Pas nette neutralité du Net

Et voilà un mois de février bien bouclé : quatre semaines, ça passe vite. Tellement, d’ailleurs, qu’on a un peu cette impression de n’avoir avancé sur rien…

Prenez les sujets d’importance comme la criiiiise. Rien ne semble avoir vraiment évolué : le gouvernement continue, tête baissée bien droit dans son petit casque, à pédaler vers le mur en ahanant de plus en plus lourdement sous l’effort, en répétant avec insistance son mantra de concentration « Cépanou, céléméchanlibéros. Cépanou, céléméchanlibéros. Cépanou, … »

Grand comme ça, je vous dis !

Si l’on prend la bagatelle comme les élections, même constat : les batailles de petits-suisses dans la cantoche continuent de plus belle, ça s’éclabousse à grands bruits, et le Français moyen continue d’observer tout ça d’un œil blasé de celui qui sait pertinemment que tout ça ne fera pas chauffer sa marmite, au contraire. Et avec la tempête, on va même plus loin dans le ridicule : l’eau ne s’est pas encore retirée des pavillons charentais que certains tentent déjà la petite polémique politicienne, pour ajouter les catapultages de petits pois à l’homérique bataille de fromage frais qui se déroule en arrière-plan..

Tenez : même sur la neutralité du Net, rien ne semble avoir vraiment évolué, au contraire même : on se lance à nouveau dans un projet législatif alors qu’on pourrait fort bien s’en passer… Mais je vois dans votre regard que vous semblez perdu : « La neutralité de qui de quoi qu’est-ce que c’est ? »

Mmmh, oui, je crois qu’on va devoir faire appel à la spécialiste de la question, qui a tenu à conserver son anonymat – désignons-la donc par son pseudo en ligne, @nk_m – pour nous éclairer sur le sujet.

Une politicienne qui vous veut du bien.

En gros, la Neutralité du Net, c’est le concept selon lequel chaque utilisateur a le droit d’avoir accès à un internet dont le contenu n’est pas filtré en fonction de son fournisseur d’accès, son appareil ou son prestataire de service. Oui oui, encore un nouveau droit.

En somme, si un méchant constructeur, un vilain prestataire de service ou un maudit fournisseur venaient à filtrer le net pour ne laisser passer, par exemple, que les octets fraise et pas les octets vanille, la Neutralité du Net arriverait séant et déclarerait : « Nan, c’est mal, car vous avez le Drwâ à un Internet Non Filtré ».

Ce qui pose d’emblée plein de questions, dont toutes ne sont pas existentielles : mettre un petit mouchard hadopiesque, serait-ce fauter ? Inspecter les petits paquets qui voyagent sur le réseau, pour les empêcher d’arriver à bon port, ce serait donc mal ? Crypter les données de bout en bout, ce serait donc souhaitable ?

Quoiqu’il en soit, on saisit tout de suite qu’il a urgence à agir : comme on peut le constater, tous les jours, de vilains prestataires, de méchants fournisseurs et d’abominables constructeurs parviennent à construire un Internet toujours plus fraise et de moins en moins vanille. Des entreprises privées qui empêchent complètement des internautes d’accéder à des données, ça se voit tous les jours, comme par exemple…

… comme par exemple (attendez, ça va me revenir)

… comme par exemple ah oui en Chine où le gouvernement filtre activement son réseau ah oui mais zut ce n’est pas une entreprise privée.

Mmmh.

La neutralité du net serait-elle une arme de plus pour le moutontribuable Citoyen contre le Gouvernement ? Voilà qui pourrait devenir intéressant.

Comme @nk_m ne semblait pas totalement synchro sur le sujet, elle a décidé de faire un petit playback en utilisant une troupe d’artistes convoqués pour l’occasion.

Comme d’habitude en France, quand un problème – ici, le filtrage honteux par des sociétés privées – ne se pose pas, on fait vite vite une commission, on paye cher cher des gens pour grignoter des petits fours, on fait venir la presse youpi youpi et on pond pif paf une loi totalement inutile qui viendra encombrer les textes déjà existants, tout en ne tenant absolument pas compte des technologies qui rendront l’édifice caduc six mois avant même son application.

Dans le groupe, on trouve quelques fonctionnaires ou assimilé (étonnifiant) comme le directeur de l’INRIA, le président de RENATER, de l’ISOC, des acteurs d’internet, et un avocat d’affaire. Tout ça pour discuter, je vous le rappelle, d’un problème qui n’existe pas.

Au passage, l’avocat d’affaire, dénommé Winston Maxwell, est un fervent partisan du Deep Packet Inspection, procédé qui revient, pour les fournisseurs, à rechercher dans les paquets ceux qui pourraient contenir des informations particulières. On n’est pas loin d’une commission dont la neutralité elle-même est étrangement biaisée. Cependant, pas de quoi trembler : la DPI est une blague qui risque surtout de faire basculer tous ceux qui veulent vraiment être tranquilles dans les solutions de cryptographie et d’obfuscation sévèrement burnées.

Bref, pour ce qui est de protéger les gentils naïfs qui voguent sur la toile de la non-neutralité des tuyaux privés sur lesquels passent leurs petits paquets, la commission mise en place ne semble pas tout à fait apte à proposer quelque chose d’opérationnel.

Cette commission sera-t-elle au point pour, a contrario, garantir la non-intervention de l’État sur le réseau ?

On peut en douter : la famille @nk_m ne s’est jamais spécifiquement affichée contre les trois sœurs mutantes DADVSI, HADOPI et LOPPSI. De même, tant l’incontinent de la vessie fiscale, locataire de l’Elysée que ses ministres en charge du petit monde intérieur, tous sont adorateurs d’un Loft Story national et de vidéo-reluquage à l’échelle du pays. On les voit mal se dédire « Oups pardon rayez tout ça, et en avant la musique« .

Autrement dit : sauf à imaginer que la commission prône, à la surprise générale, que l’état retire ses sales pattes du sujet, il n’y a rien à attendre de bon de tout ce mic-mac dont l’essence même est de faire croire à l’existence d’un débat là où tout est déjà joué d’avance.

D’ailleurs, on pourra jeter un œil morne à la vidéo de cet article dans lequel les intervenants se bousculent mollement pour fournir une vision pour le moins confuse de la problématique dans un salmigondis de grands idéaux et une absence frappante d’exemple concret, ponctués de petits mouvements de mains, de mots-clefs comme « démocratie », « citoyen », « débat », « régulation », qui font crier Bingo dès la première minute, et de « heu hein heu ah heu » révélateurs : tout se passe à la hauteur stratosphérique des idées de concepts de méta-abstractions schématiques.

« C’est une consultation tous azimuts, très large, parce qu’on n’a pas d’idée a priori. » y déclare ainsi la sémillante @nk_m, et on la croit sur parole : tous azimuts, c’est à dire dans tous les sens, et a priori, sans aucune idée.

Voilà qui augure du meilleur et ne fait pas du tout penser à la course d’un poulet décapité dans une basse-cour.

De mon côté, je préfère cette petite vidéo, tiens :

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires16

  1. falconhill

    Diantre, que la photo de la d’habitude charmante NKM est affreuse : ça va faire peur aux enfants.

    Billet interressant en tous cas… Et affligeant cette méthode gouvernementale…

      1. Winston the only (other) one

        *l’avocat d’affaire, dénommé Winston Maxwell, est un fervent partisan du Deep Packet Inspection*

        there you go !

  2. Démocrate

    «  » »… comme par exemple ah oui en Chine où le gouvernement filtre activement son réseau ah oui mais zut ce n’est pas une entreprise privée. » » » » » » »

    Vous auriez pu rappeler là, l’UMP qui avait pris modèle sur la Chine avec 2/3 touches de Frédéric Lefèvre.

    «  » » » »h16 a répondu:
    mars 1st, 2010, 16 h 14 min

    Ménon ménon. Vu de loin, c’est au contraire assez rigolo. » » » » »

    Hélas, il me semble que nos amis Belges s’y mettent aussi. Après les paradis fiscaux pour fuir le racket que nos social démocratie nous imposent, va t’on assister au développement de paradis du net hébergeant contenu, site, données, … ?

    1. Les paradis du net, ça existe déjà… (une recherche google vous en fournira en quelques secondes : cryptés, anonymes, sécurisés)

    2. Fredo

      A propos de Frédéric Lefèvre, je ne sais plus quel célèbre journaliste à l’esprit assez indépendant rappelait l’autre jour à la télé que ledit sieur refusait encore d’être interviewé et avait décliné son invitation à la radio pour la 27e fois. Toussa parce que un jour il avait osé lui demander ce qu’était le Web 2.0 ! Et que bien sûr messire n’avait pu répondre.

      Dans le genre des politiques qui veulent traiter de sujets qu’ils ne maîtrisent pas on atteint de plus en plus des sommets.

      CPEF

  3. simple citoyen

    Bonjour H, et tous les autres (un petit coucou amical à l’oiseau sauvage des Cévennes).
    Votre billet est comme toujours très agréable à lire. Il me semble néanmoins que vous passiez à côté d’un des enjeux de cette mascarade. S’il est vrai que cette commission ad hoc sanctifiera très certainement les mesures nécessaires à la signature d’ACTA (moins de deux mois et demi), ce qui est à mon sens sa véritable vocation, il n’en reste pas moins qu’une des conséquences probable également des mesures prônées sera un internet à plusieurs vitesses. Ce sont les techniques du band­with cap­ping ou tra­fic sha­ping.
    Je ne m’étendrai pas sur les aspects techniques et leurs conséquences, l’admirable Fabrice Epelboin le fait bien mieux que je ne le pourrais jamais:
    http://fr.readwriteweb.com/?s=neutralit%C3%A9&x=16&y=14
    En bonus, vous pourrez admirer les photos Lynn Saint Amour (avec un nom pareil, comment penser à mal?), de Winston Maxwell (lui aussi, vous en conviendrez cumule la symbolique patronymique) ou encore Michel Cosnard (PDG INRIA) Tarik Krim (un sperbe entrepreneur) et Dany Vandomme (RENATER). Bref vous saurez tout tout tout, vous saurez tout sur la NetNeutrality, la fausse, la vraie etc…

    1. Le trafic shaping et le bandwith caping sont des procédés qui sont et seront mis en place indépendamment de la neutralité du net, tout simplement parce que c’est dans l’intérêt évident de chaque fournisseur d’accès. Mais si les pratiques de ces derniers devaient dévier d’une simple optimisation rationnelle de leurs moyens, il est plus que probable qu’une partie des internautes (pas tous, mais une partie) se détourneraient des fournisseurs traditionnels pour aller vers d’autres dont les mesures de shaping & de caping seront plus en adéquations avec leurs besoins.

      Autrement dit, j’ai une furieuse tendance à penser que le marché saura répondre aux défis de demains bien mieux que ne le pourra toute loi bricolée à la va-vite et dans le but à peine caché de faire une autoroute aux mesures sécuritaires et de surveillance…

      Cela posé, l’article que vous fournissez est effectivement fort complet. Je le recommande aussi.

      1. Mr T

        Bof, si je vous suis les FAI qui refuseront de se plier au jeu ramasseront la clientèle des autres et ceci contraindra l’agenda étatique… nos nouilles de politiques ne s’arrêteront pas devant un si petit obstacle, ils règlementeront à tort et à travers comme ils savent si bien le faire. Prochaine étape : couper les couilles aux FAI et leur imposer de sévères restrictions.

        1. Ceci ne peut durer qu’un temps, notamment parce que de par le monde, tout le monde ne pense pas la même chose et que les états ne sont pas tous – heureusement – aussi socialistes et interventionnistes que le français.

    2. Mr T

      Intéressant ce lien

      Décidément je déteste ce terme « neutralité du net ». Principalement parce qu’il n’a pas de sens à mes yeux, et aussi parce qu’au départ il me semble sortir du discours de politiciens fourbes qui se camouflent derrière ce concept foireux pour justement imposer un filtrage des contenus (voir Morano et ses copains/copines et ce qu’ils pensent du concept de « neutralité » du net).

      Je préfère nettement parler de « liberté du net » donc.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.