La ministre qui s’ennuyait

Vous ne la connaissez pas, et qui que vous soyez, elle ne vous connaît pas non plus : Michèle Delaunay est ministre déléguée aux personnes âgées et à l’autonomie. Elle n’a jamais fait parler d’elle. Elle n’intéressait personne, pas même ces quidams dont elle avait théoriquement la charge. La presse n’avait même pas besoin de chercher l’orthographe de son nom, elle lui était étrangère. Alors Michèle a décidé de faire comme Cécile Duflot qui n’existe que grâce à ses boulettes : elle a inventé un synonyme d’âgé.

Pour la ministre qui s’ennuyait, plus rien n’était aussi pressé que de sortir l’une de ces consternantes bêtises qui assurerait quelques minutes de gloire dans quelques papiers d’une presse quasiment en vacance, quelques tweets rigolos sur la toile, et l’un ou l’autre billet de blogueur en pause estivale. Elle a donc souhaité officiellement qu’on n’utilise plus le terme « vieillir » mais qu’on lui substitue « avancer en âge ».

C’est, bien évidemment, du plus haut crétin. On imagine sans mal les circonlocutions improbables que devront employer les pauvres fonctionnaires de ses services pour parler des vieux et de la vieillesse dans leurs habituelles et barbantes productions ministérielles. D’ailleurs, le site du ministère dédié à leurs ébats médiatiques doit absolument être remis au goût du jour. Voici à ce propos ma modeste contribution :

ministère des avancés en âgeCliquez pour agrandir

Evidemment, tenter de faire une telle modification du langage est apparu, pour pas mal de commentateurs, blogueurs et tweeteurs, comme une incursion décontractée dans le domaine de la novlangue si chère à Orwell et ne sera probablement pas suivi d’effet tant le synonyme choisi par la ministre est lourd et lui-même chargé d’une connotation désagréable : une personne avancée en âge, cela fait tout de même furieusement penser à l’un de ces yaourts dont la date est très avancée et qui finira à la poubelle afin d’éviter une bactérie si dangereuse aux santés fragiles de nos anciens. Et puis la longueur même de la locution choisie pour remplacer « vieux » ou « âgé » est parfaitement rébarbatif. On comprend que cette misérable tentative constructiviste d’une ministre en pleine vacance intellectuelle est d’emblée vouée à un échec cuisant, et c’est tant mieux.

Maintenant, il ne faut pas oublier que derrière cette quasi-pochade de Delaunay se cachent deux choses, bien plus inquiétantes.

L’une, évidente, est cette tendance répétée à travestir la réalité par des mots calibrés pour détourner les yeux du problème sans le régler. On ne compte plus les euphémismes niais et les circonlocutions idiotes que les autorités mettent en place tous les jours pour camoufler ce qui gène nos élites, impuissantes à les résorber vraiment : personnes à mobilités réduites, mal voyantes, mal entendantes, bientôt mal comprenantes, à beauté amoindrie et à verticalité contrariée ou que sais-je encore, tout ce fleurissement stérile de termes douillets épargne essentiellement les sensibilités chatouilleuses de ces penseurs, administrations et institutions qui en définitive ne supportent pas la différence, la difformité ou le handicap. On retrouve d’ailleurs exactement les mêmes réactions épidermiques chez les associations « d’utilité publique » (et lucratives sans but) de la même trempe boboïde lorsqu’elles partent en guerre contre les stigmatisations fantasmée dans lesquels les méchants individualistes osent noter de façon insolente que les gens n’ont pas tous les mêmes couleurs de peau ou de cheveux, les mêmes comportements ou les mêmes capacités. Pourtant, sapredieu, tout le monde sait que nous naissons égaux et que les éventuelles différences, mineures, seront toutes gommées par la force légale, à coup de talons dans la gueule s’il le faut, enfin, voyons !

Quant à la seconde tendance derrière la saillie ridicule de la ministre, c’est celle qu’on retrouve, finalement, derrière tous les politiciens : c’est celle, puissante, quasi-reptilienne, qui les pousse irrémédiablement à tenter toutes les avanies, toutes les bêtises, toutes les méchancetés, toutes les bassesses pour se faire voir, mousser, connaître, remarquer. Tout doit être fait pour qu’on les entende, qu’on parle d’eux, en bien, en mal, mais qu’on parle d’eux.

Tous ces politiciens, de Delaunay à Hollande en passant par les actuels clowns pitoyables du gouvernement, les pantins hystériques de droite et les bouffons suffisants de gauche, tous réclament leur part d’attention médiatique et sont prêts, pour cela, à se comporter avec brutalité, absence de respect, négligence, sans pitié.

Oh, certes, on entend toujours l’un ou l’autre groupie nous sortir qu’Untel, en privé, est charmant, qu’il est adorable, humain, abordable, câlin, gentil voire drôle et j’en passe. La réalité, bien sûr, est que l’écrasante majorité de ces politiciens sont si habitués aux égards et honneurs, aux déférences et autres marques d’attention obligatoire de toute une caste de personnes sous leurs ordres qu’ils ont appris à mépriser la piétaille tout en flattant l’admirateur sincère. Ce sont d’excellents acteurs qui savent cacher leur côté psycho- ou socio-pathologique, sinon ils ne seraient pas parvenus à ces postes. Mais tous ont, intrinsèquement, acquis le goût immodéré du pouvoir et cet appétit de la domination.

Il n’est qu’à lire la façon dont, par exemple, Hollande aura fait poireauter les pilotes d’Alpha-Jets de la Patrouille de France pour comprendre l’absolu mépris à la fois des règles élémentaires de timing, de sécurité et de respect envers des hommes qui risquent leur vie pour d’autres, ce que jamais un parvenu comme Hollande ne fera.

Il n’est qu’à se rappeler des reconversions miracles de tous ces élus, traînant des casseroles et autres condamnations lourdes et infamantes, pour comprendre qu’ils sont tous drogués au pouvoir et devenus des attention-whores impossibles à soigner. Regardez ce minable Jospin, qui nous avait promis de se retirer de la vie politique, y revenir pourtant avec délectation dans le cadre d’une obscure commission dont on connaît déjà l’inutilité et la teneur des rapports, qui ne seront lus que par cette poignée de journalistes qui, justement, jouent le jeu de ces bouffis d’égo. Regardez ces Juppé, Emmanuelli, Fabius et tant d’autres qui, bien que condamnés, continuent de se pavaner sous les ors républicains en claironnant, dans la plus parfaite hypocrisie, qu’il faudrait une République irréprochable.

Delaunay, finalement, avec ses lubies de vocabulaire, montre toute l’étendue de son ambition. Là où Moscovici n’hésite pas à tordre la réalité pour faire oublier ses accointances sulfureuses avec DSK, enfin pestiféré, là où Montebourg froufroute son incompétence et son inutilité poudrée à la face des caméras, la ministrette nous propose seulement de bricoler du verbe pour faire parler d’elle. On comprend qu’elle n’ira sans doute jamais plus loin que ce sous-ministère parking pour fin de carrière pépère, et c’est d’autant mieux ainsi.

Mais par contraste, cela montre toute la toxicité des autres ministres.

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires61

  1. Homo-Orcus

    Les ors de la république ? il suffit de gratter pour en choper.
    Allez Jojo trouve nous des trucs hyperboliques et langue rapeuse sur cette niouze, la nomination des conseillers-copains classés miam miam ya bon le gâteau, et t’en auras aussi !
    « Ami (intéressé) de François Hollande depuis l’Ena (1977-80), Jean-Pierre Jouyet a été l’un des ministres d’ouverture de Nicolas Sarkozy, qui l’avait nommé aux Affaires européennes (2007-2008) avant de le placer (avec un sifflet) à la tête de l’AMF, le gendarme français de la Bourse.
    La nomination de M. Rameix à la tête de l’AMF devra elle aussi recevoir l’approbation des commissions compétentes (à prouver) de l’Assemblée nationale et du Sénat.
    Gérard Rameix, un énarque (avancé en âge) de 60 ans, ancien (rhôoo) de la Cour des comptes, a passé près de 12 ans à (glander) l’AMF, qu’il a quittée en janvier 2009. A son départ (sur matelas doré), il en était le secrétaire général. »

  2. egomet

    Bon billet.
    Je crois que le pire pour les vieux, à part la solitude, c’est la condescendance des jeunes. Abstenons-nous d’employer ces euphémismes idiots.
    Et la solitude, aucune intervention étatique ne pourra la résoudre. On n’aura jamais que des mercenaires auprès des vieux. Et leur présence laisse croire à la famille que ce n’est pas important, parce qu’avec sa pension et sa maison de retraite médicalisée, « il a tout ce qu’il faut ».

    1. Marianne

      Solitude ? Quel gros mot ! Pourquoi pas sociabilité différée, plutôt ? C’est quand même moins grave d’être un avancé en âge à sociabilité différée (ou intermittente, c’est bien aussi) que d’être un vieillard solitaire…

  3. Aristarque

    Pour l’orthographe de son nom, on peut penser à DELAUNAY-BELLEVILLE qui était une marque automobile de l’époque héroïque et qui a disparu après la 1ere guerre mondiale

  4. Deres

    La création de la commission dirigée par Jospin est un coup purement politique. François IV a promis pleins de trucs pour se faire élire dont la fin du cumul des mandats. Le problème c’est que pleins de socialistes viennent justement de se faire élire députés, ce qui en fait les champions du cumuls. Ils râlent donc un peu, on les comprends … Que Flamby fasse des promesses pour avoir son poste, d’accord, mais pas des promesses qui les concernent … Pour enfumer le chaland, Mollande nomme donc un lampiste : Jospin. De toute manière, cela permet de gagner plein de temps alors que normalement les réformes étaient prévues au pas de course pour septembre. Au final, soit Jospin tire les conclusions qui fâchent, mais ce n’est plus de la responsabilité de Falcon Flamby et il sera toujours possible de le désavouer ou de mettre la moitié du rapport au placard. Soit il se dégonfle et c’est lui qui assumera face au français. Bref, encore de la magouille politique pour ne rien faire de concret face aux vrais problèmes …

    1. Aristarque

      Pitié!!!!!!!!!!
      François II RF5 !

      Le vrai François 1er a eu une belle action bénéfique pour le royaume de France : laisser aux écoliers une date fastoche à retenir, un tas de châteaux encore debout cinq siècles après alors que les monuments de la République doivent être reconstruits après 50 ans d’usage, les plafonds à caissons, la venue de Léonard de Vinci et l’achat de la Joconde sans laquelle le Louvre ne serait probablement pas ce qu’il est aux yeux des touristes.
      François II n’a été qu’un bref météore!

      Quant à François 1er RF5, je ne vous fais pas un tableau puisqu’on paie encore ses dettes (enfin, on les fait « rouler ») et qu’on va subir son influence au travers de son héritier spirituel à défaut de charnel, qu’on pet appeler effectivement François II RF5…

      1. Théo31

        Le vrai François Ier a laissé une gigantesque dette à court terme à son successeur Henri II, obligeant la monarchie à faire défaut en 1558.

        1. Aristarque

          Mon propos était teinté d’ironie que vous ne semblez pas avoir perçue…

          François 1er était un grand bâtisseur qui, de surcroît a mené des guerres en Italie et contre Charles Quint quasiment en permanence.

          D’où des problèmes financiers permanents.
          Mais au moins avait-il l’excuse des guerres toujours coûteuses quelle que soit l’époque et d’avoir construit « solide » puisque je mettais en opposition l’actuelle manie de détruire des bâtiments à peine âgés de 40 à 50 ans pour les reconstruire à très grands frais…

          Quant à Henri II, il avait lancé un gigantesque emprunt pour se financer à long terme mais la reprise des hostilités avec Charles Quint a amené au défaut, mais tout de même 10 ans après son accession au trône…

  5. Aristarque

    N-Ô-Ô-Ô-N, ce n’est pas tant mieux, H16 (air furieux de l’indigné proche de l’apoplexie).

    Plutôt que de mettre à la retraite une incompétente déjà avancée en âge, selon la nouvelle appellation, on lui offre un poste demi-ministériel parfaitement inutile, tout juste bon à fournir une représentante de l’Etat pour aller inaugurer les maisons de retraite et autres EPAHD de Trifouilly les Oies et, en l’occurrence, une auxiliaire « bénévole » de l’Académie Française!

    Ce qui sous-entend : des locaux minables dans le 7me arrdt ou, à la rigueur pour faire peuple dans le 8me arrdt sur la base de 30 à 40m² par clampin les fréquentant, voitures de fonction, secrétaire d’état, secrétaires tout court, assistants ministériels, chauffeurs et autres personnels dont la nécessité,n’est évidente que par le standing ainsi procuré.

    Bref un staff d’au moins une trentaine de personnes minimum pour assurer aux futurs périmés que l’Etat mamma veille sur eux d’une façon à la hauteur de la noble mission ainsi attribuée!

    J’oubliais aussi l’indispensable appartement de fonction tout aussi mal situé dans Paris que le bénéficiaire de la faveur royale devra endurer….

    Et à part cela, la dette française atteint un niveau révolutionnaire (1.789 Md€), c.a.d. incitant de plus en plus à la faire puisque la Grande et Eternelle a été engendrée par un surcroît d’impôts qualifiés d’injustes dans tous les manuels d’histoire bien-pensants.

  6. Florian

    Cette chère personne ferait mieux de s’occuper des défaillances des conseils généraux chargés de fixer les tarifs des EHPAD!
    Pour expliquer mon propos, chaque EHPAD doit envoyer un budget préparatoire n+& à son CG au plus tard le 30 octobre. Le dit CG devant ensuite fixer les tarifs de l’EHPAD, si possible assez rapidement histoire de pouvoir gérer son budget. Pour ma part, nous sommes le 20 juillet, et j’attends toujours mes tarifs 2012! La charmante fonctionnaire du CG m’ayant contacté en début de semaine pour me demander des informations sur le compte administratifs 2010 (envoyé au plus tard le 30 mars 2011). Je précise qu’elle espérait ses réponses pour aujourd’hui, car Madame part en vacances.
    Ô joie et bonheur de dépendre de l’administration française^^

  7. Kerlogoden

    Navrant, mais qu’attendre d’autre de ces « reculés en intelligence » commandés par des « personnes de petite taille » ?
    Leur servir une pensée d’un de leurs maîtres, Jean Jaurès: « Quand les hommes ne peuvent plus changer les choses, ils changent les mots »
    C’est Villain dirait-on ;-))

    1. Pandora

      Tout à fait.
      Ils changent les mots en les compliquant nécessairement. Il faut forcément remplacer un seul mot évident en une locution incompréhensible pour le commun des mortels.
      Ainsi, ils s’inventent leur propre langage pour faire oublier leur propre vacuité.

  8. yann

    Il va falloir penser à censurer le grand Jacques.

    « Les avancés en âge ne parlent plus… », ça colle plus.

    « Mourir cela n’est rien. Mais vieillir, ah, vieillir ».

  9. Le Gnome

    Pff, il va falloir bannir des pans entiers de la littérature française, à commencer par Le Cid. Comment changer « O rage, O désespoir, O vieillesse ennemie » ? Par O rage, O desespoir, O avancée en âge ennemie ?

    On n’a pas fini de rigoler. M’enfin, dans un siècle, Corneille demeurera pendant que madame Delaunay sera tombée dans les poubelles de l’Histoire.

  10. gnarf

    J’aime bien quand Eastwood met son fils et sa belle fille a la porte apres qu’ils lui aient offert un telephone avec des touches de 3x3cms chacune.

  11. zecrocwhite

    J’ai un truc sur Jospin et sa commission, mais c’est léger.

    Pourquoi, quand on veut traiter un sujet, on fait une commission, terme communément admis pour désigner un passage plus ou moins important dans un lieu d’aisance?

  12. vdf

    Le mot retraite que l’on voit apparaître sur le site du machin administratif que vous avez repris me gêne un peu. Retraite fait penser à ces chars italiens qui n’avaient que la marche arrière, aux glorieux hivers napoléoniens, aux mises au placard dans les couvents, ou même aux jospineries (se mettre en retraite d’une situation de retraite).

    C’est un mot très péjoratif, stigmatisant un peu plus les vieux qu’ont d’l’âge.

    Il conviendrait de le remplacer par quelque chose comme placement définitif (?) de travailleurs fatigués sur un gros matelas de billets de trois euros.

    Pour le fond, tous les pouvoirs ont la tentation de marquer (comme le font chiens, chats et quelques autres espèces) leur territoire, avec plus ou moins de bonheur. Ce primate restera dans l’histoire une petite semaine, jusqu’au moment où un autre viendra pisser à la même place, et on l’oubliera, comme il se doit.

      1. Théo31

        Allocation Pétain-Belin-Madoff. Les collabos CGT, faut pas les exclure ! 😀

        Sinon, en référence à de très grands penseurs de notre époque, on pourrait remplacer la retraite par « le grand naufrage »

  13. Shnaffy

    Nan mais les politricks ( comme disent les anglais) n’ont pas besoin d’un casier vierge, il devait l’être quand il sont entrés dans la politique mais maintenant qu’ils y sont c’est bon !

  14. bibi33

    Nous devrions quand même rendre grâce à cette brave dame qui en se faisant élire député en 2007 face à Juppé (qui avait promis de rester à Bordeaux) nous avons échappé à son maintient au poste de sinistre d’État, sinistre de l’Écologie, du Développement et de l’Aménagement durables!

    1. Flo

      Oui d’accord mais on a quand même eu JLB (qui doit sincèrement y croire puisqu’il a dit hier qu’il roulait en Fluence)+ NKM puis NKM alone à la place pour finir par aller faire la guerre en Lybie pour acheter les droits d’exploitation du pétrole aux barbus quand Juppé fut au Quai d’Orsay, alors on hésite quand même à la remercier…

  15. Nawak

    Votre sujet du jour me rappelle le jour où j’ai cessé définitivement d’être de gauche (désolé, je l’avoue j’ai été jeune c.. de gauche jusqu’en juin 1981, maintenant je me rattrape en étant un vieux méchant petit patron de droite libérale). C’était en 1981 et François III avait nommé un illustre inconnu ministre du temps libre – sans doute un vieux pote, un mari cocufié grâce à lui qu’il voulait dédommager ou un gars à qui il devait de la thune … J’ai oublié son nom. Bref, après quelques mois d’inactivité, ce type devait avoir inconsciemment envie de faire pipi partout pour marquer son territoire et avait donc tapissé toute la France d’affiches parfaitement ringardes où l’on voyait un gosse sur une plage avec un seau et une pelle, avec pour légende  » Le temps libre, allez, on y va ! »

    En tout cas, merci M’sieu H16 ! au fait, comment faites-vous pour nous en sortir tous les jours de si truculentes? Etes vous à plusieurs, prenez vous des amphètes? J’admire et n’en manque pas une.

    1. Aristarque

      C’était André Henry pour un ministère qui comme bon nombre d’entreprises françaises a coulé en moins de deux ans.

      C’était un ex-instituteur qui savait donc de quoi il parlait, pour une fois.

      Toutefois et à part la ridicule campagne évoquée qui a bien fait se tordre de rire à l’époque, son fait marquant a été la création du chèque-vacance, bref déjà une distribution d’argent gratuit….
      On ne se refait pas !

  16. JYLG

    Qu’attendre d’autre de ces « reculés en intelligence » dirigés par des « personnes de petite taille »?
    Leur rappeler une pensée d’un de leurs maîtres, Jean Jaurès: « Quand les hommes ne peuvent plus changer les choses, ils changent les mots »
    C’est très Villain, dirait-on ;-))

  17. Calvin

    C’est idiot, ce nom à rallonge pour la vieillesse.
    Moi, j’ai plus festif et plus écolo-bobo-compatible :
    alterjeunesse.
    On parlera donc d’alterjeunes.

  18. Nepenthes

    « […] Pourtant, sapredieu, tout le monde sait que nous naissons égaux et que les éventuelles différences, mineures, seront toutes gommées par la force légale, à coup de talons dans la gueule s’il le faut, enfin, voyons ! »

    Le problème qu’il ne faudrait pas omettre, et dont h16 et tous ici avons parfaitement conscience, est que le constructivisme n’est pas l’apanage des gens d’une « trempe boboïde. » Prenons un exemple fou : imaginons que dans une loi il est écrit « les hétérosexuels et les pédés sont égaux ». Doit-on nécessairement être d’une « trempe boboïde » pour juger que le mot homosexuel serait plus approprié que le mot pédé ? Non. Est-ce nécessairement exiger des privilèges pour les homos que de souhaiter qu’une nouvelle loi élimine le flou de la première ? Non plus. Je termine mon petit message gay-friendly avec une citation d’un écrivain anglais : « L’affaire des progressistes est de continuer à faire des erreurs. L’affaire des conservateurs est d’éviter que ces erreurs ne soient corrigées. »

      1. Nepenthes

        Vous souhaitez réduire mon message à ce seul aspect ? Grand bien vous fasse. D’autres comprendront que mon propos soulignait, par précaution, le fait que les gens d’une « trempe boboïde » ne sont pas les seuls constructivistes. Les constructivistes de droite sont tout aussi agaçants que ceux d’une « trempe boboïde » lorsqu’ils prétextent sauvegarder les traditions en s’opposant systématiquement au changement de termes inexacts voir offensants employés dans des textes de loi . Des termes qu’absolument plus rien ne justifie d’un point de vue rationnel. Du moins c’est mon avis, vous êtes tout à fait libre de considérer que certains constructivistes sont moins agaçants que d’autres, mais personnellement en tant que libéral cohérent j’exècre tous les constructivistes.

        1. Allons, ne mélenchons pas tout. Il y a une différence entre chercher des termes précis ou corriger des termes inadéquats et reformer la langue françaises à la dynamite ou en maintenir la tête dans un baril de miel.

        2. Nepenthes

          h16 ou l’incarnation de la Sagesse.
          J’approuve. La dynamite détruit des savoirs qui se sont accumulés durant plusieurs siècles, elle veut niveler par le bas. Quant au miel, très peu pour moi. Par exemple, lorsqu’un Guerlain utilise, sénilité oblige, l’expression « travailler comme un nègre », sa liberté d’expression doit primer sur toute autre considération.

        3. bibi33

          J’éprouve le plus grand mépris pour tous les constructivistes!

          Et ce n’est pas du registre de la loi que de se préoccuper des hétérosexuels, des homosexuels, des hommes, des femmes, des noirs, des jaunes, des rouges, des juifs, des musulmans, des catholiques, des protestants, …

          Peut-être trouvez vous anormal que la loi réserve le mariage uniquement aux couples hétérosexuels?
          Je suis de ceux qui pensent que la loi n’a pas à se préoccuper de comment les individus vivent, et si deux individus (ou plus) veulent établir un contrat d’union l’état n’a pas son mot à dire.

        4. Nepenthes

          Le problème que j’essayais de soulever est que même en ne se préoccupant que des individus et non d’entités collectives (« les femmes », « les vieux », « les Inuits », etc) il se peut qu’un texte issu de l’autorité étatique instaure une inégalité juridique du fait de l’inexactitude des termes qui y sont employés. Dès lors afin d’éliminer cette inégalité il est souhaitable de reformuler le texte.

          Au sujet de l’institution du mariage je partage votre avis.

  19. zed

    Je m’ attendais à un billet sur cette énormité ! Mais a-t-elle seulement conscience de son insondable bêtise ? C’est la risée de tous les Français pourvus d’ un minimum d’ esprit critique et d’ intelligence !

    1. Calvin

      Ah ! Seulement ??
      Alors, elle n’est pas la risée de beaucoup de gens, alors…
      Parce que « l’esprit critique », ce n’est pas ce qui caractérise les Français, de nos jours…

  20. daredevil2007

    Comme un autre commentateur l’a fait remarquer : bravo pour tous ces petits bijoux que vous nous pondez quotidiennement!
    De mon point de vue, tout cela montre la toxicité de tout ce système pourri jusqu’à la moelle 😉 Ma question : comment s’en débarrasser?

    Petites corrections : 1) »et sont prêt, pour cela, à se comporter avec brutalité = et sont prêts, pour cela, à se comporter avec brutalité » 2) »en pleine vacance intellectuelle est d’emblée vouée un échec cuisant=en pleine vacance intellectuelle est d’emblée vouée à un échec cuisant »
    3) »on entend toujours l’un ou l’autre groupie nous sortie qu’Untel, en privé, est charmant = on entend toujours l’un ou l’autre groupie nous sortir qu’Untel, en privé, est charmant

    1. Calvin

      S’en débarrasser ??
      A mon sens, il n’y a que trois possibilités :
      – le peuple, lassé par tant de nullité, finit par imposer à chaque élection des élus volontaires (probabilité : 0.05 %),
      – un politicien d’envergure entrainant dans son sillage un ou deux partis pour réformer le bazar (probabilité : 0.95%),
      – le système s’écroule à cause de l’incurie, la dette, la faillite (probabilité : ben, le reste !)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.