Un lundi d’après élections

Le dimanche est passé, les élections aussi. Il ne reste maintenant plus la place qu’aux petites analyses d’après scrutin, et la presse francophone se fait donc un plaisir de disséquer les résultats circonscription par circonscription… Il est vrai que la France entre maintenant dans un monde totalement inconnu, où tout peut arriver, où le changement, c’est maintenant et tout ça : celui du socialisme officiel, à tous les étages, avec du câlin et des volées de bisous qui cognent pour tout le monde.

Tout comme les élections présidentielles qui aboutirent à une victoire de Hollande bien plus banale, prévisible et médiocre que « normale », la victoire des socialistes à ces législatives était donc prévisible, prévue, et obtenue avec la même mollesse et la même médiocrité que pour le président. Nous nageons maintenant dans les eaux normales du socialisme normal avec de vrais morceaux de catastrophe économique dedans sans qu’au final personne ne semble s’en inquiéter réellement.

Je dis ça parce que la situation économique générale va nettement amoindrir le plaisir qu’on aura pu avoir à constater les gamelles mémorables et réjouissantes des frétillants suceurs d’impôts habituels qui ne furent pas réélus. Et avant de revenir un peu sur, justement, ce qui nous attend maintenant que le mimodrame politique est terminé, j’aimerais prendre quelques lignes pour évoquer les pimpants clowns à roulettes qui n’auront plus de siège à l’Assemblée et qui nous feront ainsi grâce d’autant de vacances.

Je pense bien sûr ici à la bayroute totale de François Du Modem, qui aura sabordé son parti, son mandat et sa carrière dans un manque consternant de lucidité politique, et nous aura permis de voir clairement que la France n’est pas encore assez mûre pour le gloubiboulga du centre, et préfère de loin le gloubiboulga socialiste officiel à l’édulcorant.

À cette lamentable déconfiture, il faut ajouter la réjouissante mise en orbite basse de Rama Yade à coups de pied électoraux au cul dès le premier tour, éjection qu’elle méritait amplement depuis un moment pour pipeautages massifs, retournements de veste et ouvrage intempestif de clapet au mauvais moment.

Évidemment, le camouflet d’un dissident UMP à Claude Guéant ne peut empêcher de faire sourire : dès lors que le patron, Sarkozy, n’est plus là, les souris dansent et se volent les morceaux de fromage les unes aux autres. Là encore, on a bien du mal à ne pas s’écrier, sourire au lèvre, « Bien Fait ! » tant le parachutage était visible.

Et à propos de parachutage, il est difficile de ne pas terminer cette liste de gamelles aussi joyeuses que retentissantes par ceux de Jack Lang et de Ségolène Royal, magnifiques avatars de la mondanité socialiste parisienne et calculatrice, déboulant dans le paysage avec un petit air de « Poussez-vous que je m’y mette » autoritaire et particulièrement irritant pour tout électeur attaché à une représentation un peu fidèle de lui-même à l’Assemblée Nationale. Il n’était que justice que ces deux arrogants routiers de la politique et de l’arrangement électoral en leur faveur exclusive se prennent une bonne tôle qui les remette un peu à leur place : ça ne leur arrive pas assez souvent, mais, soyons francs, quand ça arrive, ne boudons pas notre plaisir !

Ces instants de franche poilade évoqués, revenons un peu sur terre où, pour les gens vraiment normaux, ces élections n’auront finalement qu’un impact très modéré. En comparaison, le résultat des élections grecques aura, lui, des effets bien plus sensibles sur tout un chacun.

Et pendant que la France, somnolente, votait pour renouveler la brochette de clowns qui allait occuper la galerie pendant les prochaines semaines avant des vacances aussi anesthésiantes qu’imméritées, le reste de l’Europe et du monde a continué son jogging sur le petit chemin caillouteux de la servitude, en s’offrant même le luxe de prendre quelques raccourcis sans que la moindre crampe ne vienne ralentir le rythme général de progression vers la catastrophe.

C’est ainsi que Normal Hollande proposait une nouvelle distribution d’argent gratuit des autres, à hauteur de 120 milliards tout de même (sachons vivre), probablement pas tout à fait au courant des dettes monstrueuses accumulées par son pays et, en fait, tous les autres auxquels il s’adressait de sa voix à la fermeté et limpidité légendaire.

À la lecture de ce genre de propositions, il faut comprendre qu’on a quitté depuis longtemps le domaine du « A Côté De La Plaque » qu’affectionne tendrement nos élites politiques, pour entrer de plain-pied dans celui du « Carrément Dangereux ». Hollande, sans même s’en rendre compte, sautille donc joyeusement dans un champ de mines en espérant le traverser sans problème. On lui souhaite bien du plaisir, surtout lorsqu’on se rappelle que la petite agence de notation Egan Jones, la seule encore vaguement crédible tant les autres sont politisées jusqu’au point de non retour, vient de dégrader la France en la passant de A- à BBB+ …

euro-vision

Parallèlement aux petits sauts de cabris de la Normalité Incarnée, la Grèce bouclait donc son scrutin sur un non-gouvernement, aucun parti n’ayant une majorité franche pour former un gouvernement. L’arrivée en tête de Nouvelle Démocratie permettra d’obtenir une alliance avec les socialistes du Pasok, ce qui veut dire que la Grèce continuera donc son chemin vers une austérité calculée, pendant que la France prendra l’autre, résolument plus fun, de la dépense joyeuse, dans l’euphorie générale. Avec un tel constat, on comprend que la semaine qui s’ouvre à présent va être riche en sueurs froides, rien n’ayant changé d’un cachou.

D’autant que si l’avenir de l’euro en Grèce est très incertain, celui de l’euro espagnol continue de prendre une sale tournure : on ne compte plus les articles qui font la part des choses et qui concluent que, tout compte fait, l’Espagne n’a plus guère d’intérêt à conserver la monnaie unique et aurait même avantage à s’en séparer prochainement, indépendamment de la débâcle financière que ça pourrait créer.

Ce tableau serait incomplet si l’on oubliait les tensions internationales qui s’accumulent aussi autour de la Syrie, puisqu’on apprend (pas des journaux français, je vous rassure tout de suite, leur médiocrité les oblige à se concentrer sur leur cœur de métier, la branlette électorale franco-franchouille) que la Russie avait préparé plusieurs navires de guerre pour prendre la mer en direction de la Syrie.

Inflation

Bref : la nouvelle assemblée française aura fort à faire pour occuper les médias et détourner les yeux des Français des énormes mouvements de fonds qui s’organisent pour tenter à tout prix de sauver l’euro, quitte à faire marcher les rotatives des banques centrales à un rythme jamais vu auparavant. Et ces mêmes nouveaux députés vont devoir rivaliser d’inventivité pour faire passer sans trop de douleurs l’avalanche d’impôts, de taxes et de mauvaises nouvelles que Hollande et son gouvernement Ayrault vont faire pleuvoir sur le peuple…

Mais pour ces buts là, je reste optimiste : nos nouveaux députés, j’en suis sûr, les rempliront sans problème.

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires69

  1. Sanksion

    La propagande belliciste en Syrie est d’autant plus dangereuse que la Syrie et l’Iran ont signé des accords de protection mutuelle. Les Russes et Chinois ne veulent pas qu’on les libère bombarde… Pourquoi ne pas lâcher l’affaire ?

    1. Deres

      C’est important pour la stature d’homme d’état de Hollande … Il est jaloux du nabot qui s’est fait remarqué en Georgie et en Lybie. Ci-joint une analyse de la réaction de Hollande pour les 4 morts en Afghanistan : il y a eu black-out d’information sur le sujet pendant 24 heures car FH se préservait de grande déclarations le lendemain. On ne meurt plus pour la France, mais pour que les politiques puissent faire des beaux discours et des ronds de jambes devant les journalistes …

      http://www.marianne2.fr/blogsecretdefense/Morts-en-Afghanistan-les-politiques-n-en-font-ils-pas-un-peu-trop_a643.html

  2. infraniouzes

    Le Parti socialiste est à la politique ce que le Père Noël est à l’enfance: promesse de cadeaux, de sucreries, de joyeusetés même pour les plus mauvais.

    Franchement, vous voyez les Français voter contre le Père Noël… ? Non monsieur, ça ne se fait pas… On ne mord pas la main qui vous donne tant et tant … à crédit. (Bien sûr c’est vous qui paierez les traites)…

    1. eheime

      Le père noël ne m’a jamais présenté la facture des cadeaux qu’il m’avait offerts(avec une bonne grosse commission à la clef). Le parti socialiste, oui.

      1. Deres

        Comme le père Noël n’existe pas, les cadeaux qui tombent du ciel sont payés par la famille donc par soi indirectement …

  3. GrosBen

    J’aime pas plus le FN que les autres partis socialistes, mais quand même ça me tarde de voir Gilbert Collard troller l’Assemblée Nationale !

    1. Morsay

      Modérez votre propos quand même, gilbert clochard est un ancien radical socialiste, tellement anti-système qu’il porte je ne sais combien de plaintes par jour pour diffamations.

  4. silent bob

    un peu à part (et encore), sujet des terminales S de ce matin en philo:
    « Serions-nous plus libres sans État ? »
    je rappelle cette vidéo:

    1. Calvin

      Je pense que le canevas succinct attendu par nos marxistes de profs est :

      Introduction :
      Liberté, gna gna gna, asservissement par les riches, gna gna gna, laisser-faire, gna gna gna

      Thèse :
      La liberté étant la porte ouverte à l’exploitation des forts sur les faibles, on ne gagne pas à être libres.
      Sans Etat, point de liberté pour la majorité (et toc).

      Anti-Thèse
      Peut-on dire pour autant que l’Etat rend libre ?
      Sans Etat, point de revenu minimal, point d’allocation chômage, point de subvention.
      Donc, grâce à l’Etat-Providence, le peuple peut survivre et avoir un minimum de liberté.

      Fouthèse
      L’Etat permet heureusement de limiter la liberté à ce que le peuple doit pouvoir faire.

      Conclusion rapide :
      Merci l’Etat.

      (Penser à mettre quelques citations des grands penseurs actuels : BHL, F. Hollande, A. Montebourg)

      1. Morsay

        merde j’ai fais un truc sérieux moi, j’aurais du vous écouter… bon je me rattraperai en Histoire géo je dirais que l’URSS en fait c’est trop bien et que les américains internationaux capitalistes nous veulent que du mal (ce que m’a appris mon prof).

    2. Marco33

      Un tel sujet présenté au bac montre tout simplement que ce sujet a été traité dans l’année….

      Devinez le type de réponses!!!!!!

    3. gem

      Sans Etat c’est l’Anarchie. Et l’anarchie c’est MaÄÂAl. Pas autant que l’Ultra-Néo-L.. (dont Il Ne Faut Pas Prononcer le Nom : on dira donc UNL), mais MaÄÂAl quand même.
      Et puis n’oubliez pas que l’égalité et la fraternité sont nécessaire à la Liberté, la Vraie, pas la fausse d’UNL. Et qui c’est qui permet l’égalité ? et la fraternité ? hein ? qui ?
      Vive le Soviet Suprême !

      1. Théo31

        Faudrait rappeler que Lénine a écrit des milliers de pages sur l’Etat minimal de ses voeux, pour la terre aux paysans, la fin de la guerre et la prospérité. En quelques heures, les Russes ont eu exactement tout le contraire.

    4. Homo-Orcus

      Attention, ce sujet est un piège qui sert à évaluer le QQ et non le QI. Vous ne connaissez pas le QQ ? normal vous n’êtes pas psy et ça vient de sortir. Le QQ est le coefficient d’adhésivité a une idéologie. Ce coef est inversement proportionnel au QI c’est à dire qu’à un petit QI correspond un gros QQ (par exemple, regardez c dans l’air pour vous faire une opinion sur cette théorie). Donc, ceux qui bénéficie d’un gros QQ bien orienté choisiront ce sujet, ils obtiendront le bac (ça c’est facile) mais en plus, et là c’est juteux, la carte du PS gratuite pendant cinq ans.

      1. Calvin

        Parce que, en plus, la carte du PS n’est pas gratuite ???
        Pourtant, c’est un parti social, non ?
        Les partis politiques ne sont plus grassement financés par le pognon « gratuit » des citoyens ??
        Mais où va la démocratie ???

        (Au passage, excellent le QQ)

  5. eheime

    Dans cette ocean de news inquiétantes, j’en vois une bonne : les français n’acceptent plus de se faire donner la leçon par des guignolos parachutés. Gueant oust. Royale oust. Lang oust. Morano oust ! Je pense que le message lançé aux partis politiques est clair : la Noblesse de Partis, dehors. C’est déjà une première preuve de maturité du peuple.

  6. Calvin

    Vive Normollande !
    Il a obtenu sa majorité absolue pour pouvoir… euh…, tourner le dos à ses promesses !
    Il va sans doute faire illusion au début, histoire de passer l’été au chaud et la rentrée au sec (ça lui changera des averses de mai).
    Mais ensuite, il ne pourra plus tergiverser.
    Il y a deux façons d’agir.
    Réduire la dépense publique ou augmenter les impôts.
    Sachant que la deuxième va fortement restreindre la croissance et la création de richesses, que croyez-vous que Normollande va choisir ???

    1. Théo31

      Il choisira la seconde envers et contre tout. Réduire les dépenses, ça signifie réduire le pouvoir des politiciens et rendre un peu de liberté à la société civile. Pour un socialiste, rendre le peuple moins dépendant de ses prébendes, c’est inconcevable.

      1. Calvin

        Bon, oui, Théo31, tu as donc réussi ton examen de passage.
        Tu as le droit de revenir sur ce blog !!!!!

        Pourtant, il y avait un piège, la première semblait plus logique !

  7. Deres

    Résultat attendu étant donné le niveau lamentable de la droite. Ils redécouvrent avec surprise à chaque élection la problématique du FN. Entre 2 élections, ils ne font rien pour désamorcer le problème. A leur place, je lancerais un parti concurrent pour lui tailler des croupières dans son électorat, mais avec qui il serait possible de faire alliance. Ou alors, ils devraient s’attaquer à la crédibilité du parti en amont et pas pendant les élections …

    Ensuite, ils s’interdisent les calculs bassement électorales. Par exemple, avoir fait tomber Bayrou est certes amusant et revanchard. Mais au passage, cela fait élire une socialiste supplémentaire … Faire élire un Bayrou aurait été un moindre mal. Il faut bien voir que tous les candidats FN qui échouent malgré un bon score au premier tour signifie bien souvent l’élection haut la main d’un socialiste …

    A mon avis, cela résulte du calcul des leaders de droite pour leurs intérêts personnels. Ils ont des circonscriptions sans soucis où ils n’ont pas besoin de soutiens pour être élus. Pour eux, malgré leurs appels, il est préférable de laisser les pleins pouvoirs au socialistes pour qu’ils enfoncent au maximum le pays. L’idée est de récupérer le pouvoir dans 5 ans avec tous les pouvoirs. Une cohabitation aurait donc été une catastrophe dans leurs esprit car cela aurait largement diminué leurs chances pour 2017 … dans 5 ans, ils comptent faire comme Flamby, avec pour unique programme, tous sauf FH …

    1. Calvin

      @Deres

      Pour la partie sur le FN, cela déjà été tenté : MPF, par exemple.
      La réalité, c’est que quelque soit le parti de droite créé, les médias le détruiront. Tant pis pour eux, la gauche a définitivement gagné le leadership des idées et de la morale !!

      Pour Bayrou, je suis d’accord. La Droite aurait dû le sauver, et recomposer avec lui.

      Pour ta conclusion, 100% d’accord.

      1. gem

        La morale c’est la définition historique de la droite. Si la gauche détient maintenant le monopole moral, c’est qu’elle n’est plus de gauche. Ce qui explique pourquoi elle prend tous ses leaders dans des familles d’extrême-droite

        1. Calvin

          Exact.
          Le seul emprunt (enfin, vol serait plus approprié) de la Gauche sur les idées de la Droite, c’est la morale.
          Et elle lui a presque enlevé toute justification (morale, donc) d’exister.
          Il ne reste plus à la Droite que immigration, traditions, terroirs, et… euh… immigration…

          La grande oubliée des valeurs reste et demeurera la Liberté…

    2. Deres

      Idem pour Ségolène. C’est très amusant de la flinguer mais en réalité la droite aurait gagner en ne se prononçant pas ou en la faisant gagner. On aurait alors bien vu que son élection au perchoir n’était qu’un prix de consolation décidé à l’avance en huis clos après les primaires socialistes. De plus, elle aurait été ridicule en demandant le silence dans l’assemblée avec sa petite voix et en tapant avec son marteau … Finalement, on aurait été assuré qu’elle continue à enchaîner gaffe sur gaffe devant les caméras en relançant au passage les bisbilles entre éléphants socialiste et avec la Valérie. Bref, l’intérêt bien entendu de la droite était dans sa victoire. Au final, cela arrange la gauche …

      1. Calvin

        C’est pas faux…
        Puisqu’on va avoir l’ensemble des pouvoirs concentré dans les mains d’un même clan, il aurait été souhaitable que les figures les plus emblématiques soient à la tête.
        Mais bon, je leur fais confiance pour nous dégotter un président de l’AN partial (il n’y a pas que la Droite qui en a le monopole !!)

  8. Deres

    Sur les 120 milliards d’euros de relance, c’est assez caractéristique du personnage …

    1) La relance keynésienne bien ciblée face à la crise, c’était le programme 2008 de Sarkozy. Bravo pour le changement !

    2) Il veut trouver les 120 milliards à l’extérieur du pays mais en faisant emprunter des institutions européennes sur les marchés pour avoir un nouvel effets de levier. Pour cela, au lieu de se servir directement de leurs fonds, elles devraient s’en servir de garantie pour emprunter sur les marchés. Etant donné que leurs fonds sont donnés par les Etats qui sont déjà en déficit, ces fonds sont donc déjà en réalité empruntés sur les marchés … On cherche à transformer un simple effet de levier en double effet de levier. Les marchés ne seront pas dupes. Surtout que les tour de table des projets se font généralement avec les banques, donc avec un effet de levier supplémentaire … On empile donc encore les dettes. La seule nouveauté consiste à augmenter la complexité du système pour en camoufler le risque. Bref, c’est pareil que les subprimes …

    3) Notre président se pose en ennemi de la finance et des marches, mais sa proposition consiste à emprunter encore plus sur les marchés comme précédemment. De qui se moque-t-on ?

    1. eheime

      Les marchés ne sont jamais dupes. Ils regarderont ces emprunts pour ce qu’ils sont : de l’argent imprimé. Donc comme une façon de faire payer ce qui détiennent des créances fixes (donc notamment de la monnaie européenne). Sans forcément que ça fasse plus de bruit. Comme aux US.

    2. ANT1

      Il faut voir le contenu de la lettre en ce qui concerne le cramage des 120 milliards.
      Ecologie, nanotechnologie, infrastructure, tous les mots clefs sont presents, aucune originalite.
      Autant mettre le feu a cet immeuble de billets, on gagnera du temps.

  9. BA

    Lundi 18 juin 2012 :

    Dette : le taux de l’Espagne inverse la tendance et se tend au-delà des 7%.

    Le taux d’emprunt à 10 ans de l’Espagne inversait la tendance lundi matin et se tendait très nettement pour dépasser les 7% et afficher un nouveau record, signe que les craintes sur la zone euro ont repris le dessus malgré le vote grec.

    A 10H12 (08H12 GMT), le rendement de l’emprunt espagnol de référence, qui évolue en sens inverse de la demande, montait à 7,061%, contre 6,838% vendredi soir.

    Ce taux s’était pourtant nettement détendu en début de séance, grâce au bref répit permis par la victoire de la droite pro-euro en Grèce.

    http://www.bloomberg.com/quote/GSPG10YR:IND

  10. Marco33

    Assemblée nationale : rose
    Sénat : rose
    Régions (21/22) : rose

    Tout est prêt pour « Le Grand Bond en Avant »!

    (Attachez vos ceintures : ça va être sport………)

      1. channy

        Si H16 désolé de vous le dire Mais nos lendemains vont siffloter quand nous irons de bon matin, sur le chemins de pôle emploi
        à bicyclette
        y avait les bus qui n’ roulaient plus , les tram et le métro non plus
        y avait plus d agent à pôle emploi non plus
        Mais flanby nous faisaient des bisous
        Avec Valérie

  11. eheime

    Rose ou pas rose, ça change rien. N’oubliez pas que Sarko nous en a collé pour 500 Mrds. Rose, oui. Mais pas plus qu’il y a quelques mois.

  12. Pascale

    Perso, c’est l’éjection de Jack qui me fait le plus plaisir. Que va faire le vieux beau maintenant qu’il ne pourra plus sucer le biberon étatique (à son âge !).

    Voici ce que dit Wikipedia sur lui : «  » »il est conseiller de Paris de 1983 à 1989, député du Loir-et-Cher entre 1986 et 2000 puis du Pas-de-Calais de 2002 à 2012. Il est battu lors des élections législatives de 2012 dans la deuxième circonscription des Vosges. » » » Et pendant tous ces mandats il habitait où le député ? Rien qu’à voir son CV, on constate bien que, pour tous ces clowns à roulettes, la seule chose qui compte c’est d’être au Palais Bourbon, quitte à « représenter » une région où on n’a jamais mis les pieds … !

    Royal arriverait presque à me faire pitié bien que je la trouve effroyablement geignarde, mauvaise perdante et sans aucun « fair play ». Bref, sans aucune classe.

    1. Deres

      Ne t’en fait pas trop pour eux. En plus du cumul des mandats, nos chers (sic) élus cumulent aussi les retraites et les revenus auxiliaires. Donc ce cher Jack doit cumuler en ce moment sa retraite de fonctionnaire de Ednat, de maire, de conseiller général, de conseiller régional, de député français et de député européen. Il participe surement de plus à de nombreuses associations qui lui payent probablement divers déplacements, remboursements et mondanités, si ce n’est des rémunérations directes et des avantages en nature (locaux, voitures, téléphones, …).

    1. Pascale

      D’autant plus que le foutage de gueule vient aussi de la manière dont est calculée le salaire de référence. Tel que présenté par Normallande le salaire qui servait de base c’était le SMIC. Or, le salaire de base qui servira au calcul sera une moyenne établie entre une fourchette des plus bas salaires de la boîte. Rien à voir avec le SMIC.

      1. Deres

        Oui, c’est expliqué dans l’article. En résumé :
        – cela ne concerne que le PDG, maintenant moins bien payé que ses subalternes
        – il reste des sources alternatives de revenus
        – avec un calcul digne d’un jésuite du plus bas salaire, finalement le rapport est de 28 avec le SMIC

        1. Pascale

          Et puis ce qui fait vraiment très peur, c’est que tous ces ministres nous montrent leurs petits muscles tendus pour lutter qui contre les méchants patrons qui veulent déposer le bilan ou délocaliser, qui contre les marchés qu’il va falloir mettre au pas, qui contre les entreprises où l’État est actionnaire. C’est le message que Mosco tente de nous faire passer dans l’article de Challenges, comme Montebourg auparavant. Tiens, d’ailleurs on n’en entend plus parler de Montebourg ?!

  13. labolisbiotifool

    Je préfère une bonne  » tôle  » dans un champ de  » mines « ,
    paske dans un champ entier, une seule mine c’ est radin,
    non ?
    🙂

  14. Nemrod

    Ca y est !
    Les ludions de la « sauterie » sont à peine éteints que les soc. se réveillent avec une gueule de bois carabinée.
    Evidemment, ce n’est pas leur genre de reconnaître qu’il ne savent pas par quel bout prendre les problèmes…ils retroussent pourtant leurs manches sur leurs pauvre bras fluets.

    Moi qui suit le seul patron d’une famille de fonc. bon teint; je me marre d’entendre leurs rodomontades éculées.
     » Des riches il y en a; on va les faire payer ! »
    Je résume bien sûr…à peine.

    Et quand je leur susurre, un brin de sourire au coin des lèvres que les « riches » qui paieront ce sera eux pauvre petits fonc moyens dénués de la plus petite faculté d’adaptation, je sens poindre comme un doute derrière l’agacement.

    Les « riche » se barrerons, se démerderons pour maintenir leur niveau de vie…la malédiction de « FLAMBY » viendra alors : tondre ses propres électeurs passé le clientélisme initial.

  15. breizh06

    5 processus electoraux et 5 resultats differents

    Voici 5 candidats : F E I A G et les choix des electeurs :

    7.2 4.8 4 3.6 1.6 0.8
    1 F A E I G G
    2 I G A E A E
    3 G I G G I I
    4 E E I A E A
    5 A F F F F F

    >> 7.2M d’electeurs choisissent F en premier, puis I, G, ..
    >> 4.8M d’electeurs choisissent A en premier, puis G, I, ..

    1) election a un tour: chaque electeur vote pour son premier choix
    F est choisi (contre 14.8M qui preferent un autre)

    2) Election a deux tours a la francaise
    F et A sont choisis au premier tour (2 premieres colonnes)
    les autres groupes choisissent leur candidat selon leur choix
    A est choisi a 14.8 contre 7.2

    3) Election par elimination a plusieurs tours
    a) G est d’abord elimine (colonne de droite) le choix des
    groupes des deux colonnes de droite se regroupent alors sur
    1.6M sur A et 0.8M sur E
    b) I est elimine (colonne la plus a droite), etc…
    E est choisi a 14.8 contre 7.2 pour F

    4) systeme a un tour de Borda
    chaque electeur attribue 5 points au 1er choix, 4 au 2eme, ..
    I gagne avec 76.4M de points devant F a 50.8M

    5) systeme de Condorcet: on oppose un candidat a tous les autres en comptant celui qui a le plus de victoires par groupe/colonnes
    a) G gagne contre E (7.2+3.6+1.6+0.8 > 4.8+4)
    et il gagne aussi contre tous les autres

    Kenneth Arrow (Nobel 72)  » il n’y a pas de systeme electoral a priori juste »

  16. fifou

    le lien silverdoctors m’a l’air farfelu, ca fait classe de crier a la fin du monde economique depuis 2009 mais bon

    deja quand ils commencent a dire que Morgan Stanley est dans la panade a cause de facebook… MS a juste permis a leurs clients (les fondateurs de facebook et les buyers pre-introduction- qui sont les gros clients) de se faire des couilles en or en surevaluant le prix au lancement tout en vendant tout. Ils ont gagne 300 millions dans l’affaire… je ne vois pas comment ca peut justifier que la banque chute

    Depuis 2009 on assiste juste a une sodomisation en regle des petits epargnants par une dilution de la valeur de leurs economies via des impressions de billets massives pour couvrir les pertes des banques, mais je ne vois pas en quoi c’est la fin du monde. Apres la sodomie fiscale il va falloir s’habituer a la sodomie monetaire c’est tout

Laisser un commentaire