La bêtise nationale brute

Entre les atterrantes bêtises dégoisées par nos politiques et, hier soir,la preuve ultime de l’appartenance de Ségolène Royal à la Secte des Raëliens, l’actualité déverse un flot continu de faits divers à commenter et il est bien difficile, actuellement, pour le blogueur politique, de se tenir au courant : on a à peine le temps de s’exprimer sur un sujet qu’en arrive un autre, plus grotesque que le précédent…

Et là, c’est la dernière saillie de SMS[1] qui donne l’occasion de relancer le bastringue, une fois de plus. En plus, ça tombe bien, je vais pouvoir rebondir sur les billets éclairés de mes confrères Kiwi.

Pour résumer la polémique, il semblerait que le président, qui oublie sans doute de prendre ses calmants lorsqu’il compare les résultats de la croissance française aux autres pays européens, dans son habituelle cohérence et la constance qui aura été la pierre d’angle de tout son mandat, a décidé de tout flanquer par terre. Au fur et à mesure que le PIB s’enfonce, il lui est apparu urgent de trouver un dérivatif à cette réalité observée pour lui : le bonheur (le sien notamment) n’est pas du tout corrélé à la croissance, et au produit intérieur brut.

Et pour une fois, le bougre a raison : sur les dernières années, en effet, son sort s’est considérablement amélioré alors que celui des Français, lui, n’a pas totalement suivi le même chemin. On sent même qu’une partie de moins en moins congrue s’est en effet perdue en route sur le petit chemin du bonheur qui sent la noisette et que Nicolas arpente de son pas altier en sautillant, ignorant totalement de ces aspects, et entouré par la bande de petits chiens fous de conseillers et de ministres qui japent joyeusement.

On croirait une illustration pour un album de Martine, tiens…

Or donc, pendant qu’il caracole en tête, casaque bleu-blanc-rouge toque rose, le peuple, lui, s’est un peu vautré dans une chicane sans avoir pris la précaution de numéroter ses abatis et doit maintenant se ramasser à la petite cuillère pendant que notre aimable locataire de l’Elysée gazouille avec des prix Nobel d’économie en grignotant, le sourire au bec, des petits fours payés par les contribuables qui sentent qu’ils vont encore devoir payer la TIPP et la taxe carbone sur la vaseline dont ils ne peuvent plus se passer.

Il ressort donc au final que le PIB, c’est bien, mais une mesure du Bonheur National Brut, ce serait plus chouette.

Et comme ça vient de Stiglitz, au sérieux toujours démontré, c’est du solide, du non-discutable. D’ailleurs, même si le pauvre Nobel embringué dans cette aventure douteuse explique que le PIB, finalement, n’est pas erroné mais juste utilisé de travers, plus personne ne l’écoute et nous voilà, à nouveau, haletant, à la (pour)suite du chef de l’Etat, vers les sommets riants et prometteurs d’une nouvelle mesure, d’un nouvel outil statistique que – vous vous en doutez – le monde entier nous enviera sans jamais nous copier.

A ce point de l’exposé, on pourra signaler, déjà, la vacuité du propos : comme à son habitude, la starlette des institutions, dans de grands moulinets froufroutants de son boa républicain, nous a fait son show pour vendre sa soupe, mais a surtout laissé une foule de questions en suspend. Pas étonnant : encore une fois, il s’agit avant tout d’un exercice de communication du président qui veut absolument se parer des paillettes sociales et autres artifices moralinés en, je cite en substance, moralisant l’économie et intégrant dans la mesure de la richesse la notion de bien-être et de sa soutenabilité.

Ouais. Tout de suite, je dois dire que ça me parle au plus profond de moi-même au niveau du vécu.

Pour Sarkozy, il s’agit d' »ouvrir une brèche dans les habitudes de pensée« . De mon côté, je pense qu’il a ouvert une nouvelle brêche dans le Barrage à Conneries placé en amont du fleuve Débilités, barrage qui alimentait déjà l’usine conno-électrique permettant de fournir une énergie malheureusement abondante, durable et renouvelable à l’industrie d’Excitations Médiatiques Stériles qui produit maintenant pour notre homme à un rythme taylorisé d’ahurissantes naiseries fumigènes pour tenter de faire croire qu’il fait quelque chose. Oui, je sais, ça fait une putain de phrase.

Et c’est donc à coup de petites phrases chic et choc que notre catalyseur d’épiphénomènes oiseux veut nous changer le PIB à grand coup de slogans pub : Le rapport Stiglitz vise à remettre l’homme au centre de l’économie, pour éviter le fossé d’incompréhension entre l’expert convaincu de son savoir et le citoyen dont l’expérience de la vie est en décalage complet avec ce que racontent les chiffres.

La vraie nouvelle est là, en fait : d’après Nicolas Sarkozy, « Le problème vient de ce que le monde, la société, l’économie ont changé et que la mesure n’a pas assez changé » ce qui conduit le chef de l’état à être un pilote sans boussole.

Ce qui est terrorisant, quand on y pense, c’est donc que depuis plusieurs années, on a donc laissé le manche à balai à des gens qui, globalement, étaient aveugles ou volaient dans la purée de poix. Notez qu’on s’en doutait un peu, au vu des résultats.

Et notre président à tous veut donc nous faire croire qu’ayant constaté tel désordre, il lui fallait agir pour retrouver compas, boussole, GPS et balises de guidage. En remplaçant l’instrument objectivement foireux par un bidule approximatif subjectivement flou. Le raisonnement pousse ici dans son retranchement le plus profond la logique de base.

computerman

Pour un homme qui veut sortir de la « religion du chiffre », c’est surprenant ; en fait, Sarkozy ressemble de plus en plus à un nouveau super-héros Demaerd, ComputerMan ! Il ajoute des taxes, soustrait du pouvoir d’achat, divise l’opposition et multiplie les bourdes ! Les 4 Opérations de Bases Réunies Dans Un Seul Homme !

Ce qu’il montre surtout, c’est qu’à vouloir absolument changer d’indicateur, on n’en montre que mieux que l’ancien, tout criblé de défaut qu’il puisse être, avait le mérite d’être partagé par tout le monde et permettait, surtout, de comparer et de voir que oui, l’herbe est parfois plus verte ailleurs.

En plus de l’aspect totalement artificiel de ce genre d’annonces retentissantes (La Fraônce, Eternelle et Lumineuse, Va Se Doter D’Un Nouvel Indicateur, comme le Bhoutan) dont on sait fort bien qu’il ne sera pas suivi d’effets ou, tout du moins, que les effets seront microscopiques, on se demande exactement à quoi peut bien servir ce genre d’agitations si ce n’est pour montrer qu’on existe.

De toute façon, que ce soit avec ou sans PIB, ce pays est foutu.

Pour terminer ce long billet, j’aimerai savoir ce qu’en pensent Ruminance (qui m’a bien fait rire avec son billet sur Besson, devenu officiellement homme-poulpe depuis qu’on s’est rendu compte qu’il n’avait pas de colonne vertébrale)  et l’Hérétique (attention, billet polémique).

Notes

[1] Sa Majesté Sarkozy

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires23

  1. le chafouin

    « les contribuables qui sentent qu’ils vont encore devoir payer la TIPP et la taxe carbone sur la vaseline dont ils ne peuvent plus se passer. »

    Mais où vas tu chercher tout ça??

    H16, je t’aime.

  2. Seb de CaRéagit

    Sur le sujet de fond, rien à redire, en plus tu as lu mon argumentation sur la question !

    En revanche, Kiwis a eu raison d’exister au moins pour que je tombe sur ton blog. Arf, une plume si particulière. J’adore.

  3. falconhill

    Il a raison Seb, il est bien ton blog.

    Par contre, le lien de désir d’avenir que tu donnes ne marche plus…….. (mwarfffff ^___^)

    Et sur le fond du billet, oui, c’est vrai. C’est très vrai. Et moi aussi je me dis qu’il serait tant que je passe à la pharmacie : mon tube de vaseline est bientôt terminé…

    Je ne sais pas si changer d’indicateur rendra la connerie plus supportable… (soupir). Bonne journée

  4. L’hérétique

    Salut H16
    C’est un sujet qui m’intéresse. J’avais déjà lu le billet de Toréador et je me doutais bien que tu allais rebondir. Je suis près de penser comme toi, et, à vrai dire, je me méfie profondément quand on commence à vouloir mesurer quelque chose d’aussi subjectif et difficilement définissable que le bonheur. J’illustrerai cela avec l’idée que s’en font les Stoïciens…

  5. Marie

    H16, merci d’exister ! Les merveilles de notre vie politique ont au moins le mérite de vous inspirer des billets très drôles – la preuve, mon Bonheur National Brut personnel s’en trouve quotidiennement tout ragaillardi. Le bruit court d’ailleurs à l’Elysée que votre blog fera partie du Nouvel Indice de Mesure du Bonheur National.
    @falconhill : les rubriques du site de Ségolène ne marchent effectivement pas, mais sa vidéo en page d’accueil, si !

  6. Toréador

    Moi je suis plutôt favorable à la réflexion mais j’aurais préféré un calcul différent du PIB plutôt qu’une batterie d’indicateurs.

  7. Arkh

    « moralisant l’économie et intégrant dans la mesure de la richesse la notion de bien-être et de sa soutenabilité »
    Si cet indicateur intègre la soutenabilité du mode de vie, il ne va pas être haut pour la France. Parce qu’avec la dette qu’a déjà accumulé l’état et qu’il continue à creuser, on sent bien que le mode de vie de la France n’est pas soutenable.
    Mais bon, on sent bien l’influence des soixante-huitards : de véritables cigales qui ne cherchent qu’une chose, assurer leur bien-être sur le dos des autres.

  8. b.mode

    Tout d’abord, bien content de t’avoir fait rire avec mes billevesées, c’est le but de la manoeuvre. 😉
    Pour répondre à ta question, de prime abord, je dirais qu’il s’agit une fois de plus d’un effet de com du joueur de flûte. L’important en Sarkozie, ce ne sont pas les résultats tangibles et incontestables, mais ce que l’on va pouvoir communiquer via les médias complices à la population exsangue. Regarde l’armada de conseillers de communication qui errent autour du roitelet. Louvrier, Saussez, Charon, Buisson, j’en passe et pas forcément des meilleurs. Qu’importe que la France s’enfonce lentement mais sûrement dans le chaos, ce qui compte, c’est que les Français soient persuadés d’avoir à leur tête un guide éclairé et travailleur. Mais peut-être que je m’égare. Peut-être suis-je hors sujet ?

    PS : en ce qui concerne ton blog, ma sympathique mais brève appartenance aux Kiwis m’a permis également de découvrir ton style que j’apprécie particulièrement. Que les fruits verts en soient remerciés ! Olé ! 😉

  9. maurice b.

    >et nous voilà, à nouveau, haletant, à la (pour)suite du >chef de l’Etat, vers les sommets riants et prometteurs >d’une nouvelle mesure, d’un nouvel outil statistique que – >vous vous en doutez – le monde entier nous enviera sans >jamais nous copier.

    Mine de rien, vous êtes frileusement conservateur.

    1. @maurice : carrière sans avenir mine de rien, je préfère être conservateur pour certaines choses. Ça évite à certains plats de pourrir, les conservateurs…

  10. carole

    Il manquait plus que ça ! NS veut copier le Royaume du Bhoutan et son Bonheur National Brut.
    Encore une nouvelle abérration, un lifting pour masquer notre économie en berne !

    Le bonheur va remplacer l’€.

  11. Emma

    Merci h16, vous êtes très en verve et vous avez raison ce n’est pas en cassant le thermomètre (ou en changeant de modèle) qu’on remet le malade sur pied.

  12. adnstep

    Mesurer le bonheur, mais avec quoi ?
    Certains se contentent de peu. D’autres ont besoin de beaucoup. Mais le PIB n’est certainement pas le nec plus ultra de la bonne santé d’un pays. Après tout, le PIB a été inventé pour mesurer les effets de la grande dépression sur l’économie US dans les années 30. En quoi reste-t-il pertinent en France, en 2010 ?

    Le PIB est une mesure relativement imprécise et qui aplatit en 1 dimension des douzaines de critères. Sa seule pertinence est d’être un indicateur utilisé globalement de la même façon partout dans le monde et c’est à ce sujet qu’il reste tout de même pratique bien que très imparfait : on peut comparer, avec toutes les précautions d’usage qu’il faut quand on a un outil grossier pour cette opération…

Laisser un commentaire