L’étonnante facture chauffage

C’est au détour d’un commentaire de lecteur que j’ai eu confirmation de ce qu’on pouvait observer, subrepticement, autour de soi concernant le budget énergétique des Français : en dix ans, il a littéralement explosé et tout indique que cette tendance générale va continuer…

La stupéfaction sera faible pour celui qui paye régulièrement ses factures : le budget moyen pour le chauffage a augmenté de 32% en 10 ans passant de 115 à 150 euros entre 2000 et 2010. Pour rappel, l’inflation cumulée sur la période n’est que de 20% …

Et justement, cette observation de l’explosion du prix de chauffage est une excellente occasion de parler un peu d’inflation, cet indice décidément fort mystérieux que le grand Chaman Insee nous sort, régulièrement, avec une précision diabolique.

Normalement, cet indice est calculé pour représenter le fameux «panier de la ménagère» et permettre ainsi de déterminer si le nombre de petits euros fraîchement imprimés nécessaire à son achat a augmenté, stagné ou diminué d’une année à l’autre. De façon logique, il permet donc à la fois de mesurer le pouvoir d’achat moyen de la dite ménagère et, par voie de conséquence, la valeur intrinsèque de la monnaie.

En effet, lorsque le prix des biens augmente, c’est que soit les biens sont effectivement plus rares (donc plus chers), soit que la monnaie d’usage est moins bonne et qu’il en faut donc plus pour obtenir la même quantité de bien ou de service pour un montant fixé.

Jusque là, on balance du trivial à grandes poignées.

Les petits moutontribuables

Maintenant, il faut savoir que l’indice calculé par le Chaman est construit en tenant compte d’un poste de dépense pour l’habitation et l’énergie notoirement réduits. L’Insee se défend en notant la difficulté d’agglomérer la multitude de cas pour ces deux postes. Soit.

Cela n’empêche pas de constater tout de même une fameuse augmentation en dix ans, tant pour les loyers que l’énergie, notamment le chauffage.

Et c’est là que les choses deviennent intéressantes, puisque, rappelons-le, l’augmentation du prix de l’énergie peut venir de quatre grandes sources différentes :

  1. l’énergie coûte plus cher à produire, ou devient plus rare, donc est vendue plus chère.
  2. l’énergie est plus taxée.
  3. le prix subit de l’inflation monétaire pure.
  4. l’énergie est plus demandée (pour des raisons climatiques, par exemple).

La raison 1 est assez compliquée à analyser ; certes, on peut toujours arguer du fait que le pétrole deviendrait rare donc plus cher, sauf que ce n’est pas ce qui est constaté : le prix du baril oscille, mais en tout cas, il n’est pas en hausse constante sur dix ans et a même subi des variations très importantes dans les deux sens. En outre, si les stocks connus s’épuisent peut-être, la production, elle, ne diminue pas franchement alors que la consommation, elle, a diminué de façon sensible suite à la crise. D’autre part, dans un pays comme la France où une grosse partie du chauffage est obtenu par le gaz et l’électricité (majoritairement nucléaire), on comprendra que l’argument strictement pétrolier joue peu, et en tout cas, pas à hauteur de 32% en 10 ans.

La raison 4, purement climatique, échappe à l’entendement : la planète ou, tout du moins, la France se refroidirait et les journaux n’en auraient rien dit ? Pire, ces clowns partiraient du principe que la Terre se réchaufferait plutôt ! C’est enquiquinant, ces factures qui ne correspondent pas à la doxa ambiante. Zut. Rooooh. On ne peut pas croire une telle sottise. Si les gens chauffent plus, c’est bien sûr à cause du réchauffement. Bref.

Quoi qu’il en soit, ces deux raisons ne nous donnent en réalité qu’un levier bien faible pour agir : je connais peu de gens qui produisent leur propre énergie ou qui influent sur le climat (mis à part, peut-être, Sarkozy qui arrive à en produire un micro lorsqu’il s’agite frénétiquement, et encore). Qu’il y ait réchauffement, refroidissement ou rien du tout, de toute façon, nous n’y pourrons rien.

En revanche, pour les deux autres raisons, l’analyse est un peu différente: en effet, les taxations subies sur l’énergie sont exclusivement du ressort de l’Etat qui ne se prive donc pas de pilonner le contribuable / consommateur. Quant à l’inflation monétaire, qui, sinon l’Etat, est responsable en premier chef ?

En somme, si l’on analyse objectivement l’impact de l’action étatique dans le prix du chauffage, on se rend compte que c’est bien lui qui peut le plus pour sauvegarder le pouvoir d’achat des Français, et c’est évidemment lui qui en fait nettement le moins dans le domaine. Baisser les taxes pétrolières, la TIPP, et la TVA sur l’énergie, voilà une mesure qui permettrait aux contribuables et consommateurs de retrouver une réelle marge de manœuvre. Mais on comprend aussi que ce serait une mesure qui lui imposerait, symétriquement, de diminuer dans des proportions sensibles son train de vie, chose qui horrifie chaque politicien au plus profond de sa fibre statolâtre et dispendieuse.

Quant à l’inflation, si l’on se rappelle que c’est absolument le seul moyen qui reste aux dirigeants pour sortir les pays des gouffres de dettes dans lesquels ils les ont propulsés, on comprendra qu’ils feront tout pour ne pas y toucher.

Le prix du chauffage a augmenté de 32% en 10 ans ; tout montre que ce n’est pas exceptionnel, que ce n’est que le début, et que la vigoureuse croissance des prix observée fera vraisemblablement figure de petit sursaut en regard de ce qui va nous tomber dessus.

Moutontribuables, à vos portefeuilles !

J'accepte les Bitcoins !

1PZXy5DgTmBK1EZhYEEvSUf4o6pZnpDKnh

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires36

  1. Le Gnome

    Il est aussi dommage que le chaman Insee n’intègre pas le coût des impôts dans son panier de la ménagère, car l’inflation n’est pas triste de ce côté là non plus.

    1. Alexis

      C’est parfaitement juste, mon impot foncier est passé de 1350 euros pour la 1ere facture en euros à 2258 euros cette année. D’ailleurs, je n’ai jamais vu de pétition pour protester sur cette hausse injustifiée, alors qu’une telle pétition serait bienvenue. Jusqu’à quand va ton se faire tondre sans rien dire ?

      1. T-Buster

        Et qu’attends-tu pour la faire toi même cette pétition? Si tu attends sur les autres, et les autres, en bon français, attendent aussi que quelqu’un le fasse pour eux, aucune chance que cela bouge!!

    2. Pascale

      Il y a aussi l’augmentation faramineuse des loyers due à l’organisation de la pénurie de logements par l’État. Quand on nous annonce comme une grande nouvelle « festive » que les locataires qui ne payent pas leurs loyers sont inexpulsables jusqu’en mars prochain, il est certain que cela est très incitatif pour un propriétaire à louer son bien.

  2. Pascale

    Et encore, H16, quand vous suggérez que les coûts de production du pétrole ont augmenté pour éventuellement justifier une hausse de la facture du chauffage, il me semble qu’avec les avancées technologiques incessantes ces coûts de production devraient baisser.

    1. PINPON

      ce qu’oublie (volontairement) hashtable, c’est que l’article du figaro parle essentiellement de l’électricité, cette magnifique électricité nucléaire qui se révèle être un puit sans fond pour la bourse des citoyens, l’énergie la plus chère, plus chère que le fuel, deux fois plus chere que le gaz. mais la petite chérie des technocrates.
      H16 adore raler contre les energies renouvelables, mais ignorer le goufre du nucléaire est une faute.

      1. Calvin

        Le problème n’est pas que le prix de l’électricité augmente (à cause de l’Etat, d’ailleurs), mais plutôt que la consommation énergétique (électrique ou autre) augmente.
        Sur la même période, le coût total a augmenté de 32%, alors que les différentes hausses de prix auront été :
        Gaz ville : +5%
        Propane : +6%
        Fioul : +12%
        Electricité : +1.5%

        Sources : INSEE, EDF, CFBP, DIREM, Ministère de l’économie
        (Base de Données PEGASE)

  3. Shnaffy

    Je n’ai jamais compris d’ où venait l’inflation ?
    Est- ce parc que le valeur de la monnaie diminue donc les produits importés sont plus chèrs ? Ce qui se répercute sur tous les autres produits ( même si aujourd’hui je me demande si il reste encore quelque chose de totalement intérieur a part les services ?)
    Mais alors d’où vient l’ex- inflation grecque ou l’inflation chinoise ?
    La production augmente donc les salaires augmentent donc les commerçants , en général , augmentent leurs prix pour en profiter plus ( raisonnement Bancal je le conçois bien) ??

    1. Stéphane

      L’inflation est une dilution de la valeur de la monnaie, c’est-à-dire un changement global de l’unité de mesure employée pour mesurer les prix.

      C’est comme si le mètre « raccourcissait », et chacun de s’étonner que les villes semblent de plus éloignées les unes des autres… C’est une illusion, bien sûr, mais le rôle central de l’unité de mesure fausse la perception.

      L’inflation est le résultat d’une augmentation de la masse monétaire (= planche à billets).

      Vous avez raison, le changement de valeur de la monnaie devrait être indolore (tout est « multiplié » par le même facteur) mais en pratique ce n’est pas le cas. Les prix sont un système d’information dont tous les éléments évoluent à des vitesses différentes – la baguette de pain, le salaire et l’hypothèque d’une maison ne se réactualisent pas tous les trois au même rythme. Sans parler du barême des impôts!!

      Et comme l’inflation est organisée par le gouvernement, celui-ci a les moyens d’en contrebalancer les effets pour ses ouailles, en indexant le traitement et les pensions des fonctionnaires sur l’inflation, par exemple. A l’autre bout de l’échelle, pour les salariés, la réactualisation se fait avec beaucoup de retard, si bien que la perte de pouvoir d’achat est inévitable.

      J’espère vous avoir donné quelques éclaircissements.

      1. Pandora

        Très pédagogique.
        Précisons aussi que la production de monnaie n’a aucune raison d’être aux mains des gens de l’État mais que tous les gouvernements ont accaparé cette activité pour mieux déprécier sa valeur ce qui permettait aux gouvernements de ne pas payer leurs dettes, dites « souveraines » et sans risque.
        Les épargnants étaient ainsi spoliés.
        Nous vivons un moment passionnant où les partisans de l’orthodoxie monétaire (en gros les industriels allemands qui ont connu les désastres consécutifs à l’inflation) ont enfin pris le pouvoir pour protéger l’épargne des individus.

        1. eheime

          On peut remercier les allemands (et meme Trichet !).
          On critique souvent l’Europe mais sans elle une baguette de pain vaudrait 5 ou 6 euros et les salaires auraient certainement suivi , mzid avec un peu de retard et les epargnants seraient ruinés

    2. gnarf

      La monnaie se comporte aussi comme une marchandise…c’est une marchandise pratique a stocker, qu’on echange contre une autre et inversement.
      Donc tout comme les carottes, quand il y en a trop, sa valeur d’echange baisse. Et comme vos economies sont en carottes sur un compte au Credit Bucks Bunny, vous etes mal.

  4. NEV

    Si on résume le prix de l’énergie a augmenté d’environ 32%

    Retirons à ça l’inflation de 20% qui est normale puisque les banques centrales misent sur une « inflation proche de 2% l’an mais inférieure à 2% l’an », reste une augmentation de 12% du prix de l’énergie.

    Vous minimisez l’impact du pétrole qui est tout de même utilisé un peu partout dans la chaine (transports, centrales électriques etc.)

    Bref, oui ça fait chier, oui l’état se sucre trop, mais se sucre-t-il plus qu’avant sur l’énergie? Pas si sur…

    1. Tremendo

      certe mais les prix du pétrole ont énormément varié mais au final pas de différence par rapport à il y a 10 ans.
      Et même si c’était le cas, rappelons les misères que les Etats pétroliers font à la production de temps en temps et le coût des taxes des Etats occidentaux sur celui-ci.

  5. Sur ces 12%, regarde la quantité de taxe (tva, etc…) et surtout, tient compte du fait qu’une grosse partie du chauffage est électrique (nucléaire).

    1. Pascale

      Le problème c’est que l’article ne mentionne pas s’il s’agit d’euros courants ou d’euros constants. Pour ma part je pense à des euros courants.
      Mais avec toutes les mesures écologiques prises pour économiser l’énergie dans la construction des maisons (double vitrage, petites pièces, petites ouvertures etc) cela signifierait-il que sans ces mesures la facture de chauffage des Français aurait augmenté de plus de 32% ? Ou bien que toutes les mesures écolo compatibles ne serviraient strictement à RIEN ? On peut se poser la question.

      1. Les mesures écologiques sont récentes. Là, on parle d’une augmentation sur 10 ans. On regardera leur impact dans 10 ans, mais je pense que ce sera modeste.

    1. Pascale

      Je ne pense pas qu’il s’agisse d’une collusion de type oligopole puisque l’article mentionne bien que c’est toujours EDF et GDF les grands distributeurs d’énergie en France. Ce serait plutôt un monopole étatique.

  6. fab

    Je suis d’accord sur votre conclusion, mais je trouve que c’est un gros raccourci que de dire qu’il n’y a pas de réchauffement climatique parce que votre thermomètre montre qu’il fait froid. Il se pourrait que le réchauffement planétaire en soit justement la cause (ralentissement des courants marins par exemple). C’est d’ailleurs pour cela que maintenant les médias utilisent le terme fourre-tout (comme ca on est sur de ne jamais se tromper) de « dérèglement climatique ». Après le fait que l’homme en soit la cause et compagnie, c’est une autre histoire.

    D’ailleurs les journaux aiment autant faire des sujets sur le réchauffement que sur le refroidissement: suffit de jeter un œil a leurs nombreux articles (Ô combien inutiles) qui parlaient des journées de neige qui ont paralysé la France cet hiver.

    1. Je ne fais pas de raccourci : je dis simplement
      a/ si l’on suit le dogme « Réchauffement climatique », zut, les factures devraient baisser.
      b/ que ça monte ou que ça descende, on n’a aucun pouvoir sur cette partie là de l’équation.

      1. kelevra

        vouloir croire que l homme est responsable du rechauffement climatique est une betise.
        un exemple simple, en 1991 l eruption du pinatubo a ejecte dans l atmosphere 10 km3 de matieres et de gazs qui ont entraine pendant 3 ans une baisse moyenne de 0.6° de la temperature mondiale. 17 millions de tonnes de dioxyde de souffre ont ete ejecte, le plus important volume jamais mesure par des instruments.
        on peut aussi parler de l experience CLOUD du CERN prouvant que la formation des nuages est directement en relation avec l activite solaire
        etc
        etc
        concernant l isolation des batiments, il est evident qu une isolation performante permet de consommer moins voir pas du tout d ernergie (maison passive) mais il y a un mais, tout ceci fonctionne tres bien pour les constructions neuves avec bien entendu un surcout d au moins 15 a 30%.
        en rehabilitation, le changement des fenetres en double vitrage diminue a peine le cout de l energie consommee, c est plus un confort acoustique, en effet le cout de l echange de fenetre ne sera jamais amortie par les economies d ernergie realisees.

      2. fab

        Le dogme « Réchauffement climatique » ne veut pas dire « augmentation de la température en France a toutes périodes de l’année ». Au contraire, il aurait tendance a dire « radicalisation » des climats et aussi des saisons, soit des étés plus chauds, mais des hivers plus rudes.

        A savoir aussi si l’étude a bien fait son boulot et n’a pris en compte que le chauffage. Car si dedans il y’a des climatisation réversible, alors la on fausserait tout.

        Mais on est d’accord sur la conclusion, je reste convaincu que c’est plus a cause des taxes que du reste.

        1. Jacques

          L’imputation à l’homme de la responsabilité d’un réchauffement climatique est une arnaque qui tombera en même temps que l’euro et le dollar, c’est à dire dans un avenir très proche.

        2. Alex6

          C’est vrai que l’ete en France a ete radicalement… froid cette annee… La radicalite du climat c’est une blague, un artifice de plus utilise par les ecolo fanatiques pour tenter de faire survivre leur ideologie du rechauffement climatique d’origine anthropique.
          Dans les faits, il n’y a plus de rechauffement depuis la fin des annees 90 alors que l’on emet toujours plus de co2. Il est prouve scientifiquement que l’accumulation de co2 ne se correle pas a l’augmentation de la temperature de maniere lineaire. En gros, les premiers pourcentages d’accumulation vont creer les 90% d’augmentation de temperature et ensuite la courbe tend vers 100% quelque soit le niveau d’accumulation. Les simplistes n’ont toujours pas compris que l’atmosphere ne fonctionne pas comme la serre ecolo qu’ils ont dans leur jardin, on ne peut pas mourir etouffe dans l’atmosphere terrestre telle qu’elle est constituee actuellement.

  7. Pascale

    @ Jacques
    Je ne suis pas si sûre que cette arnaque tombera si rapidement. Regardez l’arnaque des communistes : il y en a encore aujourd’hui qui croient que c’est LE modèle de société idéale.

  8. Greg

    Ou alors, la majorité des citoyens deviennent de plus en plus pessimistes et déprimés, ce qui les rend frileux, donc ils poussent un peu plus leur chauffage ?

    Si vraiment la notion de 1 degré supplémentaire dans sa maison = 10% de consommation d’énergie de chauffage supplémentaire est juste, alors vous y êtes facilement.

    1. Moui sauf qu’à la première facture, seuls ceux qui ont réellement les moyens d’être frileux le resteront. Les autres mettront un pull.

  9. Javayim

    « en effet, les taxations subies sur l’énergie sont exclusivement du ressort de l’Etat qui ne se prive donc pas de pilonner le contribuable / consommateur. Quant à l’inflation monétaire, qui, sinon l’Etat, est responsable en premier chef »

    Concernant les taxations sur le pétrole, l’état Français se situe bien en dessous de l’Allemagne et même de l’Angleterre (pays ultra libéral s’il en est) :

    Et voilà l’Angleterre libérale à présent. Débiter des sottises, maintes et maintes fois, dispense d’aller vérifier.

    http://www.enerzine.com/UserFiles/Image/breve4509a.jpg

    En ce qui concerne l’augmentation des prix du pétrole, effectivement celui ci étant directement lié au dollar (
    http://www.algeria-watch.org/fr/article/eco/hydroc/petrole_euros.htm), et ce dernier ayant été dévalué suite aux QE1 et 2, le prix à du subir une hausse mécanique.. du fait des US et certainement pas de nos gouvernements, au contraire, qui ont tout fait pour maintenir un euro fort et donc un prix du pétrole (et une inflation énergétique) basse.

    Redde Caesari quae sunt Caesaris

    Si tu veux rendre à César bidule, tu devrais aller voir le prix du baril en $ constant sur les 30 ou 40 dernières années. Et tu devrais aussi te renseigner sur ceux qui distribuent les concessions de forage (des états !), qui sont les principaux actionnaires des pétrolières locales ou internationales (des états !) et les taxes qui grèvent l’ensemble du processus d’extraction, d’acheminement, de raffinage et de distribution. Ensuite, on pourra parler du prix réel du produit.

    Enfin, le chauffage en France est majoritairement électrique, donc nucléaire.

  10. gnarf

    Est-ce que l’augmentation de la facture de chauffage ne serait pas due a l’augmentation de la part de logements utilisant le chauffage electrique?
    Utilisant la taxation du fioul et du gaz et les incitations diverses ainsi que les normes et garanties(vivrelec), le gouvernement main dans la main avec EDF a force des millions de Francais a s’equiper de chauffage electrique, ce qui fait exploser la facture.

    Prenez du gaz et faites chauffer de l’eau. Rendement 85%.
    Prenez un combustible quelconque, meme nucleaire, faites de l’electricite, transportez-la, et faites chauffer une resistance avec. Rendement 25%.

    http://www.dissident-media.org/stop_nogent/82_chaufage_electric.html

  11. Cisels

    Ca en est completement déprimant …
    Nous on a acheté une chaudiere gaz derniere génération, isolé toute la maison, on chauffe à 18 en journée 15 la nuit, et on se retrouve à payer autant que mes parents en fioul il y a quelques années dans une maison à courant d’air…

Laisser une réponse

(obligatoire)
(facultatif)