Attali, bien pire que le médiator et le tabac réunis

Il y a quelques siècles, la France se caractérisait par la présence en son sein d’illustres philosophes, de penseurs rigoureux, d’hommes politiques galvanisant les foules. De nos jours, ce pays n’offre plus que des moralistes pontifiants, des politiciens fébriles et brouillons, et des gratte-papiers pénibles spécialisés dans une provocation industrielle de synthèse. Attali n’échappe pas à la règle ; mieux, il cumule les trois positions.

Attali, c’est cet ancien conseiller de Mitterrand, qui multiplie les casquettes (économiste, écrivain, haut fonctionnaire, essayiste, philosophe, financier, voyant médiumnique) et qui est actuellement très connu pour avoir correctement prédit la crise financière avec deux ans de retard.

Si l’on y ajoute sa marotte de gouvernement mondial et une certaine propension à avoir des avis sur tout, et surtout des avis, on comprendra vite que le personnage colle parfaitement à ce désir d’universalité embrouillée que les Français semblent actuellement rechercher avec empressement : si après le passage d’Attila le Hun, l’herbe ne repoussait plus, on la sent confusément prise d’indécision chronique (verdir ou jaunir ?) après le passage d’Attali le zéro.

Et cette fois encore, l’homme ne nous déçoit pas. Tout avait pourtant bien commencé : dans un récent billet de son blog, il avait décidé de nous entretenir du Mediator, ce magnifique exemple de la collusion de l’état et de l’industrie pharmaceutique, illustration parfaite qu’en matière de santé, de gros sous et de corruption, le système public à la française n’avait absolument rien à envier aux cauchemars glauques des anticapitalistes primaires.

Las : nous n’aurons point sur la faillite de ce médicament les gouttes de sagesse ultime du philosophe / vendeur de livres, qui s’est contenté de noter sans aller plus loin qu’elle avait commodément provoqué la révision d’une liste de pharmacopées douteuses.

Jacques Attali

En revanche, nous aurons droit à un étonnant parallèle entre le Mediator et … le tabac : le premier cause des morts, le second aussi, il y a donc une similitude à côté de laquelle notre bon Jacques ne pouvait passer. Et le voilà parti dans une croisade consternante pour l’interdiction pure et simple de toute la filière du tabac. Pouf, comme ça.

On peut être étonné que le bon Jacques se soit arrêté en si bon chemin. En effet, en deux secondes de réflexion supplémentaire (que l’homme aurait sans nul doute facturé fort cher s’il l’avait menée lui-même) on peut noter que le parallèle qu’il fait pouvait largement être étendu à d’autres biens que le tabac.

Tout comme le médiator, les fusils d’assaut, les mines antipersonnel, les tanks, l’alcool, les anesthésiques et les piscines provoquent des dizaines de morts par an. Tout comme le tabac, on en fait la publicité, surtout pour les piscines et les anesthésiques. Là encore comme pour le tabac, l’utilité réelle rendue par les tanks, les piscines ou l’alcool est largement discutable et directement liée au point de vue de ceux qui, précisément, achètent ces produits.

Mieux : on sait de source sûre que les maladies vénériennes provoquent des milliers de morts par an. Ces maladies, par définition, ne se répandent que par le truchement des actes sexuels. Il serait logique qu’un hygiéniste comme notre bon Jacques propose, avec l’interdiction du tabac, des armes à feu, des piscines et de l’alcool, l’élimination pure et simple de tout acte sexuel, afin d’éradiquer une fois pour toute le SIDA, la gonorrhée, la syphillis et accessoirement l’Humanité toute entière ; d’une pierre, deux coups : on élimine plein de méchantes maladies ET on sauve Gaïa. Accessoirement, quelle envie de vivre peut rester aux hommes dans un monde sans alcool, sans drogue, sans armes et sans sexe ?

Attali le Zéro

En fait, ce qui fait le corps du billet d’Attali sur l’interdiction du tabac, c’est son analyse puissante et profonde des raisons qui poussent les états, malgré le constat dramatique sur le tabac, à en promouvoir toujours la vente : ils se sucrent au passage, les méchants ! Et devant cette évidence que l’état se mêle négativement du business de la drogue, que recommande Jacques ? D’ajouter une couche d’état, au travers d’une bonne interdiction dont l’efficacité est tous les jours éclatante.

A ce point là, normalement, je vous assomme avec une ou deux références sur la prohibition aux Etats-Unis, et une autre sur la guerre contre la drogue. Après, je fais un paragraphe plus ou moins rigolo en remarquant que la drogue, le sexe et le rock’n’roll ont toujours été violemment recherchés par les hommes et qu’interdire ces activités est parfaitement inutile ; comme il est un peu question de sexe, je dois même pouvoir faire une ou deux références graveleuses qui me feront perdre un ou deux lecteurs supplémentaires. Enfin, je termine en notant qu’après tout, tant qu’on ne se fait de mal ou de bien qu’à soi-même, tout ceci n’est pas vraiment grave, et je conclus sur « Les vices ne sont pas des crimes » et un lien sur Lysander Spooner.

Fastoche.

Mais je dis normalement, parce qu’ici, il n’est pas nécessaire de pilonner le pauvre billet d’Attali au canon de 105. Trop facile.

En réalité, Attali ne cherche pas à poser une réflexion. Comme la plupart des polémistes en France, il est dans l’émotion et dans le nécessaire besoin de recourir à l’état pour imposer aux autres cette société qu’il fantasme tout haut depuis qu’il s’est approché du pouvoir. Il lance sa proposition d’interdiction comme d’autres un rendez-vous à leur compagne dans une boîte échangiste, à tout hasard ; sur un malentendu, on ne sait jamais, ça peut marcher.

Attali s’inscrit parfaitement dans cette tendance jacobino-totalitaire mollassonne qui consiste à essayer, par tous les moyens, de régenter la vie des autres dès lors qu’on ne la juge pas conforme à ses propres standards.

Et comme le siècle précédent a montré qu’y aller franco, en matière de régulation éhontée de la vie des autres, ça finissait toujours mal, et qu’en plus, ces cons d’électeurs pourraient se souvenir des précédents (ceux-là même qui contiennent des heures sombres), les tenants d’une régence complète et micrométrique d’absolument tous les aspects de la vie ont trouvé d’autres moyens pour parvenir à leur fin : il suffit d’y aller par petits paliers discrets.

On pourra par exemple désinciter les gens à commettre des bêtises. On collera des photos de bébés morts sur les paquets de cigarette, des photos de goélands morts sur les bidons de pétrole, des photos de cyclistes morts sur les portières de voitures, ou d’ours polaires morts, selon l’angle choisi prévention routière / réchauffement climatique. Il faudra beaucoup de photos de trucs morts, en tout cas. Moyennant quoi, les gens seront « incités » à faire attention, à ne plus fumer, ne plus boire, ne plus rire trop fort, ne plus se déplacer vite, ne plus respirer irrégulièrement.

En enlevant ainsi, consciencieusement, toute espèce de fun dans la vie de chacun, on augmente très concrètement l’espérance de vie de tous : au lieu de mourir en moyenne à 72 ans, on meurt à 73 ans, mais l’année supplémentaire paraît des siècles à se faire chier à bouffer ses cinq légumes cuits à la vapeur dans un environnement bio-compatible, éco-conscient et strictement non-agressif pour absolument tout le monde, acariens compris.

Attali conclut d’ailleurs son billet en carton sur un magnifique point Godwin, montrant que son niveau de trolling est assez élevé et ne mérite donc pas plus d’attention qu’un gros éclat de rire un peu condescendant : pour lui, la cigarette a provoqué 100 millions de morts, le double de la deuxième guerre mondiale, et cette analogie affligeante serait une raison suffisante pour l’interdire.

Eh bien soit, mon brave Jacques : si la cigarette a fait 100 millions de mort, le socialisme aussi. Et comme Attali préconise encore une fois le socialisme, la coercition et la santé revigorante pour tous, peut-on dire qu’Attali préconise les mêmes recettes que cette idéologie qui fit 100 millions de morts ?

Doit-on interdire le socialisme ? Mieux : ne devrait-on pas plutôt interdire Attali ?

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires70

  1. LMAE

    Comment tu fais h16 ?
    Tu prends quelles vitamines ?
    Tous les jours, tous les jours on lit des tonnes et des tonnes de connerie dès qu’on pose les yeux sur un journal, dès qu’on allume une radio ou une télé.
    C’est juste insupportable.
    et tu t’infliges ce genre de lecture tous les jours pour trouver des idées ?
    Comme les héros de lovecraft, à force de contempler le Mal tu vas devenir fou…

  2. Aurélien

    Il est grand temps d’interdire le tabac:
    1 – « consommé chaque jour par 1,3 milliards de personnes dans le monde »
    2 – « 5500 milliards de cigarettes sont fumées chaque jour. »

    Ca fait quand même 4231 cigarettes par fumeur chaque jour!!! Plus de 200 paquets, rendez-vous compte!!!

    Merci Monsieur Attali de votre sérieux et votre clairvoyance!

    1. Winston (l’autre)

      rapporté à une journée normale de 16 heures (=960 mn) ça nous fait la bagatelle de 4 clopes par minute et par fumeur !
      Reeeeuuuuuhhhhhhh !!!!!!

    2. Nicolas B.

      Quand on lit les commentaires, il y a quand même quelqu’un qui défend les chiffres d’Attali… Des gens sont vraiment prêts à se faire diriger pour le pire… Hallucinant!

  3. GdeC

    @h16 : oh toi je sens que tu es fumeur !!! la rancune, c’est pô bien !
    Même pas. Mens sana, corpore sano, tout ça. Mais je suis logique : quand je vois un con, je le dis.

    1. Ieremenko

      Et oui, c’est bizarre cette manie des libéraux de défendre des liberté qui ne les concernent pas forcement…

      Moi qui par exemple tourne en rond toute la journée, on m’a mis en prison, je m’y sens en liberté car je peux m’adonner à mon activité unique : tourner en rond.
      Donc on est libre en prison. On pourrait mettre tous le monde en prison il serait libre et en plus il risquerait bien moins leur vie qu’à l’extérieur. Non ?

      1. Épicier vénéneux

        Tenter de convaincre par l’absurde des gens qui ne savent pas le déceler dans le problème initial, c’est comme essayer d’apprendre à lire à un aveugle avec la méthode globale car il a échoué avec le braille.

      2. Mateo

        @ leremenko

        Voyons, on ne dit pas « libéraux » mais « ultra-néo-méga-hyper-giga-libéraux ».

        De plus, si les ultra-néo-méga-hyper-giga-libéraux sont contre le SMIC par exemple, c’est parce-que ce sont tous des salauds de patrons, s’ils sont contre les subventions aux entreprises, c’est parce-que ce sont tous des salauds de… euh… c’est parce-que ce sont tous des salauds, s’ils sont contre le monopole de la sécu c’est parce-qu’ils souhaitent voir les gens mourir de maladie et de vieilles par millions dans les rues (vous savez comme aux USA)…

        Enfin bref, c’est bien connu qu’ils veulent la liberté pour eux et seulement pour eux, hein. Et donc ceux qui veulent la liberté de fumer ou de boire sont uniquement les ultra-néo-méga-hyper-giga-libéraux junkies et alcooliques. CQFD.

  4. douar

    décidemment, après papy Rocard et sa poële à frire, ses 32 heures travaillées, voici papy Attali. Il aurait pu pousser le raisonnement plus loin: si en France (et ailleurs), fumer réduit la durée de vie, c’est surtout à un âge avancé, c’est dire après avoir pris sa retraite. C’est donc tout bénef pour la collectivité. Le fumeur paie un max de taxes pendant sa vie active, puis a moins d’espérance de vie à la retraite.Avec notre système de retraite ponzienne, c’est bingo.

    1. JG2433

      « fumer réduit la durée de vie »

      Je ne résiste pas au plaisir à placer là cette petite moquerie anti-hygiéniste à l’encontre des moralisateurs :

      Un patient demande à son médecin ce qu’il faudrait faire pour vivre plus longtemps.
      Celui-ci lui a répondu : ne plus fumer, ne plus boire, ne plus courir les filles…
      – Vous croyez qu’ainsi je vivrais plus longtemps ?
      – Non, mais ça vous paraitra plus long. 🙂

  5. boutros

    Il faut aussi interdire :
    -le feu, ça brûle
    – le verglas, ça glisse
    – la nuit, on voit pas bien
    -les escaliers, on tombe
    – la télé, ça rend con
    -les paysages, ça esquinte les yeux
    – Attali, ça énerve et ça coûte cher
    – la politique, ça pue
    – les Maldives, c’est loin
    – les HLPSDNH, c’est triste
    – les autres, c’est l’enfer etc…
    Tout ça c’est mauvais pour le coeur, et Attali est son prophète.

    1. Paulo

      Vous n’avez pas eu l’idée d’en faire un jeu de société ?
      Vous pourriez l’appeler « Prohibition », par ex. C’est assez vendeur. Après quoi on pourrait aussi l’interdire (ça décourage la vertu).

    2. Juilen

      Je suis tout à fait d’accord il faut arrêter de dicter au gens comment il doivent agir ! Sous quel pretexte certains prétendent ils avoir un avis meilleur que les autres et pensent que leurs idées doivent s’appliquer à la terre entière…

  6. Le Gnome

    Pour sauver la retraite par répartition, l’état va baisser les taxes sur le tabac, l’alcool et réouvrir les maisons closes.

    C’est ça ou décréter l’injection létale à 70 ans pour les hommes, 72 pour les femmes, 74 pour celles qui auront eu trois enfants, mais 58 pour les roulants de la SNCF et les dockers.

  7. Epicier vénéneux

    La grosse différence entre le tabac et les médicaments, c’est que le rapport bénéfices/risques est en permanence remis en question tout au long de leurs mises sur le marché et qu’ils n’ont pas vocation à faire empirer la condition des gens.

    Si la loi permet à des entreprises d’empoisonner sciemment des consommateurs, tant mieux pour ces entreprises et tant pis pour les consommateurs.

    Mais les laboratoires pharmaceutiques ne font pas partie de ces entreprises-là. La preuve, si on se rend compte qu’un médicament est excellent dans son indication mais qu’il provoque des effets secondaires trop importants – de la nausée systématique à la mort, on ne le met pas ou on le retire du marché.

    Comparaison stupide s’il en est.

    1. DoM P

      Il y a une autre différence : Pour évaluer le rapport bénéfices / risques un médicament, il faut un sacré bon niveau en médecine, des études statistiques, des essais de phase 1/2/3, plus des retours d’information du terrain une fois le produit mis sur le marché. Ce qui permet d’évaluer les risques et les bénéfices de façon probabiliste en fonction des profils de malades.
      En gros, le passage par une autorité tierce (pas le médecin, pas le labo, pas le patient) est indispensable.
      Dans ce cadre, une certaine régulation n’est pas aussi dépourvue de sens que vis à vis du tabac.
      En revanche, tout le monde sait aujourd’hui quels sont les risques du tabac. Les trafics des cigarettiers sont connus. Quant aux bénéfices de la consommation, ils sont très subjectifs.
      Seul l’individu, face à sa vie, sa santé, son plaisir, son stress et, d’une manière plus générale, face à ses envies et ses craintes, est à même de prendre une décision concernant la consommation tabagique.
      Une autorité tierce ne dispose pas de ces informations et ne peut donc décider en connaissance de cause.
      Sans même parler de son manque de légitimité.

        1. Epicier vénéneux

          C’est mécanique. Quand les pharmaciens perdent le monopole sur les médicaments, ils se mettent à vendre n’importe quoi et à remplacer leurs pharmaciens assistants par des caissières pour maintenir leur boutique à flot.

    1. Nord

      Tu développerais ta pensée? Bizarrement (à mon sens!) je trouve que pas mal de gauchos n’apprécient pas Mister Attali, j’aimerais comprendre …

      1. Stéphane

        Il a accepté de discuter avec Sarkozy à un moment. Vous vous souvenez, les 300 mesures pour sauver la France? (ahh, la modestie de nos élites…) Ca vous ruine une réputation, ça.

        Les socialos de gauche ne parlent pas aux socialos de droite, ils sont impurs.

        Attali est devenu à peu près aussi piffrable que Kouchner (un autre « traître »), c’est dire.

  8. Paulo

    Merci M. Hacheize de nous aider à survivre dans ce monde de fous.
    Avec ses Attali, ses Morin, ses hommelettes norvégiennes à lunettes rouges (l’horreur écologique), ses institwittrices NKM et tutti quanti.
    Ses journalistes forcément plus talentueux que les blogeurs puisqu’ils sont rémunérés (doutes sur l’efficience du marché du commentaire, Messieurs les Libéraux).
    Et ses magistrats ombrageux qui se mettent en grève (illégale) tandis qu’on découvre le corps dépecé de la victime – au point qu’on soupçonne un complot de juges fictifs organisé par l’Elysée pour soulager la cote du président.
    Merci de prendre le relais de Muray dont les fictions les plus outrées sont déjà, moins de quatre ans après sa disparition, quotidiennement dépassées par ce qui nous tient lieu de réalité.
    Merci de nous délivrer notre dose quotidienne d’anti-dépresseur.
    A propos : le site est totalement muet sur les contre-indications.
    Est-ce légal ?

  9. Ltalpha

    « Selon Bercy, les taxes sur le tabac ont rapporté 9,9 milliards d’euros aux caisses de l’Etat en 2009. Somme à laquelle il faut ajouter 2,4 milliards au titre de la TVA. En 2010, le produit de ces taxes devrait dépasser pour la première fois les 10 milliards d’euros.

    Mise à part la supresion de nombreux emplois dans le monde avec la proposition de notre économiste, j’aimerais bien savoir ou il trouvera les 10 Milliards manquant?

    L’industrie du Tabac est intouchable, le lobby en jeux sont trop important.
    De plus la question ne se pose pas, si on fume c’est un choix dont on connait les conséquences. Ce qui est plus grave est de prendre un médicaments et d’en mourir par la suite.

    Continuons sur cette lancé despotique: interdisons l’alcool, les voitures oui car le savez-vous: Les accidents de la route tuent 1,3 million de personnes dans le monde chaque année, et en blessent 40 fois plus. L’alcoolisme a causé environ 1 800 000 morts par an dans le monde vers 2004 » sources OMS et le figaro

  10. zed

    S’il interdit le tabac, on pourra fumer du mediator ? D’accord avec toi, H16: pis après on interdira l’alcool… C’est super, on pourra s’en mettre plein les fouilles avec la contrebande. On plantera du tabac hydroponique dans les caves, on aura des distilleries clandestines. Ca va relancer l’économie, c’est génial !
    Ce degré de connerie, ça me fait parfois dire que j’ai honte d’ être Française…
    Il fume quoi, Attila ? C’est pas des Benson Hedges… On s’demande !
    C’est pas Pompidou qui avait dit une fois « Mais arrêtez d’emmerder les Français ! » ?
    Lancer un nouveau slogan, tant qu’on y est: « Il est interdit d’autoriser ! ».
    Je me méfie des politiciens qui nous veulent du bien.

  11. Ieremenko

    Après coup je me demande si Attali n’a pas jeté cette proposition, qui est dans l’immédiat irréalisable, uniquement pour se faire remarquer en essayant de se faire passer pour un courageux visionnaire qui se bat pour le bien être de la société. L’Etat pourrait au passage, faire un compromis, puisqu’on s’accorde sur la nocivité du tabac mais que sa prohibition semble impossible pour l’instant : larguer une jolie taxe incitative, et puis oh que ça tomberait bien, vu que même si le gouvernement a diminué les dépenses, elles ont augmenté, et à toutes blindes encore.

  12. Troff

    « tant qu’on ne se fait de mal ou de bien qu’à soi-même, tout ceci n’est pas vraiment grave, et je conclus sur « Les vices ne sont pas des crimes » et un lien sur Lysander Spooner. »

    Je suis tout à fait d’accord, mais c’est justement ce qui me dérange avec le clope: le tabagisme passif.

    L’alcool -ou même la drogue à la limite- relèvent de la responsabilité personnelle, les gens sont assez grands pour faire leurs choix. Et si effectivement ils préfèrent vivre un peu moins longtemps mais en s’amusant plus, ça peut se tenir, et ça ne concerne qu’eux (ou plutôt ça ne devrait concerner, qu’eux, mais la solidarité obligaoire -aka sécu- est passée par là. Mais bon, admettons que les taxes sur l’alcool compensent.)

    Mais par contre, en dehors du fait que je supporte pas l’odeur (mais ça à la limite c’est tant pis pour moi, c’est juste une question de goût) je désapprouve totalement ce principe d’enfumer les autres qui n’ont rien demandé et de les faire profiter (gratuitement, c’est gentil) du potentiel cancer du fumeur.
    Question de respect pour la santé des autres, parce qu’on ne fait pas de mal « qu’à soit même », justement.

    Enfin cela ne change rien au fait que la comparaison tabac-mediator sort probablement d’une crise d’Alzheimer, à son âge, ça expliquerait…

    1. Le tabagisme passif est une vaste escroquerie. Je vous encourage à regarder ce qu’en dit le Pr. Even.
      Le reste, c’est du savoir vivre en société : vous devez pouvoir assez facilement obtenir qu’un fumeur ne vous fume pas dans le nez, en lui demandant poliment. Si vous n’obtenez pas ça, ce n’est pas un problème de tabagisme, mais un problème de politesse. Tout se perd, mais aucune loi ne peut venir à bout de ça.

      1. Epicier vénéneux

        Les ravages du tabagisme passif peuvent être atténués par des traitements homéopathiques.

        S’il y avait eu des cours d’homéopathie à la fac, j’aurais pu vous dire lesquels.

  13. simple citoyen

    Avec Attali, tu ne peux pas vraiement te tromper. Il se targue d’avoir imposé Fabius à Mitterand et d’avoir « découvert » Ségolène Royal!
    Avec un tableau de chasse pareil, il n’y a qu’en France qu’il peut trouver du boulot!

  14. simple citoyen

    Cher H,
    Une fois n’est pas coutume, je suis en désaccord avec toi.
    Je te cite:
    « Attali s’inscrit parfaitement dans cette tendance jacobino-totalitaire mollassonne qui consiste à essayer, par tous les moyens, de régenter la vie des autres dès lors qu’on ne la juge pas conforme à ses propres standards. »

    Je suis d’accord avec toi quant à la désinvolture du geste, sorte d’expression dédaigneuse d’un pouvoir absolu qui saurait travestir une foucade de salon en règle commune, histoire d’ébaudir la clientèle. Elle participe du narcissisme et du luxe du pouvoir, au sens de la gratuité du geste, son objet sans import aucun.

    Je crains néanmoins que ta vision ne soit optimiste. Car cette tendance, comme tu l’appelles, n’a aucun standard propre. Son opportunisme est guidé par une absolue nécessité: être dans l’air du temps progressiste. Point de valeur ici, seul le conformisme nécessaire règne en maître. Je ne nie pas l’existence des zélotes et autres propagandistes à la cause déterminée. Mais ils n’appartiennent qu’au cercle des idiots utiles, au vivier des pourvoyeurs d’idées nouvelles impérativement médiatiques. De temps à autre, un membre exceptionnellement brillant et entreprenant de ce second cercle réussit à se faire offrir un strapontin de circonstance. Dominent d’ailleurs dans cette catégorie les multi-cartes: minorité visible / femme / jeune / victime / valeur médiatique / milieu associatif etc. (Biffer les mentions inutiles). D’ailleurs si le cursus s’avère un peu léger, on s’empresse d’y remédier par moult artifices, de quoi faire regretter le premiers pas du tour extérieur de la préfectorale.

    Et s’il est toujours possible d’affronter un ennemi structuré, c’est beaucoup plus difficile de se coltiner un ectoplasme sidérant.
    Par ailleurs,tu sembles croire, que les ressorts en jeu participent d’une volonté de pouvoir, somme toute bien « naturelle », et que l’objet en serait une conformité à une vision ordonnée. Tout comme je ne crois pas, comme je viens de l’écrire à cet vision d’ordre, je crois pas qu’il s’agisse d’une volonté d’exercice du pouvoir en soi, fût-ce par jeu, ce qui encore peut s’affronter, car pouvoir suppose obligation.

    Or, ceux dont nous parlons ici, ont depuis longtemps quitté le royaume des Hommes pour l’Olympe. Nulle contingence ne les affecte, et la traversée du désert médiatique a depuis longtemps remplacé le foudre de Zeus. Il sont la Loi et n’y sont pas soumis. Qu’importe les conséquences de leurs divagations, puisqu’ils en sont exempts?
    N’est-il pas significatif de voir le nombre de textes votés récemment (une vingtaine d’années), soustrayant encore davantage nos édiles des circonstances communes?

    1. Paulo

      Comme quoi le « communautarisme » a peut-être du bon. D’un individu isolé, une majorité peut à peu près tout exiger. D’une communauté c’est un peu plus difficile. Cf. la Suisse, ses cantons et ses référendums d’initiative populaire…

  15. Toda

    Commentaire de mon ami Yann sur facebook
    Yann***: »- J’ai beaucoup aimé le style de ce coup de gueule contre l’attalisme paternaliste débridé antitabac opportuniste. Je viens d’essayer de lire la biographie de Gandhi, écrite par Jacques Attali. Je me suis arrêté au bout d’une vingtaine de page sur la conclusion suivante : Gandhi n’a absolument pas besoin d’Attali, pour faire un tabac. »

  16. Franciskus

    M. H16,

    Votre caricature photo montée me rappelle les HLPSDNH.

    Veuillez ne plus recommencer, vilain !

    Plus sérieusement, ça m’embêterait que votre excellent blog soit supprimé par un facheux facho, et ma dose de rigolade du matin avec.

  17. RolBad

    Moi j’ai l’impression que ca marche de moins en moins bien, ces interventions des sachants et des pensants.
    Eh quoi, si on fait un peu le bilan des prédictions du sieur attali (y a de quoi faire), le pourcentage de concrétisation est assez proche du zéro.
    C’est juste que ces foireux n’ont aucune idée de ce dont ils parlent, alors quand ça retombe dans le réel, ca n’aboutit en général à rien.
    Quelques exemples: le Nomade attalien, bercé d’aéroports en hôtels 4 étoiles, connecté en permanence et boulimique d' »informations ». Ça représente combien de monde, à l’échelle de l’humanité?
    L’hypercentre (aujourd’hui aux us selon le Maître) qui s’est déplacé et va de nouveau migrer (en chine d’après S.M.). Bof, faut pas être grand clerc pour le comprendre. Mais la vision attalienne est que l’hypercentre suprême sera totalement déconnecté de la puissance productive et se trouvera selon lui à… Jérusalem
    On a vu aussi la puissance successive de ses deux rapports pour la compétitivité et l’impact sur la société française qu’ils ont eu.
    Voila, ça en fait juste un de plus à enfermer quand le moment sera venu mais je le crois trop ridicule et discrédité (lui et tant d’autres) pour représenter un réel danger. Par contre, on peut méchamment se foutre de sa poire. Ça défoule.

    1. flak

      j’ai rien compris, sauf la premiere phrase, avec laquelle je ne suis pas d’accord:
      la population est lentement mais surement remplacee par deux types de personnes: les biberonneux, et les chomeurs.Tous mauvais travailleurs, plaintifs, persuades d’etre exploites donc laches et destructeurs.

      « Bof, faut pas être grand clerc pour le comprendre. Mais la vision attalienne est que l’hypercentre suprême sera totalement déconnecté de la puissance productive et se trouvera selon lui à… Jérusalem »

      juste par curiosite je voudrais bien savoir de quoi tu parles.

      1. RolBad

        Désolé, flak, je ne peux rien faire pour tes problèmes de compréhension, j’écris seulement en français.
        Quant à l’extrait mentionné, je cite attali dans son dernier (ou avant dernier) pensum. Si tu veux savoir de quoi il s’agit, c’est à lui qu’il faut s’adresser.

  18. Raoul

    Expérience vécue pas plus tard que ce soir. Mon fils aîné (classe de 5ème) me montre un devoir de SVT avant de le recopier… Il y traite de cigarette. Un élément de sa réponse comporte ceci: « Le tabac fait 65000 mort par an en France dont 5000 du au tabagisme passif… »
    Evidemment, je lui parle du pr Even et je lui propose de faire quelques petites recherches sur Internet (facile)…
    Devinez quoi?
    Les recherches sur internet étaient explicitement interdites par le professeur.
    C’est pas beau l’éducation nationale?

    1. adnstep

      Il a peut-être surtout interdit d’aller sur les sites qui vendent de la copie pour pas cher : http://www.mesdevoirs.net/

      Extrait des « Témoignages » de clients satisfaits :
      Sophie (12 ans) : « Merci de votre rapidité, je vais conseillé votre site à mes ami(e)s »

      1. Raoul

        Justement, non! La recherche sur Internet est vivement encouragée d’habitude pour éviter d’avoir des réponses copiées directement sur leur bouquin. Or, exceptionnellement le prof a signifié que toutes les réponses étaient dans le manuel. Il n’a pas dit la vérité est dans le manuel mais c’est tout juste.

  19. échecpatent3342

    L’échec patent des analyses de M.Attali n’est plus à démontrer:sur le bien fondé de l’intégration européenne,sur l’excellence de M.Macron,sur l’austérité nécessaire dans les services publics en France,sur l’alignement inconditionnel de la France sur les Etats-Unis,sur le souverainisme + récemment…etc.En fait M.Attali a su nous imposer comme une évidence une arrogance à couper le souffle.C’est,je crois,le seul domaine où sa réussite est flagrante.Tout le reste est très contestable.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.