Toi aussi, participe au Défi Marianne 2012 !

Si l’Europe part en sucette, si la finance mondiale tire la tête, si l’économie est en berne et si la France montre tous les signes d’essoufflement politique, économique et démocratique, ce n’est pas grave du tout : le pays est en train de basculer à gauche avec la grâce d’un cachalot mort, et si l’on ajoute cette merveilleuse nouvelle au miracle permanent que représente François Hollande à l’Élysée, on sait que l’avenir ne pourra être que rose.

C’est donc dans ce contexte de fête foraine permanente et de bourrichon du PS remonté comme un coucou suisse qu’il est plus que temps d’introduire le Défi Marianne. Il s’agit d’un défi politique, économique ou industriel que le gouvernement s’engagera à tenir parce que non, mes petits amis, les promesses n’engagent pas seulement ceux qui les écoutent : elles les plombent copieusement et avec entrain, et ce serait dommage de se priver d’une bonne partie de rigolade quand on est élu et que c’est aux frais de la princesse, non ?

moscoviciPour commencer ce Défi Marianne en 2012, étudions celui que nous propose Pierre Moscovici, l’actuel improvisateur en charge du ministère de l’économie dans un pays qui n’a jamais réussi à en faire. L’aimable plaisantin, alors qu’il n’est en poste que depuis quelques semaines et doit donc découvrir à peu près toutes les ficelles du métier (de ministre, de l’économie, et de l’improvisation), s’est en effet fendu d’une saillie assortie d’une promesse qui a le mérite de reléguer les cascades de Chuck Norris au rang d’aimables tentatives pour enfant sous-nourri.

Probablement déjà bien amoindri par un repas copieux arrosé des vins capiteux discrètement stockés dans les caves du Berlaymont, le pauvre Pierrot n’avait probablement pas toute sa tête lorsqu’Olli Rehn, le Commissaire européen en charge des affaires économiques, lui a tendu un gros micro mou en conférence de presse pour expliquer un peu comment il envisageait la suite des opérations économiques en France dans les mois qui viennent.

Le syndrome du gros micro mou a encore frappé.

Pour rappel, ce syndrome provient de l’utilisation, par les journalistes, de gros micros mous qu’ils placent, assez sadiquement d’ailleurs, sous le nez de personnes dont l’avis péremptoire s’est forgé à l’aune de leur seul et unique entendement, sans la moindre connexion avec la réalité ni réflexion avec des personnes au courant.

En gros, le journaliste colle le gros micro mou sous le nez de sa victime et va ensuite poser une question titillante mais très clairement hors du champ de compétence de l’interrogé. Quand il s’agit d’un quidam, c’est généralement dévastateur. Avec un politicien moyen, la catastrophe logique, rhétorique et argumentaire est totale. Lorsqu’il s’agit d’un ministre, français de surcroît, et parachuté à l’économie, c’est l’holocauste thermonucléaire de la raison avec des cris de victimes éparpillées au semtex comme fond sonore.

Pour en revenir à Moscovici, campons un peu le décor : au sortir du repas, titubant un peu lorsque le sang dans son alcool remonte brutalement à son cerveau et le réoxygène vaguement, le pauvre Pierre se retrouve propulsé derrière un gros pupitre bien protecteur. Connaissant mieux la boutique, c’est son hôte, Olli, qui prend la parole rapidement et explique, goguenard, que « oui oui, il est tout à fait réalisable que la France parvienne à l’objectif de 3% de déficit dès 2013 ». Ici, le brave Commissaire tentait seulement une petite boutade pour chambrer le nouveau ministre ; un peu de bizutage diplomatique ne fait de mal à personne.

Mais voilà que devant le gros micro mou, Pierre s’est senti tout ragaillardi, a confirmé et même renchéri :

«Nous sommes prêts à être jugés sur nos résultats, mais nous avons nos propres voies et moyens. J’ai redit à Olli Rehn que non seulement c’était réalisable, mais que ce serait réalisé !»

Il ne manquait plus qu’un « Allez, Olli, remets-nous ça ! » pour compléter l’haleine lourde, le regard vitreux et le sourire en coin du pauvre ministre qui n’a pas compris dans quel traquenard il venait de tomber là.

Le Défi Marianne 2012 venait de naître.

Une fois rentré et dégrisé, Moscovici a mis ses équipes au courant. L’ensemble des fonctionnaires de Bercy, larmes séchées et crises de nerfs évacuées, s’est penché sur le nouveau problème : en 2013, il faudra donc n’avoir que 3% de déficit sans avoir réduit les dépenses sachant que la croissance devrait atteindre 0% dans le meilleur des cas.

Après un petit moment de flottement pour savoir s’il ne faudrait pas, les élections passées, demander à Bruxelles une rallonge d’une année (ou deux) pour atteindre le même objectif, les choses se sont clarifiées : nous, en France, on a des couilles en titane plaqué rhodium, alors oui, on va pouvoir revenir à un déficit de 3% en 2013 et on vise même l’équilibre ensuite parce que si on n’y est pas parvenu dans les 30 années précédentes, c’est parce qu’ils étaient tous nuls et n’avaient que des raisins secs en guise de gonades, oui mossieu.

Certes, on admet que ce ne sera pas facile ce qui permet au passage aux euphémismes de découvrir les puissances de 10 avec des exposants à 3 chiffres. Mais grâce au Socialisme Triomphant et à une bonne dose de Câlins Républicains, distribués par le Président des Bisous et qui lubrifieront les suppositoires à ailettes que le gouvernement ne manquera pas d’utiliser, nul doute que l’objectif, aussi ridicule et déconnecté de la réalité soit-il, sera atteint comme il se doit.

Car après tout, si l’on n’utilise pas l’austérité, arme émoussée des rétrogrades conservateurs partouzeurs de droite, que nous reste-t-il pour ramener le déficit dans le giron douillet du pacte européen ? Puisqu’on ne veut pas diminuer les sorties, il faudra augmenter les entrées, pardi ! Et d’ailleurs, le gouvernement Ayrault le murmure du bout des lèvres (et seulement du bout des lèvres tant que l’enfumage des législatives n’est pas terminé). Et hors du sérail gouvernemental, on ne se cache pas non plus d’un appétit taxatoire féroce : les riches (ceux qui gagnent plus que le salaire médian, par exemple) doivent payer plus d’impôts ! Allez ! À la caisse !

Et pour compenser ? Des bisous !

Le Président Des Bisous

Alors oui, l’objectif sera difficile à atteindre (surtout que les impôts ne rentrent pas top), mais tout au plus, l’INSEE devra faire preuve d’un peu de créativité.

Maintenant, il est plus que temps de viser le futur, de regarder vers l’horizon où, déjà, une aube lumineuse et bénéfique se lève en ourlant des petits nuages pacifiques d’une clarté rose et revigorante ! Proposons d’autres défis ! Chacun d’entre nous, profitons de l’occasion qui nous est donnée ici de lancer un nouveau défi au gouvernement Ayrault ! Après tout, puisqu’ils ont décidé de raconter n’importe quoi, puisqu’il est maintenant officiel que la réalité ne doit plus avoir cours, lâchons-nous !

C’est pourquoi je vous propose deux autres grands défis que Hollande et son gouvernement doivent se fixer, au plus vite, et de préférence avec une ou deux déclarations dans la presse histoire de sceller l’engagement et marquer les mémoires. Gageons que ces objectifs seront rapidement approuvés et pris à bras le corps par nos élites.

Pour le premier de ces deux grands défis, je propose d’interdire tous les licenciements pour atteindre 0% de chômage en 2014. Des pistes sérieuses sont en place : un petit effort, et hop, ce sera dans la poche !

Quant au second défi, on le sent déjà à portée de main, puisqu’il s’agira de réguler intégralement les loyers, et faire disparaître complètement la pénurie de deux millions de logements vacants d’ici à 2015 (et comprenne qui pourra). La brave Duflot a bien avancé le long travail de sape de la propriété privée en France, il reste encore quelques efforts à faire pour achever ce but ultime et humaniste !

Décidément, ces Défis Marianne, rien qu’y penser donne des frissons !

J'accepte les Bitcoins !

195XpUFhLQ6LZmVkr7afjPQmK3EoyizmuS

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires92

  1. Higgins

    « je propose d’interdire tous les licenciements pour atteindre 0% de chômage en 2014. » Tu oublies son corollaire: rendre l’embauche obligatoire envers toute personne qui en fait la demande.

    En complément et malheureusement beaucoup plus sérieux: « La France a une position curieuse. Sa stratégie consiste à soumettre les entreprises à un choc fiscal violent. Si le programme de François Hollande est appliqué en totalité, elles vont avoir en effet à payer 32,7Md€ de hausses d’impôts, 13Md€ de hausse de cotisations sociales, soit 45,7Md€ de prélèvements supplémentaires. Selon les calculs de Christian Saint Etienne, professeur au CNAM, cela devrait représenter plus de 14% de leur excédent brut d’exploitation, soit le choc fiscal le plus important qu’elles aient eu à subir depuis la deuxième guerre mondiale. Ces dispositions montrent une fois de plus que la classe politique et médiatique n’a pas l’air de se rendre compte que les profits des PME ne sont pas ceux des sociétés du CAC 40, qui pour l’essentiel sont réalisés hors de France! » (http://institutdeslibertes.org/2012/05/29/les-entreprises-francaises-risquent-detre-soumises-a-un-choc-violent/)

    Les prochains mois vont être sportifs!!!

    1. NeverMore

      Le « droit au travail opposable », en voila une idée qu’elle est bonne !

      Je vais de ce pas à la sous-préfecture fair valoir mon droit. Vu la file d’attente devant les guichets, je n’aurai aucun mal à glander comme tous mes futurs collègues, dans la file d’attente en arrière guichet, devant la machine à café.

    2. channy

      « je propose d’interdire tous les licenciements pour atteindre 0% de chômage en 2014. » Tu oublies son corollaire: rendre l’embauche obligatoire envers toute personne qui en fait la demande. »
      Espèce d’esclavagiste! vous voulez mettre les citoyens festifs fraOnçais au travail…moi je propose que chômeur soit reconnu comme un vrai métier(chercheur d’emplois)et payé au SMIC minimum avec une prime de Noel et d’anniversaire de 300 euros.
      Ainsi dans ce pays festif chacun pourrait choisir d’être exploiter par les vilains capitalistes ou de rester un citoyen festif libre avec le minimum vital pour vivre.
      Pour les fraOnçais festifs à la psychologie fragile des contrats d’avenir seront disponibles sur demande.

      1. Higgins

        D’accord pour reconnaître la profession de chômeur. Du coup, on pourrait créer une filière de formation (jusqu’au Master au moins, pas d’hésitation) avec stage et exiger des postulants un niveau Bac minimum (en plus, ils ne pourraient être acceptés que s’ils ont de l’expérience). En matière de formation continue ou en alternance, toutes les options sont ouvertes.

        En attendant, l’hôpital continue à se foutre de la gueule de la charité semble-t-il: http://www.lesechos.fr/economie-politique/monde/actu/0202118630289-montebourg-accuse-merkel-d-aveuglement-ideologique-334008.php?xtor=AL-4003-%5BChoix_de_la_redaction%5D-%5BMontebourg accuse Merkel « d’aveuglement idéologique »]

    3. Nemrod

      J’ai lu ça aussi…14 % de l’EBE.
      Bon !, – se débrouiller pour avoir l’EBE le plus bas possible…par tous moyens envisageables.
      – ne jamais embaucher sans avoir épuisé toutes les autres solutions; refuser du travail le cas échéant.
      – orienter sa progéniture vers d’autres cieux ou à défaut vers un métier ou le CA officiel n’est que la partie immergée de l’iceberg…
      – se barrer dès que possible…perso 2015.

    4. Bruno

      Que vois-je ici paraître? Un mot me froisse l’oreille. . . Dite-moi que j’hallucine! Il existe des entreprises privées entre les mains de brutes capitalistes qui affichent sans pudeur un « excédent » d’exploitation des prolétaires et des pauvres ouvriers communistes? Au 21éme siècle, et 31 ans après la prise de la place de la Bastille par la gauche unie autour de François Mitterrand. . . Inadmissible!
      Et on parle d’en prélever moins de 75%? Comme dit la mégère du Nord, il y a là des marges immenses de ressources fiscales, certainement.

    1. eheime

      IL faut du courage quand on cherche à accomplir une action. Je ne crois qu’il soit dans ses projets d’accomplir quoi que ce soit. Bien au chaud, bien repus, décontracté, à mon avis il est plus zen qu’un moine bouddhiste à l’heure qu’il est.

  2. silent bob

    moi je propose comme défi qu’ils arrêtent le champagne, le vin, les petits fours. S’ils font ça ils sont capables de tout faire!

  3. infraniouzes

    h16 s’est, une fois encore, surpassé. On se demande jusqu’où il peut aller. J’adore l’illustration présidentielle qui résume – à elle seule – le monde soviétoïde cher à ce bon JL Mélenchon vers lequel nous ramons à grande vitesse.

    Mais j’ai confiance dans la capacité des socialistes à triturer les chiffres. Il l’aura son déficit le vaillant Moscouvici (excellente celle-là je la reprends).
    1) Déficit de 3% du nombre des fonctionnaires donc on en embauchera jusqu’au plein emploi… de fonctionnaires…
    2) déficit de 3 % de la masse salariale des fonctionnaires donc… rattrapage obligatoire même pour ceux qui ne veulent pas être augmentés.
    3) déficit de 3% de la pluviométrie moyenne. Donc bouteilles d’eau minérale pour tous les agriculteurs pour faire boire leurs vaches et leur maïs….

    Vous voyez, être socialiste ce n’est pas difficile, même moi j’y arrive ; c’est vous dire……

  4. RTP

    Je propose le défi suivant : augmenter le pouvoir d’achat de tous en relevant le SMIC à 2012 euros (pour 2012 donc). On sait le faire, on y croit, ambiance vestiaire de rugby avant le match !

  5. nebukadnetsar

    Comment cela « sans avoir réduit les dépenses »?
    On n’est pas chez ces balourds de Teutons ici !
    Rien de ce que dépense l’Etat avec nos moyens n’est inutile.
    Il n’y a rien à jeter, même 1% du total.
    Nous, on aime bien les défis qui ont du sens!

    On va les augmenter à bonne proportion des attentes du peuple de gauche pour mettre fin à l’insupportable austérité sarkozienne des cinq dernières années et on créera, augmentera des impôts et taxes comme d’hab, le tout habillé de la rhétorique de la justice sociale et, en avant, Germaine!

  6. Le Gnome

    Pour résoudre le problème du logement, c’est fort simple, un p’tit décret de derrière les fagots imposant 70 % de logements sociaux dans toute ville ou village ayant plus de 200 habitants, saisie de toutes les résidences secondaires (après tout, elles ne servent que pour le confort bourgeois), plafonnement des loyers à 200 € par mois pour contraintre les propriétaires à vendre leurs logements à prix bradés (après tout, il se sont fait du suif pendant des lustres) et tranformation des appartements sous-occupés en appartements collectifs.

    Pour le chômage, c’est encore plus simple, il suffit de l’interdire. Tout demandeur d’emploi qui n’a pas trouvé de boulot au bout de 15 jours sera recruté dans les entreprises publiques ou dans la fonction territoriale.

    Il sera de même interdit aux entreprises de faire faillite sous peine de prison pour leurs dirigeants avec saisie de tous leurs biens.

    Dissolution immédiate de l’Insee qui ne diffuse que des statistiques déprimantes et gestion au doigt mouillé.

    Cela dans une première phase.

  7. nebukadnetsar

    Vu le lien avec l’article des Echos.
    Il est tout à fait dans la norme que les rentrées fiscales soient en retard puisque depuis deux mois, l’activité de mon entreprise roupille à un faible niveau.
    Je sais déjà que l’année, sauf afflux de commandes à l’automne, ce dont je doute une fois les ponctions fiscales annoncées en cours, sera au mieux quelconque.
    Etant bloqué sur le marché du bâtiment franco-français, je n’ai aucune échappatoire pour aller profiter des meilleures opportunités du monde.

  8. douar

    Dans ma commune, nos élus ont augmenté vigoureusement les taxes sur les ordures ménagères pour inciter le tri , limiter ses déchets et accessoirement sauver la planète. Damned, les décharges sauvages qui avaient disparues du paysage, ont fait un retour fracassant. Étonnant non?

    1. Pandora

      J’ai entendu (source : syndicat des industriels du papier) que les entreprises qui recyclaient le papier préféraient vendre aux chinois (qui proposaient un meilleur prix) qu’aux français…
      Nous payons donc une taxe pour que ces entreprises vendent à l’étranger.
      Je me demande pourquoi je trie encore mes ordures.

      1. Rocou

        Les collectivités revendent le carton/papier collecté à des recycleurs français qui le retrient et le conditionnent pour le revendre aux papetiers.
        Les papetiers français font un lobbying intense auprès de nos députés pour interdire l’exportation et ainsi récupérer la matière à bas prix.

        S’il n’y a plus de possibilité de vendre la matière au meilleur prix (Chine ou Espagne (enfin pour l’Espagne, c’est terminé), c’est autant de moins de pognon pour les collectivités.

    2. Nemrod

      Pareil chez moi + paiement au poids quand ces messieurs daignent accepter des ordures que vous leur amener…pas belle la vie.
      Résultats, le quidam adopte des procédures d’évitement :
      – décharges sauvages
      – incinérations clandestines
      – enfouissement cachés.
      Le bilan écologique officiel est bon, officieux désastreux…business as usual quoi.

      1. Guillaume

        Et les boites copines qui s’occupent des dechets bossent moins tout en faisant payer plus et en se donnant une image verdoyante.

        Best business model ever.

  9. Higgins

    Ce pays est vraiment très mal barré: http://lecercle.lesechos.fr/economie-societe/energies-environnement/energies-classiques/221147919/arret-petrole-guyane-redressem

    A noter cette petite phrase: « …et que les collectivités nationales n’ont plus de ressources à consacrer à poursuivre le mirage de la lutte contre le changement climatique. » et la conclusion lapidaire de l’article: « Ou alors, il faut annoncer aux populations que les nouveaux gouvernants sont prêts à sacrifier la prospérité à un Gosplan écologique dogmatique qui passe par l’élimination de toute opportunité « hydrocarbure », dans la ligne du parti des « anti-schistes ». C’est le scénario du sabotage écologique.Il faut choisir entre la prospérité pragmatique, et la paupérisation dogmatique au nom de l’écologie. »

    Terrifiant

    1. nebukadnetsar

      Est-ce vraiment si surprenant ?
      Depuis 35 ans (plus longtemps que sa vie professionnelle), la France n’a jamais été capable de réduire ses déficits, même quand la situation économique était convenable. Miantenat que c’est dégradé…

  10. Calvin

    Comment dire…

    Encore un article dont le style (merci H16 pour ces instants de bonheur) est primesautier, enjoué, rigolard, alors que sur le fond, on va droit vers la catastrophe…

    En ce qui concerne le principe du défi, c’est encore plus festif que prévu.
    Selon le principe de réalité, chaque fois que les taxes vont augmenter, les rentrées fiscales vont se contracter (après un temps d’ajustement), et donc les taxes vont devoir ré-augmenter, etc…

    De sorte qu’avec beaucoup de tergiversations, le défi n’est pas seulement impossible, puisque que les résultats iront progressivement à l’opposé du résultat escompté.
    Un peu comme si, en athlétisme, sur un cent mètres, tandis que les coureurs foncent vers la ligne d’arrivée (chacun à leur rythme), le compétiteur français part dans l’autre sens, vers les tribunes…

    1. nebukadnetsar

      Laffer expliquait cela très bien vers 1978 avec sa courbe logique.
      Un impôt à 100% du gain engendre zéro recette puisque plus personne ne lève le petit doigt…

      1. Deres

        A partir d’un certain niveau d’impôts, il est beaucoup plus efficace de faire des optimisations fiscales que d’essayer d’augmenter ses revenus en créant plus de richesse.

  11. vdf

    Partouzeurs de droite ? Mon Dieu, s’ils avaient les outils suffisamment conformés pour cela, nous nous en serions rendus compte, ces cinq dernières années.

    Et peut-être que le Diktateur des Bisous n’aurait jamais pu se mettre en bonne place pour nous entuller.

  12. Flo

    « c’est l’holocauste thermonucléaire de la raison avec des cris de victimes éparpillées au semtex comme fond sonore. »

    De l’avis général dans notre univers et ses environs l’un de vos tous meilleurs billets!

  13. Shonin

    « l’actuel improvisateur en charge du ministère de l’économie dans ???? pays qui n’a jamais réussi à en faire. »

    => Dans un pays ?

      1. Nemrod

        la balle à pointe creuse, comme la demi blindée est une balle expansive conçue pour sa létalité immédiate…c’est une balle de chasse.
        Sa pénétration est moindre que celle de la blindée ou FMJ bien que les projectiles les plus modernes se soit affranchis de cette moindre pénétration.
        Pour la défense des biens et la dissuasion la blindée est préférable.
        Le mieux est le calibre 12 avec chevrotines 21 grains ou suprème raffinement le fusil mixte calibre 12 et canon rayé en 7×65 R + point rouge type AIMPOINT.
        C’est l’arme de survie parfaite par sa polyvalence.
        Voilà, voilà.

        1. Nemrod

          C’est vrai Homo-Orcus, comme avec toutes les demi blindées du commerce.
          Mais dans le cas qui nous préoccupe une distance de fuite importante peut être préférable : moins de contingences pratiques immédiates, vertu d’exemple…
          Mais je persiste, le top c’est la chevrotine 21 grains avec calibre 12 canon court : zone de neutralisation immédiate à 15 mètres= porte de grange …et sans viser.

        2. Homo-Orcus

          t’as raison Nemrod, mais la canon court et chevrotine je le prèfère dans les couloirs, c’est incroyable comme ça dégage le passage.

    1. J’ai vu le truc sur la fabrique de faux billets. Surprenant : celle de Franfort tourne toujours, mais personne ne semble remonter jusqu’au caïd, un certain Mario Draghu (orthographe du nom sujette à caution).

        1. Flo

          Pas le temps. Le premier flic de France a pour priorité d’aller au chevet du premier crétin venu qui au guidon d’un scooter volé va s’emboutir dans une voiture de police.

  14. Bip Bip

    Le dernier défi sera pour Hollande, de prendre un hélicoptère et d’asperger une France, zombifié, de billets d’euros fraîchement imprimés.

  15. channy

    Hors sujet mais en lien avec un article sur le gaz de schisme

    Moratoire inattendu sur l’exploration pétrolière en Guyane

    Le gouvernement français a suspendu mercredi 13 juin les permis de forage de Shell, au large de la Guyane. Un premier geste fort en direction des écologistes.

    La décision du gouvernement a surpris tout le monde. A commencer par l’opérateur, Shell. L’arrivée de sa plate-forme dernier cri venue des chantiers coréens était imminente dans les eaux guyanaises. La compagnie anglo-néerlandaise, associée à la française Total et à l’Irlandaise Tullow, considérait le feu vert des autorités préfectorales de Cayenne, prévu ce jeudi 14 juin, comme une formalité, neuf mois après la découverte inespérée du bassin pétrolier guyanais.

    C’était sans compter la méfiance de la nouvelle ministre de l’Ecologie et de l’Energie – une tutelle commune très parlante – à l’égard des hydrocarbures non conventionnels. La résistance des associations écologistes fut également déterminante. Cinq d’entre elles ont très habilement souligné que le principe de précaution n’était pas appliqué de la même façon dans le département d’outre-mer et en métropole, puisque avant la présidentielle, le projet de forer au large des Calanques de Marseille (permis Rhône-Maritime) avait été retoqué pour ses risques sur l’environnement, en particulier sur les cétacés. Une faune également présente au large de la Guyane. En cause aussi l’extrême profondeur des forages guyanais : 6 000 mètres, une première sur le territoire français, avec l’usage associé des boues à l’huile.

    Plus largement, le nouveau gouvernement veut remettre à plat l’ensemble des permis pétroliers et gaziers le temps de réformer cet été le code minier français, pour obtenir plus de garde-fous environnementaux et davantage de retombées économiques pour les territoires. Le permis de « Guyane maritime », considéré comme une manne pour le département d’outre-mer et comme un gage d’indépendance énergétique pour la France, n’est pas annulé, il est seulement suspendu. En attendant son déblocage, les compagnies pétrolières vont enregistrer des pertes (un million de dollars par jour pour Shell en plus des 5 à 10 milliards que devait coûter la totalité du projet). Cela pourrait peut-être les encourager à faire des concessions et à apporter des garanties du type pollueur-payeur. »

    Voila un bel exemple de gestion d’indépendance énergétique Monsieur le vilain H16, prochaine étape l interdiction pur et simple comme pour le gaz de schisme.On est en fraonce monsieur H16..on a pas de pétrole mais on a des idées NOUS FRAONCAIS
    Hein, on a du pétrole??? non? oui bon ça fait 40 ans que l’on nous dit que l a pas de pétrole alors on ne me l’a fait pas à moi..

    1. gem

      Shell n’avait pas du arroser qui il fallait. Une petite contribution électorale bien placée devrait suffire à pallier ce petit contre-temps. A moins que M. Total propose un contre-projet mieux productivement redressé à M. monte-boue 🙂

      1. zecrocwhite

        Simple: M de Margerie est français, il va exploiter du pétrole français, pour le compte d’une entreprise française, et donner tout plein de sousous à son pays… C’est ça, le produire français.

        Ou pas.

      2. channy

        Relisez ,Total était au coté de Shell dans ce projet:
        « La compagnie anglo-néerlandaise, associée à la française Total et à l’Irlandaise Tullow, considérait le feu vert des autorités préfectorales de Cayenne, prévu ce jeudi 14 juin, comme une formalité, »
        A moins que vous sous entendiez que l’état français a l’intention de le mettre bien profond à shell et tullow..un vrai fédéralisme européen quoi.
        Autre question « suspendu en bureaucratie française cela veut dire quoi? auriez vous une date ou des synonymes administratif à ce mot?

        1. nebukadnetsar

          Un projet 100% franco-français augurerait bien pour Montebourg sans compter que tous les bénéfices resteraient en France…

        2. gem

          suspendu, ça veut dire que le gouvernement annonce qu’il n’appliquera pas le droit (qu’il avait lui-même édicté) et que si tu n’es pas content va te faire foutre. Il n’y a donc ni délai ni terme administratif applicable, on vient de rentrer dans le domaine du fait du prince, na.
          Autre exemple typique : le « moratoire » OGM.

  16. Alexandrov

    Défi débile pour crypto-communiste complexé ? Chouette !

    J’en ai un sympa qui consiste à faire croire aux grecs que nous allons nous battre pour leur donner encore plus de pognon de nos con-tribuables (qui en ont tellement qu’ils ne savent plus quoi en faire) pour leur offrir de la Croissance, de la Prospérité et de la Solidarité sur un plateau. On va vous régaler les gars, « on a d’énormes marges de manoeuvre ».

    On pourrait (défi plus fou encore) essayer de faire croire à de méchants tenants de l’austérité (la vilaine) qui s’opposeraient à de généreux tenants de la Croissance (la divine) avec des phrases du genre : « si l’impression est donnée que les Grecs veulent s’éloigner des engagements qui ont été pris et abandonner toute la perspective de redressement, alors il y aura des pays dans la zone euro qui préféreront en terminer avec la présence de la Grèce dans la zone euro ».

    Le défi consisterait alors à soutenir tout ça devant une caméra sans trembler des genoux.

    http://www.lemonde.fr/europe/article/2012/06/13/hollande-met-en-garde-les-grecs-contre-une-sortie-de-la-zone-euro_1717968_3214.html

    Pendant ce temps-là, l’Italie, qui participe au MES, emprunte à 7% pour prêter à l’Espagne à 3% par l’intermédiaire de ce fonds. Mais chacun sait qu’elle a les moyens et que sa dette publique n’est absolument pas un problème.

    1. nebukadnetsar

      Rappel : Guimaulette le conquérant respecte les Grecs et leur parle gentiment, normal quoi!
      Il les privera de bisous s’ils votent mal.

  17. Théo31

    On a eu les mongaulliens socialistes honteux entre 1995 et 2007, maintenant on a les socialautistes corréziens, composés d’une belle brochette d’abrutis notoires qui pompent rien de rien en économie.

    Mais rien ne doit surprendre dans ce bas monde. Le gros sac l’a rappelé devant Pascal Salin, seule la paupérisation de l’Etat l’inquiète, celle des Français, lui et sa clique de baltringues en ont rien à cirer. Eux veulent pouvoir, en bons parasites, continuer à vivre de la bête. Un parasite ne connaît qu’un seul programme pour vivre : bouffer son hôte jusqu’à la mort. Réfléchir n’est pas son truc.

    Il règne en fRance un doux parfum d’Atlas Shrugged.

    1. paf

      jem e demande combien de temps va durer l’enthousiamsme socialiste a tout peter ce qui rapporte.Peut-etre bien que Yollande va reussir ce que des generations de trotskystes excites n’avaient jamais reve…

    2. Nemrod

      Non non, le parasite intelligent ou à tout le moins parfaitement adapté ne tue pas son hôte car cela signifie sa fin également.
      Prenons un virus…qui n’est pas un parasite mais qui par certains côtés s’en rapproche.
      Un virus dévastateur genre Ebola tue son hôte trop rapidement pour subsister longtemps et se reproduire suffisamment pour donner une vraie épidémie…c’est un virus inféodé au singe mal adapté à son hôte humain.
      Le VSV ( virus Zona varicelle) peut lui subsister toute la vie de son hôte car il est peut agressif et ne le tue pas.

      Nos parasites politiques ont tout de même été suffisamment adaptés au corps social pour ne pas le tuer.
      La variante corrézienne du Socialo virus peut être une mutation létale du Socialo virus habituel et le tuer…c’est un risque surtout en cas de recombinaison avec des virus plus pathogènes genre Verdovirus ou Communovirus.

      Quelquefois le néovirus ainsi formé ne tue pas non plus directement son hôte mais l’affaiblit suffisamment pour qu’il ne résiste pas à une infection intercurrente comme la Grande Peste Systémique…c’est le scénario qui nous guette.

        1. Nemrod

          le Parti Officiellement Socialiste cher à Hash n’est pas intelligent au sens strict du terme…comme on ne peut qualifié d’intelligent un parasite ou un virus; il a seulement l’adaptation minimum pour ne pas tuer trop rapidement son hôte.
          Malheureusement il a incorporé dans son génome des éléments verdâtres et rougeâtres qui le rendent beaucoup plus pathogène…
          Bref il va tuer son hôte rapidement.

  18. Zero

    « nous, en France, on a des couilles en titane plaqué rhodium, alors oui, on va pouvoir revenir à un déficit de 3% en 2013 …  » .
    j’etais mdr à ce moment là .

    1. nebukadnetsar

      Article intéressant qui reprend des constats antérieurs.
      Mais comme appliquer les solutions raisonnables du Canada reviendrait à faire un cadeau aux « riches », ce n’est pas demain la veille de l’entrée en vigueur…

  19. nebukadnetsar

    @ H16
    j’ai ouï que ce cher Peillon parlait d’augmenter la durée des vacances de la Toussaint, au cas où on manquerait de périodes de vacances dans l’EducNat.
    Comment concilier cela avec les efforts du redressement productif ?
    Un petit billet dessus ?… SVP…

      1. Deres

        Il y a vraiment risque de surmenage … Malheureusement, la Socialie est à la hauteur de mes désespérances les plus folles. En fait, je me demande si votre blog est encore utile H16 … De toute évidence, la simple lecture de la presse nationale suffit maintenant à un esprit non partisan pour voir clairement que CPEF. Les ministres enchaînent les mesures clientélistes, idéologiques et désastreuses à long terme à un rythme jamais vu … le tout bien sûr en s’appuyant uniquement sur leur argument de justice (sens exact ?) et d’autorité qui éveille immédiatement le doute chez tous les esprits indépendants. A noter que les électeurs socialistes encartés (j’en connais) vivent sur un petit nuage rose en ce moment. Mais bon, il ne savent pas qu’il existe un autre monde au delà de nos frontières (voir au delà du périphérique pour certains …).

        Le dernier exemple est : http://sante.lefigaro.fr/actualite/2012/06/14/18391-homosexuels-pourront-bientot-donner-leur-sang
        Pour des raisons purement idéologiques (pas discrimination (de nos électeurs …)), ils prennent une décision à l’encontre de l’avis des spécialistes, qui va surement coûter plus cher aux français (plus de tests nécessaires sur le sang prélevé) et lui faire prendre plus de risques de contamination. L’article rappelle même que les socialistes ont déjà fait exactement la même erreur avec les détenus et l’affaire du sang contaminé dans le passé …

        1. Calvin

          Je ne suis pas d’accord sur l’opportunité de ce blog.
          Certes, les informations se trouvent facilement sur Internet.
          Certes le CPEF est désormais plus accepté.
          Mais, surtout, H16 propose un prolongement qui fait souvent réfléchir.
          De plus, il a un style inimitable et politiquement incorrect jubilatoire.
          Il pointe du doigt un fait ou une loi ou une décision, mais en les reliant à d’autres du même genre ou pas, ce qu’on est censé attendre des journalistes… et qu’on n’a plus du tout.

      2. vengeusemasquée

        C’est-à-dire que s’il était intelligent, il comprendrait que dans l’intérêt des gamins, il faut faire des journées plus courtes mais plus nombreuses et définitivement mettre fin à cette foutue coupure annuelle de 2 mois et demi. Mais ni le SNES ni la FCPE ne pardonnerait. AMHA, on va juste allonger un peu quelques vacances et puis c’est tout.

  20. Homo-Orcus

    La guerre est enfin déclarée, on commençait à s’impatienter.
    Pékin va nous nous dézinguer en nous piquant nos zincs et nos pékins dedans.
    On remarque l’absence de réaction de Hollande, normal, il n’a pas de moteur non plus.
    Article le Temps du 15 juin

    1. Théo31

      C’est la Castrafiore qui fait le boulot du gros sac. Lui s’occupe de claquer le pognon comme les bonnes femmes. 😀

  21. Mizette

    Pas de commentaires à ajouter !
    Cet article est formidable et les commentaires ne le sont pas moins, bravo et merci pour votre humour, il en faut !

  22. BA

    Depuis le début de la crise, la dette publique de l’Espagne explose :

    2007 : la dette publique était de 36,3 % du PIB.
    2008 : la dette publique était de 40,2 % du PIB.
    2009 : la dette publique était de 53,9 % du PIB.
    2010 : la dette publique était de 61,2 % du PIB.
    2011 : la dette publique était de 68,5 % du PIB.
    2012 : la dette publique était de 72,1 % du PIB fin mars 2012.

    La dette publique de l’Espagne a atteint fin mars un nouveau record historique, représentant 72,1% du PIB, huit points et demi de plus qu’il y a un an (63,6%), selon les chiffres publiés vendredi par la Banque d’Espagne.

    Le niveau de la dette espagnole devrait fortement progresser au cours de 2012, le gouvernement tablant sur 79,8% du PIB en fin d’année, une prévision ne tenant pas compte du prêt européen aux banques espagnoles, qui pourrait atteindre 100 milliards d’euros et augmenter alors la dette de dix points.

    (Dépêche AFP)

    En clair : fin 2012, la dette publique de l’Espagne sera de 90 % du PIB.

    Considérant que l’Union Européenne était à un moment « crucial », le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, a décoché de son côté des flèches en direction de celles des « capitales » qui ne mesurent pas l’urgence de la situation.

    « Nous avons un problème systémique devant nous, nous devons avoir un cap et le maintenir. Je ne sais pas si l’urgence est bien comprise par toutes les capitales aujourd’hui », a-t-il déclaré devant le Parlement européen à Strasbourg.

    http://www.boursorama.com/actualites/italie-monti-affiche-sa-serenite-malgre-la-flambee-des-taux-d-emprunt-80574aa0b4cacf171c2e010311c52766

    José Manuel Barroso vient de comprendre.

    José Manuel Barroso vient de dire la phrase la plus importante :

    « Nous avons un problème systémique devant nous »

  23. Maintien

    Au passage, la gravure du president des bisous est incoherente, on y voit une eglise en arriere-plan! Ca ne passerait pas dans une socialo-democratie egalitarienne.

  24. BA

    Mardi 19 juin 2012 :

    L’Espagne a emprunté mardi 3,040 milliards d’euros à douze et dix-huit mois et a vu ses taux d’intérêt s’envoler.

    La somme levée est certes légèrement supérieure à l’objectif (2 à 3 milliards). Mais les taux concédés sont en très nette hausse par rapport à la dernière émission similaire, le 14 mai : 5,074 % à douze mois (contre 2,985 % lors de la précédente émission) et 5,107 % à dix-huit mois (contre 3,302 %).

    Seul indice rassurant, la demande des investisseurs reste forte, dépassant mardi les 8 milliards d’euros.

    Cette envolée du niveau d’emprunt était attendue alors que l’Espagne inquiète toujours les marchés, impatients de connaître le montant que devra avancer la zone euro pour redresser ses banques.

    Si Madrid prend la totalité de l’enveloppe disponible, soit 100 milliards d’euros, alors sa dette publique devrait grimper immédiatement de dix points et avoisiner en fin d’année les 90 % du PIB, un niveau qui rend les taux d’intérêt actuels très préoccupants.

    Le taux des obligations espagnoles à dix ans, qui a franchi lundi, pour la première fois depuis la création de la zone euro, la barre symbolique des 7 %, restait mardi au-dessus de ce niveau jugé insoutenable à moyen terme, à 7,043 %.

    (Dépêche AFP)

  25. BA

    Mercredi 20 juin 2012 :

    Chypre va solliciter l’aide de la zone euro pour ses banques « probablement la semaine prochaine » et demander à la Russie de lui prêter entre 3 et 5 milliards d’euros dès cette semaine, a indiqué mercredi une source diplomatique européenne sous couvert d’anonymat.

    A Bruxelles, on s’attend à ce que Chypre « règle d’abord la question du prêt bilatéral et dépose la demande pour les banques probablement la semaine prochaine » sur le modèle du sauvetage que l’Espagne va obtenir pour son secteur bancaire, a indiqué cette source au fait des discussions.

    L’aide sollicitée auprès de la zone euro pour les banques pourrait être de la même ampleur que le prêt demandé à la Russie, a confié cette source.

    Chypre, dont l’économie est très dépendante de la Grèce, est sous pression, en particulier son secteur bancaire qui a souffert de l’opération d’effacement de la dette grecque. L’exposition des banques chypriotes à la dette grecque s’élève à 3,5 milliards d’euros pour un budget national d’environ 7 milliards.

    http://www.lesechos.fr/economie-politique/monde/actu/0202129498843-chypre-va-demander-l-aide-de-la-zone-euro-et-de-la-russie-335906.php

    – La Russie va prêter entre 3 et 5 milliards d’euros à Chypre.

    – La zone euro va prêter entre 3 et 5 milliards d’euros à Chypre.

    – Portugal, Irlande, Grèce, Espagne, Chypre : les dominos tombent les uns après les autres.

    – Prochain domino qui va tomber : l’Italie.

  26. BA

    Jeudi 21 juin 2012 :

    L’Espagne paye très cher pour réussir son émission.

    Madrid a émis plus de 2 milliards d’euros d’obligations à moyen-terme à des taux très élevés. Sur les titres à 5 ans, l’Espagne a dû s’acquitter de taux d’intérêt jamais expérimentés depuis la création de l’euro.

    C’est dans la douleur que l’Espagne a couvert aujourd’hui 60% de son programme d’émission à moyen et long terme pour 2012. Le Trésor espagnol a réussi à placer ce matin 2,2 milliards d’euros d’obligations à deux, trois et cinq ans, dépassant son objectif maximum de 2 milliards grâce à une bonne demande, mais au prix de taux d’intérêt très élevés.

    Les rendements moyens sont ainsi ressortis à 4,706% sur les titres à deux ans, à 5,457% sur ceux à trois ans, et 6,072% sur ceux à cinq ans, contre respectivement 2,069% en mars, 4,876% et 4,960% en mai.

    Selon Reuters, les taux concédés par le Trésor sur les titres à 5 ans sont les plus élevés depuis la création de l’euro.

    http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/finance-marches/actu/0202131494640-l-espagne-paye-tres-cher-pour-reussir-son-emission-336263.php

    Conclusion :

    Plus les jours passent, plus l’Etat espagnol emprunte à des taux de plus en plus élevés.

    Plus les jours passent, plus l’Etat espagnol se surendette.

    Plus les jours passent, plus l’Etat espagnol se rapproche du défaut de paiement.

Laisser un commentaire