Comment la France expulse les étrangers diplômés que le Canada accueille

En France, on n’a pas de pétrole, on n’a plus de gaz de schiste, et on n’a plus que des idées pourries. Prenez la mondialisation par exemple. Ce pourrait être une source d’opportunités pour ce pays vieillissant. Eh bien non : Jean-Luc M. et Arnaud M. (presqu’aucun lien de parenté), la mondialisation, ils ne l’aiment pas très très beaucoup du tout.

Mais ils ne sont pas les seuls. En fait, la mondialisation est cordialement détestée par toute la classe politique française dont le spectre s’étale du rose au brun en passant par le rouge vif, le vert et le noir : personne ne semble vouloir de ce concept.

Et pour prendre un exemple concret, il suffit de se pencher sur le cas, normalement pas très épineux, des étrangers venus étudier en France pour décrocher un diplôme.

L’idée est simple.

Des étrangers viennent de toute la planète, se précipitent, pour ainsi dire, vers la France afin d’y étudier dans nos prestigieuses universités régulièrement classées dans le top 10 de tous les classements mondi… heu on m’indique que, bon, les étrangers ne se battent pas vraiment et que nos universités ne sont pas totalement au top, mais bref, l’idée est là : des milliers d’étrangers viennent finir ou accomplir leurs études, jusqu’à des niveaux élevés (master, doctorat) dans nos universités, et, grâce à l’action vigoureuse de nos politiciens, se retrouvent sans visa et se font rapidement expulser.

En effet, Claude Guéant — qui n’aime pas non plus la mondialisation — a pondu une jolie circulaire le 31 mai dernier, visant à réduire l’immigration professionnelle. En conséquence, les étudiants étrangers ayant décroché en France un diplôme au moins de niveau master se voient refuser la possibilité d’y rester pour démarrer leur vie professionnelle.

C’est très joliment pensé.

De fait, toute la politique de l’immigration en France est un édifice finement ouvragé où s’empilent incohérence, pure méchanceté, paperasserie aussi tatillonne que débile, et contre-productivité élevée au rang d’art.

Depuis maintenant des dizaines d’années, entre le regroupement familial et la distribution généreuse d’aides diverses et variées à qui les réclame, la France aura donc su attirer à elle les élites les plus productives qui auront eu à cœur de s’intégrer, puis éduquer et former une jeunesse vibrante de reconnaissance.

Parallèlement, en mettant en place d’habiles barrières administratives et en multipliant les obstacles légaux à l’entrée sur le territoire des étrangers les plus diplômés ou ceux qui démontraient la plus grande volonté de faire fructifier leur savoir, le pays a su repousser avec constance l’hydre hideuse de l’attractivité et des bonnes places aux palmarès internationaux (d’ailleurs fortement suspects de capitalisme, de libéralisme et de mondialisme apatride).

Pour résumer rapidement, ce pays fait donc le choix brouillon (et stratégiquement discutable) d’expulser les diplômés, les universitaires et les élèves-ingénieurs, et de chérir avec moult facilités subventionnées par le contribuable des hordes de jeunes déçus dont l’apport scientifique ou culturel laisse pour le moment l’honnête citoyen quelque peu dubitatif.

Etudiants en sociologie

À bien y réfléchir, on se demande si un autre monde n’est pas possible ?

Eh bien justement, nous avons un exemple, de l’autre côté de l’Atlantique, d’une autre façon de procéder. Elle n’est pas nouvelle puisqu’on retrouve facilement des articles qui montrent bien la stratégie choisie : faire en sorte que le diplômé reste.

Certes, la situation du pays (emploi, densité, …) n’est pas forcément comparable à la France, mais l’idée générale qui consiste à choyer les étudiants étrangers diplômés ne semble pas, a priori, complètement débile, et surtout pas hors de portée d’un politicien moyen.

Politicien moyen dont la France semble bien dépourvue tant elle s’est habituée à accumuler les vexations sur les étrangers qui ont la curieuse lubie de venir étudier chez elle, depuis des années.

Un éminent libéral me narrait ainsi se souvenir que déjà, en 2000, des étudiants d’origine étrangère (moitié tunisiens, moitié marocains) lui expliquaient leurs difficultés à obtenir un permis de travail, une carte de séjour, souvent sur pression de leur pays d’origine qui veut garder son cheptel pour lui, alors qu’ils passaient dans le même temps des entretiens chez Morgan Stanley ou McKinsey. Sociétés qui, du reste, offrent comme on peut s’en douter des salaires de misère et surexploitent leurs collaborateurs. Salaires de misère qui ne rapportent donc aucunes charges sociales, aucunes taxes améliorant potentiellement le bilan économique catastrophique français.

Comme on le constate, le mal est profond, aussi festif que durable, ancré dans les habitudes et s’autoalimente de la misère économique et intellectuelle ambiante. La fuite des cerveaux, fussent-ils locaux ou étrangers, continue. Elle imbibe toutes les strates de la société ; ce ne sont pas les meilleurs qui restent, et on commence à en ressentir les effets dans toutes les strates de l’administration et de la politique où certains éminents politiciens laissent un doute certain sur la bonne numération de leurs chromosomes.

Bientôt, la France ne comptera plus que des syndicalistes, des fonctionnaires, des retraités et un gros paquet coloré et frétillant de jeunes très très déçus, le tout dirigé par une classe politique affûtée comme du beurre chaud par des générations de mariages consanguins. Tout ce petit monde pourra alors s’organiser pour achever la transformation du pays en un immense parc d’attraction pour touristes en mal de sensations fortes.

Comme je le disais en intro : plus de pétrole, plus de gaz, plus d’idées…
Réjouissant.

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires77

  1. infraniouzes

    Si vous voulez mon avis, comme disait l’autre (et si vous n’en voulez pas c’est pareil) l’explication est relativement simple. Que voulez-vous qu’on fasse de milliers de sur-diplômés venus de l’extérieur alors que les rejetons blancs, nationaux et français n’arrivent pas, malgré leur bac+5, à trouver un travail digne de leurs compétences, aspirations et prétentions.
    Il faut d’abord caser les fils des hauts placés, puis les fils et filles des « anciens » haut placés, puis les fils et filles de tout ce qui compte en matière de lobby, pouvoir occulte ou mafieux.
    Quand un pays s’enorgueillit d’envoyer 80% d’une classe d’âge au bac, qui se ruent à 90% dans les études supérieures et qui terminent au bout de 10 ans d’études laborieuses avec un master en « sociologie des banlieues à l’orée du 3° millénaire », il faut bien comprendre qu’à ce jeu des chaises musicales il y a plus de derrières désireux de s’asseoir que de sièges disponibles.
    Alors des étrangers à bac+6. . . ça encombre. En revanche des bac-15 pour monter des blocs béton, balayer les couloir du métro ou déménager les poubelles, ça manque, vu que personne ne veut le faire au regard des salaires de misère qu’on offre.
    Éternel problème de l’offre et de la demande, mais n’est-ce pas le charme de l’économie ?

    1. El Gringo

      Et derrière tout ça, toujours la même ineptie: le travail est un gâteau, partageons-le comme ci ou comme ça et… ah non, désolé, pas toi, tu n’en aura pas et ça en fera plus pour les autres!

      1. philippepsy

        Oh le Gringeot qui vient mettre son grain de sel !!! :))) Bon, on se voit vendredi ? Désolé H16 de me servir de ton blog comme d’une boîte aux lettres !

      2. NEV

        J’aime l’analogie, je la réutiliserai au près de ceux qui ne voient pas le travail comme une contrainte mais comme une bénédiction, merci.

    2. What ?

      « les rejetons blancs, nationaux et français n’arrivent pas, malgré leur bac+5 »
      Il y a aussi des noirs/arabes/asiatiques, nationaux et français qui n’arrivent pas non plus malgré leur bac+5…

  2. Le Gnome

    Je ne sais plus qui disait que la France exportait des bacs plus cinq et importait des bacs moins cinq.

    1. toni

      Les leaders mouvements de gauche cherchent presque toujours leur intérêt perso, ils se fabriquent leur (futur) électorat pour éssayer de conserver le pouvoir. Tout est bon à prendre, immigration massive, déséducation nationale, expluser les étrangers brillants des fois qu’il y en ait quelques uns qui posent les questions qui fâchent, exportation des cerveaux, délocalisations.
      Maintenant devenant de moins en moins conciliant avec ce genre d’histoires, si ces mêmes gens de gauche se plaignent et gémissent lors de repas de réveillon de fin d’année … Il faut leur rappeler que leurs belles idées commencent à e**erder beaucoup de monde.

  3. toni

    H16 a écrit : »Bientôt, la France ne comptera plus que des syndicalistes, des fonctionnaires, des retraités et un gros paquet coloré et frétillant de jeunes très très déçus, le tout dirigé par une classe politique affûtée comme du beurre chaud par des générations de mariages consanguins »

    ça c’est très très mauvais pour les années à venir.

    H16 a écrit: « Depuis maintenant des dizaines d’années, entre le regroupement familial et … qui auront eu à cœur de s’intégrer, puis éduquer et former une jeunesse vibrante de reconnaissance. »

    Jeunesse vibrante de reconnaissance qui n’en doutons pas permettra la survie du système des retraites par répartition
    et seront d’excellents contribuables. Syndicalistes, fonctionnaires ,retraités, jeunesse vibrante … Laissons les se démerder entre eux. Ils ont fait leurs choix électoraux et sociétaux.
    L’idéal serait qu’ils finissent par s’entretuer, pendant qu’ils seraient occuper à cela, ils nous ficheraient la paix.

  4. simin

    Mon mari, diplomé (en Belgique francophone, hélaas) en chirurgie dentaire, étranger (Iranien) s’il en est, pense qu’il vaudrait mieux que nous nous installions au Canada. Il faut juste se constituer au préalable un « autre » petit capital pour « tenir » durant les quelques 24 mois de « re-formation » qu’exige une « remise à niveau » avec les diplomés canadiens pour cette même discipline. C’est rageant, une telle dévaluation du diplôme européen, on croyait que ça ne concernait que les études entreprises en Iran ou d’autres contrées de ce type…

    1. toni

      Chacun éssaie d’imposer ses normes … Chaque état est souverain chez lui. Je sais que c’est pénible mais je ne suis pas surpris.

    2. Je pense que ceci a aussi beaucoup à voir avec le fait que ce genre de professions est très corporatiste, au contraire d’autres.

      1. Paf

        le Quebec socialiste a les memes travers que la fRance: les immigrants qui parlent francais sont les bienvenus, les autres se font emmerder jusqu’a plus soif, y compris les canadiens de souche qui parlent juste anglais.Ils vont jusqu’a demander des preuves de parlage-francais a des gens francophones avec des etudes francophones qui viennent d’endroits anglophones.Et grace a cette technique fondamentale de preservation de leur langue qui ne marche pas du tout vu que les quebecois parlent le francais comme des culs et nivellent leur langue par le bas ( a savoir une imitation du francais avec des structures anglaises), ils ont un gros manque de medecins.bravo l’intervention socialiste, ca marche a donf !

        1. marc

          Réaction typique du gars qui n,a jamais vécu au Québec ou qui y a fait un séjour trop court ..

          1/ Notre gouvernement PROVINCIAL n’est absolument pas socialo, faut vraiment être nul pour dire un truc pareil..au cas où t’allumes pas, on a icitte un des + haut taux d’impositions AU MONDE. Ey<t on est sous un gouvernement FÉDÉRAL néo conservateur tenu majoritairement par des évangélistes monrachistes… faut lire un peu les médias …

          2/ ta perception de notre langue, qui est du québécois français et non du français de France est à hurler de rire… compare notre langage et comment vous vous exprimez virtuellement et les anglicismes qui existent chez vous et reviens moi avec ton étude. Ton comme est une vraie poubelle de conditionnement et de limites, t'as bien fait de rester en France mon con.

          3/ Pour répondre au billet en cours, ne rêvez pas, le Canada, ou le Québec, sont loin loin d'être un havre de paix pour immigrants, diplomés ou non .. la relation publique vise principalement à attirer des gens qui ont du fric à investir dans des entreprises ..les autres doivent se re-former selon les normes en place, c'est long, coûteux et il n'y a vraiment aucune garantie d'emploi après, les histoires d'ingénieurs nucléaires qui font le taxi ne sont pas des légendes… de plus, la majorité des immigrants européens arrivent ici la gueule pleine et avec du fric , le dépensent pour s'installer, et quand ils réalisent que le niveau de salaire est loin d'être équivalent et qu'ils sont tannés de pelleter 15 m de neige chaque hiver, ils repartent..seul probléme, l'investissement de départ ne revient pas , ils repartent 10x plus pauvres.

          Amicalement
          Marc
          Un expat qui vit au Québec depuis 25 ans et qui a vu passer quelques avions d'immigrants tout beaux et tout frais.

          1. 1/ si, le Québec est assez socialiste. Moins que la France, mais socialiste. Le Canada est moins socialiste en général que le Québec. (Et on peut rire sur le taux d’imposition : http://www.forbes.com/global/2009/0413/034-tax-misery-reform-index.html : France #1, Canada #33)
            2/ désolé, mais le québécois parlé est bourré de tournures bizarres. C’est ainsi, ce n’est pas grave, mais c’est comique de voir que tout est fait pour protéger le français alors qu’en pratique, il y a un décalage de plus en plus important entre le parlé et l’écrit qu’aucune loi n’arrive à réduire. Figer une langue est gentiment désuet.
            3/ « Pour répondre au billet en cours, ne rêvez pas, le Canada, ou le Québec, sont loin loin d’être un havre de paix pour immigrants, diplomés ou non »
            Je connais bien les deux (France et Canada) et y’a vraiment pas photo au détriment de la France. Et la situation a beaucoup évolué en 25 ans. Vraiment beaucoup.

        2. marc

          La page sur Forbes est pour l’Ontario, qui est libérale depuis des années, pas pour l’ensemble du Canada, encore moins pour le Québec qui est l’endroit où on est le + taxé pour tte l’Amérique du Nord ( pas du monde, désolé).

          1/ J’ignore quelle est la définition du socialisme sur ce blog, mais quand tu verses autant d’impôts tu t’attends à des sservices de la part du gouvernement .. à moins que vous ne soyez adepte du « chacun se démerde et que les moins forts crévent » propre à certaines idéologies …

          2/ quand au français gentiment désuet, remarque typique du cousin français condescenant, parlez en à vos bretons, à vos basques et à vos occitans… quand on est 5 millions, isolés dans une mer de 250 millions d’anglophones, et que la langue fr est reconnue comme langue officielle dans la constitution canadienne, il semble logique de vouloir la protéger, à moins que votre adoration du yankisme parlé ne soit si cool et si hot quand on est in …

          1. 1/ la France est bien plus socialiste que Québec. C’est simple : la France, c’est 52% du PIB à l’état. 1600 milliards € de dettes. Simple. Clair. Net.
            2/ Apprends à lire. Je n’ai pas écrit que le français était désuet. J’ai écrit que tenter de le figer était désuet. Bref : tu dégoulines des a-priori que tu reproches aux autres.
            Et pour ta gouverne, je ne suis pas un cousin français.

      2. marc

        Effectivement j’aurai dû mieux lire, je pensais que ce blog était un mélange de critique sociale et d’infos débattue selon les connaissances des uns et des autres et non selon des perceptions filtrées par des conditionnements issus de la même matrice que vous critiquez… le terme « cousins » est employé ici pour tout ceux qui sont de l’aut bord de l’océan et qui nous jase avec cette teinte de condescendance toute citadine et imbue de son savoir … je pensais que tu le savais, vu que tu as dit connaitre la place…
        Allez, désolé , bonne continuation dans votre truc , je retourne à notre immobilisme figé et glacé, finalement, c’est vrai qu’on est ben icitte.

        1. Alex6

          « je pensais que tu le savais, vu que tu as dit connaitre la place… »
          Et une structure anglaise adaptee en francais, une! Amusant comme tu viens demontrer quelque chose et obtiens l’effet inverse par l’absurde.
          Enfin, payer beaucoup d’impot = socialisme, point. Les mots ont un sens, cousin.

        2. Glam

          Marc tu es un expat pourquoi tu fais semblant de parler comme un quebecois? est-ce que tu y mets l’accent aussi?
          est-ce que tu as attrape les complexes des quebecois aussi? c’est pas vrai que les quebecois ils parlent comme des culs? ah bah ffffffoyons!
          Paf connait tres bien le Canada, et je suis sur que rien ne le fait plus marrer (il doit etre plie) que de faire reagir un EXPAT sur tes TABOUS de quebecois (le parlage comme des culs sur des structures anglottes, le socialisme latent (npd mon gars, tu connais le npd?lol, la xenophobie omnipresente,les complexes vis a vis du francais de france etc) ,avec un gros accent TROP FAKE qui sent la transpi pour s’integrer.
          J’en ai connu des comme toi, qu’ont des amis independantistes qui jouent du bandoneon sous les murailles de Quebec et qui faisaient tout leur possible pour avoir l’air d’en etre, trop pathetique.
          Les vraies lecons a apprendre des quebecois se sont d’autres choses

        3. Glam

          Ce sont d’autres choses, j’ai rippe
          bon enfin voila tout ca pour dire que Marc: prout.
          tu es une joke, heureusement qu’il y a des expats a mi chemin entre les trouducs au sirop d’erable dans ton genre et les franchouilles indecrottables jamais contents qui critiquent tout et sont snobs.

      3. marc

        Whaoo..ça vole pas haut votre truc ..je suis venu corriger certains aspects faux , selon ma perception, du billet, pas foutre la merde dans votre tit carré de sable ….
        ben oui les mecs, y a moyen de vivre 25 ans ici et de s’adapter et de parler et écrire comme les gens de la place, ne vous en déplaise , faut vraiment être con pour dire ce que vous écrivez sans déc .. je retrouve mon français de france en tapant des commentaires, mais c’est sûr que je suis maintenant plus d’ici que de là bas .. heu… en quoi c’est dérangeant ? surtout quand on vous lit votre propre vocabulaire lol…

        « Les expats trous du cul au sirop d’érable » ont moins fait le choix de vivre comme ils le veulent et d’avoir bougé leur cul au lieu de rester planté devant leur ordi à gémir sur la marche du monde et à larmoyer sur les injustices …

        heu..c’est la marche normale de ce blog d’avoir des petits trolls qui jouent les garde chiens dés que papa se fait contester sur un billet ? c’est quoi ce blog ? les amis de Marine , Soral and co ???

        1. Alex6

          Tu devrais un peu te calmer, on voit que tu n’as pas beaucoup l’habitude des debats. Pour la peine, tu viens critiquer quelque chose en servant a tes detracteurs les preuves opposees via ta diatribe poussive. Avoue que c’est assez marrant.
          « et de parler et écrire comme les gens de la place » Maintenant puisque tu t’obstines, le mot « place » ne signifie pas « lieu » ou « endroit » en fancais, tu ne peux donc pas l’utiliser. Il faut faire l’effort d’employer le bon mot, sinon personne ne pige ce que tu dis.

        2. En tout cas, on pourra pas dire que tu auras lu avant d’intervenir. Ca, pour le coup, c’est assez typique : on débarque, on sort deux trois conneries en croyant tout savoir mieux que les autres et on se fait rabrouer alors on rouspète.

          Au fait, pour ta gouverne, celui qui écrit français peut aussi être suisse, belge, marocain, algérien, tunisien, congolais, … La France, c’est un petit pays. ‘Spa, cousin.

        3. Glam

          ‘je suis venu corriger certains aspects faux’

          tu corriges rien, tu veux te la raconter avec ton faux accent de bucheron mais tu te contentes de repeter la sempiternelle rengaine miserabiliste des cakes locaux, apres tu te fais dechirer l’anus et tu es tout surpris mais c’est bien fait.Rertourne jouer du bandoneon avec ta chemise a carreaux.

      4. Théo31

        « parlez en à vos bretons, à vos basques et à vos occitans… »

        Il se trouve qu’ils militent dans des partis d’extrême gauche et la prétendue défense de leur dialecte leur permet surtout de toucher de grasses subventions. A Toulouse, on doit se farcir des messages débiles en occitan dans le métro alors que le vrai occitan n’est parlé que par quelques dizaines de personnes sur un demi-million que compte la ville.

        « quand on est 5 millions, isolés dans une mer de 250 millions d’anglophones »

        Et alors ? Cela vous donne-t-il le droit de faire chier les 98 % de la population qui ne parlent pas votre langue ? Un jour, un Québecois m’a dit que les anglophones pouvaient avoir des amendes dans des magasins obligeant à parler français. C’est vrai ?

        Sont rigolos les bouffeurs de poutine avec leur accent de merde.

        1. marc

          Réponses en vrac, ayant perdu la connexion satellite pendant 36h :

          @Theo31 : oui c’est vrai .. dans le contexte historique du Québec, les gens se sont battus pendant des lustres pour préserver leur culture et leur langue, et ont gagné le droit que le français soit reconnu comme langue officielle ..donc tout doit être bilingue , c’est la loi, et dans la constitution .. un magasin ne peut pas t’offrir des produits ou du service dans une seule langue ..

          Pour l’accent « de merde », merci pour la tolérance et l’ouverture…

          @Glam : ah Glam Glam, avec son petit nom style années 80 et son avatar tout rose et tout clinquant .. un vrai modéle de discussions et visiblement bien dans son trou.. restes y

          @H16 : ça se voulait de l’humour, vu que j’étais un lecteur assidu de ton blog et avait même repassé certains de tes articles sur mon blog …
          « celui qui écrit français peut aussi être suisse, belge, marocain, algérien, tunisien, congolais » .. ah, pas québécois ?

          @Alex : j’écris comme je jase, et vu le vocabulaire lu dans certaines réponses, on peut se demander qui est le plus cryptique dans sa manière d’énoncer les choses…

          1. « pas québécois » : bien sûr que si 🙂 Vous êtes les bienvenus (j’ai même eu des lecteurs anglophones, les fous !)
            Et merci d’avoir repris certains de mes articles.

            Et si tu m’as déjà lu, tu comprendras que je défende ma position relativement simplement : pour moi, les québécois ont toute latitude pour parler le français qu’ils veulent. Mais je trouve juste vieux jeu de vouloir sauvegarder le français « académique » à tout prix.

            En outre, je n’ai jamais imaginé (ni écrit) que le Canada était l’alpha et l’oméga en matière d’immigration ; mon billet faisait simplement remarquer le comportement diamétralement opposé la France qui expulse sans réfléchir et se recroqueville et le Canada, qui a compris l’importance des cerveaux et qui a toujours été, par construction je dirais, plus ouvert.

            Enfin, le Québec est bel et bien plus socialiste que le reste du Canada, et bien moins que le reste de la France.

            Voilà. C’est tout.
            🙂

        2. Paf

          Marc reagissait initialement a mon commentaire, en arrivant tres agressif avec des arguments d’autorite et des suppositions foireuses sur ma personne, avec 3 arguments supposes etre des correctifs, qui ne sont en fait qu’une resucee des habituelles complaintes quekekoises contre lesquelles il est temeraire d’ouvrir sa bouche, pour preuve sa reaction bien convenue de quekekois de formation fraichement roule dans le beurre d’erable.
          Oui, le quebec est lourdement socialo, et oui, ils parlent comme des culs un patois qu’il feraient mieux d’appeler Le Quekekois plutot que d’oser qualifier ca de francais, ce qui fait toujours rigoler les immigrants du moyen-orient qui savent le parler, eux, le francais, et a qui on enseigne que la bonne facon c’est de dire « le film que je te parle » et « faudra que je fais ço » et « une patente de maême ».
          C’est mission impossible pour l’office de la langue francaise, qui doit niveler par le bas et faire respecter un francais sans subjonctif parce qu’ici on ne l’utilise ‘po pantoutte’ XD arh arh
          Mais tout ca ce sont des tabous et c’est pour ca que Marc viens raler et faire des prouts dans les commentaires de H16 comme un bon chienchien bien dressé.

  5. toni

    « L’idéal serait qu’ils finissent par s’entretuer, pendant qu’ils seraient occupés à cela, ils nous ficheraient la paix. Pouvez vous corriger svp ? »

    Pour la qualité de vie, je conseille l’Australie également.

  6. kelevra

    ce qui est etonnant c est que nous accueillons a bras ouverts des etudiants chinois ne parlant meme pas le francais, pour des diplomes bidons achetes (affaire de la fac de toulon il me semble)

    1. Arkh

      Vu en école d’ingénieur aussi les étudiants incapables de parler 2 mots de français et qui débarquent en seconde année comme des fleurs dans des cours dispensés en français.

  7. gem

    bon sang, mais c’est bien sûr !
    J’ai compris ! tout est clair.
    La France a décidé qu’elle avait besoin de masses populeuses violentes, de mecs gonflés de testostérone et habitués à la violence, avec un petit pois dans le cerveau. Et ça, c’est le profil idéal de ?
    La chair à canon.
    Et parallèlement, la France s’arme idéologiquement : à mort l’étranger, vive la discipline sociale et les masses « tous en sang bleu tous en sang bleu »…

    La conclusion s’impose :
    La France se prépare à la revivre une nouvelle épopée napoléonienne, et cette fois les sales boches vont morflés, non mais !
    Vous noterez aussi que, comme d’habitude, on fait cette préparation à la guerre avec les concepts politiques accessibles à nos élites : pas question de guerre technique avec des cerveaux aux manettes et des quasi-ingénieurs surentrainés et surarmés sur le terrain, non, on en reste à la guerre de brutes à l’ancienne. On se prendra donc une branlée bien méritée comme d’habitude.

    Première étape : un bon petit mouvement révolutionnaire…

    1. Alex6

      Avec les branquinoles qui consitutent la majorite des jeunes Francais, je n’imagine meme pas la branlee que l’armee francaise prendra si elle se risque a attaquer qui que ce soit en recrutant les jeunes decus et autres plaisantins.
      Deja il faut de la discipline dans une armee, c’est pas gagne…

  8. Panda Bourré

    D’un autre côté, la France se donnant un mal fou pour faire fuir ses jeunes diplômés FDS, on va dire qu’il y a là une certaine cohérence.

    1. Paf

      et un jeune diplome qui n’a pas fuit peut devenir entrepreneur, et la il fuit a coup sur dans les deux ans!

      1. Panda Bourré

        Sauf que s’il a fait entrepreneur en France, il ne lui reste rien pour financer sa fuite. C’est l’astuce.

  9. Guillaume

    J’ai lu ça l’autre jour dans Le Monde. Un article consacré aux misères que l’on faisait aux étudiants (valeureux!) ayant vaincu tous les (nombreux!) obstacles administratifs pour obtenir leur diplôme et qui étaient purement et simplement expulsés.
    J’ai d’abord trouvé ça proprement honteux. Et puis je me suis dit qu’en fait c’était typiquement français: on aime à croire que les mauvais viennent chez nous pour devenir bons ailleurs. Que la Méritocratie française vaut quelque chose. C’est juste une façon de se rassurer sur l’attractivité de nos universités. Ils s’en foutent à l’Educ Nat de ce qui se passe sur le marché du travail.
    C’est une HONTE de voir que l’on s’attaque aux bons cotés de l’immigration cependant que le regroupement familial coule à flots. L’art bien français de prendre le problème à l’envers…

  10. Pascale

    Le génie de nos politiques se manifeste aussi dans l’application du numerus clausus en médecine. De nombreux Français sont très motivés pour suivre ces études, en seraient tout à fait capables et feraient d’excellents médecins. Mais voila, le numerus clausus les empêchent d’y accéder et on manque cruellement de médecins. Pas de problème : on importe de jeunes médecins étrangers du Tiers-Monde dont on ne sait même pas comment ils ont été formés.
    C’est encore le genre d’incohérence dont nos politiques font preuve avec leurs histoires de quotas, de pourcentages et patin et couffin.

    1. poum

      « dont on ne sait même pas comment ils ont été formés. »

      alors voila, la mentalite francaise a l’oeuvre; meme liberal on n’y echappe pas.
      c’est pourtant simple, si ca vient pas d’un pays du G8, ca travaille avec des bouts de ficelle et ca a les mains sales, beurk.

        1. Théo31

          Fallait dire « bronzé » et pas « dont.. ».

          Si les libéraux font aussi de la novlangue, ce pays est plus que foutu. 😀

        2. poum

          « est-ce CE que j’ai dit ? »

          tu rigoles ou quoi? je sais reconnaitre un lieu commun quand j’en vois un.
          D’ailleurs theo31 enfonce le clou, on nous la fait pas a nous.

  11. Maleypart

    L’info commence à remonter dans les grandes écoles: beaucoup de personnes formées, ayant leur diplôme d’ingénieur en poche, se voient refoulés, même avec une entreprise plus que prête à l’embaucher.
    Un ami à moi, un des premiers de sa promo, a dû fournir, en plus de l’habituel invraisemblable nombre de papiers, des lettres de recommandation de professeurs de son école, du directeur de l’école, de l’association dont il oeuvre en tant que bénévole…
    et tout ceci alors que l’entreprise n’a qu’une envie, c’est de l’embaucher, puisque sans lui les projets qu’il a commencé à mettre en place pendant son stage capoteront, faute de compétences.

    Bref, le malthusianisme économique a le vent en poupe en France, bien plus encore que je ne le croyais.

  12. Pascale

    @ poum. Il y a une chose que je déteste par dessus tout : c’est que l’on me fasse dire ce que je n’ai pas dit. Je remarque que c’est malheureusement une technique très très employée dans les discussions pour tenter de discréditer son interlocuteur . C’est un procede qui relève de la malhonnêteté intellectuelle ou, au mieux, du manque de maturité.

    1. poum

      ahahah
      you mad
      parce qu’au lieu de reagir sur ton commentaire j’ai reagi sur ton lieu commun tout pourri des diplomes du tiers-monde qu’ils sont meme pas valables et un peu sales aussi, ca sur que ca va en prendre du tortillage de cul pour rattraper ca lol

      1. El Gringo

        Imaginons que vous ayez besoin d’une greffe du coeur. Vous avez le choix entre trois chirurgiens diplômés de leur pays respectif: Un européen, un sud-africain, un zimbabwéen. Vous choisissez lequel?

        1. Glam

          j’ai pas trop confiance dans le zimbabween, avec son diplome qu’on sait meme pas comment il l’a eu, peut-etre en operant des gnous a la vodka

  13. imper

    Je pense de plus en plus à partir une fois diplômé ingénieur. A quoi bon s’entêter ici quand le monde nous ouvre ses bras ?

    Je ressens quelques regrets à propos des « jeunes déçus ». Je les ai côtoyés toute ma vie durant. J’aurais très bien pu en devenir un d’ailleurs. Ce qu’on constate : des vies, des potentiels gâchés par ce système qui se marche sur la tête et les gens vivant à son crochet. Triste.

    Sinon, très agréable à lire, comme d’habitude.

  14. Lin

    Ben après 3 bac plus 5, commerce, droit, ingénieur, j’ai franchi le pas, mon pouvoir d’achat a grimpé de 70% sans compter le reste à venir. Mais c’est un effort, j’ai dû apprendre la langue. Le pire c’est que sans beaucoup travailler, je rapporte à la boite où je suis, beaucoup plus qu’à celle française où j’étais, dirigée par des escrocs.

    Le patronat français est très escroc, sport national, plus que le PS ou l’UMP, le MEDEF ranci fait fuir la France.

  15. Seb

    Je vis en Espagne. C´est pas encore trop pourri. Il est possible de dire qu´on est liberal sans se faire ostracisé.

    Et l´esprit d´entreprise est vivant.

    @Lin: oú est-ce que tu es installé?

  16. nicolas

    Je n’ai pas la certitude d’avoir complètement saisi toute la richesse sémantique de vos échanges, mais vous pulvérisez pour moi le spectre de la monotonie et de l’ennui. Encore merci et je vous aime tous.
    Politiquement j’hésite régulièrement entre les voleurs menteurs de droite et les menteurs voleurs de gauche.

    Nicolas

  17. Obsédé Textuel

    @ simin « -…il vaudrait mieux que nous nous installions au Canada. Il faut juste se constituer au préalable un « autre » petit capital pour « tenir » durant les quelques 24 mois de « re-formation » qu’exige une « remise à niveau » avec les diplomés canadiens pour cette même discipline. »

    Ce que disait Marc n’est pas faux, attention de ne pas idéaliser le pays d’accueil. Mieux vaut bien préparer son « business plan ». Il vaut mieux aller aux USA bien qu’il y ait la même règlementation. Le gros avantage c’est dans le sud en hiver il y a beaucoup moins de pelleté de neige à déblayer !
    Concernant cette prétendue mise à niveau, là aussi il faut distinguer la théorie (la règle) et la pratique (le besoin sur le terrain).
    Exemple ?
    Une cousine médecin pédiâtre agée de 55 ans a été admise à exercer rapidement, sans cours de « reformation ».

    Les Ricains ne sont pas des idiots, ils savent fort bien qu’un vieux professionnel préfèrera refuser d’exercer et faire autre chose, plutôt que de retourner à l’école comme des minots.
    Et si les autorités ne vont pas se priver d’un bon médecin plein d’expérience dans un lieu où çà manque, à cause d’une chicane administrative.

    Pour ma cousine çà s’est passé entre 4 yeux dans un des services du gouverneur; elle obtenu gain de cause à l’issu de l’exposé de sa carrière.
    Ils font ce qu’ils veulent.

    1. « Ce que disait Marc n’est pas faux, attention de ne pas idéaliser le pays d’accueil. »

      Evidemment. Mais la forme trop rugueuse empêche une partie intéressante du fond de passer.

  18. nicolas

    au contraire, en tant que Suisse, je vote souvent sur des sujets qui sont parfois très émotionnels comme les minarets ou très très technique. Je ne vous explique pas les tenants et aboutissant du débat sur le devenir des concessions hydrauliques en Valais et sur les divers scénarios de répartition de ces dernières entre les communes de montagne et le canton… Je consacre donc beaucoup de temps à étudier la documentation que nous recevons à domicile, les journaux et bien sûr les blogs…
    Je n’ai pas de positionnement idéologique prédéterminé et peu d’illusions sur l’honnêteté pleine et entière de nos hommes politiques. Petit constat: Nous avons donc d’un côté la droite, qui nous fait comprendre avec une régularité sans faille à quel point les faux handicapés/les vrais handicapés/étrangers/délinquants/ réfugiés dealers (et plus si affinité, les têtes de turc qui ne peuvent se défendre ne manquent pas) profitent système social, coûtent chers et menacent la survie même de ce système social voire de notre démocratie ou le peuple est roi, alors que leur députés votent discrètement des lois qui engendrent des baisses massives d’impôt sur les dividendes et le bénéfice des sociétés, et donc in fine le revenu de l’état qui du coup n’a plus d’argent pour Cf liste plus haut. Je simplifie un peu car la droite helvétique est assez diverse, de l’UDC au PLR mais l’idée générale est attestée par les votes de ses députés au parlement. A cela répond le message fort de la gauche, qui après avoir affirmé pendant des années que ce n’était pas vrai que la large majorité des détenus dans nos chères prisons étaient étrangers, le reconnaît enfin du bout des lèvres quand vraiment il n’y a plus d’alternative et avoue, dans la foulée, un certain angélisme. Il est même arrivé à un représentant de cette gauche d’affirmer sans rire que si il y avait autant d’étrangers dans les prisons, c’est qu’il n’était pas facile d’obtenir la nationalité Suisse. Si on les naturalise, il n’y a plis d’étrangers, donc plus de problèmes… Autre exemple, une députée de la gauche vaudoise défendait le remboursement par la caisse maladie,et donc par moi aussi du coup, d’un traitement médicamenteux contre le tabagisme sous le prétexte que certaines personnes ne peuvent pas se projeter plus loin que le quotidien et ne voyant donc pas le sens de payer ce médicament pour arrêter de fumer dans quelques semaines renonceraient à tenter de sortir du tabagisme. (là je suis vraiment tombé de ma chaise). Elle ne doit pas fumer elle, le fait que ce médicament ne coûte pas plus cher que les cigarettes lui a apparemment échappé. Au secours. Pardon si le texte semble décousu, mais il est parfois difficile d’exprimer en peu de lignes pourquoi je préfère me faire une opinion en fonction de ce que je perçois comme la réalité plutôt que me fier aveuglément à une idéologie.
    Nicolas

    1. Obsédé Textuel

      @ Nicolas « -Je consacre donc beaucoup de temps à étudier la documentation que nous recevons à domicile »

      Heureux homme que vous êtes !

  19. hagakure23

    Ce que je comprends pas c’est que les étudiants étrangers sont censés payer beaucoup plus que les français, non? Donc même si ils partent après l’Etat aura fait une belle opération financière, non?

    En plus, ça ne leur rapportera pas de voix. Les gens anti-immigrations en on rien à faire des étudiants étrangers. Ce n’est même pas leur champ de vision, en quelque sorte.

    1. cigarette electronique

      pas forcement hagakure23, l’égalité est la meme pour tous, immigration ou pas.

      La différence, est qu’en cette période de crise, et de campagnes électorales, tous les bords politiques veulent récupérer l’electorat déçu de tout bord face à la situation de chomage, en préférant accorder aux « bons français » la priorité de l’emploi.

Les commentaires sont fermés.