’État ne fait rien…sans parler des forces de l’ordre mobilisées pour ça. Ce n’est pas comme si nous avions des problèmes avec ds terroristes jusqu’au sein de l’appareil d’État…

    1. Jacques Huse de Royaumont

      si lesdits terroristes se réveillaient contre ces blaireaux, ils rendraient presque service.
      Mais non.
      A croire qu’ils servent la même cause, la destruction de la France, mais pas dans le même régiment.

  15. Sébastien

    Je leur ai trouvé un joli nom: Sections d’Assaut (c’est un groupe de rappe en plus, non?), ou Sections Spéciales.
    Il faut au moins ça pour sauver Appla Net.

    1. Stéphane B

      Ceux qui essaient de chanter s’appellent sexion d’assaut. Ceux d’XR, cela pourait être zerion d’assaut de zerion (A single solution to access decentralized finance to invest, earn interest and borrow crypto assets. )

  16. Citoyen

     » de Sydney à Londres en passant par Le Cap  »
    Les jeunes pastèques se veulent modernes … Les rézosociaux leur servent de point de rencontre, tout en comblant le vide de leur existence (entre les deux oreilles) …
    En fait, ils sont très grégaires (comme certains animaux) … C’est le smartphone qui leur sert de neurones … qui vient se substituer à celles qu’ils ont perdu …

        1. Pheldge

          et voilà … je fais dans l’allusion, dans le délicat et le subtil, et vous ne pouvez pas vous empêcher s’y coller vos grosses heurtées, qu’elles sont plaines de dégoutanteries ! 😉

      1. Pheldge

        bukkaké, asperger, tout ça … 😉 Pheldge™ humour délicat, plaisanteries fines et subtiles, pour les connaisseurs, les vrais 😉

  17. hub

    Entendu l’autre jour Yves Cochet qui fut ministre de l’écologie expliquer que dans dix ans la terre est foutue. Donc, il faut apprendre la survie autonome, avoir un cheval, un bois pas loin, connaître les herbes du bord de la route, avoir des bonbonnes pour l’eau de pluie. Yves Cochet, hein, ancien ministre, proposer la vie des Amish….

    1. Val

      @hub le plus drôle étant que ces mêmes écolos n y connaissent rien ni à l eau ni au cheval ni au bois pas même aux herbes ah si celle qui fait rigoler …

  18. plutarque

    Yves Cochet, c’est pas le boomer radicalisé qui prévoit l’effondrement pour 2030, après avoir activement milité pour, simultanément, l’extinction des européens blancs et l’importation massive de primates ?

    Ah oui, c’est ça.

    En gros, ce salopard hédoniste prévoit la fin du monde pour ses 85 ans. L’âge ou statistiquement il devrait crever. Il est révolté que les jeunes générations lui survivent.

    La génération de ce nuisible a créé les conditions de notre anéantissement, et il attends que la merde atteigne le ventilateur en bouffant du popcorn.

    A moins qu’il ne soit devenu gaga, et ne soit persuadé, comme les enfants, que le monde extérieur est sa création personnelle, et s’arrêtera donc avec lui. Une sorte d’idéalisme subjectif Fichtien.

    N’en déplaise à cet enculé, lorsque nous devrons nous entretuer ce ne sera pas pour des raisons écologiques (extinction rébellion n’est qu’un prurit), mais pour des raisons démographiques et raciales : Les cargaisons d’islamistes et de sauvages acculturés que Cochet et ses amis ont patiemment importé en Europe n’attendent qu’une faiblesse de l’Etat central pour saigner les européens de souche, vieillissants et infertiles.

    1. hub

      +1 et vous oubliez que le charmant cottage depuis lequel il clame la fin du monde est acheté avec ses indemnités d’ancien ministre et député.

          1. P&C

            Si c’est son propre sang, c’est de l’autophagie.
            Si c’est celui de quelqu’un d’autre, du cannibalisme.

            Yeah… 5000 ans de civilisation pour en revenir à ça. Même au plus fort de leur décadence, jamais les romains n’étaient tombés si bas.

  19. Francis Kuntz

    « ses petits moments pouilleux aux odeurs de foin humide où Nuit De Boue avait tenté l’incruste place de la Nation à Paris »

    Nuit Debout c’était pas plutôt Place de la République ?

      1. Aristarkke

        Je demande l’application du Cerfa bobo pour irrespect des droits de premier correcteur ! Dès 10H27, la correction à faire était signalée par votre haire et nada, rien n’a suivi.

        1. Francis Kuntz

          Il est nul et non avenu car vous ne l’avez pas déposé en temps et en heure au Bureau de la Réglementation des Cerfa bobo qui est ouvert au public tout les jours du lundi au vendredi de 9h30 à 11h30 et de 14h30 à 16h sauf jour fériés, week-end de pont et semaine de formation des agents

        2. Pheldge

          Mon pauvre Papet, toi tu es un client dépendant, pour lequel il n’est plus besoin de faire de démarchage ! par contre, ça rapporte toujours de flatter les nouveaux arrivants … 😉

  20. Jules

    C’est une secte apocalyptique, sans aucun doute.
    A la moindre ouverture, ils se transformeront en Khmers verts. Ils tenteront d’évacuer les villes pour déplacer les populations vers leurs ZADs pourries. Collectivisation et déportation au programme, pour enfin aboutir à des millions de mort et à un retour à l’âge du fer.
    Ce qui marquant, comme dans toutes les sectes apocalyptiques, c’est que ses membres sont instruits. Ce qui ne les empêchent pas d’être d’une stupidité abyssale.
    Ils n’arrivent même pas à comprendre que c’est la suppression des énergies fossiles qui provoquerait une extinction de masse.
    Une vague de suicides collectifs et de meurtres en interne dans leurs rangs me ferait jubiler si les enfants sont épargnés.

      1. Jules

        Parce qu’en grandissant, ils ont encore une chance de devenir des communistovores, nécessaires à réguler cette espèce de nuisibles 🙂

        1. Al Bundy

          Peu probable, l’arbre, la pomme, toussa… 🙄

          Je ne vois pas pourquoi on accorde plus de valeur à la vie d’un enfant qu’à un adulte alors que l’un d’eux est forcément un parasite

    1. Al Bundy

      Quand tu penses à tout ces jouets en plastique que leur gamins utilisent….

      Remarque, par exemple un dinosaure en plastique, fabriqué avec les restes de ses ancêtres, c’est un peu un hommage, nan ?

    2. petit-chat

      Ça, c’est une fable pondue par des « scientifiques » incapables d’avoir une vue cohérente.
      Qu’ils fassent la même chose (pétrole lourd) même en labo.

  21. XAVIER

    « à l’état de nature, c’est-à-dire concrètement au dénuement complet avec fesses à l’air, bronchite chronique et mort en bas âge » : humour facile mais vous caricaturez car il suffirait simplement que nous revenions au mode de vie des années 50 pour que ce monde redevienne vivable et ne me dites pas que les années 50 c’était l’enfer

    1. Mon humour est facile, le votre est involontaire :
      a/ comment s’arrêter aux années 50 ? Fastoche, il y a ce curseur-là et ce levier-ci, et en poussant un peu comme ceci on revient exactement … oups oh zut nous voilà en 1500 ! C’est ballot !
      b/ les années 50, c’était une logistique de merde, pas de chaîne du froid, des déficits en vitamine dans la plupart de la population occidentale, la famine avec des millions (oui millions) de morts pour les non-occidentaux, l’électricité pour trois fois le prix actuel et pas pour tout le monde, des pénuries, nombreuses, pour pas mal de biens, services, etc.
      c/ le monde compte 7 milliards d’individus et 2.5 milliards en 1950. Vous prônez quoi pour le différentiel ? Souhaiteriez-vous faire partie des 4.5 milliards ? Bonne chance.

      Bref : « suffirait simplement » est plus qu’une galéjade, c’est une connerie d’ampleur biblique. Non seulement, ça ne suffirait pas, mais en plus ça n’aurait rien de simple et vous promettez la merde pour 2.5 milliards d’humains et la mort pour 4.5. Bravo.

      1. Jules

        Prôner un retour au mode de vie des années 50 depuis un smartphone ou un ordinateur, avec un accès à internet sur un site hébergé sur le cloud, c’est juste savoureusement comique.

        1. Val

          @jules 🙂 surtout que si j ai bien écouté mes grands parents , les tickets de rationnement etait toujours en vigueur dans les années 50 … sans parler de la pollution atmosphérique quel gag il est farce ce Xavier.

            1. Aristarkke

              Effectivement, la date officielle était nominalement 49. Mais ce n’est pas pour autant que l’abondance était revenue immédiatement. Dans le Nord, il était courant d’aller s’approvisionner dans les commerces belges frontaliers, largement pourvus par le fait de leurs accords avec les Américains (compétitifs malgré un change amélioré pour le commerçant). Il y avait des listes d’attente longue pour les véhicules neufs et des passe-droits selon les professions qui permettaient à certains de revendre le véhicule tout juste obtenu, plus cher…

              1. Aristarkke

                Nota, l’essence y était déjà moins chère et disponible sans tickets de rationnement dès 47, selon mon père. Bref, les Belges savaient y faire (deux juifs au minimum selon la légende pour tromper un Belge)

            2. Aristarkke

              Nota 2 Les postes de douane n’étaient positionnés que sur les routes principales avec quantité de routes secondaires ne comportant qu’un simple panneau pour indiquer le changement de pays.

            1. Al Bundy

              Je passais 15 jours de « vacances » chez un arrière grand oncle à Touflers de 8 à 14 ans, il me levait vers 6 heures pour faire le plein d’anthracite du poêle et faire chauffer l’eau pour que l’on puisse se laver ds la cuisine, c’était le bon temps dirait xavier.

              Ma pudeur en avait par ailleurs pris un sacré coup bien que sa femme avait l’air habituée

                1. Aristarkke

                  Quelques fois, on avait la chance que ce ne soit pas au bout du jardin mais simplement au bout de la véranda comme chez mes grands parents paternels…

                    1. Pheldge

                      bin oui, eux, ils se torchaient avec L’Aurore, ou les pages saumon du Figaro, pendant que les pauvres, devaient se partager l’unique feuille du bulletin du Parti, imprimée sur du mauvais papier. T’impagines à 6 ou 8 sur un A4 ? 😉

                    1. BDC

                      Maître Pheldge, vous aviez promis de ne rien dire… c’est effectivement là que sont les “waters” 1938 dans la cour de la ferme, derrière la porte en bois sculptée d’un cœur…

        2. Dr Slump

          Bah c’est comme pour le smic, pourquoi s’arrêter aux années 50? Autant revenir aux années 20. 1820. Arf, et pi non, en 1100, vachement plus écolo-compatible, pestes et famines, pas de surpopulation ni d’atteinte à mèrte-gaïa. Bon, en fait, le mieux c’est encore de remonter dans les arbres. 20 ans de longévité, la joie de renouer avec la nature, les poux, les tiques et les prédateur, crocs et griffes en embuscade dans les buissons.
          Bref: à mort la vie! Tous ces agités du bocal sont des forces de mort, des destructeurs, point barre.

          1. Francis Kuntz

            mieux. En 1348, en pleine peste noire (1/3 de la population européenne morte), sans médecine ni vilains médicaments vendus par Servier disponibles

        1. Pythagore

          J’aime votre optimisme, on va repasser aux signaux de fumé, petit nuage -> 0, long nuage ->1. Ca va prendre du tps à transférer la page 😉

          1. Opale

            Non mais l’idée c’est de ne plus avoir à transférer quoi que ce soit ! On revient en mode *isolé*, ce qui est pratique c’est qu’on lira moins de conneries et il y aura moins de fake news ! Bingo les politiques auront enfin à nouveau de la crédibilité, champagne.
            #cestunComplotCLIMATO-SIONISTE #CétaitVRAIMENTMieuxAvantN’EST-CE-PAS

    2. Val

      @Xavier allez faire causette avec vos ancêtres qui vivaient aux années 50 et revenez partager avec nous. Si c’est vous, le rescapé des années 50 alors ne me dites pas que vous seriez encore parmi nous si la médecine était restée bloquée sur le curseur « 50 » …

      1. Francis Kuntz

        Dans les années 50, la France était largement plus équipée en industries lourdes qu’aujourd’hui, notamment la région parisienne. La Seine en aval de Paris y était bien plus dégueulasse, et les jours d’anticyclone l’air irrespirable. La désindustrialisation post-68 aurait du réjouir ce monsieur puisqu’elle a largement permis un certain retour à la nature, avec quelques millions de chômeurs en plus

    3. Francis Kuntz

      les 2.5 millions de soviétiques qui croupissaient au goulag jusqu’à la mort de staline (1953) auraient bien aimé subir les effets positifs du réchauffement climatique

    4. taisson

      Xavier, il faut éviter de dire n’importe quoi…

      Les années cinquante…j’en ai des souvenirs précis, puisque né en 46…A partir de 9 ou 10 ans, un enfant pas trop idiot de cette époque, avait déjà une vue assez lucide, des difficultés de la vie !
      Et comprenait immédiatement ce qu’étaient les classes sociales !!
      Le boss à déjà partiellement répondu sur le niveau de vie…Je confirme ! Né à Paris, vivant dans les immeubles pour ouvriers, qui étaient un progrès datant de Napoléon III, Tout y était d’origine !!!
      L’hiver il fallait remonter les seaux de charbon pour le poêle…
      Les loyers ridicules ne permettaient aucune réparation ni entretien, et les bailleurs commençaient seulement à vendre par appartement…Mais personne parmi les occupants ne pouvaient les acheter !
      Toilettes et point d’eau collectif sur le palier, l’éclairage au gaz avait été démonté entre les deux guerres, et les tuyaux en plomb se réveillaient de temps en temps!.

      Mon père avait été pris pour un héro parce qu’il avait refermé un vieux tuyau avec un marteau pour stopper une fuite qui flambait tranquillement dans un couloir…Devant une bande de crétins paniqués…Souvenir impérissable !!

      Un téléphone chez le concierge, réservé aux extrêmes urgences!

      Le lait puisé dans un réservoir chez le laitier devait être bouilli immédiatement si l’on ne voulait pas s’intoxiquer ! Pas de réfrigérateur, de toute façon il n’y aurait pas eu la place de le mettre!
      Tout ce qui n’était pas consommé immédiatement était jeté…
      Les courses chez les  » commerces de proximité  » ou les produits, bien naturels étaient dans un état qui aujourd’hui les rendrait invendables !!
      Comme rien ne se conservait, les ménagères passaient une demi journée par jour à faire la queue chez les commerçants, pain , boucher, épicier, et on envoyait les gamins chercher le lait…Ou d’autres bricoles…

      Quand, plus tard, les premiers « super marchés » sont arrivés, ça à été comme une bénédiction divine !!

      La soit disant « malbouffe » industrielle à permis au gens du peuple des villes de pouvoir faire connaissance avec des produits différents et ils ont pu bouffer autre chose que des patates et des nouilles !!
      C’est sur que la qualité n’était pas au top, mais c’était déjà mieux qu’avant !!

      Et pour les bourges, c’était un peu moins grave, mais pas terrible non plus !!
      Les seules choses qui étaient mieux, mais alors beaucoup mieux, c’est le comportement des Français en général, toutes classes sociales confondues.
      Les privations et les années de guerre avaient « corrigé » beaucoup de gens..
      Les femmes et les enfants pouvaient sortir à n’importe quelle heure, et se sentir en sécurité ! Et il faut bien constater que les détraqués étaient bien moins nombreux…

      Une chose est absolument certaine, c’est que ceux qui ont moins de cinquante ans aujourd’hui, seraient très malheureux dans ce type de société ,et que les plus jeunes sortant de l’œuf, ceux qui manifestent « pour la planète », ne survivraient pas très longtemps, dépressions d’abord, puis vraies maladies, et avec leur très faibles défenses naturelles, la population diminuerait très rapidement!!.

      Ceux qui savent de quoi ils parlent vous disent: Plus jamais ça !! Il faut vraiment une dose de connerie énorme pour ne pas comprendre les bienfaits de la société industrielle !!
      Bien sur qu’il ne faut pas faire n’importe quoi, mais de la à être nostalgique de la misère, que l’on n’a pas connu, la, ça devient grave!!

      1. goufio

        J’ai vécu ça aussi, vous avez oublié l’absence de chauffage, de tout à l’égout avec les odeurs, d’eau chaude, l’eau potable à la borne fontaine dehors, les toilettes au fonds du jardin et pour les autres aussi avec du papier journal et le confort de la planche en bois en place de lunette avec les odeurs aussi et bien d’autres réjouissances comme le manque d’argent pour les produits de première nécessité, le pain rassit, le lait avec une pellicule de surface pas ragoutante…Je n’oublierai jamais le dentiste qui passait pour un tortionnaire

        1. Aristarkke

          Dans moult immeubles collectifs, il y avait un WC, quelques fois deux, par palier… Et pas toujours à effet d’eau, le clapet ayant longtemps régné en maître…

      1. goufio

        Vous pourriez vous exprimer poliment, c’est à nous que vous écrivez, réservez votre langage qui à défaut d’être fleuri est grossier, à ceux qui ne lisent pas ce site

    5. MCA

      @XAVIER 11 octobre 2019, 20 h 44 min

      Les années 50 je connais très bien et sincèrement vous n’imaginez pas le luxe de la vie actuelle en France (même pour les gens modestes) par rapport à cette période.

      Cela dit, il se pourrait bien que la jeunesse actuelle finisse par y goûter un de ces jours et si vous en faites partie, good luck!

      Quand on améliore sons train de vie c’est toujours un plaisir, dans le sens contraire je vous laisse deviner, d’autant qu’avec le train de vie est associé un mode de vie et remettre son mode de vie en question est insupportable.

    1. bibi

      Le message est-il écrit sur une feuille de papier recyclé et mis dans une bouteille écolo compatible?
      A-t-il une chance de s’échouer sur la coque du bateau de Greta?

  22. Al Bundy

    « « Je ne savais pas que des affaires judiciaires pouvaient empêcher d’accéder à un poste politique, je n’ai jamais vu une telle chose en France. » »

    Sylvie GOULARD

            1. Al Bundy

              Pas seulement de fraude fiscal, il a un triple combo ^^

              « Tout ceux qui ont commis des actes délictueux seront condamnés par la justice et devront quitter la vie politique »

              Thierry Solère 24/06/2014

              Et là il ne s’agit pas d’un site parodique 😀

                1. Pheldge

                  en attendant le pento, enfin, pas celui que tu te graissais les cheveux avec, du temps de ta folle jeunesse de blouson noir, mais le fameux pento-combo 😉

  23. MarieA

    HS

     »L’écart entre garçons et filles se réduit sensiblement. On savait les filles plus performantes dans les matières littéraires, et les garçons plus portés vers les sciences ? Désormais, la baisse de niveau, absolument terrifiante, puisque 22 % des élèves sont à présent au ras du plancher, concerne tout le monde et égalise les sexes. Bravo. Cette supériorité des petits mâles était insupportable.

    De même, l’abominable sentiment que les rejetons des castes supérieures réussissent mieux que les enfants du petit peuple s’atténue : les privilégiés rétrogradent de la même façon que les moins nantis. Un grand soulagement devant cette réduction de la lutte des classes…

    Quant à l’odieuse différence entre collèges publics et privés, elle se réduit elle aussi : les enfants du privé, soumis aux mêmes programmes et aux mêmes méthodes que ceux du public, échouent de la même façon, grâce à un effondrement (18 points, quand même) des résultats du privé. »

     » Le CEDRE [un organisme d’évaluation du ministère, qui a les mots pour le dire, note benoîtement que « le niveau général des élèves est plus homogène ».

    https://www.valeursactuelles.com/clubvaleurs/societe/comment-la-reforme-belkacem-fait-seffondrer-le-niveau-en-sciences-au-college-111712

      1. Val

        @opale on ne fait pas boire un âne qui n’a pas soif. De nombreuses assoces et lanceurs d’alertes eux mêmes profs le clament haut et fort depuis des années … mais bon , certains aiment se complaire dans le politiquement correct bien rassurant . J’ai adhéré à lire-ecrire.org à une époque ça m’a bien aidé pour traverser les affres des études des enfants, lire aussi laurentlafforgue.org , on se sent moins seuls mais nous sommes des prophètes de malheur qui braillent dans le désert…

      2. MCA

        @Opale 12 octobre 2019, 10 h 53 min

        Vous avez les rapports ici :

        https:/ /www.education.gouv.fr/cid81218/methodologie-du-cycle-des-evaluations-disciplinaires-realisees-sur-echantillon-cedre-en-fin-d-ecole.html

      3. Pheldge

        il suffit de donner une adresse mail et d’accepter d’y recevoir les notifications de VA pour lire, et convertir en PDF l’article en question …

    1. Higgins

      Pour le privé, le piège a été aussi subtil qu’efficace. J’ai passé mon bac en 1980.

      Ayant grandi en Vendée (bocage), je n’ai compris ce qu’était le public qu’à 15 ans lorsque j’ai passé le concours pour pouvoir aller dans le dit public. C’était à l’époque la norme. Le collège (1000 élèves), privé, où j’étais avant le secondaire affichait un taux de réussite de 99% au BEPC contre un petit 50% pour le collège public (300 élèves). Pourtant, le collège privé brassait indifféremment fils et filles de prolétaires et fils et filles de notables et toutes les classes sociales y étaient représentées.

      J’ai eu le concours et ai eu le droit d’aller dans le lycée public le plus pourri du département (50% de taux de réussite) au Bac. Mes parents ont fort justement opté pour un lycée privé où le mélange social était aussi important. J’ai passé mon bac D en 1980. Le taux de réussite du lycée cette année là dans cette série a été de 78% (77% en C) alors que la moyenne nationale était de l’ordre de 50%. Ce taux était obtenu sans esprit de sélection particulier simplement parce que l’enseignement dispensé était de qualité et que l’ambiance générale n’était pas délétère. Dans la région, c’était la règle et sauf exception, pour avoir le précieux sésame, mieux valait tourner le dos au public. Les gens, riches ou pauvres, le comprenaient fort bien.

      En augmentant artificiellement le taux de réussite au Bac, c’est à dire en baissant outrageusement le niveau de l’examen, les enfoirés (je reste poli) qui pilotent l’EN pour notre plus grand malheur, enfin surtout pour les adolescents, ont tué l’avantage concurrentiel indubitable qui existait en faveur du privé. Je ne crois pas que les dirigeants de ce dernier aient vu le piège. A quoi bon, désormais, faire le choix de l’un contre l’autre surtout que la dimension religieuse est désormais moins importante ? Il devient plus difficile maintenant de ne pas avoir le Bac que de l’avoir.

      De plus en plus, le privé récupère les laissés pour compte du public. Qui plus est, les programmes sont de plus en plus politisés et on peut faire confiance aux thuriféraires du Mammouth pour bien vérifier que personne ne sorte du cadre imparti. Une de mes filles, en 5ème, était dans une classe d’un excellent niveau.Le rectorat a contraint l’établissement privé, il va sans dire, de casser la classe l’année suivante (4ème) pour faire rentrer tout le monde dans le rang de la médiocrité officielle. Ma fille a été dans le public pour son secondaire (établissement en centre ville vivant sur une réputation d’excellence, totalement abusive de mon point de vue. Le seul mot qui me vient pour le qualifier est malsain).

      Ma seule angoisse est qu’elle soit contrainte de redoubler sa terminale, ce qui n’a heureusement pas été le cas. Je souhaite sincèrement bon courage aux jeunes parents et leur recommande simplement d’être des plus vigilants envers la machine folle et conne qu’est devenu l’école socialiste.

      1. Val

        @higgins +1 confier des enfants comme les nôtres à ces cinglés pervers -en grande majorité- est une épreuve douloureuse qui se met à ressembler de plus en plus à ce que vivaient les opposants ds les pays communistes.

        1. Al Bundy

          Ce n’est pas très ancien mais n’a pas dû s’améliorer, je me suis fait enguirlander pour chacun de mes gosses à qui j’ai appris à lire en lisant les lettres, par leur maîtresses respectives..

          1. Aristarkke

            Pareil par la faute de ma mère qui avait ressorti un jeu de cubes en bois avec lettres et chiffres qui m’avait servi et qui avait été précieusement gardé pour servir aux petits-enfants. De même, parlant habituellement à nos enfants sans « bêtifier », une autre institutrice avait en revanche complimenté mon épouse sur la richesse du vocabulaire déjà maîtrisé par la marmaille…

      2. MCA

        @Major

        « A quoi bon, désormais, faire le choix de l’un contre l’autre  »

        Oh que si Major! ce ne sont pas les habitants du 93 qui me démentiront.

        L’école publique dans ce département ne peut tout simplement plus remplir son rôle et je vous en laisse deviner la cause.

        Après la terminale, mes deux filles ont été poursuivre leur scolarité à Paris, une dans une école privée excellente et l’autre dans une école publique excellente également et toutes les deux ont eu leur diplôme du premier coup.

        Mission accomplie.

        En ce qui concerne un camarade de ma fille aînée qui est resté dans les environs ce fut un échec alors qu’il aurait réussi si ses parents avaient pris la même option que moi.
        Il est même venu chercher les cours de ma fille après coup pour tenter de s’en sortir en apprenant lui-même…. c’est dire…

        1. Higgins

          C’était surtout pour signaler l’ampleur du piège qui a été tendu au Privé. Je m’en suis ouvert une ou deux fois à des directeurs d’établissements qui ne m’ont pas semblé saisir l’importance du traquenard. Je reste cependant fidèle au Privé et considère avec la plus grande circonspection, pour ne pas dire méfiance, le Public. Notre pays a un véritable problème avec le monde enseignant. Nous connaissons tous des professeurs ou instituteurs valables mais ils restent une minorité. Le reste, par contre, n’a rien à faire dans l’éducation. Ils ne font qu’amplifier la catastrophe par leur médiocrité, leur incompétence et leur aveuglement idéologique. Nous sommes désormais très loin du père de Marcel Pagnol. Une remise à niveau prendra une quarantaine d’années. La création de cours privé, hors confession, s’étend au fur et à mesure que le Léviathan étend son contrôle et s’emploie à formater les jeunes esprits. On n’est pas loin d’Orwell.

        2. Higgins

          Nathalie MP, dont j’espère que l’opération s’est bien déroulée, nous livre dans ce billet un bel exemple de la stupidité laicarde (les établissements privés catholiques sous contrat n’ont pas attendu l’Etat pour s’ouvrir à la mixité sociale) et de la connerie congénitale de nos politiques : https://www.contrepoints.org/2019/10/12/355556-ecole-des-3-ans-encore-un-couac-majeur-du-gouvernement
          L’exemple des portes ouvertes est édifiant.

  24. taisson

    Xavier, il faut éviter de dire n’importe quoi…

    Les années cinquante…j’en ai des souvenirs précis, puisque né en 46…A partir de 9 ou 10 ans, un enfant pas trop idiot de cette époque, avait déjà une vue assez lucide, des difficultés de la vie !
    Et comprenait immédiatement ce qu’étaient les classes sociales !!
    Le boss à déjà partiellement répondu sur le niveau de vie…Je confirme ! Né à Paris, vivant dans les immeubles pour ouvriers, qui étaient un progrès datant de Napoléon III, Tout y était d’origine !!!
    L’hiver il fallait remonter les seaux de charbon pour le poêle…
    Les loyers ridicules ne permettaient aucune réparation ni entretien, et les bailleurs commençaient seulement à vendre par appartement…Mais personne parmi les occupants ne pouvaient les acheter !
    Toilettes et point d’eau collectif sur le palier, l’éclairage au gaz avait été démonté entre les deux guerres, et les tuyaux en plomb se réveillaient de temps en temps!.

    Mon père avait été pris pour un héro parce qu’il avait refermé un vieux tuyau avec un marteau pour stopper une fuite qui flambait tranquillement dans un couloir…Devant une bande de crétins paniqués…Souvenir impérissable !!

    Un téléphone chez le concierge, réservé aux extrêmes urgences!

    Le lait puisé dans un réservoir chez le laitier devait être bouilli immédiatement si l’on ne voulait pas s’intoxiquer ! Pas de réfrigérateur, de toute façon il n’y aurait pas eu la place de le mettre!
    Tout ce qui n’était pas consommé immédiatement était jeté…
    Les courses chez les » commerces de proximité » ou les produits, bien naturels étaient dans un état qui aujourd’hui les rendrait invendables !!
    Comme rien ne se conservait, les ménagères passaient une demi journée par jour à faire la queue chez les commerçants, pain , boucher, épicier, et on envoyait les gamins chercher le lait…Ou d’autres bricoles…

    Quand, plus tard, les premiers « super marchés » sont arrivés, ça à été comme une bénédiction divine !!

    La soit disant « malbouffe » industrielle à permis au gens du peuple des villes de pouvoir faire connaissance avec des produits différents et ils ont pu bouffer autre chose que des patates et des nouilles !!
    C’est sur que la qualité n’était pas au top, mais c’était déjà mieux qu’avant !!

    Et pour les bourges, c’était un peu moins grave, mais pas terrible non plus !!
    Les seules choses qui étaient mieux, mais alors beaucoup mieux, c’est le comportement des Français en général, toutes classes sociales confondues.
    Les privations et les années de guerre avaient « corrigé » beaucoup de gens..
    Les femmes et les enfants pouvaient sortir à n’importe quelle heure, et se sentir en sécurité ! Et il faut bien constater que les détraqués étaient bien moins nombreux…

    Une chose est absolument certaine, c’est que ceux qui ont moins de cinquante ans aujourd’hui, seraient très malheureux dans ce type de société ,et que les plus jeunes sortant de l’œuf, ceux qui manifestent « pour la planète », ne survivraient pas très longtemps, dépressions d’abord, puis vraies maladies, et avec leur très faibles défenses naturelles, la population diminuerait très rapidement!!.

    Ceux qui savent de quoi ils parlent vous disent: Plus jamais ça !! Il faut vraiment une dose de connerie énorme pour ne pas comprendre les bienfaits de la société industrielle !!
    Bien sur qu’il ne faut pas faire n’importe quoi, mais de la à être nostalgique de la misère, que l’on n’a pas connu, la, ça devient grave!!

    1. baretous

      je suis né à paris en 51…hiver 56 l’eau gelait dans la cuvette des wc.. a bientot 70 balais je continue a me laver « comme avant », savon gant de toilette et à poil devant le lavabo….il est vrai qu’un petit retour en arriere à certains petits merdeux ferait du bien… 🙂

        1. baretous

          comparaison n’est pas raison en l’occurrence.Je vois autour de moi ces branleurs « sauveurs de planete » quasi tous au rsa ou dans l’évenementiel donnant des leçons et completement paniqués dans l’épreuve la plus ordinaire. Ne foutant rien de leurs dix doigts ils ont peu de chance d’attraper le tétanos sauf a aller déposer des roses sur le lieu d’un attentat « zauront pas ma haine ».

          1. turlututu

            https://www.redstate.com/brandon_morse/2019/09/21/watch-australian-broadcaster-takes-spoiled-climate-protesting-students-epic-fashion/

            Pour les anglophobes :
             » Vous êtes la première génération à avoir demandé la climatisation dans chaque salle de classe ; vos leçons sont toutes faites à l’ordinateur ; vous avez une télévision dans chaque pièce ; vous passez toute la journée à utiliser des moyens électroniques ; au lieu de marcher pour aller à l’école, vous prenez toutes sortes de moyens de transports. Vous êtes les plus grands consommateurs de biens de consommation de toute l’histoire, vous achetez sans cesse les vêtements les plus chers pour être  » tendance » votre protestation est annoncée par des moyens numériques et électroniques.
            Les gars, avant de protester, éteignez la climatisation, allez à l’école à pied, éteignez vos téléphones et lisez un livre, faites un sandwich au lieu d’acheter de la nourriture de chez Mc Do.
            Rien de cela ne se produira, parce que vous êtes égoïstes, mal éduqués, manipulés par des gens qui vous utilisent, disant que vous avez une cause noble tout en vous amusant dans le luxe occidental le plus fou. Réveillez-vous, et fermez-la. « Informez-vous des faits avant de protester « .

              1. Al Bundy

                Faut avoir les nerfs bien accrochés, à débit normal sont speech doit durer 30 minutes, et en enlevant l’inutile (pt’in, 10 minutes pour dire que si y a plus de courant on peut plus prendre l’ascenseur ou aller au resto !! 😥 )

                en enlevant l’inutile donc, son speech d’ 1 heure tient sur une feuille A4 en bold 12 à lire en 3-4 minutes

                1. baretous

                  le mec obsédé par la com …on s’en fout un peu, sans élec il n’y a plus d’eau et plus de stations d’épurations donc plus de wc….et là on est très vite dans la merde…..
                  faites des plan d’épargne boites de conserve…

                  1. Al Bundy

                    Les station d’épuration spa grave quand y a plus de jus, ça déborde, c’est tout.

                    « faites des plan d’épargne boites de conserve… »

                    Argh, mais comment que je fais avec mon ouvre boite électrique !

                    1. Aristarkke

                      Variante : tu n’achètes que des boîtes de conserve avec un couvercle à anneau de traction pour l’ouverture.

              2. Pythagore

                Déjà vécu en 2003, à Detroit, MI. Black out sur toute la côte est des USA.
                Nous sommes arrivez en fin d’AM, aucun feu tricolore ne fonctionne, tiens, bizarre. Pas grave. Ns voulions refaire le plein, grosse queue à la station, bon pas grave, on va à l’hôtel, on verra demain. A l’hôtel, nous avons commencer à comprendre qu’il y avait un truc pas habituel, car là non plus pas d’élec.
                Le seul moyen d’info était la radio ds la voiture en fait.
                Le lendemain nous nous sommes mis en route à pied, à la recherche de vivres et surtout d’essence, car plus une goutte ds le réservoir.
                Nous avons trouvé un supermarché ouvert, ils vendaient les produits non périssables, donc nous sommes repartis avec gâteaux et fruits.
                Sur le retour, un gros black ds un pickup qui s’arrête près de nous « where did you find that !!?!!? ». « this way sir, this way ». Là on voit que certain deviennent assez rapidement agressif.
                Finalement grâce l’aide de qq locaux, nous avons pu trouver une station ouverte, remplir un petit jerrycan, retourner à la voiture, retourner à la station et grâce à qq manœuvres à la française pour couper la queue, faire le plein rapidement avant que la station ne soit vide et partir vers l’ouest, pour retrouver une zone alimentée, bien content.
                Le plus étonnant était le traitement médiatique:
                NY has no electricity ohhhh.
                24Hrs plus tard, NY a à nouveau de l’électricitè aaahhh bravo c’est bon tout est rétabli.
                Detroit est resté une semaine sans électricité ds l’indifférence totale.

                1. Al Bundy

                  C’est actuellement le cas en Californie je crois, ils ont coupé le jus pour circonscrire les incendies et il parait que c’est galère pour trouver du carburant pour les groupe electro.

                  Perso chez moi j’ai le groupe et la cuve de 1500 litres de fioul, en cas de black out comme en 1999, j’ai le forage pour l’eau et un chauffe eau propane qui ne nécessite pas de courant.

      1. Higgins

        Oui. Et cette réalité a perduré jusque dans les années 80 dans pas mal de coin de France. Je connais des endroits où l’électricité n’est arrivée qu’en 1977.

  25. Stéphane B

    Horreur absolue, google ose financer des associations qui sont contre le courant politique du réchauffement climatique. Vite, faut censurer google et passer par d’autres canaux.
    lefigaro.fr/secteur/high-tech/google-finance-des-organisations-niant-le-rechauffement-climatique-20191011

    1. Aristarkke

      Il est plus que temps de taxer parce que vu l’usage fait par Voogle de tous ces impôts non réclamés, n’est-ce pas, il y a de l’excès !

    1. taisson

      Il semblerait que le plantage soit surtout médiatique…
      Les policiers ont, depuis le début parlé de vérifications ADN…En doutant des concordances d’empreintes, ce qui n’est pas habituel !
      C’est sur qu’ils ont fait rater son week end à Joao! Et encore il s’en tire bien, identifié des le lendemain !!

        1. Le Gnôme

          Je parie que ces journaleux ne feront même pas leur mea culpa. Tant d’éditions spéciales avec moult avis autorisés et spécialistes en tout genre autoproclamés pour arriver en fin de compte à un oups, on s’est trop avancé, c’est d’un ridicule achevé.

          L’envie du scoop tue l’information.

      1. MCA

        @taisson 12 octobre 2019, 15 h 05 min

        Oui, mais il y a une leçon très intéressante à retenir de ce cas malheureux:

        1ere phase :

        Après avoir relevé les empreintes digitales sur un lieux désigné, la police rentre tout ça dans une base de données et le piège est armé.

        2ème phase :

        Quand pour pouvoir passer la sas on appose ses empreintes sur les lecteurs au niveau des aéroports et bientôt autres lieux (avec comme excuse habituelle la « modernisation » notre société, vous l’avez bien compris), suite à la lecture des empreintes big brother se connecte à la base de données… et devinez ce qui arrive?

        Jao n’est qu’un faux positif.

        Dans la vie courante si ça continue il va falloir porter des gants ̶H̶1̶6̶ H24 pour éviter de déposer ses empreintes là où un malfaisant aurait par mégarde déposé les siennes.

        Sioux, non?

        Le plus rigolo c’est qu’ils pourront très bien vous laissé enfermé dans le sas le temps de procéder à la cueillette.

        J’en connais qui vont apprécier de rater l’avion en attendant les éventuels tests ADN…

  26. Blondin

    J’ai 24h de retard désolé
    Le tract c’est un vrai !!!???!!!
    Honnêtement j’ai rigolé en le lisant (avant de lire l’article) et j’ai cru que c’était un pastiche du patron.

    1. kekoresin

      Je t’enverrais tous ces post hippies dans les champs façon Mao pour aller désherber la datura avec les dents. Bande de petits cons en trop bonne santé qui vivent dans le confort et en accusent leurs bourgeois de parents. On se croirait revenu aux belles heures des années 70/80 avec poster du Che dans la chambre et profs vénérant Sarte et Mao dans des écharpes blanc et noir à pompons.

      https://youtu.be/0_wzjO-54JA

      Sinon sur Facebook tu peux trouver une petite vidéo de yoga de la terre – à mourir de rire !!!

        1. kekoresin

          Ho waouh nom d’une couille flétrie! Je pense que l’expressionniste corporel avec dreadlocks sur ce qui lui sert de système nerveux primitif a eu raison du flegme légendaire des bobbies !

      1. Pythagore

        @Keko: le yoga est plutôt une école d’ascèse, un apprentissage de sérénité devant la contrainte et une connaissance de son corps. Rien avoir avec ces clowns, qui à la moindre difficulté vont pleurer ds les jupes de leur mère ou de maman état.

        1. kekoresin

          Merci au philosophe et mathématicien grec pour cette définition moi qui croyait que cette discipline consistait à manger des psylo, puis faire n’importe quoi devant des amishs en robes longues qui tendent leurs paumes vers le haut en roulant des yeux fous dans des orbites instables. Je crois qu’après cette répétition sur ma personne tu peux aller leur expliquer ce qu’est le yoga. Bon courage…

  27. glot

    je connais un vieux con qui est complètement séduit par Extinction Rebellion.
    Il va systématiquement à leurs manifs et il a le cerveau complètement envahi par l’idéologie verdasse.
    Je pense que c’est quelqu’un qui avait autour de 25 ans en mai 68 et qui est resté frustré de ne pas y avoir participé Il veut avoir une nouvelle chance d’être acteur de la « révolution promise par XR » en s’immergeant dans ce mouvement gauchiste.
    En tout cas c’est pathétique de le voir, lui et quelques vieux cons qu’il a embrigadé, aller bloquer un pont ou un centre commercial.
    Franchement, il mériterait de se faire taper sur la gueule par des flics passablement énervés; ça lui servirait de leçon.

    1. Citoyen

      C’est curieux tout de même … Mais les Rebelles à l’Extinction de leur cervelle, ne vont pas faire leurs manifs débiles en Chine … C’en est à se demander pourquoi ? … Et ce qui peut bien les arrêter … une sorte de discrimination ? … Allez comprendre ….

    1. kekoresin

      Il y a surtout des rejetons issus de la classe moyenne supérieure de type caucasienne. Bref, des insignifiants qui n’ont jamais manqué de rien mais qui trouveraient ça exotique de s’y essayer. Comme on dit, ceux qui se foutent du pognon sont ceux qui n’en manquent pas!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.