Wikileaks d’Afghanistan : le débat qui n’aura pas lieu

La presse étrangère s’intéresse de près aux récentes révélations fuitées par Wikileaks, le site d’informations journalistiques alternatives anonymes qui avait été, on s’en souvient, à la source des images de bavures américaines en Irak ou du Climategate. Étonnamment, parmi les organes de presse choisis pour révéler les « journaux de guerre afghan », on compte un américain, un allemand, un anglais et … aucun français. Snif, snif, ne sentirait-on pas, ici ou là, l’odeur caractéristique de la pignouferie de presse ?

Avant de se prononcer sur cette question, faisons un rapide état des lieux.

Nous savons que les fuites ont été envoyées à trois journaux : The Guardian, The New-York Times, et Der Spiegel. Selon l’aveu même du fondateur de Wikileaks, ces trois organes ont été choisis pour leur maturité, leur rayonnement international et leur habitude du journalisme d’investigation. Mais, et c’est là que la question de la Pignouferie de la presse française prend tout son sens, Julian Assange, le fondateur de Wikileaks, explique son choix par la phrase sibylline suivante :

Et tout simplement, à l’exception de certaines publications en français, les trois meilleurs journaux d’investigations papiers sont The New York Times, Der Spiegel, et The Guardian.

Voilà qui confirme en tout cas que des journaux français avaient bel et bien été envisagés pour servir de sources primaires. L’interprétation de l’abandon final de ces titres français, donnée par Adriano Farano, chercheur en journalisme à Stanford, laisse songeur :

Pourquoi ? Parce qu’en France, les médias traditionnels ont, depuis longtemps, décroché avec le travail d’enquête, par manque de moyens et, dans certains cas, de vraie indépendance. Certes, il y a l’exception notable du Canard Enchaîné mais l’hebdomadaire satyrique ne dispose pas de rayonnement international suffisant.

… Canard Enchaîné, qui relate dans sa dernière édition qu’alors que cette guerre fait de plus en plus débat au Royaume-Uni, en Allemagne et aux États-Unis, l’Élysée a donné des instructions pour qu’aucune discussion à son sujet n’ait lieu en France.

Et les instructions semblent effectivement suivies : à ce jour (trois complets après la fuite en question), une rapide recherche Google dans les médias français montrent que s’ils parlent effectivement, dans leurs rubriques « International », des fuites Wikileaks, on est très loin d’avoir ouvert un quelconque débat sur la pertinence de la présence de militaires français en Afghanistan. De la même façon, il faut réellement fouiller pour trouver des articles montrant que l’armée française est impliquée, elle aussi, dans des bavures, et encore : quand c’est fait, c’est ouvertement minimisé.

Or donc, la presse française ferait donc preuve d’une absence d’indépendance ? Elle manquerait de moyens ?

Quand on connaît les montants des tombereaux d’argent public qui sont déversés dans les médias français, on comprend effectivement mieux ce qui se passe : difficile d’être indépendant d’un état qui vous nourrit, et, comme on le sait maintenant depuis des années, il n’y a pas plus efficace pour rendre une institution inopérante et gémissante de moyens toujours trop faibles que la subventionner massivement. (A ce titre, on pourrait d’ailleurs suggérer aux différents états de subventionner massivement les talibans afghans sous conditions d’admissibilité à des concours ou des passages de marchés publics, ce qui garantirait leur rapide décrépitude.)

Et on comprend aussi que le débat sur la présence française à l’étranger ne sera donc pas lancé. Même lorsqu’enfin, on évoque les éventuels dérapages de la grande muette en Afghanistan – parfaitement logiques en situation de guerre, soit dit en passant – on se garde bien de simplement se poser la question : « Et si tous ces soldats étaient plutôt chez nous, à effectuer des tâches de gendarmerie ? »

Non, assurément, ce débat n’aura pas lieu : il reviendrait à remettre en cause, ouvertement, la politique française à l’étranger. Cette dernière étant du seul ressort du président, évoquer un retour des militaires se résumerait donc à s’opposer au chef de l’état. On comprend que, tant du côté des politiciens que du côté des journalistes, tout ceci soit jugé terrain glissant voire très risqué. Et on comprend aussi pourquoi, devant la médiocrité maintes fois remarquée de la presse française, celle-ci n’a pas été choisie pour recevoir les fuites.

Tout comme le merdé phénoménal du site france.fr (qui merdouille toujours et se retranche maintenant sur une page Facebook – pourquoi pas MySpace, tant qu’on y est ?), cette affaire montre la profondeur de l’abîme dans lequel ont sombré les institutions françaises.

Et comme aucune remise en question, aucune introspection ne semble à l’ordre du jour (ni pour les soldats en Afghanistan, ni pour la presse elle-même), il semble logique d’arriver à une conclusion simple : ce pays est foutu.

J'accepte les Bitcoins !

1EAcoQsdiBMKamH4Q95w7jy4yg4uVSZqoK

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires10

  1. Joe

    Et bien, pour quelqu’un qui ne voulait pas écrire un billet par jour ;)

    D’un autre côté, vu le manque d’action et de courage politique de Sarko & Co, la presse risquerait réellement quelquechose de sérieux en défonçant le président ? Le temps que les effets des mesures prises par l’Elysée se fassent sentir, ce dernier aurait retrouvé son cabinet de Neuilly et tous ses potes affairistes !

    1. Sérieusement : le Monde est détenu par qui ? Libé, Figaro ? On voit mal Dassault financer un journal qui dirait « stop » à son principal débouché.

  2. Cambronne

    Serait subtile de connaitre les moyens financiers engagé par la France dans ce bourbier , sachant que le déclin reste inexorable serions nous donc la seule « démocratie » occidentale à se permettre qu’une situation de guerre pourrait perdurer durant des années sans que le Parlement ne l’autorise ou puisse être tenu informé des du gaspillage .
    ce n’est là juste qu’une question …Avons nous encore les moyens de soutenir cette guerre ,avec une dette qui ne cesse d’augmenter, j’ai bien peur que d’ici dans quelques mois encore , vu que c’est malheureusement fortement probable, le bourbier afghan va se transformer en nouveau « Vietnam » la France aura la honte d’avoir participé à cette mascarade .?

    1. Harald

      A trop vouloir complexifier les choses on arrive qu’à une seule : l’impossibilité d’agir.

      Quand on se lance dans une guerre, le but à atteindre c’est l’éradication de l’ennemi. Soit on y va et on fait ce qu’il faut pour gagner, soit on reste chez soi. Le reste c’est du blabla. Les belles consciences s’émeuvent de ce que la guerre ça fait des morts. Et alors ? La guerre d’Afghanistan dure justement parce qu’on ne fait pas assez de morts dans le camp adverse, parce qu’il ne faut pas frapper trop fort sinon ça risquerait de choquer les pisse-copie et intellos de gauche.

      Elle dure parce qu’on se refuse à mettre en place ce qui a déjà fonctionné par le passé, aussi bien en Algérie (où la défaite a été celle du politique et non de l’armée) qu’au Viet Nam ( idem que pour l’Algérie, parce que le politique a refusé de frapper les bases cocos là où elles se trouvaient): vider les villages, regrouper les populations dans de nouvelles structures protégées pour ôter toute possibilité de soutien ou de repli aux rebelles. Puis tirer sur tout ce qui bouge et qui n’a pas été autorisé. Et je dis tirer pour tuer.

      On ne bat pas un ennemi par la gentillesse, en cherchant à le séduire, à le circonvenir. On le bat en l’éliminant physiquement.

  3. bruno

    vous parlez cambronne du parlement qui devrait autoriser ou non cette guerre et son financement, il me semble qu ici meme pas plus tard que le 23/7, h16 faisait un excellent article comme toujours sur le travail absolument harassant des deputes, la boucle est boucle, on en revient toujours a la meme chose, un enfant qui se revait president qui l est devenu comme d autres revent d etre astronaute (entre parentheses, il a pas grandi comme quoi il y a pas de mysteres), un gouvernement de fonctionnaires qui se comportent comme des princes et vivent ainsi, et le parlement de petits seigneurs qui ne representent rien, mais profitent des avantages quand meme.

  4. Sanksion

    Je me demande, s’il y avait des troupes afghanes en France pour y apporter la securite et la democratie, comment nos journaleux le prendraient ?

  5. Flak

    aussi svp arretez de parler de ‘bourbier afghan’ ca fait vraiment journaliss qu’y connait queu dalle, quant a la comparaison avec le vietnam elle est cocasse.

  6. Yul

    « (A ce titre, on pourrait d’ailleurs suggérer aux différents états de subventionner massivement les talibans afghans sous conditions d’admissibilité à des concours ou des passages de marchés publics, ce qui garantirait leur rapide décrépitude.) »

    j’ai adoré cette phrase !!!! c’est tellement vrai

Laisser une réponse

(obligatoire)
(facultatif)