Les performances d’Odette, de Louis et de Kevin

En musardant sur la toile, on tombe des fois sur des choses amusantes.

Comme ceci :




Conclusion : Kevin est un gros loser.

Il s’agit d’une pub proposée par Têtu. Et déjà, quelques articles sur la toile relatent le « message frais, funky, léger » et la conclusion qui s’impose : la capote conserve.

Bon.

Si on écarte le cas pathétique de Kevin dont la photo laisse présager une utilisation plutôt sous forme de bombe à eau que de façon plus conventionnelle, force est tout de même de constater que nos deux septuagénaires (octogénaires ?) sont … remarquablement en forme.

Eh oui. En France, on vend moins de 100 millions de capotes par an. Comme la population sexuellement active est d’au moins 20 millions de personnes et qu’en général, la capote s’utilise plutôt en couple, ça fait en gros 10 capotes utilisées par couple et par an. En moyenne, et c’est une estimation relativement élevée. Je sais, il y a des gros malins ici qui ne manqueront certainement pas de dire qu’ils en utilisent deux ou trois fois plus, mais d’une part, je doute qu’ils tiennent la cadence pendant 30 ans, et d’autre part, peu importe, on parle de grandes masses, ici.

Ce qui veut donc dire que dans une vie bien remplie sexuellement, une personne peut, sensément, utiliser quelques centaines de capotes. Disons, 1000 et n’en parlons plus.

Ce qui classe immédiatement Odette et Louis dans la catégorie des bêtes de foire, avec 14 fois le score moyen.

Ils ont la santé, ça, c’est sûr.

A moins bien sûr qu’Odette n’ait tenu un bordel étant jeune et qu’elle en achetait donc pour ses protégées. On supposera ensuite que Louis, lui, était réalisateurs de porno (et qu’il a fait ça de façon relativement soutenue pendant toute sa carrière).

Tout s’éclaircit donc.

En revanche, on peine à comprendre comment ces nombres ahurissants n’ont pas fait tiquer plus de monde…

J'accepte les Bitcoins !

19Lpz5AYJvWt6UcsatKv2ycbR8R6FBQTxo

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires17

  1. bibi33

    Sachant que l’épidémie de SIDA débuta il y a 30 ans la petite Odette consomme plus d’une capote par jour.

    Car h16 du temps de la jeunesse d’Odette on ne mettait pas de capotes quand on allez au bordel!

  2. Bob

    Avant le SIDA, il y avait quand même d’autres cochonneries.

    Elle aété mariée la Odette ? Parce qu’en général, la capote dans un couple stable… ou comme moyen de contraception du pauvre ?

  3. h16

    Moi, je pensais plutôt pour les fêtes : ça fait de jolis ballons décoratifs, moyennant un peu d’hélium. Et puis des ballons goût fraise ou vanille, cannelés ou nervurés, ça le fait, non ? C’est qu’ils savent faire la fête, Odette et Louis !

    … Et puis, ça donnerait un air Festif et terriblement dans l’air du temps à Up, le dernier Pixar. Non ?

  4. Hoho

    Selon l’INSEE, en 2007, on recense 893 cas de contamination, ce qui représente 0.003% de la population active.

    Si quelqu’un connaît le montant annuel des aides publiques versées aux associations, je suis preneur.

  5. Higgins

    J’ai par ailleurs cru comprendre que sur le Net, se faire traiter de Kevin (que ceux qui portent ce prénom me pardonnent) n’était à priori pas un compliment. Choix curieux pour la cible jeunesse!

    Pour Odette, elle officiait au One-Two-Two à la grande époque. Elle y a épuisé la haute administration d’occupation.

  6. adnstep

    "Eh oui. En France, on vend moins de 100 millions de capotes par an. Comme la population sexuellement active est d’au moins 20 millions de personnes et qu’en général, la capote s’utilise plutôt en couple, ça fait en gros 10 capotes utilisées par couple et par an."
    Euh, oui mais non :
    - tous les couples n’utilisent pas de capotes, donc ça restreint le nb de couples, et augmente le quota de capotes par couple en utilisant.
    - toutes les capotes ne sont pas utilisées par des couples (ex : triolisme, boîte échangiste, fétichisme, etc etc) . Donc ça devient plus difficile de compter juste.

  7. gnarf

    Personne n’a vu la capote du club? H16 c’est pas toi le dernier a l’avoir utilisee? T’aurais pas oublie de la remettre sur la corde a linge?

  8. xavier

    arrêtons les conneries ! la capote à grande échelle (relativement grande d’après les chiffres rapportés ici) n’arrive qu’à la fin des années 80.
    avant, il s’agissait d’un truc de jeunes avant d’avoir une relation un tant soit peu stable.
    yvette et louis n’ont jamais utilisé de capotes de leur vie !

  9. Chitah

    N’oublions pas qu’en cas de rapport oral,vaginal,anal (dans l’ordre ou dans le désordre) on est censé changer de capote. Sans parler bien sûr du cas de changement de partenaire en cours de rapport.

    L’idée, c’est peut-être juste que Louis et Odette sont de gros partouzards!

  10. DoM P

    En se baladant dans les rues de Paris, ces jours-ci, on peut tomber sur des affiches de ce type :
    [photo]

    14123 capotes, tout de même. En assumant que notre bonhomme a 70 ans, et qu’il tient une forme olympique depuis l’âge de 15 ans, ça nous donne une moyenne de 5 préservatifs par semaine. Connaissant un peu les statistiques nationales, je peux déjà affirmer que cet étalon est bien au-dessus de la moyenne des couples les plus actifs, c’est à dire les 30-40 ans. Et 5 par semaine, ce n’est qu’une moyenne ! 5 rapport par semaine à 70 ans, c’est incroyable. Mais ce n’est pas tout. Ça sous-entend aussi que, pendant l’intégralité de sa vie sexuelle, il n’a jamais eu confiance en ses partenaires.
    Pour ceux, nombreux, qui ont eu l’occasion de tester ce tue-l’amour en latex, il paraît évident que dès qu’on se connaît un peu, la confiance aidant, on fait un test MST et on évite de se promener le sexe encapuchonné. Or, cette confiance s’acquiert assez vite. En quelques semaines, tout au plus. J’en conclus donc que l’athlète dont il est ici question, en sus de multiplier les capotes, a également multiplié les partenaires -disons une par mois-, ce qui lui ferait un grand total de 660. Pas mal. Autre hypothèse : Il n’a aucune confiance en ses partenaires car il en change très fréquemment. A la limite, il arrive à 14123 partenaires…
    Mouais…En fait, ce n’est pas du tout ça. Le soucis de vraisemblance n’est pas plus présent ici que dans le dernier film de Tarentino Car le but n’est pas là. Le but est ici de toucher une jeunesse de plus en plus décérébrée par la télé (et les films, bien sûr). L’usage d’un vocabulaire cool, voire hype, en est la preuve : "capote". Pas préservatif. Trop vieux, trop ringard. Non. Capote. Et peu de mots. Tout dans le visuel. On nous aurait bien montré un sexe en gros plan, mais je suppose que quelques réactionnaires vieux-jeu ont dû y opposer leur véto…
    Du coup, quand on comprend bien la cible, on s’inquiète plus du message. Car il ne s’agit pas tant ici de se protéger que de jouer sur la performance. 14123 capotes, dis, tu te rends compte ? ou, plus dans le vent : 14K Kpot, tt ren cont? On glorifie la performance sexuelle sous l’unique critère du nombre prétendu de relations. Et on invite les destinataires de cette pub à agir de même : Allez-y! De toute façon, avec une capote, tout est possible ! La morale, les sentiments, les ressentis n’entrent pas en ligne de compte. Le sexe, rien que le sexe, et tout pour le sexe. Le sexe désincarné, transformé en simple objet de plaisir au même titre qu’un billet de fête foraine, perd alors son caractère unique, presque sacré, de la sublimation de l’union d’un homme et d’une femme (ou autre versions homosexuelles). Exit donc la pudeur, l’amour, le respect, le besoin de fusionner avec l’autre. Une bonne bourre, rien de tel!
    Or, quelle population plus que les homosexuels est in à ce point ? Aucune. La mode, aujourd’hui, c’est de copuler avec l’autre sexe. Surtout dans la capitale, dont le maire montre l’exemple en donnant non seulement de sa personne -surtout une certaine partie de sa personne- mais aussi beaucoup d’argent. On ne s’étonnera donc pas d’apprendre que le magazine Têtu se trouve derrière cette campagne de pub qui, du coup, passerait plus pour une campagne de… com. Histoire de promouvoir, encore un peu plus, un certain style de vie. Pour peut-être un jour parvenir à l’imposer.

    Un jour, être hétérosexuel, ça sera ringard…

  11. bibi33

    >Le sexe désincarné, transformé en simple objet de plaisir au même titre qu’un billet de fête foraine.

    Attraper la queue de Mickey!

  12. Pakounta

    A part ça, à vue de nez, Odette a perdu ses dents à force de sucer du caoutchouc.

    Trève de plaisanterie. Je suis vieux et je ne connais personne qui ait utilisé des caoutchoucs avant les années 80, sauf pour aller aux putes, ou quand la fille relevait d’un avortement et n’avait pars trop envie de remettre ça (avant la pilule).

    Ca me rappelle les pubs qu’on voyait au moment de l’interdiction du tabagisme en public, avec des gosses entourés de montagnes de clopes : on nous expliquait qu’ils avaient fumé je ne sais combien de dizaines de milliers de clopes, bien que non fumeurs. L’équivalent de la consommation d’un quinquagénaire gros fumeur… Grotesque.

Laisser une réponse

(obligatoire)
(facultatif)