Coûteuses primaires et candidats impécunieux

Hier soir, nous eûmes donc droit à un petit débat des six primaires du socialisme avoué. Mais au fait, tout ce raout médiatique (et à l’aspect paillettes très très minutieusement contenu dans une sobriété un peu chiante), il coûte combien, et à qui ?

Surprise ! Il coûte un pont.

En fait, on apprend, un peu abasourdi, qu’il coûte même nettement plus cher que prévu : au lieu d’un déjà fort appétissant 1.5 millions d’euros (750 SMIC chargés) initialement budgétisé par les fins comptables de la rue de Solférino, les primaires PS vont dépasser les 3.2 millions d’euros (1600 SMIC chargés environ). Rappelons que l’argent du PS vient, normalement, de généreux donateurs ET des moutontribuables républicains puisque le parti fait plus de 5% aux élections.

Ce dérapage est donc réalisé avec vos sous, sous vos applaudissements.

Ce qui nous fait un bon gros dépassement de 113% sur un exercice de communication normalement parfaitement balisé, et dont tout indique qu’il a été pratiqué de nombreuses fois tant au niveau du parti lui-même que par chacun des candidats.

Royal : la champagnitude attitude

Autrement dit, ces six marioles qui prétendent redresser les finances d’un pays qui s’enfonce dans une dette de plus de 1600 milliards d’euros (ça fait beaucoup, beaucoup de SMIC chargés) sont rigoureusement infoutus de faire leur travail sur une échelle plus petite.

Confieriez-vous les clefs de votre 33 tonnes à des types dont l’essai sur la version à pédale se termine par une casse complète ?

Les performances passées ne sont pas des gages des performances futures, certes.

Mais si l’on factorise qu’en plus de ça, Hollande — au hasard — gère la Corrèze, l’un des départements de France les plus mal en point économiquement au point de devoir faire appel à l’Etat pour se renflouer, on pourra cependant se dire que les coïncidences s’accumulent dangereusement, ne trouvez-vous pas ?

Des politiciens qui gèrent des budgets n’importe comment et doivent faire appel à la puissance publique pour aller piocher dans les poches de ceux qui, eux, font des économies, franchement, c’est inattendu.

Ne votez plus.

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires64

  1. Jean-Marie Marie

     » on s’interroge surtout sur la pertinence des choix du nouveau président du conseil général: François Hollande a décidé en 2010 d’équiper chacun des nouveaux élèves de 6e et leurs enseignants d’un iPad. Soit un total de 3300 tablettes numériques pour un budget de 1,5 million d’euros »

    savoureux…

  2. Nicolas Mauduit

    certes la Démocratie a un cout… faut-il pour autant lui préférer la dictature?

    Quand on abandonne aux appareils politiques le choix de leurs champions, on prend le risque de se retrouver avec des seconds tours cornéliens (cf. 2002, 2007) et des choix qui n’en sont pas.

    post scriptum : je ne suis pas socialiste, mais trouve vos arguments (photo de ségo, flamby et la Corrèze…) un peu courts…

    1. Ah la bonne blague. Sous prétexte que « la démocratie a un coût », on va faire de la bonne grosse dette ? Et en quoi le fait d’organiser une primaire devrait permettre de se passer d’un peu de rigueur budgétaire ? Quel rapport ?

      1. Nicolas Mauduit

        je maintiens que le cout de la Démocratie est inférieur à celui de la dictature.

        Le cout de la primaire est inclus dans le forfait – chaque parti ou candidat decide de la maniere de dépenser le budget alloué.

        La dette est avant tout le resultat de 3 decennies de clientelisme (de droite comme de gauche), ce n’est pas le cout des elections qui l’ont creusee. A titre indicatif, il y a un bon paquet d’ordres de grandeur entre 1.6M et 1600MM

        1. Arkh

          Mais il reste qu’entre 3.2 millions dépensés et 1.5 millions prévus à l’origine il y a 113% d’erreur.
          On imagine très vite ce que ça pourrait donner sur 300 ou 400 milliards de dépenses prévues.

        2. Mais putain on s’en fout du débat démocratie / dictature, c’est pas le sujet.
          Des gens infoutus d’équilibrer un budget, c’est out. C’est tout.

          Et puis en plus, une démocratie toujours dans le rouge, ça se finit TOUJOURS par une dictature.

        3. Franck Boizard

          Le marxiste Allende (« suicidé » par ses gardes du corps, bonjour le « martyr de la liberté » (1)) a foutu une telle merde en quelques mois au Chili que les Chiliens ont accueilli en majorité la dictature de Pinochet avec soulagement.

          Et ils n’ont jamais eu à le regretter sur le plan économique (2).

          On pourrait aussi comparer le new deal rooseveltien et l’économie hitlerienne. Je ne suis pas sûr que la balance penche en faveur de la démocratie.

          Bref, la démocratie n’est pas un gage d’efficacité économique.

          Et les crises de dettes finissent souvent en dictatures. La question n’est pas : faut-il préférer une démocratie mauvaise gestionnaire à la dictature ? Mais : comme les démocraties mal gérées finissent en dictatures, comment faire pour que notre démocratie soit bien gérée ?

          Si, en France, nous ne subissons que la dictature temporaire induite par un usage extensif de l’article 16, nous aurons de la chance.

          *********
          (1) : il est très comique que nos socialos aient donné des noms de rue et de places à ce personnage. Mais, évidemment, il est inutile d’attendre une quelconque intelligence de nos socialos.

          (2) : sur le plan humain, l’horrible dictature « fasciste » a fait cent fois moins de victimes que la plus bénigne des dictatures gauchistes.

    2. GeoffreyB

      Pourquoi toujours opposer démocratie et dictature ? mais jamais démocratie et république… ou liberté individuelle ?

      Un nombre incalculable de dictatures se sont installées par les voies les plus démocratiques qui soient.
      Mais je n’ai jamais eu vent d’un seul état décentralisé qui se soit transformé en dictature du jour au lendemain.

      Cherchez l’erreur.

      Pour ma part je ne voterai pas, car cela reviendrait à légitimer ces macaques.

      1. Nicolas Mauduit

        c’est votre choix – ou absence de …

        ne pas venir se plaindre ensuite si au second tour se presente une alternative entre les pires candidats possibles, cf. un passé récent

        1. Calvin

          Le problème, c’est que nous aurons au PREMIER tour les pires candidats possibles. Alors, le second…

          Aucun candidat à l’élection ne prône ni ne pourra en temps normal instaurer une dictature.
          J’ai dit en temps normal. En revanche, une faillite totale, des coupes drastiques dans l’Etat-Providence, des millions de gens dans la rue, des émeutes qui dégénèrent, …, et au final, le risque, au choix, d’une dictature révolutionnaire et/ou autoritaire.

    3. wpe

      Ca y’est, le chantage à la dictature maintenant, pour nous faire accepter l’idée d’être gouvernés par des paniers percés infoutus de gérer les finances d’un simple débat ou d’un département, à l’heure où les capacités de gestion font parties des critères les plus importants pour être au pouvoir pendant le prochain septennat.

      1. poum

        euh pardon mais le critere le plus important pour etre au pouvoirpendantleprochainseptennat ca serait plutot d’avoir une tete de con(ne) et d’etre socialiste, ecocompatible, festif(ve) et citoyen(ne).
        (apres le lesgaybitrans, le socialecofestitoyen.)

      2. Calvin

        Septennat…
        (soupir)
        On est tellement anesthésié par ces bouffons, qu’on ne se rend même plus compte que c’est devenu un quinquennat !!
        C’est un long un quinquennat de bouffon !

    4. Nord

      J’ai du mal là vous suivre: sous prétexte que la dictature serait automatiquement l’alternative à la démocratie, les … euh … démocrates seraient dispensés du devoir de bonne gestion?

      Donc et en gros, vous affirmez qu’il faut les laisser faire sinon on se retrouve sous la botte cloutée des dictateurs?

      Un peu court, non?

  3. Pierre Vallet

    …Si ça réconcilie les Français avec la démocratie, je ne trouve pas ça cher payé.
    …Et pour le financement public, il faut accepter l’idée que la démocratie a un coût. Sinon, on peut faire appel aux entreprises, aux lobbies, etc. On a vu ce que ça donne, non ?

      1. Calvin

        Tu crois qu’avec un peu d’ouverture d’esprit, ils vont ouvrir leurs yeux ?
        Si c’est le cas, je ne te remercierai jamais assez !!

        Après, il faudra bien aussi que les poussifs de l’UMP (le versant droitier du socialisme) débarquent en force ici. Histoire de leur greffer un cerveau !

        1. Théo31

          On a déjà eu le troll mongaullien sarkommuniste de classe olympique maurice, croisement improbable d’un pékinois et d’une limousine.

          Je fais du HS, on m’a dit hier que Montebourg aurait reçu le soutien du parti communiste nord coréen. Vrai ou fake ?

    1. Pascale

      Oui, ça semble évident que la démocratie ait un coût financier pour être appliquée. Personne ne le nie. Mais ce n’est pas le sujet du post. Il ne faut donc pas dévier le sujet pour tenter de faire dire à son auteur ce qu’il n’a pas dit.

      1. Jesrad

        Raaaaah mais on s’en cogne la balloches contre le macadam de l’efficacité économique-ceci-cela!

        Nous libéraux demandons simplement justice: qu’on arrête de faire payer aux pauvres de tout le pays, payeurs nets d’impôts, les conneries, délires idéologiques cultivés hors-sol (sans contact avec la réalité), les privilèges par force de loi/décrets des vrais riches, consommateurs d’impôts du pays !

        C’est pourtant pas compliqué, crotte.

    1. Ais-je dit le contraire ? En revanche, cela illustre parfaitement la capacité des élus à gérer correctement un budget. Aucune, donc.

    2. julito

      Vous oubliez également que le budget des partis politiques est en très grande partie financé par le contribuable, via le financement publique, même quand ledit contribuable ne soutient pas le parti en question !

      Donc ça me gêne un peu quand un parti utilise l’argent des autres pour organiser ses clowneries.

      1. Calvin

        Pas forcément.
        Il faut, par contre, que les électeurs moyens (qui a dit pléonasme ??) aient cette information.
        Les médias en parlent, mais du bout des lèvres, tout en ne mettant pas cette information en relation avec la problématique d’une saine gestion.
        Encore une fois, H16 fait le boulot des journalistes.

        Ca a du bon, une vraie indépendance.

    3. Pascale

      Et encore !!! C’est de l’argent récolté par la coercition en grande partie, c’est à dire que c’est de l’argent pris dans les poches des contribuables. Les partis devraient moralement rendre des comptes à ceux auxquels cet argent a été confisqué. Que ça n’intéresse pas les donateurs et les abonnés au parti de savoir comment est utilisé leur argent, c’est leur problème. Mais que mon argent soit utilisé sans que j’ai mon mot à dire, non.

    1. Vous ne savez pas ce qu’est un adhominem manifestement. Et la réponse reste la même : aucun rapport entre démocratie et gestion saine.

      Il y a des démocraties gérées sainement. La France est-elle incapable de se gérer ?

      1. Nicolas Mauduit

        faut-il plutot qualifier la photo de sego avec laquelle vous avez choisi d’illustrer votre propos d’ad feminem? c’est un argument qui vise la personne et non son propos (qui pourtant mérite plus souvent qu’à son tour d’être critiqué…). Mais vous gardez bien sur le choix de votre rethorique…

        C’est une caricature. Pas un argument. Vous comprenez ce que vous écrivez, ou vous êtes juste un robot ?

        L’absence de démocratie est une des sources de mauvaise gestion, en particulier via le clientelisme – qui peut prendre diverses formes (personnel ou clanique, politique, lobbies, etc.) mais conduit toujours à des décisions (et depenses) qui ne sont pas au profit de la République. C’est une évidence démontree (et subie) chaque jour.

        Et une démocratie qui empile les dettes finit par s’effondrer et conduire à la dictature. C’est une évidence démontrée dans toute l’histoire. Libre à vous de ne pas le voir.

        1. Calvin

          « L’absence de démocratie est une des sources de mauvaise gestion, en particulier via le clientelisme ».
          Trop marrant, ça !!
          Donc Guérini, l’Empereur du clientélisme, a monté un coup de force au CG des BdR et a instauré une dictature… ?
          Il n’aurait donc pas été élu, réélu, sur-réélu… ?
          Et Balkani ? Et les autres ??

          Ben, pourtant si. Tous ces caïds, pardon, notables locaux, ces professionnels de l’élection, ces dragueurs de votes, sont d’abord élus, démocratiquement.
          Ils ont même dû affronter leurs opposants qui ont fait part de leur clientélisme.
          En réalité, c’est la mauvaise gestion qui pousse à l’absence de transparence (ben, oui, je ne vais pas le clamer que je suis une buse en gestion), au clientélisme (j’ai besoin d’alliés pour être élu en ayant été aussi nul), à la malversation (ben zut, ça me coûte plus cher que prévu ces nouveaux alliés…), etc…
          La démocratie est précédée de la liberté (économique, expression, etc), pas l’inverse…

        2. Théo31

          Ségolène et Martine sont une injure à l’intelligence des femmes. La preuve : elles côtoient toujours le primate des gaules.

      1. poum

        l’argument de Nicolas est volontairement a cote de la plaque pour ne surtout surtout pas adresser le probleme de l’incapacite des politiques a gerer leurs depenses ou celles de l’etat.

        1. ph11

          Bah, des gars comme ça, il y en a plein.
          Des personnes qui insistent sur certains détails sans importance mais ne tiennent pas compte de ce qui saute aux yeux en vous traitant de façon condescendante en sortant de grosses incohérences.
          Je me suis toujours demandé s’ils ne faisaient pas exprès d’être bornés juste pour vous énerver.

          Personnellement, je préfère hausser les épaules et éviter de perdre mon temps à leur répondre, car ça ne mène de toutes façons à rien.
          Le mal, pour eux, sera toujours la finance la cupidité et le turbolibéralisme et l’état sera toujours bien intentionné et infaillible.

          Et après avoir dénoncé les problèmes d’un monde ultralibéral; nié le lien flagrant entre les taux bas et l’endettement qu’ils mettent sur le dos de cette société inégalitaire; ou la réglementation favorisant le crédit immobilier et une bulle immobilière, ils ont encore le culot de vous dire qu’« heureusement, votre point de vue est minoritaire »…

        2. breizh06

          Le mode de pensée des cocos c’est le besoin de se sentir du coté du plus fort (l’Etat), c’est une espèce d’instinct grégaire.

          Je pense aux collabos des « heures les plus sombres de notre histoire », de leurs actions pour se sentir eux-aussi « mainstream ». J’imagine très bien ce monsieur, aujourd’hui, dénoncer les libéraux mangeurs d’enfants, pour les emmener dans des camps de reformatage mental..

          Dans le test d’obéissance de Milgram seuls 20% des cobayes américains se rebellaient (encore moins en France). A mon avis c’est le pourcentage maximum d’individus capable de penser par eux-mêmes, et de se rebeller.

    2. Before

      Pas d’accord avec ph11 et breizh06, vous caricaturez la position de Nicolas.
      Je ne pense pas qu’il soit coco ou complètement anti-libéral.
      Je pense qu’il faut au contraire discuter et argumenter, et ne pas tomber dans l’invective, même s’il fait un peu le sourd.

      1. Jacky Sossial

        Non, mais il juge les politiques (tant les hommes que leurs actions) à l’aune de leurs intentions et non de leurs résultats. Tous les politiciens affichent une sorte de bonne volonté démocratique et aiment à faire penser que leurs actions vont dans ce sens mais les résultats sont apocalyptiques… Encore un qui préfère qu’on lui coupe un pied sous anesthésie plutôt que les deux mains sans. Tu parles d’un choix…

  4. Aurélien

    « Nous avons mis des encarts dans la presse pour sensibiliser les électeurs mais aussi pour expliquer comment marche le scrutin à la primaire. Cela nous a coûté 800 000 euros. »

    53% du budget initial crâmé en pub, qui bien sûr au départ, était totalement imprévisible…

    Et donc ils dépensent nos sous pour nous convaincre de venir nombreux les rembourser (1 euro l’entrée de l’isoloir, sans conso, pas gratuit pour les filles) pour pouvoir choisir lequel des 6 aura la chance d’augmenter nos impôts.

    Au final le prix du pont aura plus que doublé, mais on l’aura payé trois fois…

    1. wpe

      « 53% du budget initial crâmé en pub, qui bien sûr au départ, était totalement imprévisible… »

      J’imagine ce que ça va donner à l’échelle de la France, on va bien se marrer dis donc.

  5. infraniouzes

    Est-ce que le coût des primaires socialistes entrera dans le budget de campagne du vainqueur (pour 1/6) ou est-ce que c’est une dépense hors campagne, pour le fun, pour amuser la galerie ?

  6. Calvin

    Deux éclats de rire la même journée !!
    Merci, H16, pour nous aider à tenir face aux clowneries quotidiennes (qui, elles, ne font pas rire).

    Par ailleurs, l’article de l’Express parle au conditionnel : « devrait atteindre 3,2 millions d’euros au lieu de 1,5 million ».
    La primaire n’est pas finie !!
    Il y aura sans doute un entre-deux tours théâtralisé qui pourrait coûter cher aussi…

  7. Rolles

    La plupart des commentaires qui précèdent révèlent bien que les primaires socialistes et leur accompagnement médiatique donnent sérieusement les « chocottes » à ces honorables gens de droite.

    La panique qu’ils donnent à deviner ne vient pas de la « qualité » (toute relative) des débats que la gauche nous donne à voir, mais surtout du vide d’idées où ils se trouvent eux-mêmes.

    1. Oh, un troll.
      Des gens de droites qui commentent ici ? Ah ? Où ?

      Encore un rigolo qui débarque ici la bouche en coeur, croit faire un commentaire pertinent, pond une crotte, et s’en repart aussi sec. *baille*

    2. Alex6

      J’avoue.
      Un tel etalage de niaiserie matine du manque le plus complet d’une quelconque culture economique, ca me fiche les « chocottes ».
      Enfin bon, ca n’est pas moi qui ramasserais la volee d’impots supplementaire qui va s’abattre sur vos belles petites fesses roses.

  8. Alex6

    Merci d’avance a internet qui va permettre d’immortaliser toutes ces guignoleries. Comme ca dans quelques annees, je pourrais expliquer en images pourquoi le pays des lumieres a fait faillite (moralement, intellectuellement et financierement)

    On retrouve dans les commentaires ce bon vieux chantage au risque de dictature si on ne vote pas blablabla… alors que le systeme actuel EST deja une dictature deguisee. Le vote ne sert strictement a rien puisque les politiques se foutent completement de votre avis. Vos idees ne passent pas non plus puisqu’au final il n’y le choix qu’entre deux guignols a roulettes.
    Les elections ne servent qu’a legitimer les actions d’une oligarchie parasitaire. Ce qu’il faut, c’est une reduction drastique du nombre de ministres/elus/parlementaires et toute la clique de parasites qui gravite autour. On y arrivera soit par la force i.e. faillite du pays soit par une action courageuse politique (ne pas y compter, la soupe est trop bonne)
    L’option 1 ne faisant aucun doute, inutile de se deplacer pour cautionner le systeme en 2012.

    1. Dorlaiel

      Absolument d’accord avec cet argument!
      Les commentaires contre les candidats du PS sont aussi valables pour les candidats des autres partis!
      Mais ce qui gravissime en France est le système. Pourquoi ne pas décompter les votes blancs? Car alors là, nous aurions sans doute un autre visage de la politique.
      Pour ce qui me concerne, et ce qui est certain, comme aucun candidat, de quelque orientation que ce soit ne convient à mes fondements éthiques, et comme il s’agit avant tout dans ce cirque électoral une lutte des places (et non à une nouvelle lutte des classes, mot ô combien à bannir du vocabulaire actuel! … or jamais cette lutte des classes n’a étté aussi palpable depuis ces 70 dernières années)
      Donc pour ce qui me concerne, en toute conscience, JE NE VOTERAI PAS!
      Maintenant l’article est bon dans la mesure où il montre les petits marchandages et tripatouillages à tous les niveaux pour tromper le troupeau de « veaux » que nous sommes manifestement de facto!

  9. kelevra

    la france est une democratie? non la france est une dictature. et cette dictature est pire qu une vraie dictature, parce qu elle ne dit pas son vrai nom. quelques exemples : un traite europeen passe en force alors que les francais ont vote contre par referendum, hadopi, loppsi, etc, une montagne de loi qui s empile depuis 40 ans, l etat qui s ocupe de tout de la naissance a la mort etc etc, une dette qui engage les generations futures
    lisez Bastiat, la democratie c est quand l etat ne s occupe que de ses missions regaliennes : police justice.

    1. Alx

      Ou, en plus de Bastiat, Ayn Rand, je suis ds « Nous les vivants ». Meme si ce livre se passe 1923, le parallele avec aujourd’hui est facile, dans le cheminement de privations de libertes (ce que voulait deja denoncer l’auteur en 1936. Et son avant propos de1958 est aussi une argumentation en soi)

  10. TicEtTac

    J’ai lu l’article et les commentaires.
    A moins d’être demeuré, je pense que tout le monde est d’accord pour dire que la France est mal gérée, par la droite comme par la gauche.
    C’est super de critiquer, mais on fait quoi en 2012 ? On vote blanc, vote inutile au possible ? C’est quoi les alternatives crédibles (ce dernier mot est important) ?

      1. MPC

        Il faudra remettre ton bulletin de vote à imprimer. J’en ai déjà beaucoup parlé autour de moi, je pense qu’il va faire un bon score en 2012.

        1. Calvin

          Honnêtement, c’est le seul bulletin qui me pousserait à retourner dans un isoloir.
          Mais, il faudrait vraiment un maximum de votes blancs avec ça.
          Cela montrerait que ces électeurs n’avaient pas de choix.
          Que ce n’est pas de l’indécision (« quel âne, il ne sait pas distinguer la Droite de sa Gauche… » ; « oh, oui, le boulet… c’est pourtant simple : la Droite prend des impôt dans la poche de droite, alors que la Gauche prend des impôts dans la poche de gauche »).
          Un choix réel : les candidats sont des abrutis, il me reste la colère.

          S’il y en avait assez sur tout le territoire (« pour une élection présidentielle ??? nooon ??? ils ont osé ? »), je me demande si cela ne ferait pas l’objet de quelques reportages télés.

          Par contre, mon éducation préfèrerait un « Bande d’ABRUTIS »
          (mais bon, quand y en a marre, y en a marre…)

        2. Manu

          heuu ..
          liberté égalité fraternité ?

          je croyais que c’étais liberté taxes , bisous ??

          😀

          Bon ceci dit h16, je te (vous?) sens virulent ….. un peu de contradiction, à défaut d’être utile , ca peut être divertissant non?

  11. danalyon

    Le plus drôle dans cette primaire ce n’est pas tant ce qu’elle coûte mais son inutilité. Dans un scrutin à 2 tours, je ne vois pas l’intérêt de demander à tous les français en âge de voter et inscrits de désigner « LE « candidat socialiste pour les représenter… Il aurait été plus simple d’attendre la fin du premier tour.

    1. Calvin

      Dans ce cas, il y aurait une certitude : aucun candidat du PS au second tour dans ces conditions (Martine et François autour de 10% chacun, donc derrière la Marine, Nicolas, et un centriste ou une verte).
      Donc c’est pas inutile pour un parti.
      Juste inutile pour ceux qui ne compte pas voter pour l’un d’entre eux, au 1er comme au 2ème tour.
      Mais coûteux pour tous…

  12. Totor

    La démocratie? quelle démocratie?

    un parti politique a l’accès direct aux listes électorales, bénéficie d’heures entières de propagande télé gratuites en prime time, et nada pour les autres c’est la démocratie çà ? la démocratie populaire version allemagne de l’est dans ce cas !

  13. SMIC horaire

    Il va peut être falloir se réveiller, la démocratie en France ça n’existe pas. Que ce soit l’UMP ou le PS la gauche ou la droite cela reste toujours un petits groupes de personne issue des couches les plus riche de la population qui se retrouve à choisir pour nous le peuple. Même si ils ont une opposition de façade pour alimenter les journaux et le journal du soir, il se connaissent se tutoi, mange ensemble et sont parfois même amis c’est un petit monde ou le monde politique, le showbiz la télévision, les entreprises du cac40 tout le monde se connais. Il n’y à qu’a regarder qui sont les conjoints des politiques, ou les conjoints de leurs enfants et vous comprendrez…

Les commentaires sont fermés.