Ce que les Chinois pensent de l’Europe

Aujourd’hui, juste en passant, je vous propose une vidéo qui explique assez bien ce que pensent nos amis Chinois, officiellement communistes rappelons-le, de l’Europe en général et de ses politiques économiques et sociales en particulier.

Je vous laisse en tirer les conclusions que vous voudrez.

J'accepte les Bitcoins !

1EsHe7tKYksdg9HjpYhoj7EsvvLspPD1BH

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires81

  1. Pascale

    Merci h16 pour cette vidéo.

    Ce qui est hallucinant c’est que l’interwiever demande si ce n’est pas revenir à un capitalisme dur que de demander aux gens de travailler jusqu’à 65 ans. Il ne lui est pas venu à l’idée que c’était tout simplement le bon sens et les mathématiques (augmentation de la durée de vie + vieillissement de la population) qui obligeaient cette mesure. Et que le capitalisme n’a strictement RIEN à voir avec le fait que tout le monde devrait travailler plus longtemps.
    Le journaliste est encore en plein bisounoursland.

  2. Théo31

    Les Chinois ont raison d’exiger des conditions à leur aide. Qui paie commande.

    Les Européens se comportent finalement comme jadis les pays tiers-mondistes : il faudrait les aider sans condition pour pouvoir continuer les conneries et prolonger l’agonie des Etats-providence

  3. Belanger

    Bonjour et merci pour la vidéo,

    Je trouve qu’il parle aussi bêtement que exemple Laurence Parisot.

    Il défend des intérêts particuliers, se contrefiche de l’intérêt collectif et ne défend aucun projet collectif.
    Son seul but sont le pognon, son pognon. Comment peut-on mobiliser des populations avec ce genre de discours sans perspective ?
    Quand on propose du sang et des larmes, la moindre des choses est de dire pourquoi, pour arriver à quoi, …
    On me répondra que s’agissant du Chinois il n’a pas à faire d’efforts d’imagination, l’Europe n’étant pour lui qu’un marché peuplé de consommateurs et de travailleurs.

    Le coup de l’âge de la retraite (je ne nie pas que c’est un sujet dont il ne faut pas débattre, bien au contraire), c’est de l’enfumage … pour ne pas parler des conditions de travail, de la rémunération, …

    A l’écouter, les Européens sont un ramassis de crétins et de feignasses qui depuis la fin de la 2ème GM n’ont qu’une obsession, celle de ne rien glander et de voler qui les emploie.

    Et si on lui demandait de parler par exemple de la France et du Togo, cet imbécile serait bien capable de ne s’arrêter qu’à un seul critère : le coût du travail. Bref, la France a tout à apprendre du Togo.

    Plutôt que le capitalisme le plus dur, il représente (comme Parisot, l’élite euro-bruxelloise, …) le capitalisme le plus con et inculte, celui pour lequel la société comprend deux groupes : l’élite et les domestiques, ces derniers étant priés de ne pas trop réfléchir.

      1. Belanger

        Ah forcément, il est bête alors.
        -
        Ben oui.

        Quand on demande des efforts à un groupe ou un individu, la moindre des chose est de dire pourquoi, dans quel but … pour atteindre quel but.

        Cela dit, comme précisé, il est chinois.
        Pour lui, l’Europe est un marché, une variable, un compte de résultats avec des entrées et des sorties.
        Je ne lui demande donc pas de faire et dire ce qui est du ressort de nos propres dirigeants.

        Pour autant, être commandé par un coco mal dégrossi, aussi élégant qu’un Kadhafi traversant la Galerie des Glaces du château de Versailles, ça ne me dit rien.

        1. eheime

          « Cela dit, comme précisé, il est chinois. »

          Etre chinois pour vous c’est en soi etre un mal-pensant. Bonjour l’ouverture d’esprit. Ca fleure bon la xénophonie.

    1. gnarf

      Si on recapitule, le monsieur a dit:
      - l’etat providence c’est positif, role social
      - l’etat providence fonctionne quand il ne decourage pas le travail.
      - si l’Europe reforme pour que l’etat providence fonctionne tout en ne decourageant pas le travail (ce qui etait le cas apres guerre) les investisseurs afflueront et l’economie se relevera sans avoir a vendre les bijoux de famille a la Chine.

      Et donc y’a pas un seul mot de votre commentaire qui n’ait le moindre sens.

      1. Glam

        si si, Belanger frustrouille dans la franchouille.Forcement un jaune qui fait la lecon a l’europe millenaire ca frustre.

        « Quand on demande des efforts à un groupe ou un individu, la moindre des chose est de dire pourquoi, dans quel but … pour atteindre quel but »

        aucun rapport avec la realite, typique franchouille.

        1. estienne

          Entendre parler d’économie en France, c’est à pleurer. La théologie marxiste a tué la pensée. Monsieur Belanger en est un exemple banal. J’entendais ce matin un dénommé Patrick Artus sur France Cult qui préconisait, pour lutter en France contre la désindustrialisation, de multiplier des commissaires qui, avec l’aide des préfets, dynamiseront le tissu économique des régions. Dans toutes ses phrases revenait, tel un mantra, le mot Etat, Etat, Etat. Et l’aéropage délicat et cultivé qui l’entourait d’abonder dans son sens. Vive la Chine !

    2. daredevil2007

      C’est vrai que vivre à crédit pendant des lustres, c’est le pied ;)
      Vous souvenez-vous de la fable de la cigale et de la fourmi? Visiblement pas!

  4. Kuing Yamang

    Les Chinois sont méchants de dire des choses comme ça.
    Les Européens ont bien le droit de ne pas travailler et de dépenser le fric de leurs gosses en s’endettant un max, ce n’est pas à ce capitaliste chinois de venir leur dire comment ils doivent vivre.
    C’est vraiment injuste, c’est intolérable, je suis choqué et je m’indigne !

  5. Belanger

    @Kuing Yamang

    Je crois que le Chinois (interviewé) ne devrait surtout pas se pointer avec ses gros sabots.

    La goujaterie, ça surprend, ça impressionne. Mais seulement pendant un temps.

    Il devrait prendre de longues vacances au Japon, ça le calmerait.

      1. Belanger

        Excusez moins de ne pas être fasciné par une Parisot, un Tapie, un prince saoudien, …, pour lesquels l’argent est un but (rolex, rolls, et putes) et pas un moyen (pour élever son peuple), …

        Votre coco, je le trouve vulgaire.

        1. something

          C’est clair que pour des cocos comme Aubry, Mélenchon, Cohn-Bendit, Bernard Thibault ou tant d’autres l’argent n’est pas LE but mais ça ne les empêche pas de croquer et d’en vouloir toujours plus… Pas hyper-fascinant non plus ceux là. Moi je l’aime bien le chinois, j’aime beaucoup les asiatiques en général, je le trouve juste lucide.

        2. gnarf

          Il parle pourtant de l’argent comme d’un moyen d’inciter au travail, et donc a la realisation de projets.
          Mais je suppose que travailler pour realiser ses projets ca n’est pas s’elever pour vous.

          C’est quand l’argent est distribue sans contrepartie de travail qu’il n’est plus qu’une fin en soi et pas un moyen d’incitation a progresser.

          En dehors du show business et autres niches, c’est justement l’etat providence dysfonctionnel qui fait ca a grande echelle.

        3. Nicolas

          « pour lesquels l’argent est un but (rolex, rolls, et putes) et pas un moyen (pour élever son peuple), … »

          L’élevage de peuple, même en batteries, ça coûte cher..

    1. Kuing Yamang

      @ Belanger: « Je crois que le Chinois (interviewé) ne devrait surtout pas se pointer avec ses gros sabots. »

      Le truc, c’est qu’il amène (ou pas ) son fric.
      Et comme tu devrais le savoir, c’est celui qui paye qui choisit le menu.
      Mais bon, si les Européens ne veulent pas de son argent, qu’ils continuent (mais pas longtemps) de faire ce qu’ils font déjà.
      Les Européens se payeront leurs RSA, leurs CMU et autres allocs entre eux.. ^^
      Et peut-être alors que si les Chinois sont de bon poil, ils enverront quelques sacs de riz pour ne pas laisser crever ces Européens qui auront refusé ce fric chinois pour pouvoir continuer à faire la cigale.

      1. Kuing Yamang

        J’ai oublié avec RSA, CMU et allocs les armées de fonctionnaires fainéants, inefficaces et assoiffés d’argent public… tu sais, le fameux argent gratuit des autres.

      2. Belanger

        c’est celui qui paye qui choisit le menu
        -
        Fort juste.
        Ce qui devrait inciter les Européens à se dispenser d’acheter tout et n’importe quoi aux Chinois au motif que la grande distribution et les groupes industriels y trouvent leur compte grassement.

        Quant à ton mépris des Européens, ben je t’invite à te le carrer bien profond (je n’ai pas besoin de t’indiquer où).

        Je n’ai pas attendu les Chinois pour savoir lire, écrire, compter, créer, …

        1. estienne

          « … ce qui devrait inciter les Européens à se dispenser d’acheter tout et n’importe quoi aux Chinois »
          Cher M. Belenger, votre prochain ordinateur ou télévision, vous devriez donc les acheter européens. Vous vous y retrouverez certainement en technologie, en prix, en qualité, etc. Le socialisme à l’européenne, et en particulier dans sa forme française, c’est l’avenir. Nous le constatons tous les jours.

    2. Belanger

      @h16

      Je viens d’une famille d’artisans et moi-même n’ai jamais eu de patron (hors jobs d’étudiant).

      Je n’en tire aucune gloire ni ne considère que c’est un modèle à copier (si la France n’était peuplée que d’artisans ou de petits patrons : point d’Ariane, de découvertes médicales, etc.).

      Tout ça pour dire que recevoir des ordres (sans raison) et plus encore d’un Chinois, d’un Euro-bruxellois, d’un Allemand, ben je coince.

      Je veux bien qu’on écoute et s’inspire de l’étranger, mais bon quand la fascination conduit à la génuflexion, je coince encore plus.

      Cela dit, ce Chinois d’un certain point de vue il me plaît bien. Si ça peut amener les Européens à se redresser et vouloir leur bouffer les roubignolles…

        1. Glam

          franchouillllllllle attttaque!
          si tu voyais les francais a l’etranger tu aurais probablement un exemple de qui peut le plus en matiere de goujateri…

          ‘Si ça peut amener les Européens à se redresser et vouloir leur bouffer les roubignolles…’

          mais n’importe quoi, tu planes.

          ‘Je veux bien qu’on écoute et s’inspire de l’étranger, mais bon quand la fascination conduit à la génuflexion, je coince encore plus’

          reaction franchouille typique.Il ne s’agit pas de genuflexer, mais de retirer les peaux de saucisson qu’on a devant les yeux.Tu nous petes les couilles avec ta philo compulsive a la Jean-Paul Sartre.

        2. Glam

          j’avais pas vu ca:
          ‘Ce qui devrait inciter les Européens à se dispenser d’acheter tout et n’importe quoi aux Chinois ‘

          donc tu parles dans le vide.Tu fais des prouts avec ta bouche.

    3. Alex6

      Qu’est-ce que c’est que ce ramassi d’idioties?
      Et en quoi le fait qu’il soit Chinois ait une quelconque importance? Une majorite des pays que j’ai visite, principalement dans la region asie pacifique en ont ras-le-bol de la faineantise des europeens (je generalise, c’est plus complexe) et la France par exemple a une reputation de glande internationale entre le nombre de jours feries et les 35h.
      C’est flagrant quand je recois la visite de Francais ici en Australie, tout dans leur attitude demontre qu’ils n’ont aucune envie de bosser et veulent en foutre le moins possible. En revanche, ils veulent avoir le meme train de vie que ceux qui bossent et se levent tot. Une societe qui encourage ca est pourrie jusqu’a la moelle. Filet minimal de protection sociale permettant de survivre en cas de coup dur, oui. Systeme d’assistanat permettant de partir en vacances, de s’acheter le dernier ipad, NON!

  6. Stéphane

    Je trouve que ce Chinois est bien naïf sur la situation du continent européen. Il « suffit » de réformer des trucs comme la flexibilité du travail ou l’âge de la retraite pour revenir à la croissance? Il « suffit » de changer les redistributions pour qu’elles n’incitent plus à ne pas travailler?

    Il n’a pas idée de l’effet que provoquerait la moindre de ces mesures sur la France et son administration et sa population assistée.

    Qu’on essaye de flexibiliser le travail à la SNCF par exemple, et il n’y aura plus aucun train qui roule pendant six mois. Qu’on essaye de couper le robinet des subventions et il n’y aura jamais assez de CRS et de pompier pour ramener le calme dans des banlieues calcinées.

    Les solutions sont simples et à portée de main, mais ça fait un demi-siècle que les Français sont dressés à les haïr et à lutter contre elles par tout les moyens lorsqu’on les leur présentera. Le monde et l’Europe sont en proie au libéralisme honni et sauvage, ne l’oublions pas…

    A mon avis, en France, la case « réforme » ne pourra être atteinte qu’après la case « faillite ».

    Et ça va faire mal.

    1. Glam

      « ça fait un demi-siècle que les Français sont dressés à les haïr »

      exemple, le cas de notre ami Belanger qui sans meme etre anticapitaliste, degoise des franchouillerie apprises au decalage subtil et printanier.

    2. eheime

      Margaret Thatcher l’a (partiellement) fait et les anglais vivent toujours.

      Le tout c’est d’aller au bout. Lorsque Sarko n’a pas payé les grevistes de l’enseignement, curieusement la greve ont cessé.

      Quand on veut on peut.

      1. Stéphane

        Thatcher avait plus de cojones que Sarkozy, je crois que ça ne fait aucun doute.

        Sarkozy navigue à vue avec les sondages, il veut se faire aimer, et il est aussi compétent là-dedans que dans le reste. Ce que je veux dire, c’est qu’il n’entamera visiblement aucune réforme impopulaire à moins de ne pas avoir le choix (c’est-à-dire, la faillite).

        Et c’est quoi cette réforme de l’enseignement qu’il a fait passer au juste? Me rappelle plus. 17h de cours par semaine au lieu de 16?

        1. something

          « Qu’on essaye de flexibiliser le travail à la SNCF par exemple, et il n’y aura plus aucun train qui roule pendant six mois. »

          oui, sauf si ce sont les chinois qui mettent en oeuvre ces réformes. Au Pirée le directeur de la concession chinoise expliquait que le temps moyen de traitement d’un container était passé de 1 heure à 7 minutes. Seul le directeur est chinois, les dockers sont les mêmes qu’avant, des grecs. Alors croyez moi, les trains rouleront en France si les chinois l’exigent et ils seront à l’heure. Je les crois tout aussi capables de ramener le calme dans les banlieues le cas échéant et j’ai comme dans l’idée que la caillera regrettera amèrement la police française.

        2. daredevil2007

          @ something
          Je n’ai pas très bien compris le sens de votre dernière phrase : vous voudriez dire que les chinois viendraient faire la police dans nos banlieues? Après invasion? ;)

        3. eheime

          Sarko au debut avait pris quelques bonnes decisions. Degrossir la masse fonctionnariale, mettre des mecs au gouvernements pas forcément de son bord (encore aurait il fallu prendre les meilleures compétences plutot que les meilleures alliances politiques) , un discours volontaire. IL a fait des erreurs également à ce moment là (vouloir augmenter l’endettement, tyranniser les conducteurs, hadopi,…). Mais pour une fois, y avait de la volonté politique. Suffisait juste d’ajuster le tir et de reflechir un peu avant de tirer. Malheureusement ce n’est pas allé plus loin. C’est comme s’il s’était dit d’un coup « j’arrete tout et à partir de maintenant je fais que de la merde ».

          1. En fait, Sarko est arrivé au pouvoir, tout frétillant et… ne savait plus quoi en faire. Et là, il a bricolé, tenté des trucs rigolos, fait de la politique politicienne, bref, meublé.

  7. Pascale

    http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2011/01/26/04016-20110126ARTFIG00418-les-chinois-plus-capitalistes-que-les-francais.php

    Avec en sous-titre : «  » »Un tiers de nos compatriotes pensent qu’il faut abandonner le système capitaliste, contre seulement 3% des Chinois, selon un sondage publié dans La Croix. » » »

    Article qui donne parfaitement raison à ce Chinois qu’il soit coco ou non. En tous les cas, lui se dit communiste, alors que les nôtres (toute la clique socialiste dont l’éventail est très très large) n’osent pas se nommer ainsi alors qu’ils sont bien plus communistes que ce Chinois.

    1. Nicolas

      « Un tiers de nos compatriotes pensent qu’il faut abandonner le système capitaliste »

      AH AH AH AH AH AH A HAH AH !!

      Génial ! :-)))))

      La France est un asile psychiatrique à ciel ouverts..

  8. Pascale

    Personnellement un parti unique qui se dit communiste mais qui ne l’est pas vraiment et qui laisse la richesse se créer dans son pays en étant plus libéral économiquement que nos clowns à roulettes, ça ne me déplairait pas plus que ce que nous vivons aujourd’hui.

    1. balanceofpower

      En Chine, le parti décide qui peut entreprendre, via des règles d’incorporation changeantes en fonction du ‘client’, et la propriété privée pour les entreprises tiens plus du bail à longue durée que de la propriété telle que nous la connaissons (usus fructus abusus). Passons sur la corruption qui fait que l’égalité de traitement entre individus est trés variable. Personnellement, cela ne me paraît pas trés libéral…

      1. Clairement, la Chine n’est pas libérale, et les dirigeants chinois sont tout sauf. Et c’est d’ailleurs pour cela que j’ai noté dans le billet qu’il s’agissait de l’opinion de Chinois officiellement communistes.
        Ça n’empêche pas de trouver ce qui est dit éclairant.

  9. Yul

    pas de trains qui roulent pendant 6 mois ? c’est exact. Actuellement, la création de lignes de bus interurbaines est soumis à approbation de la SNCF. Que cette autorisation préalable saute et les trains peuvent bien cesser de rouler.

    Les délégations perpétuelles de personnels de l’Etat auprès des syndicats, qui constituent le gros des effectifs militants de ces derniers, sont illégales.

    Les revenus des syndicats c’est massivement des subventions.

    Le seul souci c’est la CGT qui tient les centrales nucléaires.

    Pour le reste, les syndicats qui bloquent le pays sont en fait incroyablement vulnérables, parce que les subventions, la fonctionnarisation et le terrorisme ça ne remplace pas une base nombreuse, un ancrage dans la population.

    Seulement voilà: pour mettre fin au paritarisme, à la cogestion, et risquer une guerre civile même avec de grosses chances de gagner à cause de la faiblesse des effectifs de l’adversaire (les syndicats c’est comme une armée de république bananière: beaucoup d’officiers, peu de soldats), il faut une clarté de vision et des couilles.

    Ca ne peut donc pas se produire: Bélanger et ses camarades prouvent amplement que c’est la culture qui est foutue. S’emparer des media et de l’enseignement était la chose à faire. On a maintenant une population de cons suffisants, ignares et donneurs de leçons de morale dont le principal objectif est de s’emparer de l’argent des autres en en foutant le moins possible. Un peuple corrompu ne peut pas se réformer, même acculé à la ruine. Il préfèrera à la limite une dictature sordide pendant des décennies comme on en a connu en Afrique, tout en croyant être, malgré la merde qui monte jusqu’au cou, un parangon de vertu sociale. Même la technique de la lecture et de l’écriture se perdent.

    Comme dit le proverbe: un poisson commence à pourrir par la tête.

    1. estienne

      Yul voit juste. Cela mérite d’être redit : « c’est la culture qui est foutue. S’emparer des media et de l’enseignement était la chose à faire. On a maintenant une population de cons suffisants, ignares et donneurs de leçons de morale dont le principal objectif est de s’emparer de l’argent des autres en en foutant le moins possible. Un peuple corrompu ne peut pas se réformer, même acculé à la ruine. »

    2. daredevil2007

      Vous avez bien raison mais tout peut être défait même si cela prend du temps – beaucoup de temps! Et il ne faut pas non plus oublier qu’un estomac vide crie famine et contraint donc à faire des choix… Nous aurons donc de graves problèmes sociaux mais comme dans l’histoire de ce pays depuis au moins deux siècles, il se réformera, peut-être au prix d’un régime fort dans le genre sud américain ;)

  10. Jesrad

    Ce monsieur parle depuis la position même que devra adopter la classe politique pour survivre, son pays se relève d’une économie administrée n’importe comment. Il a donc un peu le point de vue sur l’Europe dans son ensemble, qu’aurait aujourd’hui un Allemand rigoureux vis-à-vis de la Grèce, par exemple.

    Ce qui ne veut pas dire que je sois d’accord avec lui, au contraire. Je préfère voir l’état-providence à l’européenne lui-même mourir de ses propres défauts systémiques.

  11. Jesrad

    Je note aussi que le modèle « de centre-droit » prôné par le Chinois est qualifié de « capitaliste extrême » par l’imbécile journaleux. Il faut espérer pour sa santé cardiaque qu’il ne croise jamais de vrai libéral, le choc serait trop dur.

  12. pmls

    Combien de centaines de milliers d’emplois détruits ces dernières 30 années en Europe, pour satisfaire l’avidité des actionnaires ?
    Et prétendre en même temps que les gens ne veulent pas travailler ?
    Belle interview !
    Autant demander ce qu’il pense d’une magnifique maison, à charpente et pans de bois, à un termite.
    rofl !
    :)

      1. Théo31

        Il a raison H16. Ces salauds que sont les retraités, qui font bosser leurs propres enfants (je note au passage que faire bosser des gosses en Chine, ça choque, mais pas en France) pour leur payer leurs belles retraites, leurs beaux voyages organisés et leurs grosses BMW, qui seraient capables d’aller leur voler les miettes de pain qu’il leur reste dans la bouche, eh bien, il faut les punir. :D

    1. Jesrad

      Ah oui, tiens, quels salauds ces actionnaires, qui refusent d’investir l’argent qu’ils ont patiemment économisé de leurs propres mains au lieu de le dilapider, sans obtenir en échange une contrepartie sonnante et trébuchante…

  13. Gilles

    hélas, mille fois hélas, Yul a infiniment raison. Nous serons soumis bientot economiquement par les Chinois, soumis politiquement par l’iSlam, et, à moins d’un sursaut que je ne vois pas venir, nous disparaitrons. Ce pays depuis 30 ans protège les vieux au détriment des jeunes, la rente au détriment de la création, l’old money au détriment du new money, l’irresponsabilité collective au lieu de la responsabilité individuelle, l’administration énarchique au détriment de la liberté. C’est un suicide à très grande échelle. Pour enrayer le phénomène, il faudrait que la majorité de la population se bouge, licencie la classe politique sans indemnités , la poursuive en justice et sur ses biens propres, et qu’on arrête enfin les conneries. Perso, je n’y crois pas et j’ai donc logiquement choisi l’exil en Asie depuis 18 mois dans un de ces pays soi-disant coco, mais où on vous laisse bosser !!! Ah oui, j’ai déjà embauché deux salariés, et 5 autres sont prévus en 2012…j’ai la bénédiction des cocos locaux pour m’agrandir.

    1. Kuing Yamang

      Gilles: « licencie la classe politique sans indemnités , la poursuive en justice et sur ses biens propres, »

      Oui, il faut que ces décideurs payent et finissent dans le caniveau.. ou plutôt le nez dans le ruisseau.

  14. Before

    Aucun rapport, mais c’est trop important pour rater ça :
    Demain, « Journée de la Gentillesse ».

    Bisous et Free hugs pour tous.

    Au secours.

    1. GrosBen

      J’avais foiré la journée de la courtoisie au volant à cause d’une panne de klaxon mais là pour la journée de la gentillesse, ça va chier !

  15. Franck Boizard

    Un point qui ne me paraît pas anecdotique.

    Vous semblez tous partir de l’idée que nos politiciens savent ce qu’il faut faire mais n’en ont pas le courage.

    Je suis encore plus pessimiste que vous.

    Je pense que leur cerveau est envahi de préoccupations électoralistes. Ils n’ont que très peu de temps de réflexion disponible pour analyser la situation du pays.

    Or, ce temps est consacrée aux lubies socialistes et étatistes dans lesquelles ils baignent depuis des décennies.

    Bref, non seulement, ils n’ont pas le courage de faire ce qu’il faut, mais ils ne savent même pas ce qu’il faut faire.

    Vous me direz que vous savez ce qu’il faut faire, que ce n’est pas miraculeux, que c’est disponible partout sur internet et: la théorie des choix publics, les expériences reaganiennes et thatcherienne, l’expérience du Chili, des ex-pays de l’est, du Canada, de l’Australie, de la Nouvelle-Zélande etc.

    Oui, certes, mais, vous, amis commentateurs de h16, vous avez du temps pour lire, surfer et vous renseigner. Pas un Hollande, pas un Sarkozy : ils n’ont ni le temps ni la curiosité. Si l’information ne leur arrive pas pré-machée par un conseiller comme la bouillie pour un bébé, c’est comme si cette information n’existait pas. Et quel conseiller va aller leur raconter nos petites histoires ?

    1. estienne

      Les politiques français ne savent pas ce qu’il faut faire, non pas parce qu’ils ne prennent pas le temps de s’informer, mais parce que leur cerveau est formaté par le paradigme top down pré-démocratique qui veut que le citoyen doit nécessairement son salut à l’Etat. Dans ce modèle, la personne individuelle, sa conscience et sa responsabilité, ne sont que crottes de bique.Il n’y a pas pire sourd que celui qui ne veut pas entendre.

Laisser une réponse

(obligatoire)
(facultatif)